Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fils de saints contre fils d’esclaves

 | 
Salima Naji

Chapitre I. La maison d’Imi n’Tatelt

1. La Zawya d’Imi n’Tatelt

Texte intégral

1.1. Situation et état des lieux

1.1.1. Le col désertique de Tatelt

1Le village d’Imi n’Tatelt n’est connu que du monde rural, il est communément appelé « Ben Ya‘qûb » faisant référence au saint éponyme. Pour trouver cette zawya, non notée sur les cartes, il faut questionner les gens et suivre plusieurs pistes dans une zone très sèche comprise entre l’axe Taliwin ou Taznakht au Nord et les oasis de Tata au Sud. On y arrive presque par hasard sur la piste d’Agadir Mellul :

  • 16 Marquis de Segonzac, Voyages au Maroc (1899-1901), Armand Colin, Paris, 1903, p. 125.

« La zaouïa est située sur un col étroit d’où la rivière sort pour pénétrer dans la plaine. Elle comprend trois agglomérations que le ravin sépare. Le tombeau du grand saint patron de la zawya est au fond du ravin… » 16.

  • 17 La mémoire locale a souvenir d’une inondation soudaine dans les années 1950 qui emporta, la nuit, p (...)

2Ce col qui culmine à 1286 m se découvre soudainement. Il est alimenté par des sources conduisant l’eau par des khetarra­-s souterraines ; l’oued ne « sort » pour ainsi dire jamais17. Quelques palmiers pour seule végétation dans cet amas de pierrailles, rappellent qu’il eut, peut-être jadis, des jardins, au fond du ravin ; certains récits légendaires l’affirment.

3En 2001, une route a rapproché la zawya de ses pèlerins : désormais aller à la zawya, n’exige plus la douzaine d’heures de naguère. Trois à quatre heures suffisent aux camions et aux transit-s pour acheminer hommes et denrées. Pour le mûssem de 2004, la piste a été damée, et les 12 km de piste caillouteuse sont devenus moins pénibles. Finalement, elle a fait l’objet d’un bitumage en 2006-07 peu après que les villages ont été électrifiés par l’Etat en décembre 2005.

1.1.2. La zawya, un vaisseau de pierre détaché des trois hameaux

4La zawya, dotée d’une architecture de pierres, très majestueuse, semble se dresser, tel un vaisseau, sur les contreforts du Tatelt, la rivière. Elle veille sur le tombeau et sur les habitations qui l’environnent. Les villages sont édifiés en pierre selon une structure fortifiée dotée de deux portes, l’une donnant sur l’oued et le tombeau ; l’autre ouvrant sur la montagne. L’architecture est d’une grande force. Les constructions les plus nobles se détachent de l’ensemble par des borj-s souvent uniques : chaque décor, chaque fronton, surpasse l’autre en beauté. Ceux qui, couvrent l’entrée des trois agglomérations qui constituent Imi n’Tatelt, sont aussi les plus hauts et les plus ornés. Des fenêtres élégamment dessinées possèdent des ogives mauresques en doublon, supportées par de petites colonnettes ; ce motif monté en pierres, quoique relativement récent, rappelle l’austérité noble des décors de l’époque almohade. Les acrotères des terrasses se soulèvent aux angles pour amplifier les volumétries des architectures ; souvent, une ligne de tuiles souligne le faîte des demeures ; certains angles sont coiffés d’une poterie ronde. Les intérieurs surpassent en beauté l’extérieur du fait d’une décoration régionale encore intacte. Chaque demeure possède sa cour intérieure. Les murs des pièces sont parcourus de motifs dessinés dans un mortier aux teintes unies d’une grande douceur. Les murs non ornés sont, chaque année, recouverts d’une fine pellicule de kaolin, soulignée d’une teinte d’un rouge plus dur, à hauteur d’épaules. Le village contraste avec ceux environnants (Tisfariwin, Illigh, Tisnassamin), où des réhabilitations hâtives ont souvent saccagé et fait disparaître le bâti ancien.

1.1.3. Une richesse ostensible, souvenir d’antan

  • 18 Paradoxalement, c’est cette pauvreté des revenus aujourd’hui qui aura permis que perdurent jusqu’à (...)

