Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Foncier, droit et propriété en Mauritanie

 | 
Armelle Choplin
, 
Mohamed Fall Ould Bah

Contributeurs

Texte intégral

1Hamdi AHMEDOU est doctorant en sociologie à l'Institut d'études du développement économique et social (IEDES) de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est rattaché à l'UMR 201 Développement et société (Paris I/IRD) et conduit ses recherches sous la direction d'André Guichaoua. Il est, par ailleurs, doctorant associé au pôle Foncier de Montpellier et a été jeune chercheur invité au Centre des migrations globales de l'Institut des hautes études internationales et de développement (IHEID) à Genève.

2Armelle CHOPLIN est géographe et urbaniste, maitre de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée. Après un doctorat qui portait sur la fabrique de Nouakchott et Khartoum, elle a continué à publier régulièrement sur la Mauritanie. Auteure du l’ouvrage, Nouakchott au carrefour de la Mauritanie et du monde (2009), elle conduit des recherches sur le foncier, l’habitat et plus généralement la ville en Afrique de l’Ouest et dans le Monde arabe.

3Allison CRESSY est anthropologue, spécialisée en foncier agricole dans les pays du Sahel (master anthropologie EHESS, master affaires internationales, Sciences Po). Outre ses recherches, elle a travaillé au sein d’ONG en Mauritanie dans la vallée du fleuve Sénégal.

4Elizabeth DESSIE est doctorante en géographie à l’université de Göteborg. Après un master 2 réalisé sur les questions de titrement foncier à Nouakchott, elle s’intéresse aujourd’hui aux impacts du changement climatique sur les conditions de vie des habitants à Addis Abeba en Ethiopie.

5Issagha DIAGANA est maître de conférences ; docteur de l’Université Lumière Lyon2 en géographie, aménagement et urbanisme. Enseignant-chercheur à l’Université de Nouakchott depuis 1995, il assure des cours de géographie urbaine et encadre divers travaux de recherche. Parallèlement, il a assumé des responsabilités au sein de l’Agence de développement urbain (ADU) et du ministère mauritanien de l’Habitat de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire (MHUAT).

6Ahmed Maouloud OULD EIDA est maitre de conférences à la faculté des Lettres et de Sciences humaines de l’Université de Nouakchott al-Asriya. Titulaire d’un doctorat en sciences du patrimoine de l'université de Tunis, il est directeur du Centre d’études sahariennes à Atar et participe à plusieurs programmes de recherches en matière de patrimoine matériel et immatériel saharien.

7Cheikh Saad Bouh KAMARA est docteur en histoire, professeur habilité à l'Université de Nouakchott Al Asriya, où il enseigne l’histoire et l’anthropologie à la faculté des Lettres et Sciences humaines. Auteur de plusieurs articles et d'une thèse sur le foncier rural en Mauritanie, enjeux sociaux et gouvernance des territoires.

8Ndiawar KANE est titulaire d’une maitrise de géographie obtenue à l’Université de Paris VII. D’abord professeur d’histoire et de géographie au lycée et au collège de Nouakchott, il devient expert au Comité inter états de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), 1978-1985, puis directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), 1986-1989. Il a étudié les problèmes fonciers en relation avec l’évolution du système agro-socio-foncier de la Mauritanie. Il a analysé en particulier la situation de l’appropriation des terres de culture dans la zone de retour des anciens réfugiés mauritaniens au Sénégal, dans le cadre de l’Agence nationale d’appui et d’insertion des réfugiés (ANAIR), 2008-2012.

9Mohamed Fall OULD BAH est anthropologue et membre fondateur du Centre d'études et de recherches sur l'Ouest Saharien (CEROS), Nouakchott. Il a particulièrement travaillé sur la finance islamique et le développement local.

10Yahya OULD AL BARA, linguiste et sociologue, est chercheur-enseignant à l’université de Nouakchott. Auteur de nombreux ouvrages sur le fait religieux dans l’ouest saharien, il a, en particulier, publié un monumental recueil en douze volumes des fatawas de cette zone.

11Abdel Wedoud OULD CHEIKH est professeur émérite des Universités. Il a enseigné notamment aux universités de Nouakchott, Strasbourg et de Lorraine. Ancien directeur de l'Institut mauritanien de recherche scientifique (IMRS), il est l’auteur de diverses publications touchant à l'anthropologie historique de la Mauritanie, des mondes arabes et africains.

12Jean SCHMITZ est anthropologue, directeur de recherches à l’IRD. Il est spécialiste de l’espace transnational des sociétés du fleuve Sénégal (Sénégal, Mauritanie, Mali) et des Peuls/Fulani, ainsi que des migrations et de l’Islam en Afrique de l’Ouest. Il a publié un grand nombre de livres et articles sur ces questions.

13Moustapha TALEB est titulaire d’un doctorat en sociologie de l’université d’Abidjan (Côte d’Ivoire) en collaboration avec l’université de Bâle (Suisse).  Il a travaillé pendant quelques années avec des institutions internationales (OMS et FAO) pour des projets de développement en Mauritanie tout en assurant des enseignements de sociologie et d’anthropologie à l’université de Nouakchott.   Il est actuellement rattaché au Centre d’études et de recherches sur l’Ouest Saharien (CEROS) à Nouakchott.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr