Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre II. Don et contre-don lors des grands mûssem-s d’Imi n’Tatelt

Pays d’insécurité…

Texte intégral

  • 1 Dattes contre orge, laine contre amandes, objets contre fruits de la terre, etc.
  • 2 Cf. la thèse de doctorat de Ghita Aouad sur ce commerce considéré comme globalement actif jusqu’en (...)
  • 3 Tawf, pl. tayfa, signifie « tour », choses qui se succèdent, le mot désigne un ensemble de mûssem-s

1Pays d’insécurité, pays de la ruralité sans marchés forains réguliers, l’Anti-Atlas oriental avait autrefois besoin de foires annuelles ou saisonnières où pouvaient commercer des régions complémentaires1. On sait que ces foires s’associèrent aux grands rassemblements religieux eux-mêmes intimement liés aux figures régionales de grands saints qui drainèrent jadis des foules considérables. À ces fêtes votives qui, généralement établirent une grande zawya, se fixa rapidement le commerce transsaharien2, de son apogée à l’époque médiévale jusqu’à son épuisement à la fin du XIXe siècle. Avantages spirituels, visites pieuses au tombeau, profits matériels du négoce, sont les moteurs de ces rassemblements qui, à Imi n’Tatelt, ainsi que l’indique le mot de tayfa (« tours3 »), vont se succéder montrant la complémentarité des besoins des pèlerins. On constate aujourd’hui, un affaiblissement de ces rassemblements qui perdurent néanmoins autour d’un besoin de piété.

2Des mûssem-s qui se succèdent au printemps à Imi n’Tatelt, nous avons choisi de présenter les trois principaux qui sont autant de cérémonies différentes ; les autres se résument au pacte de la tighersi, rituel limité à l’immolation suivie d’une dua (bénédiction), au lieu-dit artzqadem daba-ih’, l’emplacement traditionnellement réservé aux sacrifices. Toutes les phases du rituel ont vue sur le tombeau. Le saint accompagne ainsi tous les gestes des sacrifiants. La mise en scène de ce lieu mérite également d’être analysée car il supporte et sert tous ces rituels. Des édicules blanchis chaque année et munis d’escaliers à double-volée permettent d’y accéder d’un côté, et de le quitter de l’autre. Mettant en valeur certaines personnalités, ils permettent notamment au discours d’être entendu partout, même par ceux qui n’assistent pas directement à la cérémonie. L’espace porte considérablement ces rituels au point que le lieu de l’action – comme l’indiquent clairement les noms – renvoie à l’acte.

3L’espace amplifie ce qui se déroule en commun. Il est, du fait des bornes hagiologiques qui enveloppent Imi n’Tatelt, un réceptacle du sacré. Analyser chaque action qui s’y déroule, chacun des discours qui consacrent ces moments, donner à comprendre certaines des représentations que les agents se font de ces rituels, permettent de mettre à jour un certain nombre de catégories du sacré auquel les actes et le verbe ne cessent de renvoyer.

Notes

1 Dattes contre orge, laine contre amandes, objets contre fruits de la terre, etc.

2 Cf. la thèse de doctorat de Ghita Aouad sur ce commerce considéré comme globalement actif jusqu’en 1930 et également « L’esclavage tardif au Maroc sous le Protectorat », Revue Maroc-Europe, 1991, n°1, 135-145 ; « Les réseaux marocains en Afrique sub-saharienne à l’époque coloniale. Les Tekna de l’Oued Noun (1880-1930) », Revue Maroc-Europe, n°4, 1993, pp. 93-114.

3 Tawf, pl. tayfa, signifie « tour », choses qui se succèdent, le mot désigne un ensemble de mûssem-s.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540