Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre II. Don et contre-don lors des grands mûssem-s d’Imi n’Tatelt

3. Un grenier-sanctuaire établi sur une terre inculte

Texte intégral

1Construite sur un terrain à forte déclivité, le dos de l’édifice s’ouvre sur un pont enjambant une ruelle en contrebas. Les sacs de denrées (céréales et fruits secs), les jarres et bidons (miel, d’huile et beurre fondu), transiteront par ce passage, pour approvisionner le ventre de la zawya. Là, s’étend en effet la terrasse du sanctuaire tout entier, immense esplanade qui possède plusieurs dizaines de « bouches ». En effet, au moment des mûssem-s, alors qu’arrivent les provisions, les préposés aux magasins retirent la terre, des pierres, des plastiques, qui fermaient hermétiquement les silos, et déversent par le haut, les dattes et les céréales qui tombent dans les « greniers », lesquels sont munis de portes verrouillées, dans les couloirs des espaces inférieurs du contrebas. Ces cheminées seront ensuite rebouchées. Un seul escalier conduit à certaines cases ne possédant pas de cheminées à ouvertures, elles sont destinées à accueillir les liquides, le sel, les fruits séchés ou le fameux pain sec de Tigharghat [voir Planche n° 74].

  • 149 Cf. « Saints, dons, baraka et redistribution » in Naji S., op. cit, 2006, pp. 122-139, et p. 109. J (...)

2La zawya était fortifiée car elle était un lieu de conservation important dans des régions où il n’y avait rien. Ainsi, lorsque arrivaient les offrandes, elles étaient, et sont toujours, livrées directement sur la terrasse du sanctuaire. Cette zawya est donc indiscutablement un grenier, où près des trois quarts de l’édifice, et notamment, les deux étages supérieurs, servent d’entrepôt. Nous avons dit ailleurs149, toute l’importance symbolique que revêtait un grenier à grain, grenier collectif et sacré en cette région du monde. Est-il utile de rappeler encore que ce grenier-zawya est sacré à plus d’un titre ? Comme porteur de toute la sacralité licite du religieux – il concentre en seul lieu ceint, une mosquée, un oratoire, un msid, une zawya, le lieu de vie attestée de deux pôles de la mystique islamique méridionale, et enfin, les reliques du saint – ce sanctuaire n’a rien d’un lieu profane, même s’il abrite des denrées. Parce qu’il se situe en une localité désertique, et qu’il réunit le ushûr et l’effort de quelques centaines de communautés, il est en effet le réceptacle d’une force sacrée et sacralisée par les gestes collectifs du mesurage et par les gestes plus individuels des dons particuliers. Cet édifice hautement sacré suscitait cette efficacité du don, d’abord permise par un fonctionnement éprouvé.

3Une organisation importante semble avoir été mise en place, pour décider des produits, accueillir et gérer les denrées. Les qualités de gestionnaire de cette zawya, sur la durée et sur le territoire, sont également évidentes à la lecture du Testament. Il ressort de cette lecture que le saint ayant parcouru les montagnes en tous sens et pendant des années, sait ce qu’il se produit de mieux, ici et là, et qu’il a su solliciter les agriculteurs pour recevoir une part de leurs productions agricoles ; pour que les tribus nomades donnent du bétail ; quant aux artisans, ils sont invités à céder leurs produits artisanaux ou de la matière première. Le saint n’exige pas énormément, les dons représentent une part infime prélevée sur les récoltes (si les récoltes sont nulles, on ne donne rien puisque c’est un pourcentage).

3.1 Le poids du testament

4Quatre siècles et demi après la mort du saint, les dons continuent à affluer dans le grenier-sanctuaire qui les redistribue ensuite aux descendants du saint et aux pèlerins. Chaque pèlerin ayant l’habitude de venir faire sa ziyâra, reproduit une fois rentré chez lui – à l’échelle de sa communauté – l’immense démonstration de baraka qu’il a observée à Imi n’Tatelt. À chaque fois qu’il rentre sa récolte dans le grenier de son village, il ne manque pas à cette obligation de don qui s’apparente pour lui à l’aumône légale. Surtout si la récolte a été abondante.

5On a beaucoup insisté sur le fonctionnement du don et sur le fait que les Chorfa recevaient beaucoup. Voyons la réalité des dons reçus. Y-a-t-il une vraie différence entre les prescriptions et la réception des offrandes ? Comment les héritiers le justifient-il ?

3.1.1 Teneur des dons : économie consacrée et épicerie fine

6Les héritiers du saint reçoivent beaucoup de dons en nature ; les dons en argent servant généralement pour l’achat des bêtes sacrifiées (et leur transport), sont difficilement comptabilisables et se font généralement entre les mains de la tribu donatrice ; s’il reste quelque argent, elle ne manque pas de le reverser dans la caisse commune. Il reste donc les nourritures terrestres. Comme le détaille ce tableau qui synthétise les informations contenues dans le Testament, les donateurs sont avant tout des éleveurs et des agriculteurs. Les artisans n’ont cependant pas été oubliés : ils offriront leurs services à la zawya.

Tableau n° 7 : Type de dons d’après le Testament mystique

Oléagineux

Animaux

Céréales

Féculents et fruits secs

Services

Olives, Argan

Taureau
Mouton ou brebis

Orge, Blé, Maïs

Fèves, Lentilles, Amandes, Dattes, Noix
Raisins secs

portes de la zawya, clous, bois et meubles, toutes les réparations de la zawya

Beurre

Reconstruction de la zawya chaque fois qu’elle aura été démolie

Toison de laine

Du cuivre

Miel

Ustensiles de cuivre

2 muzzana-s par mois et par artisan.

  • 150 2004 est une année bonne, A. a vendu sa part 500 ’abra-s d’orge (250 kg par foyer), l’huile d’argan (...)

7Les héritiers du saint revendent une large part de ce qu’ils reçoivent. Les dons, les bonnes années, peuvent leur rapporter beaucoup ainsi que nous le présentons pour l’huile, pour une année de récolte excellente150. À partir des litres donnés, il est facile de tirer un pourcentage révélateur de la destination habituelle des dons :

Tableau n° 8 : Don d’huile du Souss par bénéficiaires en 2005

Don effectué (Souss)
en litres d’huile

Prélèvement des Chorfa (au prorata des 240 foyers)

Prélèvement pour les dons aux nécessiteux

Prélèvement pour le fonctionnement de la zawya

Total du don en 2005

4000 l.

960 l.

+ 2100 l.

940 l.

Pourcentages

100 %

25 %

51 %

24 %

  • 151 Cependant, tout ceci reste opaque : de quels nécessiteux s’agit-il ? Est-ce les Chorfa nécessiteux (...)

8En voyant cette redistribution, une première conclusion s’impose : les Chorfa et la zawya bénéficient d’autant de dons. La zawya est donc très riche et faire partie de ses gestionnaires a un intérêt réel. Enfin, les nécessiteux peuvent bénéficier d’autant de biens que la zawya et le reste de la descendance réunis. Ceci indique bien que les nécessiteux peuvent continuer à venir réclamer, ils seront toujours bien reçus. Et si on questionne151 les héritiers du cens du saint et sur les dons directs, ceux en numéraire, ils exposent le fonctionnement actuel de l’institution, un fonctionnement que tous présentent comme pérenne et en cela irrécusable : si cela se faisait du temps du saint, cela doit continuer à se faire dans sa continuité. Ils refusent l’idée de changement ou tout au moins refusent d’évoquer une telle éventualité avec un tiers :

  • 152 Il est intéressant que dès que la conversation porte sur les gains en nature, les descendants du sa (...)

« La caisse (sunduq), on l’ouvre, on fait le partage, on retire les dépenses dues aux préparatifs du mûssem (la route, l’entretien de la zawya, la mosquée, les travaux, les charges de la terre), puis nous partageons entre chacun ; ce n’est pas grand-chose, parfois il reste même des dettes ! (…) Certains se fichent de la zawya, ils disent que tout ça, ce ne sont que des khurâfât152, mais les gens restent fidèles à leurs promesses, ils viennent quand même. Quand tu perds ta mère et ton père – Dieu t’en préserve ! – il te reste la zawya, tu passes un mois chez nous, tu oublies tout. Tu verras quand tu prendras la retraite, c’est chez nous que tu viendras. Notre aïeul est mort il y a cinq siècles, et on donne encore ! Trois cents cinquante tribus (qaba-il) continuent de donner depuis cinq siècles ! »

9Il est intéressant que la descendance estime à plus de trois cents les tribus qui pratiquent le don. Et cela est vrai compte-tenu de ce que nous avons vu, l’huile en était un bon exemple. On continue de donner. À Imi n’Tatelt, on répond donc par la négative à la question des changements dans la teneur des dons par rapport au temps du saint. Ainsi, depuis quatre siècles et demi, rien n’aurait changé, ni le nombre de tribus donatrices, ni même la teneur des dons :

« On n’enregistre aucun changement. Non, aucun. Et l’argent n’a rien transformé ? Non, il faut seulement payer pour le transport de la dbih’a, mais sinon c’est inchangé. Le miel, il n’y en plus, on n’a plus d’abeilles dans les montagnes : donc ils ne peuvent plus nous en donner, mais c’est tout. C’est le seul changement ».

10Si on sait que les dattes, les grains, et les fruits secs peuvent être thésaurisés sans mal, qu’en est-il de la viande ? Comment être équitable ? Et surtout, qu’en est-il du nombre probable de dons reçus ? Les sacrifices de boucherie sont donnés aux Chorfa à tour de rôle (nuba) :

« Mais comme on ne peut pas être équitable avec la viande comme avec l’orge – on essaie juste de l’être – on enlève les os, on pèse. On est content, de toutes les façons, quoi qu’on nous donne. Beaucoup de gens viennent offrir, des gens comme toi, des caprins (gherm), chèvres, des moutons, qu’ils soient petits ou grands, tu dois être content. Une quantité énorme (bzêf) ! Ces dons, il y en a tellement qu’on ne peut pas les comptabiliser. D’ailleurs, on n’a pas le droit de dire que telle tribu a apporté plus qu’une autre, elles ont apporté, c’est tout et c’est très bien » explique l’un des héritiers de la zawya.

  • 153 M. le secrétaire tient ces registres depuis plusieurs années « pour que personne ne puisse réclamer (...)

11En fait ce n’est pas tout à fait ce qu’il se passe dans la pratique. On l’a vu par la mise en scène des dons lors des mûssem-s mais aussi parce qu’il y a des cahiers faisant office de registres153 [voir Planche n° 70], chaque page indique le nombre de sacrifices selon la nature du sacrifice (vaches, caprin, poulets) ; la teneur des dons est pareillement indiquée en types d’offrandes dans le même cahier (orge, huile, noix), mais aussi des dons « d’intérêt général » qui ne sont des denrées (comme les couffins, ustensiles, portes et autres objets utiles mais qui ne doivent ou ne peuvent pas être revendus). Ces cahiers sont très clairs, ils sont tenus chaque jour par deux Chorfa, personnes choisies pour leur probité et garantes de ce qui est écrit.

  • 154 Takat, le foyer correspond à un couple avec enfant(s) à l’intérieur d’une maison. Il y a ainsi plus (...)

12Les registres exposent clairement les dons partagés puis remis aux intéressés. Une première colonne indique ce qui a été comptabilisé, la dernière colonne indique ce qui a été livré. Chaque type de denrées est ainsi répertorié par lignages (avec leur nombre de foyers154). La croix correspond à celui qui a reçu ou chez lequel le don a été remis puisqu’ils se font aussi livreurs le soir venu (du fait des femmes recluses), si le Chérif ne vient pas chercher son dû, il n’y a pas de croix ainsi que le résume le Tableau n° 9.

Tableau n° 9 : Registre de M. : dons par branche héritière et foyers pour la viande (en kilos) avril 2005

Lignage (ikhs)

Parts reçues correspondant au nombre de foyers

Nombre de familles par lignage

Total à percevoir
( x 2kilos)

A récupéré son don (x)

1

Ayt Ahmed

67

 ?

