Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Introduction générale

Khalid Mouna, Catherine Therrien et Leïla Bouasria

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif, des réflexions sur des expériences de terrain ethnographique se croisent pour nous livrer les différents contextes de production des données et les stratégies mobilisées par les chercheurs en fonction de leur thématique et de leur positionnement sur le terrain. Les différents chercheurs qui ont contribué à ce livre proviennent de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, communication) et ont en commun le fait d’avoir privilégié l’approche ethnographique pour recueillir leurs données de recherche. Il a été réalisé sur la base d’un appel à contributions ayant comme objectif le projet de réunir des chercheurs, du Maroc et d’ailleurs, ayant mené des terrains dans le contexte marocain. Ainsi, l’ensemble des textes réunis ici ne correspond pas à une volonté de défendre une approche spécifique, mais à celle de livrer des réflexions d’ordre méthodologique qui, nous l’espérons, pourront nourrir les questionnements d’autres chercheurs avant, pendant et même après la période de leur terrain ethnographique.

  • 1  G. Lapassade, l’Ethnosociologie : les sources anglo-saxonnes, version électronique du livre, Educa (...)

2Le terme « ethnographie » pour qualifier le travail de terrain est très fréquent en anthropologie. Pour les anthropologues, il désigne le travail de terrain fieldwork lors duquel ils collectent des informations et des données qui servent comme matériaux pour l’élaboration théorique. Le terme « ethnographie » est aussi utilisé aujourd’hui par certains sociologues pour désigner une façon de pratiquer la sociologie qui s’oppose à la « conception dominante », appelée ici « sociologie standard » (ou encore, parfois, sociologie positiviste, quantitative, etc.). On parle alors « d’ethnosociologie1 ».

  • 2  G. Althabe, « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain », Terrain, 14 mars 1990, p. 126-13 (...)
  • 3  E. Goffman, la Mise en scène de la vie quotidienne. 1 : la Présentation de soi, Paris, Minuit, 197 (...)
  • 4  J. Favret-Saada, les Mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977, p. 32.
  • 5  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 1988, (...)
  • 6  C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Pocket, 2001, p. 55.
  • 7  M. de La Soudière, « L’inconfort du terrain. “Faire” la Creuse, le Maroc, la Lozère », Terrain, n° (...)

3Les résultats des différentes recherches sont, dans l’analyse, étroitement associés à la manière dont le chercheur gère son enquête qui est présentée, dans le cadre de ce collectif, comme « un terrain d’investigation2 » ou une forme d’interaction. La récurrence du terme « interaction » dans ce projet d’écriture collectif n’est pas fortuite. Le chercheur sur un terrain ethnographique n’est pas uniquement un témoin en contact avec ses informateurs, mais il est partie prenante d’une interaction, participant ainsi à la construction commune d’une situation, pour reprendre les termes d’Erving Goffman3. Il s’agit de comprendre, telle qu’elle se présente au moment de son vécu, « la situation d’énonciation. Ce qui importe alors, c’est moins de déchiffrer des énoncés – ou ce qui est dit – que de comprendre qui parle, et à qui4. » Bien que les chercheurs n’aient pas cessé de rappeler l’importance du terrain, la légitimité de celui-ci est relativement récente dans l’histoire de l’anthropologie, la pratique de terrain ayant été longtemps contestée par les anthropologues eux-mêmes. Cette contestation est reflétée clairement dans la formule de Frazer : » Le terrain, Dieu m’en préserve ». Le terrain est vécu parfois comme une violence5, un isolement ou, comme l’appelle Lévi-Strauss dans Tristes Tropiques, un « déracinement chronique ». Lévi-Strauss exprime aussi ce sentiment à travers la métaphore de la mutilation psychologique puisque, comme il l’écrit en parlant de l’anthropologue, « plus jamais il ne se sentira chez soi nulle part6 ». La facilité ou la difficulté d’un terrain n’est en aucun cas la preuve de sa réussite ou de la compétence du chercheur. Ce sont plutôt « les réajustements permanents des hypothèses par les faits, les décalages et rapprochements constants entre enquêteur et enquêtés qui font l’efficacité et la fécondité spécifiques du travail sur le terrain, au fond son inconfort7 ». Ainsi, au-delà des difficultés auxquelles sont confrontés tous les chercheurs sur le terrain, nous considérons cette expérience avant tout comme une forme particulière d’interaction sociale qui transforme le chercheur par les énergies, les stratégies et les attitudes qu’il déploie pour accéder au terrain, le vivre et le négocier, pour ensuite réfléchir au processus de construction de la connaissance, processus irrémédiablement lié aux spécificités de ce terrain.