5Ce faste incontestable étonne dans ce village accroché au milieu de vastes étendues arides. Bien sûr, les demeures appartiennent à la descendance du saint, et témoignent ainsi de la splendeur d’antan, celle où la zawya était véritablement prospère. Si le saint est mort au milieu du XVIe, les demeures dans leur noblesse semblent avoir été érigées à partir du XVIIe-XVIIIe siècle. Nous découvrons une sorte de particularisme architectural en pierre qui parait alors, s’y être épanoui. Sans document, il est difficile de dater les demeures ; par contre, on sait que la dernière des kasbah-s d’Imi n’Tatelt a été commencée par le lignage le plus important, dans les années 1940. Elle est inachevée ; les ruines laissent apparaître le plan immuable et son procédé de construction en pierre. La colonisation puis l’indépendance (1956) précipitent la fin de ce pouvoir, la fin de l’ordre de la zawya, l’éclatement des biens accumulés, la mise au ban de certains de ses représentants locaux. Dès lors, les trop nombreux descendants du saint ne peuvent plus bénéficier des mêmes revenus, dans un monde qui sera, de plus en plus, soumis à d’autres forces18. La charpente politique locale s’effrite, les gains se font plus rares, les héritiers, de plus en plus nombreux, émigrent. Depuis, hormis pour la période des mûssem-s, la zawya sommeille. Seules les tribus alliées depuis un temps que l’on dit long, ont continué à venir honorer le saint, et sa descendance. Ce sont leurs dons qui ont prolongé la vie de la zawya.

1.1.4. Un magasin pour une multitude de greniers

6La zawya s’anime en effet à partir du mois de février pour atteindre son comble durant tout le mois d’avril. Elle ouvre alors ses portes et accueille ses affiliés. L’ampleur des dons est frappante, le nombre de sacrifices également, même si la « modernité » et une certaine vision de l’islam tendent désormais à estomper la force de ces réjouissances.

7Dans les villages à grenier du versant méridional de l’Atlas, nous avons observé que les sociétaires des greniers faisaient de plus en plus leurs dépôts dans leur mosquée. Lorsque les communautés envoient de l’argent à la zawya et non plus des dons en nature, cela traduit un affaiblissement du système de l’offrande, du moins sous cette forme. Il reste, que les Tayfa n’ibrîl-s sont l’événement le plus important en taille de la région, et que même si certains dons, certes, s’émoussent, ils sont contrebalancés par le nombre de pèlerins. La zawya accueille les gens du Dra, du Sahara, du Haut-Souss, de l’Anti-Atlas, et également ceux du Haut-Atlas puisqu’à ce moment-là le commerce reprend ses droits sur cette ancienne route caravanière. Les nombreuses transactions ne sont pas uniquement commerciales, mais aussi liées au sacré, au religieux, et peuvent même être matrimoniales. Les sacrifices, accompagnés des traditionnelles bénédictions, renouvellent la protection du saint et sont garantes, aux yeux des agents, de la fertilité des récoltes à venir.

8Avant d’observer dans le détail, le système qui relie les greniers à cette zawya et qui montre l’intensité du processus, poursuivons la découverte du lieu et essayons d’en connaître mieux l’auguste fondateur.

1.2. Une géographie du sacré

1.2.1. L’édifice sacré

9Bâtie sur un promontoire, face au tombeau du saint en contrebas, la zawya est un édifice fortifié qui, bien qu’utilisant les procédés constructifs du village, s’en détache par d’imposants volumes quadrangulaires à l’appareillage de pierre très régulier. Souligné par les pierres débordantes des corniches, le parement des hautes façades est légèrement pyramidal.

10La zawya se présente comme un complexe fonctionnel où se succèdent et se superposent divers espaces d’accueil et d’entrepôts ; marqués de quatre lourdes portes qui constituent autant de sas de séparation, accusant le caractère fortifié de ce lieu hautement sacré – et déclaré inviolé par le passé – elle présente cependant une allure altière que lui a donnée l’un des descendants les plus puissants du saint, Ahmed Oultiligh, lors des réhabilitations qu’il entreprend entre 1920 et 1940. Ainsi la porte d’entrée n’aurait été ajoutée qu’à une date récente. Elle tourne le dos à l’entrée première qui débouchait sur anwâl, l’office (la cuisine) du saint. En 1902, le Marquis de Ségonzac note qu’on entrait alors par derrière :

  • 19 Ségonzac, op. cit, p. 126.

« Quand on pénètre dans la zaouia, la première pièce où l’on entre est une grande salle toute noircie, où des mzaouig [réfugiés] moudent le grain. La pièce suivante sert de grenier et de magasin de distribution »19.

11Ce témoignage laisse entrevoir que la zawya n’avait pas par le passé les proportions actuelles ; elle était davantage un « témoignage posthume de cette humilité qui fut sa vertu favorite » (Ségonzac 1902 : 126) et qu’elle a subi de nombreuses modifications qui impressionnent fortement le pèlerin et lui font terminer désormais sa visite par là où on la commençait naguère. La symbolique s’est inversée, au nom d’une contemporanéité qui se veut plus prestigieuse.

1.2.2. Un sanctuaire imprégné des hauts faits du saint

12Entièrement dallé, le sanctuaire s’ouvre sur une allée couverte. Encastrés entre deux piliers, des bancs de pierre se succèdent pour amener le pèlerin jusqu’à la mosquée du saint. Il aura laissé sur sa gauche, l’ancienne salle destinée au pressoir à huile, vaste machine démontée il y a peu, puis le logement des invités. À sa droite, l’accès aux citernes et aux « anciens logements des femmes ».

13Attentif au prestige et à la légende, le dernier ordonnateur fit également déplacer les meules à bras : notées en 1902 à côté de l’anwal, elles se découvrent, aujourd’hui placées en nombre important dans une salle attenante à la mosquée – on reconnaît l’emplacement du mih’rab à sa forme renflée caractéristique. Ces quatorze meules en pierre qui, jadis « tournaient sans s’arrêter », sont un rappel de la baraka du Mhammd Ben Ya‘qûb, l’image démultiplicatrice de la roue d’abondance suscitée par le saint. Elles sont aussi la preuve que cet espace continuait, il n’y a pas si longtemps, à accueillir des réfugiés, protégés du saint, qui venaient, continuellement, moudre l’orge ou les dattes. Aujourd’hui, elles invitent toute femme voulant assurer sa postérité à y faire station : deux rak‘a-s (génuflexion), avant de tourner chaque pierre, de gauche à droite. Cette partie de la zawya constitue sans doute le noyau initial d’une vaste construction, qui s’est continuellement agrandie et a été plusieurs fois remaniée. L’entrée, qui possédait une huilerie – aujourd’hui démontée – communique avec la maison des hôtes.

14Traversant la zawya de part en part, le pèlerin laisse derrière lui, plusieurs étages de cases, les appartements de Sîdî Ahmed U Mûsâ, lesquels possèdent leur propre aire de prière de plein air (talimemt). On lui présente encore une porte métallique et verrouillée conduisant aux reliques de Mhammd Ben Ya‘qûb, le lieu jouxte l’emplacement où étaient « jadis parqués ses lions nombreux ». Le lion (izzm) revient dans certains témoignages, il est l’attribut des saints méridionaux. À chaque fois qu’on évoque cette monture fidèle et obéissante, on renvoie aux pouvoirs d’un saint de grand prestige.

1.2.3. La présence du compagnon, Sîdî Ahmed U Mûsâ dans les murs

15Le testament fait mention de deux compagnons qui ont été des « pôles » contemporains et l’on raconte à la zawya que c’est à Taroudant, au lieu-dit ferq al-h’bab (« la séparation des amis »), que les quatre grands ascètes du Sud, tous compagnons, se seraient séparés, chacun rejoignant un site pour y édifier une école. Aujourd’hui, Sîdî Ahmed U Mûsâ est plus connu que son contemporain, tandis que le Tamanarti est éclipsé de la plupart des témoignages et que le Sheykh d’Awirst est complètement oublié. Peu de personnes savent que Sîdî Mhammd Ben Ya‘qûb fit de Sîdî Ahmed U Mûsâ son successeur légitime à sa mort. Au cœur de la zawya, une pierre annonce les espaces du saint successeur :

« La pierre de Sîdî Ahmed U Mûsâ dans la zawya, c’était son siège. C’est là qu’il avait l’habitude de s’asseoir. Les gens jadis le savaient, ils respectaient cela, maintenant on a été obligé de l’écrire dessus. C’est comme lorsque Si‘Omar dit au Prophète que la pierre est juste une pierre, et le Prophète l’embrasse et la transforme en Ka‘ba. Cette pierre aussi c’est juste une pierre, mais elle a sa baraka, et les femmes ne sont pas autorisées à s’y asseoir.»

  • 20 Ces espaces, fermés à clef, sont occupés par la descendance du Saint du Tazerwalt lorsqu’ils vienne (...)

