Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Foncier, droit et propriété en Mauritanie

 | 
Armelle Choplin
, 
Mohamed Fall Ould Bah

Préface

Abdel Wedoud Ould Cheikh

Texte intégral

1Evans-Pritchard a montré naguère, dans une monographie célèbre consacrée aux Nuer du Sud Soudan, la place « synthétique » qu'occupe la revendication d'un espace territorial commun au sein d'une société « segmentaire », agro-pastorale, dominée par des relations conflictuelles étroitement associées aux rapports de parenté. C'est, suggérait-il, au croisement des liens de parenté et de la revendication territoriale que se manifeste l'unité politique des segments antagoniques de la société Nuer. On retrouve cette centralité du territoire, du terroir, dans les contributions réunies par ce travail dévolu à l'examen des problèmes fonciers dans la Mauritanie contemporaine, où l'empreinte de la parenté tribale/ethnique et des rivalités qu'elle nourrit n'a pas fini de souligner le caractère holiste d'une société rurale qui se déruralise avec peine.

2Si l'on observe, ici comme ailleurs, un divorce assez net entre le pays légal et le pays réel, entre, d'une part, les dispositions inscrites dans les divers appareillages juridiques qui ont été de quelque influence sur le cheminement légal des modes d'appropriation de l'espace en Mauritanie et, d'autre part, la manière dont concrètement cet espace est possédé ou revendiqué, il faut néanmoins reconnaître l'impact des normes juridico-administratives qui ont tendanciellement accompagné l'évolution des formes de revendication et de mainmise sur le sol en Mauritanie.

3Le plus ancien et le plus profondément incorporé aux « traditions » locales parmi ces corpus de normes est sans conteste celui que fournissent les lectures indigènes du fiqh malikite, établi comme référence canonique dans cette région depuis une dizaine de siècles. C'est ce même fiqh qui fournissait l'horizon de légitimation d'une emprise individuelle et collective – surtout collective – sur la terre, mobilisant des oppositions jugées essentielles entre dâr al-islâm et dâr al-harb, entre mawât et ihyâ', entre autorité islamique agréée et pouvoir de fait d'un mutaghallib. Les constructions inspirées du modèle juridique islamique et les disputes entre fuqahâ' auxquelles elles ont donné lieu ne correspondaient, cependant, dans l'ordre rural des choses, qu'à une des couches de représentation et de légitimation d'emprises foncières où se superposaient souvent sur un même territoire effets de conquête et de prédation, hiérarchies statutaires et mode d'exploitation du territoire.

4La colonisation et l'ordre juridique postcolonial n'ont pas manqué de leur côté d'affecter, comme le montrent la plupart des contributions de cet ouvrage, les rapports à la terre, malgré la permanence du référent islamique, plus ou moins réinventé.

5La péjoration du climat et la désertification, qui se poursuivent depuis le Néolithique, n'ont pas cessé, elles aussi, de nourrir un tropisme méridional aux conséquences écologiques et démographiques considérables. Et l'on peut sans grand risque, me semble-t-il, imputer, dans une large mesure, à ces facteurs climatiques le mouvement général de l'ensemble de la Mauritanie "utile" en direction du sud, tout comme ils ont alimenté le formidable mouvement de sédentarisation et d'urbanisation observé depuis le début des années 70. Les exactions commises à l'encontre des communautés noires du sud du pays, et tout spécialement parmi elles des pulaarophones, en 1989-1990 et leurs évidentes dimensions foncières en attestent. On en trouvera ici un ample témoignage. La soif domaniale et les inégalités qu'elle génère au sein de la population de Nouakchott, dont rien ne semble pouvoir freiner la croissance, s'inscrivent également dans les bouleversements climatiques et les modes de vie observés au cours des dernières décennies.

6Un observateur issu des générations d'avant l'indépendance et doté, à ce titre, d'une solide expérience du monde nomade avait coutume de comparer la situation de la Mauritanie dans son ensemble à celle d'un campement nomade provisoirement installé (en hassâniyya : mkärkäs), sans déployer ses tentes, dans un arrêt momentané, en direction d'une destination plus lointaine, souvent tout juste supputée. Le caractère incertain, marqué de précarité, de la domanialité en Mauritanie, les tiraillements et le flou qui semblent en constituer des traits majeurs, tout ceci pourrait n'être, après tout, que la dimension foncière d'une tkärkîsä généralisée, dont on ne sait, à l'heure qu'il est, vers quelle destination finale elle devrait, un jour, pouvoir conduire...

Auteur

Professeur émérite des Universités.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr