Version classiqueVersion mobile

Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles

 | 
Cyril Isnart
, 
Charlotte Mus-Jelidi
, 
Colette Zytnicki

Penser le tourisme et le patrimoine, au Maghreb et au-delà (XIXe-XXIe siècles)

Colette Zytnicki, Cyril Isnart et Charlotte Mus-Jelidi

Texte intégral

1Le présent livre est le résultat de rencontres, entre des personnes, des disciplines et des générations, qui se sont tenues entre 2010 et 2014. À son origine, au début des années 2000, l’idée de travailler sur le tourisme lors de la période coloniale au Maghreb est née de discussions entre les historiens du laboratoire Diasporas (et ensuite FRAMESPA) de l’université de Toulouse-Jean Jaurès et ceux de l’équipe Ressources patrimoniales de la faculté des lettres et des humanités de Manouba (Tunis). Deux questions ont incité à ouvrir ce chantier.

  • 1 G. Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie(...)
  • 2 On citera, par exemple, P. Lorcin, Kabyles, Arabes, Français : identités coloniales, Limoges, Press (...)
  • 3 Les élites maghrébines ont également des pratiques touristiques. Elles voyagent en Europe, comme en (...)

2Œuvrant les uns et les autres sur ce que Georges Balandier appelle « la situation coloniale1 », il nous est tout d’abord apparu que le tourisme en faisait pleinement partie. Cette activité se nourrit en effet d’un imaginaire forgé par le colonisateur sur les choses et les hommes soumis à son contrôle. On sait combien ce système de représentation2 a servi à la domination coloniale qu’il légitimait en même temps. Ainsi le tourisme dans les colonies a-t-il souvent été utilisé comme caisse de résonance à l’entreprise impériale. Mais il y a plus. Phénomène alors réservé à des happy few dans les sociétés occidentales, profondément distinctif au sens que Bourdieu donne à ce mot, il est donc une pratique élitiste de cette « minorité dominante » qu’évoque Balandier, les colonisateurs érudits, excluant largement ceux qui représentaient alors la majorité3. Une distinction au service de la domination.

3On pressentait donc que faire l’histoire du tourisme au Maghreb pouvait amener à aborder le chantier du fait colonial sous un autre angle, à participer au renouvellement de ses perspectives. Pour y parvenir, il fallait sortir de l’analyse essentiellement culturelle, pris ici dans le sens étroit du terme, du phénomène touristique, souvent réduit à sa dimension livresque ou iconographique, ne pas se laisser prendre au piège des belles images ni des récits certes captivants qu’il a suscités. Nous n’irons pas jusqu’à faire du tourisme un fait total, mais il y avait bien, dès l’origine de notre travail, l’ambition de l’inscrire dans toutes ses dimensions, d’en cerner les aspects économiques, politiques, sociaux tout autant que culturels. En bref, il était important de s’intéresser aux institutions administratives, aux entreprises de voyages, aux hôtels, aux militaires, aux voyageurs obscurs, petits bourgeois de province ou jeunes gens en short partis découvrir le Maghreb, qui tous ont joué leur partition dans cette histoire.

  • 4 Sur l’évolution du tourisme, nous renvoyons notamment à M. Boyer, Histoire de l’invention du touris (...)

4La seconde interrogation qui nous a guidés portait sur la question de la continuité d’une géographie touristique entre la période coloniale et aujourd’hui. En superposant les cartes confectionnées à la Belle Époque et celles de maintenant, force est de constater qu’elles coïncident en plusieurs points. En fait, c’est bien pendant la colonisation que fut inventée une géographie du tourisme au Maghreb, du moins en partie. Il nous revenait donc de comprendre à la fois les permanences (qui concernaient surtout les sites patrimoniaux) et les ruptures induites par de nouvelles formes de loisirs, tel le tourisme balnéaire, créées par le tourisme de masse4.

  • 5 Deux programmes de recherche sur l’histoire du tourisme au Maghreb dans le cadre des programmes Com (...)
  • 6 M. Bergaoui, Les Années Régence : tourisme et voyages en Tunisie, Tunis, 1996 (sans nom d’éditeur)  (...)

5C’est à partir de ces hypothèses que l’enquête a commencé. Plusieurs journées d’étude menées dans le cadre de coopérations CMCU (Comité mixte de coopération universitaire) entre les universités de Toulouse et de Tunis5 ont tout d’abord permis de recenser les sources de cette histoire et de faire l’état de l’art sur la question. Sur ce dernier point, les choses ont été menées assez rondement : les études sur le tourisme au Maghreb durant la période coloniale étaient alors assez rares et, bien que passionnantes, très fragmentées6. En fait, la question n’avait pas été réellement posée, et l’on postulait le plus souvent que son histoire commençait avec les années 60, au moment où le Maroc et la Tunisie se lançaient dans le développement de cette activité en direction des populations du nord de l’Europe.

  • 7 L. Dendani, Histoire du tourisme en Tunisie durant la période coloniale : naissance, caractéristiqu (...)
  • 8 H. Kazdaghli, « L’entrée du Maghreb dans les circuits du tourisme international : le rôle précurseu (...)

6Sur le second aspect, il faut rendre hommage aux étudiants de master et de thèse7 qui ont défriché le terrain et commencé l’inventaire des ressources disponibles, aussi bien aux Archives diplomatiques de Nantes pour le Maroc et la Tunisie, aux Archives nationales d’outre-mer pour l’Algérie, aux Archives nationales du Maroc et de Tunisie. L’inventaire est loin d’être terminé, comme le montrent les recherches en cours. Il permet en tout cas de cerner l’implication croissante des administrations coloniales dans le développement du tourisme dont elles attendaient des retombées à la fois politiques et économiques. Les sources écrites abondent également depuis la presse jusqu’aux innombrables récits de voyages rédigés par une cohorte de voyageurs venus du monde entier – ou presque – et de toutes origines sociales. Car il y eut des touristes modestes, il ne faut pas l’oublier, ceux qui visitèrent le Maghreb avec les organisations de loisirs populaires, tel Tourisme et Travail après la Seconde Guerre mondiale. Enfin, les fonds privés comme ceux de la Transat sont particulièrement précieux pour cerner le rôle des grandes compagnies maritimes dans l’évolution de l’activité touristique8.

  • 9 D. Boumeggouti, H. Kazdaghli, A. Valero, C. Zytnicki, dir., « Pour une histoire du tourisme dans le (...)
  • 10 On citera entre autres : C. Llanes, Le tourisme en Tunisie (fin XIXe-milieu XXe siècles) : naissanc (...)
  • 11 C. Zytnicki, H. Kazdaghli, dir., Le Tourisme dans l’Empire français : politiques, pratiques et imag (...)

7Les rencontres régulières ont permis de faire le point sur l’avancée des travaux. Elles ont abouti à la publication d’un numéro spécial de la revue Tourisme9 et à la soutenance de plusieurs masters10 qui mériteraient bien une publication. En 2006, un colloque a permis de confronter les premiers résultats à des recherches menées sur des thématiques semblables en d’autres régions de l’Empire français11. Posant la question soulevée plus haut de l’articulation entre la période coloniale et les temps présents, cette manifestation a voulu mener un dialogue avec les géographes spécialistes du tourisme actuel dans la région.

  • 12 Entre autres, trois journées d’études ont été consacrées à cette thématique : Tourisme et patrimoni (...)
  • 13 Six manifestations se sont succédé permettant de regrouper des chercheurs issus de disciplines vari (...)