16Il est fait référence au Prophète et au Pèlerinage à la Mecque, il sera continuellement, lors des visites, procédé à ce type d’évocations provoquées par analogie pour anoblir le lieu. Rappelons que ceux qui viennent à Imi n’Tatelt, notamment au moment du mûssem, savent que dans le sanctuaire de Sîdî Mhammd Ben Ya‘qûb, une pièce est consacrée à son successeur désigné Ahmed U Mûsâ du Tazerwalt. Il y a la salle où il prodigua son enseignement, et la petite mosquée de plein air adjointe (Talimemt) qui porte son nom, le gardien du sanctuaire, le raconte volontiers, en y conduisant les visiteurs. Les espaces visités frappent les mémoires par la fraîcheur du souvenir20. Ainsi évoquer l’un revient à évoquer l’autre, ce que ne manquent pas de faire les descendants du saint, se référant aux mots mêmes du testament « laissé par le saint ». Nous y reviendrons.

  • 21 On dit à Imi n’Tatlet et dans les montagnes « lburuk » pour désigner l’influx bénéfique du Saint, c (...)
  • 22 C’est le « tâm » (tâm, repas) que des pauvres réfugiés dans la zawya présentent au Marquis de Ségo (...)

17On accède donc, dans une succession de pièces, de cours, et de couloirs, à l’office du saint où une substance particulière va être proposée au visiteur, le buruk (« influx bénéfique 21 ») permanent du saint, offert à tous. L’office du saint, anwal, est un vaste espace composé de plusieurs salles dont l’une possède un foyer allumé tous les matins : « jadis, lorsqu’on se réveillait, on trouvait le feu déjà allumé ». L’eau de pluie, don de Dieu recueilli par les nombreuses citernes qui entourent l’édifice, est portée à ébullition dans d’imposants chaudrons faisant couscoussiers, pour ces bontés systématiquement servies aux pèlerins. En effet, cette eau réputée pour ses qualités purificatrices, accompagne une assiette de couscous d’orge brut très salé22 , offerts à l’hôte de passage, conformément aux volontés testamentaires du saint. Une mesure de sel, quelques poignées de dattes enfin, viendront compléter le don au pèlerin. Cette salle communique avec une cour où il est bienvenu d’immoler un animal. Une nourriture salée est proposée au pèlerin humain tandis que le sang des animaux sacrifiés est abandonné, une nuit durant, aux « autres gens » (c’est-à-dire aux esprits chtoniens, jenn-s).

1.2.4. Des seuils bénéfiques

18À chaque fois que sont franchis les portes et les seuils, on prononce « Au nom de Dieu » ; de même il ne faut pas passer devant la caisse du saint sans soulever le clapet et prononcer un Bismillâh, « même si tu ne donnes rien ». Certains frappent chaque porte trois fois, et saluent le saint à chaque fois qu’ils pénètrent dans une salle. Il est recommandé de toucher les portes, les piliers, les porches, le plus possible pour bien s’imprégner de la baraka du saint ; certains embrassent discrètement les lieux les plus chargés symboliquement : le mur de la chaudière du saint, les sièges vénérables, certains passages coudés. La suie déposée dans la zawya (niche, chaudron, etc.) est considérée comme chargée de l’influx du saint : comme on boit l’eau et on mange le couscous, on peut se mettre un peu de suie sur la paupière ou sur une blessure, pour guérir ou pour prévenir tout mal.

19Comme pendant les bénédictions, nous remarquons à Imi n’Tatelt, notamment dans la zawya, qu’à chaque fois que le mot « Dieu » ou que le nom du saint est prononcé dans l’assistance, il n’est pas rare que de nombreuses personnes fassent aussitôt ce geste de passer l’index du milieu du front à la bouche et prononcent en même temps « Tnslim » (je te salue), « tnslim yâ Sîdî nki » (Je te salue Mon saint à moi). Beaucoup murmurent plus qu’ils ne prononcent « ntslim » (ou « tslim ») sans faire l’ensemble du geste ; c’est une expiration murmurée dans un souffle.

