Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Ethnographie du patrimoine culturel de la province de Nador

Des observations protéiformes

Hayat Zerouali et Vincent Meyer

Texte intégral

1La démarche ethnographique, développée en anthropologie et mobilisée par la suite par d’autres disciplines, est fondamentalement centrée sur la capacité du chercheur à s’immerger un temps plus ou moins long dans un terrain et à y négocier un statut de membre pour y mener ses travaux. Ce faisant, il leur donne aussi une orientation spécifique – chère aux interactionnistes – i.e. ne rien déduire a priori, ne pas penser un « déjà là » et ainsi mettre l’explication au bout de l’enquête. Pour nous, ce choix n’est pas seulement lié au recueil de données, il est aussi épistémologique. La connaissance se construit sur le terrain par la collaboration étroite entre chercheurs et acteurs sociaux. La problématique se construit donc dans et par le processus de recherche : dans notre cas, en observant ce qui se construit, ce qui se transforme à travers l’interaction entre les acteurs pour préserver et valoriser un patrimoine local dans la province de Nador. L’objet de nos travaux sur le patrimoine et la mémoire de la province est de comprendre les dynamiques culturelles et sociales qui se construisent sur le terrain et de caractériser une approche communicationnelle d’un « héritage local » en termes de transmission, d’appropriation et d’interprétation. L’investigation empirique a duré trois années, de 2009 à 2012. Dans cette contribution, nous souhaitons mettre en exergue et en tension les contraintes méthodologiques liées à nos pratiques d’observation. En effet, la question de la structuration (et de l’efficacité) de notre dispositif d’observation s’est posée dès nos premières immersions sur le terrain, lors de la phase d’exploration, et ses déclinaisons seront traitées ici successivement : entrer en interaction avec la population locale pour qualifier son rapport au patrimoine ; quelles postures adopter ? quelle organisation et quelle temporalité observer ? Le corpus in fine recueilli et ses possibles développements. On conclura sur la question de la relation au terrain.

Observer et entrer en interaction : une épreuve qui façonne le regard du chercheur

  • 1  H. Rachik, le Proche et le lointain : un siècle d’anthropologie au Maroc, Marseille, Éd. Parenthès (...)

2Dans la littérature ethnographique générale ou appliquée au cas particulier du Maroc comme pour Hassan Rachik1, l’épreuve est bien décrite. Le chercheur doit en permanence s’adapter aux situations de recueil des données ; il doit être à l’écoute du terrain, disponible aux éclairages nouveaux et complémentaires que l’investigation empirique apporte chaque jour dans et par le recueil des données. Vaste programme, à dire vrai, surtout lorsque le cheminement méthodologique constitue la clé de voûte de la recherche avec des interactions toutes en tension sur le terrain et une déconstruction/reconstruction permanente du dispositif de recueil de données.

  • 2  J.L. Tornatore, « Les formes d’engagement dans l’activité patrimoniale. De quelques manières de s’ (...)
  • 3  J. Davallon, le Don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Pari (...)
  • 4Ibid., p. 95.

3Une précision s’impose ici : ce travail s’inscrit dans l’interdiscipline des sciences de l’information et de la communication, où le patrimoine est approché comme un fait social et communicationnel ; autrement dit, comme un processus de transmission, d’interprétation, de qualification sociale et institutionnelle qui s’inscrit dans des usages sociaux et culturels et mobilise des acteurs, des institutions et des expertises. En effet, avant d’être un ensemble de catégories administratives et scientifiques, le patrimoine, comme l’énonce Jean-Louis Tornatore2, est un rapport au monde : « l’activité patrimoniale réfère aux modalités d’inscription du monde pour la constitution de collectifs – au sens donné par la sociologie de la traduction d’association d’humains et de non humains – et particulièrement à la construction de dispositifs et à la mise en œuvre de procédures d’établissement et d’entretien des paramètres temporels et spatiaux d’identités collectives. » Il est aussi un ensemble de représentations, d’images et de récits qui participent du lien social et d’une qualification des territoires. Pour Jean Davallon3, le patrimoine est un fait social et communicationnel mobilisant un certain nombre d’acteurs qui donnent sens au processus de patrimonialisation. Cet auteur interroge la question de la transmission du patrimoine sous l’angle d’une temporalité qui met en avant le temps présent. Il ne s’agit pas seulement d’une transmission linéaire qui va des détenteurs vers les héritiers. Le rapport au passé se construit à partir du regard que les acteurs du présent posent sur le patrimoine. Deux temporalités coexistent donc : le patrimoine appartenant au passé et l’usage social s’inscrivant dans le présent. Cette question des usages a fait évoluer la notion du patrimoine. De ce fait, la patrimonialisation, qui semble être essentiellement « l’acte par lequel une norme, un canon hérité du passé, se trouve contestée, subvertie, submergée par une nouvelle catégorisation construite à partir du présent4 », doit être repensée, selon l’auteur, pour pouvoir cadrer aussi bien les nouveaux patrimoines que les anciens.