8Le second projet réalisé, dont ce volume est le résultat, a infléchi la recherche vers la question des rapports entre tourisme et patrimoine12. La thématique a été développée dans le programme de recherche soutenu par ENVIMED, FRAMESPA (Toulouse), le Centre Jacques-Berque (Rabat), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis), la Faculté des lettres et des humanités de La Manouba (Tunis) et le CIDEHUS (Universidade de Évora, Portugal). Il a semblé alors pertinent d’inclure anthropologues et spécialistes de l’histoire de l’art et d’aller sonder le temps présent, marqué par des instrumentalisations multiples du patrimoine et une évolution rapide de la consommation touristique. Ont été alors successivement envisagés la question du patrimoine antique dans le développement du tourisme, celle de la place des populations autochtones, du patrimoine naturel, de l’architecture de tourisme et enfin celle du patrimoine religieux13. Confronter les expériences patrimoniales et touristiques au Maghreb durant les deux derniers siècles revenait en quelque sorte à poser l’hypothèse de la naissance simultanée de l’activité touristique et de la mise en patrimoine des espaces, des sites et des monuments, la première s’appuyant sur la jouissance du second, le second trouvant dans la première, au-delà des usages politiques, une justification économique et symbolique. Mais il s’agissait également de relire l’histoire des nations coloniales et indépendantes à la lumière de pratiques culturelles, d’acteurs sociaux, de circulations de modèles d’activités souvent sous-estimés dans les dynamiques politiques et économique entre le nord et le sud de la Méditerranée.

9Ainsi s’est constitué peu à peu un champ, certes modeste, reliant historiens, géographes, anthropologues sur l’histoire du tourisme. Le présent ouvrage livre quelques-uns des résultats de ce travail collectif, mêlant jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, travaillant de part et d’autre de la Méditerranée. Il privilégie un des axes de cette réflexion collective, celui de relations entre tourisme et patrimoine au Maghreb, de la période coloniale à nos jours.

Tourisme et patrimoine : quels liens ?

  • 14 F. Matri, Tunis sous le Protectorat : histoire de la conservation du patrimoine architectural et ur (...)
  • 15 M. Girard, Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoin (...)
  • 16 J.Y. Andrieux, P. Harismendy dir., Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), (...)
  • 17 Voir C. Zytnicki et H. Kazdaghli, Le Tourisme dans l’Empire…, op. cit.

10L’histoire du patrimoine dans le Maghreb colonial n’est pas terra incognita. En témoignent nombre de travaux d’historiens de l’art ou d’historiens tout court14 et aussi les recherches d’anthropologues et de sociologues inscrites dans la longue durée15. On sait comment monuments, villes et objets ont été perçus, détruits et restaurés, aménagés enfin. De son côté s’est développée une histoire du tourisme qui a mis en évidence la croissance – quoique limitée, car elle demeure jusque dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale une activité élitiste –, avec la création de sites, d’une littérature de propagande, d’institutions ad hoc, privées et publiques. Ainsi peut-on dire que l’on se pressait à Biskra avant la Grande Guerre, comme à Alger ou à Tunis qui accueillaient les hiverneurs. Dès la fin du XIXe siècle, le nombre des voyageurs s’accroît régulièrement, les moyens de transport modernes facilitant les déplacements. Des hôtels s’ouvrent jusque dans le désert saharien. Le tourisme sollicite d’abord l’intérêt des milieux d’affaires et intellectuels des colonies qui créent des comités d’hivernage et des syndicats d’initiative16. Les autorités coloniales, au tournant du XXe siècle, commencent à en percevoir l’intérêt et développent des structures d’encadrement et de promotion. Certains rêvent même d’en faire une industrie capable d’amortir le choc économique des années Trente17. Après le second conflit mondial, malgré les orages qui s’amoncellent dans le ciel colonial, le dossier touristique est rouvert. On met sur pied des programmes de tourisme plus populaire, amorçant le tournant des loisirs de masse.

  • 18 Sur les rapports actuels du tourisme et du patrimoine, nous renvoyons notamment à V. Patin, Tourism (...)
  • 19 L’argument économique est mobilisé par le Résident Lyautey au Maroc pour faire expliquer la préserv (...)
  • 20 F. Dumasy, « Définir le patrimoine architectural : le cas de Tripoli en Libye pendant la colonisati (...)
  • 21 S. Gamblin, « Trois expériences égyptiennes de la rencontre touristique », Autrepart, 4, n° 40, 200 (...)
  • 22 Nous n’abordons pas ici la question du patrimoine naturel, bien qu’elle ait fait l’objet d’une renc (...)

11La question du site que l’on visite fait ainsi se croiser les problématiques se rapportant au patrimoine et celles qui concernent le tourisme, la chose est d’évidence. Elle mérite toutefois qu’on s’y arrête et qu’on la creuse. Non seulement parce que les deux phénomènes sont exactement concomitants, depuis leurs débuts dans les années 1840, leur institutionnalisation entre 1880 et 1914, leur essor au XXe siècle et la croissance du tourisme culturel au tournant du XXIe siècle. Mais aussi – et surtout – parce que ces deux éléments interfèrent l’un avec l’autre18. Dans un premier temps, c’était bien les douceurs de l’hiver qui séduisaient les riches hiverneurs. Mais ceux-là, ou les autres, moins fortunés, furent également avides de faire la découverte des monuments, ruines et paysages révélés et répertoriés par les guides dont les plus anciens remontent aux années 1840 en Algérie. La mise en tourisme des espaces coloniaux du passé antique est allée ainsi rapidement de pair avec les entreprises de connaissance qui visaient autant la valorisation touristique que le service à la propagande nationale de l’œuvre coloniale. Le patrimoine était également considéré, dès le début du XXe siècle, comme une ressource économique par les promoteurs du tourisme, tels les pouvoirs publics qui envisageaient sa préservation comme l’un des facteurs indispensables du développement touristique19. En Italie ou en Angleterre, dans les territoires qui étaient sous leur tutelle, respectivement en Libye20 et en Égypte21, on a assisté à une dynamique sensiblement identique qui, dans des contextes idéologiques différents, ont également intégré l’histoire locale et les espaces naturels du nord de l’Afrique dans une perspective nationaliste et utilitariste typique du colonialisme. On peut donc postuler ici que trois types d’élément étaient proposés à l’admiration des touristes sous la forme de biens patrimoniaux : les traces du passé romain, l’exotisme oriental et la beauté des paysages22.

12Il est donc tout à fait légitime de s’interroger sur le rôle joué par le tourisme dans le processus de patrimonialisation, tout en se demandant comment celui-ci a structuré l’imaginaire, les pratiques et les politiques touristiques, au-delà des différences des régimes politiques qui se sont succédé au Maghreb depuis le milieu du XIXe siècle.

13Afin de mieux répondre à ce questionnement, il paraît nécessaire de préciser les données du problème en s’attardant sur les trois points suivants : une définition des patrimoines considérés, les acteurs du double mouvement patrimonial et touristique et, enfin, les usages touristiques du patrimoine ou les usages patrimoniaux du tourisme.

La difficile définition du passé maghrébin : du passé romain à la pluralité des passés ?

  • 23 N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine…, op. cit.

14Les auteurs, en particulier Nabila Oulebsir23, qui analysent la patrimonialisation des traces du passé romain en Algérie montrent comment, après le temps des déprédations et des tentatives de leur transfert en France, vint celui de leur inventaire et de leur préservation.

  • 24 M. Bacha, Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le Protectorat, 1881-1914 : étudier, sauvegar (...)

15Dans le mouvement lancé en France sous la Monarchie de Juillet, entre 1843 et 1878 on crée outre-mer plusieurs services qui sont chargés de la préservation des monuments antiques en Algérie, d’établir une statistique des monuments, d’analyser scientifiquement et de lutter contre le vandalisme. Ces mesures furent complétées par le dispositif législatif patrimonial national. La loi de protection des monuments adoptée en France en 1887 s’appliqua en effet en Algérie. En Tunisie24, la volonté de préservation, nourrie de l’expérience algérienne, et le travail de missions exploratoires lancées avant la colonisation du pays aboutirent à la création du Service des antiquités, des beaux-arts et des monuments historiques en 1885. Le passé romain est pris en compte par un décret adopté en 1882 en Tunisie qui porte sur les monuments antiques, complété en 1886. Au Maroc, c’est le service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, créé dès 1912, qui a la charge de ce patrimoine.

  • 25 Le musée du Bardo a été inauguré en 1882 ; toutefois, Kheredine Pacha avait envisagé sa fondation b (...)

16Dans le même temps s’ouvrent des musées, obéissant à un double mouvement d’étude et de préservation des objets et monuments légués par le passé, tout en étant une attraction pour les touristes de passage. Le premier d’entre eux fut fondé en 1838 à Alger, annexé à la bibliothèque de la ville. Le musée des antiquités algériennes et d’art musulman fut inauguré en 1897 à Mustapha supérieur. Des institutions muséales voient le jour dans les principales villes d’Algérie : Cherchell (1840), Tlemcen (1857), etc. En Tunisie, le voyageur peut admirer les vestiges du passé à Tunis au Musée Alaoui installé au palais du Bardo (1882)25. Des musées s’ouvrent à Sousse (1892) et à Sfax également (1907).

  • 26 M. Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes, amateurs d’art en Égypte, 1863-1914, Paris, L (...)
  • 27 N. Oulebsir, « Edmond Duthoit : un architecte néogothique et moderne, entre Picardie et Méditerrané (...)
  • 28 On en connaît les conséquences, comme la médersa d’Alger, l’Hôtel des Postes ou celui de La Dépêche (...)

17Toutefois, le passé antique n’est pas l’unique trésor de l’Afrique du Nord. Touristes et érudits déambulent dans des villes marquées par le passé arabo-musulman dont ils apprécient, après quelques hésitations, le charme oriental pour les uns, l’inestimable valeur esthétique et historique pour les autres. La patrimonialisation de ce passé met plus de temps à s’imposer, même si les études le concernant se multiplient dès les premières années de la conquête en Algérie. Par exemple, Amable Ravoisié, chargé du dossier de l’architecture dans le cadre de la mission scientifique de 1837, parcourt le pays en faisant relevés, dessins et croquis. Il est le premier à proposer un inventaire des monuments antiques et arabes du pays. En Égypte également, le goût pour l’orientalisme, souvent porté par des amateurs, mettra l’héritage musulman en balance avec celui de l’Antiquité classique26. Ce premier temps apparaît finalement bien ambigu, entre les destructions nombreuses, des réemplois (comme pour la mosquée Ketchaoua à Alger devenue une cathédrale au début de la conquête) et la sensibilité esthétique pour l’imaginaire de l’Orient. Plus tard, le service des bâtiments civils restaura mosquées et palais. En 1872, Edmond Duthoit est envoyé en Algérie dans le but d’étudier et de faire le point sur l’état de conservation des monuments arabes27. Au début du XXe siècle, l’engouement pour l’art et l’architecture arabes atteint son acmé, comme en témoigne le style « Jonnart », du nom du gouverneur général qui, par ses circulaires (1904-1907), incitait l’administration à adopter le style mauresque pour ses bâtiments28.

18En Tunisie, la reconnaissance et surtout le classement des monuments arabes sont plus tardifs. La loi qui protège le patrimoine – et qui précède de quelques mois celle qui sera votée en France en 1887 – concerne surtout les vestiges anciens. Dès les années 1890, des monuments sont restaurés à Kairouan ou à Tunis. Certes, l’architecte Saladin se fit le défenseur de l’art arabo-musulman. Certes, les musées, comme celui du Bardo consacra des salles aux traces du passé arabo-musulman à la fin du XIXe siècle. Mais ce n’est qu’en 1912 que des monuments qui en témoignent furent classés – à partir de 1915 pour les ensembles urbains, sur le modèle lyautéen.

  • 29 Texte du dahir du 26 novembre 1912.
  • 30 R. Fadili-Toutain, « Historique de la sauvegarde par la législation »…, op. cit.
  • 31 Pour autant, les médinas classées ne sont pas cristallisées : leur développement continue intra-mur (...)

19Au Maroc, les autorités, nourries par les expériences précédentes et par la volonté de Lyautey, adoptèrent très rapidement des lois protectrices en la matière. En vertu du dahir de novembre 1912, « Les ruines des constructions antiques antérieures à l’islam, celles des palais de Nos Prédécesseurs, leurs enceintes et leurs dépendances, les monuments religieux ou profanes ayant un caractère historique ou artistique, etc. sont placés sous la surveillance spéciale du Maghzen qui en assurera la conservation29. » Le service des Beaux-Arts, Antiquités et Monuments historiques a en charge la conservation des médinas et de ses monuments, en plus du patrimoine antique. Il jette les bases de la conservation des monuments historiques, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité et prévoit des zones non aedificandi autour des monuments ou zones classées. L’identification des zones de protection, le classement des bâtiments (medersas, tours, palais, etc.) et les premières campagnes de travaux (dont les restaurations d’enceintes) furent commencées dès l’instauration du Protectorat. Le Maroc devient un terrain d’expérimentation pour les promoteurs de la patrimonialisation des tissus urbains, la législation marocaine étant, sur ce point30, bien plus avancée que celle appliquée en France à la même époque31 et faisant des émules, en particulier en Tunisie.

  • 32  M. Girard, « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc : l’action du (...)
  • 33 F. De Micheli, « Le public, le musée et le non-public : une relation à étudier, le cas du musée des (...)

20Enfin, au patrimoine immobilier vont s’ajouter les produits de l’artisanat. En Algérie, tout comme en Tunisie, on prend peu à peu conscience de la beauté des objets créés par les artisans locaux, d’autant que ce savoir-faire est en train de subir la concurrence de la production occidentale32. Des écoles professionnelles réservées aux « indigènes » conservent et transmettent les anciennes méthodes de travail. Prosper Ricard, inspecteur de l’Enseignement artistique et industriel dans ce type d’école de 1909 à 1914, appelé au Maroc par Lyautey lui-même, joua un rôle déterminant et précoce dans la promotion des « arts indigènes ». Dans cette lignée s’ouvrent en 1915 deux musées abritant des collections ethnographiques, celui du Batha à Fès et les Oudaïas à Rabat, inaugurant un mouvement qui allait toucher les villes de Meknès, Marrakech, Casablanca et Tanger33.

21Ainsi, au début du XXe siècle, plusieurs couches du passé maghrébin sont mêlées dans les politiques patrimoniales officielles, et la notion de patrimoine offert à la délectation des touristes venus sur la rive sud de la Méditerranée s’élargit et se diversifie.

  • 34 Ces tensions qui existaient déjà durant le moment colonial s’exacerbent au moment des indépendances (...)
  • 35 Sur cette question, voir notamment : N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine…, op. cit.