20La zawya est le seul lieu sacré – avec le tombeau – qui soit accessible aux femmes. Contrairement aux ruelles du village, c’est le seul lieu où elles peuvent, si elles y sont autorisées, se promener librement. Discrètement, à l’insu de certains hommes qui les critiqueraient, elles y pratiquent un certain nombre de rites bénéfiques. Aller faire sa ziyâra (visite pieuse) et négliger de faire ce qui s’apparente à des stations réglées, peut porter malheur. Dans l’antichambre de la cuisine du saint, un marchepied ouvre sur une petite meurtrière en façade. Elle se trouve en face du tombeau ; on y monte et on fait ses invocations. Lorsque ensuite, on se recueille un moment et que l’orge est offert, on en mange une partie et l’on met l’autre dans un sac pour que « la famille en profite aussi, et les amis ». De même, alors, on tend sa gourde ou sa bouteille en plastique au préposé pour qu’il la remplisse d’un peu d’eau du saint. Enfin, on termine en se rendant dans la cour à sacrifices de la zawya. Des pousses de palmiers et de jeunes palmiers ont poussé entre les dalles de pierre. Ces arbres sont chargés de nœuds, de filins ; la jeune fille noue alors son vœu à une palme et s’en va. Les métaphores sont explicites : les meules sont réservées aux femmes, les jeunes pousses aux jeunes filles.

1.2.5. Azreg n’wado et la zawya fut !

21Ayant mangé le couscous, fait ses bénédictions et ses suppliques, bu l’eau du saint, on peut encore se reposer dans les espaces réservés aux hôtes, ou dans les espaces de passage. C’est là qu’on choisit de raconter au visiteur comment la zawya fut édifiée et qu’on lui dévoile l’un de ses prodiges fameux : azreg n’wado, le « moulin à vent ». Avant de poursuivre la visite non plus seulement du sanctuaire mais aussi des espaces sacrés qui l’environnent, venons-en donc aux génies constructif et hydrique du saint et au lien automatiquement établi entre l’eau et sa baraka, où à nouveau il sera question de roues démultiplicatrices :

  • 23 Témoignage oral de feu Mohamed Oultiligh (70 ans environ), faisait partie des quatre familles desce (...)

« Quand il n’y avait plus d’eau, il faisait pleuvoir, et nous avions de l’eau en abondance. …Un jour l’Archange Gabriel lui apparût et lui annonça que 366 saints allaient venir lui construire la zawya. Ils se relayèrent jour et nuit. La journée, les saints travaillèrent, et la nuit suivante, les anges terminèrent la medersa. Alors, Sîdî Mhammd Û Ya‘qûb put accueillir les pauvres et les orphelins. Dieu envoya tout ce qui était nécessaire avec un moulin à vent, azreg n’wado. Le matin ils trouvaient le bois nécessaire. L’orge venait de cette meule plantée sur la colline, face à la Zawya, la farine une fois moulue venait seule, portée par le vent. Chaque nouvelle journée renouvelait le miracle » 23.

22Le saint a donc tout édifié, avec le concours de la Providence divine ou du moins des jenn-s bienfaisants, mais cela s’est fait dans un ordre précis : l’eau d’abord, la zawya ensuite, construite pour abriter un enseignement religieux. A l’instar du Prophète, c’est l’Archange Gabriel qui vint lui annoncer ces miracles, permis par la seule volonté divine. Dieu envoie également un moulin à vent, azreg n’wado, qui lui permet de mieux répandre le don de Dieu.

23Cette image démultiplicatrice d’une roue d’abondance, est désormais tue ; les femmes plus volontiers que les hommes continuent à la relater, et l’évoquent aussi en chansonnettes et comptines. On peut pourtant la voir dans le paysage, et le mûssem de mars y a établi son point de départ, à quelques mètres à peine des « ruines du moulin ». Il n’est pas innocent non plus que ce lieu constitué de deux pierres, une gisante et une dormante, sans doute ce qu’il reste de la structure initiale de la meule, soit appelé « la femme et l’homme ». La fécondité est bien au cœur des rites pratiqués à Imi n’Tatelt. Ce bref aperçu des lieux sacrés, des bribes de légende auxquelles ils renvoient, et du fonctionnement du lieu laissent progressivement entrevoir la figure du saint. La zawya est une enceinte, microcosme des productions humaines. Les traditions sans cesse perpétuées en assurent la continuité et la fécondité de même que les paroles du saint. Trait d’union entre Dieu et les hommes, c’est bien un lieu de fécondité où toute la communauté est rassemblée dans ses rapports hiérarchiques.