4Ces perspectives conjuguées à la méthode ethnographique montrent que, pour « approcher » le patrimoine de la province de Nador dans une optique « communicationnelle », i.e. étudier les processus de transmission traditionnelle, d’appropriation et d’interprétation de ce dernier, il est indispensable d’entrer en interaction avec la population locale et ses représentants et d’observer le rapport des uns et des autres aux différentes composantes et expressions du patrimoine local. Le choix de la méthode ethnographique et de l’observation exprime donc bien une posture de recherche vis-à-vis du processus de co-construction d’une connaissance. Cette posture invite donc à une forme d’humilité ; en effet, sur pareil terrain, le chercheur ne peut jamais adopter un point de vue « surplombant », mais il doit entrer en interaction pour saisir hic et nunc les significations telles qu’elles sont vécues et négociées, les représentations et les points de vue des différentes parties en présence. Il investit le terrain dans une sorte de disponibilité aux données, aux rencontres, aux controverses, aux tensions, au doute. Ce choix méthodologique est aussi légitimé par un terrain où la transmission orale joue un rôle déterminant dans la préservation de la mémoire et du patrimoine locaux.

Sur le terrain : temps, espaces et situations d’observation

5Nos travaux de terrain se sont déroulés dans une sorte de continuum méthodologique, rythmé par la méthode ethnographique et diverses rencontres. La phase exploratoire s’est déroulée en août et septembre 2009 et a permis d’initier les premières interactions sur le terrain, de rencontrer des acteurs sur place, d’identifier des initiatives d’interprétation du patrimoine local et des activités de sensibilisation et de communication de l’héritage historique et culturel de la province. Pour solliciter les différents acteurs, nous avons utilisé des contacts formels et informels. Nous avons d’abord noué des liens avec des personnes-ressources et des acteurs associatifs qui nous ont aidés dans notre enquête et qui nous ont facilité l’accès au terrain. Cette phase nous a permis aussi de penser une première catégorisation de la population enquêtée, laquelle sera revisitée au fur et à mesure de nos travaux de terrain.

  • 5  Pour reprendre la définition qu’en donne Georges Lapassade (1991 : 32) pour qualifier une implicat (...)

6Ensuite, les travaux d’enquête ont nécessité une présence répétée sur le terrain depuis 2009, correspondant à trois séjours de plus d’un mois chacun et six séjours de l’ordre d’une à deux semaines. Nous avons travaillé in situ avec les populations rurale et urbaine à différentes occasions – festives, rituelles, ordinaires – et notamment à l’occasion de la tenue de manifestations scientifiques et commémoratives en rapport avec notre objet dans les provinces de Nador et d’Al Hoceima. Des réunions, des recueils de récits, des conversations, des entretiens libres ainsi que des visites sur le terrain ont été organisés avec des personnes ressources, des acteurs impliqués dans la question du patrimoine local et des membres de la population locale pendant nos séjours sur le terrain. Ainsi avons-nous fonctionné avec un mode opératoire se caractérisant par une complémentarité des techniques de recueil des données. On peut donc qualifier notre démarche comme une observation participante périphérique5 (complétée par la conduite d’entretiens, une collecte d’objets et de sources écrites et iconographiques). Sur pareil terrain, différentes techniques doivent parfois être couplées.

