Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre I. La maison d’Imi n’Tatelt

2. Sîdî Mhammd Û Ya‘qûb

Texte intégral

  • 27 Pour autant, on ne parle pas à Imi n’Tatelt, de filiation « par le sang ou par le cœur ». Les noms (...)

1Maintenant que le lieu est identifié, revenons à la figure du fondateur. Qui était donc ce saint qui façonna une enclave d’abondance en plein désert ? Et comment une telle succession put-elle se perpétuer jusqu’à nous ? Le gardien des lieux qui fait visiter la zawya, explique, dès la première visite, qu’il a été choisi par son appartenance à un clan ami au saint ; pour autant, souligne-t-il, sans faire partie de la famille, il « sert le saint ». Ceci met en valeur une idée développée par Sîdî Mhammd Û Ya‘qûb si l’on en croit son Testament qui le formule curieusement sous la forme d’une homélie. Le saint a été prudent quant à sa descendance et l’a ouverte à d’autres personnes que celles issues strictement de son sang27. Il aurait également choisi de donner des charges à ses gendres et à certains affiliés que la descendance continue d’honorer ce qui n’est pas sans conséquences sur la durée, notamment sur le nombre d’usagers et les intrications complexes entre eux.

2.1. Qui était le saint ?

2.1.1 Les sources

2Curieusement, peu de travaux font référence à un lieu aussi riche matériellement et socialement. Pour autant, nous pouvons classer les sources en sources occidentales d’une part – les Archives Diplomatiques de Nantes ont été précieuses au départ pour aiguiller cette recherche – et sources en langue arabe d’autre part. Nous avons cependant ici privilégié les sources locales de première main.

Les sources occidentales

  • 28 Lorsqu’il traverse cette région peu sûre, Ch. de Foucauld donne, comme à son habitude, la topograph (...)

3Pour les sources occidentales, nous avons peu d’éléments. Peu de récits de voyage mentionnent notre saint. Si Charles de Foucauld, déguisé en israélite, prit bien soin, sans escorte, d’éviter les villages, de l’étape dangereuse Mogador-Tissint, il ne soupçonna même pas l’importance de la zawya, alors qu’il décrivit précisément celles de Tissint et de Mghimima (où il rencontra la descendance des saints). Il ne souffla mot sur Imi n’Tatelt dont, par ailleurs, il orthographia mal le nom28 alors qu’il choisit de passer la nuit à Illigh située à peine à quelques kilomètres. Nous avons plus de chance, en revanche avec le Marquis de Ségonzac qui, passa une nuit dans un campement au-dessus du village puis qui visita le sanctuaire. Il prit plusieurs photographies : les vues montrent qu’en-dehors du quartier de Derwano, la structure du village n’a pas beaucoup changée et ne s’est pas vraiment agrandie (Izder n’apparaît pas).

  • 29 Cap. Gaillard. Deux oasis du Bani, Tata et Tissint. Sanctuaires et marabouts, vie religieuse, 1949, (...)
  • 30 Nous n’avons pu obtenir auprès des autorités le « pendant » aux tableaux de 1947 portant sur les of (...)

4La monographie des Affaires Indigènes établie par le Capitaine Gaillard en 194729 est par contre plus prolixe : elle donne, en une dizaine de pages denses, une synthèse complète du Haut personnage et de sa zawya. Le plus intéressant de cette étude sont les tableaux faisant état des possessions de la zawya à la colonisation, et la teneur exacte des offrandes30. Aujourd’hui, il est devenu très difficile de savoir qui possède quoi et de connaître les revenus de la zawya ou de la descendance, ce document permet d’avoir une idée des jouissances de la zawya il y a un demi-siècle. Cependant curieusement, le militaire n’a pas observé certaines distinctions sociales et lignagères. Il ne fait pas état des familles autres que celles détenant le pouvoir ; de même, il néglige de s’intéresser à la place des Noirs à Imi n’Tatelt. Les données anthropologiques manquent.

  • 31 La situation des Noirs a, par contre, fait l’objet d’observations mais dans une étagé globale écrit (...)

5Quant aux travaux plus récents31, ils semblent malheureusement très superficiels avec le handicap – de taille à Imi n’Tatelt – d’être réalisés par des non-Musulmans (de surcroît non arabophones ni berbérophones) interdits d’accès dans de nombreux lieux. Imi n’Tatelt est l’un des rares lieux où la suspicion est telle qu’il est difficile d’accéder à des choses si simples ailleurs.

Les sources arabes

6Pour les sources arabes, en revanche, nous avons consulté sur place trois sources manuscrites, (ainsi que deux arbres généalogiques identiques), nous les analysons ci-après, en regard des mûssem-s ; leur traduction est donnée en annexe :

7- 1. Shajara (Arbre généalogique) wa Waçiyya siriya (et testament mystique de) Sîdî Abû Abdellah Mhammed Û Ya‘qûb, Imi n’Tatelt, d’après la copie conforme datée de 1191 Hégire (1777), prétendant reproduire mot pour mot l’acte rédigé en 962 (1555) à la mort du saint, d’après la copie conforme établie en 1313 Hégire (1896), copie conforme datée de 1345 Hégire (1927), 104x36 (recto), rouleau manuscrit conservé dans un étui en aluminium, fonds privé.

8- 2. Waçiyya (testament mystique de) Sîdî Abû Abdellah Mhammed Ben Ya‘qûb, Imi n’Tatelt, d’après la copie conforme datée de Chawwâl 1311 Hégire (1894), prétendant reproduire mot pour mot l’acte rédigé en 962 (1555) à la mort du saint, copie conforme datée de 1342 Hégire (1924), 42x23 (recto-verso), photocopie d’après un manuscrit (perdu ?), fonds privé.

9- 3. Shajara as-Sheykh Al Qutb arabânni Sîdî Mhammed Ben Ya’qûb, al Idrissi fum Tatalt, 40,5x20 (recto), photocopie d’un manuscrit roulé, fonds privé.

10Par ailleurs, trois sources hagiographiques publiées en arabe font directement référence au saint : Al-fawwayîd al-jamma bi-isnâd ulûm wa ulâma, dont l’auteur, le fameux Cadi de Taroudant, Abû Zayd (Abd Er Rahmân ben Muhammed At-Tamanârtî), traduit en partie par L. Justinard, donne quelques récits brefs des miracles ou paroles du saint ; les textes se reportant aux premiers oulémas du Souss, rédigés par l’imam Al-Hudayqî, par le Fqîh Al-Ba‘qili, ils sont rapportés notamment dans l’immense El-Ma‘sûl de Mokhtar Es-Soussi, cette véritable encyclopédie qui inventorie tous les saints du Souss et dans son Sûs‘alîma (Le Souss savant).

  • 32 Les Renseignements coloniaux notent son passage à plusieurs reprises d’une zawya à une autre dans l (...)

11Sur place, on prétend se souvenir de la visite de Mokhtâr Es-Sûsî dans les années quarante32 à la zawya. Le chroniqueur contemporain mort en 1963, historien du Souss, y serait resté quelques jours. Il ne consulta néanmoins pas la bibliothèque qui comptait alors « des livres de très grande valeur » (1956-60 : 67) et s’entretint avec les foqaha-s. On sait que le brillant savant a passé les trois-quarts de son existence à consulter toutes les bibliothèques du Souss, qu’il a compulsé un nombre considérable de recueils dans de nombreux fonds privés ou de fonds attachés à des mosquées, et qu’il a recopié ou synthétisé de précieux manuscrits difficiles aujourd’hui à retrouver ou à consulter. Il retranscrit volontiers dans ses écrits ses échanges avec des érudits locaux.

  • 33 Es-Soussi M., El-masûl, (en arabe), Casablanca, 1956-1960, volume 16, « Quatrième partie : Les plu (...)

12Il a consacré cinquante pages au « grand mystique » (sufî kabîr wa çahîb shufûf : 49), Mohamed Ben Ya‘qûb dans Le Ma‘sûl33 cet « homme de grande valeur, l’un des meilleurs de son temps, qui suivit la voie droite toute sa vie au Xe siècle [de l’Hégire] » (1956-60 : 49). Il y reprend toute l’hagiographie du saint, celle qu’on a entendue à Imi n’Tatelt avec son aspect légendaire, mais tronquée, comme aseptisée ; il y compile ce que disent les hagiographes précédents (Le Tamanarti notamment qui ouvre son texte avec le miracle de l’eau), les petites sentences qu’il prononça, et quelques historiettes. Son exposé est fourmillant, même s’il a suivi un plan clair, tout semble donné au fil des conversations et des lectures qu’il accumule sur place, il mêle des récits hagiographiques classiques (« Les Paroles de Sidi Ahmed Rukni » : 51-53), à l’histoire de chaque descendant auxquels parfois il donne la parole. Il mêle des extraits d’une correspondance (Rissalat-s) entre certains oulemas de la descendance à une poésie hagiographique, les poèmes laudatifs repris pour leur arabe classique orné sont donnés in extenso complétant l’histoire d’un saint qui, visiblement, l’a fasciné. Les postures du saint anachorète abîmé dans ses prières au début de sa vie, un saint médium qui sait voir au-delà des paroles, un saint qui aime les oiseaux et les animaux, un saint qui vole dans le ciel pour sauver une femme nue des griffes d’un démon (Ibid : 58), un saint qui habite une région environné de sacré (mention de Sidna Danyel, le prophète anté-islamique de Tagmut n’Ya‘qûb) et qui implante des mosquées un peu partout (Duzru, Tagmut, Us‘aun, …) tout en veillant au bien d’une contrée qu’il ne cesse de parcourir en tout sens. Un saint rural certes mais pétri de science islamique et de sentences classiques dans la veine jazoulienne. Cette accumulation de personnes référentes sur lesquelles il s’appuie montre l’importance d’un saint qui fut et est encore, au sortir de la colonisation, plus qu’une simple figure régionale.

13Il parle du Testament mystique mais n’en donne qu’un court commentaire où ce qui l’intéresse concerne la branche idrisside du saint et non le fonctionnement de la zawya, ses possessions ou l’authenticité de ce texte (trois questions qui nous ont habitées). Par contre, la généalogie des descendants du saint qu’il donne est très précieuse (1956-60 : 65-75) puisqu’il explique les noms des enfants et petits-enfants, les surnoms des lignages et l’œuvre de chaque génération à partir des quatre souches de l’aïeul ; cette lecture permet donc, notamment, de comprendre les liens matrimoniaux et l’importance contemporaine du clan U‘zîz.

14L’apport de Mokhtâr Es-Sûsî dans l’hagiographie actuelle du saint est indéniable, ayant produit une synthèse de tout ce qui se disait ou se savait sur le saint à un moment où la frontière entre le merveilleux et le probable commençait à être mise en défaut par une orthodoxie desséchante, il reste la référence contemporaine vers laquelle tous ceux qui veulent se documenter sur le saint se tournent, parce qu’elle est publiée, sûre et facilement accessible. Mais en connaissant le texte sans connaître les lieux, ni les protagonistes de la descendance, on n’en garde qu’une vision très superficielle presque simpliste qui ne permet pas de comprendre ce qui se joue aujourd’hui dans les cérémonies religieuses annuelles d’Imi n’Tatelt.

2.1.2 Synthèse

  • 34 Voir infra p. 12, « la séparation des amis ». Mokhtar Es-Soûsî en évoque cinq, Sîdî Aderahmân Ben (...)

15Ces sources permettent de dresser un historique probant du saint et de sa zawya. Fondée vers 800 de l’Hégire par le Chérif Idrisside Sîdî Abû Abdellah Mhammd U Ya‘qûb Es-Sanhajjî Es-Sektani, le saint est un thaumaturge venu d’Orient et installé au Maghreb sous le règne du Sultan Moulay Idriss Premier. Contemporain et ami du très grand « Sheykh parfait, Pôle (qotb) de son temps », Sîdî Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt (mort en 1563) – dont il fit son successeur dans son testament mystique – il fut également le contemporain de Sîdî Mohamed Es-Sheykh du Tamanart et de Sîdî Mohamed U Wissa‘den d’Awirst, ses fameux « compagnons » (al-h’bab34) dont la tradition en a fait de grands saints. Sîdî Mhammd U Ya‘qûb est décédé en 962 de l’Hégire (1555). Une thèse passablement admise fait de lui le propagateur de l’islam dans l’Anti-Atlas oriental. Cette propagation se serait faite par charisme : sa notoriété se répand peu à peu sans aucun affrontement ; sa descendance reprend le flambeau en poursuivant l’œuvre de l’aïeul et se propage par la création de nombreuses filiales qui essaiment dans toute la région et au-delà.

16Ces sources arabes sont très clairement hagiographiques, elles donnent donc à connaître beaucoup des prodiges du saint, sans que nous ne sachions très bien si c’est la tradition qui nourrit les textes, ou les hagiographies qui nourrissent la légende. La biographie « exacte » du saint est souvent éludée. Aussi allons-nous revenir sur ce qui nous a été donné d’entendre – mais parfois de façon moins diaprée, seuls les vieillards savent rendre compte de la figure de l’aïeul en touchant l’auditoire par les images de ses prodiges – et nous en tenir à ce qui se dit sur le saint à Imi n’Tatelt sans nous intéresser davantage à la vie « réelle » du saint. Répétons que nous nous attachons, pour ce travail, uniquement à ce qu’il nous a été donné d’entendre ou d’observer, aujourd’hui sur place.

2.1.3 Le fonds légendaire du saint

  • 35 Un sentiment de gratitude immense va à Ahmed Oultiligh d’Imi n’Tatelt qui n’a pas ménagé ses effort (...)

17Un récit premier du saint nous a été raconté au cours d’une soirée de Ramadan 2003, par notre hôte, feu Mohamed Oultiligh35. Il était l’un des doyens les plus âgés, et avait un certain pouvoir puisqu’il appartenait à la famille qui a la direction de la Zawya. Ce récit, en berbère, a été dit d’une traite, dans l’ordre de cette transcription :

« La Zawya est la plus ancienne de la région, elle a cinq cent cinquante ans exactement ! Notre grand-père a vécu plus de cent-vingt ans. Son père, Ya‘qûb est venu de l’Inde. Il a fait plusieurs miracles (mu‘ajiza). Il n’y avait pas d’eau à Imi n’Tatelt quand il est venu, la source, c’est lui qui l’a trouvée. La région était sèche comme une pierre, il lui a donné sa verdure.

« Il passait tout son temps à prier et enseignait n’importe où, dans le désert (khla), dans les montagnes, il connaissait toutes les langues, celles des humains, des jenn-s (génies), celle des animaux. Il a vécu dans une grotte pendant sept ans, il priait. Il priait. La grotte s’ouvrait et se refermait pour le laisser passer.

« Un jour qu’il était à Arkun [village voisin], on lui dit [comme à tous les autres bergers du lieu] : ‘C’est ton tour de garder notre troupeau, aujourd’hui nous te le confions’. Ce jour-là c’était ‘Id Lkbir, il voulait rester prier toute la journée dans la mosquée, alors il a appelé un chacal (dib) et lui a demandé de garder le troupeau à sa place. Et lorsque le troupeau est rentré le soir, avec le chacal, il était intact. Mhammd U Ya‘qûb lui a donné sa chèvre pour le remercier de son service, puis il a quitté Arkun.

  • 36 Sîdî Abdellah U M’bark d’Aqqa est le premier Saint du jazoulisme en terre méridionale. En faisant (...)

« Il s’est installé dans notre première mosquée, celle du bas d’Imi n’Tatelt où il a commencé à enseigner. Il n’y avait pas de mosquée alors c’est lui qui l’a construite. Ensuite il est allé à la Zawya de Sîdî Abdellah U M’bark36, il a reçu sa baraka là-bas. Pour faire le couscous comme tous les vendredis, il a demandé à Mhammd U Ya‘qûb de préparer le combustible : « – J’ai allumé le feu » il lui a dit. « – Si tu as allumé le feu, alors entre à l’intérieur ! ». Mhammd U Ya‘qûb a pénétré à l’intérieur et n’a rien senti, ni les braises, ni les flammes ne l’ont touché. Au contraire, il a eu froid !

« Et quant il est revenu, il a construit la zawya pour les nécessiteux, les voyageurs et les étudiants. 

« Il y a toujours eu la paix dans notre région en dehors de rares incursions des Ayt Hamu, [c’étaient de] grands voleurs, qui venaient attaquer régulièrement. La zawya était sacrée, elle était protégée par Dieu, rien ne pouvait l’atteindre. Non, elle n’était pas fortifiée, elle n’avait pas de murs. Elle n’avait pas besoin [d’être fortifiée], elle était protégée… »

18Ce récit mettait en joie l’orateur, descendant de la souche du Chérif. Evoquer le saint est quelque chose d’agréable, bienfaisant pour lui comme pour son auditoire. Le second récit qui questionne la mémoire locale a été donné, le surlendemain, par Abdellah Oultiligh, le neveu du doyen, qui habite la même demeure. Il résume les éléments dans leurs grandes lignes sans s’attarder sur le merveilleux, et ne sait visiblement transmettre la légende dorée de son aïeul.