134 kg de viande

x

27

Ayt Brahim

31

14

62

3

Ayt Lahsen

18

13

36

x

4

Ayt Sîdî Othman Ayt Ul ’Azîz

34

10

68

5

Ayt Wahmân

36

21

72

x

6

Ayt Mûmû

18

9

36

7

Ouvriers (akhadm)

13

11

26

x

Responsables

7

-

14

Total

142

412

3.1.2 La poche de la djellaba

  • 155 Voir citation plus haut, « J’ai confié l’administration de la Zawya et celle de sa maison au faqîr (...)
  • 156 « Si la zawya demeure unie à Dieu comme maintenant elle sera ouverte à tout le monde. Mais si mes e (...)

13Nous avons vu ce qu’il advenait des nourritures terrestres, qu’en est-il des autres dividendes de prestige ? La gestion des dons est intéressante à questionner. Comme le stipule très clairement le Testament du saint, on sait qu’il y a d’une part les héritiers de sang du saint et d’autre part ceux qui ont hérité de charges155. Les Ben Mess‘ûd El-Qurbânî sont de ceux-là, descendants d’hommes de confiance du saint, ils continuent à détenir les clés de la zawya, une fois par an, et d’accueillir les invités de la Maison Ben Ya‘qûb. Les Nadifi également, pendant trois jours, viennent administrer la zawya, ils ont les clés des magasins, et gèrent une partie des dons qui affluent. Ils interdisent, autorisent, prennent et donnent les aumônes, comptent. Ils apparaissent comme des sortes de garants qui, comme le dit très bien le Testament, s’assurent que les descendants ne se querellent pour de vulgaires histoires de gains ou de pouvoir156.

14Cette descendance non-directe mais qui est toujours visible dans les couloirs de la zawya pendant les réjouissances, se justifie par le fait que le Fqîh El-Qurbânî, disciple du saint aurait établi son patronage auprès de six tribus (Idaw Ublâl, Idaw Kensus, Idaw Nadif, Tigherghat, Arghân, Ameln Wassif). Pour le remercier d’avoir assuré leur formation, elles lui donnèrent le tiers (thulut) de leurs récoltes tandis que lui-même dépêchait les trois quarts à la zawya. Quant aux autres alliés, ils l’étaient matrimonialement au saint (« mes gendres »). Cette gestion est assez particulière, mais les propres descendants l’expliquent très naturellement et abordent ainsi la question des gains financiers :

« Nous ne sommes pas comme ceux de Tazerwalt qui partagent par l’os [ikhs, lignage], nous nous partageons par les foyers. C’est le moqaddem Ahmed Utlligh qui a institué cela. Pendant le mûssem tu as vu ces quatre personnes dans le tombeau, ils appartiennent à un seul lignage, ils surveillent, contrôlent, accueillent les hôtes en visite. Si quelqu’un a besoin de bougies, ils y pourvoient. Et quand la baraka du mûssem est terminée, on ouvre la caisse, on retranche les dettes, l’administration (h’ukuma), et après on partage ce qu’il reste pour le foyer. Il faut garder une part pour les invités, pour les tolba-s. Ceux qui ont besoin de plus d’argent, ils vendent les grains. »

15L’argent n’est pas l’objectif principal, affirme ce descendant du saint, ce qui est important est de renouveler le sacrifice et pour cela, le coffre (sunduq) de la Zawya est sollicité s’il le faut. Ainsi, le cycle bénéfique de la baraka est sans cesse à entretenir, par la force du groupe :

« Les gens se cotisent pour faire tighersi (sacrifice). Si un jour telle tribu n’a pas toute la somme nécessaire pour faire son sacrifice, elle sait qu’elle peut s’adresser à nous et nous les aidons : je leur fais la Fâtiha, et je les conduis à notre caisse, nous les aidons. Car, sacrifier une vache est très important. Ce n’est pas un mouton, ni une chèvre, tu comprends ? Qui les récompense ? La baraka du sunduq (coffre). Même lorsque le sacrifice est petit, ils font ce dépôt et voilà. Le rezzq ici est toujours actif ; il y a des descendants du saint dans le Gharb qui touchent des millions, ils ont leur ighuraff (urne), ils récoltent quelques dirhams, qui deviennent des milliers, des millions. On nous envoie de l’argent de partout, ils nous disent : « Tenez mettez-le dans la caisse, celle du saint ou celle de la zawya. » Il y a des pays où ils mettent de côté la baraka de notre saint jusqu’à ce qu’elle atteigne 100 à 200 abra-s, et si quelqu’un passe, il la lui confie pour le mûssem. Et si l’un des héritiers – quel qu’il soit – y va, il reçoit son dû ou on la lui envoie. Nous sommes, tbârkellâh, nombreux dans tout le Maroc, chacun prend sa part, et la grâce revient à la zawya ».

  • 157 Il faut cependant nuancer en regard des biens propres du personnage, certes il prend généreusement (...)

16Cependant, derrière la théorie, la pratique est autre. On entend parfois, notamment sur le ton de la plaisanterie chez les femmes chérifas, l’expression « Iguramn khlâs ! » que l’on pourrait traduire par « Ah ces Personnages sacrés [ils abusent] ! » Nous pouvons percevoir dans cette allusion au ventre des officiants, au-delà d’un commérage, l’idée d’une certaine rentabilité à gérer le cens du saint. Ceux qui prélèvent dans la caisse commune sont d’abord l’officiant qui se rémunère lui-même, à deux reprises, en mars et en avril, au nombre de bénédictions effectuées. On dit qu’il met tout dans la « poche de sa djellaba », y compris les gains qui devraient aller aux œuvres pieuses. « Il garde tout pour lui » dit-on dans son entourage157. Ensuite, viennent les descendants, puis les gestionnaires, tout le monde se sert, mais le nombre important de prélèvements réduit d’autant les bénéfices de chacun. Et si la somme de départ est importante, une fois partagée, elle se réduit comme une peau de chagrin.

3.1.3 L’ordre matériel métamorphosé

17Pour relier l’analyse du rituels des mûssem-s de printemps entre la Maison d’Imi n’Tatelt et ses tribus alliées à celle du mûssem des Isemgan, nous devons d’abord revenir à la forme de don et de contre-don qui se fait jour dans le système des tirbaîn-çadaqa-s entre les tribus en visite et la descendance du saint. Il est nettement apparu que tandis que les Chorfa recevaient en quantité des offrandes matérielles, liées essentiellement à la nourriture ; en retour, ils garantissaient des services d’ordre spirituel. Nous avons aussi considéré l’un des dons permanents effectués à la zawya autour de l’anwal (office) du saint lorsque le pèlerin reçoit l’orge brut, cuit, salé, et l’eau dans laquelle il a cuit. Ce don est en effet apparu comme un raccourci de ce qui se joue à Imi n’Tatelt au moment des mûssem-s : comme le synthétise le schéma ci-dessous, le retour matériel d’orge très salé et d’eau apparaissent avant tout chargés de l’influx bénéfique du saint. Il s’agit donc d’un ordre matériel métamorphosé, qui est bien plus qu’un retour ou d’un don-contre-don puisque cette nourriture est chargée des forces du spirituel.

Figure n° 2 : Echanges de dons à Imi n’Tatelt, ordre matériel et ordre spirituel mêlés

Figure n° 2 : Echanges de dons à Imi n’Tatelt, ordre matériel et ordre spirituel mêlés

18Les cercles en gras incarnent les choses matérielles alors que les rectangles incarnent l’ordre spirituel. Cependant, il faut noter que le retour matériel d’orge très salé et d’eau sont chargés de l’influx bénéfique du saint, il s’agit donc d’un ordre matériel métamorphosé, qui est bien plus qu’un retour ou d’un don-contre-don puisque cette nourriture est spirituellement chargée.

3.1.4 Au-delà des dons

19Spirituel et matériel viennent ainsi s’équilibrer. Mais il convient de noter que même si une distribution des premiers apports a lieu, cette redistribution passe par la main des Chorfa. Le sacrifice suscite la dette et montre que celui qui est sacrifié est un obligé qui se souvient et que, en même temps, celui qui accepte le sacrifice est son protecteur. Nous sommes donc dans ce rapport de subordination que nous avons analysé plus haut. Nous nous souvenons, ensuite, que M. Mauss commentant E. Westermarck avait défini ce sacrifice contraignant comme une dette inscrite dans la durée. Le ‘ahd vaut longtemps après la mort du suppliant, c’est une « forme patrimoniale du don », où les contractants restent dans une « perpétuelle dépendance » (Mauss 256), il s’agit bien comme cela a été défini par Mauss, d’une sorte de droit de suite sur la personne, une dette irrévocable et perpétuelle, ici d’un groupe. Tout ceci va participer de cette notion de baraka telle qu’elle apparaît désormais, placée au cœur du système [grenier-zawya].

20Après avoir analysé ainsi la structure des dons effectués à Imi n’Tatelt dans la logique instituée par le poids du Testament, presque cinq cents ans après, il est intéressant d’observer ce que cela signifie, toujours concrètement, en termes de ce qu’il convient d’appeler une géographie de dons. Pour bien mesurer l’empreinte régionale de la zawya sur le territoire, il faut regarder de très près la répartition spatiale ou du moins la provenance de ces dons.

3.2 Géographie et contours des dons

3.2.1 Le rayonnement de la zawya

21Pour présenter l’étendue du don fait au saint, ses héritiers mêlent les noms des circonscriptions actuelles aux dénominations géographiques plus anciennes :

« Toutes les tribus (qaba-il-s) depuis la Province (amala), jusqu’aux contreforts de Tiznit et du Tazerwalt, donnent, les Imsfiwân, Mhamid, jusq’à Marrakech donnent.. Toutes ces frontières sont tracées dans le Testament (waçiyya), depuis l’Oued Dra jusqu’aux Imjâd. Tous nous donnent et quand ils ne donnent rien, il y a toujours un cadeau, une djellaba, une vache, quelque chose. Ils n’oublient pas leurs promesses » affirme non sans fierté ce descendant en faisant l’exégèse du Testament.

22Et, il est un fait incontestable : les vieux noms de ces territoires de la montagne aux franges sahariennes sont consignés dans Le Testament. D’une version à l’autre, les toponymies – systématiquement arabisées – sont scrupuleusement notées avec le détail des dons que les donateurs par unité tribale sont tenus d’honorer. En identifiant chaque groupe territorial, on peut circonscrire un territoire très précis et dessiner une carte.

  • 158 Zawya-s satellites que nous n’avons pas notées sur la Carte n° 3 du rayonnement de la zawya mais qu (...)

23La carte obtenue ne tient pas compte des groupes non-identifiés (59 identifiés sur 120). Elle est à comparer à la carte donnée en ouverture de cette recherche sur Imi n’Tatelt [Cf. Carte n° 1]. L’aire d’influence du saint patron de la Zawya sur les montagnes et les franges sahariennes de la carte ci-dessus est plus réduite, plus resserrée du fait des zones d’ombre. Mais, on rencontre des tribus du Haut-Atlas de la région de Tizi n’Test (au-dessus de Taroudant vers Marrakech) comme des pèlerins venus de la région de Ouarzazate, et d’autres venus du versant saharien de l’Anti-Atlas occidental, ce que la descendance confirme également. La Zawya apparaît comme occupant effectivement une position centrale sur l’ensemble de ces territoires. Son rayonnement s’étend ainsi sur près de deux cents kilomètres, de l’Ouest à l’Est, et du Nord au Sud. Ceci permet d’intégrer convenablement les zawya-s satellites158, et de voir surtout se dessiner le front des autres grandes zawya-s méridionales. Nous avons vu, que chacune d’entre elles, reçoivent également les dons des greniers actifs de la montagne. Timggilsht est sans doute la plus active après Imi n’Tatelt ; Tamggrout n’est pas en reste, puisque nous avons croisé à plusieurs reprises les moqqadmin-s de la zawya en tournée pour collecter directement les dons. Mais Imi n’Tatelt reste celle dont la position centrale et frontalière est la plus intéressante.

