Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre III. Chorfa et Isemgan-s, rejouer le contre-don

1. Le mûssem des « esclaves » : des dons contraignants

Texte intégral

1.1 Description de la « saison des esclaves »

  • 168 La participation aux cérémonies nocturnes est interdite aux Chorfa. Seuls quelques jeunes franchiss (...)

1Ce mûssem se caractérise par une forte participation de tous les Isemgan-s auxquels viennent se mêler, la nuit, quelques non-Isemgan-s soit des étrangers à la tribu soit des Chorfa168. Il débute par des rites orchestrés par des femmes noires lors de la première journée autour du tombeau sacré. Les jours suivants se passent à aller d’une maison à une autre, chaque village à tour de rôle, pour réclamer un dû en nature. Les festivités débutent en fin d’après-midi comme si cela s’inscrivait dans une logique de fin de corvées et le soir on dégage du temps pour soi, c’est l’heure de la fête.

1.1.1 Ouverture : tiwiwîn-s tighnawin-s, la confection des tumâtîn

  • 169 Lundi 28 avril 2003, lundi 3 mai 2004, lundi 25 avril 2005 (décalé à cause du mawlûd), lundi 30 avr (...)

2Le premier jour169, trois femmes noires (tawaya, pl. tiwiwin) circulent entre les maisons des Chorfa, tapant à chaque porte du quartier. Deux doivent rester muettes (tighnawin), tandis que la troisième est autorisée à parler pour faire sa requête. Cette dernière laisse ses consœurs, à quelques mètres de là ; les premiers dons apportés sont posés à côté d’elles. Elle formule sa demande en très peu de mots, toujours les mêmes, et rejoint ses compagnes pour attendre à l’extérieur. Au bout de quelques minutes, la Chérifa revient les bras chargés, elle aussi prononce une formule consacrée. La tawaya dit très simplement : « Le salut soit sur vous, aujourd’hui notre mûssem a commencé », à quoi la Chérifa répond invariablement : « Tiens Tawaya prends ce que nous te donnons ».

  • 170 Les quantités données sont 5 abra-s (mesures) d’orge, 5 l. d’huile, 5 abra-s de dattes, un couffi (...)

3Chaque maison doit donner un bidon d’huile, un seau d’orge, un couffin de dattes, des œufs et des pains de sucre170 ; les offrandes peuvent être complétées d’amandes ou de maïs. Elles vont d’abord aux portes des familles du lignage Ayt Lahsen qui auraient habité (et qui habitent encore pour la plupart) Agadir, le « premier village » (fortifié) d’Imi n’Tatelt. Ensuite, elles visitent les autres foyers Chorfa. « Aujourd’hui, dit-on, tous les foyers du village participent mais à l’origine seuls les Blancs donnaient ». Les Chorfa donnent de toutes les façons plus que les autres puisqu’ils appliquent ici encore la logique de la zakât où il faut donner au prorata de ce que l’on possède, notamment sur les biens en grains (comptabilisables).

  • 171 Il s’agit de la dernière fille du moqqadem décédé pour celle autorisée à dire la supplique, d’une s (...)

4Les trois tiwiwîn-s tighnawin-s appartiennent à une vieille famille considérée comme « la plus ancienne » des Isemgan-s (« esclaves ») ; rattachée à cette même famille171, le père depuis plusieurs générations aurait été le représentant du groupe (leur moqqadem), il s’agit de la famille Ayt Mhammad Uzîz Berka, rattachée au lignage des Chorfa Ayt Ahmed, encore appelé Uzîz. En donnant ce rattachement qui emprunte manifestement le nom de l’une des branches les plus prestigieuses des cinq descendants du saint, les intéressés affirment être « de vrais Isemgan » : puisque chaque esclave prenait autrefois le nom du groupe de son maître que seule la couleur (et évidemment le statut associé) discriminait. Les trois tiwiwîn-s tighnawin-s sont conduites, rectifiées, et contrôlées par une doyenne, qui n’est autre que la femme du fameux moqqadem n’Isemgan (décédé) des Isemgan-s, les deux premières sont nubiles, la dernière est une femme expérimentée qui les laisse faire, s’assurant dans une position de second rôle que les jeunes femmes suivent la tradition. Au fur et à mesure de cette journée où, depuis le matin, les trois tiwiwîn-s tighnawin-s parcourent le village de quartier en quartier suscitant les dons qui viennent à elles ou qu’elles vont chercher, elles ne cesseront, pour apporter les denrées, de revenir dans le grenier de leur « ancienne » maison, encore occupée appartenant à ce lignage tout aussi « ancien ». Aucun homme n’est admis à l’intérieur et on ne rencontre que les femmes qui trient puis mesurent dans les compartiments du magasin domestique l’étendue des offrandes : « On réclame les tirbaîn-s jusqu’à ce que nous en ayons suffisamment, ça peut durer longtemps » explique la doyenne, utilisant le même vocable qu’à la zawya et confirmant de la sorte d’où proviennent les dons.

5Ayant terminé leurs quêtes les trois tiwiwin-s vont se restaurer dans la maison mère autour d’un couscous offert par de la famille chérifa Uzîz. Puis, au milieu de l’après-midi, elles refont une apparition publique et s’installent face au tombeau, au pied du village dit Agadir, sur Agard n’Sheykh (« place du saint ») où ont habituellement lieu tous les sacrifices. Ce choix est important, on se place face au tombeau, mais on est aussi au seuil du village, et au centre religieux et social d’Imi n’Tatelt. Elles vont signaler leur présence par les coups répétés du pilon qui vont retentir dans toute la vallée. Redevenues muettes, elles ne doivent s’acquitter que de leur tâche en silence et dans une impassibilité sans faille, tandis que résonnent les coups qu’elles martèlent régulièrement. D’autres dons vont encore arriver qui seront laissés à côté d’elles. Elles s’expriment entre elles par signes. Elles ne doivent pas non plus, à l’extérieur, ni manger ni communiquer avec les autres. Chacune munie d’un pilon de bois (aferdu), broie l’orge (mis préalablement à tremper) avec des dattes (préalablement dénoyautées). De temps à autre, elles mouillent leur mixture. Elles pilonnent régulièrement jusqu’à ce qu’une part d’orge et une part de dattes soient consommées, pour obtenir de petits pains (appelés tumit, pl. tumâtîn). Elles placent ces pains dans des paniers, devant elles, entre des œufs de poule. De temps à autre, elles se les échangent, œufs et tumatîn circulent de l’une à l’autre, transitant parfois dans le pilon. La doyenne passe et corrige (sans parler) un geste qu’elle juge trop maladroit.

6La doyenne continue de faire circuler le pain et les œufs dans les différents paniers posés au pied de chacune. Lorsque les tiwiwin-s ont terminé, elles prennent les couffins posés devant elles qui contiennent des amandes, des amandes non écossées, et des dattes et les distribuent par poignées aux enfants venus s’attrouper depuis le début du pilonnage autour d’elles. Elles insistent auprès de certains enfants – sans rien dire, uniquement par leurs gestes – pour que tous prennent une part de ces dons reçus le matin-même. Certains adultes en riant viennent réclamer un tumit. Ils taquinent les jeunes femmes et essaient de les faire rire ou parler, mais n’insistent pas.

7Tiqrqawin, ganga, et bendîr annoncent l’arrivée de la délégation

  • 172 Même si, à aucun moment, n’apparaît le genbri (cithare à boîtier).
  • 173 On retrouve là encore le rattachement au lignage des Chofas Ayt Ahmed, branche Uzîz, l’une des bra (...)

8Pendant que les tiwiwîn-s tighnawin-s écrasaient régulièrement leur mixture ou confectionnaient les tumâtin-s, les musiciens sont arrivés avec les crotales (tiqrqawin), le tambour (ganga), les tambourins (bendîr), instruments traditionnels des Gnawas172. Peu à peu, une rumeur monte depuis l’Agard n’Sheykh. Les plus jeunes s’échauffent ; ils entament de courtes phrases religieuses que l’on retrouvera tout au long des différentes processions. Arrive enfin, l’après-midi finissante, la délégation des Isemgan-s, leur moqqadem avec son coffre métallique à aumônes, les deux « trésoriers » munis de leurs cahiers pour inscrire les dons, les danseurs et l’officiant de dua, seul « Blanc » appartenant à cette délégation : Sma‘yl U‘zîz173 qui sera chargé de toutes les invocations islamiques. Dès que ceux-ci arrivent pour que débute le second rituel orchestré désormais par les hommes, les trois tiwiwin-s arrêtent leur travail, on vient pour les aider à rapporter les instruments de travail dans les maisons. Elles se lèvent, mettent les couffins (issugi) sur la tête, remplis de tous les petits pains (tumâtîn), les oeufs, et s’apprêtent à rejoindre cette délégation pour les circumbulations où elles seront, au début, en tête de cortège, derrière le moqqadem qui conduit la marche et les musiciens.

1.1.2 Premier sacrifice collectif

9Pour l’heure, tambours, crotales et bendir-s accompagnent les premières litanies : « Allahu wa çalallah, allah. Allah wa salâm alay-kum. Allâh, allah, allah », ou encore la formule canonique que l’on retrouvera dans les ah’wash-s du soir « Mulanâ, yâ mulanâ » (« Notre Seigneur, Ô Notre Seigneur ») de même que Dieu, le Prophète « yâ rasullullah » est constamment invoqué. Les rythmes, les pas de danses, les attitudes, certaines expressions rappellent – comme les Isemgan-s l’affirment à Imi n’Tatelt – la culture des Gnawas.

  • 174 Là encore on commence par la Prière du Prophète.

10La première circumbulation est étroite. Le cortège composé d’hommes mûrs, de jeunes hommes et de petits garçons tout de blanc vêtus, passe d’abord (sans les femmes) sous lgurna, le portique de l’abattoir où il y a encore les traces épaisses et désormais noires du sang des animaux égorgés pour Tayfa n’ibrîl. Les hommes forment un cercle, trois coqs sont égorgés au centre. Puis c’est le silence, Et brusquement, l’invocation religieuse commence par la formule « Ayyuha abidîn » (Ô esclaves). La dua dirigée pendant les quatre jours (et les quatre nuits) par le Chérif Sma‘yl U‘zîz, aussitôt reprise par le cortège ou ponctuée de « Allah » dites dans une respiration : « Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselmn ». Mais la du‘a qui reproduit les mêmes formules que pour les autres mûssem-s174 ne se déroule pas comme pour les autres sacrifices des Chorfa sur le talimemt, la petite chaire sur laquelle se mettaient les officiants pour les autres immolations, lorsqu’ils se plaçaient au-dessus de la masse. Elle a lieu à terre, à côté de la bête sacrifiée, sur l’aire même à sacrifice. On ne monte pas sur la chaire réservée aux Chorfa. La du‘a est essentiellement en berbère, elle est censée appelé la baraka de Dieu. Le don purificateur est à nouveau suscité. Les musiciens accompagnent, on donne de l’argent ou de menus dons, sans arrêt. La prière si classique est entonnée :

« Subhâna rabbîka, rabbî izzati ama yaçifûn. Wa salama alaykum, wa salam ala mursalim wa h’amdu lillâh li rabbî alalamîn. Wa çalât, wâ salâm, wa alayka rassullûlâh… »

  • 175 « Dieu et Mohamed Son envoyé ».

11Ce à quoi le chœur répond : « El-afû yâ mulanâ ! » ou encore d’autres formules consacrées : « Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselmn ». Tandis que le Chérif ne cesse d’invoquer çadaqa n’rebbi (« l’aumône de Notre Seigneur »), le Chérif reçoit quelque argent des hommes et quelques pièces des enfants, il les met toutes, à chaque fois, dans le coffret métallique fermé à clef posé à terre et qui fait caisse commune, comme si l’argent devait passer par sa main pour accéder, démultiplié, au coffret de la communauté. Derrière lui continuent de longs « allah » « allah wa Mohamed Rassullullâh’175 ». Le moment est austère. Quelques enfants viennent donner des pièces de monnaie directement dans les mains du Chérif. Trois tours sont encore effectués autour des coqs sacrifiés par le premier groupe officiant au départ en groupe réduit. Ces circumbulations (çirat) inaugurales ont lieu à cet emplacement-même de cœur de village ; il apparaît comme le point de départ de la cérémonie.

12Et la du‘a continue, scandée des « Ayyuha abidîn » (Ô esclaves) livrant une invocation très courte, ou ouvrant une Sourate, ou des prières circonstanciées. Des formules plus lapidaires, en berbère, fusent aussi pour susciter le don : « Pour la baraka des musulmans, amîn ! Pour la baraka ! Pour la baraka de Sîdî Mhmmd Û Yaqûb, Amîn ! Pour la baraka des gens d’Imi n’Tatelt, Amîn ! Que Dieu nous accorde Sa miséricorde, Amîn ! » Les gens affluent.

13Puis le cliquetis des crotales reprend, il annonce le mouvement des circumbulations où tout le monde est convié, les femmes se lèvent, l’attroupement se fait plus pressent autour de la tête d’un cortège qui n’a cessé de grossir. Un premier tour commence autour du tombeau, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, à gauche du tombeau (comme à La Mecque). Les crotales, accompagnées du tambour, ouvrent la marche. Le Chérif et le trésorier suivent, puis toute la population noire d’Imi n’Tatelt, le cortège est impressionnant, il est composé de plus d’une centaine de personnes.

  • 176 Sauf pour le dernier chevreau égorgé à la mosquée. Si tous les chevreaux n’étaient pas tous attaché (...)

14Chaque cercle étend le champ des circumbulations pour pouvoir progressivement englober tout Imi n’Tatelt, autour du tombeau en son centre. Chaque circumbulation est ponctuée de sacrifices de chevreaux ou de coqs. Là où est égorgé le coq, les tiwiwin-s déposent au sol un pain tumit, avec deux œufs, et un peu de farine blanche, juste à côté du sang versé. C’est le lbsis, « Lbsis ? C’est la part (h’aq) des jenn-s. Il faut que chacun ait sa part, explique-t-on : les riches, les pauvres, les jenn-s. » Selon l’importance du lieu, on choisit soit de sacrifier un coq soit un chevreau. Un détail d’importance : le chevreau égorgé a toujours les membres de devant ligotés, dès que le premier coup est tranché, on sectionne le filin qui liait les deux pattes176. Toute la délégation en mouvement est suivie par une foule d’hommes puis de femmes et d’enfants, en majorité composée de Noirs ; elle s’est attroupée autour des autres, une fois le premier sacrifice accompli.

1.1.3 Les circumbulations

15Deux tours sont d’abord effectués autour du tombeau à l’issue desquels est égorgé un chevreau. Un Semg âgé soudain sort du groupe « Ô esclaves, soumettez-vous [à Dieu] ! » lance-t-il avant de prononcer une invocation spectaculaire en berbère, faisant de grands gestes incantatoires en s’adressant au chœur :

  • 177 Traduction : « Je me soumets [à Dieu]. Je me soumets au ciel, je me soumets à la terre. Salut à Mha (...)

