Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation professionnelle en Allemagne

 | 
René Lasserre
, 
Alain Lattard

VII. Bilan et perspectives

Texte intégral

Les vertus de l’alternance

  • 1 Cf. à ce sujet Wolf-Dietrich Greinert, “Hat das duale System der Berufsausbildung seine Zukunft ber (...)
  • 2 Ce terme n'est d'ailleurs apparu qu'en 1964.
  • 3 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das duale System der Berufsausbildung in der Bundesrepublik Deutschland (...)

1Au terme de cette étude, une constatation s’impose, c’est la grande capacité d’adaptation du modèle allemand d’apprentissage1. Celle-ci est évidente sur le long terme si l’on n’oublie pas que le terme “système dual”2 légitime si l’on s’attache à la continuité institutionnelle, recouvre en fait plusieurs types de formation professionnelle qui se succèdent en l’espace de 100 ans. Du modèle initial issu de l’idéal artisanal, plutôt archaïque au regard des réalités de la grande entreprise, on passe progressivement à partir des années 30 à la formation spécifique d’un travailleur de type nouveau, l’ouvrier professionnel d’industrie. Puis, après la consolidation légale de 1969 et une période de remise en cause radicale dans les années 70, le système connaît une nouvelle mutation, qui lui permet de retrouver sa pleine légitimité en intégrant l’effet des changements technologiques3.

2Mis à part le dualisme institutionnel, l’autre élément de continuité dans cette longue histoire est ainsi le ressort de la modernisation réussie : c’est l’implantation au cœur de la sphère productive, qui permet à l’apprentissage de bien appréhender les besoins de qualification auxquels il se donne pour fonction première de répondre.

  • 4 Cf. à ce sujet Burkhardt Lutz, “Herausforderungen an eine zukunftsorientierte Berufsbildungspolitik (...)
  • 5 Cf., en particulier, Horst Kern/Michael Schumann, Industriearbeit und Arbeiterbewuβtsein, Francfort (...)

3Ce diagnostic est confirmé par l’importance qu’a eue dans l’évolution récente du système la discussion sur l’évolution des modes de production4. Les années 70 avaient été dominées par un regard plutôt pessimiste sur les perspectives de l’organisation du travail. Le discours sociologique dominant5, considérant que le processus de rationalisation industrielle allait provoquer une polarisation croissante des qualifications, encourageait en effet une réforme du système éducatif allant vers un tronc commun jusqu’au bac qui intègre la formation professionnelle. Compte tenu de l’importance du phénomène de déqualification attendu, l’accès généralisé à une formation scolaire longue trouvait sa justification pour la gauche et les syndicats dans l’objectif d’une plus grande égalité des chances, ainsi que d’un développement des facultés critiques et de l’épanouissement personnel qui ne paraissaient guère favorisés dans le travail. Les vertus d’une formation intégrée à la production passaient nettement à l’arrière-plan.

  • 6 Les premières analyses en ce sens émanent de Michael J. Piore/Charles F. Sabel, The Second Industri (...)
  • 7 A cet égard, la réforme des contenus prolonge et approfondit une tendance à la déspécialisation déj (...)

4Depuis le milieu des années 80, on assiste à un retournement de tendance. Un grand nombre d’analystes affirment que l’évolution des technologies crée les conditions d’une organisation du travail plus valorisante. Les nouveaux modes de production6 peuvent faire régresser le taylorisme et la centralisation, en permettant par exemple le travail en petits groupes au sein desquels se réaliserait une “reprofessionnalisation”, notamment par la réintégration aux tâches de production de certaines tâches de contrôle et d’entretien. Dès lors que patrons et syndicats misent de concert sur un tel scénario, l’apprentissage dual, système cogéré, retrouve une forte légitimité : tel est l’acquis des nouveaux règlements de formation, qui ne peuvent être centrés sur la polyvalence que parce que chaque partenaire y voit la chance de profiter au mieux des potentialités technologiques nouvelles7.

  • 8 Nous nous appuyons ici sur la typologie de Dieter Timmermann, “Szenario des Berufsbildungssystems”,(...)

