Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre III. Chorfa et Isemgan-s, rejouer le contre-don

Après les grands mûssem-s de printemps…

Texte intégral

1Après les grands mûssem-s de printemps, mis exclusivement en œuvre par les descendants blancs du saint, se déroule le mûssem n’Isemgan ou « rassemblement festif des esclaves » noirs. Cette manifestation tournée vers la seule Zawya semble étrangère aux grands rassemblements tribaux qui la précède. Or dans cet « entre soi », il est possible de lire un contre-point aux grandes manifestations publiques. Cet ensemble de rituels collectifs se pose en miroir des mûssem-s des Chorfa indispensables à la cohésion du groupe mais surtout à l’équilibre théologique d’Imi n’Tatelt.

2Nous allons voir en effet d’abord comment ce mûssem incarne un véritable don-contre-don, où l’enjeu éminemment symbolique qui s’y jouait naguère se transforme en un jeu social relativement complexe à analyser. S’il l’on assiste à une relative redistribution des richesses accumulées par les Chorfa, il semblerait qu’elle soit motivée notamment par leur désir de se concilier des forces occultes que la communauté noire d’Imi n’Tatelt détiendrait mieux et auxquelles nul n’est censé échapper. Le rituel observé semble indiquer un rapport social très précis qui lie intimement deux groupes entre eux dans une relation contraignante.

3Une première lecture pourrait faire croire que les premiers contractaient une dette telle envers les seconds qu’ils se devaient de payer pour que chacun conserve son rang dans la société. Ayant abondamment reçu d’offrandes, les maîtres ne pouvant dignement thésauriser eu égard aux règles islamiques fondamentales, ils se devaient de donner à leurs esclaves. Mais cette redistribution est aussi peut-être une façon d’écraser le groupe « inférieur » de lui rappeler qui est le plus puissant. Nous verrons que le dispositif du rituel incarne d’abord cela.

4Pourtant, au contraire de cette lecture trop évidente où les esclaves viendraient implorer leurs maîtres, apparaît une autre logique. Nous faisons l’hypothèse qu’inversement, ce sont ceux qui possèdent beaucoup, les Blancs qui ont trop reçu, qui viennent implorer ceux qui n’ont rien : les Noirs. Mais que viennent-ils demander exactement ? Il s’agirait peut-être, non pas d’une charité ou d’une aumône consentie, ni non plus seulement d’une aumône purificatrice, mais d’une forme de supplique. C’est pour cela que nous émettons l’hypothèse que le don des Chorfa est contrebalancé par celui des Isemgan-s. Les uns donnent des biens matériels et autorisent la fête, les autres rendent des bénédictions moins religieuses que magiques. Même si ces rituels prennent des formes de redistribution sociale, d’autres flux, immatériels, circulent dans ces cérémonies. Même si nous percevons qu’il se joue autre chose que ce qui se montre, cet échange n’est plus formalisé explicitement, il disparaît par ailleurs derrière un jeu social revisité il y a peu, fruit de nouveaux apports et de nouvelles revendications du groupe traditionnellement minoré.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540