2.1.4 Exégèse de la légende de Mhammd U Ya‘qûb

19Si on analyse ce récit qui évoque également des lions nombreux, les siens et ceux des autres saints, ses compagnons du Tamanart et du Tazerwalt, on retrouve toutes les caractéristiques du saint maghrébin. Le saint est un ermite, qui se tient loin des distractions terrestres, il s’abîme en prières toute la journée et toute la nuit. Il connaît tous les langages et est un grand savant. Il sait parler aux animaux et se faire obéir d’eux, cela parce qu’il est juste. Signe d’une communion mystique avec la nature, le saint a le respect universel de la vie, il aime les animaux, et, comme le Prophète, sait se faire comprendre d’eux. Le saint commande aussi les génies, ils lui construisent son sanctuaire. Le saint a la capacité de rendre la terre favorable, du désert, il fait naître les sources ; du peu, il tire l’abondance. Il installe un moulin qui fonctionne seul et qui ne s’arrête jamais ; la farine, parvient sans effort à la zawya, prête à être pétrie. L’eau ne sort que par « petits jets », il fait pleuvoir. Tous ces prodiges apportent les bienfaits aux hommes et font connaître le grand saint partout. Ses autres pouvoirs le rendent insensibles aux atteintes de ce bas-monde, le feu ne le touche pas. Il aime à rencontrer d’autres saints comme lui et à tirer, après avoir été éprouvé par ses pairs, les enseignements ou partager avec eux les extases. Le thaumaturge doté de grands pouvoirs, surnaturels de surcroît, craint et aimé à la fois, apparaît dans les témoignages, comme un intermédiaire légitime entre Dieu et les hommes, un intercesseur qui a fait ses preuves, et auquel on peut donc accorder sa confiance.

20Lorsque le premier village néglige la fête du mouton, il les quitte. Négliger une fête aussi importante est un sacrilège. Dans le paysage de ce village, on raconte les mêmes faits, en s’excusant : le récit ne met-il pas en évidence que ceux d’Arkun étaient sans doute de piètres musulmans – voire ne l’étaient pas – et que le saint, de guerre lasse, préfère les quitter et s’installer ailleurs pour y fonder une mosquée, puis une zawya prospère. Une faute pèse donc sur ceux qui ne surent, la première fois, reconnaître en lui un grand saint, tandis qu’a contrario, le mérite des voisins d’Imi n’Tatelt éclate : ils apprécient leur saint à sa juste valeur, le saint le leur rend et dispense sa baraka jusqu’à aujourd’hui.

21Le récit, enfin, nous dévoile les étapes nécessaires à Mhammd U Ya‘qûb pour atteindre un statut de saint, la mortification, la prière, l’extase : pour suivre le chemin de Dieu. Il nous montre qu’ensuite le saint est éprouvé par d’autres et qu’ayant accompli un certain nombre de preuves, il accède à un statut supérieur.

22Enfin, le récit place la généalogie de la famille. On dit, à Imi n’Tatelt, que le saint n’étant pas porté sur les plaisirs de la chair, ne consentit à se marier que sur le tard (soixante-dix ans), ayant vécu très longtemps (cent-vingt ans !). Il se serait marié à deux reprises car son premier mariage ne lui assura pas de descendance. On lui connaît donc deux femmes identifiées par leur appartenance locale (géographique et non agnatique).

2.1.5 La légende consacrée aujourd’hui par les contemporains

23On peut opposer à ce récit chatoyant, la légende diffusée actuellement par des hommes plus jeunes que le premier orateur et plus sensibles aux critiques des salafistes sur les récits usant par trop du merveilleux. La légende consacrée, lisse, qui ne peut blesser aucune oreille et que nous allons maintenant présenter a été donnée par un homme plein de morgue, au léger accent fassi des Chorfa (il ne parvient à rouler les « r » dans un souci de distinction) et dans un arabe dialectal et un berbère assez rustre, émaillés de tournures coraniques, venant comme des automatismes de clerc, malgré le maintien de berbérismes. Un descendant du saint très conscient de son pouvoir auquel il faut toujours glisser des billets, une « çadaqa en échange d’un peu de son savoir ». Il est extrêmement intéressant de comparer ce texte au précédent :

  • 37 Le récit est donné par celui qui, aujourd’hui fait des bénédictions au moment des mûssem-s, lorsqu’ (...)

« Notre saint fut le plus fameux saint de son temps. Il a vécu avec les oulémas, il a répandu sa baraka, il enseignait le Coran et les sciences de l’islam et Dieu lui avait donné, dans sa grande miséricorde, le privilège de vivre plus de cent-vingt ans. De ces cent vingt années, tout est passé de la main de Dieu au walî ullâh el çalîh Mhammd U Ya‘qûb. En ce temps-là, tous ceux qui entendaient parler de lui, de sa baraka, le craignaient infiniment. Il y avait aussi ses enfants, il y avait la peur, et Dieu (et Sa grâce) était à ses côtés pour l’aider. Et dans la crainte du Tout Puissant, les tribus venaient, venaient, venaient de partout, implorer (tulbû) la baraka ; il faisait des bénédictions37 (dua), Dieu l’aidait. La mosquée a été construite, et une école à côté de la mosquée, et tout au long de son règne où qu’il aille dans la montagne, dans le désert, dans la forêt, il priait jour et nuit, il construisait des mosquées aux gens qu’il visitait, même une petite mosquée en pierre, il mettait le mih’rab, il disait ce qu’il fallait, et il restait le temps qu’il fallait, une semaine, dix jours, dix ans s’il le fallait, ah combien de pays il a traversés pour enseigner ! 

« Jusqu’au jour où il s’est installé ici. Les gens venaient, venaient, ils se souvenaient de ce qu’il avait fait pour eux, et par reconnaissance, ils revenaient : ‘‘C’est toi notre saint qui nous a fait grandir ! ’’, et lui il répondait ‘‘Je suis tout petit moi, sans puissance (saghîr wa da‘îf), je ne peux vous aider’’. Et ils revenaient encore. Jusqu’au jour où les 366 saints lui ont apporté leurs serments (‘ahd), chacun de ses saints lui a donné une nuit, et pendant un an, tous ces saints qui se succédèrent veillèrent sur la zawya. Des jenn-s aussi étaient là et s’occupaient de tout ce qu’il fallait, les routes, la nourriture, nettoyer, tout. Ils l’imploraient pour le servir. Tout le monde voulait le servir, tous les êtres façonnés par Dieu (et Sa grâce), les peureux, les courageux, tout le monde travaillait pour lui, il n’y avait que sa baraka fameuse, ces hommes étaient prêts pour l’aider jusqu’au Jugement dernier ! ».

24Comme dans de nombreuses localités du Maghreb, l’histoire commence avec l’islam, c’est-à-dire avec le saint. Nous comprenons que le saint a apporté la parole sainte, a vécu une vie édifiante, un peu partout pour finalement choisir, sur le tard, de se fixer à Imi n’Tatelt. La dette envers lui est donc immense : il a introduit la religion, a sorti les hommes du péché et de leur ignorance, il a surtout construit des lieux saints. Dans certaines localités du Tlit et chez les Idaw Kensus comme les Idaw Nadif, tout le monde explique que c’est Ben Ya‘qûb qui a construit la mosquée de nombreux villages. Tous les lieux saints d’Imi n’Tatelt rappelle pareillement cette dette envers lui. Cette mémoire fondatrice qui s’imprime dans le bâti, socle le lieu dans l’hagiographie du saint et lui confère sa qualité de « lieu de mémoire » (P. Nora). Comme tous les lieux saints similaires, la mosquée se veut l’expression matérielle d’une origine. Et à Imi n’Tatelt, tous les lieux apparaissent comme l’expression matérielle de l’organisation topographique du lieu par le saint. Avant lui, il n’y avait rien, après lui, une zawya prospère, née de la main de génies, trois mosquées, et des réjouissances nombreuses à dates fixes, sont survenues. Par l’eau, il peut façonner la région, par l’eau la rendre habitable, par l’eau, il l’a faite sainte.