5Avec l’effacement de la perspective des années 70, qui prenait pour seul critère la démocratisation du système éducatif, l’apprentissage dual peut de nouveau faire valoir ses qualités intrinsèques8 :

  1. il assure à l’économie une offre abondante de main d’œuvre hautement qualifiée ;

  2. il contribue à maintenir à un niveau très bas le chômage des jeunes en les formant à des professions reconnues par les employeurs, puisque codéfinies par les entreprises et effectuées en leur sein ;

  3. il participe, compte tenu d’un taux d’apprentissage qui, rapporté à une génération, approche les 70 %, à l’intégration sociale de la majorité des jeunes en leur offrant une formation et des perspectives d’emploi ;

  4. il remplit une fonction de socialisation en procurant aux apprentis les premières expériences de l’entreprise et de la vie professionnelle ;

    • 9 Les filières de promotion vers les emplois de techniciens ont été évoquées au chapitre VI. Pour l'i (...)

    enfin, il forme une main d’œuvre professionnelle au sein de laquelle, par le jeu de la mobilité interne, peuvent être recrutés un grand nombre de cadres moyens et même supérieurs9.

Le tribut de la modernisation

6L’efficacité reconnue du système dual ne doit cependant pas faire oublier une série de problèmes. Les premiers sont d’ordre qualitatif et représentent en quelque sorte le tribut de la modernisation.

  • 10 Cf. à ce sujet Hermann Schmidt, “Zukunft von Qualifikation und Bildung”, in : Joachim Jesse et al.,(...)

7Comme nous l’avons dit au chapitre IV, l’importance désormais donnée aux qualifications-clés exige des entreprises un effort pédagogique et d’organisation, quand elle ne leur demande pas de former à des domaines techniques ne correspondant pas à leur équipement productif. Si une telle contrainte peut être maîtrisée par les grandes sociétés, qui ont des ateliers d’apprentissage, elle risque de mettre en difficulté beaucoup de PME. Celles-ci jouent pourtant un rôle stratégique, puisqu’elles offrent environ 2/3 des contrats de formation. Dans ces conditions, les centres d’apprentissage inter-entreprises sont de plus en plus nécessaires. Si l’on considère cependant que les quelques 600 centres actuellement en service – pour la plupart dans l’artisanat – occasionnent déjà des frais courants de plus de 800 millions de mark par an, il apparaît que la généralisation d’une telle solution risque de poser des problèmes financiers. Pourra-t-on en rester aux procédures de financement internes à l’économie (collecte de contributions par les chambres de commerce ou par des organismes de branche) ? Ou le débat sur un cofinancement public ne va-t-il pas bientôt ressurgir, avec ses suspicions et ses polémiques sur le risque d’étatisation du système ?10.

8L’évolution qualitative du système a par ailleurs affecté le rôle de l’école professionnelle. L’objectif des nouveaux règlements de formation est en effet de transmettre aux jeunes non seulement des savoirs et des savoir-faire, mais de les rendre “capables de prendre des initiatives” (Handlungskompetenz) à l’intérieur de leur domaine technique. Les méthodes pédagogiques qui correspondent à cette ambition tendent donc à faire éclater les frontières tant disciplinaires que fonctionnelles, notamment en structurant l’enseignement autour de projets. C’est dire que la division du travail traditionnelle, déjà peu adaptée, qui confie la théorie à l’école et la pratique à l’entreprise n’a plus guère de sens.

  • 11 Cf. p. ex. Rainer Janisch, “Zur Gefahr einer Privatisierung der beruflichen Erstausbildung in der B (...)

9Pour répondre aux nouveaux besoins, il faudrait non seulement que les Berufsschulen coopèrent étroitement avec les entreprises, mais aussi qu’elles rénovent et restructurent leur propre enseignement. Or, l’école professionnelle est en crise, car elle a trop peu de crédits, manque d’enseignants (faute de postes, mais aussi de candidats à ces postes), qui ont en outre trop peu d’occasions de se recycler. Sa position est donc faible, en particulier face aux grandes entreprises, qui organisent de plus en plus un enseignement théorique et professionnalisent leur pédagogie. Pour certains analystes, le déséquilibre est déjà si fort qu’on peut craindre une privatisation rampante de l’apprentissage11.