  • 8  P. Rabinow, op. cit., p. 117.

4L’un des ouvrages pionniers consacré à une réflexion sur le travail de terrain au Maroc est celui de Rabinow. La description que Rabinow fait de son terrain nous amène à comprendre sa relation éprouvante avec l’autre. Selon lui, l’enquêteur, lors du terrain ethnographique, devient « une sorte de non-personne ou, plus exactement, une personne dans toute l’acception du terme8 ». Crapanzano revient, pour sa part, sur son terrain à travers le portrait d’un homme, Tuhami :

  • 9  V. Crapanzano, Tuhami : portrait of a Moroccan, University of Chicago Press, 1984, p. 4-5.

« Tuhami was as illiterate Moroccan Arab tilemaker, and I am beginning my portrait of him with this fragment from his personal history because it raises the question of his, of any, personal history… I have retained his fragment, too, I admit, because I find it nearly impossible to part with any of Tuhami’s stories. I’m certain that the reader on coming to know Tuhami, will understand my feelings, perhaps even better than I do9. »

  • 10Ibid., p. 130.
  • 11  J. Borneman et A. Hammoudi, dir., Being There, The Fieldwork Encounter and the Making of Truth, Un (...)

5Tuhami est le personnage qui a permis à Crapanzano de renouer le lien avec son terrain. En questionnant le vrai et le réel chez ce personnage, l’auteur cherche à faire communiquer deux mondes à partir de leurs représentations culturelles : «  Tuhami had been speaking the truth from the very start…, but I had been listening only for the real, which I mistook for the true10. » Dans un ouvrage coordonné par John Borneman et Abdellah Hammoudi intitulé Being There, The Fieldwork Encounter and the Making of Truth11, les auteurs, à partir d’un retour sur leurs propres expériences, ont montré comment l’anthropologie a été engagée à partir des années 80 dans une démarche d’introspection qui avait comme objectif de revoir le rapport à l’objet en anthropologie d’une façon critique. Il s’agit de revisiter à la fois la méthode et l’écriture.

6Notre ouvrage collectif s’inscrit dans la lignée de ces livres qui ont placé la réflexivité au cœur de leur démarche. Par la lecture de ces textes, le lecteur partira sur les traces de chercheurs qui ont mené des terrains dans le Maroc contemporain. C’est leur expérience de rencontre avec l’Autre qui nous est racontée dans cet ouvrage.

  • 12  P. Bourdieu, la Misère du monde, Paris, Seuil, coll. Point, 1993.
  • 13Ibid.
  • 14  H. Rachik, « De la longanimité de l’anthropologie. Réflexions sur les bonnes conduites à l’égard d (...)
  • 15  P. Bourdieu, op. cit.
  • 16  H. Rachik, op. cit.