1.2.6. Le h’urûm du saint

24L’extension des aires sacrées du saint (h’urûm) sont données à travers les légendes mais également les successions des processions ; ces dernières, en effet, changent en fonction du groupe d’appartenance. L’ensemble des processions donne à lire les limites de l’aire placée sous la protection du saint, autour de son tombeau. La Planche n°3 explicite les lieux identifiables, unis à la zawya fondatrice :

« Le premier h’urûm est la zawya du temps du saint vivant ; les palmiers étaient à la place où aujourd’hui il y a le tombeau, irrigué par la source, nous voyons les traces (furu‘) de ce premier h’urûm [avant sa mort]. Ces parcelles (buq‘a) ont été cédées au saint, comme un don (çadaqa), lorsqu’il est mort. Il a été enterré là, selon sa volonté.

« Un lignage - celui des Ayt Mûssû - n’a pas voulu ni vendre, ni céder certaines parcelles, ils [les ont conservées] pour enterrer leurs morts, c’est le premier cimetière ».

25En général, toutes les aires sacrées sont identifiées par rapport à l’histoire et/ou au rituel :

  • 24 El Alîm El-Yaqûbî, mars 2004. Les Yaqûbîyyin-s désignent les descendants du Saint. Ici, le ‘alim(...)

« La terre du talimemt (oratoire) est très ancienne, je parle de celle qui est au-dessus de la mosquée du haut. La terre du tombeau à l’origine était réservée aux cultures, ses fils n’ont, ensuite, pas cessé d’acheter les terres autour du tombeau et nous avons, aujourd’hui, ce cimetière, les enfants, les parents des enfants, ont acheté là pour enterrer leurs morts, tous descendants du saint. Ils voulaient être à ses côtés. La zawya a été construite par Mhammd Û Ya‘qûb, Azreg n’wado aussi. Imi n’tatelt tout entier est son h’urûm, il l’est devenu après la mort du saint »24 .

26À Imi n’Tatelt, le tombeau du saint est au centre de l’oued (plus précisément en bordure), et comme le village est en surplomb des deux côtés de la rive, d’où que l’on soit, on aperçoit le tombeau. Le saint-sourcier a choisi d’être enterré auprès de l’eau qu’il mit jadis en valeur : les khetarra-s qui conduisent l’eau passent à proximité, quelques palmiers prouvent que la terre n’est pas complètement inculte, ou que du moins, le saint reposant là, a permis que quelques palmiers s’élèvent. Ensuite, le tombeau accueille toute la descendance, il est le cimetière des Ya‘qûbîyyin-s.

27La mémoire orale nous apprend ainsi que le cimetière aurait supplanté les jardins. Ceci est aussi, quelque part, la métaphore emblématique de la position de cette descendance sur le long terme : maintenant que le saint a répandu la baraka, maintenant que la mystique seule commande, il n’est plus besoin de travailler, les dons viennent à soi. Les terres anciennement destinées aux cultures peuvent changer de vocation et devenir la nécropole Ya‘qûbîya.

1.2.7. Une polarisation structurante

28Mais l’espace sacré d’Imi n’Tatelt, dont le tombeau occupe le centre, a une structuration particulière qui a décidé de l’orchestration des rites, avec un début, une fin, et des circonvolutions qui se répètent différemment selon les rituels. Il n’y a pas, à Imi n’Tatelt, d’après les témoignages oraux, de lieux profanes – hormis les maisons – avec un centre et un affaiblissement de la sacralité à mesure qu’on s’en éloigne : tout Imi n’Tatelt est une aire sacrée (comme si le centre sacré - le corps du saint - irradiait jusqu’à sa périphérie). Pas seulement la sépulture : la zawya, les mosquées, les sources, lesquelles constituent, nous le verrons, des stations dans les rituels. Mais aussi, certaines buttes, les « portes » symboliques placées sur chaque route menant à Imi n’Tatelt, certaines places sur lesquelles il est interdit de construire. Tout, à Imi n’Tatelt doit renvoyer au saint ; mais même si son h’urm tend à se répandre à l’infini, en certains lieux cependant, des pointes de sacré plus intenses, sont particularisées.

29Après le tombeau, c’est la zawya et les deux mosquées qui sont ainsi considérées comme fortement imprégnées de sacré. La zawya est environnée de deux lieux où le sacré est réputé plus dense encore : les deux talimemt-s qui l’encadrent en ses deux portes opposées. Ces oratoires - mih’rabs indiquant la Mecque permettent de bénéficier d’aires à prière à ciel ouvert. L’un est placé sur les citernes de la zawya, citernes toujours éminemment sacrées dans le Sud et dans les greniers, nous l’avons vu, et, l’autre à l’intérieur de la zawya, est le talimemt d’un des plus grands « pôles de la mystique musulmane au Maroc » (Pascon 1984 : 162) : Sîdî Ahmed U Mûsâ.