22Après les indépendances, bien que les contextes des trois pays de l’ex-Empire français diffèrent sensiblement, les critères de sélection du patrimoine, les institutions qui en ont la charge et les publics ciblés s’inscrivent dans deux courants mondiaux : la formation des États postcoloniaux puis l’institutionnalisation du patrimoine mondial par l’UNESCO. Les villes anciennes restent des lieux où se cristallisent les tensions entre promoteurs du patrimoine et pourfendeur de la modernité qui prônent, en particulier, la percée des tissus urbains anciens34. Puis, à partir de la fin des années 70, face aux pressions exercées par les sociétés civiles, puis l’UNESCO, les médinas et autres centres urbains anciens sont à nouveau réévalués. Le passé musulman devient aussi un enjeu de la construction symbolique et identitaire de ces États-nations nouvellement fondés. En Algérie, on choisit par exemple de proposer à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO des sites comme la Kalâa des Béni Hammad (un ensemble médiéval islamique du Xe siècle), les ksour (villages fortifiés) de la vallée du M’Zab en 1982 et la casbah d’Alger en 1992 ; en 1982, les sites antiques de Tipasa, de Timgad et de Djémila sont également inscrits sur cette liste. Les centres des villes importantes, de la casbah d’Alger aux médinas marocaines et tunisiennes, d’abord stigmatisés comme des lieux insalubres, sont réinvestis pour intégrer le roman national qui s’écrit et répondre aux injonctions internationales découlant des principes de sauvegarde intégrée des ensembles urbains35. Et c’est précisément après les indépendances et jusqu’à aujourd’hui que le tourisme de masse fait son apparition sur les côtes méditerranéennes, chacun des pays du Maghreb se choisissant une voie de spécialisation (plages en Tunisie, culture au Maroc et tourisme intérieur en Algérie).

23L’évolution du patrimoine et du tourisme marque ainsi des inflexions, des recentrements et des renversements d’orientation en matière de conservation et de développement touristiques, mais également des continuités et des passages de relais entre les périodes coloniale et postcoloniale, entre rive nord et rive sud de la Méditerranée, entre institutions du patrimoine et usages touristiques des biens culturels, entre représentations nationales et religieuses des cultures locales et imaginaires touristiques occidentaux tenaces. Certes, on doit avant tout lire cette histoire culturelle et politique comme une histoire des institutions coloniales, mais elles ne furent pas les seules à vouloir déterminer le sort des traces du passé et à orienter les touristes dans leur quête d’authenticité orientale. Ce qui nous incite à nous pencher sur les acteurs locaux de la mise en tourisme et de la patrimonialisation.

Passeurs de cultures et pratiques de l’entre-deux : l’emprise des acteurs non étatiques

24Quels sont les acteurs de la patrimonialisation et de la mise en tourisme ? On peut en distinguer trois types : les institutions savantes et les érudits, les organisations touristiques et les autorités politiques centrales et locales. Tous sont en constante interaction dans une dynamique parfois inédite, qui met à mal les catégorisations indigène/colonisateur.

  • 36 Institut de Carthage, « Comité des sites et monuments pittoresques (section de l’Institut de Cartha (...)

25Les sociétés savantes ont contribué à la connaissance, mais aussi à la reconnaissance du patrimoine local. Elles suivirent de peu l’installation des Français en Algérie où elles furent nombreuses : telles la Société archéologique de Constantine (1852), la Société historique algérienne (Alger, 1856), l’Académie d’Hippone (Bône, 1863), etc. En Tunisie, l’Institut de Carthage né en 1893 à Tunis consacre dans son bulletin, La Revue tunisienne, une rubrique sur le tourisme après la Première Guerre mondiale. Par le biais de ces institutions, la conscience patrimoniale se diffuse, au début du XXe siècle, parmi les élites européennes et maghrébines, une conscience concernant non seulement le passé antique qui a souvent constitué le facteur déclencheur dans leur création, mais aussi l’héritage légué par le monde arabo-musulman. Et face aux destructions induites par l’intense modification des villes s’amorce un mouvement résolument conservateur, dans lequel l’argument touristique joue à plein. C’est dans cet état d’esprit qu’est créé au début du XXe siècle le Comité du Vieil Alger présidé par le lieutenant-colonel E.D. de Grammont. Celui qui en fut la cheville ouvrière, Henri Klein, plaidait à longueur de colonnes de l’organe du Comité, les Feuillets d’El Djezaïr, pour la préservation de la ville ancienne. C’est bien une cité orientale que viennent découvrir les touristes, démontrait-il, non les rues monotones d’une préfecture projetée de l’autre côté de la Méditerranée. Le Comité du Vieux Tunis est fondé, sur le modèle algérien, en 1907 par deux membres de l’Institut de Carthage dans le but de protéger le patrimoine médinal. Contrairement à son voisin algérien, le Comité du Vieux Tunis ne peut se targuer d’aucun fait d’armes puisqu’une initiative du Touring Club de France met un terme à sa courte existence. Celui-ci propose en effet, dès 1907, la création, sur le modèle français, d’un Comité des Sites et Monuments pittoresques, voué non pas à la défense du vieux Tunis, mais à la promotion de la conservation et de la valorisation de tous les sites tunisiens, à commencer par les ruines antiques, Carthage en particulier, en « raison de l’imminente destruction qui pèse » sur le site36.

  • 37 C. Jelidi, « Le transfert intra-maghrébin…, op. cit.

26Ces sociétés regroupent des érudits et des amateurs, européens mais aussi maghrébins. Si ces derniers sont peu nombreux au sein des sociétés savantes algériennes durant les premières décennies de la colonisation, ils les intègrent très progressivement. À Tunis, au sein de l’éphémère comité du Vieux Tunis, le ratio est d’environ 10 %. En 1906, on compte en effet, sur un total de 289 membres, 27 Tunisiens, dont certains seront très actifs, jusqu’à avoir une assise officielle reconnue – Omar Baccouche, par exemple, se rend à Paris en 1931 au Congrès international de l’urbanisme aux colonies et dans les pays de latitude coloniale pour présenter la politique patrimoniale menée par le Protectorat français, sous son impulsion et celle du baron Rodolphe d’Erlanger, pour préserver les centres urbains anciens37. Le fait qu’un grand nombre des Maghrébins présents dans ces institutions soient des réformateurs, leaders des mouvements des Jeunes Tunisiens, Jeunes Algériens ou Jeunes Marocains, invite le chercheur à s’interroger sur les enjeux qui sous-tendent leurs actions patrimoniales. Comment ces réformateurs œuvrent-il avec des administrateurs coloniaux, au sein et en dehors des sociétés savantes, en faveur de la préservation du patrimoine, alors même que les enjeux politiques et identitaires qui président leurs actions sont différents, voire opposés ? Comment, par ailleurs, les Maghrébins assument-ils ou pas une démarche d’altérité sur leur patrimoine ? Ces perspectives de recherches ont été ouvertes lors de journées d’études, notamment celles consacrées au patrimoine bâti et aux liens qu’il entretient avec le tourisme.

27Le souci patrimonial et touristique est partagé par les acteurs économiques et les édiles municipaux qui se regroupent dès la fin du XIXe siècle dans les sociétés d’hivernage. La première d’entre elles apparaît à Alger en 1897, elle est suivie par d'autres, dont celle de Tunis quelques années plus tard. En leur sein, milieux d’affaires, érudits et notables politiques qui apportent leur légitimité valorisent le patrimoine local, par le biais de bulletins, d’affiches et autres moyens de propagande coloniale susceptibles d’attirer et de retenir les touristes. Ils proposent des excursions, voire des itinéraires à travers l’arrière-pays, comme le font d’ailleurs les compagnies maritimes qui vendent aux voyageurs des billets circulaires permettant de « faire » l’Algérie en quelques jours, en empruntant tous les moyens de transport disponibles : bateaux, trains, diligences ou autocars, selon la période, mules, voire chameaux.