« Islmkh ! [Il se déchausse et ouvre grand les bras, en haranguant la foule] Nslm i Mhammd Û Ya‘qûb. Nslm imaymzzin nslm imaymqurn. Madyussîn rdankh ? ! Slmkh fignwan, nslmkhfwakâl [Son bras passe du ciel, à la terre, il s’agenouille et poursuit :] Lhurmanek asîdî Rabbî ! Gad afus ! [Les gens aussitôt ouvrent leurs mains pour recevoir l’invocation il se tourne vers les uns et les autres, le groupe lui répond systématiquement ] Ayrhm Rabbî, Sîdî Ya‘qûb, ayrh’m Sidna Bilâl ! Ayrh’m Rabbî lwalidayn nkh dwinun ! Ayrhm Rabbî ljdûd nkh dwinun ! Akni h’fad Rabbî, aknislm Rabbî, akni ’zu Rabbî. Maytazaln fkra nlkhayr atikml Rabbî. Maftla krantmukrist astifsi Rabbî177 ».

16Trouvant son ton trop libre, on le remercie, le prend à part et l’éloigne pour laisser le fil des invocations convenues du Chérif Sma‘yl reprendre. Il est intéressant de noter que sa bénédiction citait Sidna Bilâl, l’esclave noir affranchi par le Prophète, l’ancêtre des esclaves, des Gnawas ou des Noirs en général au Maroc et sous la protection duquel, à Imi n’Tatelt, les Isemgan-s se placent clairement. Enfin sa façon de s’adresser, à l’opposé de la morne attitude du Chérif toute de sang-froid et de réserve, indique que tout le monde n’adhère pas aux choix de représentation, manifestement, modifiés, du groupe. Les dons continuent d’affluer en menue monnaie ou pains de sucre. La dua reprend inlassablement. Ensemble, ils disent encore la Prière du Prophète :

« Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselmn. Subhâna rabbîka, rabbî izzati ama yaçifûn. Wa salama alaykum, wa salam ala mursalim… »

17À la fin, la main est spontanément passée sur le visage comme à chaque fois qu’une invocation religieuse est achevée, comme pour mieux s’imprégner de ce moment de piété collective.

  • 178 Argana timarghîn, l’arganier des femmes, de même que l’arbre de Shamharush dans le h’urûm du saint, (...)

18Le cliquetis des crotales reprend, le groupe monte vers le haut du village sur l’artère principale du village ancien d’Agadir, femmes et enfants accompagnent. Tout le monde chante. Les tighnawîn-s aux couffins légèrement en retrait, suivent. À mesure que les circumbulations se renouvellent, les tours s’agrandissent. Un troisième tour est entamé contenant le tombeau mais englobant une aire plus large par le lit de l’oued, puis un quatrième tour au lieu-dit « Tafrat n’Isemgan », où jadis se trouvait une énorme pierre et un arbre qui a survécu et auprès duquel est sacrifié l’animal. Puis un arrêt est fait pour une famille de Chorfa ayant « osé construire en partie sur ce rocher sacré » ; une bénédiction est prononcée à sa demande, une fois le sacrifice accompli. C’est à partir de ce lieu, qu’une des tiwiwin-s accompagnée d’un homme du cortège, s’en détachera pour se rendre au sommet de la butte en un lieu appelé « ‘Alû Uzemmûr ». Une circumbulation sera esquissée par la femme tandis que l’homme prononcera une invocation tout en égorgeant le poulet. La jeune fille déposera alors le lbsis, « au pied du seul arbre178 de la montagne ». Puis, toujours distinctement du cortège, ce couple fera de même en un autre lieu appelé « Sidi Ffu-e », et enfin à Anû n’ifrân, le « puits couvert le plus vieux du village » (aujourd’hui asséché). Après avoir accompli ces trois stations, ils rejoindront le cortège là où il est parvenu.

19Car, pendant ce temps, la procession aura accompli une autre station dans l’ensemble des lieux liés à l’approvisionnement en eau d’Imi n’Tatelt, des lieux souterrains : Imi n’Tifrit (« la porte de la petite grotte »), puis au lieu-dit « Lala Tkhfa-e » (la femme cachée), et enfin à Imi n’Budhêr derrière la mosquée, par une porte arrière donnant sur le cimetière des Noirs. Les chevreaux sacrifiés seront destinés au Tolbas, tandis que les poulets seront réservés à certaines familles et au repas du soir de la délégation des Isemgan-s, leur repas d’ouverture après la dernière prière de la journée et l’ah’wash de la nuit.

20De façon plus marquée que les autres mûssem-s, les circumbulations de la foule autour du tombeau, sont plus nombreuses et plus intenses, le premier jour. Conduit par le moqqadem qui tient le coffre métallique et le couteau, qui portait au départ les caprins à sacrifier, femmes et hommes, jeunes gens et enfants, suivent le cortège et accompagnent un mouvement tumultueux où l’on prononce des paroles convenues qui n’établissent pas de grande différence avec les mûssem-s précédents orchestrés par la descendance des Chorfa, même si La Fâtiha (« L’Ouvrante », Coran, I) est prononcée tout aussi systématiquement dans les autres mûssem-s au moment des invocations, elle n’est pas illustrée par le mouvement du groupe : sitôt prononcée par ledit groupe, il entonne un premier cercle, puis un second, voire un troisième, matérialisant l’idée de tayfa (cercle, tour), la dernière partie de L’Ouvrante est encore rappelée plusieurs fois :

« …Dirige-nous dans de droit chemin (aç-çirat al-mustaqîm) : le chemin de ceux que tu as comblé de bienfaits ; non pas le chemin de ceux qui encourent ta colère, ni celui des égarés… »

21En l’écoutant littéralement et en observant précisément le groupe évoluant, transparaît sa volonté de coller à une recommandation prise à la lettre. La référence au pèlerinage majeur avec son rituel des circumbulations autour de Ka‘ba de la Mecque, référence directe, où le tombeau ferait ici figure de Ka‘ba locale, est indéniable pour toutes les manifestations religieuses. Ce qui étonne, c’est qu’un tel mouvement soit timide pour les tayfa-s précédentes, pourtant davantage marquées par le licite, alors que la circumbulation est un moment très attendu pour beaucoup de participants : « Nous tournons autour de notre saint pour qu’il nous protège toujours ». Il transparaît une revendication sourde des Noirs d’être les descendants du saint au même titre que les Blancs, de s’arroger de la baraka de Sidi Mhammd Û Ya‘qûb. N’oublions pas qu’alors, les circumbulations se font autour du cimetière des Blancs, le cimetière des Noirs est oublié pendant ces cérémonies [voir Planche n° 57].

22Les huit circumbulations accomplies, le cortège d’hommes terminera sa marche par la prière du maghrîb à la mosquée. Auparavant, une longue dua aura été prononcé par le Chérif reprenant la Prière au Prophète complétée d’autres futuhât-s convenues.

  • 179 Exclusivement masculins. Contrairement à d’autres troupes de tribus voisines où les femmes peuvent (...)

23C’est également devant la mosquée ancienne, la mosquée du saint, qu’ont lieu les danses de la nuit. Pour l’occasion une sono électrique est branchée à des baffles puissantes, alors que l’écran d’une télévision est relié à une caméra. Les Isemgan-s179 chanteront et danseront toute la nuit. Les invocations religieuses seront momentanément suspendues faisant place aux poètes-chanteurs (rays pl. rways) devant un public important composé du village tout entier (hormis quelques jeunes filles Chorfa curieuses cachées sous de grands draps, et quelques Chorfa mineurs, la majorité des Chorfa boudera la soirée).