25Ce récit docte s’ouvre, malgré lui, au fabuleux. Il explique notamment le ralliement des tribus au saint, et l’afflux d’une clientèle croissante est évoqué. Il les a, jadis, aidés, explique-t-il ainsi et aujourd’hui, ils se souviennent : « ils savent que ce qu’il a pu jadis, il le peut aujourd’hui encore ! ». Le moteur de sa sainteté est dévoilé :

« D’où que tu viennes, tu percevais son infinie baraka. Alors les tribus venaient, lui donnaient une mesure d’orge ou de dattes, il disait, notre grand saint de Dieu, il disait ‘‘Mais c’est trop !’’ alors, ensuite, ils s’entendaient sur un don convenable. Lui, il ne voulait rien, mais les tribus donnaient, elles lui demandaient d’accepter, lui il disait une mesure (‘abra) suffit mais eux voulaient en donner dix (gherara), et lui il disait ‘‘Ne me donnez que le 40ème !’’. Mais les tribus savaient tout ce qu’il avait fait, le nombre de mosquées qu’il avait édifiées, le nombre d’écoles, les filiales de sa zawya. Et elles voulaient le remercier convenablement. Et nous, aujourd’hui, nous devons continuer à bien recevoir, nous vendons l’orge pour faire honneur à nos invités, les ouvriers nous les payons en nature comme depuis toujours, tous ces camions que tu as vus, ils viennent apporter l’huile d’olive, les grains, le maïs, les fèves, les fruits secs, les légumes secs, l’argan, tout ! Tout cela pour rendre hommage à notre aïeul. »

26Nous avons ainsi deux récits, qui s’opposent à première vue, mais qui au fond, disent la même chose, l’un est un récit fabuleux, l’autre, un récit aseptisé. Chacun appartient à une vision du monde particulière, incarnée par une génération différente. Chacun se sert de son capital symbolique pour glorifier l’image du saint, l’actualiser, la rendre recevable. T. Yacine a décrit le phénomène du réformisme que subissaient les marabouts algériens depuis la colonisation ; elle a montré comment ils n’avaient cessé, pour survivre, « d’imaginer de nouvelles insertions dans le corps social » (1988 : 54) et surtout comment aujourd’hui, ils se trouvaient concurrencés voire dépassés par les réformistes de volonté. Nous verrons en détail la stratégie que ceux d’Imi n’Tatelt emploient pour résister aux forces du renouveau (tajdid) dont nous avons parlées dans le chapitre précédent. Les Chorfa d’Imi n’Tatelt se méfient des fondamentalistes qui les remettent en question, mais ils savent aussi utiliser certains de leurs énoncés. Leur pouvoir est là, fragile, et pourtant ces gardiens du temple sont attentifs à leur place, ils agissent en conservateurs et caressent tout ce qui peut conforter leur position. Nous les voyons, tour à tour, courtiser leurs visiteurs fortunés, entretenir tout un réseau de relations, se mettre au diapason des discours flattant leur charge ; ou, au contraire, fuir tout ce qui pourrait les mettre en défaut. Chez eux, ils se montrent puissants, forts, travaillent à montrer une certaine austérité, éliminent – lorsqu’ils s’adressent aux musulmans qui ne sont pas de chez eux – tout ce qui peut porter à caution, tout ce qui peut les blâmer ; leur discours, en revanche, s’atténue lorsqu’ils s’adressent aux montagnards, en aparté, le fabuleux resurgit, transformé en morale ou en menace à peine voilée.

27Nous allons étudier à présent le rôle politique que la zawya a pu jouer par le passé. Tout ceci place les discours entendus dans leur cadre et explique nombre de phénomènes observés sur place.

2.2. Héritage religieux, social et politique de la zawya d’Imi n’Tatelt

28Les zawya-s du Sud, placées sur des routes caravanières et sur les franges sahariennes que parcouraient les grands nomades guerriers du passé, ont assuré par le passé un rôle de protection et de médiation, rôle qui était lié à leur doctrine et à l’importance croissante de l’islam en ces régions. Les offrandes des tribus affiliées ont permis cet épanouissement de l’institution sur le long terme, la formation de nombreux tolba-s et, par conséquent, le sûr rayonnement de la zawya dans le pays méridional tout entier. Pour comprendre la spécificité de la zawya créée par Mhammd U Ya‘qûb, il faut revenir presque cinq siècles en arrière et replacer sa création dans le contexte d’une époque historique glorieuse.

2.2.1 La Zawya, institution saadienne

  • 38 Les Saints Wissaden d’Aqqa s’emparent de Fès en 1554. Le Sud, et notamment Aqqa, leur base ne fait (...)

29Les premières zawya-s fondées dans le Sud marocain succèdent aux anciens ribât-s. Elles sont des filiales de celles du « grand saint aux 12 665 disciples » (Ibn ‘Askar), le Mystique El Jazûlî formé à Marrakech, né chez les Idaw Semlal de l’Anti-Atlas et mort en 1465 chez les Ih’ahen. Les premières à s’implanter, celles de Bû Rûmân, Aqqa, Assa et Massa (XVe-XVe siècles), vont devenir les modèles des grands saints méridionaux et servir un développement religieux sans précédent. « À cette époque, une zawya est à la fois un sanctuaire où s’accomplit un culte, un prétoire où se vident les différends, une école où l’on enseigne les rudiments de science coranique, une hôtellerie où les pauvres, les voyageurs peuvent se faire héberger sans que rien ne leur soit demandé, et un asile inviolable pour les opprimés » (Jacques-Meunié 1982 : 427). C’est à l’un des fils du premier saint (aguram) d’Aqqa, chef de guerre dans le Souss, que l’on doit la fondation de la dynastie des Saadiens38. Souvenons-nous que la légende place Sîdî Mhammd U Ya‘qûb comme le disciple de ce premier grand saint.

  • 39 Le premier et le plus réputé est Sîdî Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt (Anti-Atlas occidental) devant Sîdî (...)

30Les Maîtres spirituels dans l’Anti-Atlas ou Shyûkh-s sont des saints dotés de la baraka. S’ils ne possèdent aucun pouvoir temporel, ils ont une grande influence religieuse sur les populations. Au XVIe siècle, les cinq principaux saints sont connus ; chacun a son aire d’influence39. Parmi eux, Sîdî Mhammed U Ya‘qûb qui fonde sa zawya en un pays stérile, sans grain ni eau, juste avec l’aide du Tout-Puissant. On connaît sa réputation de pouvoir nourrir tout le monde et, si l’eau venait à manquer, il faisait pleuvoir. La zawya d’Imi n’Tatelt est ainsi considérée comme la première « fondation pieuse attirant la foule des pèlerins, les accueillant, leur donnant à boire et à manger, aussi nombreux soient-ils. C’est là un aspect à la fois social et religieux – miraculeux aussi – que les zaouïas conserveront jusqu’à nos jours » (Jacques-Meunié 1982 : 481). Quelle fut la doctrine de ce saint ?

2.2.2 Orthopraxie du saint

  • 40 Il est extrêmement important de noter que ce Saint n’est pas un soufi et ne propose aucune tariqa p (...)

31Comme le disent les hagiographes du saint, celui-ci fut constamment occupé à établir la religion révélée et à éteindre les hérésies qui sévissaient alors (Cf. l’épisode du chacal le jour sacré de ‘Id Kbir). Le rôle d’un fondateur d’un ordre est celui d’un véritable missionnaire, nous l’avons vu, qui parcourt sans relâche la région incitant, passivement par l’exemple, puis, activement, par la parole, les populations à embrasser la « vraie » foi. Son rôle fut donc, dans une orthopraxie40 toute de rigueur, de veiller à ce que chaque musulman ou chaque converti, règle les actes de sa vie sur la Sunna, la tradition laissée par le Prophète. C’est ce que disent parfaitement aussi les nouveaux récits des origines de ce saint et les prêches des mûssem-s que l’on entend chaque année à Imi n’Tatelt ; de même que les sermons qui y sont prononcés lors des Nuits du destin, à chaque ramadan. La doctrine du saint est alors réactivée, par l’attitude de sa descendance et par les propos, il est sans-cesse rappelé son rôle : combattre toutes les hérésies pour édifier un « islam véritable » lavé des anciennes coutumes. Le rigorisme observé, l’orthodoxie étroite, l’orthopraxie prêchée à Imi n’Tatelt, l’attitude que sont tenues d’observer leurs femmes, sont, à cet égard, très révélateurs.

2.2.3 Le rôle et le rayonnement de la zawya autrefois

32Mais pour établir leur rôle, les premiers descendants du saint forment une véritable école de missionnaires qui essaiment partout, « de proche en proche ». Elles vont propager la « vraie foi », établir la renommée du saint et s’installer. Comme l’a écrit G. Spillmann à propos de la Zawya Naciria de Tamggrout, la « prolificité » des enfants de saints va peupler le pays de leur progéniture, c’est le système bien connu des zawya-s, qui parties de l’ascèse d’un homme deviennent aussi des œuvres caritatives, sinon rentables du moins capitalisatrices, gérées par un groupe :

  • 41 « La zaouïa de Tamgroute et les Naciriyines » in Renseignements coloniaux de l’Afrique française, n (...)

« Partout les enfants et les petits-enfants du saint fondent des zaouïas qui, de proche en proche, gagnent les populations aux doctrines orthodoxes. D’ailleurs, la nécessité stimule leur zèle car ils ne pourraient rester tous à la zaouïa mère où ils végéteraient et ne tarderaient pas à s’entre-déchirer. Aussi vont-ils au loin tenter leur chance, se tailler un fief personnel. Les intérêts de la religion sont étroitement liés aux leurs et cette association du spirituel avec le matériel se révèle profitable aux deux » 41.