28Ces efforts locaux sont relayés par les institutions touristiques nationales qui, tel le Touring Club (apparu en 1890 en France), créent des sections en Algérie dès le début du XXe siècle. Le Club alpin est fondé outre-mer en 1880. Ces organisations non seulement apportent des contributions financières mais participent à la mise en valeur des monuments et des sites en en assurant la promotion, voire la signalétique (panneaux et tables d’orientation, par exemple).

29Les responsables des institutions patrimoniales eux-mêmes prennent rapidement conscience de l’enjeu représenté par le tourisme. Ils savent que les monuments qu’ils ont à préserver ou à restaurer sont fréquentés surtout par les voyageurs. Et ils tablent sur l’intérêt que le tourisme suscite chez les hommes politiques pour leur arracher des subventions qu’ils rechignent à octroyer par ailleurs.

30Enfin, les autorités, convaincues de l’intérêt à la fois politique et économique du tourisme, mais aussi de la portée symbolique et idéologique du patrimoine et du tourisme, s’impliquent de plus en plus dans l’un et l’autre domaines. Lyautey reste à ce titre un excellent exemple, mais on aurait également pu citer les gouverneurs généraux de l’Algérie de la Belle Époque comme Charles Jonnart (gouverneur général de l’Algérie de 1900 à 1901, de 1903 à 1911 et en 1918-1919) et Charles Lutaud (qui occupa le même poste de 1911 à 1918). Les contrôleurs civils ont aussi participé à ce mouvement en Tunisie, comme Jean Mons placé à la tête de la région de Maktar dont il rêva de faire un site touristique. D’autres personnalités ont concilié la fibre patrimoniale et la volonté de développer le tourisme, comme Louis Carton, infatigable défenseur du tourisme en Tunisie, pilier de La Revue tunisienne et archéologue amateur, ou Prosper Ricard en Algérie ou au Maroc.

  • 38 Willye Diana, « The Importance of Being At-Home : A Defense of Historic Preservation in Algeria », (...)
  • 39 C. Cauvin Verner, Au désert : une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, l’Harmatta (...)
  • 40 H. Faouzi, J. Martin, « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine. », Confins, 20, 2014, [en ligne], (...)

31À la fin du XXe siècle, le développement touristique planifié par l’État, selon des orientations bien différenciées selon les pays considérés, se double, comme pour les périodes précédentes, de multiples activités économiques privées et de fédérations diverses qui vont de l’association de sauvegarde patrimoniale aux micro-agences de tourisme local. Malgré leur dispersion et l’ampleur modeste de leur domaine d’intervention, ces initiatives pèsent malgré tout sur les représentations de la culture nationale, sur les produits touristiques proposés au regard extérieur ou sur les dynamiques économiques. En Tunisie, en Algérie et au Maroc, un courant des intelligentsias s’organise en association civile pour tenter de faire reconnaître et protéger les architectures d’origine coloniale, en mettant parfois en avant les valeurs artistiques et les courants stylistiques (architectures coloniales anciennes, architectures régionalistes et historicistes, Art déco, architectures issues du Mouvement moderne, etc.) dont ces bâtiments témoignent38. Se plaçant à contre-courant des usages nationalistes du patrimoine, ces associations pluralisent et complexifient la lecture patrimoniale de l’architecture nationale en proposant des corpus alternatifs à la définition étatique et consensuelle tournée vers le legs musulman. Le cas des treks sahariens39 permet de mettre au jour la mise en place et/ou l’entretien de stéréotypes culturels, en privilégiant des récits sur la figure du Touareg ou sur les performances de la cérémonie du thé, qui nourrissent un imaginaire touristique croisant par ailleurs la dimension paysagère au pittoresque local. Enfin, le renouvellement des corpus patrimoniaux tout au long du XXe siècle, qui tendent vers une plus grande diversité (artisanat, environnement, savoir-faire vernaculaire, cuisine, musique, rituels, etc.), implique également la transformation des régimes économiques des villes comme des petites régions rurales des zones plus reculées. La commercialisation de l’huile d’argan pour un public étranger ou la conversion de villages vers l’accueil des touristes ont des effets notables sur l’économie des pays du Maghreb, comme la fondation ou la revivalisation des lieux sacrés et des pratiques religieuses. Les processus patrimoniaux et touristiques consacrent des savoir-faire et des usages du foncier en tant que biens valorisables économiquement. Ils transforment également les modalités de la circulation des valeurs économiques et des ressources financières locales40.

Objets patrimoniaux et expériences touristiques : vers une histoire croisée des points de vue

32Enfin, il reste à évaluer quelles peuvent être les interactions matérielles, économiques et symboliques entre des usages touristiques de longue date implantés en Afrique du Nord et la non moins longue histoire des lieux consacrés par les politiques patrimoniales successives.

33La première interaction qui s’impose à l’esprit est d’ordre tout à fait mercantile. Les institutions touristiques de la Belle Époque comme les comités nationaux et régionaux de tourisme de la période actuelle savent que le Maghreb recèle un patrimoine historique et des paysages côtiers tout aussi attractifs que ceux de la Côte d’Azur, de la Grèce ou de l’Égypte. Parmi les lieux chargés d’histoire, ceux à connotation sacrée ont joué et jouent toujours un rôle singulier.

34La question religieuse, si puissante dans le Maghreb des années trente, imprègne également les politiques patrimoniales et les pratiques touristiques. Et à ce titre, l’Algérie et la Tunisie, qui ont légué à l’Église une riche histoire et de fortes personnalités comme saint Augustin, sont une véritable aubaine. Comment patrimonialiser et mettre en tourisme le passé chrétien, telle est la question posée lors du Congrès de l’Eucharistie de 1930 en Tunisie. La visite des espaces sacrés musulmans, comme la mosquée de Kairouan, ramène à la question de l’islam dans l’Empire colonial français. Avec les politiques de reconnaissances internationales sous la férule de l’UNESCO, ce patrimoine bâti devient un produit d’appel pour un tourisme d’élite, mais il ne perd pas de son intérêt même dans le contexte du tourisme de plage, socialement plus ouvert. Les excursions proposées par les voyagistes mettent en avant ces monuments classiques, et l’on visite également les marchés, on participe à des spectacles de folklore. Se forme ainsi une image des cultures locales qui font se croiser les grands sites archéologiques et un orientalisme urbain ordinaire.

35Cependant, si une certaine continuité existe bien entre les périodes coloniales et le moment de l’indépendance, les significations politiques de ces mises en scène de la culture du Maghreb peuvent se transformer insensiblement, voire être radicalement contestées. En explorant les sites antiques protégés par la France, inscrits dans les guides et privilégiés dans les itinéraires, les touristes de l’époque coloniale sont invités à saisir sur le vif cette volonté de la France de reprendre à son compte l’héritage ancien. On est bien là au cœur du projet colonial. Les textes de propagande touristique rappellent cette continuité qui va d’un empire à l’autre, d’un moment du christianisme à l’autre qui donne un sens spécifique à la visite des ruines en Algérie et en Tunisie. De la même façon, les monuments bâtis au temps de la puissance arabo-berbère, s’ils répondent en partie au désir d’orientalisme, acquièrent pendant le moment colonial le statut de patrimoine national en Algérie. Les mosquées algériennes entrent dans le patrimoine national au même titre que les cathédrales. Et, au fil des ans, surtout après la Première Guerre mondiale, le patrimoine arabe soutient la politique de protection de l’islam qui s’affirme de plus en plus.