7En effet, la relation au terrain ne peut se structurer qu’à travers une relation à soi et aux autres. En tant que relation sociale12, l’enquête ethnographique engage le chercheur dans un processus de « réflexivité réflexe13 » fondé sur l’analyse perpétuelle des effets du contexte social. Le terrain, dans sa dimension ethnographique, nous pousse à se poser des questions sur nos propres représentations et nos propres références culturelles. Étant constamment face à ses perceptions, l’anthropologue a souvent du mal à se débarrasser d’un positionnement ethnocentrique. Des anthropologues ont d’ailleurs souligné le caractère « inégalitaire14 » et « dissymétrique15 » de la relation entre l’enquêteur et l’enquêté. En tant qu’acteur sur son terrain, l’anthropologue établit les règles du jeu et oriente l’enquête dont il est responsable, tout en faisant parallèlement l’effort de ne pas trop intervenir pour ne pas influencer le comportement des enquêtés ou biaiser l’information que ceux-ci lui livrent. Le terrain ne se définit pas uniquement par un objet de recherche mais aussi par notre manière de penser l’autre et soi-même, de tâtonner en permanence sous le feu de l’action pour embrasser une « éthique de compromis16 ». Puisque le terrain se construit à partir des relations et des interactions avec les autres, celui-ci nous marque parce que chaque minute passée à enquêter est une épreuve sociale et psychologique. Nous ne sommes pas obligés d’être trafiquants pour comprendre les trafiquants, ouvrières pour comprendre les ouvrières ou en couple mixte pour comprendre les enjeux de la mixité conjugale. Pas plus qu’être Marocain-e est une condition nécessaire pour comprendre les Marocain-es. L’empathie ou l’objectivité ne sont pas non plus des conditions nécessaires qui font la distinction entre un bon et un mauvais terrain. En revanche, les sciences sociales ne peuvent se passer complètement d’une recherche empirique, d’une recherche de connaissance du réel et d’une réflexion sur les conditions de production de ce savoir.

  • 17  P. Bourdieu, la Misère du monde, Paris, le Seuil, 1993, p. 919.
  • 18  C. Therrien, « Frontières du proche et du lointain : pour une anthropologie de l’expérience partag (...)

8Tout travail empirique donne lieu à une description d’un ensemble de faits objectifs. Cette description est cependant une construction de la réalité ; il y a donc autant de constructions que de travaux de recherche empiriques. L’anthropologue, à travers son terrain, cherche à construire son objectivité ou, pour le moins, à expliciter sa subjectivité, à réfléchir sur les situations d’interaction, sur sa posture au cours du terrain. Il cherche à comprendre et à décrire une réalité sociale, non à prendre parti. Cela ne veut pas dire que le chercheur ne puisse pas ou ne doive pas prendre position aux côtés de ceux qu’il considère : défavorisés, exclus, marginalisés, mais son positionnement ou son intervention en tant que chercheur ne sont pas censés servir de grille d’expression à ses interlocuteurs ou faire oublier son rôle principal qui est de les délivrer de leur « vérité »17. Cette délivrance se fait, bien entendu, au prix d’une longue persévérance à travers laquelle le chercheur se plie aux exigences d’un auto-apprentissage. La relation entre apprendre et comprendre est justement intrinsèque au travail de terrain. Nous sommes marqués par nos expériences de terrain et les relations qui les tissent. Le terrain n’implique-t-il pas d’apprendre les codes et les symboles de communication et d’interaction des personnes enquêtées ? À travers l’enquête ethnographique, l’anthropologue ne se met-il pas dans une position d’apprendre pour comprendre ? La démarche rétrospective et réflexive présentée dans ce livre vise à s’introduire dans le terrain marocain à partir de trois différentes postures : celle du chercheur chez soi (at home), celle du chercheur d’ailleurs et celle du chercheur-immigrant (at home dans un pays lointain18).

  • 19  H. Rachik, le Proche et le lointain : un siècle d’anthropologie au Maroc, Marseille, Parenthèses, (...)
  • 20 H. Rachik, « De la longanimité de l’anthropologue (occidental). Réflexions sur les bonnes conduites (...)
  • 21  Z. Rhani, « Le saint et l’ethnologue : sur les voies de l’ethno-ascèse », Altérités, vol. 6, n° 2, (...)