3.2.2 Une mise en réseau

24Car Imi n’Tatelt occupe une place particulière dans la mesure où, sur un territoire compris entre, grossièrement Agadir et Zagora, elle semble jouer un rôle médian entre la Zawya de Tamggrout et celle de Sidi Ahmed U Mûssâ. Elle jouit en effet des dons de toutes les tribus comprises entre ces deux points, alors que chacune des deux autres se partagent les régions limitrophes (l’Est pour l’une et l’Ouest pour l’autre).

25Cependant, cela est progressif dans le Testament Mystique du saint d’Imi n’Tatelt – et les dons, d’après sa descendance, en seraient également désormais décroissants – les premières tribus mobilisées sont clairement celles qui sont les plus proches ; les affiliés de la zawya sont aussi celles qui lui rendent, outre les dons, des services liés à l’entretien. Et à mesure que l’on s’éloigne d’Imi n’Tatelt, comme le rend compte le tableau suivant, les dons restent précis et conséquents mais se font moins nombreux, révélateurs que la distance distend les liens. Chaque section numérotée du tableau correspond à un paragraphe du Testament qui englobe plusieurs groupes territoriaux dont l’unité est généralement donnée par les ressources locales, en somme une sorte de province dont les limites seraient induites. Le Testament propose donc une véritable géographie de l’Anti-Atlas au Haut-Atlas (comprenant les franges présahariennes). Cette géographie vraisemblablement esquissée à partir du XVI-XVIIe siècles, a été, très certainement, réadaptée à la charnière des XIX-XXe siècles, moment où la carte du pouvoir en ces régions est bouleversée (Laroui 1980 : 136), moment où les dernières « copies » des Testaments mystiques sont retranscrites. L’étude des Testaments antérieurs serait extrêmement précieuse pour comprendre, au-delà des dons, l’évolution historique des tribus et de leurs ressources, dans cette région du Maroc : une géographie endogène est proposée, non plus établie de l’extérieur par de grands voyageurs étrangers ou par des administrateurs coloniaux, mais bien de l’intérieur de ces territoires. Il est évidemment que se dessine ainsi la carte du système [grenier-zawya] : elle nous montre des liens très anciens qui ont façonné ce qui apparaît clairement comme une région culturelle où une langue, une organisation sociale, des valeurs, des croyances, des techniques, des représentations symboliques sont communes. Les groupes réunis à Imi n’Tatelt forment bien un seul groupe, rassemblés sous serment (ahd) et partageant le même référent.

Carte n° 3 : Carte du rayonnement de la Zawya d’Imi n’Tatelt

Carte n° 3 : Carte du rayonnement de la Zawya d’Imi n’Tatelt
  • 159 Tableau n° 13 : Tableau des offrandes telles que le stipule le Testament Mystique (962-1357 Hégire, (...)

26Lorsque à la lecture du Testament, nous avons fait ce travail de report des tribus sur la carte, nous nous sommes heurté aux toponymies évolutives, et comme toujours à l’influence de l’arabe retranscrivant en arabisant la plupart des toponymies159. Ainsi, lorsque le nom a changé ou lorsque par recoupement ou par une explication donnée localement nous avons pu enfin l’identifier, nous proposons cette dénomination actuelle (colonne 2). La Carte n° 3 donne donc à lire ces deux catégories : celle dont les noms sont restés, et celles dont les noms ont évolué. Quant aux régions non-citées ou non-identifiées, elles sont restées en blanc sur la carte. Il semblerait que les tribus des grands nomades des franges présahariennes soient celles qui posent le plus de problème pour être identifiées au regard de la carte des tribus des Affaires Indigènes. Ce qui n’est pas un hasard, le Testament différenciait déjà nomades et sédentaires (ou semi-sédentaires) : on sait combien le rôle des zawya-s fut important naguère pour apaiser le jeu des conflits sur les terres de pacage (de Foucauld 155-158) aux frontières mouvantes.

  • 160 Liste des confédérations des tribus, des fractions de tribus, et des agglomérations de la zone fran (...)

27Malgré de nombreuses zones d’ombre, dues pour une large part aux transcriptions et à sa forme systématiquement arabisée – que la descendance balaye d’un geste, cherchant des toponymies aux sonorités proches – une première conclusion s’impose : le Testament Mystique du saint ne tient pas compte des découpages en petites fractions d’entités plus grandes que propose la Carte des tribus établie pendant la colonisation (1939160). Dès que la confédération des tribus existe, c’est cette dernière qui est choisie (Illalen, Ayt Abdellah) ; lorsque le testament détaille les petites unités (comme c’est le cas pour les Ayt Wawzgit), c’est pour mieux orienter les produits à prélever parce que chaque taqbilt (unité d’un groupe territorial), même prise dans un plus vaste ensemble, a des ressources spécifiques (le safran, le tapis, l’argan, l’armoise) que n’aura pas sa voisine. Parfois donc, des éléments de géographie (l’amont ou l’aval d’un Oued par exemple faisant limite sur une tribu) sont précisés pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté. En dépit des mutations provoquées par la modernité, la référence à la « tribu » (taqbilt, qabila), une fois de plus, est à souligner. Les intéressés eux-mêmes se désignent sous leur nom traditionnel d’appartenance à chaque groupe territorial distinct.

3.2.3 Le front des zawya-s

  • 161 Période : 2000-2005, zawya-s mentionnées par lieux étudiés et/ou cités par les agents lors des terr (...)

28En notant sur une carte les dons effectués pour chacune des zawya-s citées par les agents ou observées lors des grands mûssem-s afférents, est progressivement apparue une ligne de Zawya-s161, toutes établies sur les franges présahariennes, à l’extrême limite des zones de culture [cf. Carte n° 5]. Au-dessus, il y a les terres relativement prospères qui, de l’Atlantique à l’Oued Dra, produisent les céréales, l’huile, les féculents, des fruits secs et des dattes ; et sous cette ligne, s’étend le pré-Sahara incertain avec essentiellement ses ressources carnées. Rappelons ici la légende du saint d’Imi n’Tatelt capable de créer l’abondance « avec Dieu et non avec une seguia » (Justinard 1953 : 71) au milieu d’une terre inculte. L’idée première donc est la création de ce front de zawya-s, greniers et sanctuaires, assurant la baraka et nourrissant, ou du moins, ordonnant l’équilibre politique et frumentaire d’un ensemble de tribus affiliées, soudées, capables de s’entraider. Pour cela, il fallait le réseau des greniers apparentés. On saisit bien le système, si l’on superpose ainsi la carte des greniers à celle des zawya-s ; et l’importance des greniers, non plus seulement à l’échelle des localités, mais à l’échelle d’une région apparaît.