30La zawya dont la visite nous avait indiquée, plus haut, la structure spatiale et le fonctionnement, connaît une histoire particulière qui nous avait été racontée par le doyen, feu My Mohamed (en une nuit, 366 anges l’avaient édifiée). Un nouvel interlocuteur, plus moderniste et moins âgé, plus calculateur, homme de pouvoir de surcroît, s’essaye de nouveau à faire œuvre didactique. Pragmatique, celui qu’on surnomme Lya‘qûbî El‘Alîm (le savant) va donner une double explication aux choses du sacré ; sans leur retirer le surnaturel, il va modifier l’histoire légendaire de la zawya pour la rendre plus recevable aujourd’hui. Ce polissage de la mémoire orale fonctionne ici comme une autocensure :

  • 25 Izzugen, réfugié, fugitif, hajjern, exilé, inghkra, un assassin. Dya est le « prix du sang », tout (...)

« La zawya est venue d’un coup et en même temps elle n’est pas venue d’un coup, parce qu’effectivement, tu as bien vu qu’elle était reconstruite. La mosquée est à part. – Je t’explique : Les ouvriers de la zawya du temps du siba ne pouvaient quitter le village, il y avait des pillards partout, ils tuaient les gens, partout dès que tu sortais du village. Alors les gens avaient peur pour leurs familles, pour leurs enfants, ils ne pouvaient pas aller prier dans l’autre mosquée, ils priaient dans cette mosquée des imzwagn (les fugitifs25), ils y vivaient douze ans, cinq ans, deux ans, le temps qu’il fallait pour que les familles leur pardonnent. Ou jusqu’à ce que le sang soit versé (dya). À la zawya ils étaient les protégés du saint, personne ne pouvait rien leur faire, aucun mal. À la zawya, ils avaient tout : pour manger, boire et prier. Ils s’occupaient de l’entretien, ils se rendaient utiles.

« La mosquée a été construite, puis la zawya, puis les magasins (khizana) depuis la porte centrale. Ensuite les murs sont tombés et Ahmed Ultlligh a restauré les façades, les citernes intérieures, les deux anciennes ont été refaites (isulhân), et celles qui sont à l’intérieur ont été rajoutées dans la « maison des femmes », c’était dans les années 1950.

« La première rénovation c’était pour l’eau, la première citerne contient l’eau, l’autre était destinée à l’huile, ils ont eu peur que ça ne fonctionne pas, alors ils l’ont finalement affectée à l’eau. Ensuite ils ont construit tigemmi n’zelt. Cette maison est réservée aux orphelins, aux pauvres, aux nécessiteux. Ils vivent là-bas avec les enfants dans une chambre de la zawya. Si quelqu’un part, un autre vient et le remplace.

« La source d’Imzi et tout ce qui est sous Imzi est très ancien, c’est le plus ancien à Imi n’Tatelt. Ils existaient avant [le saint] ; ils ont rajouté l’agadir où ils habitèrent après la mort du saint, Agadir Adghala, ça s’appelle. C’était leur forteresse (h’isn). Ils ont rajouté la partie près du puits ; mais Tafra-ut, la source, et Izder, le village du bas, [le saint] les a trouvés [tels quels en arrivant] ».

31Ce témoignage montre les paliers sacrés qui se succèdent à Imi n’Tatelt, autour de l’implantation centrale et en surplomb, de la zawya. Ceci justifie en partie, l’implantation des trois villages, autour des sources, avec deux structures anciennes, Izder et Agadir. Un village du haut et un village du bas.

32On dit ainsi, communément, qu’Imi n’Tatelt possède trois portes : la porte d’Arkun, la porte du haut et la porte du bas. Ces trois directions sont liées à l’hagiographie du saint et à ses liens avec les tribus. Nous allons voir en effet, lors des rituels des mûssem-s que ces lieux prennent une coloration différente, selon la tribu en visite. Nous verrons enfin, que toujours à l’image du Prophète, et du pèlerinage à la Mecque, les processions ont un ordre et un sens précis qui s’articulent à des bornes précises qui conduisent aussi à des comportements précis à l’instar d’autres lieux tout aussi chargés :

  • 26 Pascon P. (dir.). La maison d’Iligh…, 1984, p. 165-166 à propos de la zawya du Tazerwalt.