9Dans une publication récente de l’anthropologue marocain Hassan Rachik19, ce dernier a ouvert le débat sur la question de l’anthropologue d’ailleurs, en revenant sur les grandes étapes de l’anthropologie notamment anglo-saxonne au Maroc. Cet ouvrage nous offre l’occasion de comparer la pratique anthropologique « chez soi » et « ailleurs ». L’anthropologue occidental, qu’il soit européen ou américain, n’est plus le seul aujourd’hui à parler de la culture des autres, à la qualifier et à la classer. L’anthropologue travaillant chez soi réclame aussi sa place dans la construction de ce savoir mais peut gérer son terrain différemment. Les expériences de terrain racontées dans cet ouvrage relatent ces différences avec précision. La relation que le chercheur marocain entretient avec ses interlocuteurs peut se rapprocher de ses interactions ordinaires. Il peut ainsi refuser par moments, comme le précise si bien Hassan Rachik, de séparer « par intuition » son rôle d’anthropologue de celui de citoyen marocain20. Son appartenance à la culture étudiée peut le dispenser parfois de recourir à un réseau d’informateurs permanent et d’en être dépendant, ce qui est susceptible de lui conférer plus d’autonomie. La difficulté d’un terrain peut être plus compliquée justement lorsqu’il y a un partage d’espace culturel ; « le fait d’être « dedans », d’être familier avec une société et ses symboles ne donne pas forcément un accès immédiat à la connaissance. Loin d’être une source de confort ethnographique, la proximité de l’ethnologue autochtone est une épreuve, source d’une fatigue culturelle non moins éprouvante que celle qu’expérimente l’ethnologue dans des sociétés radicalement étrangères21. » De plus, les nouveaux paramètres de l’anthropologie contemporaine rendent la frontière entre le « proche » et le « lointain », entre le « chez soi » et « l’ailleurs », entre « l’autochtone », « l’étranger » et « le migrant » de plus en plus floue. Le statut de chercheur-immigrant brouille en effet les frontières classiques de l’anthropologie en faisant du terrain mené en terre exotique, un second chez soi.

10En partant d’un terrain précis qui est le Maroc et à partir des postures et des formes culturelles différentes, cet ouvrage montre que le rapport de l’anthropologue « chez soi », « d’ailleurs » ou « chez soi dans l’ailleurs » ne se résume pas à un point de vue méthodologique. Ce sont les formes d’engagement (politique, économique, social, culturel etc.) qui constituent l’essentiel de la démarcation entre les chercheurs. Ainsi, ils peuvent certes être confrontés à des difficultés de terrain différentes, mais ce qui les relie ou les sépare ce sont les façons avec lesquelles ils conçoivent leur terrain comme espace de réflexivité, d’altérité et d’engagement, etc. De ce fait, la légitimité d’une expérience ethnographique est liée à cette capacité de recueillir des données de terrain qui reflètent à la fois la réalité des acteurs mais aussi le point de vue de l’observateur. L’objectif ce cet ouvrage est de laisser la place au terrain et non pas de se légitimer à travers un débat théorique qui risquerait de nous rendre aveugles aux réalités diverses du terrain. Cela ne veut pas dire que nous négligions l’importance du débat théorique.

11Les auteurs de cet ouvrage se sont livrés à un exercice de réflexion sur un terrain ethnographique vécu, un passé qui les a marqués et que nous qualifions de « anthropologique ». Par nudité, nous voulons évoquer l’arrière-scène du terrain ethnographique. Il s’agit donc de confessions anthropologiques ; ces chercheurs partagent l’histoire de leur recherche à partir de son » origine » en montrant comment ils ont négocié leur posture, leur statut, leur choix méthodologiques, etc. Ces chercheurs dévoilent leurs premières expériences ; ils montrent comment ils ont résisté au découragement, voire à l’épuisement sur le terrain, pour trouver une place au sein du groupe étudié. Donner la parole à des chercheurs pour nous raconter leur premier terrain (certains sont actuellement en processus de rédaction de thèse, d’autres ont soutenu leur thèse depuis quelques années à peine, d’autres encore ont acquis diverses expériences ethnographiques depuis leur thèse doctorale) est aussi une manière d’interroger le développement d’une anthropologie contemporaine avec tout ce qu’elle implique comme nouveaux terrains, nouvelles approches et nouveaux dispositifs de recherche.

