Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre II. Don et contre-don lors des grands mûssem-s d’Imi n’Tatelt

1. Réjouissances

Texte intégral

1Au moment de la pause dans les travaux agricoles, juste avant les moissons, se tiennent à Imi n’Tatelt, un certain nombre de manifestations qui ont à voir avec le sacré agricole et qui visent clairement à contribuer à l’efficace agricole. On remarquera que ces manifestations du collectif se font aussi à un moment où il ne reste presque rien dans les greniers, où l’on attend les récoltes, un moment où il fait encore froid mais où l’on peut espérer encore voir venir les dernières pluies, celles qui sont déterminantes pour la moisson, et où les autres, celles de février qui accompagnent les très bonnes années et mettent en joie, sont passées depuis peu. C’est aussi pendant cette période que l’on craint les montées de froid brutales et les giboulées destructrices. Ce rythme agricole seul permet de comprendre les motivations profondes qui animent les hommes que l’on croise à Imi n’Tatelt dont l’écrasante majorité est faite de paysans.

2On apprend que les tribus en visite à la zawya viennent à des dates fixes jadis attribuées. La raison essentielle qui explique la succession des mûssem-s est d’ordre politique. Malgré la diplomatie et le pouvoir des descendants Ya‘qûbîyin-s, ils ne purent jamais venir à bout de l’antagonisme fameux, opposant les deux ligues (ççof ou leff) du Sud. Le mûssem est donc partagé en plusieurs périodes où la ligue des Gezzoula d’une part, ne devait jamais rencontrer celle des Tah’awgatt, d’autre part. Et conséquemment, le mûssem s’est dédoublé pour pouvoir séparer les tribus affiliées aux deux ligues tribus respectives :

  • 90 El-Ya‘qûbî, avril 2004 dans sa demeure.

« Au début, les sacrifices n’étaient pas notés dans le testament. Lorsqu’ils renouvelèrent la copie, nos aïeux indiquèrent les sacrifices. Ils n’y avait pas non plus dans le document original le temps des tayfa-s car les ligues (çoff Tagguzelt) n’existaient pas. Les héritiers ont donc placé ce nouvel ordre afin qu’il n’y ait jamais de possibilité de contact entre elles, dans la zawya d’mi n’Tatelt. Inda n’Uzzel sont Guzzûl, Imi Agmâd également, Ayt Tagmût Nissar et Ayt Samltat sont Tah’awgatt ; entre les deux, l’oued les sépare, c’est une frontière. Et il y a les voisins : les Ayt Uddis sont Tah’awgatt, tandis que les Idaw Kensus, les Ayt Ussaka son Iguzzûlen. Les Issuktân sont avec leurs frères » explique El-Ya‘qûbî90.

3Même avec l’installation d’une paix durable en ces régions, l’opposition ancienne qui a marqué les groupes, perdure. À un calendrier précis, indiquant une période circonscrite qui est fortement liée aux récoltes ou aux périodes de soudure, correspond un cérémonial et une hiérophanie ancrée dans le lieu. Chaque mûssem possède son rituel de procession. Les petites délégations des premiers mûssem-s vont, en quelques semaines, être progressivement remplacées par des groupes, de plus en plus nombreux et plus solennels, avec le plus culminant à la fin du mois d’avril. Les premières délégations seront celles des voisins les plus proches, des familiers, de ceux que l’on croise souvent pendant l’année (certains resteront même jusqu’à la fin des festivités) ; quant aux délégations secondes et troisièmes, elles, viennent de plus loin encore, et Imi n’Tatelt ne désemplit plus. Ce sont aux pèlerins et aux marchands de venir compléter encore le nombre des visiteurs. Le temps des réjouissances a commencé, on vient sacrifier et accomplir son serment, et l’on reste pour assister à ces moments uniques.

4La Planche n° 56 présente l’ensemble des monuments religieux dans l’espace du village d’Imi n’Tatelt, les portes à partir desquelles arrivent les différentes tribus donatrices pour former la tête de cortège des processions, puis les stations en conséquence. Chaque rituel sera décrit. Dans la section suivante, nous proposerons une analyse de l’ensemble de ces cérémonies, en choisissant d’en présenter deux, et de les comparer.

1.1 L’ordre des mûssem-s

5La seule étude consacrée à Imi n’Tatelt, la Notice des Affaires Indigènes, note que « trois mûssem-s principaux fondés par le saint en 945, groupent, à quelques jours d’intervalle les pèlerins de toutes les tribus de l’Anti-Atlas et du Souss » (Gaillard : 8). Or, nous pouvons affirmer que nous en avons observé cinq importants, et non trois, entre janvier et début mai.

Tableau n°2 : Calendrier indicatif des principaux mûssem-s de printemps d’Imi n’Tatelt

ordre

Tribu concernée

Calendrier julien

Calendrier grégorien

1

Tagmut Sektana Tata

10 mars

23 mars

2

Idaw Unzal

23 mars

4 avril

3

Tigharghat

31 mars

12 avril

4

Tayfa n’ibrîl Idaw Zekri

8 avril

21 avril

5

Mûssem des Isemgan

Non directement lié au calendrier
au calendrier

26 avril

6S’ajoutent à ces événements festifs ouverts aux autres, d’autres réjouissances tournées vers la communauté chérifa elle-même – notamment le mûssem rrma, à date variable, pour ashûra, qui associe les voisins proches – ainsi que d’autres ma‘rûf-s plus limités encore tournés uniquement vers la communauté d’Imi n’Tatelt, ou certaines fractions de la communauté. Mais, ce que n’a visiblement pas observé l’administrateur colonial est le mûssem des Noirs qui clôt la saison des mûssem et sur lequel nous reviendrons en détail.

1.1.1 Les premiers mûssem-s de printemps

  • 91 Nous reprenons la terminologie employée par N. El Alaoui qui fait une synthèse des concepts appliqu (...)

7Le dispositif du rituel91 se répète d’une année sur l’autre. Chaque phase renvoie au saint, et nous pourrons établir que la procession illustre souvent le rappel d’un haut fait du saint. Chaque moment du rituel puise dans le fonds hagiographique et légendaire du saint. Le cortège incarne ainsi le recommencement d’un cycle bénéfique dont l’origine est censée remonter au saint. La descendance du saint affirme que c’est l’ancêtre qui codifia les différentes processions. La mémoire du groupe est réactivée et un point central incarne, comme nous le verrons, le centre du monde. Là encore, la référence au Prophète et au grand pèlerinage du Hajj, est induite.

1.1.2 Un testament planificateur

  • 92 La bibliothèque du Saint aurait été dépecée et vendue par petits bouts. On ne sait si cela est vrai (...)
  • 93 Voir la traduction intégrale donnée en annexe et la photographie des documents.
  • 94 Pour des commodités de compréhension, nous appelons, dans la suite du texte, a le premier testament (...)

8Dans notre quête de références92, nous avons pu réunir deux testaments « copies conformes » du saint d’Imi n’Tatelt. Ces deux textes93 qui sont censés posséder le même contenu sont pourtant assez différents l’un de l’autre, l’un de taille plus modeste est apparu plus pratique, l’autre, orné et enluminé, plus mystique. Ils seraient tous deux, malgré de très notables différences, des « copies conformes » d’un original, mis sous clé dans le « trésor du saint ». Tous deux notent toutefois et de manière quasi-identique les dons de chacun. Ces testaments sont sans doute réservés aux héritiers du saint pour justifier les dons, le premier montre l’importance du directoire dans la gestion de la zawya, le second insiste davantage sur la spécificité des dons en nature94.

9L’intérêt du second (b) – la copie la plus récente des deux – est que, contrairement au premier (a), il note une particularité d’Imi n’Tatelt : les tribus se succèdent en un temps cyclique, différent et le respectent. On ne vient pas à Imi n’Tatelt au hasard de l’année, ou pour assister au plus grand mûssem ; on vient à ordre fixe, et on repart. Il faut remarquer que si c’est le calendrier musulman qui est utilisé pour les dates et la signature du testament, le scribe a utilisé le calendrier (agricole) pour indiquer des dates fixes. Chaque groupe a son jour et, ainsi que le dit le Testament b, chacun est tenu de venir, mais, si pour une raison ou une autre, il ne le peut, il pourra aisément se faire remplacer, car ce qui compte est de faire sa ziyâra, périphrase induisant le don – en clair, ce qui compte c’est de faire ses offrandes :

« Celui qui peut se mobiliser viendra faire la visite à la zawya et au Sheykh, celui qui ne peut rendre l’aumône lui-même, la déléguera auprès de ses fils ou d’un représentant qui peut l’apporter. Le jour de ces visites annuelles est fixé dans un ordre et à des dates précises :

D’abord Tazulit viennent les premiers, au début de l’année [agricole], ils viennent avec leurs aumônes le premier mercredi de janvier, ils ne doivent pas dépasser cette date.

Suivent ensuite, au mois de février, les voisins proches de la zawya : les Ahl Illigh, Tisnassamin, les Ahl Mançûr sont les derniers à venir au mois de février ; les Beni Mellul, les gendres préférés (azhar) du saint, viennent tous, le jeudi précédent le mois de mars.

Après eux, viennent les Ahl Sejtana de la ville de Tata, les Ahl Hamid et Ayt Nadif, le 1er mercredi du mois de mars. Puis les Ahl Kensus le mercredi d’après, les Ahl Assa, Ahl Niçer de Tagmut, les Ahl Tassusekht de Tata, les Ahl Widan.

Le jeudi du milieu de mars les Ahl Huzala viennent, ainsi que ceux qui entretiennent des liens avec eux, les nomades de l’Oued Souss ou autre, et tous ceux qui veulent faire une visite et n’ont pas de journée fixée par eux.

Puis les travailleurs et toutes les tribus qui le peuvent.

Mais les Ahl Zakaria et ceux qui leur sont liés, leurs travailleurs également, ont pour journée le dernier mercredi d’avril.

  • 95 Testament a, copie établie en 1342 de l’Hégire (1924), d’après une « copie originale » de 1311 [189 (...)

Tous les ans, les autres tribus Sanhajja [qui n’ont pas été directement consignées dans cet écrit] : les Ahl Unin, Ahl Usiwa, Ahl Sengata, et toutes les autres tribus qu’il reste [de l’Ouest et de l’Est qui n’auraient pas été désignées, celles], des Ahl Souss et des Ahl Zguid, des Ahl Tissint, et tous les autres viennent à la fin de l’année95».

10Ainsi à la géographie du don qui se dessine peu à peu, répond une logique du temps du don : on se succède à Imi n’Tatelt pour les offrandes. Chaque groupe vient donner, mais, chacun vient, l’un après l’autre. Chaque unité territoriale est invoquée : d’abord les proches, puis les moins proches, jusqu’aux plus lointains. Toutes les tribus du Sud, celles de l’Est jusqu’au Nord, celles du Souss jusque vers l’Océan, pour finir, celles du versant saharien de l’Anti-Atlas occidental jusqu’à celles des franges sahariennes, toutes vont être exhortées à venir se succéder à Imi n’Tatelt [voir aussi Carte n°2]. Le texte induit l’idée que c’est de proche en proche, que tout le monde doit participer : « Si tes voisins viennent, tu dois venir aussi ! » explique-t-on. Et par acquis de conscience, on cite le groupe dans son unité territoriale large, de façon à englober tout le monde. Du reste, ce Testament (b), est une évidence pour tous ceux qui pratiquent la région. Lorsque nous demandâmes au Chérif détenteur du Testament de le lire, il n’eut pas besoin de déchiffrer longtemps, il reconnaissait une géographie parcourue cent fois.

11Le tableau ci-après synthétise les informations contenues dans ce Testament (les dates dans le testament correspondent au calendrier agricole, nous indiquons les dates de l’année grégorienne observées entre 2003 et 2006) :

Tableau n°3 : Calendrier indicatif des principaux groupes se succédant à Imi n’Tatelt

Groupe, taqbilt attendue

Date du calendrier agricole selon testament

Groupes observés sur place

Dates observées en 2004 et 2005

Redevances et sacrifices observées

1

Tazulit

1er mercredi de janvier

2

Les voisins proches de la zawya : les Ahl Illigh, Ahl Samgat, Mansûr, Tisnassamin

février

3

Ahl Mansûr

fin février

4

Beni Mellul (gendres)

jeudi précédent le mois de mars

5

Ahl Sejtana de la ville de Tata, les Ahl Hamid et Idaw Nadif

le 1er mercredi du mois de mars

Ayt Tighrmt, Agadir Lehna Tata, Ayt Uddi,
Ayt Ahmid (Taroudant)

Petits groupes, une procession courte le jeudi, insignifiante

Dattes
chevreaux dans la zawya

6

Idaw Kensus

2nd mercredi
de mars

Idaw Zekri, Ahl Tata, procession de mars, groupes de 15 à 40 personnes pour les petites processions, une centaine pour les grandes

« second mûssem », ou mûssem de mars
25 mars

Orge, amandes
Argan, Certains ont immolé des ovins,
14 génisses,
3 vaches

7

Ahl Assa, Ahl Niçer de Tagmut, Ahl Tassuskht de Tata, les Ahl Widan

Désormais regroupés dans le mûssem du 25 mars

« Le pain de Tigherghate est arrivé », le 12 avril

8

« Ahl Huzala viennent, ainsi que ceux qui entretien-nent des liens avec eux, les nomades de l’Oued Souss ou autre,…»
« tous ceux qui veulent faire une visite et n’ont pas de journée fixée » ;
« les travailleurs et toutes les tribus qui le peuvent ».

jeudi du milieu de mars,
«Tayfa n’ibrîl», le plus grand des mûssem-s

Grandes processions de « Tayfa n’ibrîl »
observées de 2003 à 2006 du 20 au 24 avril

30 génisses,
chevreaux dans la zawya

Dattes,
Orge, amandes
Argan, huile

9

Ahl Zakaria et ceux qui leur sont liés, leurs travailleurs également

dernier mercredi d’avril.