7En ce qui concerne la population enquêtée, il s’agit d’un échantillon raisonné et réajusté au fur et à mesure de l’investigation. En effet, des segments de la population enquêtée ont émergé de nos travaux de terrain, notamment les petits collectionneurs et les artisans. La population enquêtée s’est donc constituée au fur et à mesure de nos séjours et travaux sur le terrain autour d’une typologie d’acteurs impliquée dans la dynamique patrimoniale locale, avec une partition entre population rurale et population urbaine. Nous avons aussi réintroduit à l’aune des interactions et des données sur le terrain la dimension régionale avec un primat pour les acteurs locaux ; plusieurs catégories d’acteurs pour la population locale : habitants, institutionnels, élus, fonctionnaires dans les communes, chercheurs, associatifs, collectionneurs, artisans.

8Deux situations d’observation se sont donc imposées à nous : observer et interroger des formes de transmission traditionnelle ainsi que de nouvelles formes d’interprétation du patrimoine local ; observer, dans des situations spécifiques, comment les acteurs de l’interprétation et de la qualification se saisissent ou non de ces ressources locales.

9Une grille d’observation a été élaborée suite à la phase d’exploration soulignée supra, nous permettant d’organiser et de structurer notre travail de terrain et de saisir lato sensu les rapports de la population locale et de ses représentants à la mémoire et au patrimoine locaux. Ont donc été observés : le rapport au patrimoine dans divers espaces (privé, public, rural, urbain) à différentes occasions et dans diverses situations ; les pratiques à valeur patrimoniale encore existantes, leur sens et leur processus de transmission ; l’évolution des dispositifs de la transmission de la mémoire et du patrimoine locaux, les ressources mobilisée par les acteurs locaux (le patrimoine historique, le patrimoine anthropologique, la mémoire de la résistance locale contre l’occupation espagnole) ainsi que les manifestations de cette évolution. Ont été pris en compte les discours et les récits de la population locale et de ses représentants, recueillis pendant les temps d’observation, ainsi que les composantes patrimoniales qui y sont convoquées. La mise en place de cette grille nous a permis de recueillir des détails, des micro-faits apparemment peu significatifs mais qui in fine prennent tout leur sens et dont la somme fera sens au bout du compte. Nous avons de la sorte pu identifier pendant nos séjours sur le terrain des savoirs, des objets et des lieux : les sites historiques, les sites d’architecture troglodyte et de silos collectifs, des objets, des collections d’objets et de documents, des pratiques, des savoirs sociaux et symboliques, des récits, mais également mis au jour de nouvelles pratiques d’interprétation du patrimoine et de la mémoire locale ainsi que des tensions liées à la question de sa transmission et de son interprétation. Nous allons développer infra quelques situations d’observation révélatrices de ces dimensions de notre objet de recherche.

10Soulignons que le travail de terrain a donc montré que cibler une seule catégorie du patrimoine ne serait pas vraiment « représentatif » de la réalité sociale et culturelle en train de se construire. En effet, sur le terrain plusieurs expressions, signes, initiatives, ressources, actions et projets interpellent le chercheur. Cet ensemble se doit d’être pris en considération par ce dernier pour rendre compte de l’existant, de ce qui est en train de se produire, et, en ce cas, seule l’observation participante y concourt, d’autant que notre démarche ne propose pas d’hypothèses a priori. Cette démarche nous a permis de construire progressivement notre objet et de réajuster, quand il le fallait, notre dispositif méthodologique. La phase d’exploration empirique ayant déjà révélé un terrain complexe et un objet composite.

  • 6  H. Zerouali, « La patrimonialisation à l’épreuve du terrain, acteurs et enjeux dans la province de (...)
  • 7Ath Chichar dans la langue locale.

11Ainsi, dans les situations d’observation se sont couplés à des visites de terrain des entretiens libres et conversations ordinaires et, enfin, des entretiens semi-directifs. Par exemple, plusieurs sorties sur le terrain ont été effectuées sur des ruines historiques, notamment sur les sites de Thazouda et de Ghassassa, évoqués par plusieurs sources historiques et aujourd’hui sources de controverse entre les acteurs locaux (Hayat Zerouali6), et sur des sites d’architecture troglodyte et de silos collectifs. Ces visites, facilitées par des personnes-ressources et acteurs de la société civile et par les élus de la commune rurale de Beni Chiker7, ont souvent été sciemment effectuées en petit groupe. Cette démarche nous a permis de recueillir les données par l’intermédiaire des personnes-ressources qui nous ont accompagnés dans les visites des sites historiques et d’une partie de l’architecture troglodyte de la province ainsi que les réactions de quelques membres de la population locale qui découvraient pour la première fois ces différents lieux.