33La zawya instruit dit-on, du moins impose-t-elle un niveau d’instruction ou d’islamisation de régions qui l’étaient très partiellement au XVIe siècle ; en même temps, lieu d’échanges, elle est aussi un centre d’actions charitables. Car le rôle social le plus important est, sans conteste, d’aider lors des crises ou des famines. Si elle offre le gîte et le couvert aux voyageurs et aux fugitifs, elle héberge, comme le rappelle bien la descendance, les nécessiteux, mais aussi des affiliés qui soudain subissent une crise de subsistance (Rosenberger & Triki 1973-74 ; Hammoudi 1980). Elle peut aussi prêter main-forte à un affilié, diplomatiquement comme matériellement, aider le groupe ami qui serait frappé d’un grand malheur. Les descendants du saint surent user de leur prestige religieux pour favoriser les alliances. Ils pouvaient également utiliser leur bien s’il fallait négocier une trêve ou acheter la paix. Ils avaient vocation de protéger le faible et l’opprimé, de s’élever contre les abus de pouvoir en tâchant de trouver par la diplomatie, les moyens financiers et l’appui moral d’un autre protecteur (autre zawya, seigneur ou Makhzen), une issue à un ordre incertain. Il est évident que cette pratique sur un long terme a favorisé les intérêts de la zawya. Lorsqu’elle parvient à ce « jeu d’équilibriste » (Spillmann : 215), la zawya est plus forte encore et son champ d’influence peut s’étendre plus loin encore.

  • 42 Cf. son tableau III « Biens possédés par la zawya » en annexe du rapport déjà cité, on y trouve, pa (...)

34Pour acquérir une réelle force, les représentants de ces zawya-s acquièrent du bien, achètent des droits d’eau, louent ou emploient des hommes (khammes, h’arratîn) pour travailler leurs terres et entretenir leurs palmeraies. Elles jouissent, par ailleurs, de nombreuses donations de biens de main-morte (h’abûs) dont des particuliers ou des chefs d’ordre les gratifient. Elles font du commerce, établissent leurs réseaux de liens comme on établit des comptoirs (Pascon 1984 : 9-41). Le rapport du Cap. Gaillard nous indique les possessions de la zawya à la fin des années 1940 ; cet état est impressionnant42. Il est évident que cette fortune s’est construite sur le long terme : les dettes réglées en nature, les prêts sur réméré (rehn), les services payants, la pratique des otages en ces régions où le judiciaire est administré par une telle institution, ont alimenté, sur la longue durée, les coffres de la zawya et en ont assis son pouvoir. On sait que la zawya, comme le chapelet de lieux saints se trouvant sur les routes caravanières vers « Es-Sudân » (comprendre l’Afrique) contribuaient à la sécurité des voyageurs, les pillards épargnaient les convois placés sous l’égide de ces maisons jusqu’à une date très récente. Les marchands par un réseau de courriers qui peuvent être assimilés à des lettres de change et de gratifications diverses remerciaient les chefs de ces ordres qui étaient aussi liés à eux à divers titres. Telle une assurance, ils représentaient la baraka du saint. Nous verrons que cela est transcrit sur le testament et qu’une légende assure que tout voyageur se dirigeant vers la zawya est toujours protégé. L’ordre matériel et l’ordre mythique se nourrissent l’un l’autre, et préviennent les grands événements religieux qui s’y tiennent, almuggar-s, mûssem-s et foires.

35Les foires organisées sous la protection de la zawya assirent aussi son prestige et ont été, comme tout marché, d’un apport substantiel pour le lieu. Il faut en garantir la sécurité, la place commerciale, mais aussi toutes les routes qui y mènent, nous savons que tout le voisinage proche de la zawya est allié : il est lié au saint soit matrimonialement, soit par une filiale religieuse. Le réseau de protection maille toute la zawya et ses environs, au point qu’elle a la réputation de n’avoir jamais été fortifiée – ce que son architecture dément. Les produits du Sahara transitent, en partie par Imi n’Tatelt, chaque maison de Chérif possède son œuf d’autruche, ou d’autres objets « venus du Sinighal » (Sénégal) ; on n’a pas souvenance qu’un marché aux esclaves se tenait à Imi n’Tatelt, mais les derniers achats d’esclaves sont connus, et se auraient eu lieu à Tindouf jusqu’au milieu des années 1930 (malgré l’interdiction française). On explique que certaines familles d’Imi n’Tatelt allaient en « acheter plusieurs et les revendaient à ceux qui en avaient besoin ». On comprend que ces Chorfa qui voyagent beaucoup sont aussi des courtiers. Les Chorfa d’Imi n’Tatelt étaient des marchands, ils possédaient tous des chameaux et les témoignages oraux le disent assez, le « Chérif voyageait sans cesse, il avait de l’argent, pas les autres. Il était toujours occupé à aller chercher des produits en un lieu et à les rapporter en un autre » (Abdellah Oultiligh). À nouveau, vont se faire jour d’autres maillages du territoire placés sous le contrôle de la zawya. La foire est importante, mais elle n’est rien à côté de ce que le prestige d’une telle famille édifia de relations et de liens à travers toute la montagne. La foire des Tayfa n’ibrîl-s est la matérialisation de ce réseau de liens que transcende, évidemment, la religion.

2.2.4 Le pouvoir économique de la Maison d’Imi n’Tatelt

36Sans nier la sainteté des fondateurs, on se doute bien que le pouvoir de cette zawya, comme celui des autres zawya-s du Sud, repose simultanément et sur l’islamisation de ces régions sans pouvoir temporel fixe jusqu’à une date récente, et sur la maîtrise conjointe de l’économique et du religieux. On peut se poser la question du comment. Comment certaines familles de saint y sont parvenues et pas d’autres ?

37Nous n’avons pas pu consulter les registres comptables de la zawya, les titres de propriétés, les Kunnash ou diwan, ces polyptyques que toute grande maison possède généralement et qui décrivent exhaustivement les propriétés accumulées, aucun de ces documents ne nous a été montré ; ils dépassent le cadre de ce travail et constitueraient une autre recherche. Mais, eux seuls sont à même de donner une idée précise, plus que de la teneur des biens, des modes d’acquisition du capital économique de notre zawya. Paul Pascon, à partir de trois cas minutieusement étudiés (Wazzania du Rif central, de Tamesloht dans le Haut Atlas et Tazerwalt dans le Souss) a fait remarquer très tôt que « Au Maroc, le jâh [la considération attachée au rang] et l’entretien du charisme, sont à l’œuvre dans l’histoire de toutes les grandes zaouïas, où se combinent le rôle mystico-religieux du chérifisme d’une part, et de l’autre l’accumulation de la puissance matérielle » (1984 : 43) .

  • 43 « Outre les impôts canoniques (aachur, zaka) rarement évoqués, on connaît sous ce chapitre un grand (...)

38Nous pouvons donc supputer, qu’à une échelle moindre, la zawya d’Imi n’Tatelt connaît une accumulation de capital et de pouvoir proche d’autres zawya-s dites chérifiennes : les premiers temps sont sans doute ceux d’une accumulation assez dérisoire basée sur le prestige grandissant de l’aïeul, puis, peu à peu, les activités économiques vont se faire plus nombreuses43, le pouvoir plus puissant, l’un nourrissant l’autre, le Chérif devient un banquier qui prête, appuie, qui cautionne et offre moult garanties. Puis il se fait dynaste, ordonne, gère, protège une principauté, et étend encore sa fortune. Si on ne sait si les descendants d’Imi n’Tatelt atteignirent un tel stade, il est sûr que des preuves concrètes (comme ces actes adulaires et les cahiers consultés par Pascon au Tazerwalt) pourraient attester d’un rôle commercial, judiciaire, politique et fiscal des zawya-s et des descendants de saints. Les héritiers qui continuent à vivre de la rente du saint savent que leur pouvoir ne peut être consolidé et pérennisé qu’à partir de solides bases matérielles lesquelles sont évidemment appuyées sur le prestige religieux et historique de l’ancêtre :

  • 44 Ainsi que l’a magistralement démontré Pascon pour le Tazerwalt, Ibidem., pp. 86-87.

« Cette confusion des rôles [commercial, bancaire, de protection] se fait par superposition sur une très ancienne fixation mystico-religieuse, de fonctions politiques, puis judiciaires, fiscales et enfin spéculatives, qui accentuent systématiquement une dérive du sacral vers le trivial, du thaumaturge vers l’agioteur, du sacerdoce vers le négoce. L’évolution va vers la monopolisation verticale de toutes les fonctions dominantes »44 .

2.2.5 Une affiliation tardive à la Naciriya de Tamggrout

  • 45 Bien entendu, seule une étude historique pourrait préciser et vérifier de telles suppositions.

39Sans pouvoir hélas le prouver, on peut faire l’hypothèse que la zawya ne cesse de consolider son pouvoir aux XVIe- XVIIe siècles, entraînant un développement sinon du négoce du moins des liens entre la zawya-s, ses filiales et les personnalités importantes des tribus avec lesquelles elle traite. Le fait qu’une copie du testament date du XVIIIe siècle (1777) qu’une autre remonte à la fin du XIXe siècle (1894), prouvent le besoin qu’a la descendance de s’appuyer sur l’aïeul ; cette multiplication de copies donne à penser à un essor important des liens de la Maison d’Imi n’Tatelt à l’extérieur de la zawya45 .