36Reste à savoir quelles furent et quelles sont la réception des processus de patrimonialisation et de mise en tourisme. Quelle fut, par exemple, la perception de ceux que l’on appelait les « indigènes » ? On pressent, par exemple, leur volonté de se prémunir contre l’envahissement des lieux de culte par l’interdiction donnée aux touristes d’y pénétrer, comme ce fut le cas au Maroc. Mais on sait également par ailleurs que les politiques patrimoniales mises en place au moment des indépendances conjuguent une volonté nationaliste de revendication d’un patrimoine national islamique et la continuité nécessaire des schémas et des directives mises en place par un pouvoir colonial qui a infusé la conscience patrimoniale, le savoir-faire de conservation et la sélection idéalisée des symboles culturels des nouveaux États-nations. Les circulations conceptuelles et culturelles entre ancienne métropole et élites locales, les investissements étrangers dans le secteur touristique, les choix contrastés de planification économique et les différentes conditions de sécurité marquent fortement le tourisme et le patrimoine dans les nouveaux États.

37Pour saisir cette complexité, dont les éléments de compréhension se mettent en place dès avant la période coloniale et qui ont encore aujourd’hui des effets sensibles, il nous est apparu nécessaire de relier plusieurs perspectives disciplinaires – histoire, histoire de l’art, anthropologie – autour d’une même ambition. Par la description fine de leurs usages et de leurs représentations des espaces, des biens et des cultures, il s’agit d’analyser comment des pouvoirs institués, des individus impliqués, des visiteurs curieux pouvaient parcourir des lieux antiques et produire des narrations, parfois contradictoires, parfois futiles, du passé. Il fallait pour cela, même de manière partielle, croiser les points de vue de ces voyageurs que les sources nomment parfois touristes avec ceux des acteurs patrimoniaux qui voulaient, et veulent encore, construire le champ culturel du Maghreb.

38Loin de se vouloir exhaustif, le présent volume offre des perspectives de réflexion en trois domaines particulièrement travaillés lors des rencontres du groupe. Une partie est consacrée à la patrimonialisation et à la mise en tourisme du passé antique en prenant l’exemple de la Tunisie coloniale. La suivante pose la question des liens complexes, mouvants et parfois paradoxaux que noue la production de l’architecture touristique maghrébine avec le patrimoine vernaculaire. La troisième ouvre sur la question des usages des biens et des pratiques religieuses dans les dynamiques touristiques et patrimoniales.

Bibliographie

Alexandre N., Politique touristique et propagande coloniale en Algérie, du début du XXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Jean-Jaurès, 2004.

Andrieux J.Y., Harismendy P., dir., Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Bacha M., « Un archéologue amateur, Louis Carton (1861-1924) et son projet de parc archéologique de Carthage (Tunisie) », dans Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), sous la dir. de J.Y. Andrieux, P. Harismendy, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 21-33.

Bacha M., Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le Protectorat, 1881-1914 : étudier, sauvegarder, faire connaître, thèse de doctorat d’histoire de l’art, sous la direction de Françoise Hamon, Université Paris 4, 2005.

Bacha M., Patrimoine et monuments en Tunisie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

Bergaoui M., Les années Régence : tourisme et voyages en Tunisie, Tunis, 1996 (sans nom d’éditeur).

Boissevain K., dir., « Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse au Maghreb : approches anthropologiques », Maghreb et sciences sociales, 2010.

Boumeggouti D., Kazdaghli H., Valero A., Zytnicki C., dir., « Pour une histoire du tourisme dans le Maghreb colonial », Revue Tourisme, 2006.

Boyer M., Histoire de l’invention du tourisme, XVIe-XIXe siècles, Paris, Editions de l’Aube, 2000.

De Micheli F., « Le public, le musée et le non-public : une relation à étudier, le cas du musée des Oudayas de Rabat », dans Les Musées au Maghreb et leurs publics, sous la dir. de C. Jelidi, Paris, La documentation française, 2013, p. 107-118.

Dendani L., Histoire du tourisme en Tunisie durant la période coloniale : naissance, caractéristiques et évolution (1881-1956), thèse de doctorat en histoire, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, juin 2012.

Dumasy F., « Définir le patrimoine architectural : le cas de Tripoli en Libye pendant la colonisation italienne », dans Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles) : réinvention du patrimoine, sous la dir. de M. Bacha, Tours-Tunis, Presses universtaires François-Rabelais-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2011, p. 69-86.

Fadili-Toutain R., « Historique de la sauvegarde par la législation », dans Patrimoines en situation : construction et usages en différents contextes urbains : exemples marocains, libanais, égyptiens et suisses, sous la dir. de R. Cattedra, P. Garret, C. Miller, M. Volait, Beyrouth/Rabat, Presses de l’Ifpo [en ligne], URL : http://books.openedition.org/ifpo/883 [consulté le 31 mai 2012].

Faouzi H., Martin J., « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine », Confins, 20, 2014, [en ligne], http://confins.revues.org/8842 [consulté le 10 mars 2016], DOI : 10.4000/confins.8842.

Gamblin S., « Trois expériences égyptiennes de la rencontre touristique », Autrepart, 4, n° 40, 2006, p. 81-102.

Girard M., « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc : l’action du Service des arts indigènes et de son directeur Prosper Ricard », Socio-Anthropologie, n° 19, 2006, p. 31-45.

Girard M., Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep), thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de F. Navez-Bouchanine et d’A. Deboulet, Université François-Rabelais de Tours, 2010.

Gutron C., L’Archéologie en Tunisie (XIXe-XXe siècles) : jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris-Tunis, Éditions Karthala-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2010.

Institut de Carthage, « Comité des sites et des monuments pittoresques (section de l’Institut de Carthage) », Revue tunisienne, tome XIV, 1907, p. 183-186.

Jaïdi H., « Khereddine Pacha et son projet de musée archéologique », Pallas, 56, 2001, p. 93-117.

Jelidi C., « L’invention de la tradition patrimoniale à travers le cas de Fès », Le Cartable de Clio, n° 9, 2009, p. 21-33.

Jelidi C., « Le transfert intra-maghrébin d’une politique patrimoniale en contexte colonial : le baron d’Erlanger, Sidi Bou Saïd et la préservation de l’architecture dite « arabe » (1910-1932) », dans Les Villes maghrébines en situations coloniales, sous la dir. de C. Jelidi, Paris-Tunis, Karthala-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2014, p. 269-295.

Kazdaghli H., « L’entrée du Maghreb dans les circuits du tourisme international : le rôle précurseur de la Compagnie générale transatlantique », dans Le Tourisme dans l’Empire français : politiques, pratiques et imaginaires, sous la dir. de C. Zytnicki et H. Kazdaghli, Paris, Publication de la Société française d’histoire des outre-mers, 2009, p. 205-215.

Koumas A., Nafa C., L’Algérie et son patrimoine, Paris, Centre des monuments nationaux, Editions du Patrimoine, 2003.

Lazzarotti O., « Tourisme et patrimoine : ad augusta per angustia », Annales de géographie, 112, nº 629, 2003, p. 91-110.

Llanes C., Le Tourisme en Tunisie (fin XIXe-milieu XXe siècles) : naissance, développement et spécificités en période coloniale, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Jean-Jaurès, 2003.

Lorcin P., Kabyles, Arabes, Français : identités coloniales, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

Mac Guiness J., « Urbanisme et patrimoine : la sauvegarde du vieux Tunis », Correspondance, 1992, p. 3-4.