12Des visites de terrain ont aussi été consacrées à des collections privées d’objets patrimoniaux, d’autres aux expositions tenues lors des deux premières versions du festival de Nador en 2009 et 2011. Grâce à ces expositions, nous avons pu repérer des objets issus de collections privées, ainsi que des objets reproduits par l’artisanat local, et de surcroît rencontrer d’autres collectionneurs et artisans. Aussi avons-nous pu découvrir une nouvelle initiative prise par quelques membres de la population locale et qui commence à prendre sens sur le terrain. Notre travail avec les petits collectionneurs d’objets patrimoniaux nous a permis d’observer, par exemple, comment un acteur individuel peut être à l’origine d’un développement patrimonial. En effet, la petite collection de Abdeslam Amghar ainsi que les reconstitutions qu’il a faites de quelques objets du patrimoine local, qu’il expose dans son café-restaurant dans la commune rurale de Beni Chiker, commencent à interpeller les associations qui le sollicitent pour exposer des pièces de sa collection lors d’activités culturelles.

13Le détenteur de cette collection nous a aussi fait le récit d’interactions avec des visiteurs de son café-restaurant.

« L’un des visiteurs, originaire de la province de Nador mais vivant à Casablanca, est venu ici avec des amis. Il a été très touché à la vue d’un bel objet de parure féminine locale traditionnelle et m’a confié que cet objet l’a projeté d’un coup plusieurs décennies en arrière, en lui rappelant comment s’habillaient les femmes de sa famille à l’occasion de festivités. Un autre visiteur de la province est revenu ici pour me faire don d’une belle selle familiale qui était conservée chez lui, il m’a dit qu’elle serait mieux ici au milieu de ces objets. D’autres visiteurs m’ont offert des tapis traditionnels. » (Traduit de la langue amazighe locale par nos soins.)

14D’autres collectionneurs d’objets patrimoniaux locaux commencent aussi à participer aux manifestations culturelles, notamment dans les festivals de la ville de Nador. Notons qu’à cette étape, nos différentes investigations ont été menées en langue amazighe, langue maternelle de la population locale.

  • 8  H. Zerouali, « Patrimoine matériel et immatériel de la province de Nador : éléments méthodologique (...)

15Aussi les travaux de terrain nous ont-ils donné l’occasion parfois de composer avec des situations de collecte de données imprévisibles, comme lors de l’entretien semi-directif mené dans les locaux de la commune rurale de Béni Chiker mentionné infra. De même, nous avons fréquemment partagé des moments de convivialité avec nos enquêtés, notamment manger et prendre le thé ensemble pour installer un climat propice au recueil de données. Nous avons souvent fait appel à des connaissances communes pour approcher les personnes ressources. En l’occurrence, notre rencontre avec la potière de Beni Chiker, facilitée par les élus de la commune rurale de Béni Chiker, nous a permis d’observer que la transmission d’un savoir et d’un savoir-faire ancestraux est encore à l’œuvre au sein de sa famille (Hayat Zerouali8).

16Notre travail avec certains membres de la population locale nous a aussi permis de recueillir des récits qui révèlent un rapport au patrimoine s’inscrivant dans des logiques différentes et en tension. Par exemple, au cours de l’un des entretiens libres que nous avons menés, une personne-ressource impliquée dans la question patrimoniale de la province de Nador nous a fait le récit d’une expérience vécue lors du moussem d’un Saint de la province.

17Extrait des propos recueillis auprès de cette personne ressource :

« Nous avons été invités à participer au moussem par l’un des élus de la commune rurale de Beni Chiker. Pendant les festivités, nous avons repéré une pièce de poterie rare et unique, un ustensile de cuisine traditionnel de valeur patrimoniale. Nous avons demandé à l’élu de la commune rurale en question de mettre cet objet dans un lieu sûr dans l’espoir de le voir un jour rejoindre une collection muséale dans le musée de la province tant attendu. L’élu a répondu que s’il faisait sortir cet objet de ce lieu saint, il perdrait la confiance de la communauté locale, et sa crédibilité auprès de cette population serait affectée. On le prendrait pour celui qui a volé les objets de leur mausolée. » (Traduit de la langue amazighe locale par nos soins.)