N’existe plus, supplanté par le mûssem Tayfa n’ibrîl

10

Les tribus Sanhajja qu’ils restent, les Ahl Unin, Ahl Usiwa, Ahl Sengata, et tous ceux qu’il reste des Ahl Souss et Ahl Zguid, Ahl Tissint

viennent à la fin de l’année, décembre

Mûssem très discret ; les participants préfèrent venir en avril également

12Il y a peu de différence entre les mûssem-s notés sur le testament (1893, 1924) et les mûssem-s actuels effectifs (2003 à 2006). On peut dégager cependant une tendance : lorsque le soutien d’un groupe est devenu trop faible (dons peu importants), la tribu choisit de ne plus se déplacer ou bien de venir à des dates de mûssem plus intéressantes, comme celui des Tayfa n’ibrîl-s où elle sait qu’elle pourra y faire des transactions commerciales avantageuses.

13Chaque groupe vient ainsi avec les fruits de la récolte. Hormis les dattes et l’huile, il s’agit de la récolte de l’année en cours (dernière récolte de céréales : ce qui a été mis de côté). Les dons sont collectifs et représentent des groupes, les photographies rendent bien ce mouvement continuel observé à la tawfa n’ibril, où c’est le geste du groupe qui importe et non pas l’acte individuel. Dans beaucoup de lieux, la récolte est toujours collective.

  • 96 Dans Le Kazimiriski, Dictionnaire arabe-français, Paris, 1860, II, p. 1416. Le terme de hri est auj (...)

14En évoquant les offrandes à la Zawya d’Imi n’Tatelt, Mokhtar Es-Soussi, emploie un terme extrêmement intéressant, il écrit : « Jusqu’à ce jour, le h’ri est toujours rempli de grains, de fruits secs, de dattes et d’huile » ( 1956-60 : 69). Ce terme arabe de hri souvent employé pour désigner notamment les greniers des villes, tout « grenier public, [tout] magasin à grains96 » peut accessoirement aussi être utilisé dans certains droits de greniers de l’Anti-Atlas. Ici, il désigne bien les greniers de la zawya et M. Es-Soussi l’emploie spontanément explicitant ainsi une des fonctions principales du sanctuaire.

15Le grenier de la zawya, grenier de tous, se remplit clairement par les dons des greniers ainsi que l’explique très clairement un descendant du saint :

« Il y a les greniers des villages (igudar-s), si si, il y en a beaucoup, ils apportent leurs dons, ils les mettent dans la mosquée, chacun donne comme il peut, un homme du village lance l’appel, celui-là apporte un peu de laine, celui-là du beurre, celui-là de l’huile, chacun un petit peu. Certains, il y a sept ans, à cause de la sécheresse avaient enlevé la dbih’a (sacrifice), mais ils continuaient à donner tirbaîn (offrandes d’orge et de dattes), et cette année ils sont venus avec les marchés. Jamais, ils n’ont enlevé ces dons (tirbaîn). Il faut que tu saches, les vaches, on ne les comptabilise pas, ils apportent ce qu’ils peuvent. Le moqqadem de chaque tribu va et vient entre la zawya et la tribu, il est responsable des dons. Il reste toujours un peu de « sicur » [littéralement « de secours », francisme] dans la zawya, on ne doit pas tout consommer, il faut garder pour les invités et au cas où. »

16Ce témoignage confirme encore le fonctionnement du sanctuaire à l’échelle régionale et explicite clairement le don et contre-don qui s’y jouent. Ces propos sont un écho de ce que l’on lit dans le Testament, ils matérialisent l’idée de baraka. L’on ne sera donc pas étonné de retrouver dans la zawya des épisodes s’apparentant aux rituels de la mesure.

1.1.3 Lzawya tbar dima

17On dit, pour signifier la quantité des dons et la variété, Lzawya tbar dima, (« La zawya mesure sans cesse»). Le verbe arabe tbar induit une nuance concrète, de mesure par un objet qui prend, qui remplit, qui distribue, la zawya incarne alors cette idée de manne miraculeuse. Dans la zawya, il y a plusieurs mesures liées aux denrées entreposées : dattes, huile, maïs et orge, chacune vient d’une région particulière et chaque mesure a une forme et contient une portion particulière : ghuruf dial nh’as est une mesure en cuivre ressemblant à une grande louche, elle est utilisée pour le sel et contient environ le quart d’un kilogramme (raba ou 250 g). Les dattes, les céréales, les amandes, auront pareillement des mesures particulières, panières, ustensiles de bois, et d’étain, seront placés bien en évidence au moment des mûssem-s et serviront et à remplir et à donner aux pèlerins une mesure de quelques-unes des denrées déposées dans les chambres (buyût makhazîn) de la zawya. Ces mêmes mesures seront placées en évidence, à côté des jarres ou des couffes remplies de provisions, dans le premier ah’anu, le premier magasin destiné aux hôtes quotidiens situé à proximité du porche.

18L’instrument garantit l’acte, nous l’avions observé pour la mesure. Il le revêt également d’une aura islamique qui se surajoute et satisfait le pèlerin. Celui qui tient l’instrument appartient à l’entourage (à sa descendance) du saint et manipule ainsi l’objet avec la conscience de celui qui détient un privilège. Plus que la matérialité de l’acte, c’est son origine supposée dans le passé du saint qui agit comme une onction supplémentaire sous laquelle le pèlerin se place pour bénéficier, une nouvelle fois, de sa baraka.

1.1.4 Le pain de Tigherghat

19Chacun est attentif à un moment particulier dans le temps du mûssem : le soir où le « pain de Tigherghat » est arrivé, et qu’il est distribué dans chaque maison d’Imi n’Tatelt, le temps de la fête commence. C’est un signal que le grand mûssem des Tayfa n’ibrîl-s est proclamé. « Nous faisions cela déjà du temps du saint, c’est lui qui l’avait établi et c’est pour cela que nous poursuivons ». La Chérifa-maîtresse de maison prépare, pour le dîner, une sorte de pain perdu avec ce premier don. Le lendemain, il y aura d’importants sacrifices de bêtes de boucherie, on le sait, on se mettra à compter les parts de viande. À partir de là, les camions vont se faire plus nombreux, se succédant chaque jour, ils viendront « remplir » la zawya et les invités de chaque maison se feront plus nombreux. Ainsi, une nourriture du pauvre, mais une nourriture sacrée (le pain) va annoncer les repas pléthoriques des Tayfa n’ibrîl-s.

1.2 Les premiers rituels

1.2.1 Le dispositif du premier rituel de ziyâra

20Le premier rituel important de ziyâra qui ouvre les mûssem-s de printemps d’Imi n’Tatelt, est celui de la « Porte de Tagmut », ou mûssem de mars. Même s’ils diffèrent les uns des autres, ils comptent un moment intense qui est le pacte de la tighersi, rituel limité à l’immolation suivie d’une dua (bénédiction), au lieu-dit artzqadem daba-ih’ (« l’esplanade aux sacrifices »). Toutes les phases du rituel ont vue sur le tombeau mettant en contact direct le saint et les sacrifiants.

21Le mûssem de mars commence par la prière du açr, à l’emplacement symbolique du moulin à vent disparu (azreg n’wado). Les jours suivants, à l’aube, dans la matinée et tout au long des deux prières de l’après-midi, les sacrifices et les bénédictions reprendront. Le moment le plus fort reste cette première prière d’ouverture au jour déclaré par le Testament « le jeudi du milieu de mars ». Ni la veille, ni le lendemain, n’auront cette importance aux yeux des agents.

1.2.2 La porte de Tagmut

  • 97 Jeudi 27 mars 2003, Jeudi 25 mars 2004, jeudi 24 mars 2005, jeudi 26 mars 2006.

22L’emplacement de la prière d’azreg n’wado correspond à la « porte » par laquelle les tribus de mars arrivent. On dit que jadis, elles conduisaient les camelins et les bovins à sacrifier, de même que leurs dons devant elles. Ainsi, lorsqu’elles parvenaient aux portes d’Imi n’Tatelt, elles faisaient halte à azreg n’wado et accomplissaient alors, juste avant le sacrifice des bêtes, la prière en ce lieu. C’est pour cela que le lieu s’appelle aussi tazallit laçr, la « prière du açr ». On dit que cet emplacement qui domine le village et le tombeau en contrebas, aurait permis « de bien connaître la [seconde] prière [de l’après-midi], explique-t-on volontiers, les gens négligeaient ou oubliaient simplement laçr. Les gens venaient faire la prière, le sacrifice, puis la ziyâra, comme aujourd’hui ». Bien sûr cette prière inaugure celle du vendredi, le lendemain97, qui est la prière du groupe plus qu’obligatoire, fondamentale, y compris dans l’ordre des rituels qui se déploient à Imi n’Tatelt.

  • 98 Pour ce jour-là, on n’emploie le terme berbère d’imensi dans des familles majoritairement berbéroph (...)

23Au milieu de l’après-midi, la zawya s’anime ; on conduit des vaches sur la butte n’tazallit, au-dessus et légèrement à l’écart de la zawya, en bordure des pistes par lesquelles les tribus qui vont sacrifier aujourd’hui, arrivent en partie encore traditionnellement. Les enfants se réunissent et attendent, des femmes s’affairent dans la zawya pour préparer les repas offerts aux invités de marque dont feront partie, au acha (repas du soir98) les représentants de ces tribus. Les vaches sont conduites non loin du lieu où les hommes vont prier. Une vingtaine d’hommes s’est déchaussée ; ils se placent en une double rangée, groupés autour d’un des leurs qui conduit la prière. Ils prient à même le sol, sur une terre qui a rapidement été balayée le matin-même. Quelques retardataires viennent précipitamment les rejoindre. Une fois la prière accomplie, l’officiant se retourne vers le groupe des hommes, il s’assoit, tous l’imitent ; alors il prononce une première dua (invocation religieuse) devant ce cercle réduit d’hommes, tous extérieurs à Imi n’Tatelt. Une dua intime que le vent ne permet pas de propager. Tous écoutent, paumes ouvertes tendues vers le ciel. La prière est accomplie, les hommes qui conduisent le groupe prennent la corde ou le licou de l’animal à sacrifier, et descendent vers le talimemt au-dessus de la zawya. Là tous attendent, groupés autour de leurs bêtes, en chantant plusieurs fois la formule consacrée : « Tu es disposé Ô Seigneur. Grâces et Salut. »

24Arrive enfin celui qui dirige le prône, le moqqadem El-‘Alîm El Ya‘qûbî, qui a accompli la prière du açr dans la mosquée de l’aïeul. Il les rejoint avec les représentants les plus puissants des tribus et quelques personnalités. Dynamique, il salue et bénit les hommes, lesquels se groupent autour de lui, tous ont déjà joint leurs mains. Le digne héritier du saint s’apprête à bénir les bêtes, tous se précipitent, essayant de rapprocher leur animal. Il entonne aussitôt la Prière du Prophète : « Çalat wa salâm alâ rassûl-ullâh,… » (Prières et bénédictions sur le messager de Dieu…), il en appelle à tous les musulmans, puis il lance les bénédictions pour implorer la baraka du Tout Puissant, puis celle du messager de Dieu, puis enfin la baraka de son aïeul, toutes ces bénédictions sont prononcées en berbère. Puis, ayant terminé, il lance le coutumier  Anta mujûd yâ mulanâ, ballîgh al’maqçûd… (Tu es disposé Ô Seigneur, Grâces et salut), qui avait ouvert la cérémonie avant qu’il n’arrive et donne son coup d’envoi. La procession s’ébranle, elle commence à descendre la colline vers l’aire à prière. Tout le monde chante d’une seule voix, le ton est beau et mélodieux, il rythme les rues d’Imi n’Tatelt et ne s’arrêtera qu’à la fin des sacrifices. On sent la présence des femmes, cachées derrière le parapet d’une terrasse, à l’abri des regards derrière une fenêtre. Derrière El-Ya‘qûbî, chaque groupe tire l’animal à sacrifier ; la procession assez importante passe ainsi devant la zawya, descend la grande rue, traverse l’oued, passe devant la mosquée ancienne pour arriver face aux bouchers, devant l’aire au sacrifice. Le  Anta mujûd yâ mulanâ, ballîgh al’maqsçûd,anta mujûd yâ mulanâ,… continue.

1.2.3 Le prône de mars

  • 99 Ici, contrairement à d’autres lieux et aux autres sacrifices, la procession n’imite pas le pèlerina (...)