12Les contributions présentées dans cet ouvrage sont différentes par leur objet, leur méthodologie et leur perspective disciplinaire. L’ouvrage a pour but premier d’être utilisé comme un manuel d’enseignement méthodologique en sociologie et en anthropologie. Pour cette raison, nous avons sollicité des contributions de chercheurs confirmés et de doctorants qui nous livrent leurs astuces de terrain et nous donnent l’accès à leurs coulisses empiriques. Ils nous racontent leurs premiers terrains, la manière dont ils ont surmonté les difficultés liées aux situations d’interaction et qui accompagnent forcément ce genre d’échanges sur un terrain ethnographique. Les histoires rendues vivantes à travers les récits des auteurs nous apparaissent comme un excellent outil pédagogique permettant aux étudiants d’acquérir les ficelles du métier, et aux chercheurs de poursuivre leurs réflexions sur les questions méthodologiques qui sont renouvelées à chaque terrain. Nous espérons, par le biais de cet ouvrage, ouvrir un espace de communication et d’échange entre une nouvelle génération de chercheurs. La richesse de ce livre réside dans la diversité des terrains, le Maroc apparaît comme un terrain riche et complexe, mais cette richesse se lit également à travers le vécu des
chercheurs.

13Marie-Pierre Anglade nous raconte sa manière d’enquêter auprès des personnes en situation de vulnérabilité, sa manière de les faire parler de leurs soucis du quotidien, d’intimité, alors qu’ils sont parfois sous l’effet de l’alcool dans des espaces publics, à domicile, seuls ou en groupe. L’auteur raconte son expérience d’observation participante en la confrontant aux discours pour le confirmer, le nuancer ou le contredire. En évoquant ces « conditions favorables à la parole », M.P. Anglade met le doigt sur sa situation d’extranéité (étant française dans un terrain marocain) en la mobilisant comme un outil épistémologique.

14Dans le chapitre qui s’intitule « L’observation du politique au prisme de ses représentations hégémoniques », Irene Bono se focalise sur son expérience d’observatrice qui tente de rompre avec les représentations de ses interlocuteurs en lien avec le sens commun. L’auteur nous présente les différentes stratégies adoptées pour observer les actions sociales qu’elle nomme « phénomènes participatifs ». On la suit dans les méandres de son terrain où elle « approche, détourne et écarte le regard » afin de mettre le doigt sur le cœur de l’information et ainsi observer les mécanismes de l’exercice du pouvoir et de la
domination.

15Les caractéristiques du chercheur, notamment celles en lien avec le genre, sont mises en exergue dans l’article de Leïla Bouasria sur la vie conjugale des ouvrières casablancaises. Le statut de l’enquêteur, selon l’auteur, n’est pas seulement assigné (par les enquêtés) selon les traits externes affichés par l’enquêteur mais aussi selon les différents lieux où se déroule l’enquête. Ainsi, enquêter sur l’intime sur un lieu de travail alors que l’on est présenté par des relais administratifs ne donne forcément pas les mêmes résultats que si l’entretien se déroule dans le cadre d’une interaction dans les foyers des ouvrières.

16Cette idée rejoint celle de Merieme Yafout qui explique très bien les stratégies utilisées pour faire face à une situation subjective tout en reconnaissant le grand rôle qu’elle joue dans une situation d’enquête. Le fait d’enquêter sur le statut des femmes dans les mouvements islamistes, tout en étant considérée sans pour autant l’admettre comme étant « militante islamiste » a eu une influence paradoxale sur son terrain. Cette posture qui renvoie à la dichotomie proximité/distance par rapport au terrain confronte cette chercheure au problème, classique en sciences sociales, de la proximité avec l’objet d’étude.

17À partir d’une démarche d’ethnométhodologie, Stéphane Gignoux, chercheur et professionnel du syndic de copropriétés dans la ville de Tanger, signe un chapitre intitulé « Observateur membre : une recherche praxéologique de la copropriété à Tanger ». Par le biais d’une observation participante, il nous offre une perspective d’observation de la gestion et des usages de la copropriété. La réflexivité de ce travail réside dans l’analyse de sa double posture de chercheur et de professionnel (membre de la copropriété). Ainsi, l’auteur décrit, à partir de moments clés, les conditions de son intégration au sein du monde des acteurs de la copropriété, monde qu’il partage, mais aussi l’observation des interactions qui s’y produisent.

18Le texte d’Aziz Hlaoua relate une expérience qui s’inscrit dans le cadre également d’une ethnométhodologie appliquée où son statut vacille entre celui d’observateur externe et celui d’observateur interne qui pratique l’observation participante en tant que membre de la confrérie religieuse Boutichichiya de Meknès. Il nous trace avec beaucoup de finesse la trajectoire d’un processus d’accès au terrain fait, dans un premier temps, de négociations, d’hésitations et de méfiance et qui se transforme au fur et à mesure de l’immersion dans le terrain en un rapport de confiance mitigé. Alors que son statut de membre du groupe a rendu les pratiques étudiées plus intelligibles, se posaient les défis de sa position en tant que chercheur, de la traduction des énoncés des acteurs en un langage scientifique, de la distance par rapport au groupe et aux différentes configurations de terrain adaptées aux différentes catégories qui le composent.

19Juana Moreno Nieto, dans son chapitre sur le travail des ouvrières dans les exploitations agricoles et stations de conditionnement du secteur fraisier au sein d’une région située dans le nord-ouest du Maroc, raconte, pour sa part, comment sa position de femme, espagnole, célibataire ainsi que son cadre de référence en tant que sociologue engagée, de gauche et
féministe impliquent une sensibilité spécifique dans l’approche de son objet d’étude. Le regard, nous dit-elle, ne pourra jamais être universel, mais incarné par le genre, la classe, l’ethnicité, l’origine, etc. Le rôle des émotions dans la gestion du terrain, sujet rarement abordé par les sciences sociales, fait aussi l’objet de ce chapitre.

20Pascal Mulet revient pour sa part sur son terrain mené dans le Haut Atlas marocain afin d’analyser (et d’auto-analyser) les moments clés de la construction de sa recherche ethnographique. Ce retour réflexif donne une particularité à ce travail qui nous plonge dans des relations sociales intimes. Le récit de son immersion au sein d’une communauté berbérophone où il a passé plusieurs mois, allant de l’achat d’un âne à l’apprentissage de la langue locale et à l’épreuve de la montagne explorée sans guide, est le paysage ethnographique dans lequel il introduit son analyse des catégories du Même et de l’Autre « non pas essentielles et figées, mais en constante construction ». A partir de sa position de roumi, qui est passée de la figure du touriste à celui du quasi-villageois, il nous offre une riche réflexion sur les différentes nuances de la construction de l’altérité.

21Khalid Mouna et Soraya El Kahlaoui nous ramènent vers deux terrains qui se croisent : Mouna travaille sur la marge rurale et El Kahlaoui sur la marge urbaine. Mouna nous plonge dans le monde de la drogue, en revenant vers la source, la tribu de Ketama. Un terrain qualifié de déviant, stigmatisé par sa pratique et son économie. Il accorde beaucoup d’importance aux formes d’interaction entre lui et les acteurs, il met l’accent sur la valeur de la confiance sur le terrain. Il revient sur sa formation d’anthropologue marquée par son premier terrain en tant que jeune ethnographe.

22Soraya El Kahlaoui, à partir d’une ethnographie fluide et attachante, nous offre une description ethnographique menée en 2012 dans un quartier d’habitations informelles en pleine effervescence de construction. Elle montre comment, à partir d’une situation ethnographique, nous pouvons plonger dans une description pertinente sur les façons d’agir des politiques publiques au Maroc. Mais à la lecture de ce chapitre, on découvre aussi que cet exercice descriptif nécessite de véritables compétences en écriture. El Kahlaoui dispose d’une capacité à écrire et à décrire les détails qui nous plongent dans des états émotionnels différents, tout en conduisant à une analyse détaillée de la gestion collective de l’exclusion sociale.

23L’article de Catherine Therrien révèle une expérience assez particulière dans la mesure où l’accès au terrain n’est pas « une démarche volontaire d’immersion mais un état de fait ». L’auteure fait partie de son sujet d’étude puisque faisant une recherche sur les couples mixtes au Maroc, elle partage elle-même cette expérience avec ses enquêtés. Son texte montre que mener un terrain à partir d’une expérience partagée donne accès à une posture d’observation privilégiée mais peut également conduire à des défis d’ordre éthique et méthodologique. Ce terrain d’étude qui se prolonge au-delà de sa période officielle pose la question de l’imbrication des différentes sphères d’analyse. Le regard posé sur son terrain met les sens et le vécu au centre de l’expérience ethnographique. Les exemples relatés par l’auteur sont un bel exemple du terrain ethnographique « reflet d’une sensibilité ».

