Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Avant-Propos

Texte intégral

  • 1 Les limites d’offrandes de la Zawya du Tazerwalt vont jusqu’aux frontières du Dra, en limite de la (...)

1Cet essai est tiré de notre thèse de doctorat intitulée Les entrepôts de la baraka : du grenier collectif à la Zawya, soutenue à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en janvier 2008 devant l’historien M. Ahmed Toufiq, Ministre en exercice des Habous et des Affaires religieuses au Maroc, de Mme Hélène Claudot-Awad, Directrice de Recherche au CNRS, de Mme Sonia Dayan-Herzbrun, Professeur des Universités, de M. François Sigaut, directeur d’Etudes et de Mme Tassadit Yacine, directrice de recherches. Ce jury était placé sous la présidence de M. Augustin Berque1.

  • 2 Voir notre ouvrage rendant compte dans le détail du fonctionnement des Greniers collectifs de l’Atl (...)
  • 3 Lorsqu’il est découvert par l’école coloniale, le grenier semble une institution multiséculaire « p (...)

2Articulée autour des réseaux du sacré englobant l’ensemble de la montagne marocaine, cette recherche s’appuyait sur des observations de terrain effectués entre 1999 et 2005 auprès d’un ensemble important de greniers collectifs2. En procédant en effet à l’étude approfondie d’une vingtaine de lieux, sur plusieurs taqbilt-s (tribus) pendant quelques années, et parallèlement à l’analyse d’une centaine d’autres sur des finages plus éclatés, nous avions découvert la vitalité d’une institution éminemment sacrée : l’agadir (ou ighrem, selon les localités). Les années 1930 en avaient sonné le glas3, et pourtant, contrairement aux idées reçues, l’institution n’était pas morte. Le terrain exposait que l’agadir n’était pas la relique d’un autre âge, mais ce repère central de l’ordonnancement social, territorial et symbolique de réseaux communautaires larges qui dépassaient bien souvent la communauté locale immédiate. Il était – et reste – un  lieu fixe où se renouvellent toujours les pactes, lesquels se matérialisent par une série de dons impliquant des obligations collectives de droits et de devoirs. L’analyse des pratiques de la mesure lors de l’ensilage et des dons effectués à ce moment-là en des rituels précis, allait, progressivement, nous faire mesurer l’importance de liens anciens établis avec les grandes zawya-s méridionales et trouver dans cette relation, l’explication de la survie des greniers collectifs de l’Atlas, alors que partout dans le reste du Maghreb, ils ont définitivement disparus.

3Qu’est-ce qui relie en effet les greniers collectifs aux zawya-s ? Avant l’ensilage individuel définitif dans le grenier collectif, une partie des récoltes est mise de côté pour être acheminée collégialement ensuite, par le village, aux grandes zawya-s, dans un processus de filiales. Le sanctuaire renouvelle alors l’adhésion du groupe par des bénédictions effectuées collectivement autour de sacrifices qui scellent des serments. Le fait de renouveler ces bénédictions dans plusieurs zawya-s est par ailleurs fréquent. Cette économie traditionnelle perdure certes plus ou moins péniblement sur les franges présahariennes, chez les Ayt Wawzgit ou dans certaines tribus de l’Anti-Atlas, mais se trouve aussi placée au cœur d’enjeux que la « modernité » réactive.

4Il a donc semblé opportun de s’arrêter longuement sur la Zawya d’Imi n’Tatelt, zawya-monastère issue du mouvement jazoulite du XVe siècle. Enclavée, peu connue du fait de sa faible importance politique – au regard d’autres zawya-s – elle réussit cependant encore à réunir en son sein, lors des mûssem-s successifs de printemps, un nombre important de pèlerins issus de communautés souvent éloignées, laissant entrevoir un fonctionnement symbolique et économique qui entretient, à une grande échelle, une mise en réseau des greniers liés à un ou plusieurs sanctuaires plus prestigieux. Tous ces processus de fabrication ou de revivification du sacré où circulent les dons, matériels et immatériels, étaient extrêmement intéressants à observer dans leur rapport avec les Zawya-s, c’est-à-dire les saints qu’elles subsument, alors même qu’un certain nombre de pratiques sont de plus en plus efficacement critiquées au nom d’une orthodoxie purificatrice qui tend à effacer aussi, dans les montagnes actuelles du Maroc, bien des lieux saints. Les sociétaires des greniers collectifs établissent implicitement avec les lointaines zawyas-s des liens de filiation indéniable.

5Les igudar-s et les zawya-s illustrent donc les transformations des espaces et des sociétés du Maroc présaharien. Lieux de mémoire du collectif, ils sont cependant désormais intégrés aux grands mouvements mondiaux islamiques affirmant – ou réaffirmant – l’unicité d’une umma (communauté des croyants) qui peut grâce aux médias, diffuser à grande échelle une unité de pratiques et de croyances, qui apparaissent souvent comme les critiques de pratiques locales. À cela s’ajoutent des compétitions sociales qui contestent les formes traditionnelles du religieux. En ces lieux particulièrement enclavés, les spécificités culturelles vernaculaires continuent cependant de résister ou sont remaniées, au nom d’une donne islamique, voire mondiale. L’enjeu, dès lors, est de mesurer le degré de participation et d’acceptation des populations locales. En effet, les acteurs se sentent parfois humiliés ou au contraire valorisés par ces nouvelles dynamiques, sans que l’on sache encore si ce phénomène se traduira, dans la décennie à venir, par une patrimonialisation des lieux ou par davantage de dépossession et de relégation jusqu’à la disparition d’un ensemble de pratiques en même temps que de lieux ancrés dans le matériel.

Notes

1 Les limites d’offrandes de la Zawya du Tazerwalt vont jusqu’aux frontières du Dra, en limite de la Zawya de Tamggrout, dont la réputation irradie jusqu’aux villes du Nord.

Thèse pour l’obtention du grade de Docteur de l’EHESS (Laboratoire Anthropologie sociale et ethnologie) présentée et soutenue publiquement le 19 janvier 2008, Les entrepôts de la baraka : Du grenier collectif à la Zawya. Réseaux du sacré et processus de patrimonialisation dans l’Atlas et le Maroc présaharien (Atlas central, Haut-Atlas, Anti-Atlas), avec cartes, tableaux et figures, photographies originales, annexes (traductions), glossaire, bibilographie, 2 volumes, 781 pages. Ce travail a également bénéficié du soutien de Mesdames Brigitte Derlon et Christelle Robin, spécialiste pour la première des circuits du sacré en Océanie (Ecole des Hautes Etudes et Musée du Quai Branly) et, pour la seconde, en Anthropologie de l’espace (Ecole d’Architecture de Paris-La-Villette). Que toutes ces personnes trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude. Il n’était pas possible, dans le cadre d’une édition de notre thèse, d’en reproduire l’intégralité. Nous avons donc choisi de livrer à la publication ce point précis concernant la Zawya d’Imi n’Tatelt, point important pour l’histoire de la longue durée des régions présahariennes, lequel n’avait encore fait l’objet d’aucune étude de fond.

2 Voir notre ouvrage rendant compte dans le détail du fonctionnement des Greniers collectifs de l’Atlas, patrimoines du Sud marocain, chez Edisud (Aix-en-Provence) et La Croisées des Chemins (Casablanca), 2006 sur près de 200 sites visités.

3 Lorsqu’il est découvert par l’école coloniale, le grenier semble une institution multiséculaire « périmée », fragile et vouée à disparaître (Cf. Montagne, R., L’agadir des Ikounka, Alcan, Paris, 1930). Et pourtant, presqu’un siècle après, dans l’Atlas, beaucoup de greniers sont toujours actifs même si, il faut bien le reconnaître, en perte de vitesse dans bien des lieux. Mais pas pour les raisons que l’on croit.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540