Maillou M., Du tourisme colonial aux origines du tourisme contemporain, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Jean-Jaurès, 2006.

Matri F., Tunis sous le Protectorat : histoire de la conservation du patrimoine architectural et urbain de la médina, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008.

Miller C., Volait M., Beyrouth/Rabat, Presses de l’Ifpo [en ligne], URL : http://books.openedition.org/ifpo/879 [consulté le 31 mai 2012].

Naji S., « Archéologie coloniale au Maroc, 1920-1956 : civiliser l’archaïque », Les Nouvelles de l'archéologie, 126, 2011, p. 23-28.

Oiry Varacca M., « Négocier les identités dans les Atlas marocains : le couple tourisme/identités au prisme des « subaltern studies », 2014, [en ligne] http://unhiv.hypotheses.org/223 [consulté le 20 décembre 2014].

Oulebsir N., « Du voyage pittoresque au tourisme patrimonial : l’action des syndicats d’initiative nord-africains ou l’invention d’une Méditerranée moderne », dans Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), sous la dir. de J.Y. Andrieux, P. Harismendy, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 111-129.

Oulebsir N., « Edmond Duthoit : un architecte néogothique et moderne, entre Picardie et Méditerranée », dans L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, sous la dir. de N. Oulebsir et M. Volait, Paris, Picard, 2009, p. 155-176.

Oulebsir N., Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

Patin V., Tourisme et patrimoine, Paris, La Documentation française, 2005.

Redouane J., « La présence anglaise en Algérie de 1830 à 1930 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 38, 1984, p. 15-36.

Theilborie N., « La patrimonialisation du Maroc, entre tradition et rupture de l’héritage français », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 23, 2012, p. 115-119.

Théliol M., Le Regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l’architecture et de l’urbanisme des quatre villes impériales durant le Protectorat (1912-1956), thèse sous la direction de Dominique Jarrassé, Université de Bordeaux, 2008.

Tissot L., dir., Construction d’une industrie touristique aux 19e et 20e siècles : perspectives internationales, Neuchâtel, Editions Alphil, 2003.

Vacher H., « La planification de la sauvegarde et le détour marocain (1912-1925) dans Patrimoines en situation : construction et usages en différents contextes urbains : exemples marocains, libanais, égyptiens et suisses, sous la dir. de R. Cattedra, P. Garret, URL : http://books.openedition.org/ifpo/879 [consulté le 31 mai 2012].

Volait M., Fous du Caire : excentriques, architectes, amateurs d’art en Égypte, 1863-1914, Paris, L’Archange Minotaure, 2009.

Willye D., « The Importance of Being At-Home : A Defense of Historic Preservation in Algeria », Change Over Time, 2/2, 2012, p. 172-187.

Zytnicki C., Kazdaghli H., dir., Le Tourisme dans l’Empire français : politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la Société française d’histoire des outre-mers, 2009.

Notes

1 G. Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

2 On citera, par exemple, P. Lorcin, Kabyles, Arabes, Français : identités coloniales, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005 ; N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

3 Les élites maghrébines ont également des pratiques touristiques. Elles voyagent en Europe, comme en témoignent notamment plusieurs récits de voyage, mais nous avons peu d’informations à notre disposition concernant le tourisme endogène à cette époque.

4 Sur l’évolution du tourisme, nous renvoyons notamment à M. Boyer, Histoire de l’invention du tourisme, XVI-XIXe siècles, Paris, Editions de l’Aube, 2000 ; L. Tissot, dir., Construction d’une industrie touristique aux 19e et 20e siècles : perspectives internationales, Neuchâtel, Editions Alphil, 2003.

5 Deux programmes de recherche sur l’histoire du tourisme au Maghreb dans le cadre des programmes Comité mixte de coopération universitaire 2003-2005, France-Maghreb : le tourisme au Maghreb, un fait culturel majeur ; 2007-2010, Histoire du tourisme et patrimoine au Maghreb, fin du XIXe siècle-XXe siècle : invention, mise en valeur et usages, ont ainsi permis de défricher le terrain.

6 M. Bergaoui, Les Années Régence : tourisme et voyages en Tunisie, Tunis, 1996 (sans nom d’éditeur) ; J. Redouane, « La présence anglaise en Algérie de 1830 à 1930 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 38, 1984, p. 15-36.

7 L. Dendani, Histoire du tourisme en Tunisie durant la période coloniale : naissance, caractéristiques et évolution (1881-1956), thèse de doctorat en histoire, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, juin 2012.

8 H. Kazdaghli, « L’entrée du Maghreb dans les circuits du tourisme international : le rôle précurseur de la Compagnie générale transatlantique », dans Le Tourisme dans l’Empire français : politiques, pratiques et imaginaires, sous la dir. de C. Zytnicki et H. Kazdaghli, Paris, Publication de la Société française d’histoire des outre-mers, 2009, p. 205-215.

9 D. Boumeggouti, H. Kazdaghli, A. Valero, C. Zytnicki, dir., « Pour une histoire du tourisme dans le Maghreb colonial », Revue Tourisme, 2006.

10 On citera entre autres : C. Llanes, Le tourisme en Tunisie (fin XIXe-milieu XXe siècles) : naissance, développement et spécificités en période coloniale, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Jean-Jaurès, 2003 ; M. Maillou, Du tourisme colonial aux origines du tourisme contemporain, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Jean-Jaurès, 2006 ; N. Alexandre, Politique touristique et propagande coloniale en Algérie, du début du XXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Jean-Jaurès, 2004.

11 C. Zytnicki, H. Kazdaghli, dir., Le Tourisme dans l’Empire français : politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la Société française d’histoire des outre-mers, 2009.

12 Entre autres, trois journées d’études ont été consacrées à cette thématique : Tourisme et patrimonialisation dans le Maghreb colonial : un nouveau chantier pour l'histoire ? (29-30 janvier 2009, Casa de Velázquez) ; Tourisme et patrimoine à Kairouan à l’époque coloniale, Kairouan (29 et 30 mai 2009) ; Tourisme et patrimoine naturel, Aïn Draham (18 et 19 décembre 2009).

13 Six manifestations se sont succédé permettant de regrouper des chercheurs issus de disciplines variées, venant de Tunisie, du Maroc, de France et du Portugal : « Archéologie et tourisme en Méditerranée, XIXe-XXe siècles » (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunis, 9 février 2012) ; « Tourisme, patrimoine et autochtonie en Méditerranée, XIXe-XXe siècles » (Casa de Velázquez, Madrid, 29 novembre 2012) ; « Tourisme et patrimoine naturel au Maghreb » (Centre Jacques-Berque, Rabat, 18 et 19 décembre 2013) ; « L’architecture de tourisme au Maghreb : quelles relectures du patrimoine local ? » (9 et 10 septembre 2014 à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunis) ; « Patrimoines religieux, cultures nationales et pratiques touristiques : approches comparatives en Méditerranée, XIXe-XXe siècles » (Évora, 11 et 12 décembre 2014), et un atelier doctoral, qui s’est déroulé du 23 au 25 septembre 2013 à l’abbaye de Sylvanès (France), a réuni 20 doctorants autour de la thématique « Patrimoine et tourisme au Maghreb au prisme des sciences sociales ».