40L’apogée de la zawya d’Imi n’Tatelt est vraisemblablement atteinte autour des XVIIe-XVIIIe siècles ; ensuite, elle se rallie à une zawya plus prestigieuse, celle de Tamggrout, et devient l’une de ses filiales. Cette dernière, petite zawya créée à la fin du XVIe (1576), devenue florissante, récupère le cens de la grande zawya du XVe et se greffe à ses réseaux prospères jusqu’alors. Le fait que la Naciriya ait été un des ordres les plus grands des deux derniers siècles, avec une protection de la souveraineté alaouite a joué sur la sécurité et la prospérité de celle-ci. Cependant, Imi n’Tatelt garde, semble-t-il, l’ensemble des impôts canoniques. Ce nouvel ordre religieux avait été choisi pour sa force croissante dans le Sud marocain, mais aussi parce qu’il ne venait pas en contradiction avec les préceptes du fondateur. La Naciriya aussi vise à l’universalité, les pratiques sont en effet simples, basées sur la prière et la lecture du Coran. La zawya connaît alors un sursaut puis, à partir de là, ne cesse de décliner. Nous pensons que l’établissement ou les réécritures (ou copies) du Testament, qui coïncident avec l’époque de ce ralliement tardif à un ordre plus puissant, visaient surtout à conserver les offrandes des tribus affiliées.

2.2.6 La lente érosion de l’institution

41Avec la fin du commerce caravanier, on assiste au déclin de toutes ces maisons ; les cadeaux offerts à la zawya diminuent, on ne peut plus vivre des subsides des échanges avec les marchands ; il reste ses affiliés, le souk annuel qui s’établissait plus d’un mois, se met également à fondre (aujourd’hui il dure encore une quinzaine de jours) et ne s’adresse plus qu’aux paysans locaux qui viennent échanger leurs produits. Un souk aux chameaux est resté très intense jusqu’à une date récente. Cependant, la zawya conserve ses biens immobiliers et dès lors va tâcher de faire en sorte que les revenus soient conservés, que les biens n’éclatent pas en autant de mains qu’il y aurait de descendants ; elle maintient aussi ses filiales, en veillant notamment à ce qu’elles ne s’éloignent pas de l’ascendant de Ben Ya‘qûb.

  • 46 Nous avons vu que cela continue de se faire mais ni dans ces proportions et ni sur une telle durée, (...)

42On sait qu’il n’y a pas si longtemps – cette pratique était encore courante en 195046 , les descendants allaient faire le tour des filiales. Ce voyage périodique d’inspection des zawya-s pouvait durer plusieurs années. On s’enquérait de ses ouailles, on apportait une bonne nouvelle, on consolidait des liens (là où jadis, on œuvrait à des trêves ou à la paix), on allait surtout percevoir des dons et des cadeaux. Cette source de profits visait essentiellement à s’assurer de ralliements territoriaux, d’entretenir le maillage territorial. On comprend dès lors tous les récits que l’on nous a faits, dans beaucoup de greniers, sur ces saints de passage venus sanctifier les lieux. Il fallait garder l’étendue de l’influence ; l’affiliation à la zawya de Tamggrout, nous l’avons vu, visait à maintenir cette emprise. Cet état semble s’être maintenu grossièrement jusqu’aux années 1960-70. A cette date, comme partout ailleurs au Maroc, le dénigrement des zawya-s commence à leur porter atteinte. Cependant, les Chorfa continuent d’aller seuls visiter leurs affiliés. Une case, celle de l’ancêtre fondateur, leur est toujours réservée (Iberkaken, Illalen, Idaw Ukensous, etc.).

  • 47 Cap. Adler, Bulletin de Renseignements politiques n° 8, Période du 14 au 28 avril 1954, « Confident (...)
  • 48 Chiffres du moqqadem.

43Pendant la colonisation, le mûssem de la zawya est très actif : neuf mille personnes sont accueillies à Imi n’Tatelt en 195447 ; aujourd’hui, on compte environ trois à cinq mille personnes selon les années48. Ces chiffres indiquent une indéniable vitalité.

Tableau n° 1 : Nombre de visiteurs pour Tayfa n’ibrîl d’Imi n’Tatelt à la colonisation et aujourd’hui

Année du mûssem

1954

1955

2003

2004

2005

Nombre de pèlerins

9000

7 à 8000

4500

5000

3000

2.2.7 Amghar n’zawit

44Le Bureau des Affaires Coloniales dresse un portrait de celui qui a alors le pouvoir temporel et qui visiblement est une figure exceptionnelle. La position de la zawya dans les années 1940 est connue ; elle fait le bien et l’école est alors florissante :

  • 49 Gaillard, op.cit, p. 9-10 puis 6.

« Bien gérée par son moqqadem, indépendante de tout pouvoir temporel, située à 100 kilomètres de Taliwine et à plus de deux heures de mulet sur la piste auto-cyclable [depuis la route de Tata], la Zaouïa d’Imi n’Tatelt éclipse toutes les autres zaouïas du voisinage. Son mûssem est vraiment la grande date du calendrier religieux et commercial de toute la région. (…) Les Ziaras et offrandes de toutes sortes sont librement et régulièrement conduites à la zaouïa. Ces ressources bien gérées (tout ce qui ne va pas à l’entretien des pèlerins est reversé à la medersa) permettent d’entretenir de nombreux Tolbas de la région que les autres zaouïas ne peuvent plus retenir. Imi n’Tatelt est redevenu un centre intellectuel qui fournit en tolbas la Feija, le pays souktana et de Tissint. Après avoir été de longues années l’asile des persécutés ou de tous les bannis de la région (on dit que le fait de se réfugier dans la zawya suffisait à un assassin pour l’absoudre de son crime ; à la pacification de nombreux imzuag y étaient réfugiés et purent rentrer dans leurs tribus après arbitrage et règlement des diyas), zaouïa a quelque peu perdu de sa horma. (…) Son chef entretient des relations suivies avec toutes les tribus voisines, s’y rendant plusieurs fois par an pour y surveiller ses biens ou y visiter ses fidèles. (…) Il a partout une influence certaine qui dépasse souvent le cadre strictement religieux dans lequel il a pourtant été confiné » 49.

  • 50 C’est à cet amghar que la France reconnaît l’influence pour la soumission sans luttes des Idaw Ubla (...)

45Amghar n’zawit, le moqqadem de la zawya semble s’être arrogé le pouvoir, « Sî Ahmed Ben Mohamed n’Ayt Lahsen, connu invariablement sous le nom de Si Ahmed Oult Illigh ou encore Ould bent Illigh » est donc une grand figure de son époque, avec laquelle, il faut composer. Le militaire note bien que Ahmed Oultiligh a pris la direction de la zawya au mépris de la tradition qui imposait une direction à quatre mains (celle des quatre branches héritières). Ce témoignage signale également que le moqqadem est conscient que sa zawya est affaiblie et qu’il travaille à lui rendre sa gloire passée, en lutte avec les autres agnats légitimes et contre le Glawi qui a, alors, la main-mise sur tout le reste de la région50.

46Cet homme a marqué son époque. C’est à lui que beaucoup des témoignages que j’ai obtenus se réfèrent : il a transformé l’administration et le fonctionnement de l’institution. C’est lui qui aurait procédé à un agrandissement de la zawya, c’est lui qui l’a dotée de nouveaux espaces et des proportions prestigieuses qu’elle a aujourd’hui. Lui, également, qui y aurait installé une huilerie de grande taille. Lui encore, qui aurait étendu les espaces d’enseignement pour les étudiants (tolbas), accolés à la mosquée la plus ancienne, réhabilitée par ses soins.

47Mais, à la décolonisation, il est jugé comme collaborateur et certains de ses biens sont saisis ; la famille est humiliée, le pouvoir passe dans d’autres mains. L’époque confuse semble être aux règlements de compte, sans qu’on puisse connaître très exactement la vérité des faits de cette « collaboration ». Au contraire, les rapports coloniaux notent l’indépendance d’esprit de l’amghar n’zawit ; et dans la famille, il a laissé une réputation d’habileté, de diplomate hors pair, discret mais autoritaire, infatigable travailleur obsédé par le prestige et qui peut, si on l’ennuie, devenir féroce : « Ahmed Oult Illigh, lit-on sous la plume de l’administrateur colonial, essaie de rattraper [la gloire passée de la zawya] et ne néglige aucune occasion de conserver sinon de parfaire son indépendance vis à vis des autorités de contrôle comme aussi des Glaouas » (Gaillard : 10). On sait dans la famille, qu’il a toujours tenté de maintenir les Glawa hors d’Imi n’Tatelt.