18Dans cet exemple, qui pourrait paraître anodin, trois logiques déterminent le rapport au patrimoine : celle des habitants, que l’on peut qualifier d’émotionnelle et d’affective, dénotant un attachement aux objets liés au patrimoine cultuel ; celle de l’élu, qui est politique ou réflexive ; enfin, celle de l’acteur engagé dans la préservation du patrimoine local et qui se préoccupe du devenir de cet objet et de sa mise en patrimoine.

  • 9  Le colloque international « Patrimoine culturel du Rif : quelle muséographie ? », organisé dans la (...)

19Les situations d’observation spécifiques que nous avons effectuées pendant des déplacements ponctuels dans la province de Nador et d’Al Hoceima ont constitué des moments uniques, notamment en matière de recueil de données. Nous avons participé aux travaux du premier colloque international sur le patrimoine du Rif (2011) qui s’est tenu dans la ville d’Al Hoceima9 et à ceux de la commémoration, à Nador, en 2012, du centenaire de la mort du chef de la résistance locale Mohamed Ameziane contre l’occupation espagnole dans le Rif marocain. Cette commémoration a été organisée par le réseau des associations de Segangane, la commune urbaine de Segangane avec la collaboration de plusieurs institutions nationales et régionales dont le Conseil national des droits de l’homme, le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger ainsi que l’Agence du développement de l’Oriental. La célébration s’est déroulée sur plusieurs jours, et plusieurs activités ont été organisées à l’occasion de cette commémoration : un colloque international, une exposition d’objets ayant appartenu à cette figure de la résistance, de photographies anciennes et de documents manuscrits qui référencent cette période de l’histoire de la province ; une visite de terrain. Les organisateurs nous ont confié que l’autorisation d’organiser une visite des lieux de mémoire associés à cette figure de la résistance locale n’avait pas été facile à obtenir auprès des autorités locales. Cette activité s’est révélée cruciale pour nous, d’abord, au vu du public pluriel qui y a participé, ensuite, du fait que cette visite a attiré des riverains, des enfants mais aussi des personnes âgées qui se sont jointes au groupe et qui nous ont accompagnés sur le lieu où cette figure de la résistance a été assassinée. Nous avons approché ces riverains, notamment les personnes âgées, pendant le temps de la visite et recueilli leur parole. Pour illustrer la nature du recueil des données, voici un extrait d’une conversation avec un riverain qui nous a accompagnés pendant la visite :

« C’est la première fois qu’une délégation se rend sur le lieu où Cherif Mohamed Ameziane a été assassiné. C’est un grand jour pour nous, nous sommes contents de vivre cela. Regardez là-bas. À vue d’œil du lieu où il a été assassiné, il y a les tombes des autres résistants qui ont combattu à ses côtés. » (Traduit de la langue amazighe locale par nos soins.)

20L’observation participante, ici, nous a permis de prendre part au fait culturel et social local dans un rapport de participation et de distanciation, car l’objectif était aussi de rester attentif aux différentes dimensions de l’objet et de multiplier par conséquent les situations et les espaces d’observation. L’entretien libre a constitué un outil méthodologique qui a permis le recueil de données dans des situations moins simulées que celle de l’entretien semi-directif. Pour nous, il a fonctionné comme un excellent outil d’exploration du terrain et de recueil de la connaissance socialisée ou de savoir profane sur le patrimoine local.

21Pour approcher les points de vue des acteurs impliqués dans cette dynamique patrimoniale locale, nous avons opté, en complément de l’observation, pour l’entretien semi-directif. Ce dernier requiert la mise en place d’une relation où la part d’interaction et de négociation reste importante. Comme situation de communication verbale et non verbale – lors de situations spécifiques de recueil de données – il devient aussi matière à observation pour le chercheur. En l’espèce, certains entretiens individuels se sont transformés en entretiens de groupe. Dans ce cadre, les échanges prennent l’allure d’une conversation ordinaire autour d’un sujet « ordinaire ». Pour solliciter des entretiens auprès d’acteurs institutionnels, nous avons envoyé ou déposé des demandes d’entretien, en nous rendant parfois sur place pour obtenir des rendez-vous parfois reportés. Nous avons utilisé le téléphone pour relancer et pour négocier des rendez-vous.