14 F. Matri, Tunis sous le Protectorat : histoire de la conservation du patrimoine architectural et urbain de la médina, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008 ; M. Théliol, Le Regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l’architecture et de l’urbanisme des quatre villes impériales durant le Protectorat (1912-1956), thèse de doctorat, sous la direction de D. Jarrassé, Université de Bordeaux 3, 2008 ; S. Naji, « Archéologie coloniale au Maroc, 1920-1956 : civiliser l’archaïque », Les Nouvelles de l'archéologie, 126, 2011, p. 23-28 ; N. Theilborie, « La patrimonialisation du Maroc, entre tradition et rupture de l’héritage français », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 23, 2012, p. 115-119 ; H. Vacher, « La planification de la sauvegarde et le détour marocain (1912-1925) dans Patrimoines en situation : construction et usages en différents contextes urbains : exemples marocains, libanais, égyptiens et suisses, sous la dir. de R. Cattedra, P. Garret, C. Miller, M. Volait, Beyrouth/Rabat, Presses de l’Ifpo [en ligne], URL : http://ifpo.revues.org/883 [consulté le 31 mai 2012] ; C. Jelidi, « L’invention de la tradition patrimoniale à travers le cas de Fès », Le Cartable de Clio, n° 9, 2009, p. 21-33 ; M. Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; A. Koumas, C. Nafa, L’Algérie et son patrimoine, Paris, Centre des monuments nationaux, Editions du Patrimoine, 2003 ; J. Mac Guiness, « Urbanisme et patrimoine : la sauvegarde du vieux Tunis », Correspondance, 1992, p. 3-4 ; N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine…, op. cit.

15 M. Girard, Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep), thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de F. Navez-Bouchanine et d’A. Deboulet, Université François-Rabelais de Tours, 2010.

16 J.Y. Andrieux, P. Harismendy dir., Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; M. Bacha, « Un archéologue amateur : Louis Carton (1861-1924) et le parc archéologique de Carthage (Tunisie) », dans Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950), sous la dir. de J.Y. Andrieux, P. Harismendy, p. 21-33 ; N. Oulebsir, « Du voyage pittoresque au tourisme patrimonial : l’action des syndicats d’initiative nord-africains, ou l’invention d’une Méditerranée moderne », dans Initiateurs et entrepreneurs culturels…, idem, p. 111-129.

17 Voir C. Zytnicki et H. Kazdaghli, Le Tourisme dans l’Empire…, op. cit.

18 Sur les rapports actuels du tourisme et du patrimoine, nous renvoyons notamment à V. Patin, Tourisme et patrimoine, Paris, La Documentation française, 2005 ; O. Lazzarotti « Tourisme et patrimoine : ad augusta per angustia », Annales de géographie, 112, nº 629, 2003, p. 91-110.

19 L’argument économique est mobilisé par le Résident Lyautey au Maroc pour faire expliquer la préservation des médinas marocaines (notamment R. Fadili-Toutain, « Historique de la sauvegarde par la législation », dans Patrimoines en situation : constructions et usages de différents contextes urbains…, op. cit. ; C. Jelidi, « Le transfert intra-maghrébin d’une politique patrimoniale en contexte colonial : le baron d’Erlanger, Sidi Bou Saïd et la préservation de l’architecture dite « arabe » (1910-1932) », dans Les Villes maghrébines en situations coloniales, sous la dir de C. Jelidi, Paris-Tunis, Karthala-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2014, p. 269-295) et tout au long du XXe siècle par des administrateurs coloniaux désireux de promouvoir le patrimoine en Tunisie et en Algérie.

20 F. Dumasy, « Définir le patrimoine architectural : le cas de Tripoli en Libye pendant la colonisation italienne », dans Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles) : réinvention du patrimoine, sous la dir. de M. Bacha, Tours-Tunis, Presses universtaires François-Rabelais-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2011, p. 69-86.

21 S. Gamblin, « Trois expériences égyptiennes de la rencontre touristique », Autrepart, 4, n° 40, 2006, p. 81-102.

22 Nous n’abordons pas ici la question du patrimoine naturel, bien qu’elle ait fait l’objet d’une rencontre dans le cadre du programme ENVIMED mentionnée plus haut.

23 N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine…, op. cit.

24 M. Bacha, Le Patrimoine monumental en Tunisie pendant le Protectorat, 1881-1914 : étudier, sauvegarder, faire connaître, thèse de doctorat d’histoire de l’art, sous la direction de Françoise Hamon, Université Paris 4, 2005 ; C. Gutron, L’Archéologie en Tunisie (XIXe-XXe siècles) : jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris-Tunis, Éditions Karthala-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2010 ; F. Matri, Tunis sous le Protectorat : histoire de la conservation du patrimoine architectural et urbain de la médina, Tunis, Centre de publication universitaire, 2008.

25 Le musée du Bardo a été inauguré en 1882 ; toutefois, Kheredine Pacha avait envisagé sa fondation bien avant la colonisation, sans que son projet ne puisse se concrétiser. Voir H. Jaïdi, « Khereddine Pacha et son projet de musée archéologique », Pallas, 56, 2001, p. 93-117.

26 M. Volait, Fous du Caire : excentriques, architectes, amateurs d’art en Égypte, 1863-1914, Paris, L’Archange Minotaure, 2009.

27 N. Oulebsir, « Edmond Duthoit : un architecte néogothique et moderne, entre Picardie et Méditerranée », dans L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, sous la dir. de N. Oulebsir et M. Volait, Paris, Picard, 2009, p. 155-176.

28 On en connaît les conséquences, comme la médersa d’Alger, l’Hôtel des Postes ou celui de La Dépêche algérienne, construits selon ses recommandations.

29 Texte du dahir du 26 novembre 1912.

30 R. Fadili-Toutain, « Historique de la sauvegarde par la législation »…, op. cit.

31 Pour autant, les médinas classées ne sont pas cristallisées : leur développement continue intra-muros, de nouveaux édifices sont construits, etc.

32  M. Girard, « Invention de la tradition et authenticité sous le Protectorat au Maroc : l’action du service des arts indigènes et de son directeur Prosper Ricard », Socio-Anthropologie, n° 19, 2006, p. 31-45.

33 F. De Micheli, « Le public, le musée et le non-public : une relation à étudier, le cas du musée des Oudayas de Rabat », dans Les Musées au Maghreb et leurs publics, sous la dir. de C. Jelidi, Paris, La Documentation française, 2013, p. 107-118.

34 Ces tensions qui existaient déjà durant le moment colonial s’exacerbent au moment des indépendances, les États souhaitant moderniser leur pays.

35 Sur cette question, voir notamment : N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine…, op. cit.

36 Institut de Carthage, « Comité des sites et monuments pittoresques (section de l’Institut de Carthage) », Revue tunisienne, tome XIV, 1907, p. 183-186.

37 C. Jelidi, « Le transfert intra-maghrébin…, op. cit.

38 Willye Diana, « The Importance of Being At-Home : A Defense of Historic Preservation in Algeria », Change Over Time, 2/2, 2012, p. 172-187.

39 C. Cauvin Verner, Au désert : une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, l’Harmattan, 2007.

40 H. Faouzi, J. Martin, « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine. », Confins, 20, 2014, [en ligne], http://confins.revues.org/8842 [consulté le 10 mars 2016], DOI : 10.4000/confins.8842 ; M. Oiry Varacca, « Négocier les identités dans les Atlas marocains : le couple tourisme/identités au prisme des « subaltern studies », 2014, [en ligne], http://unhiv.hypotheses.org/223 [consulté le 20 décembre 2014] ; K. Boissevain, dir., « Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse au Maghreb : approches anthropologiques », Maghreb et sciences sociales, 2010.

Auteurs

© Centre Jacques-Berque, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search