48Les rapports coloniaux nous apprennent, par ailleurs, que cette figure ne fut pas la première à prendre, seule, le contrôle de la zawya :

  • 51 Cap. Gaillard, Ibidem. p. 6 Aujourd’hui, on n’entend plus parler de ce « Sîdî Abdellah Ou Mohamed n (...)

« Il n’eut jamais de moqqadem désigné, la gestion étant confiée à une sorte de directoire de quatre hommes, représentant à l’origine, les quatre fractions issues des quatre fils du saint. Mais souvent des personnages puissants arrivèrent à les supplanter et à s’associer d’une manière plus ou moins intéressée à la gestion des biens de la communauté. Ce fut le cas de Sîdî ‘Abdellah Ou Mohamed n’Aït Sîdî Ali de Tiritt dont la puissance et la fortune sont souvent rapportées et qui périt assassiné par ses frères de Tiguezemert. C’est le cas du moqqadem actuel Si Ahmed n’Aït Lahsen » 51.

49Aujourd’hui, la zawya sommeille, elle n’entretient plus d’étudiants, elle ne semble plus posséder autant de biens que jadis – palmiers, temps d’eau, terres semblent avoir été partagés entre chaque branche. Il apparaît que de fortes tensions opposent les nombreux héritiers du saint. La zawya vit désormais donc essentiellement sur les dons des tirba‘în, du coffre à dons en numéraire et du don exceptionnel. On lui reproche essentiellement de ne plus avoir d’étudiants dans sa medersa. Elle est effectivement concurrencée par d’autres lieux d’enseignement, comme la atiqa du Hajj Tayeb, à une centaine de kilomètres, qui force actuellement l’admiration et dont nous reparlerons.

50Désormais, l’administration de la zawya est gérée par un conseil composé des héritiers du saint. Ils doivent rendre compte à l’Etat de toutes les décisions prises. Le Caïd s’enquiert des réjouissances d’avril, envoie une unité de militaires en protection et des barrières lorsque le mûssem d’avril est à son comble ; il donne le feu vert et peut venir y participer. Les cortèges se déroulent sous la protection de l’autorité étatique ; mais curieusement, aucun descendant ne semble avoir de réel pouvoir, chacun vaque à ses occupations – l’hospitalité et le mercantile viennent alors agiter tout le monde : les occupations seront liées aux partages des dons et des viandes, au commerce du souk du mûssem, à la réception des nombreuses familles amies qu’on abrite et nourrit le temps des réjouissances – mais les héritiers se font discrets, humbles. Un seul s’accorde la morgue qui sied à son statut : ElYa‘qûbî-El‘Alîm qui anime les bénédictions et dont nous avons brossé les grands traits de sa personnalité, lors des récits hagiographiques donnés plus haut.

Notes

27 Pour autant, on ne parle pas à Imi n’Tatelt, de filiation « par le sang ou par le cœur ». Les noms des tribus affiliées sont données et la légitimité s’arrête là.

28 Lorsqu’il traverse cette région peu sûre, Ch. de Foucauld donne, comme à son habitude, la topographie et la toponymie locale, il fait même un dessin de « l’oued Mohamed U Yakub » depuis le village d’Illigh mais ne donne pas d’indication ni sur le lieu, ni sur le personnage dont il ne semble pas avoir voulu mesurer l’importance. Il est vrai qu’il allait de mellah en mellah, et qu’Imi n’Tatelt n’en comptait pas. Ceci marquera cependant la postérité : après lui, très peu s’intéressent à Imi n’Tatelt. Par contre, toutes les annotations qu’il fait sur les conditions de vie de cette région frontière entre l’Atlas et le désert sont précieuses. Elles justifient l’importance du grenier comme institution, notamment en cas de pénurie. Dans les hautes vallées, cette année-là, il a beaucoup plu, les cols sont enneigés, par contre en Feija, une famine due à une mauvaise récolte de dattes, sévit et entraîne des déplacements de population et de nombreux pillages, Reconnaissance au Maroc,1888, pp. 197-200.

29 Cap. Gaillard. Deux oasis du Bani, Tata et Tissint. Sanctuaires et marabouts, vie religieuse, 1949, [Manuscrit des officiers du Protectorat], Cadn, op. cit. , pp. 1-14. Il y fait également référence à une première étude du Cap. Monnier sur les Chorfa descendants du Saint (1942) et à un second rapport de J Savigny sur les Sektana du Sud, que nous n’avons pu consulter. En revanche, nous avons, aux Archives Diplomatiques de Nantes (cadn), pris connaissance de tout le dossier classé « confidentiel », concernant la Zawya, lequel fait état de divers troubles qui secouèrent la Zawya à la veille de l’indépendance, une bombe notamment y éclate en 1955. Cf. Cap. Camus, Bulletin des Renseignements Politiques, n°8, Lettre datée du 30 avril 1955 (document classé « confidentiel »), p. 2, Carton BT Fès n°957, « Liasse troisième », Cadn.

30 Nous n’avons pu obtenir auprès des autorités le « pendant » aux tableaux de 1947 portant sur les offrandes reçues à la Tayfa n’ibrîl pour les années 2003, 04, 05 (celles que nous avons observées) et qui seraient toujours enregistrées par le moqqadem et envoyé au Caïdat. Nous les avons donc reconstituées avec les préposés (moqqadmin-s) sur place, voir notre tableau en Annexe, Tableau des offrandes d’Imi n’Tatelt pour l’année 2005.

31 La situation des Noirs a, par contre, fait l’objet d’observations mais dans une étagé globale écrite par Ensel R., Saints and servants in southern Marocco, Leyden, 1999, une autre étude décrit les espaces du Moyen Drâ : Hofmann B. G., The structure of traditionnal maroccan rural society, The Hague, 1987 (consultée à La Source, Rabat), Imi n’Tatelt est englobée dans cette dernière étude mais rien n’y fait directement référence. Cependant, sur place, on nous a affirmé que deux « allemands, hollandais » seraient très peu restés sur place, de plus n’ayant que l’usage de l’anglais et étant identifiés comme chrétiens, ils ne seraient pas entrés dans la zawya et n’auraient pu assister aux diverses manifestations du sacré sur place (si tant est qu’ils fussent au courant). On sait, à Imi n’Tatelt, éloigner les curieux. La place spécifique des femmes chérifates ne semble pas avoir frappé les observateurs extérieurs, preuve que les séjours furent très courts. Nous ne pouvons nous fier non plus à l’«étude» – peu scientifique et pleine d’approximations consacrée aux textiles d’Imi n’Tatelt et de la région par les collectionneurs suisses Korolnik (cf. A. Korolnik et alii, The color of Henna (Painted textiles from southern Marocco)/ Die Farbe Henna (Bemalte textilien aus Süd-Marokko), édition bilingue, Stuttgart, Arnoldsche Art Publishers, 2002).

32 Les Renseignements coloniaux notent son passage à plusieurs reprises d’une zawya à une autre dans la région ; ils accordent peu de crédit à sa volonté de faire des recheches, persuadés que ce n’est qu’un alibi pour faire du sabotage politique : « Le nationaliste Si Mokhtar Soussi de la Zaouia Dougadir a quitté Tafra-ut ces jours-ci pour se rendre à Tiznit, Agadir et Taroudant pour parfaire sa documentation, d’après lui, sur l’histoire du Souss. Il se trouve actuellement à Agadir où il fait l’objet d’une surveillance particulière » peut-on lire in Bulletin des Renseignements Politiques, Lettre datée du 20 novembre 1944, Carton BT Fès n°956, « Liasse première », Cadn. Ces dates sont corroborées par les témoignages locaux.

33 Es-Soussi M., El-masûl, (en arabe), Casablanca, 1956-1960, volume 16, « Quatrième partie : Les plus grands Saints (Shyûkh-s) de la mystique (tasawwuf) [marocaine]» pp. 49-150. Pour ma part, n’étant pas historienne et ne faisant pas un travail d’historien, j’ai privilégié les témoignages recueillis à Imi n’Tatelt qui restent de grande qualité, et ce d’autant mieux que je n’ai pu consulter les sources écrites (notamment en arabe) que tardivement. Elles ne m’ont pas beaucoup éclairé sur l’histoire du saint et de la région. Ce travail reste à faire. Nous remarquons que ces pages de Es-Soussi ne comportent curieusement aucun mot berbère, alors qu’aujourd’hui à Imi n’Tatelt malgré le statut de l’arabe en une terre se revendiquant d’un islam puriste, on ne parle, dans les maisons, qu’en berbère et toutes les toponymies sont berbères. On dit par exemple, Imi n’Tatelt, là où le texte d’Es-Soussi répète « Foum Tatelt » (qu’on entend jamais), de même, tous les patronymes sont arabisés par le chercheur pourtant parfaitement berbérophone qui fait là curieusement un déni de ses origines. Nous traduisons ici tasawwuf par « la Mystique », «avec l’idée de « voie mystique » qui est plus proche du contenu de l’ouvrage que les seuls mots de « spiritualisme », « mysticisme », ou « soufisme » actuellement spécifiquement connotés. Voir aussi L. Massignon, Lexique, p. 153-156.