Les problèmes de recrutement

10Mais les difficultés les plus préoccupantes pour l’avenir du système dual se manifestent de façon quantitative. L’évolution démographique et la modification des comportements éducatifs risquent en effet de poser à terme de sérieux problèmes de recrutement. Non seulement le nombre de jeunes en âge de faire un apprentissage diminue notablement par suite de l’arrivée des classes creuses, mais l’apprentissage dual voit sa prédominance dans le système éducatif allemand peu à peu grignotée, alors même que les scénarios d’évolution des structures de production ne laissent pas présager une diminution des besoins dans les types de qualifications qu’il délivre.

11A cet égard, le fait que les effectifs universitaires aient, pour la première fois dans l’histoire éducative de l’Allemagne, dépassé en 1990 ceux de l’apprentissage a joué le rôle de révélateur dans l’opinion. La statistique, largement reproduite par la presse, est certes trompeuse compte tenu de l’inégale durée des formations, 3 ans et demi pour la formation duale, 6 ans en moyenne pour les études universitaires. Mesuré en flux d’entrée, le nombre de nouveaux apprentis reste aujourd’hui encore plus de deux fois supérieur à celui des étudiants de première année. Mais dix ans plus tôt, il y avait deux fois moins d’universitaires que d’apprentis.

12C’est dire que le phénomène d’allongement des études n’est pas nouveau non plus en Allemagne, mais ayant commencé plus tard qu’en France et s’étant tout d’abord opéré sans diminuer la base de recrutement du système dual, il était jusqu’alors moins visible. Comme le montre la figure 12, de 1960 à 1986, le système dual a presque maintenu sa part dans les classes d’âge de 15 à 19 ans. Au vu des chiffres, cette stabilité semble s’expliquer par un effet de substitution : l’apprentissage a pu puiser dans le réservoir des jeunes qui auraient auparavant exercé une activité sans formation préalable pour compenser les départs en direction du système scolaire. Pour schématique que soit cette interprétation, elle situe bien le problème actuel : au fur et à mesure que le système scolaire attire davantage de jeunes, le “vivier” des apprentis potentiels ne peut que s’amenuiser. Le système dual semble donc arrivé à un tournant de son évolution.

Figure 12. Position vis-à-vis du système éducatif des 15-19 ans - en % (population résidente)

Figure 12. Position vis-à-vis du système éducatif des 15-19 ans - en % (population résidente)

(1) Y compris les jeunes en activité ou au chômage de moins de 18 ans, qui sont tenus d’aller à mi-temps à la Berufsschule. (2) Enseignement général, enseignement supérieur, écoles professionnelles à plein temps.

  • 12 Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Berufsbildungsbericht 1992, Bad Honnef, 1992, p. 18

13En pratique, ce phénomène se traduit déjà par un manque de main d’œuvre qualifiée. Selon le dernier rapport sur la formation professionnelle du gouvernement fédéral, l’offre de places d’apprentissage dual dépassait de plus de 20 % la demande. Il est vrai que les données sur l’offre et la demande d’apprentissage publié par l’Office fédéral du travail dramatisent la situation dans la mesure où, dans une telle conjoncture, un nombre croissant de jeunes trouvent une place d’apprentissage sans passer par les bureaux de placement officiels, mais le solde déficitaire n’est pas contestable : pour l’année 1991, il s’élève à environ 120 00012.

14Ce déséquilibre global recouvre des phénomènes différenciés. Il se manifeste à des degrés divers non seulement selon les régions, mais aussi selon les secteurs et les professions. L’artisanat est particulièrement touché : depuis le maximum de 1979 (40,2 %), sa part dans le système dual est tombée en 1990 à un minimum historique de 33 %. Cette évolution a certes un aspect favorable, dans la mesure où, après des années d’offre insuffisante, les jeunes ont de nouveau le choix et peuvent légitimement refuser d’aller dans les entreprises dont la formation est insuffisante. Mais au delà du retournement conjoncturel, apparaît un facteur plus profond, qui touche à la nature des choix professionnels : c’est la désaffection croissante pour les professions manuelles et techniques, ainsi que pour les activités commerciales peu qualifiées au profit des activités de service de moyen et haut niveau et, de façon générale, des métiers administratifs et de bureau.

  • 13 Ces chiffres – et les suivants – ont été calculés d'après Bundesministerium für Bildung und Wissens (...)