29La seconde idée corrélative explicitant bien le système [grenier-zawya] est donc ces réseaux, ensuite de petites zawya-s, filiales d’une zawya-mère qui peut également en être le modèle : se matérialisent ainsi sur la carte d’autres parallèles à la ligne première. Les réseaux existent et existaient jadis raccrochant les saints délaissés à des saints privilégiés d’une époque : ainsi en est-il, par exemple, des tayfa-s Idaw Ultit qui se terminent par le saint fameux Sîdî Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt. Cette pérégrination ancienne nous renseigne bien sur le sens de ces tournées de zawya-s alimentées en amont par les nombreux greniers.

  • 162 Dans les processus d’intercession, les saints locaux sont toujours placés entre le visible et l’inv (...)
  • 163 Sîdî Wagag aurait fondé son école en 445 A.H (1054) et aurait été le professeur de Ibn Yassin de la (...)
  • 164 Les limites d’offrandes de la Zawya du Tazerwalt vont jusqu’aux frontières du Dra, en limite de la (...)

30Elle prend en effet son origine dans la Zawya de Sidi Wagag162 – dont la fondation remonterait au XIe siècle de notre ère mais qui, aujourd’hui est relativement peu connue163 – et se termine au Tazerwalt164. Ce tour des zawya-s ou pérégrinations-tours de réjouissances (tayfa) ouvre l’année agricole (ici septembre-octobre). Chaque halte sacrée est l’occasion d’une agape sacrificielle dit « des nécessiteux » (Ifqirn’ Idaw Ultit). Se joue là-bas, comme à Imi n’Tatelt, ce qui caractérise toute zawya : donner à manger à qui en a besoin, veiller sur les plus faibles, protéger celui qui n’est rien, subvenir à autrui sur toute la durée de l’année agraire empêchant qu’on ne meurt de faim : toute la morale de la baraka créant et recréant le lien social est ainsi placée au cœur du système [grenier-zawya]. Souvenons-nous enfin qu’il était très courant pendant les moments de soudure que, des groupes aillent faire le tour des saints – des petits santons aux plus prestigieux – cela était recommandé pour Imi n’Tatelt (visiter quinze saints avant de faire sa ziyâra à Ben Ya‘qûb), et aujourd’hui encore à Imi n’Tatelt, il n’est pas rare que certains, après Imi n’Tatelt, se rendent à Timggilsht ou outre, cette ziyara, participent à celles de Tamgrout et à celle My Brahim du Tamanart.

31On comprend ainsi très bien, qu’au-delà du rôle religieux, une Zawya pouvait en effet prendre en charge les famines ou les crises, voire les prévenir entre deux périodes de soudure. Comment également un saint minoré continue à vivre sous la protection paternaliste d’un saint vigoureux explicitant mieux la hiérarchie des saints (mineurs/majeurs) que nous avons eu l’occasion de rappeler. Ce « tourisme » religieux, lié à une géographie des réseaux de zawya-s est surtout un héritage, le produit d’une histoire de la longue durée. Progressivement, le système des représentations symboliques apparaît de plus en plus clairement.

3.2.4 Un réseau invisible

32Nous avons observé chez les Iberkaken, une tribu de Chorfa idrissides comme ce saint, les cases pleines réservées à Ben Ya‘qûb. Mais, elles n’étaient pas toujours envoyées intégralement au mûssem : souvent un « héritier » passait avant et on lui donnait une à deux ‘abra-s. Au fil des terrains et des recoupements, nous nous sommes en effet rendue compte qu’il y avait tout un réseau clientéliste pour permettre cela : quelques personnes influentes habitant un village dont le grenier était très actif, étaient également apparentées à ce saint. Chez les Tidili (Ayt Wawzgit, Haut-Atlas), le grenier de Tashdirt est géré par une famille Ya‘qûbîya ; le grenier d’Itughayn (Iduska Ufella, Anti-Atlas central) est souvent visité par des descendants du saint, habitant à proximité. Rappelons-nous une spécificité des Ayt Tidili : les tirelires suspendues dans la cour intérieure du grenier pour récolter un ensemble de dons ensuite envoyés aux zawya-s. Chacun des dix greniers actifs que compte la tribu possède ainsi plusieurs tirelires portant le nom des grands saints méridionaux (Timggilsht, Tamggrout, Imi n’Tatelt).

33Une corrélation évidente est ainsi établie entre ces grandes zawya-s et certains villages aux greniers très actifs. Si la solidarité du groupe est un facteur de vitalité pour un grenier, les liens avec ces zawya-s participent de ces effets dynamiques pour les greniers. Les cycles qu’elles organisent, le renouvellement des pactes et autres liens qu’elles ordonnent, les liens lignagers, matrimoniaux anciens comme récents, qui leur préexistent, tout cela entretient l’institution du grenier et donc le groupe villageois, tribal, puis régional. Une échelle croissante lie ainsi les groupes entre eux.

3.2.5 Le capital spatial

  • 165 Notion forgée dans le prolongement des travaux des sociologues ayant mis en valeur l’idée de la dot (...)

34Tout ceci nous amène à conclure sur le capital spatial comme notion corrélative à notre démonstration sur le système d’échanges et de mise en réseau. Nous avons signalé à plusieurs reprises le rôle de ces intercesseurs essentiels que sont les Chorfa d’Imi n’Tatelt. Un Chérif a un capital spatial que n’aura pas une autre personne non-descendante de saint. Le Capital spatial est « l’ensemble des ressources, accumulées par un acteur, lui permettant de tirer avantage, en fonction de sa stratégie, de l’usage de la dimension sociale de la société165 ». Les individus n’ont en effet pas la même « dotation en ressources », à la naissance et au cours de leur existence. P. Bourdieu a défini des capitaux culturel, économique, relationnel, le capital spatial comprend également un patrimoine et des compétences. Tout Chérif a l’habitude de voyager, de s’installer chez l’autre et de réguler les conflits, d’apaiser toute situation. Inversement, il sait mettre un territoire en réseau et faire jouer ses relations ou sa parentèle ; il sait aussi en acquérir d’autres. Pour autant, nous ne devons pas confondre « capital symbolique » et « capital spatial », et c’est justement la notion de ressources qui précise mieux ce concept touchant à la spatialité : « Maîtriser un système de lieux favorise la mise en place d’un dispositif d’interactions productives impliquant en tout ou en partie, ce système de lieu » (Lévy : 125), les ressources des Chorfa vont permettre la gestion des dons, alimenter la force des réseaux, animer le lien social à dates fixes : participer du système [grenier-zawya] qui leur profite assez avantageusement.

  • 166 J. Ayt Lahsen a une vingtaine d’années, il se souvient que lorsqu’il était enfant, des processions (...)

35Au terme de cette analyse qui convoquait l’espace, on peut donc dire qu’un ensemble de notions est venu se surajouter à celles plus classiques rappelées plus haut (h’urûm et h’urm, essaimage des patrilignages du saint sur un territoire de plus en plus vaste, mise en réseau de ce territoire). Les Tayfa n’ibrîl-s sont appelés, dans le Sirwa, « mûssem des dattes166 » car la zawya qui ne peut jouir d’aucune production agricole, est pourtant pourvoyeuse de dattes. On vient et on repart en effet d’Imi n’Tatelt les bras chargés puisque le cycle de dons est favorisé par la Zawya. Sur le chemin, dans la famille, on redistribue aux enfants notamment, les dattes, le sel, le son, on donne volontiers le « baruk » qu’on a reçu, on poursuit l’idée de la baraka, distribuer toujours, ce que l’on a recueilli, pour que l’avenir vienne le renouveler. Une zawya est donc bien, ce grenier qui paradoxalement, engrange sur une terre inculte.

Notes

149 Cf. « Saints, dons, baraka et redistribution » in Naji S., op. cit, 2006, pp. 122-139, et p. 109. Jacques-Meunié, Dj. parle de « pacte divin » régnant sur les greniers collectifs du Maroc. Elle écrit : « …tout incite à croire que l’inviolabilité existait avant l’islam, émanée de l’animisme et de ses rites. Le grain, germe sacré de vie et d’abondance, pouvait empreindre alors de son pouvoir surnaturel l’édifice où il était amassé ; la sanctification islamique n’aurait fait ensuite que se superposer à cette sainteté primitive », in Greniers-citadelles au Maroc, Paris, Arts & Métiers Graphiques, 1951, p. 74.

150 2004 est une année bonne, A. a vendu sa part 500 ’abra-s d’orge (250 kg par foyer), l’huile d’argan aussi, et l’huile d’olive, 4000 l. en 2005. Source : descendance sur place.

151 Cependant, tout ceci reste opaque : de quels nécessiteux s’agit-il ? Est-ce les Chorfa nécessiteux (il y en a à Imi n’Tatelt) qui en bénéficient en priorité ? Ou encore exclusivement ? La zawya redistribue-t-elle à son tour ? Ne revend-elle pas comme le bon sens l’exigerait ? Et ensuite qui bénéficie de ces gains ? Autant de questions qui sont restées sans réponse.

152 Il est intéressant que dès que la conversation porte sur les gains en nature, les descendants du saint emploient le terme de khurâfât (fables, mensonges) pour s’en défendre, au nom de leur aïeul. C’est ce mot-là qui est également employé par M. Soussi lorsqu’il prétend (alors qu’il y vient pour la première fois) que les donateurs ont décru pendant la colonisation par rapport au passé, du fait de ces khurâfât autour de la figure des Saints (les proches de Dieu), alors même, dit-il, que les « proches de Dieu » (awliya), doivent recevoir le respect dû au fait que Le Coran lui-même atteste leur existence (1956-60 : 79). Les justes (çalih’una, muçlih’ûna) recommandés par leurs œuvres et leurs intentions pures, peuvent en effet, après leur mort, être considérés comme des « rapprochés [de Dieu] » (muqarrabûna) Cf. Le saint Coran, II, 130. III, 39. IV, 172. V, 84. LVI, 11. LXXXIII, 21, 28.

153 M. le secrétaire tient ces registres depuis plusieurs années « pour que personne ne puisse réclamer deux fois et pour que tout le monde soit sûr de l’équité du partage » explique-t-il.

154 Takat, le foyer correspond à un couple avec enfant(s) à l’intérieur d’une maison. Il y a ainsi plusieurs foyers regroupés par maison sous l’autorité d’un patriarche qui est, en général, le père des fils, selon le schéma patrilinéaire traditionnel. Certains fils laissent ainsi femmes et enfants sous le toit paternel pour aller commercer en ville. Imi n’Tatelt est là encore un lieu où les traditions sont bien conservées. Car désormais, un peu partout dans le monde rural, ce schéma tend à disparaître.

155 Voir citation plus haut, « J’ai confié l’administration de la Zawya et celle de sa maison au faqîr bien aimé, saint bienfaiteur Sîdî Mohamed Ben Mess‘ûd El Qurbânî et au Faqîr Mûsâ Ben Slîmân El Moggây El-Handifî. Je leur ai dit : « Tant que vous serez vivants, personne ne vous chassera. Prenez les clés de la maison et assurez largement l’hospitalité ! » Quant à l’homme de confiance, de même, le faqîr auquel j’ordonne de demeurer perpétuellement dans notre zawya, ce sera un homme des Ayt Mellul. Ces gens-là sont mes gendres et il est préférable que ce soit le gendre qui assiste à la vie intime de la maison [la zawya] qui est à Dieu et non à moi ou à mes propres enfants… » Testament mystique de Ben Ya‘qûb, Version b, voir Annexes pour l’intégralité du texte.