1.2 Tentative d’interprétation de la première journée

  • 180 « Tout ça c’est des traditions (taqalid) des anciens, on les suit, mais il faut comprendre que les (...)

24Cette première journée d’ouverture est très intéressante, d’abord parce qu’elle mêle des rites symboliques très forts, propres à cette communauté et à cette région, ensuite parce qu’hommes et femmes participent à la cérémonie en se répartissant les rôles. Contrairement aux jours suivants, il n’y aura pas de vente aux enchères, ni de distribution de rafraîchissements et autres apports introduits récemment en ces cérémonies traditionnelles réputées sur place archaïques180. D’emblée, se fait jour, à nouveau, l’idée du don et du contre-don comme moteur des rituels.

1.2.1 Le rôle des femmes

25Le premier jour qui se caractérise par une procession importante, réunissant toute la communauté, est une journée qu’inaugurent les femmes : tout se passe d’abord de femme à femme en effet : la tawaya (non muette) nubile vient implorer la Chérifa, mère du foyer. Ensuite, le don est transporté à l’intérieur d’un foyer semg d’une autre maison qui sert de dépôt aux offrandes. N’oublions pas que la Chérifa qui, ouvre ainsi l’entrepôt de sa maison, est cloîtrée à Imi n’Tatelt, et qu’une femme ne doit jamais parler à un homme autre que celui du foyer (son beau-père, l’un de ses fils et son frère, ses neveux encore enfants), elle ne peut donc directement communiquer qu’avec une femme. Les jours suivants, comme nous le verrons, les dons transiteront par les hommes et dans la rue. Les dons – les dattes notamment, fruits d’un arbre de fécondité – mais aussi l’orge, ce grain primordial qui fabrique le pain quotidien (offert simplement lavé), sont des dons féminins ; et parce qu’ils se produisent au seuil des demeures, ils semblent venir symboliser l’importance de la fécondité :

  • 181 P. Bourdieu. Le sens pratique, Minuit, Paris, 1980, p. 442.

La maison est « le réceptacle de la prospérité qui lui advient du dehors, le ventre qui, comme la terre, accueille la semence et, inversement, [permet] de contrecarrer l’action de toutes les forces centrifuges, capables de déposséder la maison du dépôt qui lui a été confié.181 »

26Les femmes Chérifas garantes de la h’orma (protection-fécondité) du foyer s’assurent ainsi, par ces gestes généreux chaque année, de la fertilité de leur demeure, du renouvellement de la prospérité de leur famille sur laquelle elles veillent continuellement et qui est la préoccupation principale de leur existence de recluses. Les Blanches s’acquittent de cela en souriant et avec beaucoup de courtoisie en se plaçant hors des schémas sociaux habituels à Imi n’Tatelt.

  • 182 Une fois posés dans les grottes, les sources et les autres emplacements choisis, personne ne touche (...)
  • 183 Tous ne semblent pas être venus retirer le « leur ». Venir chercher son tumit obéit-il à la ada (c (...)

27Il est intéressant de noter cet autre renversement : outre le fait que la Chérifa porte les sacs elle-même à la tawaya, l’une des Chérifas du lignage de l’ancien maître s’est chargée ce jour-là de préparer le repas du foyer des Noires occupées, inversant le rôle traditionnel de chaque groupe. Il apparaît donc clairement que pour libérer les Noires très occupées, les Blanches ont préparé en plus des offrandes en nature, le repas de la journée. Les Noires prennent les dons et les transportent au sein de leur propre foyer (le foyer de la famille élargie du lignage) représentant le groupe. Une fois un certain nombre de mesures effectuées pour compter et se partager les dons, elles vont très rapidement sortir du foyer et du vieux grenier de la maison du patriarche pour se poster dans la rue et à proximité du tombeau et confectionner ces fameux pains qui contiennent en égale proportion orge et dattes. Sous le regard de tous et exposés au monde, les pains vont circuler d’une main à une autre, d’un réceptacle à un autre (des mains au pilon, des mains de l’une à celles de l’autre, du pilon au couffin). Les circulations ne s’arrêtent pas là. Car ces pains ne sont évidemment pas destinés à être consommés – on dit que le lbis disparaît pendant la nuit182 – ainsi ces pains iront satisfaire les « autres gens ». Confectionnés hors du foyer et à proximité d’une place environnée d’esprits, les pains circuleront partout dans le village et jusque dans le garde-manger des maisons des Chorfa qui les auront réclamés183 .

1.2.2 Favoriser la baraka

  • 184 Chez les Berbères, comme dans de nombreuses civilisations, l’œuf, qui contient le germe à partit du (...)

28Il faut remarquer encore que ces pains (tumatîn) confectionnés sans prononcer aucune parole pour ces sacrifices ne sont pas cuits et ne contiennent pas de sel : cette nourriture crue préparée par des filles nubiles, est évidemment destinée aux esprits chtoniens et va être au départ placée dans le grenier de tout un groupe lignager. Il faut s’attirer les forces bénéfiques, ou du moins les repousser, et pour cela il faut se conformer à certaines prescriptions. Comme dans de nombreux pays de la Méditerranée, les pains ont à voir certes, avec les puissances liées à la fécondité (Armengaud 2000), mais ils sont surtout à mettre en rapport ici, à Imi n’Tatelt, avec celles incertaines, des esprits ou mauvais-génies (shaytân) avec lesquels les Isemgan-s ont la réputation d’être très proches. Dans l’enclave sacrée, le rôle de ces anciens esclaves qui, pendant leur mûssem affirment leur identité de Gnawas, est clairement de favoriser la baraka. Ainsi, la procession d’ouverture du Mûssem des Isemgan-s est caractérisée par de nombreuses circumbulations qui relient le tombeau du saint à d’autres lieux chargés (sommets, grottes, puits, arbres) où s’accomplissent des rites essentiellement tournés vers les esprits chtoniens pour lesquels sont offert le sang d’un animal sacrifié, un pain tumit, avec deux œufs, et un peu de farine blanche. Toutes ces circumbulations se font dans le h’urûm très resserré du saint, d’abord autour du tombeau (point le plus intense) puis concentriquement dans des périmètres qui englobent les trois villages d’Imi n’Tatelt, Agadir, Derwano et Izder. Remarquons immédiatement que toutes ces processions ne touchent pas le talimemt et ne vont pas à la zawya, lieux de station habituels des autres mûssem-s très religieux de printemps. Par contre, un équilibre homme/femme est respecté dans chacun des rituels pour favoriser la circulation des forces bénéfiques liées à la fertilité et incarnées par la femme (ou le couple qui gravit la colline), symbolisées par les œufs184, et les pains confectionnés qui sont clairement une métaphore de la nourriture primordiale. La femme, les jours suivants, sera écartée des rituels.

  • 185 Il est à souligner que ceux ou celles qui sont seuls autorisés à aller chercher l’eau ou à pénétrer (...)