15Certes, parallèlement à l’augmentation du nombre de jeunes atteignant le niveau bac (environ 30 % des sorties du système scolaire et 35 % des classes d’âge scolarisées correspondantes13), le système dual recrute de plus en plus à ce niveau (17,2 % des apprentis en 1991). Cette évolution correspond d’ailleurs à l’élévation des qualifications requises dans un certain nombre de cas, en particulier par certaines professions commerciales et bancaires, où les produits se complexifient et le contact avec la clientèle devient de plus en plus important, ou encore dans certaines branches du travail des métaux, où des connaissances informatiques deviennent indispensables pour programmer les machines. En recrutant des bacheliers, les employeurs risquent cependant de ne pas amortir leur investissement-formation, car l’apprentissage n’est pour une part croissante de ceux-ci (près de 20 % actuellement) qu’une étape avant la poursuite ultérieure des études.

16Les entreprises peuvent tenter de retenir les jeunes après la fin de leur formation par une politique systématique de formation continue et l’aménagement de plans de carrière attractifs. Mais les possibilités de promotion sont souvent limitées par la configuration hiérarchique. Reste la motivation par le niveau de rémunération, mais celle-ci rencontre des effets de butoir du fait des coûts salariaux déjà très élevés et des classifications en vigueur dans les conventions collectives.

17Lorsque la nature des qualifications à transmettre n’exige pas absolument de faire appel à des candidats bacheliers, les employeurs essaient d’échapper à ce risque en recrutant systématiquement des jeunes sortant de la Realschule ou de la Hauptschule, même s’ils n’ont pas obtenu le certificat de fin d’études. Cela signifie que globalement le déficit de recrutement peut finalement profiter à des jeunes jusque-là exclus de l’apprentissage en raison de leur échec scolaire. Encore faut-il que les entreprises en question fassent l’effort nécessaire en comblant les lacunes de formation générale par un renforcement de l’enseignement théorique dans l’établissement et par l’organisation d’un suivi pédagogique beaucoup plus serré. En la matière, la Berufsschule, qui aurait aussi un rôle important à jouer, ne le remplit que très imparfaitement.

18Pour rétablir les grands équilibres, il faudrait donc 1) attirer davantage de jeunes vers le système dual, 2) faire en sorte que ceux qui y rentrent se tournent aussi vers les professions artisanales ou industrielles, 3) et que s’ils choisissent l’apprentissage dans le tertiaire, ce soit plus souvent pour exercer le métier correspondant que pour continuer immédiatement un parcours de formation visant les études supérieures. Devant l’ampleur des problèmes, tous les acteurs du système dual ont pris conscience de la nécessité d’engager une politique globale.

  • 14 Pour le point de vue gouvernemental, cf. Fritz Schaumann, “Die Zukunft des dualen Systems”, in : Be (...)

19Pour le gouvernement, qui est largement approuvé par les organisations d’employeurs, il faut privilégier deux orientations : faire en sorte que la formation professionnelle ait “la même valeur” (Gleichwertigkeit) que le deuxième cycle d’enseignement général et reconnaître la différenciation des niveaux14.

20En instituant l’“équivalence” du cursus professionnel et du secondaire long, il s’agit d’éviter que l’apprentissage soit perçu comme un cul-de-sac. Sur le plan formel, cela suppose que soit décerné un certificat de fin de formation qui ouvre directement l’accès aux filières de l’enseignement supérieur. Sur le plan des contenus, une adaptation des programmes, notamment l’amélioration de l’enseignement de la Berufsschule, en est la condition nécessaire.

  • 15 Il est question d'élargir la formation aux champs professionnels voisins ou de permettre l'acquisit (...)

21Par ailleurs, le gouvernement prône une différenciation officielle des brevets de formation, indépendamment de la hiérarchie implicite qui existe déjà selon les professions et les entreprises choisies. Il souhaite en effet que, à l’intérieur d’un même établissement et pour un même métier, la diversité des capacités et des résultats individuels puisse être prise en compte. En offrant les options qui permettraient l’épanouissement des individualités15, et en les reconnaissant par des mentions correspondantes, le système dual pourrait espérer retenir les jeunes les plus doués, tout en continuant de former les autres.