156 « Si la zawya demeure unie à Dieu comme maintenant elle sera ouverte à tout le monde. Mais si mes enfants sont en désaccord à cause d’elle, elle sera partagée entre mes quatre fils (…) et leurs descendants qui suivent la voie droite, chacun ayant toujours sa part, que Dieu les protège. (…) Celui qui suit la voie que j’ai tracée et se conforme à mes prescriptions, celui-là est mon fils, mais celui qui possède l’esprit de la révolte, du chaos (fitna), je le renie et Dieu me vengera de lui. Une époque de désunion entre mes enfants viendra. Je demande à Dieu de punir le responsable par la révolte de sa maison et de tirer vengeance de lui ». Idem.

157 Il faut cependant nuancer en regard des biens propres du personnage, certes il prend généreusement dans la caisse de la communauté mais redistribue aussi dans des relations de vassalité, d’entraide et de prestige. À l’exemple de son mentor – mais pas de manière aussi efficace – il entretient aussi quelques écoles coraniques de la région. Il y a un peu d’argent en jeu évidemment, mais c’est le prestige qui reste fondamental.

158 Zawya-s satellites que nous n’avons pas notées sur la Carte n° 3 du rayonnement de la zawya mais qui gravitent essentiellement autour dans un rayon de 50 km. Nous n’avons voulu noter que celles citées dans le texte, les très prestigieuses, et également celles qui ont un lien avec Sîdî Bû Çalâh des Ayt Ubiâl en Ayt Wawzgit par exemple et que nous avions étudiées avec précision dans le cadre de terrains de longue durée pour la thèse. Elles font apparaître le fonctionnement de proche en proche des petites zawya-s vers les grandes.

159 Tableau n° 13 : Tableau des offrandes telles que le stipule le Testament Mystique (962-1357 Hégire, soit 1555-1934) dans l’ordre des tribus donnés : ordre des mûssem-s et tentative de retrouver ce que ces mêmes tribus fournissent aujourd’hui à la zawya, voir page Annexes.

160 Liste des confédérations des tribus, des fractions de tribus, et des agglomérations de la zone française de l’Empire chérifien au 1er nov. 1939, Cadn. Le Testament a été réactualisé en 1927. Il était donc très intéressant de travailler en faisant correspondre ces deux sources d’informations contemporaines.

161 Période : 2000-2005, zawya-s mentionnées par lieux étudiés et/ou cités par les agents lors des terrains. La carte ne prétend donc pas à l’exhaustivité mais répond cependant à un manque réel dans les études de nos prédécesseurs : aucune carte n’a été dressée portant mention de l’importance du lieu en terme d’offrandes, d’importance architecturale (dénotant d’un prestige ancien) ou simplement d’aire d’influence. La plupart des zawya-s ont une importance pour les ruraux qui les fréquentent et non pour les citadins qui les ignorent de fait (ou qui les confondent, n’y étant jamais allés). Certaines zawya-s sont purement et simplement parfaitement méconnues, car pour les connaître, il faut avoir parcouru le territoire, y être allé en ziyâra ou au mûssem. En général, les agents connaissent un seul lieu, privilégié par leur appartenance tribale ou familiale. Ainsi, les gens d’Agadir citent volontiers Sîdî Wagag parce que Aglou-plage dans les années 1970, lui redonna une nouvelle vie… ; les gens de Tiznit, Sîdî Ahmed U Mûsâ ; les gens de Ouarzazate, Tamggrout, etc.

162 Dans les processus d’intercession, les saints locaux sont toujours placés entre le visible et l’invisible, ces personnages qui font le lien, sont des « agag » (agag est contenu dans Sîdî Wagag), catégorie qui renvoie au sacré. Je remercie Mme Claudot-Hawad qui me rappelle l’importance de ces mots topologiques sacrés tel que agag, agadir, taghremt, etc. qui donnent une profondeur réelle au statut ancien des saints et à leur dimension sacrée néanmoins profondément ancrée dans le sol, gommée aujourd’hui dans les cités du Maghreb par une contemporanéité ignorante très irrévérencieuse. Une comparaison mériterait d’être effectuée avec le monde berbère touareg, où ces mêmes catégories sont plus agissantes, que l’on songe notamment à tous les noms donnés aux sépultures et cénotaphes, et à l’importance que revêt ce type de repères pour un peuple nomade.

163 Sîdî Wagag aurait fondé son école en 445 A.H (1054) et aurait été le professeur de Ibn Yassin de la dynastie des Almoravides.

164 Les limites d’offrandes de la Zawya du Tazerwalt vont jusqu’aux frontières du Dra, en limite de la Zawya de Tamggrout, dont la réputation irradie jusqu’aux villes du Nord.

165 Notion forgée dans le prolongement des travaux des sociologues ayant mis en valeur l’idée de la dotation inégales des différents acteurs d’une société en ressources utilisables pour produire de nouveaux biens, et notamment les différents capitaux mis en valeur par P. Bourdieu (in La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979 : capital économique, social, culturel, relationnel, etc.) Pour « capital spatial » voir Levy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 2003, p. 124. Voir aussi « Ressource », une autre notion qui touche au monde social : « objets matériels et immatériels ou acteurs, qui sont réintégrés dans de nouvelles productions », il faut identifier le processus de production pour ne la pas confondre avec les ressources dites naturelles, cf. Ibidem., p. 798.

166 J. Ayt Lahsen a une vingtaine d’années, il se souvient que lorsqu’il était enfant, des processions de pèlerins de retour d’Imi n’Tatelt venus de Taliwin où les avaient laissés les camions remontaient à pied jusqu’à Ighil n’Ogho. Il se souvient des dons de dattes, en abondance, qu’il avait alors reçus avec les autres enfants de son village et de ce nom que spontanément les gens donnaient au mûssem.

Table des illustrations

Titre Figure n° 2 : Echanges de dons à Imi n’Tatelt, ordre matériel et ordre spirituel mêlés
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/133/img-1.png
Fichier image/png, 39k
Titre Carte n° 3 : Carte du rayonnement de la Zawya d’Imi n’Tatelt
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540