29Incarnation du sacré et réceptacles naturels, les grottes, sources185 ou arbres qui environnent Imi n’Tatelt ne sont pas liés à l’efficacité agraire, du moins directement. Car il est évident que comme de nombreux lieux de ce type c’est le « contexte religieux allogène associé à une réalité historique [plus] récente qui confirme le caractère obligatoire du rite, et l’intention qui la supporte en la maintenant dans sa fonction primordiale » (El Alaoui 2001 : 96). Certains de ces lieux peuvent par ailleurs, lors de visites de pèlerins, faire l’objet de « stations » (ou aç-çirat, l’épreuve salutaire). Considérés alors comme des supports, des franchissements potentiels ou des obstacles où est mimé leur contournement, lors d’une pérégrination qui conduit autour d’un pôle fondamental, ces entités topographiques et hiérophaniques vont guider un pèlerin dans un cheminement précis qui est censé figurer le « cheminement selon la voie droite » (ahdinâ aç-çirat al-mustaqîm) dont l’image fameuse est ce fil reliant les deux rives de l’au-delà et surplombant l’enfer dans Le Coran. Dans cette ultime épreuve (très courte pour les saints), ceux qui ont péché ne réussissent guère ce passage et la vie ici-bas est une suite d’épreuves qui entraîne à se fortifier dans le droit chemin pour obtenir son Salut éternel. Les femmes sont souvent celles qui renseignent le mieux sur les pouvoirs de ces lieux habités dont l’un à Imi n’Tatelt s’appelle clairement « fûm njnûn », l’entrée des esprits et où l’on ne doit jamais aller la nuit.

  • 186 Singulier de tayfa, « tour » dans l’orthographe d’E. Doutté.

30Se resserrent ainsi d’abord autour du pôle sacré (tombeau du saint), des circumbulations rythmées par des sacrifices et des invocations de baraka. Ensuite ces circumbulations ne vont plus cesser de s’agrandir, jusqu’à la halte dernière à la mosquée. Ainsi entre le lieu de la vie et de la mort (tombeau), et le lieu de la prière quotidienne (mosquée) incarnant un religieux licite, les cercles s’agrandissent jusqu’à toucher des périphéries dangereuses, considérés comme des réceptacles potentiels à des esprits peut-être maléfiques mais qu’on peut apprivoiser. Puis les circumbulations se resserrent ensuite encore vers un seul chemin possible : celui de la voie étroite, la voie de Dieu pour la dernière prière avant la nuit. Les rituels incarnent alors l’idée des tournées rituelles de pèlerinage (tawaf186), clairement effectuées pour se purifier (Doutté 1908 : 577-580).

31La cérémonie obéit ainsi à plusieurs moments, des moments de préparation, moments silencieux orchestrés par les femmes confectionnant une nourriture primordiale non cuite et très sucrée et qui ne les quittera, tout au long du cortège que pour être déposée, par elles, en des points précis ; des moments où, au contraire, on annonce la présence bruyante des hommes par les coups répétés des tambours qui ouvrent la marche, et par le rythme cadencé des crotales ; puis des moments où le groupe tend à s’approcher – l’officiant n’opère jamais seul – de ces lieux dangereux où il a été prévu d’apporter avec soi, en nombre suffisant, ces offrandes susceptibles d’apaiser des esprits qu’on espère satisfaire (le sang, le sucre, le œufs ou le tumit). Pendant les circumbulations, les femmes restaient davantage à l’écart de ces sièges potentiellement funestes tandis que les hommes et le cortège se réduisait ; lorsqu’ils remontaient et se rapprochaient du tombeau ou de la mosquée en revanche, le cortège s’épaississait.

1.2.3 Un contre-don vital

32Ancrées dans des « entités ritologiques » puissantes, les circumbulations apparaissent comme des réseaux censés affermir les forces bénéfiques en se conciliant les forces purificatrices d’une part du don (le don est purificateur), et les forces occultes de l’autre de don de la communauté des Noirs aux « autres gens ». Voyant combien la communauté blanche participe et ne rechigne à donner à la communauté noire ces dons en nature, on comprend qu’elle aussi doit y trouver son compte pour des actions qu’elle ne peut visiblement susciter seule. Il est aisé de comprendre que les deux communautés, ensemble, vont utiliser un seul canal pour retrouver in fine le don qu’elles ont perdu : car « la destruction sacrificielle a précisément pour but, comme l’écrivait Mauss, d’être une donation qui soit nécessairement rendue » (1923-24 : 167). Ces sacrifices effectués en des points qui semblent tracer la frontière du h’urûm du saint, pour ce premier jour, semblent être bien effectués pour susciter un contre-don vital. Mais pour que cela ne paraisse trop flagrant (ou parce que cela était trop évident), le rituel a été quelque peu altéré.

1.2.4 Le sel et le sucre

  • 187 Hell B., Possession et chamanisme (Les maîtres du désordre), Paris, Flammarion, 1999, p. 303.
  • 188 Certains sacrifices sont jugés impies lorsqu’ils sont, comme ici, effectués dans des lieux non-conf (...)
  • 189 Ainsi, ce jeune Chérif qui me déclarait à propos des cérémonies pieuses de Tayfa n’ibrîl : « Mais t (...)

33Le sucre, symbole de richesse et d’aisance devait également signifier l’importance du don et affirmer le statut supérieur du donateur. En tant que descendant du Prophète, le Chérif en faisant ce don (autrefois coûteux) réaffirme son statut particulier et sa proximité avec le divin. Chez les Gnawas, le sucre s’oppose au sel. Le sang, le sucre, certaines nourritures, des oeufs – jamais de sel – apparaissent ici essentielles pour opérer le rite du mûssem des Isemgan-s : il est évident, même si cela ne doit pas se dire, qu’on scelle une alliance avec les esprits, avec « les autres gens ». Cela nous l’aura été signifié plusieurs fois, en toute discrétion. Pour nouer un dialogue avec les génies, avec la « surnature » à Imi n’Tatelt, comme ailleurs dans tout le Maghreb, on lui présente des nourritures qui la satisferont et chacun se conforme à des positions qui ne peuvent nuire ni à soi-même, ni au groupe : ainsi ces « offrandes alimentaires traduisent[-elles], sous une forme matérielle, et par là mesurable, la participation des hommes au cycle du don et du contre-don.187 » Il faut là encore capter et mettre en circulation la baraka. D’où la présence du Chérif qui fait les dua-s. Même si tous ces rituels sont apparus quelque peu aseptisés pour qu’on ne puisse crier au sacrilège ou diaboliser ces pratiques188, les sacrifices et les rituels des processions Isemgan-s ne sont pas vraiment liturgiques. Ils font appel à des sphères plus troubles, plus difficiles à circonscrire certes, mais également moins austères et plus séduisantes que celles agissant pendant les Tayfa n’ibrîl189 que les officiants semblent avoir souvent dépouillé de caractère local pour coller à une donne religieuse internationale, normée, calibrée (Hammoudi 2005 : 69-96).

1.2.5 Un rituel altéré

  • 190 « Du temps de mon grand-père et de mon père, c’est à notre loi (qanun) à laquelle ils avaient affai (...)

34Les anciens nous apprennent que trois actes ont été supprimés de ce rituel dans les années soixante-dix : d’abord c’est à la famille Uzîz du lignage Ayt Lahsen, que revenait l’honneur de donner trois coups de tambour (ganga) pour ouvrir les cérémonies. Le rituel complet exigeait que soient posées auparavant trois amandes et trois dattes sur le grand ganga. Un poulet était égorgé – il revenait au Chérif qui prononçait la bénédiction d’ouverture de l’offrir – alors les festivités pouvaient commencer. Au préalable, les dates des festivités avaient été fixées, l’autorisation demandée à ce même lignage, le délai alloué ; le lignage restait le garant de l’ordre en cas de problème190, il se réservait le droit notamment d’arrêter ou d’abréger les festivités.

35Ceci montre combien cette licence était soumise à l’accord de l’autorité blanche locale et que ces festivités étaient, contrairement aux Tayfa n’ibrîl-s, d’abord une affaire locale, à l’intérieur d’une communauté. La licence accordée pour quelques jours pouvait être interrompue par ceux qui avaient le pouvoir, qui décidaient du temps et des étapes. Si de nombreux espaces étaient partagés, il est un fait que certains, des plus importants (la zawya, le talimemt) n’y jouaient aucun rôle fondamental.