« Cette géométrie conduit le comportement du pèlerin qui parcourt un rayon dans n’importe quel sens, mais aussi la distribution des rites comme celle de la vie matérielle. Mais il ne s’agit pas d’un espace isomorphe en raison des accidents topographiques qui offrent des facilités différentielles et par suite la création profane d’itinéraires de progression vers le centre : les chemins avec leurs pentes et leurs paliers, c’est à dire les stations qui les balisent. Ainsi les frontières du h’urm sont ouvertes par des portes qui sont justement les bornes du sacré, exigeant du pèlerin à l’entrée des stations respectueuses, soutenues par des prières et des psalmodies, et au pèlerin s’éloignant des arrêts, retournements en arrière et salutations au saint» 26

33Il est évident que le système des rituels s’est élaboré sur un très long terme et que, génie du lieu et fonds légendaire, se mêlent pour donner une signification précise à chacun des actes du dispositif. Chaque rituel s’adapte à son époque. Il y a eu sans doute des rites avant le saint. Nous observons de petites variantes, des oublis, des gommages, des assimilations aujourd’hui, et sans doute cela évoluera-t-il encore. L’aire sacrée et le rituel d’Azreg n’wado qui s’y rattache est un exemple de réecriture contemporaine qui tend vers l’assèchement de l’ancienne symbolique de manne providentielle, comme on le verra dans la description du premier mûssem. Si le centre célébré reste le même (le corps du saint), chaque époque remodèle son rituel. Le lieu devient un palimpseste : on efface l’ancien rituel pour inscrire le nouveau. La vivacité du lieu tient alors à sa capacité à agréger des pratiques contemporaines et non du fait de la récitation-duplication de rituels figés à jamais.

Notes

16 Marquis de Segonzac, Voyages au Maroc (1899-1901), Armand Colin, Paris, 1903, p. 125.

17 La mémoire locale a souvenir d’une inondation soudaine dans les années 1950 qui emporta, la nuit, pèlerins et marchands installés dans l’Oued habituellement sec. Elle fit une dizaine de morts.

18 Paradoxalement, c’est cette pauvreté des revenus aujourd’hui qui aura permis que perdurent jusqu’à nous, les témoins d’une architecture majestueuse qui mériterait d’être protégée des méfaits du ciment.

19 Ségonzac, op. cit, p. 126.

20 Ces espaces, fermés à clef, sont occupés par la descendance du Saint du Tazerwalt lorsqu’ils viennent au mûssem.

21 On dit à Imi n’Tatlet et dans les montagnes « lburuk » pour désigner l’influx bénéfique du Saint, ce qui se prononce généralement en ville « lbaruk ». Baruk renvoie aussi à l’idée d’offrandes rituelles, cadeau, dons en nature, dont on charge un parent en visite, et tout ce qu’on ramène du sanctuaire : des dons en retour des tirba‘în-s.

22 C’est le « tâm » (tâm, repas) que des pauvres réfugiés dans la zawya présentent au Marquis de Ségonzac : « un keskous d’orge mêlé de paille hachée », idem., p. 127. Doutté emploie ce mot pour désigner des banquets sacrificiels de Saint en Algérie, agapes généralement à base de couscous (1908 : 481).

23 Témoignage oral de feu Mohamed Oultiligh (70 ans environ), faisait partie des quatre familles descendantes directes du Saint. C’est son oncle, qui avait la direction de la Zawya, juste avant la colonisation ; maison de la famille, Imi n’Tatelt, octobre 2003.

24 El Alîm El-Yaqûbî, mars 2004. Les Yaqûbîyyin-s désignent les descendants du Saint. Ici, le ‘alim a utilisé le mot berbère talimemt qui désigne habituellement le mihrab (niche orientant traditionnellement la prière) pour renvoyer à cet oratoire en plein-air. Les raccourcis de pensée et la métonymie pour désigner l’usage des lieux est fréquente comme on le verra.

25 Izzugen, réfugié, fugitif, hajjern, exilé, inghkra, un assassin. Dya est le « prix du sang », tout crime devait être réparé soit par la vengeance ou le rachat. La zawya servait d’intercesseur pour régler le litige et permettre aux parties de refonder un modus vivendi.

26 Pascon P. (dir.). La maison d’Iligh…, 1984, p. 165-166 à propos de la zawya du Tazerwalt.

© Centre Jacques-Berque, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540