24Hayat Zerouali et Vincent Meyer reprennent leurs travaux sur le patrimoine de la province de Nador afin de comprendre les dynamiques culturelles de ce territoire. Il ne s’agit pas d’un travail réflexif mais plutôt d’une démarche méthodologique à travers laquelle ils montrent les rapports d’interaction avec la population locale, tout en questionnant la place de la mémoire collective en lien avec le patrimoine. Le terrain ethnographique est présenté dans ce chapitre comme une démarche méthodologique mais également épistémologique puisque, comme les auteurs l’affirment, « la connaissance se construit sur le terrain par la collaboration étroite entre chercheurs et acteurs sociaux ». Leur chapitre montre bien que la problématique se construit à travers le processus de recherche élaboré en observant « ce qui se construit » et « ce qui se transforme » à travers l’interaction entre les différents acteurs pour préserver et valoriser leur patrimoine local.

25Au final, ce travail doit beaucoup aussi au soutien du Centre Jacques Berque et à son ancien directeur, Baudouin Dupret ; à Sabrina Mervin, directrice de 2015 à 2017, qui a pris en charge la finalisation de ce projet, mais aussi à Catherine Filippone pour la coordination éditoriale. Aux noms des auteurs et des éditeurs scientifiques de cet ouvrage, nous remercions vivement le Centre Jacques Berque.

Notes

1  G. Lapassade, l’Ethnosociologie : les sources anglo-saxonnes, version électronique du livre, Education tout au long de la vie, Paris VIII, 2008.

2  G. Althabe, « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain », Terrain, 14 mars 1990, p. 126-131.

3  E. Goffman, la Mise en scène de la vie quotidienne. 1 : la Présentation de soi, Paris, Minuit, 1973.

4  J. Favret-Saada, les Mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977, p. 32.

5  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 1988, p. 52.

6  C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Pocket, 2001, p. 55.

7  M. de La Soudière, « L’inconfort du terrain. “Faire” la Creuse, le Maroc, la Lozère », Terrain, n° 11, 1988. Martin de la Soudière, « L’inconfort du terrain », Terrain [en ligne], 11 novembre 1988, mis en ligne le 24 mars 2005, consulté le 18 février 2015. URL : http://terrain.revues.org/3316

8  P. Rabinow, op. cit., p. 117.

9  V. Crapanzano, Tuhami : portrait of a Moroccan, University of Chicago Press, 1984, p. 4-5.

10Ibid., p. 130.

11  J. Borneman et A. Hammoudi, dir., Being There, The Fieldwork Encounter and the Making of Truth, University of California Press, 2009. 

12  P. Bourdieu, la Misère du monde, Paris, Seuil, coll. Point, 1993.

13Ibid.

14  H. Rachik, « De la longanimité de l’anthropologie. Réflexions sur les bonnes conduites à l’égard des informateurs », dans Addi Lahouari et Lionel Obadia (dir.), Clifford Geertz, interprétation et culture, éditions des Archives contemporaines, 2010.

15  P. Bourdieu, op. cit.

16  H. Rachik, op. cit.

17  P. Bourdieu, la Misère du monde, Paris, le Seuil, 1993, p. 919.

18  C. Therrien, « Frontières du proche et du lointain : pour une anthropologie de l’expérience partagée et du mouvement », Anthropologie et sociétés, vol. 32, 2008.

19  H. Rachik, le Proche et le lointain : un siècle d’anthropologie au Maroc, Marseille, Parenthèses, MMSH, 2012.

20 H. Rachik, « De la longanimité de l’anthropologue (occidental). Réflexions sur les bonnes conduites à l’égard des informateurs », op. cit.

21  Z. Rhani, « Le saint et l’ethnologue : sur les voies de l’ethno-ascèse », Altérités, vol. 6, n° 2, 2009, p. 121, 115-128.

Auteurs

Socio-anthropologue, université Moulay Ismaël, Meknès

Anthropologue, université Al Akhawayn, Ifrane

Sociologue, faculté des Lettres et des Sciences humaines d’Aïn Chock, Casablanca

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540