  • 191 Y aurait-il un lien entre ce h’ayk blanc et le « voile de laine blanche tombé du ciel » qui serait (...)
  • 192 Ni même commenté, puisque visiblement tous les hommes semblent avoir oublié ce rituel alors que les (...)

36Ce rite d’ouverture et de vassalité quelque peu humiliant pour les Isemgan-s semble avoir été supprimé par la famille elle-même au moment de l’affranchissement des esclaves. Un dispositif particulier au sacrifice a été également supprimé : l’utilisation devant le chevreau immolé d’un grand h’ayk blanc191. Enfin, il était alors coutumier de laver le pied du chevreau avant de le sacrifier. C’était ludhu, l’ablution. Il est évident que ces rituels ont disparu parce que considérés comme hérétiques (bida) par les Orthodoxes locaux et n’étant pas non plus indispensables au capital symbolique du saint, ils faisaient, ici comme ailleurs, l’objet d’un époussetage des signes du religieux, qui est venu transformer les rituels et geler toute tentative de compréhension de la signification de ce qui n’est plus observable192.

37Gardons à l’esprit cependant que, traditionnellement, le mûssem n’Isemgan-s est un rituel totalement interne à Imi n’Tatelt : il est un processus qui ne se joue qu’entre Blancs et Noirs ; il ne concerne, à l’origine, que les gens d’Imi n’Tatelt dans une fonction de rééquilibrage social par les forces chtoniennes internes à la localité.

1.3 Les jours suivants

1.3.1 Les trois quartiers réunis

  • 193 Comme son nom l’indique, c’est la place de quartier habituelle où se tenaient traditionnellement le (...)

38Imi n’Tatelt est composé de trois quartiers : Agadir, le plus ancien, placé au centre est doté d’un escalier naturel formé dans le rocher, qui fait office de rue principale et débouche sur l’aire aux sacrifices, devant le tombeau du saint. Il fait face à la zawya et est le quartier le plus proche de la mosquée. Izder est le quartier du bas, il possède sa mosquée, plusieurs puits de khetarra-s l’approvisionnent. Enfin, le dernier quartier, Derwano, qui est aussi le « moins ancien », s’est développé de l’autre côté de la butte principale, au-dessus du cimetière des Noirs [voir Planche n° 20]. Chacun de ces quartiers « du plus vieux au plus récent » reçoit en différents points, la délégation des « Noirs », puis invariablement, le cortège s’installe sur une place (assays193), fait une bénédiction, suivie d’une danse. Les danses des personnes d’un certain âge ne sont pas les mêmes que celles des plus jeunes : dans sa structure ancienne, la danse se caractérise par une forme très intériorisée les yeux fermés, en tournant autour de soi, en piétinant beaucoup : c’est clairement une danse de possession, très lente et très saccadée. Des cris régulièrement déchirent l’espace. Cependant, la tendance actuelle comme nous le verrons, est à l’uniformisation des propos, des gestes, des danses et des procédés. Certaines actions semblent aseptisées, comme censurées. En discutant avec les anciens sur la structure des festivités de naguère comparées à celles d’aujourd’hui, différents traits apparaissent comme venant d’ailleurs, comme plaqués et n’appartenant visiblement pas toujours au lieu.

1.3.2 Importations

  • 194 Une douzaine de tajines sont servis pour chacun des repas de ces trois journées dans la grande mais (...)

39Ainsi, le second jour (un mardi), le troisième jour (mercredi) et le quatrième (jeudi), le déroulement sera conduit de la même façon, pour chaque quartier jusqu’au dernier jour qui se clôturera par la prière du vendredi – hormis un sacrifice bovin inaugural qui suit la première et qui déroge à la règle des autres jours (et de la tradition des Isemgan-s). Ainsi, au petit matin du second jour, la délégation se rend sur la place principale, Artzqdem ndaba-ih’, et égorge une génisse. Conformément à la tradition islamique, les organes putrescibles et non partageables équitablement sont mis de côté pour être vendus aux enchères juste après le dépeçage (foie, boyaux, estomac, poumons, de même que la tête, les pieds, et la peau), tandis que les autres parties du corps de l’animal serviront aux différents repas des jours suivants194.

  • 195 Même si la pratique des ventes aux enchères et du crédit qu’elle procure existe dans d’autres local (...)

40On peut se demander pourquoi ce sacrifice majeur de bovin intervient le second jour et non le premier et dès lors l’opposer aux sacrifices mineurs de la veille (caprins et volaille). Faut-il poser l’hypothèse d’une introduction récente destinée à augmenter le prestige d’un mûssem ressenti comme trop pauvre, en transformant le rituel du passé où la viande était rare, en une « vraie fête », celle du nanti ? L’introduction des enchères195 exprime également une innovation très récente qui a permis à la communauté de limiter son endettement pour organiser des fêtes de plus en plus ostentatoires. Les prix sont très supérieurs aux prix fixés par le marché. Dans les sacrifices occasionnels effectués par un groupe, il n’est pas rare que la viande soit partagée en parts pesées estimées égales (asghar), ici c’est davantage pour exprimer la force de leur groupe, et leur richesse, que les Isemgan-s reproduisent ce qui s’est passé, il y a de cela quelques jours, pour les Chorfa. Nous verrons d’autres pratiques encore – plus ou moins récentes – qui sont accomplies en miroir du groupe dominant socialement des Chorfa.

41Enfin, c’est l’avant dernier jour, le jeudi que la délégation fait sa visite pieuse à la Zawya. D’emblée, il faut noter qu’elle ressort par une cour intérieure – et non par la porte principale du sanctuaire. La délégation reçoit le don de la Zawya, le bénit dans cette même cour intérieure ; puis chante, danse et y organise la distribution de cafés (au lait) chauds et de biscuits qu’elle offre à tous ceux qui se tiennent alors dans la Zawya ; puis enfin elle rejoint, au son du tambour, le dernier quartier de Derwano. Ensuite, après le repas du soir et la dernière prière de la journée, la troupe revient danser jusqu’au petit matin, là où elle chanta le premier jour, sur la place de la mosquée. 

Tableau n° 10 : Étapes de mûssem n’Isemgan-s à Imi n’Tatelt

Jour

Etapes

Nom des lieux

Actions des femmes tiwiwin

Actions des hommes isemgan

Jour 1er - Lundi

1

Maisons des Chorfa
à travers Imi n’Tatelt

Quêtes des offrandes auprès des Chorfa

2

Maison ancienne dans village d’Agadir pour les femmes
Maison communale et mosquées des quartiers respectifs de chacun

Confection des tumatîn

Les hommes se retrouvent,
partagent un repas, s’organisent (comptes, tirages au sort, désignation des officiants)

3

Artzqdem ndaba-ih’

Confection des tumatîn en public
Distribution de menus dons aux enfants

Début des cérémonies en musique
Appel premier et regroupement de la procession avant les circumbulations

4

Lgurna

Premier sacrifice (3 coqs)
Première çirat (circumbulation) courte autour du portique
dua (Invocation-bénédiction)
2 tours au tombeau
Second sacrifice (chevreau)

5

Tafrat n’Isemgan

Premier tour au tombeau
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
Seconde çirat (circumbulation)
Du
a (Invocation-bénédiction)
Troisième sacrifice (coq)

6

Butte ’Alû Uzemm

Quatrième sacrifice (coq)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
1 tawawa + 1 homme du cortège

7

Sidi Fu-e

Cinquième sacrifice (coq)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
1 tawawa + 1 homme du cortège