22Ces propositions sont loin de susciter un accord unanime. L’idée d’une équivalence entre la formation professionnelle et le second cycle d’enseignement général est vue d’un bon oeil par les syndicats et par les professeurs de Berufsschulen. Elle ne suscite pas l’enthousiasme des présidents d’université, qui, loin de croire qu’une telle mesure renforcera l’attrait du système dual, craignent un afflux supplémentaire dans leurs établissements, déjà surchargés.

  • 16 Cf. p. ex. Andreas Gruschka, “Diplom kontra Gesellenbrief”, in : Gewerkschaftliche Bildungspolitik, (...)

23Mais, le point le plus controversé est le principe de la différenciation, auquel les syndicats sont résolument hostiles16. Ils considèrent que les différences de niveau existant entre professions et entreprises sont déjà suffisantes. Ils redoutent que, sous couvert de sauver l’apprentissage, la réforme ne permette la réintroduction systématique de professions semi-qualifiées que l’évolution des règlements de formation depuis la guerre avait pratiquement éliminées. Pour certains experts (comme Burkhardt Lutz), une telle différenciation n’est pas souhaitable pour une raison plus fondamentale, car elle risque d’institutionnaliser au sein même du secteur de l’enseignement professionnel les mécanismes méritocratiques qui nuisent à sa pérennité. Pour les syndicats, il faut chercher la solution dans une formation professionnelle pour tous, implantée dans le second cycle des lycées.

  • 17 Le pédagogue Karlheinz A. Geissler représente une exception notable. Pour lui, le système dual a so (...)

24Une telle revendication de cursus intégré formation professionnelle + baccalauréat semble nous ramener à la discussion des années 70. Mais si le débat actuel a effectivement des points communs avec celui d’il y a vingt ans, il s’en distingue sur un aspect fondamental. L’évolution de la théorie sociologique, de l’analyse des besoins de qualification et des modes d’organisation du travail conduit pratiquement tous les acteurs17 à reconnaître que les valeurs-clés du professionnalisme et de la polyvalence sont étroitement liées à l’alternance, c’est-à-dire au rôle primordial de l’entreprise dans la formation.

25Reste à savoir si le consensus nécessaire à une réforme pourra se dégager et surtout si des aménagements pédagogiques et institutionnels suffiront. Pourra-t-on infléchir les comportements éducatifs de façon significative et durable sans revaloriser le statut de l’ouvrier qualifié, ce qui implique notamment une évolution des hiérarchies de rémunération ? Car il en va de la formation professionnelle comme de l’éducation dans son ensemble : on ne peut traiter ses problèmes sans dépasser l’horizon du système éducatif lui-même.

Notes

1 Cf. à ce sujet Wolf-Dietrich Greinert, “Hat das duale System der Berufsausbildung seine Zukunft bereits hinter sich ?”, in : Berufsbildung n° 46 (1992) 2, p. 69-72.

2 Ce terme n'est d'ailleurs apparu qu'en 1964.

3 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das duale System der Berufsausbildung in der Bundesrepublik Deutschland, Eschborn, 1992.

4 Cf. à ce sujet Burkhardt Lutz, “Herausforderungen an eine zukunftsorientierte Berufsbildungspolitik”, in : Bundesinstitut fur Berufsbildung, Die Rolle der beruflichen Bildung und Berufsbildungsforschung im internationalen Vergleich (colloque du 25/10/1990), Berlin/Bonn, 1991.

5 Cf., en particulier, Horst Kern/Michael Schumann, Industriearbeit und Arbeiterbewuβtsein, Francfort s. M., 1970.

6 Les premières analyses en ce sens émanent de Michael J. Piore/Charles F. Sabel, The Second Industrial Divide. Possibilities for Prosperity, New York, 1984, et Horst Kern/Michael Schumann, Das Ende der Arbeitsteilung ? Rationalisierung in der industriellen Produktion, Munich, 1984. En français, cf. p. ex. Benjamin Coriat, L'atelier et le robot, Paris, 1990.

7 A cet égard, la réforme des contenus prolonge et approfondit une tendance à la déspécialisation déjà visible à la seule évolution du nombre de règlements d'apprentissage : d'environ 600 en 1970, on est passé aujourd'hui à moins de 400.

8 Nous nous appuyons ici sur la typologie de Dieter Timmermann, “Szenario des Berufsbildungssystems”, in : Frank Strikker/Dieter Timmermann (dir.), Berufsausbildung und Arbeitsmarkt in den 90er Jahren, Francfort s. M., 1990.

