Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Liste des auteurs par ordre alphabétique

Texte intégral

1Marie-Pierre Anglade

mp.anglade@orange.fr

Marie-Pierre Anglade est architecte sociologue ; chargée de cours et de recherche à l’École de gouvernance et d’économie (EGE, Rabat) et à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU, Rabat). Titulaire d’une thèse intitulée Casablanca, une « ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc sous la direction de Nora Semmoud à l’université de Tours et la co-direction d’Agnès Deboulet à l’université de Paris (2015).

2Irene Bono

irene.bono@unito.it

Irene Bono est maître de conférences en sciences politiques au département Cultures, Politique et Société de l’université de Turin en Italie. Elle est chercheure associée à la faculté de Gouvernance, d’Economie et des Sciences sociales de l’université Mohammed VI Polytechnique et fait partie du Fonds d’analyse des sociétés politiques (FASOPO). Ses travaux portent sur le gouvernement de l’inégalité au Maroc dans une perspective de sociologie historique du politique. Dans cette perspective, elle a notamment publié « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les activités génératrices de revenus à El Hajeb » (Politique africaine, 2010) et « Une lecture d’économie politique de la “participation des jeunes” au Maroc à l’heure du Printemps arabe » (Revue internationale de politique comparée, 2013).

3Leïla Bouasria

lbouasria@gmail.com

Leïla Bouasria est professeure habilitée assistante au département de Sociologie de la faculté des Lettres et des Sciences humaines d’Aïn Chock de Casablanca et chercheure associée au Centre marocain des Sciences sociales. Avant de soutenir sa thèse de doctorat en sociologie à l’université Mohammed V de Rabat, elle est passée par l’université de Sussex en Grande-Bretagne pour un master en Anthropologie du développement et de transformation sociale, par l’École Hassaniya des travaux publics/Institut de Strasbourg pour un master en Ressources humaines. Elle travaille actuellement sur les thématiques liées au genre, migration et service domestique. Son ouvrage les Ouvrières marocaines en mouvement : qui paye, qui fait le ménage et qui décide ? est paru en 2013 aux éditions l’Harmattan.

4Soraya El Kahlaoui

sorayaelkahlaoui@gmail.com

Soraya El Kahlaoui, doctorante en sociologie, sous la direction d’Albert Ogien, à l’EHESS, est rattachée au Centre d’études des mouvements sociaux et associée au Centre Jacques Berque à Rabat. Ses recherches portent sur les formes de contestation sociale qui ont secoué le monde arabe depuis 2011. Plus particulièrement, sa recherche doctorale porte sur l’étude du processus de démocratisation et des formes de réappropriation de l’espace public au Maroc à travers une étude comparée des formes de contestation qui ont pu émerger tant sur la scène publique (Mouvement du 20 Février) que dans la sphère cachée (habitat informel). Cette étude se fonde sur une ethnographie d’un quartier d’habitat informel en périphérie de Casablanca. En parallèle de son terrain de thèse, d’autres recherches ont pu être menées, notamment auprès des habitants expulsés des terres Guich Loudaya situées en périphérie de Rabat. Cette recherche vient alimenter le projet de recherche général sur les luttes urbaines.

5Stéphane Gignoux

stephane.gignoux@umrpacte.fr

Juriste de formation (DEA en droit public, Université Lumière Lyon 2), Stéphane Gignoux a exercé de 2011 à 2014 la fonction de « gérant-associé » au sein d’un cabinet de gestion de syndic de copropriétés à Tanger. Il intervient aujourd’hui comme consultant pour le bureau d’étude et de conseil « Act Consultants Associés » (Paris) sur les thématiques de développement international et d’aménagement du territoire. En parallèle, il est associé au Centre Jacques Berque de Rabat (USR 3136-CNRS) où il termine un doctorat en science politique sur les pratiques de la copropriété au Maroc en partenariat avec le laboratoire Pacte de Sciences-Po Grenoble (UMR 5194-CNRS).

6Abdelaziz Hlaoua

hlaoua.aziz@yahoo.fr

Hlaoua Abdelaziz est chercheur associé au CEMS/EHESS/Paris et à l’IREMAM (Université Aix-Marseille). Auteur d’une thèse en sociologie sur le soufisme (2015), il travaille sur l’islam : soufisme, salafisme, normes islamiques. Il a publié avec Aghbal (2015) : « Un comité islamiste de lutte contre la débauche à Aïn Leuh, radioscopie d’un acte de violence » ; il a co-écrit avec Rhani (2014) : « Soufisme et culte des saints au Maroc » et avec Mouna : « Du corps incarné au corps identitaire, le cas du cheikh Sidi Hamza el-Qadiri Boutchich », in Penser le corps au Maghreb, M. Lachhab (dir.).

7Juana Moreno Nieto

juanamorenonieto@yahoo.es

Juana Moreno Nieto est post-doctorante au LabexMed LEST à l’université d’Aix-Marseille, au CNRS Centre Norbert Elias et à l’AMU-EHESS-UAPV-CNRS. Elle a réalisé une thèse de doctorat sur le travail agricole des femmes dans le secteur agro-exportateur de fraises au nord du Maroc au département d’Anthropologie sociale de l’université autonome de Madrid. Ses principales thématiques de recherche traitent de la relation du genre et du travail en agriculture intensive, du genre et des migrations entre le Maroc et l’Espagne et de la coopération espagnole pour le développement au Maroc.

8Khalid Mouna

k.mouna@flsh.umi.ac.ma

Khalid Mouna est anthropologue, professeur habilité de sociologie à la faculté des Lettres et des Sciences humaines, Université Moulay Ismaïl, Meknès. Il est membre associé au Centre Jacques Berque-CNRS, Rabat, Maroc. Ses axes de recherche portent sur les questions du cannabis, du changement social, du corps et de la mobilité internationale. Il est l’auteur du livre le Bled du kif : économie et pouvoir chez les Ketama du Rif (Ibis Press, 2010).

9Pascal Mulet

pmulet@laposte.net

Pascal Mulet est docteur en anthropologie sociale et en ethnologie. Il est associé au Centre Maurice Halbwachs (École normale supérieure, École des hautes études en sciences sociales, CNRS). Ses recherches portent notamment sur les pratiques économiques et la production des territoires en milieux agro-pastoraux de montagne.

10Catherine Therrien

catherinetherrien@yahoo.fr

Catherine Therrien est une anthropologue de nationalité canadienne résidant au Maroc. Elle a soutenu une thèse de doctorat à l’Université de Montréal (Ph.D) sur les couples mixtes dans le contexte marocain. Elle enseigne à l’Université Al Akhawayn d’Ifrane (AUI) et dans le cadre du programme International Study Abroad (ISA) à Meknès. Elle est chercheure associée au Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat et membre du groupe d’études et de recherches sur les mobilités transnationales, à l’UMI de Meknès. Elle a coordonné récemment un projet de recherche et un ouvrage collectif sur la migration des Français au Maroc. Ses axes de recherche portent sur la question identitaire, la migration, la mixité et les enjeux interculturels. Elle a notamment publié et/ou coordonné des numéros spéciaux de revues portant sur la question de la mixité conjugale, notamment pour les revues Enfances, familles, générations ; Revista de Sociologia ; Anthropologie et sociétés et diversité urbaine.

11Merieme Yafout

yafoutmerieme@gmail.com

Merieme Yafout est chercheure associée à l’Institut des études politiques, historiques et internationales (IEPHI) de l’Université de Lausanne. Elle travaille sur une étude comparative entre le Maroc et l’Égypte concernant les projets de réinterprétation des textes sacrés menés par des femmes islamiques comme moyen de libération des femmes. Elle a obtenu son doctorat en sciences politiques à l’Université Hassan II-Aïn Chock, Casablanca, le 5 mai 2012. Sa thèse est intitulée : Le statut des femmes au sein des mouvements islamistes marocains : entre exégèse au féminin et participation politique, le cas des femmes appartenant à Al Adl Wal Ihssane et au MUR/PJD.

12Hayat Zerouali et Vincent Meyer

hayaty05@yahoo.fr

vincent.meyer@unice.fr

Hayat Zerouali est docteure en sciences de l’information et de la communication de l’Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations (CREM), enseignante-chercheure à l’École des sciences de l’information de Rabat (ESI). Elle est membre du programme de recherche euroméditerranéen « Langages, objets, territoires et hospitalités » http://loth.hypotheses.org/​.

Vincent Meyer est sociologue, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université Nice-Sophia-Antipolis et chercheur au laboratoire Information, milieux, médias, médiations (I3M). Ses domaines de recherche sont les pratiques relatives à l’information et à la communication d’agents individuels ou collectifs dans différents champs professionnels et leur traduction sur des supports protéiformes. Il étudie le caractère d’action et d’utilité publiques de certaines formes de communication (prévention, sensibilisation, médiation dans les politiques publiques et sociales, dans des perspectives interculturelle et internationale) www.vmeyer.canalblog.com

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540