8

Anû n’ifrân

Sixième sacrifice (coq)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
1 tawawa + 1 homme du cortège

9

Imi n’Tifrit

Septième sacrifice (chevraux, coqs)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
Sixième çirat (circumbulation)
Du
a (Invocation-bénédiction)
Toute la procession

10

Lala Tkhafa-e

Huitième sacrifice (chevraux, coqs)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
Septième çirat (circumbulation)
Du
a (Invocation-bénédiction)

Jour 1er - Lundi

11

Imi n’budhêr

Les femmes quittent le cortège et rentrent chez elles

Neuvième sacrifice (chèvres)
Offrandes des tumatîn, œufs, farine blanche
Huitième çirat (circumbulation)
Du
a (Invocation-bénédiction)

12

Mosquée ancienne du saint

Prière du maghrîb à la mosquée

13

Place devant la mosquée ancienne (contrebas)

Les femmes regardent mais ne participent ni aux chants, ni aux danses

Ah’wash-s jusqu’à l’aube

Jour 2nd mardi

14

Mosquée du quartier
Village 1 Agadir
(mosquée ancienne)

Prière de l’aube

15

Artzqdem ndaba-ih’

1 bovin est égorgé

16

Mosquée ancienne

Prière du midi

Maison commune
des Isemgan-s

Repas en commun des hommes

17

Artzqdem ndaba-ih’
Ruelles du Village
d’Agadir

Sollicitation de l’aumône dans le quartier
Puis vente aux enchères

Les femmes peuvent assister à la vente aux enchères et y participer discrètement

Du‘a longue
Prière du açr
Reprise des ventes aux enchères

18

Prière du maghrîb à l’ancienne mosquée

19

Place devant la mosquée ancienne (contrebas) et/ou Assays de quartier

Les femmes regardent mais ne participent ni aux chants, ni aux danses

Ah’wash-s jusqu’à l’aube

Jour 3ème mercredi

20

Mosquée du quartier
Village 2 Izder

Prière de l’aube

21

Maison commune des Isemgan-s

Repas en commun des hommes

22

Ruelles du Village dIzder

Sollicitation de l’aumône dans le quartier, dua
maisons de Chorfa sollicitées directement

23

Les femmes peuvent assister à la vente aux enchères et discrètement y participer

24

Prière du açr
Reprise des ventes aux enchères
Goûter servi à tous (collation)

25


Assays de quartier

Les femmes regardent mais ne participent ni aux chants, ni aux danses

Ah’wash-s jusqu’à l’aube

Jour 4ème jeudi

26

Mosquée du quartier
Village 3 Derwano

Prière de l’aube
Prière du midi

27

Maison commune
des Isemgan-s

Repas en commun des hommes

28

Ruelles du Village
de Derwano

Sollicitation de l’aumône dans le quartier
Puis vente aux enchères
Puis goûter servi à tous (collation)

29

Sanctuaire de la Zawya
par la porte latérale

Prière du açr dans salle de prière de la zawya
Bénédiction et don de la zawya aux Isemgan-s
Goûter servi à toutes les personnes présentes

30

Goûter (café au lait et gâteaux) pour tous, hommes, enfants,
quelques femmes sur le seuil de leur maison
toutes les femmes confortablement installées sur des nattes

31

Prière du maghrîb

32

Assays de quartier

Les femmes regardent mais ne participent ni aux chants, ni aux danses

Ah’wash-s jusqu’à l’aube

Jour dernier vendredi

33

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du midi
Un vendredi saint
(les hommes uniquement)

  • 196 Lorsque la caisse des fonds récupérés de l’année précédente ne suffit pas à couvrir les frais des d (...)

42Le cinquième et dernier jour (le vendredi), une grande réunion rassemblera à nouveau l’ensemble des Isemgan-s. Ils déjeuneront ensemble pour la dernière fois dans la salle des fêtes qui leur est attribuée (une vaste maison appartenant à un notable), ouvriront la « caisse » de dons196, feront les derniers comptes, payeront dettes et emprunts pour l’organisation de la fête, puis iront prier. L’après-midi, tout le monde ira chanter et danser. Les danses seront systématiquement entrecoupées par la vente aux enchères devant la mosquée, des pains de sucre et des sacs d’orge, payables l’année suivante. Les gens habitant l’extérieur seront souvent partis avant la fin des enchères mais, le soir, il n’y aura pas d’ah’wash marquant la fin du cycle.

1.3.3 Récentes innovations

43Les Isemgan-s le disent volontiers, les enchères sont une création récente inspirée par d’autres localités les pratiquant. Le prix est symbolique, l’officiant les présente comme un « baruk » (don sacré, don chargé d’un influx bénéfique), pour influencer les acheteurs potentiels et justifier le surcoût d’une denrée très banale, lors des après-midis de retrouvailles dans les différents quartiers du village, mais également dans les ah’wash-s et notamment le dernier où, les bougies, le thé et les amandes sont remplacés par les parfums, les boissons gazeuses, les plateaux de sucreries :

  • 197 Témoignage oral de Brahim Zawit, trésorier de la délégation des Isemgan-s, Imi n’Tatelt, avril 2004

44« Autrefois, les gens donnaient çadaqa pour faire un grand ma‘rûf (couscous) ; aujourd’hui avec les dellala-s (enchères), la mise est doublée et on peut s’offrir un vrai orchestre avec de la vraie musique et de vrais micros »197.

45Le sentiment d’avoir hérité d’une coutume (‘ada) pauvre, trop marquée socialement, a incité le groupe à une série de transformations censées l’anoblir et l’ouvrir à d’autres groupes que le leur.

  • 198 Faire venir un poète coûte cher.

46Autre création récente, la venue des poètes-chanteurs (rways) pour des ah’wash-s aux odes très longues à la manière des tribus qui environnent Imi n’Tatelt (Tata, Tagmut, Idaw Kensus, Idaw Nadif). Ces apports dynamisent la fête et attirent d’autres personnes que celles de la communauté, tout en suscitant des flux monétaires intéressants198. C’est notamment un photographe, natif d’Imi n’Tatelt et gérant d’un petit studio photographique à Marrakech, qui vend des vidéos, des disques Dvd de soirées ou Cd de musique, qui en a été l’initiateur, il y a une dizaine d’années. En déplaçant le champ de l’observé à la ville, il a participé à cette transformation du mûssem. L’objectif du groupe reste évidemment le prestige et l’honneur, et ce, en revendiquant une appartenance évidente à la modernité.

Notes

168 La participation aux cérémonies nocturnes est interdite aux Chorfa. Seuls quelques jeunes franchissent cet interdit non sans revendiquer un ordre social différent.

169 Lundi 28 avril 2003, lundi 3 mai 2004, lundi 25 avril 2005 (décalé à cause du mawlûd), lundi 30 avril 2006.

170 Les quantités données sont 5 abra-s (mesures) d’orge, 5 l. d’huile, 5 abra-s de dattes, un couffin d’œufs, 5 pains de sucre par foyer. On peut donner des équivalents de ce que l’on n’aurait pas à disposition, le maïs à la place de l’orge, les amandes ou les noix à la place des dattes.

171 Il s’agit de la dernière fille du moqqadem décédé pour celle autorisée à dire la supplique, d’une sœur non-mariée du moqqadem et d’une cousine d’âge mûr, mère de plusieurs enfants.

172 Même si, à aucun moment, n’apparaît le genbri (cithare à boîtier).

173 On retrouve là encore le rattachement au lignage des Chofas Ayt Ahmed, branche Uzîz, l’une des branches les plus puissantes de la descendance du Saint d’Imi n’Tatelt, depuis le XVIIIe-XIXe siècles.