22Le taux de réponse atteste des incidences positives de la communication sur les résultats en termes de recueil de données. La majorité de nos interviewés sont entrés dans une dynamique de partage à partir du moment où ils acceptaient d’accorder l’entretien. Certains acteurs locaux ont exprimé leur intérêt pour cette recherche lors de nos échanges où être identifié comme personne ou groupe-ressource a permis à l’échange de s’installer. De même, excepté quelques réticences, les interviewés étaient interpellés par cette ouverture sur le monde de la recherche, et aussi par l’ouverture de la recherche sur les acteurs sociaux offrant une nouvelle approche à la question du patrimoine. Un acteur associatif nous a dit : « C’est bien que vous vous intéressiez à ce qui se fait sur le terrain et que vous ne vous contentiez pas de ce qui est écrit dans les livres seulement. » D’autres acteurs locaux nous ont appris qu’ils allaient eux-mêmes voir et discuter avec des personnes-ressources pour connaître la réalité du terrain sur lequel ils agissent. D’autres encore ont exprimé leurs attentes vis-à-vis des travaux de recherche qui devraient leur permettre d’améliorer leur travail sur le patrimoine et la mémoire de la province. La durée de l’entretien était proposée au préalable, mais souvent prolongée, des entretiens ont duré jusqu’à trois heures. Enfin, quelques personnes sollicitées se sont dérobées ou nous ont orientés vers d’autres personnes, d’autres ont manifesté une résistance à l’enregistrement audio.

23Aussi, pendant le déroulement de certains entretiens, étions-nous confrontés à des situations inattendues qu’il fallait gérer. L’entretien individuel s’est transformé en entretien de groupe, comme ce fut le cas de celui que nous avons mené dans la commune rurale de Beni Chiker, auquel ont participé le président et la vice-présidente de la commune, un troisième élu et deux fonctionnaires de la commune (son secrétaire général et le chargé des affaires techniques). Pendant cet entretien collectif, nous avons eu l’occasion d’observer comment des savoirs ont pu être identifiés et partagés entre les différents membres du groupe interviewé. Nous avons pu observer qu’il y a encore des savoirs sur des composantes du patrimoine local détenus et transmis au sein de cercles restreints (familles), l’un des participants a parlé de l’emplacement d’un tribunal traditionnel dans la commune rurale de Beni Chiker, de la richesse du patrimoine culturel de ce territoire. De même, un autre participant a soulevé le problème de la transmission de la dimension culturelle et symbolique de la langue amazighe aux nouvelles générations de la province.

Un corpus mixte et multilingue et une co-construction du sens

  • 10  Elle a une certaine connaissance de ce terrain, issue de son vécu et de son expérience personnelle (...)

24Notre corpus s’est donc constitué progressivement sur le terrain en grande partie via l’observation participante, les entretiens et les récits recueillis. Les différentes données ont été consignées sur place ou de manière différée sur notre carnet de bord. Les entretiens effectués ont été transcrits en partie et traduits de l’amazighe ou de l’arabe en français. Par ailleurs, un ensemble de photographies de différents sites et lieux visités, prises par nos soins, ont complété le corpus : ruines des sites historiques, silos collectifs, habitats et mosquée troglodytes, objets tirés de collections privées, l’atelier traditionnel de la potière. D’autres ont été prises pendant les visites de lieux de mémoire, organisées à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de Cherif Mohamed Ameziane. Nous avons mobilisé trois langues pour le travail de terrain, l’amazighe, l’arabe et, dans une moindre mesure, le français. Une bonne partie de nos investigations empiriques sur le terrain se sont déroulées en langue amazighe locale ; nous avons souvent eu affaire à des personnes en milieu rural qui ne parlaient que leur langue maternelle. La maîtrise de la langue maternelle de la population enquêtée est l’un des fondamentaux de la démarche ethnographique, elle détermine également la qualité de membre et permet une meilleure intercompréhension entre chercheur et enquêtés. Soulignons que l’un des auteurs de ce chapitre se considère comme membre de la population locale10, ce qui a permis – dans l’implication que commande l’observation participante périphérique – un accès différent voire privilégié au terrain et une interaction plus immédiate avec la population locale et ses représentants. Nous ne sommes donc pas dans la situation du chercheur qui apprend la langue et la culture locale pour mener ses investigations.