9 Les filières de promotion vers les emplois de techniciens ont été évoquées au chapitre VI. Pour l'importance significative de la promotion jusqu'aux fonctions de “cadres supérieurs”, cf. l'étude de Michel Bauer et Bénédicte Bertin-Mourot, Les viviers des 200 en France et en RFA, (CNRS-Heidrick & Struggles), Paris, 1991. La présence de dirigeants issus “du rang” fait évidemment bien plus pour la “culture d'entreprise” que tous les discours et toutes les politiques de communication interne.

10 Cf. à ce sujet Hermann Schmidt, “Zukunft von Qualifikation und Bildung”, in : Joachim Jesse et al., Zukunftswissen und Bildungsperspektiven, Baden-Baden, 1988 ; et Josef Hilbert/Helmut Voelzkow, “Neue theoretische Analysen des Berufsbildungssystems”, in : F. Strikker/D. Timmermann (dir.), Berufsbildung und Arbeitsmarkt..., op. cit.

11 Cf. p. ex. Rainer Janisch, “Zur Gefahr einer Privatisierung der beruflichen Erstausbildung in der Bundesrepublik Deutschland”, in : arbeiten und lernen, 8/1989, et Wolf-Dieter Greinert, “Auf dem Wege zum Marktmodell ? – Bemerkungen zur heraufziehenden Krise der dualen Berufsausbildung in der Bundesrepublik”, in : Klaus Harney/Gunter Pätzold, Arbeit und Ausbildung, Wissenschaft und Politik, Francfort s. M., 1990. Sur la situation de l'école professionnelle, cf. p. ex. Heinz-Peter Hahlhege, “Berufsschule und Berufsausbildung : Einseitige Anpassung oder wechselseitige Ergänzung ?”, in : F. Strikker/D. Timmermann, Berufsausbildung..., op. cit.

12 Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Berufsbildungsbericht 1992, Bad Honnef, 1992, p. 18.

13 Ces chiffres – et les suivants – ont été calculés d'après Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Grund- und Strukturdaten 1992/93, Bad Honnef, 1992.

14 Pour le point de vue gouvernemental, cf. Fritz Schaumann, “Die Zukunft des dualen Systems”, in : Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis 1/1991, et “Experten : Ernstmachen mit Gleichwertigkeit der Berufsbildung”, in : Handelsblatt 10/12/1992 ; pour celui du patronat, “Differenzierung, Durchlässigkeit, Leistung. Bildungspolitische Position der Spitzenverbände der Wirtschaft”, in : Die berufsbildende Schule, mars 1992.

15 Il est question d'élargir la formation aux champs professionnels voisins ou de permettre l'acquisition de qualifications complémentaires, p. ex. de connaissances techniques pour les agents commerciaux et de notions commerciales pour les apprentis dans des métiers techniques.

16 Cf. p. ex. Andreas Gruschka, “Diplom kontra Gesellenbrief”, in : Gewerkschaftliche Bildungspolitik, 3/1992.

17 Le pédagogue Karlheinz A. Geissler représente une exception notable. Pour lui, le système dual a son avenir derrière lui parce qu'il est fondé sur un rapport au travail historiquement dépassé, que, par référence à Hannah Arendt, il nomme le “paradigme de la fabrication”. Il a défendu ses thèses lors d'un congrès organisé en octobre 1990 par le BIBB (“Perspektiven der Weiterentwicklung des Systems der dualen Ausbildung in der Bundesrepublik”, in : BIBB, Die Rolle der beruflichen Bildung und Berufsbildungsforschung im internationalen Vergleich, Berlin/Bonn, 1991) et les a publiées sous une forme légèrement remaniée dans Leviathan 1/1991 : “Das Duale System der industriellen Berufsaus-bildung hat keine Zukunft”.

Table des illustrations

Titre Figure 12. Position vis-à-vis du système éducatif des 15-19 ans - en % (population résidente)
Légende (1) Y compris les jeunes en activité ou au chômage de moins de 18 ans, qui sont tenus d’aller à mi-temps à la Berufsschule. (2) Enseignement général, enseignement supérieur, écoles professionnelles à plein temps.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© IFAEE, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540