174 Là encore on commence par la Prière du Prophète.

175 « Dieu et Mohamed Son envoyé ».

176 Sauf pour le dernier chevreau égorgé à la mosquée. Si tous les chevreaux n’étaient pas tous attachés, ce détail ne m’aurait pas intrigué or le fait d’avoir un traitement particulier pour l’un d’eux est révélateur d’une signification particulière mais qui ne peut se réduire à la commodité d’avoir un animal ligoté pour mieux le transporter jusqu’à l’immolation.

177 Traduction : « Je me soumets [à Dieu]. Je me soumets au ciel, je me soumets à la terre. Salut à Mhammd Û Ya‘qûb, salut aux petits et aux grands. Qui nous a pris notre bien-être ? À nous la protection de Notre Seigneur Dieu ! Joignez les mains. La protection de Notre Seigneur et de Sîdî Ya‘qûb ! La protection de Sidna Bilâl ! Que Dieu comble de bienfaits nos parents et les vôtres ! Que Dieu comble de bienfaits nos aïeux et les vôtres ! Que Dieu vous protège ! Que Dieu vous bénisse ! Qu’Il vous chérisse ! Celui qui aspire au bien, Dieu le satisfera. Dieu dénoue les problèmes ! »

178 Argana timarghîn, l’arganier des femmes, de même que l’arbre de Shamharush dans le h’urûm du saint, sont deux entités végétales qui sont l’objet de rites précis lors de l’almuggar de Sidi Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt, favorables notamment pour le premier aux unions des couples qui s’y rencontrent et qui peuvent (ou pouvaient naguère) se marier sur le champ. Voir Pascon P. (dir.), op. cit., 1984, p. 181, et pp. 190-192.

179 Exclusivement masculins. Contrairement à d’autres troupes de tribus voisines où les femmes peuvent être mêlées aux ah’wash-s soit par la danse, soit par le chant, soit pour rééquilibrer une soirée et donner aux jeunes-gens des deux sexes l’occasion de briller, les Noirs d’Imi n’Tatelt ont choisi une représentation masculine qui évite toute la critique habituelle. Mais, ils n’empêchent pas une femme – surtout si elle est vieille – de participer aux festivités des soirées.

180 « Tout ça c’est des traditions (taqalid) des anciens, on les suit, mais il faut comprendre que les gens d’avant ne savaient pas toujours ce qu’ils faisaient. C’est un peu arriéré, mais que veux-tu, c’est la tradition… » s’excuse B., un descendant d’esclave qui a réussi à la ville et ne revient que pour Id Kbir et pour les mûssem-s.

181 P. Bourdieu. Le sens pratique, Minuit, Paris, 1980, p. 442.

182 Une fois posés dans les grottes, les sources et les autres emplacements choisis, personne ne touche ces offrandes faites aux esprits (pas même les enfants qui craignent les retombées maléfiques). On dit : « Tu verras, demain matin, il ne restera plus rien » pour signifier que les « autres » gens (les esprits) s’en seront emparés la nuit durant. En fait, au matin, certains pains et certains œufs étaient intacts, d’autres avaient été piétinés, d’autres encore, selon l’emplacement avaient disparu. Ceux de la mosquée par exemple sont restés plusieurs jours à leur intouchés.

183 Tous ne semblent pas être venus retirer le « leur ». Venir chercher son tumit obéit-il à la ada (coutume) ou l’attitude dénote-t-elle un affaiblissement des pratiques ?

184 Chez les Berbères, comme dans de nombreuses civilisations, l’œuf, qui contient le germe à partit duquel se développe la vie, symbolise la fécondité.

185 Il est à souligner que ceux ou celles qui sont seuls autorisés à aller chercher l’eau ou à pénétrer dans les Khetarra-s et autres grottes d’Imi n’Tatelt sont les Isemgan-s qui entretiennent traditionnellement le rapport que l’on sait avec le chtonien.

186 Singulier de tayfa, « tour » dans l’orthographe d’E. Doutté.

187 Hell B., Possession et chamanisme (Les maîtres du désordre), Paris, Flammarion, 1999, p. 303.

188 Certains sacrifices sont jugés impies lorsqu’ils sont, comme ici, effectués dans des lieux non-conformes (les grottes, les sources) ; le sacrifice majeur du bovin introduit le second jour répond sans doute aux critiques de foqahas sourcilleux.

189 Ainsi, ce jeune Chérif qui me déclarait à propos des cérémonies pieuses de Tayfa n’ibrîl : « Mais tu es revenue encore ? Pourtant tu vois bien que c’est toujours la même chose, ici ou à Casa, c’est pareil ! » Ce même jeune homme me confiait plus tard combien, par contre, le mûssem Isemgan lui plaisait davantage, les réjouissances, les jeux, le rire et la licence en général qui y règnent y sont évidemment pour beaucoup dans cette préférence affichée chez plusieurs jeunes Chorfa.

190 « Du temps de mon grand-père et de mon père, c’est à notre loi (qanun) à laquelle ils avaient affaire en cas de problème » raconte Abdellah Oultiligh, avril 2005. Un droit existe par ailleurs à l’intérieur de la communauté, où l’on observe que ceux qui commettent une erreur, ceux qui sont en retard au cortège, ceux qui ne maîtrisent pas leur comportement ou ceux qui ne contrôlent pas leur propos, ceux qui négligent aussi leur tenue, devront s’expliquer devant le conseil des Isemgan-s puis s’acquitter d’une amende (insaff).

191 Y aurait-il un lien entre ce h’ayk blanc et le « voile de laine blanche tombé du ciel » qui serait au cœur de l’un des mythes des origines des Gnawas si l’on prête de l’intérêt aux interprétations de V. Pâques ? op. cit. 1991, p. 35-40.

192 Ni même commenté, puisque visiblement tous les hommes semblent avoir oublié ce rituel alors que les femmes en parlent avec nostalgie.

193 Comme son nom l’indique, c’est la place de quartier habituelle où se tenaient traditionnellement les réunions de l’assemblée et les moments festifs du groupe. Pour le mûssem des Isemgan-s qui réunit toute la communauté, chaque assays est réactivé.

194 Une douzaine de tajines sont servis pour chacun des repas de ces trois journées dans la grande maison servant de salle de réunion à la délégation des Isemgan-s. Le soir, il faut nourrir aussi les musiciens et les poètes invités, c’est donc un sacrifice destiné à nourrir les invités plutôt qu’à servir d’autres fonctions plus symboliques.

195 Même si la pratique des ventes aux enchères et du crédit qu’elle procure existe dans d’autres localités proches (comme chez les Idaw Kensus), elle n’existait pas à Imi n’Tatelt dans cette mise en scène.

196 Lorsque la caisse des fonds récupérés de l’année précédente ne suffit pas à couvrir les frais des dbih’a-s, une famille les prend en charge et elle est remboursée plus tard (« cette famille s’est endettée pour les autres »). Les enchères sont une création récente qui vise à avoir une enveloppe suffisamment importante pour pourvoir pour tous. D’une année sur l’autre, les gains ne cessent d’être exponentiels. Une fois les achats payés (bêtes sacrifiées, achats divers, sono et projecteurs) il reste à la communauté pour organiser la fête l’année suivante quelques dizaines de milliers de dirhams. 2003 : environ 15000 dhs, 2004 : environ 20 000 dhs, 2005 : environ 30 000 dhs. Source : Moqaddem des Isemgan-s.

197 Témoignage oral de Brahim Zawit, trésorier de la délégation des Isemgan-s, Imi n’Tatelt, avril 2004.

198 Faire venir un poète coûte cher.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540