  • 11  M.B. Miles, A.M. Huberman, Analyse des données qualitatives, trad. de l’anglais par M.H. Rispal, 2(...)
  • 12  H. Zerouali, la Patrimonialisation à l’épreuve du terrain : acteurs et enjeux dans la province de (...)

25Notre analyse des données s’inscrit dans la logique inductive et dans la perspective développée par A. Michael Huberman et Matthew B. Miles11, caractérisée par le modèle itératif ou circulaire de l’analyse des données. Selon cette approche, le travail d’analyse et d’interprétation est un processus progressif qui commence lors du recueil des données. Ce processus d’analyse, que nous avons adopté, se distingue par des allers-retours entre les différentes composantes de l’analyse : une itération entre le chercheur et les données, entre le chercheur et les participants ou les acteurs durant le travail même d’analyse, entre le chercheur et d’autres chercheurs. Les discours des acteurs, recueillis dans le cadre des entretiens semi-directifs, ont été réintroduits dans le corpus à analyser. Nous avons procédé à des repérages de segments de ces discours, ensuite à un travail de mise en lien et de regroupement des thèmes qui se dégagent du corpus segmenté. Aussi, le processus d’analyse a-t-il été rythmé par des retours constants aux données déjà recueillies, ce qui nous a permis de faire émerger quelques éléments de modélisation des données collectées et de proposer une problématisation des nouvelles dynamiques de patrimonialisation (Hayat Zerouali12).

  • 13  La recherche de l’information que nous avons menée pendant nos travaux (y compris sur internet et (...)

26Plusieurs autres questionnements ont émergé au cours du travail de terrain. Nous relevons ici celui qui s’intéresse à la publicisation de documents patrimoniaux de la province sur internet. Dans nos investigations empiriques, nous avons donc eu un regard sur différentes sources d’informations – données, documents iconographiques et audiovisuels – qui ne sont pas issues du travail de terrain au sens classique mais d’une recherche de l’information patrimoniale en ligne, notamment sur les sites journalistiques de la province ou sur les réseaux sociaux13. Le chercheur n’est pas en interaction directe avec des personnes, mais il est en présence de signes qui proviennent nécessairement de personnes qui ont pris l’initiative de publier sur la toile des documents patrimoniaux en leur possession. Aussi le chercheur doit-il être attentif à ces signes qui ouvrent un champ du possible dans les processus de la patrimonialisation d’un héritage local. Ceci étant, cette approche pose de nombreuses questions. Dans la vision interactionniste, l’information est prise dans un jeu d’acteurs et dans un ensemble d’interactions verbales et non verbales, directes et indirectes. Elle provient de la société sous forme de signes, rassurants ou alarmants, qui réactivent les cadres de l’expérience de l’observateur. Comment situer dès lors méthodologiquement le recours à une recherche de l’information patrimoniale sur internet ? La méthode ethnographique est-elle transférable à la dimension numérique du patrimoine ?

La relation au terrain ou la réflexivité du chercheur

27Dans ce retour réflexif sur notre travail de terrain, nous aimerions aborder deux points qui nous paraissent importants à relever en conclusion : la posture du chercheur et l’expérience personnelle du chercheur.

28La posture impliquée que nous avons adoptée dans nos travaux de terrain ainsi que les dispositifs méthodologiques déployés nous ont permis de faire émerger un certain nombre de savoirs et de savoir-faire profanes, d’établir des interactions avec des acteurs engagés dans le processus de patrimonialisation de l’héritage local et d’expliciter les ressources qu’ils mettent en œuvre. Grâce à cette démarche, notre recherche contribue à publiciser une parole qui n’est pas souvent audible, à mettre au jour une expertise patrimoniale profane d’acteurs locaux, qui ressort d’une connaissance acquise du terrain.