34 Voir infra p. 12, « la séparation des amis ». Mokhtar Es-Soûsî en évoque cinq, Sîdî Aderahmân Ben Alî Al-Hamidî qui n’est pas un grand saint contrairement aux quatre autres retenus par la légende locale, op. cit., 1956-60, p. 49 et p. 67.

35 Un sentiment de gratitude immense va à Ahmed Oultiligh d’Imi n’Tatelt qui n’a pas ménagé ses efforts pour me faire pénétrer les arcanes familiaux et accéder à des documents aussi difficiles à déchiffrer qu’à trouver. Sa mère Lala Khadija Ayt Ahmed U Omar, son père Abdellah, sa grand-mère Lala Kbira Saaduni, tous d’une douce hospitalité, méritaient leur place dans ce livre. Feu Si Mohammed Outligh et son épouse Lala Mhjouba également ; Lala Keltoum, Lala Rqia et tous ceux et toutes celles qui ont répondu sur place à mes sollicitations. Mais aussi, Mohammed Abderahmen Ayt Lahsen U Brahim qui nous a offert son temps pour déchiffrer une vieille charte, la même disponibilité était chez Sîdî El Haj Mohammed Ayt Ahmed. Haj Mohand El Ya‘qubi nous a également reçu chez lui plusieurs fois pour nous parler de son ancêtre et nous communiquer le fonds légendaire et hagiographique du saint Mohammd Ben Yaaqub. Si Hassan Daoud, l’énergique fqîh du beau village d’Arkum, dont la science communicative et l’esprit ouvert, sont des qualités appréciables. Lhoucine Amrou, instituteur à Arkoun, qui spontanément se mit en quête de récits historiques. Même si les données furent partielles, le geste mériterait d’être imité partout, pour que les traditions orales ne disparaissent pas. Que tous trouvent ici nos vifs remerciements.

36 Sîdî Abdellah U M’bark d’Aqqa est le premier Saint du jazoulisme en terre méridionale. En faisant une telle référence, il place notre Saint dans la chaîne mystique des pôles du Sud, et ce faisant, le classe parmi les grands Saints sinon du Maghreb du moins de la région. Voir plus loin, dans cette même partie, « Une Zawya, institution saadienne ».

37 Le récit est donné par celui qui, aujourd’hui fait des bénédictions au moment des mûssem-s, lorsqu’on vient le voir chez lui, pour une sorte de consultation ou lorsque, encore, on le mande en ville (il possède le téléphone fixe chez lui). Il s’identifie pleinement à son aïeul, comme on le voit. Son discours par moments, ressemble aussi, aux causeries enregistrées de Mokhtar Es-Soussi qu’il vénère, cf. www.MinisteredesHabous.ma les textes sont aussi donnés à entendre en « langue amazighia » par l’association des deux langues, arabe et tashelhit.

38 Les Saints Wissaden d’Aqqa s’emparent de Fès en 1554. Le Sud, et notamment Aqqa, leur base ne fait-elle pas alors figure de capitale du Souss, port saharien prospère, par laquelle transitaient l’or, le sel, les esclaves, le cuir et les tissus du Soudan ?

39 Le premier et le plus réputé est Sîdî Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt (Anti-Atlas occidental) devant Sîdî Mhammed U Ya‘qûb d’Imi n’Tatelt (Anti-Atlas oriental), vient Sîdî Mohamed Es-Sheikh au Tamanart (Bani occidental), Sîdî Abdellah U M’bark d’Aqqa (Bani central), et Sîdî Mohamed U Wissa‘dun (chez les Sektana du Sud).

40 Il est extrêmement important de noter que ce Saint n’est pas un soufi et ne propose aucune tariqa particulière, avec lui, n’est suivie que la seule Sunna. Nous empruntons ce terme d’orthopraxie à Abdeslam Cheddadi, qui la définit comme la « pratique du juste geste », l’obligation de faire un geste codifié considéré comme le seul, le bon et l’unique dans le fait religieux ». Pour lui, une religion se définit moins par un dogme droit (orthodoxie de la croyance) que par la multiplication de gestes et d’attitudes codifiées (prière au sein du groupe, tenue vestimentaire, respect des piliers de l’islam, copie et lecture de textes religieux) incarnant un modèle de piété respectant scrupuleusement la Sunna, cf. sa conférence sur Ibn Khaldun, La Source-Fondation Suzanne Rollin, Rabat, 18 octobre 2006. Nous verrons combien cela est important pour la postérité du Saint d’Imi n’Tatelt qui peut aisément être repris par certains Fondamentalistes actuels, puisque tout débat théologique est écarté au profit des seuls gestes religieux.

41 « La zaouïa de Tamgroute et les Naciriyines » in Renseignements coloniaux de l’Afrique française, n° 8-9, août-sept. 1938, reproduite in Esquisse d’histoire religieuse au Maroc, confréries et zaouïas, C. Peyronnet et Cie, Paris ; il réutilise les Notes rédigées pour la Direction des Affaires Indigènes portant le même titre, mais où il y explique la « nécessité d’une étude approfondie des confréries et zaouïas ». Usant de questionnaires-types adressés à tous les postes de contrôle civil et militaire, il reprend à son compte l’étude initiée par Michaux-Bellaire en 1922. Sur ces questions voir aussi Michaux-Bellaire, Confréries religieuses au Maroc, Archives Marocaines, XXVII, 1927, Ibn Askar, Dawhat an-nachir (XVIe) trad. A. Graulle, 1913, G. Drague, Histoire religieuse du Maroc, 1950, Voinot L., Les Zaouias de Marrakech…, Levi-Provençal E., Les historiens des Chorfa, 1922. Toutes ces références appartiennent toutefois à l’idéologie coloniale et sont donc toujours connotées.

42 Cf. son tableau III « Biens possédés par la zawya » en annexe du rapport déjà cité, on y trouve, par exemple, la quasi-totalité des droits d’eau de la région de Tata, certaines palmeraies toutes entières, des palmiers, des jardins, mais aussi des maisons.

43 « Outre les impôts canoniques (aachur, zaka) rarement évoqués, on connaît sous ce chapitre un grand nombre d’amendes de police pour meurtres (diya et composition) et pour vol et agression (notamment sur la route des moussems, ou durant ceux-ci). Figurent aussi les rançons dues pour la libération des prisonniers ou d’otages (…). Les cotisations dues pour la participation au moussem (…) de ceux qui ne peuvent les payer au moment des foires. Plus rarement mention est faite de taxes pour services juridiques, déplacements ou services administratifs rendus ». Pascon énumère la nature des opérations comptables qu’il a trouvé dans le Registre k de la zawya du Tazerwalt : reconnaissances de dettes par des tiers, inscriptions de cotisations, taxes, impôts, rançons, reçus de paiement, dons et offrandes, dettes, déclarations de paiements ; prêts. Il propose ainsi une lecture très fine permettant de comprendre comment cette fortune s’est faite au Tazerwalt, mais aussi comment se jouèrent les mécanismes internes et les conditions pratiques du commerce transsaharien, ce sont ces difficultés qui firent aussi la force des zawya-s placées entre désert et montagnes. Il souligne, enfin, le rôle du commerce en islam. Ibid. p. 54.

44 Ainsi que l’a magistralement démontré Pascon pour le Tazerwalt, Ibidem., pp. 86-87.

45 Bien entendu, seule une étude historique pourrait préciser et vérifier de telles suppositions.

46 Nous avons vu que cela continue de se faire mais ni dans ces proportions et ni sur une telle durée, bien sûr.

47 Cap. Adler, Bulletin de Renseignements politiques n° 8, Période du 14 au 28 avril 1954, « Confidentiel », n° 142/CT – Cl 27-C, 28 avril 1954, Cadn, DAI, Carton BT Fès, Liasse seconde, p. 2.

48 Chiffres du moqqadem.

49 Gaillard, op.cit, p. 9-10 puis 6.

50 C’est à cet amghar que la France reconnaît l’influence pour la soumission sans luttes des Idaw Ublal, ce qui ne fut pas sans frustrer le Glawi des belles oasis du Bani qu’il convoitait (et notamment Tissint) explique le Cap. Gaillard. On sait qu’alors, le Pacha Glawa contrôle presque tous le territoire « des confins », qu’il en tire gloire et profits très avantageux et qu’il ne peut donc évidemment supporter de rivaux surtout si ceux-ci sont assis sur un pouvoir transcendantal chérifien…

51 Cap. Gaillard, Ibidem. p. 6 Aujourd’hui, on n’entend plus parler de ce « Sîdî Abdellah Ou Mohamed n’Aït Sîdî Ali de Tiritt ».

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540