25El-Ya‘qûbî qui dirige le prône est accompagné des notables invités. Les six ou sept hommes se sont placés en tête de cortège. Une bande de dignitaires, auréolée de blanc, précède ainsi les autres groupes tirant les animaux. La procession ne se fait pas le tour du tombeau, elle rejoint simplement le lieu aux sacrifices99. Il faut remarquer que contrairement aux autres cérémonies, la prière d’azreg n’wado, est conduite par les intéressés eux-mêmes ; puis, ensuite intervient la figure du Ya‘qûbî, alors que les autres processions se déroulent toutes sous la gouverne d’un descendant du saint.

26Le groupe de dignitaires, sans cesser de chanter, gravit quelques marches pour se mettre sur la tribune autour du Ya‘qûbî. Le chant mélodieux se poursuit, tandis qu’à terre, on procède aux immolations. Plusieurs hommes maintiennent la bête dans la posture requise, le cou dégagé, le boucher se précipite pour donner un coup tranchant. Le sang jaillit, l’animal se débat, tout le monde s’écarte et commente les atermoiements de l’animal – augures à interpréter – on s’approche pour bien voir, ou s’éloigne brusquement devant le sursaut de l’animal pris dans ses derniers souffles. On commente, s’esclaffe pour les plus jeunes, implore pour les autres ; certains ne répugnent pas à recevoir un peu de sang de l’animal. Une seconde gorge est tranchée, puis une troisième jusqu’à ce que tous les animaux trépassent. Deux à trois cents personnes se sont groupés sur l’immense aire sacrificielle, autour et sur les murailles, sur certains toits aussi ; depuis les fenêtres, certaines femmes apparaissent (seules les plus vieilles ou les étrangères sont visibles).

  • 100 « Les enfants font toujours des bêtises » et comme toujours dans ces manifestations, les enfants so (...)

27À la neuvième et dernière génisse, le groupe arrête de chanter. Lorsque se terminent les sacrifices, l’agitation cesse. Tandis que les dépouilles gisent, que le sang s’est arrêté de couler et que plus aucun animal ne bouge, le silence revient. Les gens se sont baissés, désormais assis ou accroupis mains vers le ciel, leur regard s’est tourné vers la tribune. Les quelques enfants100 et les adolescents qui sont là, ont aussi les mains jointes. Les dignitaires se taisent, prostrés sur eux-mêmes. Tandis qu’El-Ya‘qûbî commence à haranguer, les dignitaires ferment les yeux, orientent le regard vers leurs mains, certains bougent les lèvres, prononcent les Amîn-s de circonstance, mais ne participent pas aux prières de la foule.

1.2.4 Interprétation première

28Le prône le place en intercesseur direct entre les hommes et le tombeau, au-dos duquel il entame l’invocation bénéfique seconde. Dès que le silence s’est fait, il a regardé l’assistance et a commencé son prône en berbère : laqdamnun ayyiss ighfar rabbî dunubnakh ula winnun  «Par la visite [que vous nous faites], Dieu absout les péchés, les vôtres et les nôtres ». Ce à quoi tous ont répondu, invariablement : Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselmn. « Pour eux, Amen. Et pour tous les musulmans ». C’est cette phrase qui mêle arabe et berbère, qui sera la plus employée ce jour-là, cela après chaque invocation, de même que le « Allah-Amîn » dit dans un souffle qui rythme chaque parole du moqqadem et qui fonctionne comme une approbation-appropriation de ce qui vient d’être dit (« Ô Dieu, Amen »). L’un bénit et déclame les bénédictions, les autres acquiescent dans un souffle. Cet échange est moins lié au verbe qu’à l’expression du corps. Il est un assentiment, un besoin de se confondre avec le groupe et de se rendre humble devant la Divinité. Ainsi, ce parterre d’hommes venus accomplir la totalité de leur serment suivent sans réserve l’intercesseur El-Ya‘qûbî qui déclame :

Ayzwur rabbî alfrâh’ illa qdmnun. 566 marh’ba. Kraygat yan sesmens. Kragat yan settigims. Assis iummu rabbî albarakayet. Anta mujûd yâ mulanâ, ballîgh al’maqsçûd.

« Que la joie première accompagne vos pas. 566 bienvenus [vous sont donnés à chacun], chacun par son nom, chacun par sa maison, que Dieu nous fasse bénéficier de Sa baraka ! Tu es disposé Ô Seigneur, Grâces et salut [puissent-ils se réaliser] ! »

29On peut dire, maintenant que les bêtes sont immolées et que sont formulées ces premières bénédictions, que le prône a véritablement commencé ; pour être compris de tous, il est toujours en berbère :

Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselmn. Astig rabbî ghalmizân it wa-qbaln. Kraygat yan sesmens. Kragat yan settigims. Kragat selmalnens. Assis iummu rabbî albarakayet.

«Pour eux, Amen. Et pour tous les musulmans. Que Dieu la reçoive [la bête immolée] sur la balance de l’équité et qu’il la bénisse ! Chacun par son nom. Chacun par sa maison. Chacun par son apport [argent]. Que Dieu nous fasse bénéficier de sa baraka ! »

« Gloire à Hassan II (que Dieu ait son âme). Gloire à Mohamed Le Sixième. Gloire au dauphin, Moulay Hassan. Que Dieu lui accorde Ses bienfaits ! »

30À l’évocation de la famille royale, les gens applaudissent. Il est temps de désigner publiquement chaque groupe de participants par le nom de leur groupe d’appartenance, Ahl Tata d’abord, puis les voisins Iznagen, ceux de Sîdî Buzîd des Idaw Zâl enfin. Lors du premier prône, les trois communautés seront désignées dans l’ordre des dons : plus l’animal sacrifié sera imposant par sa taille, plus les offrandes apportées seront conséquentes, et plus le alîm s’empressera de louer le groupe. Cette année, ce sont ce sont les Ahl Tata, plus nombreux que les autres, qui ont apporté la plus grosse génisse, c’est donc ceux sur lesquels il s’appesantit le plus.

31Il va sans dire que l’émulation provoquée par cette mise en scène publique de l’honneur du groupe, incite les participants à se surpasser, d’une année sur l’autre, ou de désirer compenser une humiliation par un don individuel important. La personne du Roi, commandeur des croyants (Amîr al-mueminîn), inaugure l’avalanche de bénédictions du plus grand Chérif du royaume, au saint d’Imi n’Tatelt. Le lien est établi.

32Les bénédictions, rondement dites, au contraire de l’attitude des participants, sont sèches et répétitives, on a le sentiment qu’elles s’abattent, brutalement, sur le groupe :

Ahl Tata. Ayg rabbî baraka khta rwanssen. Ayg rabbî baraka ghig ranessn. Ayg rabbî baraka ghig tighmarissn. Ayg rabbî baraka ghamaqâmt dial Sîdî Ben Ya‘qûb, ata-i rah’mû rabbî.

«Vous, ceux de Tata, pour vos enfants, que Dieu accomplisse cette grâce ! Pour leurs cultures, que Dieu accomplisse cette grâce ! Pour leurs femmes, que Dieu accomplisse cette grâce ! Pour la tombe de Sîdî Ben Ya‘qûb – que Dieu bénisse son âme – que la grâce soit accomplie ! »

33Et à nouveau :

Iznagen. Ayg rabbî baraka khta rwanssen. Ayg rabbî baraka ghig ranessn. Ayg rabbî baraka ghig tighmarissn. Ayg rabbî baraka ghamaqâmt dial Sîdî Ben Ya‘qûb, ata-i rah’mû rabbî.

« Vous, ceux des Iznagen, pour les enfants, que Dieu accomplisse cette grâce. Pour leurs jardins, que Dieu accomplisse cette grâce. Pour leurs femmes, que Dieu accomplisse cette grâce. Pour la tombe de Sîdî Ben Ya‘qûb – que Dieu bénisse son âme – que la grâce soit accomplie ! »

« Que Dieu nous aide à répandre la foi du Prophète !

« Pour tous les hommes qui sont là, que Dieu accomplisse cette grâce !

« Pour tous ceux qui travaillent, que Dieu accomplisse cette grâce !

« Pour ceux qui dispensent la science (ta‘limt), que Dieu accomplisse cette grâce !

« Pour ceux qui répandent les bons enseignements (irchadât),

« Pour ceux qui font ces offrandes, que Dieu accomplisse la grâce !

« Pour ceux qui participent et aident, que Dieu accorde Sa baraka !»

34Le prône est extrêmement codifié et obéit à un rythme éprouvé. Avec de grands gestes du bras droit, la main ouverte, le descendant du saint désigne la foule. Parfois les deux mains se lèvent pour amplifier le discours. Ce geste de protection qui s’élève au-dessus de la foule puis qui revient vers le plexus, puis qui repart vers la foule, incarne la baraka prodiguée ; l’attitude de chacun le montre pleinement : tout le monde semble avide de saisir cette volée de bénédictions. Et lorsqu’il veut appuyer encore son exhortation, le Ya‘qûbî dresse son index, cette fois de haut en bas, du ciel vers la foule, il a fait cela notamment lorsqu’il a parlé de la famille royale. Chaque mot est ainsi appuyé (ou ne l’est pas) par la gestuelle du descendant du saint. Sa voix tonne, les mots se précipitent :

Ayg rabbî baraka Sîdî Buzîd. Aytsmun rabbî alarâb tarmantenss. Adiss h’ad rabbî almadad n’rassûl-ullâh. Adiss h’ad rabbî al baraka Saydinâ Alî-bnû Abî Talîb lilbaraka talim. Tabaraka wa taâlâ ayfuku çahyûniya [Sinaï]. Ih’na rabbî yani ih’anân. Tabaraka wa taâlâ akhsis uriblu n’rabbî.

« Pour ceux de Sîdî Buzîd , que Dieu accomplisse cette grâce. Que par Dieu, les arabes forment une grappe de raisins intacte. Que les bonnes actions du Messager de Dieu soient bénies. Que la baraka de notre seigneur Alî Abû Tâlib soit présente ainsi que celle des oulémas. Que Dieu interrompe l’invasion du Sinaï. Que la paix soit sur les pacifiques. Que cette invasion ne nous soit pas funeste ! »

35Pendant près de trois quarts d’heure, une avalanche de prières invocatoires s’abat ainsi sur les communiants. Il est fait également, à la fin, une prière invocatoire pour le caïd et l’ensemble de l’auditoire ne faisant pas partie des hôtes du calendrier habituel du mûssem, les invités de marque, les instituteurs, tous donateurs particuliers qui vont apprécier d’entendre leur nom être représenté pour ce jour sacré où l’on peut glaner – sait-on jamais – un peu de baraka. Nous remarquerons que personne ne parle alors de buruk, il s’agit de baraka. Si les premières bénédictions étaient en berbère, celles-ci sont davantage teintées d’arabe, elles s’adressent aux « instruits » qui ne dédaignent pas de se mêler aux invités habituels liés par pacte et attentifs au calendrier agricole. On glisse d’un registre à un autre, d’un auditoire à un autre, et le médium de la langue s’adapte aux motifs du discours :

  • 101 Il a très mauvaise réputation : en place dans la banlieue de Casablanca, il y aurait accumulé tant (...)

« Que Dieu guide le Caïd sur la bonne voie101 !

« Que Dieu conserve leur emploi à ceux qui travaillent !

  • 102 Fidèle du mûssem, ancien député de Taroudant, M. Sajid s’est engagé à s’occuper de la route qui a p (...)

« Que Dieu remercie ceux qui ont participé aux travaux de la route, ceux qui ont apporté l’eau. Tous ceux qui ont aidé – ceux de l’intérieur, et ceux de l’extérieur – Que Dieu accompagne ceux qui ont promis de refaire la route102 !

« Nous allons faire cette bénédiction à tous ceux qui vont à l’école pour s’instruire, aux élèves, aux instituteurs, à tous ceux qui ont donné, que Dieu leur accorde ses bienfaits ! 

« Pour tous ceux qui ont donné, que Dieu leur accorde ses bienfaits ! » 

36À chaque prière invocatoire, comme un seul homme l’auditoire lance : Allâh-humâ, Amîn. (« Pour eux, Amen. »). Alors, l’orateur reprend en berbère et termine en arabe :

« Dieu a révélé le Coran au Prophète qui en a achevé la récitation. Les 124 000 prophètes avaient engagé cela. Les 314 messagers de Dieu également. Le dernier est notre Prophète. Le texte le plus accompli est notre Coran. La parole de Dieu est La plus haute des paroles. Tous les problèmes ont été résolus par le Coran. Que Dieu nous protège, comme il a protégé le Coran ! Que notre foi soit pure et intacte jusqu’au Jugement dernier ! »

37Après ce court sermon qui est censé classer El-Ya‘qûbî dans un groupe des oulémas – ne se fait-il pas appelé el-alîm, « le savant » [en sciences religieuses] – il reprend en berbère pour s’adresser à ses premiers interlocuteurs et enchaîner sur la suite des actions qu’il contrôle :

« Si quelqu’un a des problèmes, Dieu peut les résoudre. Ceux de la loyauté (ayt amanât) [ceux qui respectent leurs serments], ceux des aumônes (ayt çadaqât), ceux des serments respectés (ayt uhdâ), ô vous tous, participants (ayt istrja), que Dieu vous bénisse ! Que ces invocations soient accomplies ! Que vous les receviez dans toute votre innocence pieuse (niyya) ! Et que Dieu parachève Son œuvre ! Celui qui a installé le panneau (plaka), que Dieu le comble de Ses bienfaits ! »

38Puis, après un silence, il reprend passant du spirituel au plus prosaïque :

« Que tous ceux, et leurs enfants, qui sont venus à la rencontre des Ben Ya‘qûb soient bénis ! Que Dieu leur accorde Sa miséricorde ! Que Dieu favorise l’instruction des enfants ! Que Dieu nous octroie Ses faveurs ! Et maintenant, je vais faire une invocation pour ceux qui à Casablanca et à l’étranger aident la région. Que Dieu les comble de Ses faveurs ! Que Dieu redresse les rangées d’hommes (Ayga’d rabbî sfuff) ! Que Dieu nous accorde les faveurs du saint Coran ! »

39Enfin, pour terminer le prône, il lance la Fâtiha, qui est reprise par tout le groupe plusieurs fois, puis la Bénédiction au Prophète. Les hommes se lèvent et finissent la bénédiction debout, tandis que les dignitaires, tout en continuant à chanter, redescendent de la tribune. Ils la répètent encore à deux reprises, et commencent à marcher, le groupe se disloque. La plupart continuent de répéter cette prière en berbère : « Pardonne-nous nos péchés, Ô notre Seigneur, guide-nous sur le droit chemin » (Mdalbak ghfrana yâ mûlanâ ntûb lana ya mulanâ). Puis, à nouveau, ils entonnent la Bénédiction au Prophète et marchent jusqu’à la zawya, jusqu’au tombeau ou jusqu’au talimemt ; suivront les bénédictions individuelles, et enfin, la consommation de l’orge brut en silence dans l’anwal du saint, à la zawya. En quelques minutes, artzdem n’daba-ih’ s’est vidé. Le soleil décline, tout le monde préfère rapidement quitter le lieu qui sera bientôt, à cause du sang, habité par les « autres gens »…

1.2.5 Les bénédictions individuelles de mars

  • 103 On sait que certains werd-s (paternité mystique du Saint) se transmettent par la procédure simplifi (...)
  • 104 Dans un ordre proche des bénédictions individuelles, véritable capital social et culturel, lorsque (...)

40La quatrième station débouche sur une alternative : après la prière d’ouverture, le sacrifice et le prône, la procession se disloque ; certains vont visiter le tombeau du saint, se recueillir sur la tombe et recevoir d’autres bénédictions dans le tombeau, d’autres – les plus nombreux – suivent ou rejoignent le moqqadem El Ya‘qûbî, qui continue à incarner le digne descendant du saint. Il continue à se comporter « comme le faisait son aïeul ». Il va, en effet, donner pendant plus d’une heure, dans ce lieu solennel chargé de baraka des bénédictions individuelles. Autant son attitude pendant le prône était grave et pudique, plein de morgue et de distance, autant au talimemt, il va se faire proche des gens et devenir très volubile. Il va dire à peu près les mêmes choses que celles dites en public, mais son attitude aura changé. Son objectif est de soulager tous les maux, par le verbe mais aussi par certains gestes, notamment ses caresses de la main droite sur le front des suppliants103 qui viennent à lui. Parfois, il prend son interlocuteur un moment de côté, tous deux murmurent. Alors, à voix haute, El-Ya‘qûbî lui recommande de venir le voir, chez lui, le cas semblant grave. L’ordre de ces bénédictions individuelles accomplies au talimemt se déroule toujours de la même façon : le descendant du saint commence par faire une dua à tous ceux qui sont réunis autour de lui, les privilégiés sont assis, lui est debout au centre, il prononce La Fâtiha. On lui conduit un « malade ». Il le tient d’une main et déclare : « Evitez de le violenter. Ne brimez pas vos enfants, jamais ! Ne brimez pas les faibles, les malades, les diminués ! Le Prophète, les saints, les oulémas peuvent l’aider. Il faut prier. Ramène-le moi demain matin ! » Celui-ci est accompagné de son fils épileptique, celui-là avec son neveu, un adolescent qui a brusquement perdu ses parents et qui lui refuse obéissance, ils se font sermonner par le Sheykh ; d’autres encore, qui se disent envoûtés et sollicitent une entrevue, celui-ci enfin qui vient lui demander une dua pour son père récemment décédé, ou ceux-là qui viennent faire bénir un enfant récemment circoncis. On vient le remercier pour une action qu’il a favorisée, on vient témoigner sa reconnaissance, on vient bénéficier d’un peu de sa protection, on vient obtenir ses grâces104 [voir planche n° 65].

  • 105 « Tu es prêt Ô Seigneur, notre vœu [peut] se réaliser ». « Prières et bénédictions sur le messager (...)

41Il continue ainsi jusqu’à ce qu’il fasse presque nuit, ses ouailles se retirent au fur et à mesure ; certains restent. À mesure que le temps raccourcit, El Ya‘qûbî s’adresse de manière plus individuelle à ceux qui sont restés jusqu’au bout et qui ont une demande particulière. Il fait des dua-s individuelles, reçoit de nombreuses pièces et petits billets, se tourne vers les uns et les autres, et pour signifier soudain que c’est fini, il chante trois fois la Prière du Prophète : Anta mujûd yâ mulanâ, ballîgh al’maqsçûd. Çalat wa salâm alâ rassûl-ullâh105. Le groupe chante encore collégialement, par les formules habituellement consacrées : Subhâna rabbîka, rabbî izzati ama yaçifûn. Wa salama alaykum, wa salam ala mursalim wa h’amdu lillâh li rabbî alalamîm. Wa çalât, wâ salâm, wa alayka rassullûlâh (trois fois)... Puis, les mains ayant été tenues paumes ouvertes tout au long de cette bénédiction, elles sont ramenées sur le visage pour clore ainsi solennellement la cérémonie.

1.3 Spontanéité et calcul

42Toutes ces sortes de consultations dont il faut souligner l’individualité au milieu des autres, sont payées de menue monnaie ou de petits billets, discrètement remis au maître de cérémonie qui ne cesse de répéter ses bénédictions comme un moulin automatique. À nouveau, par sa maîtrise des langues et des registres, son capital culturel de descendant de grand saint lui permet de connaître la formule adaptée à toute situation. Il réagit promptement et incarne véritablement celui de la parole bénéfique et ininterrompue, celui de la maîtrise du verbe : un stade non pas de saint mais de digne descendant. Tout le monde est persuadé qu’il est détenteur de la baraka de l’aïeul et que leur peine ne sera pas inutile. La cérémonie a un effet cathartique évident, pour toute la mise en scène des célébrations, la force du groupe et celle des colloques singuliers qui lui sont toujours associés.

  • 106 Nous avons pu suivre cela depuis la grille, et puis, la foule s’épaississant, nous avons dû nous ré (...)

43Le lieu où se tiennent ces bénédictions individuelles est un lieu particulier. Clos d’un mur haut et d’une grille pour l’entrée, le talimemt du saint est un lieu préservé des impuretés ; lorsque le verrou est retiré, seuls les hommes y pénètrent106. Une sorte de chaire en pierre, un édicule rond de quelques mètres de diamètres, permet à l’officiant de présider. Il peut se tourner vers l’Est (qibla) sans craindre de se tromper et il y occupe une position centrale où il peut se détacher des autres tout en restant au-dessus d’eux. Ceci d’autant plus que la plupart de ses fidèles se sont assis en cercle autour de lui. Tout un chacun touche la pierre, monte ou s’assoit avec le Ya‘qûbî, lorsque celui-ci fait les invocations, se place ainsi, matériellement et symboliquement, sous la protection du h’urûm du saint et sous les paroles chargées de baraka de son descendant. L’officiant s’est entouré de superbe, il porte une immense et lourde djellaba de laine blanche, il a mis la capuche, et inonde ainsi chaque interlocuteur de son aura. Le soleil couchant dardant de ses rayons le lieu, accuse la solennité de la scène.

1.3.1 Là où les awliya-s se retrouvent

  • 107 Igga ghilligh ghad h’adern arwah n’waliya.

44Ce lieu, « c’est le lieu où les âmes des saints se retrouvent, se concentrent107 » dit-on. C’est dire l’importance de ces consultations individuelles. Ce lieu clos, surélevé – il faut gravir quelques marches pour y accéder – est donc l’un des plus sacrés. Par ailleurs, toutes les prières, invocations et bénédictions, se font au-dessus des citernes qui, elles, on s’en souvient, renvoient au génie hydrique du saint. Ce lieu était, il y a encore quelques années, utilisé pour la prière de Id Kbir mais deux autres constructions en retrait du village le remplacent. Autant dire que plus encore que le tombeau du saint, le talimemt est un point hagiologique de grande intensité. Le fait d’invoquer les saints en surnombre vient souligner un caractère local si évident que même les enfants s’étonnent si on les questionne sur ce lieu que le saint continue de « visiter chaque nuit ».

45Car le « saint est toujours parmi nous », le saint est toujours présent.

46À Imi n’Tatelt, il y a deux talimemt-s, nous nous souvenons bien qu’en plus de celui-ci qui communique à l’Est avec la zawya, il y a celui de Sîdî Mûsâ du Tazerwalt dans les anciens appartements de ce saint, jouxtant son oratoire. Lesquels appartements, comme on le sait, sont englobés dans la zawya. Ainsi, le sacré se cumule dans l’imaginaire des pèlerins en des lieux précis et en des actes associés qui ont un sens particulier pour ceux qui viennent toucher ces traces de la présence de sainteté. On vient à Imi n’Tatelt pour cela, pour se purifier quelques jours, pour s’approprier et se laisse envelopper de la baraka des saints passés là jadis, et considérés comme toujours présents ; pour que cela soit plus efficace, il est important que cela se fasse en groupe et si possible avec un digne intercesseur de Ben Yaqûb en des dates et des heures précises. Voilà pourquoi chaque pèlerin aime à venir à Imi n’Tatelt visiter, chaque année, collectivement plus qu’individuellement le saint, et ne se contente pas d’envoyer le don. Tous ces moments intenses, lors des sacrifices nombreux qui impressionnent tout le monde par leur force et leur austérité, par le nombre de pèlerins aussi, vont se répéter pendant quelques journées en divers lieux d’Imi n’Tatelt.

  • 108 Propos de Hajja K., venant d’Agadir chaque année pour assister au mûssem de son lointain aïeul, 200 (...)

47Curieusement, par rapport à d’autres lieux saints du pays, le talimemt est beaucoup plus cher aux pèlerins que le tombeau ; sans doute parce qu’en plus des qualités intrinsèques au lieu (sur lequel veillent de façon permanente dans les imaginaires Sîdî Ahmed Û Mûsâ et Ben Yaqûb), le tombeau est « envahi de beaucoup trop de mendiants professionnels qui gâchent nos moments de recueillement108 » et qu’il ne s’y tient pas – du moins le jour – de pratiques collectives. Les descendants s’y relaient, autour de la caisse, prononcent machinalement leurs futuhât-s, psalmodient le Coran, mais il n’y règne pas la même impatience, la même attente joyeuse ou mystique que dans les autres lieux décrits plus haut, et considérés, par essence, comme sacrés. Peut-être que le lieu très convenu dénote une platitude où le surnaturel a été gommé. À moins que cela soit lié à une interprétation populaire du tombeau par ceux qui en connaissent l’histoire ?

1.3.2 Le saint, la qubba et le ciment du modernisateur

48La légende raconte en effet que le saint n’avait pas de tombeau ou plutôt que, son tombeau au milieu de l’oued et des arbres, ne possédait pas de toit. Homme d’humilité, il avait demandé que sa sépulture reste simple. Il craignait, dit-on que ses bienfaits une fois enfermés ne soient empêchés d’irradier sur tout Imi n’Tatelt. Topos du récit hagiographique : Ben Ya‘qûb fait partie des grands saints, ceux des saints qui ne désirent pas être sanctifiés :

  • 109 Mohamed Oultiligh, ramadan 2003.

« Il ne voulait pas de qubba sur sa tombe. Si quelqu’un édifiait une coupole, le lendemain matin, on ne retrouvait aucune trace de l’effort. Il disait ainsi l’inutilité de ce travail. Ni lui ni ses descendants ne possédaient de qubba jusque dans les années 1970. Il ne voulait pas qu’on l’enferme dans une qubba. Il voulait rester simple, proche des gens109».

49Mais, un jour, la descendance fait édifier une coupole. Impatiente de garantir le statut de leur aïeul et donc d’elle-même, elle fait venir le seul matériau qui saura résister à la malédiction : le ciment. Le ciment qui aurait dû logiquement entacher la mémoire du saint, va effectivement résister au prodige :

« Il ne voulait pas de qubba (coupole) sur sa tombe, comme c’est écrit dans le Coran, raconte un autre descendant du saint. Nous avions un grand catafalque en pierre et deux chemins y conduisaient, entre les tombes du cimetière. Au début, il n’y avait rien, que le vide, le soleil, les pierres ; il était constamment frappé par les éléments. Et puis les tombes que tu vois autour, ce sont ses enfants [la descendance] après, qui sont morts et qui ont été enterrés à ses côtés. À chaque fois que des ouvriers achevaient une coupole, le lendemain, on ne retrouvait aucune trace de l’effort ! Alors on s’est habitué, c’était sa volonté et c’est resté comme ça jusqu’à nos jours. Le Gundafi [au début du siècle], a voulu s’occuper du tombeau, il a tout apporté les matériaux, les malem-s, tout. Et puis il s’est endormi dans la zawya. Et là, il a eu une vision : c’était le jour. Un homme lui disait : « Ne fais pas cela. » Alors, il s’est excusé auprès de nos ancêtres, il leur a dit : « On ne verra pas de coupole, mais on mettra des portes ». Et il a mis les deux portes aux deux entrées. Elles sont très belles, en bois ciselé (naqsh). Et puis en 1978, un Ya‘qûbî a décidé de lui faire un vrai tombeau (darih’). ‘‘Casa-Souss El-Ya‘qûbî’’ on l’appelle, parce qu’au début il vivait à Agadir et maintenant il est à Casa, son vrai nom c’est Othmân. Il a enlevé les deux portes – il a juste laissé la porte du milieu. Depuis, on a la coupole !».

  • 110 On ne peut s’empêcher de comparer cet acte « moderniste » à ceux effectués dans maints endroits en (...)

50Cette action modernisatrice accomplie, dans l’un des points théoriquement le plus intensément sacré d’Imi n’Tatelt, par un descendant expatrié, une modeste qubba blanche, recouverte par un toit à quatre pentes à tuiles vertes, à la manière de Fès, va devenir le point de mire du village. Ses portes métalliques assurent la sécurité du tombeau : elles sont le fait du même moderniste puissant, « Casa-Souss », et qui vraisemblablement assurait ainsi surtout que personne ne viole la sépulture sacrée. Le ciment de béton qui recouvre tous les sols, du talimemt aux mosquées, participe de cette même volonté moins hygiéniste (comme cela est souvent évoqué pudiquement par les agents) que sécuritaire 110.

51Le mûssem de mars, plus modeste en nombre de visiteurs que celui d’avril, est cependant construit selon le même ordre. Après la prière et les sacrifices – qui ne cesseront pendant trois jours complets – le second jour est réservé prioritairement à la ziyâra au tombeau et à la zawya, faite si possible après la prière du vendredi. La veille est une veillée liturgique, qui peut se poursuivre, selon l’intensité des officiants deux ou trois nuits durant. Des dons sont versés aux visiteurs de la zawya qui, avec la même efficacité qui a accompagné leur venue, va presser leur départ, une fois accomplis l’ensemble de ces prescriptions religieuses, les cinq prières à la mosquée du saint, et les achats au souk (qui reste cependant en mars, bien modeste il faut le noter, composé essentiellement de vendeurs de dattes de Tata et de quelques boutiquiers locaux ou des environs). Pour le mûssem de mars, on vient se purifier et accomplir ses promesses, aussi c’est surtout le premier jour qui concentre les bénédictions les plus intenses ainsi que le résume bien le tableau ci-après :

Tableau n° 4 : Étapes du troisième mûssem d’Imi n’Tatelt, mûssem dit de mars

Jour

Etapes

Nom des lieux

Actions orchestrées par la descendance du saint

Actes collectifs des pèlerins

Jour 1er

mercredi

1

Azreg n’wado

Tazallit al ‘açr

Prière collective

2

Nig darih’

Artzqdem ndaba-ih’

Tighersi, sacrifices

3

Lgurna

Adgharssen edem

Immolation Prône

Avant le prône sanctificateur

4

Talimemt

Du‘a

Invocation-bénédiction

Bénédictions

Individuelles

5

Maqâm zawit

Du‘a

6

Darih’ (tombeau)

?

Veillée solennelle jusqu’à l’aube

Jour 2nd

jeudi

1

Mosquée ancienne

Darih’ (tombeau)

Conduite de la prière du matin Futuhât-s

Prière du matin

2

Artzqdem ndaba-ih’

Première immolation

Du‘a courte

3

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du midi

Prière du midi

4

Artzqdem ndaba-ih’

Seconde série d’immolations

Du‘a courte

5

Mosquée ancienne

Conduite de la prière

Prière du açr

6

Artzqdem ndaba-ih’

Immolations et Du‘a

Jour 3ème

vendredi

1

Mosquée ancienne

Darih’ (tombeau)

Prière du matin Futuhât-s

2

Artzqdem ndaba-ih’

Première immolation

Du‘a courte

3

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du midi

Prière du midi

4

Artzqdem ndaba-ih’

Seconde série d’immolations

Du‘a courte

5

Mosquée ancienne

Conduite de la prière

Prière du açr

6

Artzqdem ndaba-ih’

Immolations et Du‘a

7

Mosquée ancienne

Conduite des prières

Prières du maghrîb et du acha

52Entre le mûssem très émouvant de la porte de Tagmut et le grand mûssem dispendieux d’avril que nous allons maintenant décrire, nous avons observé d’autres sacrifices, notamment le matin, pour de petits groupes. La cérémonie ressemble à la cérémonie principale : El-Ya‘qûbî vient et fait sa du‘a sur l’aire aux sacrifices. Mais il n’accomplit pas les bénédictions du talimemt. Le fait que le sacrifice soit modeste (en bêtes sacrifiées) raccourcit la cérémonie. Mais l’instant reste grave et solennel, important pour ceux qui ont fait le voyage. El-Ya‘qûbî ne les néglige donc pas et les anime avec une certaine vigueur.

1.4 Tayfa n’ibrîl

53À la seconde semaine d’avril, les femmes s’activent dans les maisons, on vérifie l’état des réserves, la farine est moulue en de grandes quantités, les épices sont broyées, l’amlu est préparé. Puis à la troisième semaine d’avril, le nombre de visiteurs s’intensifie, d’abord les marchands – chacun s’installe à son emplacement, puis viennent les camions des donateurs chargés des animaux à sacrifier et des dons en nature, enfin les grands taxis et les traffic-s qui apportent les pèlerins particuliers, notamment ceux des villes. Les donateurs le plus souvent, montent avec les dons, au dos du camion, en convoi groupé ou suivent le camion en taxi-trafics. Des badauds, des mendiants, des dévotes, viennent encore, à la fin, augmenter le nombre de visiteurs, jusqu’à ce que les rues artificiellement créées par les tentes regroupées entre-elles sur les rives de l’oued (à sec évidemment), grouillent de monde.

1.4.1 Le commerce et la baraka

54Le mûssem le plus important est sans conteste celui des Tayfa n’ibrîl-s, le plus fréquenté et le moins cérémonial : Tayfa n’ibrîl est avant tout une grande foire traditionnelle. « Il est le théâtre de nombreuses transactions entre les gens du Dra, du Sahara et les gens du Haut-Souss et de l’Anti-Atlas» (Gaillard : 9) mais également ceux du Haut-Atlas. Alors, le commerce reprend ses droits sur cette ancienne route caravanière, bien sûr le saint protège ces transactions et la provision de route, comme le dit la légende, même consommée, est réputée demeurer intacte tout le chemin. Aujourd’hui encore on affirme que « Le voyage pour venir à Imi n’Tatelt n’a rien coûté », que « Pendant le voyage, personne n’a ressenti la faim », toutes paroles qui sont là pour réveiller la baraka du saint et qui participent pour les pèlerins d’une sorte de mise en condition.

55On ne sait exactement depuis quand la pratique des dons de tirba‘în-s se fait. On dit localement que cela daterait de l’époque du saint, rien ne permet cependant de vérifier de l’histoire de cet usage. D. Jacques-Meunié affirme que la mise en place des almuggar-s est une modernisation des grandes cérémonies relativement tardive (1982 : 863, Marmol 1667 [II] : 76). Le caractère commercial prendrait ainsi le pas sur ces rassemblements religieux à partir du XVIIIe-XIXe siècles (Pascon 1984 : 142). Il est sûr en revanche, que les Tayfa n’ibrîl-s ont lieu depuis plus d’un siècle et qu’ils ont évolué, comme en atteste ce témoignage des années 1940 :

  • 111 Cap. Gaillard, Ibidem, p. 8-9

« C’est à l’époque des mûssems que ces produits sont acheminés. Chaque qsar envoie une délégation d’hommes et de femmes qui font escorte à la petite caravane qui transporte les dons recueillis et les produits des habous de la zawya, et l’animal qui doit être sacrifié. (…) Les chemins étaient jadis neutralisés pendant la période des mûssem-s, pour permettre aux pèlerins d’y venir, mais il semble que la trêve ne fut que rarement observée par les nomades Oulad Jellal et Ida U Blal, dont certaines fractions se souviennent…»111

  • 112 « Un individu, une caravane allant à la foire ont-ils été pillés, maltraités en route ? On saisit p (...)

56On sait que l’ordre était jadis garanti pendant les foires par un système de protection qu’on disait lié à la baraka du saint mais qui reposait surtout sur un réseau de protections et de sanctions collectives qui ont été décrites112. Ces foires, situées entre la montagne productrice d’orge et les franges présahariennes productrices de dattes, étaient le lieu d’échanges intenses. Dans ces foires, « on pouvait tout trouver, explique-t-on à Imi n’Tatelt dans la maison d’un chérif, on trouvait tout en un seul lieu, tout ce dont tu avais besoin. À l’époque, c’était rare. Nous nous avons encore des œufs d’autruche, on trouvait du sel, les meilleures dattes, de la vaisselle, des bijoux. Comme aujourd’hui, mais c’était unique ! » On sait que la maison d’Illigh du Tazerwalt concentrait en un lieu, le temps de l’ almuggar, tous « les objets fabriqués dans les villes du Maroc et en Europe, et les marchandises du Soudan » (Foucauld 1888 :169). Celle de Sîdî Ahmed U Mûsâ était la plus somptueuse (or, esclaves, ambre gris, autruches, denrées rares et denrées multiples (Pascon 1984). À Imi n’Tatelt, chaque lignage chérif possédait son réseau de partenaires commerciaux sur les territoires du Sud, perçue à l’époque comme un âge d’or :

  • 113 Oultiligh A., octobre 2003, il parle de son enfance, il y a un peu moins de cinquante ans.

« Autrefois c’était très dur, mais il y avait tout. Nous possédions des chameaux, six ou sept, ils allaient d’un lieu à un autre, ils transportaient l’orge, les dattes, l’huile. Notre grand-père a acheté des terres partout grâce à ce commerce. Nous avions des esclaves et des H’arattîn-s. Notre maison dans le qsar était comme celle des autres. L’arrière-grand-père était associé au Glaoui. Assoiffé de prestige, il a d’abord construit tigemmi jdida, ample et prestigieuse, puis une seconde qu’il est mort sans pouvoir terminer»113.

57Le commerce caravanier a donc assis la puissance des familles d’Imi n’Tatelt. Les biens que possédait la zawya, et notamment les biens de main-morte qui lui furent en outre légués sur la durée, ont permis que la fortune s’établisse, ensuite il fut aisé de se constituer le pécule nécessaire au commerce. Ceci est effectivement lisible sur la beauté de l’architecture profane, sur les détails ornementaux de demeures qui s’ouvrent à un style citadin profondément islamique tout en restant cependant fortifiées et ancrées dans le vernaculaire.

1.4.2 Le souk du mûssem

  • 114 Dans beaucoup de sociétés, on a eu l’habitude de se prémunir contre le mauvais-œil, ce mal qui nous (...)

58Le souk du mûssem d’avril est effectivement impressionnant, il se déploie sur plusieurs centaines de mètres avec, à l’une des extrémités, le marché aux bestiaux, et à l’autre, de nombreuses tentes de vendeurs de tapis. Les animaux de boucherie sont vivants pour l’immolation, la viande vendue en quantité a été immolée sur place et à ce titre est très appréciée. Le souk a la réputation d’être le seul – avant celui de Guelmim – où l’on puisse encore acheter des chameaux « comme du temps du saint ». Y viennent donc les nomades de l’Est et de l’Ouest. Après les nombreuses boucheries, les vendeurs de pain, les vendeurs de dattes sur une aire importante, les presseurs d’orange et les gargotes où l’intimité du consommateur est préservée, s’étalent toutes sortes de boutiques offrant effectivement une concentration d’objets courants très appréciés, rencontrés dans toute maison des montagnes : les coffres en bois caractéristiques, les armoires bigarrées dotées de vitrines (maryo) pour les tamsryt-s, et les tables rondes ; les poteries sont exposées à la vente : des tajines et des plats de toutes sortes, des jarres et des carafons, notamment ceux destinés aux ablutions, ceux badigeonnés d’un gdran prophylactique, mais aussi des bols, jusqu’aux habituelles structures en terre cuite pour les pains du tanurt. Ensuite viennent les nattes en plastique, le choix est impressionnant, les produits en aluminium, grands couscoussiers et marmites de toutes tailles, puis de grosses bassines colorées en plastique et des seaux ; puis les vêtements et les sous-vêtements, les articles féminins. Chaque grossiste qui le peut, a son camion placé à proximité de la tente-boutique. Quand on quitte les produits modernes et encombrants pour les produits plus traditionnels, les véhicules disparaissent pour laisser place aux seules tentes des vendeurs, alignés sur les deux rives de l’oued. Les atar-s proposent aussi tous les accessoires que les femmes réclament habituellement à proximité des lieux saints, les bougies, les encens et autres mélanges de bkhûr-s censés éloigner les esprits, des amulettes, de petits miroirs – car, dit-il, « Dieu sait si pendant le mûssem, tout le monde nous en achète, les maisons sont pleines de gens, le village est rempli d’étrangers, on ne sait jamais, il faut se protéger, il y a tant de monde ! », il faut se protéger du mauvais-œil de l’Envie114 – mais aussi toutes sortes de cosmétiques traditionnels ou plus modernes, des barrettes, des bijoux de pacotille, plantes en plastiques, eau de rose et autres onguents, henné de diverses provenances, épices et herbes médicinales, tout est apprécié. Les épiciers sont aussi attentifs à répondre aux attentes d’une clientèle plus discrète avide de mélanges utiles pour la magie illicite (sh’ûr). Leur achalandage est donc agrémenté de caméléons et serpents séchés ou empaillés côtoyant toutes sortes de gommes, savonnettes, boules de ghassul plus innocentes, mélanges spéciaux, poudres de saints et autres amulettes, produits à fard, consciencieusement arrangés.

59En remontant encore vers le haut, on peut choisir des articles de toutes sortes pour écouter de la musique, des transistors de toutes les tailles, quelques paraboles neuves et d’occasion, des disques (Dvd et Vcd), en plus des cassettes plus traditionnelles, des piles. Puis les nombreux bijoutiers se succèdent. Ils achètent autant qu’ils vendent ou plutôt, ont longtemps acheté aux Chérifas désormais désargentées. Aujourd’hui, tout père désireux de constituer la dot de sa fille trouve « toutes les tribus » représentées à Imi n’Tatelt : les bijoux sont neufs mais les parures, les frontaux, les boucles d’oreilles et les bracelets, imitent les formes traditionnelles. Les dagues pour les hommes n’ont pas été oubliées, accessoire viril de parade plus qu’objet de virilité. En remontant sur une courte artère à gauche, on découvre les vendeurs de cuivre et de ferblantiers, les aiguiseurs à couteaux avec leurs meules, des maréchaux-ferrants à l’œuvre tout au long du mûssem. Et tout en haut, pour finir des premières buttes jusqu’au hameau dernier, un choix énorme de tapis colorés qui montre l’étendue culturelle des visiteurs : des marchands d’Imi n’Tanout, de Demnat (Bzou), jusqu’aux talentueux et prolifiques Ayt Wawzguit. On vend des couvertures, des coupons de laine pour les selhams, des djellabas, des h’anbel-s et des tapis de selles.

60Du bas en haut, des transistors diffusent de la musique ou des prêches religieux à la mode, tandis que certaines boutiques munies de haut-parleurs vantent non seulement les vertus d’un produit, mais le fait de l’acheter à Imi n’Tatelt : el buruk, el buruk ( « achetez, mesdames, achetez, c’est prendre un peu de la baraka du saint, achetez, achetez »). Acheter à Imi n’Tatelt permet de considérer un choix véritable d’objets, en se plaçant sous la protection du saint, l’achat se doit d’être licite.

Tableau n° 5 : Marchands d’Imi n’Tatelt classés sur les deux rives de l’oued par corporations (2004)

Vendeurs

Nombre observé

Vendeurs

Nombre observé

Laine

4

Pain (ambulant)

8

Tapis

30

Bouchers, viandes

7

Bijoutiers

28

Epiceries

12

Dinandiers, cuivre

9

Plastiques & HIFI

20

Ferronniers

11

Menuisiers

4

Réparateurs

3

Potiers

5

Dattes

15

Parfumeurs et atar-s

12

Gargotes

12

Coiffeurs

8

Vêtements

35

Total

223

  • 115 En fait, tout cela reste très opaque, puisque les marchands paient la descendance et que l’on ne sa (...)
  • 116 J’en ai totalisé environ 40 sur toute la durée du mûssem.

61Ainsi, le souk du mûssem très bruyant, est partagé en deux zones : l’une offrant des objets modernes, l’autre des objets plus traditionnels. Groupés en corporations, tous ces marchands sont classés et payent une taxe modique à la zawya115 pour venir vendre. Ceci fait prendre pleinement conscience des nombreux échanges qui ont existé et qui expliquent qu’on trouve dans certaines maisons de Chorfa des tapis de toutes les régions. La tradition du marchand itinérant, notamment celle du bijoutier et du ferblantier est souvent évoquée par les intéressés eux-mêmes. Le souk se caractérise par la grande mobilité des marchands, notamment des marchands ambulants, s’ils ont tout vendu, ils quittent bien évidemment la place qui aussitôt se remplit d’un nouveau vendeur. Le souk « se remplit le dimanche soir » (ka-it‘mar), le samedi suivant, il n’y aura plus que quelques marchands, les derniers grands taxis et un amas de déchets et de mouches. Même les mendiants et les infirmes116 avaient disparu, poursuivant les commerçants les plus puissants, déjà en route vers la zawya de Timggilsht, qui à son tour, préparait son mûssem [voir planche n° 71].

1.4.3 Le prône d’avril

62Tayfa n’ibrîl ne se déroule pas comme le petit mûssem de mars sur le point de départ de la procession capitale du jeudi en ceci que ce n’est pas à Azreg n’wado mais à la mosquée ancienne qu’il commence, à une dizaine de pas de là. Il débute donc lui aussi par une prière, celle du dohr (milieu de journée), l’on mange, puis le sermon reprend jusqu’au açr, sermon que l’officiant poursuivra encore en se tenant, plus directement, à proximité de l’aire à sacrifice de la grande place derrière le tombeau.

  • 117 Jeudi 24 avril 2003, jeudi 22 avril 2004, jeudi 21 avril 2005, jeudi 20 avril 2006.

63Nous décrirons ceux de 2004 et de 2005. Ils se sont déroulés de la même façon, seuls les invités de marque que reçut Imi n’Tatelt en 2005 en transforma l’ambiance et accusa encore une tendance à la sécularisation ressentie pour Tayfa n’ibrîl en comparaison des autres mûssem-s. Ce mercredi 7 avril du calendrier agricole117, le village a grossi toute la journée et une partie de la nuit. Le jeudi, la foule s’est pressée devant la « scène » pour être sûre d’avoir une place privilégiée ; des photographes, deux journalistes ne sont pas allés prier pour mieux se préparer à prendre leurs images : des personnalités importantes étaient annoncées. Confirmant la rumeur, de gros 4x4 flambants neufs, arrivés en début d’après-midi s’apercevaient sur les hauteurs, les Mokhaznis étaient prêts à contenir la foule. La veille, pour accueillir la visite des premiers pèlerins, une première dua avait été orchestrée toujours avec le même ordre de prières par El-Ya‘qûbî.

  • 118 Bien sûr, je n’ai pas le droit en tant que femme d’y assister, et il n’est pas question de la filme (...)

64La plupart des participants sortent de la prière du açr – qui a été longue118 – l’excitation est intense, la curiosité est à son comble : l’avenir confirmera que 2004 est bien une année exceptionnelle. Haj Ya‘qûbî, tout de blanc vêtu, franchit soudain le seuil de la mosquée, c’est la cohue pour voir les personnalités invitées : apparaît d’abord M. Ouchen, le député, en selham blanc (tenue d’apparat), autre personnalité connue du Souss, M. Sajid, le frère du nouveau maire du Grand Casablanca, chèche jaune, djellaba sobre et lunettes de soleil, accompagné de ses deux fils dont le plus jeune tient une caméra. Mais le plus attendu, tout de suite derrière eux, est Hajj Tayyeb, reconnaissable à sa grande et belle barbe blanche, vêtu de blanc de la tête au pied, accompagné comme toujours de son aréopage de jeunes gens faisant cordon. Sa présence semble éblouir la foule. Il est vrai qu’il fait toujours sensation. Les autres personnes continuent de sortir par les deux portes de la mosquée. C’est là que les vaches ont longtemps attendu, imperturbables, amenées devant le seuil de la mosquée, elles précèdent les personnalités qui se succèdent et avancent vers l’aire aux sacrifices, tandis que les militaires écartent la foule. Lorsque le groupe monte sur la tribune, El Ya‘qûbî a déjà lancé son Anta mujûd yâ mulanâ…aussitôt repris par la foule en liesse. El Ya‘qûbî place ce beau monde autour de lui, Hajj Tayyeb à sa droite et M. Sajid à sa gauche.

65Tout le monde les dévisage ne voulant perdre une miette du spectacle. On s’est tu brusquement tandis que les vaches sont amenées au boucher. Les militaires s’efforcent d’empêcher les gens de s’approcher trop près des immolations, les bêtes sont exécutées les unes après les autres avec la dextérité habituelle des bouchers, devant une assistance moins occupée de sacré que de mondanité. On peut apercevoir sur les terrasses quelques femmes, toutes étrangères à Imi n’Tatelt qui traversent la place et se postent sur les terrasses, où l’on voit mieux, invitées par les voisines hospitalières. Les bêtes s’agitent non sans remous, ce qui ne déconcentrent pas les bouchers. Très rapidement, treize bêtes sont décapitées. Alors est lancée la Prière du Prophète : Wa çalât, wa salâm, wa alayka rassulûllâh… entamée par El-Ya‘qûbî et reprise par tous.

  • 119 Nous ne croyons pas qu’il faille s’appesantir outre mesure sur cette phase, la cause des Palestinie (...)

66Debout autour de l’aire, les mains tournées vers le ciel, l’assistance murmure la bénédiction qui accompagne ces immolations ou reprend le coutumier « Allâh-humâ, Amîn. Ulla kullumâ igan imsselm (« Pour eux, Amîn. Et pour tous les musulmans »). Le moqqadem Al Ya‘qûbî a commencé son prône dans la mosquée, entre hommes, avec ses invités de marque à ses côtés, il le poursuit à l’extérieur ; après les remerciements d’usage et la baraka de Dieu, présentée plusieurs fois en berbère : Kunniyan atismun rabbî n’gharadans (« Pour chacun, Dieu exauce les vœux »). Il laisse un temps les bénédictions d’usage pour s’exprimer plus librement, il va présenter ses invités tout en distillant deux ou trois paroles, qui semblent poursuivre un discours entamé quelques dizaines de minutes auparavant dans la mosquée. Les autres dignitaires, tiennent leurs mains ouvertes vers le ciel. Il dit soudain « Que Dieu rende l’islam plus puissant que le Sinaï [périphrase employée pour faire référence au sionisme119] » (Aynssar rabbî islâm ala salhuniya) ; il le répète trois fois avec la même conviction, puis il ajoute :

Addisn ish’ader rabbî madded rassulûlâh dawla Falistine attnijber rabbî istiqlal. Al Fuqaha wa ulamâ attni ita-un rabbî sil-irchadat. Sfath’ayt fuida shashttnin fil Qur-ân adîm. Attni itaun rabbî. Aflankh ibad rabbî cayyattin. Aystajb rabbi dua akunismun rabbî n’gharadatnan. Ghid litahlnîn attni na-un rabbî. Ula ghid urtahelnin affelassen iftah’ rabbî.

« Que Dieu soit attentif à l’assistance du Prophète pour la nation palestinienne afin qu’elle obtienne son indépendance. Que Dieu guide les foqaha-s et les oulémas sur la bonne voie. Que la Fatîha soit lue sur les transmetteurs du Coran sacré. Que Dieu les aide. Que Dieu éloigne de nous les démons. Que Dieu réponde à cette invocation et que tous [nos vœux] soient exaucés. Que Dieu aide les couples mariés, et ceux qui ne le sont pas. Que Dieu pourvoie ! »

Astig rabbî ghalmizân it wa-qbaln !

« Que Dieu la reçoive [la bête immolée] sur la balance de l’équité et qu’il la bénisse ! »

Kraygat yan sesmens. Kragat yan settigims. Kragat selmalnens. Assis iummu rabbî albarakayet.

« Chacun par son nom. Chacun par sa maison. Chacun par son apport. Que Dieu nous fasse bénéficier de Sa baraka ! »

67Et il recommence pour chaque immolation, jusqu’à ce qu’on arrive à la plus grosse, une hollandaise à la robe blanche et noire, massive et qui, depuis qu’elle a été aperçue, a marqué les esprits par sa taille et sa race, peu fréquente dans la région, elle est offerte par le bienfaiteur Sajid de Casablanca. Le Ya‘qûbî enchaîne donc en berbère :

«Abdellah Sajid [père de son invité, décédé dans l’année], que Dieu le glorifie et lui accorde une large miséricorde. Que Dieu bénisse le peuple marocain. Que Dieu bénisse la famille royale (Al ‘Alâwiya).

Automatiquement, cette dernière phrase provoque les applaudissements d’usage. Elle accueillera les invités de marque de la même manière tout en prononçant, dans un seul souffle, le consacré Allâhu-Amîn.

  • 120 Député de Taroudant depuis 1993, il est devenu le Président du Conseil (maire) du Grand Casablanca, (...)

« Qu’ils soient tous reçus aux côtés des proches de Dieu (awliya), les combattants de la foi (shuhada) et les compagnons loyaux et sincères. Implore Dieu pour qu’ils les reçoivent au paradis (n’firda-us). Pour ceux pour lesquels ici Mohamed Sajid120 serait un inconnu, c’est un homme d’affaires, il travaille jour et nuit. Nous implorons Dieu pour que le Roi l’accueille auprès des hommes en qui il place toute sa confiance. Que Sajid soit patient. Que Dieu protège le Roi et lui donne d’autres fils. Qu’à son père Dieu Lui accorde La grâce, que Dieu vienne en aide à son frère, que Dieu vienne à toute sa famille ».

68Les gens applaudissent chaleureusement. L’officiant ne peut glorifier une personne particulière - travaillant notamment pour l’Etat - et négliger la famille royale ou les représentants du Makhzen. Il se met donc également par ces quelques phrases, comme le veut la tradition de toute zawya, au service du Sultan, Commandeur des Croyants, Chérif de surcroît aimé par son peuple, et assoit ainsi encore le prestige d’Imi n’Tatelt. Mais ce faisant, il hisse aussi son invité à un haut rang, et connaissant des détails intime de sa vie, les livre à son auditoire, le rendant plus familier car, si puissant est-il, comme tout le monde le voilà lui-aussi touché par des problèmes. Il montre ainsi combien rien ne lui échappe, combien il reste au-dessus de son invité ; combien les puissants aussi peuvent souffrir. Il va présenter un homme qui fait de l’ombre à la descendance du saint ce jour-là - même si sa présence les honore. Il poursuit donc ses présentations :

« Nous allons maintenant prononcer la Fâtiha pour Hajj Tayyeb. Que ceux qui le connaissent et ceux qui ne le connaissent pas le considère avec respect. Il a transmis la science du Coran dans de nombreuses contrées, il défend le wahhabisme (lwahabiya), que Dieu le favorise (Allah Iqbâl) ».

  • 121 Le Vcd ou le Dvd qu’on peut voir et/ou écouter coûte 20 dhs (alors que n’importe quelle superproduc (...)

69La foule est en liesse, à chaque déclamation, elle approuve par un « Allâhu-Amîn » qui est comme une expiration, un souffle. La seconde génisse sacrifiée et de belle taille est donc offerte par le Hajj Tayyeb, adulé à Imi n’Tatelt. Ses prêches sur CD, distribués en berbère ou en arabe, sont vendus en des lieux stratégiques du souk (notamment non loin de la mosquée du bas), en même temps que des photographies et des sortes d’arbres généalogiques destinés à prouver sa valeur hagiographique et vendus très chers121. Tout ceci concourt à asseoir ses actions en direction des enfants et adolescents de la région, car Hajj Tayyeb est adulé d’abord pour l’enseignement traditionnel qu’il donne, depuis assez longtemps, à un nombre important de garçons, dans une région déshéritée. Celui qui fait désormais partie des savants de la piété du Souss (ils disent : «‘Uléma-s Ayt Souss ») fascine le plus grand nombre, que ce soit les non-lettrés comme les gens très instruits.

70Cependant, transparaissent aussi chez certains Chorfa d’Imi n’Tatelt quelques pointes de critiques : « Qu’est-ce que c’est que ce type qui se prend pour notre aïeul, il profite d’Imi n’Tatelt pour faire sa publicité ! ». Beaucoup de « ses amis » se sont déplacés et ont augmenté le nombre de pèlerins pour la journée. Il s’est fait précéder en effet, d’émissaires discrets, puis de sa cour pour préparer les gens, par le bouche-à-oreille, à sa venue – il s’était également fait annoncer l’année précédente pour finalement ne pas se déplacer. Tout ceci concourt à asseoir sa réputation : il fait le bien et Dieu le lui rend bien, il vit simplement et offre à 500 élèves le gîte, le couvert et une instruction de base, il les habille en outre deux fois par an ; il se transporte par ailleurs avec ses fils, dans de nombreux lieux qui le placent partout dans le monde rural au-devant de la scène, lui forgeant ainsi une image de saint moderne. L’officiant reprend :

« Que Dieu soit leur aimant (izz). Que Dieu leur ouvre toutes les portes ! Nous implorons Dieu le Miséricordieux pour les protéger tous de tous les maux d’ici-bas ! Qu’Il éloigne d’eux les démons tentateurs, des jenn-s comme des humains ! »

« Que Dieu le protège lui et ses fils et que la baraka de Notre seigneur le messager de Dieu les accompagne. Dieu pourvoit, s’Il le veut ! »

71Tandis que l’auditoire ne cesse de répéter, à chaque reprise de souffle de l’officiant, le Allâhu-Amîn consacré, celui-ci enchaîne sur les bénédictions aux tribus affiliées, sans cependant les nommer toutes nominativement comme en mars. Il lance un expéditif et lapidaire Ayt Hamamat, ayt duat, ayt çadaqat, aystajjb rabbî dua (« Ceux des bénédictions, ceux des aumônes, que Dieu répondent à ces invocations »). Enfin, comme il est temps de clore – il lui reste encore à accomplir les bénédictions individuelles au talimemt, avant la fin du jour, il commence le début de la Fâtiha, que le groupe reprend en chantant tandis que El-Ya‘qûbî donne la mesure pour tous les débuts de phrase. Puis, tous entonnent en cœur la Prière du Prophète, foule et invités chantent ensemble. Terminant son prône par la formule consacrée en berbère (Mdalbak ghfrana yâ mûlanâ ntûb lana ya mulanâ. « Pardonne-nous nos péchés, ô nôtre Seigneur, guide-nous sur le droit chemin »), il commence à pousser ses amis à descendre les quelques marches de la tribune en entonnant une ultime Prière au Prophète. Se serrant, les quatre sommités forme une ligne qui, sans cesser de chanter la prière, gravit le chemin de la zawya. Les gens semblent très heureux, ils se sentent remplis d’une sorte de lumière bénéfique, on perçoit une certaine allégresse. Certains suivent la procession, d’autres s’arrêtent au tombeau ou à la zawya, les autres « se répandent dans tout l’oued ». La plupart suivront les hautes personnalités au talimemt, où la cérémonie se prolongera avec une bénédiction aux notables, ce jour-là très médiatisée. Les tribus venues offrir leurs génisses auront été complètement éclipsées par ces stars d’une journée.

Tableau n° 6 : Étapes des Tayfa-s n’ibrîl d’Imi n’Tatelt

Jour

Etapes

Nom des lieux

Actions orchestrées par la descendance du saint

Actes collectifs des pèlerins

Jour 1er

mercredi

1

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du dohr

Prière collective

2

Nig darih’

Artzqdem ndaba-ih

Sacrifices

3

Lgurna

Adgharssen edem

immolation

Du‘a avec les tribus invitées

4

Talimemt

Du‘a

Invocation-bénédiction

Bénédictions Individuelles

5

Maqam zawit

Du‘a

6

Darih’ (tombeau)

?

Veillée solennelle jusqu’à l’aube

Jour 2nd

jeudi

1

Mosquée ancienne
Darih’ (tombeau)

Conduite de la prière du matin Futuhât-s

Prière du matin

2

Artzqdem ndaba-ih

Première immolation

Du‘a courte

3

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du midi

Prière du midi

4

Mosquée ancienne

Conduite de la prière

Prières du dohr et du açr

5

Artzqdem ndaba-ih

Seconde série d’immolations

Prône (dikr)

Prône collectif Du‘a avec les personnalités extérieures

6

Talimemt

Du‘a

Invocation-bénédiction

Bénédictions Individuelles

7

Darih’ (tombeau)

?

Veillée solennelle jusqu’à l’aube

Jour 3ème

vendredi

1

Mosquée ancienne

Darih’ (tombeau)

Prière du matin Futuhât-s

2

Artzqdem ndaba-ih’

Première immolation

Du‘a courte

3

Mosquée ancienne

Conduite de la prière du midi

Un vendredi saint

Prière du midi

4

Artzqdem ndaba-ih’

Seconde série d’immolations

du‘a courte

5

Mosquée ancienne

Conduite de la prière

Prières du dohr et du açr

6

Artzqdem ndaba-ih’

Immolations et du‘a

7

Mosquée ancienne

Conduite des prières

Prières du maghrîb

1.4.4 Les bénédictions individuelles d’avril au talimemt

  • 122 Le Roi n’a qu’un seul frère, Moulay Rachid, l’expression « ses frères » ici renvoie donc à l’ensemb (...)

72Une fois parvenus au taliment, les communiants se placent autour du Ya‘qûbî, les personnalités occupent le siège maçonné en forme d’anneau, ils se sont déchaussés. El-Ya‘qûbî commence par faire une dua assez longue à l’attention de la famille puissante proche du pouvoir et amie de toujours (Sajid). Il conclut : « Que Dieu prolonge les jours de Sa majesté. Que Dieu le protège comme il a protégé le Coran. Lui ainsi que ses fils et ses frères122 ». L’auditoire resté debout accompagne chaque bénédiction. Au bout d’une dizaine de minutes d’interminables bénédictions, les gens de Casablanca lui remettent en souriant de gros billets. Il continue de plus belle sa baraka, il tourne autour de son auditoire, il dispense des formules et reçoit de l’argent, une à deux caméras le filment, ce qui n’est pas sans déplaire à l’ensemble qui apprécie de se faire ainsi filmer en pleine prière. El-Ya‘qûbî fait son geste caractéristique de l’index du ciel vers chaque notable, plusieurs fois. Il tourne au centre du taliment, beaucoup de personnes viennent le toucher, et lui faisant des dons tentent de baiser la main droite qu’il garde serrée contre lui. Il ne cesse de circuler tout en bénissant toutes les personnes nominativement. Il fait une bénédiction assez appuyée pour Hajj Tayyeb. Il insiste sur les fautes des enfants et « espère que tout va s’arranger, qu’ils ne commettront plus de bêtises », sans doute fait-il allusion à l’école coranique du Hajj. Puis, il demande qu’on apporte de l’eau de la citerne, eau réputée bénie parce que conservée en ce point hagiologique de grande intensité. Tandis que l’on sert à boire l’eau des citernes, les pèlerins viennent encore lui remettre des billets. Il prend un enfant contre lui, le soutient le bras sur l’épaule et le bénit. Il s’arrête enfin de tourner pour formuler au groupe, qui s’est pressé autour de lui, une énième bénédiction déclarée non sans emphase :

« Votre foi a ici, dit-il, une valeur qu’elle n’a nulle part ailleurs, Dieu y répond. À tous les hommes qui disent « amîn », Dieu exauce leurs vœux. Que Dieu nous fasse bénéficier de sa baraka. Que Dieu glorifie les saints. Par la baraka du Coran sacré, qu’Il nous accorde sa miséricorde. Gloire à Mohamed Le Sixième. Gloire au dauphin, Moulay Hassan. Que Dieu lui accorde Ses bienfaits ».

73Les notables se lèvent tous ensemble, forment une chaîne de leurs mains et quittent le talimemt. Les gens les suivent, se croisent, se saluent, bains de foule et mouvements, on les suit qui redescendent la ruelle vers la zawya. Le soir-même, ils auront tous quitté Imi n’Tatelt.

  • 123 Où bien sûr les femmes ne sont conviées.

74Tout comme lors des dua-s individuelles de mars, le descendant montre sa position supérieure d’intercesseur entre les deux mondes ; il évoque, dans l’imaginaire local, la place qu’occupaient jadis les thaumaturges de ces régions. On imagine aussi l’excitation qui peut émaner de telles veillées123. La fin du cérémonial se termine dans la zawya, à côté de l’anwal, ce lieu chargé, également réputé pour contenir la baraka du saint. On vient tout oublier, pour partager la chère du saint (le fameux couscous de sel et de son), on boit l’eau sacrée en une ultime ingestion de sacralité, juste avant la prière du maghrîb qui annonce la nuit. Comme de coutume, chacun forme la boule et avale une à deux portions. Ce moment silencieux est accompli en groupe dans une grande sérénité, qui contraste avec le tumulte du début de l’après-midi. Il est réservé aux invités de marque. Autant habituellement, les hommes d’influence ne viennent pas aux bénédictions du talimemt, et le laissent aux petites gens des campagnes, autant ce moment de silence avant la prière qui termine la journée, accueille les notabilités. Toutes les grandes figures locales s’y sont retrouvées après les sacrifices, ont mangé et bu de la chère du saint (eau, couscous de son).

  • 124 Cf. sur ce sujet Ben-Ami I. « Saints juifs marocains en Israël : continuité et changements » in Sai (...)

75Le frère du député casablancais Sajid et ses fils, Hajj Tayyeb, celui qui est de loin considéré par beaucoup comme un saint contemporain124, les représentants dignes héritiers du saint qui ont du pouvoir et un âge mûr, le naqib, quelques représentants de diverses tribus, ceux qui ont reçu des dua-s pour une cause jugée grave, des étrangers venus de loin tout exprès, ceux qui ont fait des dons considérables à la zawya, le moqqadem de la zawya, le caïd de Tata. Tous se sont retrouvés là. Ce moment de distinction est à associer au fait que ces mêmes personnalités étaient aux côtés de l’officiant lorsqu’il faisait son prône, sur l’estrade aux sacrifices, dos au tombeau. Imi n’Tatelt est certes un mûssem de pauvres, mais la poignée de seigneurs qui s’y invite ne se mélange pas aux indigents venus en masse.

1.4.5 Informations pratiques et prodigieuses protections

76Avant de quitter le talimemt, El-Ya‘qûbî qui a le sens pratique, donne généralement à chaque fois, pour terminer ses bénédictions, le programme : « Demain, dit-il, nous allons attendre que le saint vienne, puis nous accomplirons la prière du vendredi, et nous nous retrouverons encore ici ». Ainsi, le maître de cérémonie avant de se retirer donne des « informations pratiques » sur les étapes de ce pèlerinage – il est hajj et s’inspire des façons dont sont conduits les pèlerins avant et pendant le grand pèlerinage à la Mecque et à Médine, au tombeau du Prophète. En même temps, il distille ce qui s’apparente à du surnaturel. La visite du saint est une allusion laconique où l’on ne se sait pas s’il s’agit d’une apparition, pour les plus chanceux, ou simplement d’une évocation de la ziyâra, la visite traditionnelle au saint. L’ambiguïté sied à la situation d’autant que El-Ya‘qûbî, toujours très rapidement, enchaîne :

« Ceux qui veulent faire la ziyâra [au tombeau] demain matin après la prière du vendredi, je leur conseille d’écouter les chants du Prophète (artadkarn) jusqu’à ce que viennent les iguramn, demain, si Dieu Le veut, parce que la visite se fera dans le lieu où sont lus les Hadiths du Messager de Dieu à partir de maintenant jusqu’à demain [vendredi] matin, si Dieu Le veut. Anzur Imi n’Darih’. La visite a lieu devant la porte du mausolée, c’est là qu’habituellement la prière incantatoire se termine. Et nous ferons cela demain matin aussi, si Dieu le veut. Parce que demain matin tous les enfants [du saint] viendront faire la ziyâra, c’est eux qui nous ouvriront les portes du tombeau ».

77Il explique ainsi que toute la nuit va être consacrée à une veillée mystique, que cette veillée sera bénéfique de même que le lendemain. Ce qu’il sous-entend à nouveau, c’est que la concentration de descendants du saint, convie en quelque sorte le saint lui-même – et d’autres saints – pour leur rendre visite sans qu’ils ne s’en rendent compte. Leur présence est donc fortement suscitée, et vu la foule qu’on rencontre à Imi n’Tatelt en plein jour, on peut imaginer la concentration lors des veillées, notamment pour ceux qui dormiront là, n’ayant de gîte nulle part. Il rappelle là le rôle traditionnel d’accueil permanent de la zawya tout en ravivant le souvenir du saint.

Notes

90 El-Ya‘qûbî, avril 2004 dans sa demeure.

91 Nous reprenons la terminologie employée par N. El Alaoui qui fait une synthèse des concepts appliqués à ce type de rituels pour le Maroc. Elle distingue six invariants (destinataire, victime, collectivité, langage, espace, temps) qui forment la charpente de cet « ensemble de règles obligatoires, liées les unes les autres de manière à codifier le système sacrificiel », in Le soleil, la lune et la fiancée végétale (Essai d’Anthropologie des rituels, les Idaw Martini de l’Anti-Atlas), Aix-en-Provence, Edisud, 2001, p. 148-149.

92 La bibliothèque du Saint aurait été dépecée et vendue par petits bouts. On ne sait si cela est vrai ou si cela a été dit pour éliminer tout indiscret. J’ose espérer que, dans la salle aux reliques, des livres, des manuscrits roulés dans des roseaux ou parcheminés, et notamment ce testament, existent encore (on me l’a assuré, mais je n’ai rien pu voir).

93 Voir la traduction intégrale donnée en annexe et la photographie des documents.

94 Pour des commodités de compréhension, nous appelons, dans la suite du texte, a le premier testament, le plus long, (a. Copie établie en 1342 de l’Hégire (1924), d’après une « copie originale » de 1311 [1893]) et b. le second (b. Copie établie en de 1345 Hégire (1927), d’après la copie conforme établie en 1313 Hégire (1896).

95 Testament a, copie établie en 1342 de l’Hégire (1924), d’après une « copie originale » de 1311 [1893]. L’expression très vague qui clôt la liste : « et tous ceux qu’il reste » montre combien le rédacteur du Testament voulut laisser la porte ouverte à d’autres groupes que ceux qui s’étaient déjà ralliés à la Zawya. Il y a toujours cette idée d’agrandir le réseau d’affiliés.

96 Dans Le Kazimiriski, Dictionnaire arabe-français, Paris, 1860, II, p. 1416. Le terme de hri est aujourd’hui fréquemment employé par les Sussis, il peut désigner les entrepôts d’un épicier.

97 Jeudi 27 mars 2003, Jeudi 25 mars 2004, jeudi 24 mars 2005, jeudi 26 mars 2006.

98 Pour ce jour-là, on n’emploie le terme berbère d’imensi dans des familles majoritairement berbérophones, mais le mot arabe acha. Sans doute parce qu’ainsi est rappelé le temps de la prière qui porte le même nom. On donne ainsi, avec un seul mot, la part religieuse et la part profane de ce double moment.

99 Ici, contrairement à d’autres lieux et aux autres sacrifices, la procession n’imite pas le pèlerinage à la Mecque où il convient de faire le tour de la Kaba.

100 « Les enfants font toujours des bêtises » et comme toujours dans ces manifestations, les enfants sont tolérés mais non bienvenus. Quelques pères amènent leur fils avec eux, mais il y a essentiellement sur l’aire de rassemblement des adultes et bien sûr aucune femme. Pourtant, les enfants d’Imi n’Tatelt libérés de l’école à midi, sont venus annexer les meilleures places des remparts pour assister à la cérémonie. Certains se sont fait chasser, les fils de Chorfa ont été rappelés à leur maison, les autres sont restés regarder. Pour la Tayfa n’ibrîl, les enfants sont plus nombreux.

101 Il a très mauvaise réputation : en place dans la banlieue de Casablanca, il y aurait accumulé tant de fautes, qu’il aurait été muté dans le pays…une punition.

102 Fidèle du mûssem, ancien député de Taroudant, M. Sajid s’est engagé à s’occuper de la route qui a par ailleurs été votée au budget des routes à accomplir pour le Souss-Massa-Dra et les Provinces Sahariennes. La famille est l’une des protectrices traditionnelles d’Imi n’Tatelt.

103 On sait que certains werd-s (paternité mystique du Saint) se transmettent par la procédure simplifiée de la main sur le front, à l’exemple du Prophète… Cf. Berque, J. Ulémas, fondateurs, insurgés du Maghreb. 1982, Arles, Actes Sud, 1998, p. 89.

104 Dans un ordre proche des bénédictions individuelles, véritable capital social et culturel, lorsque les héritiers contemporains du Saint de Tazerwalt se rendaient en Europe, et réussissaient à guérir les grands malades par la force des prières collectives et des sermons qu’ils organisaient, ils recevaient alors des sommes très importantes, raconté par Pascon & Tozy, op. cit. 1984, p. 218.

105 « Tu es prêt Ô Seigneur, notre vœu [peut] se réaliser ». « Prières et bénédictions sur le messager de Dieu ».

106 Nous avons pu suivre cela depuis la grille, et puis, la foule s’épaississant, nous avons dû nous résigner à confier la caméra à A. Oultiligh qui nous accompagnait. Tout le monde fut très honoré d’être filmé. Ensuite, nous avons pu écouter toutes ces paroles et voir dans le détail les rapports de l’intercesseur à ses ouailles.

107 Igga ghilligh ghad h’adern arwah n’waliya.

108 Propos de Hajja K., venant d’Agadir chaque année pour assister au mûssem de son lointain aïeul, 2005.

109 Mohamed Oultiligh, ramadan 2003.

110 On ne peut s’empêcher de comparer cet acte « moderniste » à ceux effectués dans maints endroits en vue d’effacer les stygmates de ruralité, signes, à leurs yeux, de misère.

111 Cap. Gaillard, Ibidem, p. 8-9

112 « Un individu, une caravane allant à la foire ont-ils été pillés, maltraités en route ? On saisit parmi les hommes présents au marché, ceux de la tribu coupable de l’agression, on les rend responsables du dommage, et on le leur fait payer sur l’heure. Grâce à cette méthode employée aux trois points [aux trois foires], la sûreté, rare phénomène, règne à trois époques de l’année sur les routes de cette contrée. » de Foucauld Ch., op. cit, 1888 (1985), p. 169.

113 Oultiligh A., octobre 2003, il parle de son enfance, il y a un peu moins de cinquante ans.

114 Dans beaucoup de sociétés, on a eu l’habitude de se prémunir contre le mauvais-œil, ce mal qui nous viendrait d’autrui, notamment de l’envie d’autrui. Lutter contre l’œil de l’Envie ou le mauvais-œil a longtemps été vu comme de la magie, une sorte de façon primitive de s’assurer contre le mal sur soi et sur ceux qui nous sont chers, quelque chose qui serait de l’ordre de la prudence de celui qui a peur de perdre ce qu’il possède (en biens comme en valeurs plus immatérielles). Des dispositifs et des attitudes appropriés sont censés contribuer à le diminuer ou à le prévenir (Ricard P., Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et de l’Espagne, Hachette, 1926, p. 76 ; Naji, S. Art et architectures berbères du Maroc (Vallées présahariennes). Aix-en-Provence, Édisud, 2001, pp. 137-142). On peut considérer que certains objets, certains bijoux, mais aussi certains dispositifs architecturaux possèdent cet « œil-apotropée » qui piège le mal : « Dans l’ensemble du Maghreb, les miroirs sont utilisés comme apotropées ou, plus exactement comme piège captant le mauvais œil : non seulement ils renvoient à leur émetteur le mal que peut contenir le regard, mais encore leur eau absorbe à jamais ce qu’elle reflète... » (Champault D. et Verbrugge A.R., La main, ses figurations au Maghreb et au Levant, Catalogue du Musée de l’Homme-Museum d’Histoire Naturelle, Paris, Musées Nationaux, 1965, p. 9 ; Naji, S. Portes du Sud marocain (Métal et talisman). Aix-en-Provence, Édisud, 2003, pp. 126-149). Ici à Imi n’Tatelt, la proximité du sanctuaire convoque le religieux licite mais aussi les spécialistes d’un religieux illicite dont beaucoup de personnes sont convaincus de l’efficacité, il y a collusion entre certains ésotériques spécialistes des sciences religieuses à des fins de vengeance ou de réparation du mal... Les ‘atar-s sont les intermédiaires providentiels pour se mettre en contact avec ces « spécialistes », quant ils ne le sont pas eux-mêmes. Beaucoup de femmes usent aussi de ces sortilèges pour s’assurer les faveurs perpétuelles d’un mari volage...

115 En fait, tout cela reste très opaque, puisque les marchands paient la descendance et que l’on ne sait exactement ce que reversent les héritiers à la maison-mère.

116 J’en ai totalisé environ 40 sur toute la durée du mûssem.

117 Jeudi 24 avril 2003, jeudi 22 avril 2004, jeudi 21 avril 2005, jeudi 20 avril 2006.

118 Bien sûr, je n’ai pas le droit en tant que femme d’y assister, et il n’est pas question de la filmer ; si on entend les psalmodies résonner à l’extérieur, couvertes en partie par les futuhât-s au tombeau, on ne sait en revanche ce qui s’est dit au prêche. Nos questions ont bien évidemment rencontré de trop vagues réponses.

119 Nous ne croyons pas qu’il faille s’appesantir outre mesure sur cette phase, la cause des Palestiniens, de même que celle des Irakiens, préoccupent les Marocains, mais il ne faut pas y voir d’antisémitisme primaire. Il s’agit surtout de dénoncer une injustice de façon un peu rapide et populiste. D’autant qu’une visite le 30 avril suivant était programmée à Tel Aviv pour une réunion sur le patrimoine avec l’Unesco associant le maire de Casablanca à d’autres personnalités aux fonctions équivalentes. C’est-à-dire que cette information, tombée dans l’oreille du Ya‘qubi – après tout son ami quittait le sol marocain, la semaine suivante – a été réinterprétée ce jour-là pour placer en opposition, la position stricte de la zawya. Il voulait certainement ainsi signifier publiquement à Sajid qu’il ne cautionnait pas. L’incitait-il de la sorte à boycotter son voyage ?

120 Député de Taroudant depuis 1993, il est devenu le Président du Conseil (maire) du Grand Casablanca, le 23 septembre 2003.

121 Le Vcd ou le Dvd qu’on peut voir et/ou écouter coûte 20 dhs (alors que n’importe quelle superproduction piratée vendue sous le manteau dans les villes coûte 8 à 10 dhs) ; les photographies coûtent 7 à 15 dhs (le tirage revient à moins de 3 dhs) ; les photocopies d’articles ou d’arbre généalogique que les gens achètent par valeur sentimentale ou pour en parler entre petits lettrés, coûtent 3 dhs (alors qu’une photocopie revient à 0,50 dhs au plus).

122 Le Roi n’a qu’un seul frère, Moulay Rachid, l’expression « ses frères » ici renvoie donc à l’ensemble des musulmans qu’il chapeaute en tant que Commandeur des croyants. Faire référence au Roi lorsque sont ainsi renouvelés les pactes avec les tribus, est aussi lui faire allégeance (baya) sans ambiguïté.

123 Où bien sûr les femmes ne sont conviées.

124 Cf. sur ce sujet Ben-Ami I. « Saints juifs marocains en Israël : continuité et changements » in Saints et héros du Moyen Orient contemporain, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, 229-245.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540