29L’expérience directe du terrain constitue aussi un apprentissage permanent pour le chercheur, du fait qu’elle lui offre l’accès à une connaissance sociale qui ne se trouve pas dans les livres ; mais elle est aussi source de doute, suscitant des questions au terme de chaque étape de l’investigation empirique. L’avons-nous bien conduite ? Quelle image notre interlocuteur ou nos interlocuteurs recevaient-ils de nous ? Nous avions parfois l’impression que les observés et les interlocuteurs se plaçaient dans la même situation d’observation que nous-mêmes. Aussi notre expérience personnelle de ce terrain, en amont de notre projet scientifique, a-t-elle donné matière à un auto-questionnement qui n’a cessé de nous accompagner durant cette recherche. D’une part, cette appartenance culturelle nous donnait un accès discursif au terrain et permettait de ce fait une bonne intercompréhension entre chercheurs et enquêtés ; mais de l’autre, la question de la distance par rapport au self du chercheur et la distanciation par rapport au terrain constituaient un souci majeur dans nos investigations de terrain. Enfin, ce questionnement invite à problématiser – encore et encore – la question de l’appartenance du chercheur (comme membre de la communauté enquêtée) par rapport à l’un des fondamentaux de la démarche ethnographique, celui du statut de membre, et la situation de son expérience personnelle précédant son projet scientifique.

Notes

1  H. Rachik, le Proche et le lointain : un siècle d’anthropologie au Maroc, Marseille, Éd. Parenthèses, MMSH, 2012.

2  J.L. Tornatore, « Les formes d’engagement dans l’activité patrimoniale. De quelques manières de s’accommoder du passé », Formes de l’engagement et espace public, Questions de communication, série actes 3, 2006, p. 515-538.

3  J. Davallon, le Don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Hermès, 2006.

4Ibid., p. 95.

5  Pour reprendre la définition qu’en donne Georges Lapassade (1991 : 32) pour qualifier une implication sur le terrain : dans l’observation participante périphérique, les chercheurs « participent suffisamment à ce qui se passe pour être considérés comme des « membres » sans pour autant être admis au « centre » des activités. Ils n’assument pas de rôle important dans la situation étudiée ». G. Lapassade, l’Ethnosociologie, Paris, Méridiens Klincksieck, 1991.

6  H. Zerouali, « La patrimonialisation à l’épreuve du terrain, acteurs et enjeux dans la province de Nador », Actes du colloque international « Dévelopement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées : entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication  », Revue des régions arides, numéro spécial, Institut des régions arides, Médenine, Tunisie, 2012, p. 325-336.

7Ath Chichar dans la langue locale.

8  H. Zerouali, « Patrimoine matériel et immatériel de la province de Nador : éléments méthodologiques et perspectives d’analyse », dans Communication et développement territorial en zones fragiles au Maghreb, sous la dir. de P. Morelli, M. Sghaier, Paris, l’Harmattan, 2012, p. 151-170.

9  Le colloque international « Patrimoine culturel du Rif : quelle muséographie ? », organisé dans la ville d’Al Hoceima par le Conseil national des droits de l’homme en partenariat avec plusieurs institutions nationales et locales, s’inscrit dans le projet de la création du musée régional du Rif. La création dudit musée constitue l’une des recommandations de l’Instance équité et réconciliation.

10  Elle a une certaine connaissance de ce terrain, issue de son vécu et de son expérience personnelle et sociale.

11  M.B. Miles, A.M. Huberman, Analyse des données qualitatives, trad. de l’anglais par M.H. Rispal, 2e édition, Bruxelles, De Boeck, 2003.

12  H. Zerouali, la Patrimonialisation à l’épreuve du terrain : acteurs et enjeux dans la province de Nador, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Metz, Université de Lorraine, 2012.

13  La recherche de l’information que nous avons menée pendant nos travaux (y compris sur internet et sur les réseaux sociaux) nous a permis de découvrir des documents (vidéos datant des années 20 du siècle dernier, photos anciennes) publiés par les sites journalistiques citoyens de la province ou publiés librement sur la toile (http://www.youtube.com/watch?v=XHsOmZnncSA&feature=related ; http://www.youtube.com/watch?v=u-pgLqx_sW4) ainsi que des comptes-rendus d’activités d’associations organisées dans la province par lesdits sites.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter