Version classiqueVersion mobile

Fabrique du tourisme et expériences patrimoniales au Maghreb, XIXe-XXIe siècles

 | 
Cyril Isnart
, 
Charlotte Mus-Jelidi
, 
Colette Zytnicki

Avant-propos

Habib Kazdaghli

Texte intégral

1En me proposant de faire l’avant-propos de cet ouvrage collectif qu’ils ont brillamment dirigé, Charlotte Mus-Jelidi, Cyril Isnart et Colette Zytnicki m’honorent. Mes trois collègues – et tous ceux qui ont contribué à ce beau livre – m’offrent ainsi l’occasion de me joindre à eux, même symboliquement, pour les féliciter et leur exprimer tout mon soutien pour le travail accompli autour d’un champ de recherche que nous avons eu l’honneur d’entamer, Colette Zytnicki et moi-même, il y a presque quinze ans. Nous avions alors engagé une réflexion sur la faisabilité d’une histoire du tourisme dans le Maghreb colonial, entraînant avec nous une cohorte de jeunes – et moins jeunes – chercheurs, d’étudiants et de doctorants. Le présent ouvrage regroupe des travaux présentés et discutés dans diverses rencontres tenues entre 2010 et 2014 sur la thématique des relations entre tourisme et patrimoine, et je me réjouis qu’au cours de toutes ces années l’étude ait pu se poursuivre et se développer de manière fructueuse.

2Le contexte de la transition à la démocratie qui a suivi le changement de régime en Tunisie en 2011, contexte auquel j’ai été mêlé, a voulu que je sois, avec mes collègues tunisiens, aux premières lignes du combat pour la défense des libertés académiques. Sans elles, il ne serait plus possible d’assurer la transmission libre des connaissances ou le développement d’une coopération sereine avec les collègues des autres universités, comme nous avons pu le faire pendant plus de deux décennies avec l’université de Toulouse et d’autres universités françaises. Fier, certes, d’avoir apporté ma modeste contribution à un tel combat pour les libertés dans mon université et dans mon pays, je ne peux cependant que regretter de n’avoir pas eu le temps nécessaire pour continuer à m’associer avec mes collègues dans le travail d’animation de ce champ de la recherche sur les rapports entre le tourisme et le patrimoine au cours de la période coloniale et postcoloniale. Je signale toutefois qu’un petit groupe de doctorants et de docteurs travaillent sur ces thématiques sous ma direction.

3Comme il sera rappelé dans l’introduction du présent ouvrage, les études sur le tourisme et le patrimoine au Maghreb ne prétendent nullement donner une vision alternative de l’histoire de la colonisation. Cependant, elles partent du postulat que la situation coloniale a suscité une multitude d’expériences historiques. Jusque-là, les réalités impériales ont été le plus souvent approchées sous l’angle de l’histoire d’une domination et d’une hégémonie imposées du dehors dont le facteur déterminant était la recherche de profits à travers l’exploitation des ressources et des richesses des pays dominés. Évidemment, tout cela est vrai et a bien eu lieu, et les recherches sur le tourisme et le patrimoine n’ont nullement l’intention de vouloir contredire ces faits bien avérés. Cependant, sans vouloir nier ce contexte, les recherches présentées ici montrent les nouveaux rapports qu’il a créés, certes inégaux, entre colonisés et colonisateurs, mais qui n’en constituent pas moins des lieux d’échanges et de nouveaux terrains d’expérimentation ainsi que des formes inédites de passage à la modernité. L’école moderne fut introduite dans la majorité des cas pour éduquer les enfants des colonisateurs, tout comme l’hôpital, la poste, la route, les transports, les hôtels, les plaisirs et les loisirs, etc., ont été pensés pour répondre aux besoins des dominants. Cependant, plus ou moins rapidement, ces nouvelles formes de vivre et de se détendre, venues de l’extérieur, ont été également « adoptées » par les populations des colonies, même si le bénéfice s’est étendu pendant de longues années à des groupes limités, tant étrangers qu’autochtones. On ne peut donc s’empêcher de remarquer que la période coloniale a permis historiquement, et de manière contrainte, la mise en orbite de la modernité des pays du Maghreb. Le tourisme et les activités de loisirs contemporains qui ont connu un véritable développement depuis les indépendances du Maroc et de la Tunisie sont bel et bien nés et se sont développés dans les trois pays du Maghreb dans le cadre de l’empire colonial français. Et, même si ces deux activités poursuivaient des objectifs propres à chacun d’elles, il n’en demeure pas moins que des liens de complémentarité se sont tissés entre le tourisme et le patrimoine. Certes, les premières fouilles visaient à montrer les liens entre les nouveaux arrivants et le passé antique des régions colonisées dans un effort supplémentaire de légitimation des visées de l’opération coloniale. Toutefois, au lieu de chercher à tout prix à exporter les fouilles vers l’Europe, les colonisateurs les ont transformées en sites et ont créé des musées destinés à nourrir l’activité touristique naissante. Comme le montrent les contributions présentées ici, l’intérêt porté aussi bien au tourisme qu’au patrimoine a été, pendant longtemps, le fruit d’initiatives d’entrepreneurs privés, d’amateurs amoureux des lieux et de collectionneurs. L’administration coloniale prit la suite et s’occupa de la promotion de cette activité en canalisant les initiatives pour susciter une meilleure adéquation entre tourisme et patrimoine. Le soutien à l’activité touristique s’affirma au fur et mesure que les autorités se rendirent compte que le tourisme pouvait constituer un des meilleurs vecteurs de propagande pour l’œuvre coloniale dans son ensemble.

4La somme des recherches présentées ici, couvrant aussi bien l’archéologie ou l’architecture tant civile que religieuse, montre que les recherches sur l’histoire du tourisme colonial et postcolonial résistent bien à l’effet de mode et qu’elles n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Les thèses de doctorat en cours de réalisation sur l’histoire du tourisme dans les pays du Maghreb constituent la meilleure confirmation de l’attrait qu’exerce de plus en plus ce nouveau champ de recherche. En effet, le patrimoine riche et pluriel de ces territoires constitue de nos jours une chance pour diversifier l’activité touristique. Après avoir été cantonnée par des tours opérateurs puissants durant plusieurs décennies dans sa forme de masse tournée vers un tropisme balnéaire, elle s’oriente maintenant vers le tourisme culturel. Espérons que ce travail donnera lieu à des débats et qu’il sera prolongé par des études concernant d’autres thèmes encore peu étudiés tels que les parcs naturels ou le tourisme de montagne.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search