Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La formation professionnelle en Allemagne

 | 
René Lasserre
, 
Alain Lattard

III. L’entreprise formatrice au centre d’un système de régulation concertée

Testo integrale

1Le système dual s’intègre dans un dispositif institutionnel complexe qui assure une régulation-conciliation entre les logiques et les intérêts contradictoires des trois grands partenaires concernés : l’Etat, le patronat et les syndicats, mais qui préserve l’autonomie et le rôle prééminent de l’entreprise dans la mise en œuvre de la formation professionnelle initiale.

2Au niveau global, le dispositif met en jeu toute une série de procédures dont l’objectif consiste à trouver des arbitrages satisfaisants, et surtout des compromis opérationnels, entre trois grands types d’enjeux :

  • régulation centrale et autonomie régionale : il s’agit de concilier, d’une part, le principe constitutionnel du fédéralisme scolaire, qui implique la souveraineté quasi-totale des Länder en matière de politique éducative et scolaire, et d’autre part, la nécessité économique d’un contrôle central de la formation professionnelle en entreprise, garanti par une compétence fédérale exclusive. C’est en effet à l’Etat fédéral (Bund) que la Loi fondamentale confie la responsabilité économiquement vitale d’assurer l’homogénéité du marché du travail et la qualité des qualifications au sein des professions sur l’ensemble du territoire national ;

  • action de l’Etat et subsidiarité : il s’agit de concilier le principe d’une action codificatrice et d’un nécessaire contrôle de l’Etat en matière éducative avec celui, tout aussi crucial dans la culture économique et sociale allemande, de la subsidiarité. Ce principe reconnaît et consacre l’autonomie des agents économiques et des partenaires sociaux ainsi que leur droit fondamental à s’auto-organiser et à gérer eux-mêmes les questions qui les concernent directement (Selbstverwaltung) dans leur sphère immédiate d’activité, en l’occurrence la définition et la transmission des qualifications requises dans la vie professionnelle au sein de l’entreprise ; l’entreprise étant selon ce même principe mieux habilitée que toute autre instance à développer les qualifications dont elle a besoin ;

  • besoins de l’entreprise et droits des salariés : il s’agit enfin de concilier les intérêts économiques et sociaux différents, parfois antagoniques, des facteurs de production indissociables que sont le capital et le travail. Cela implique la concertation nécessaire des organisations patronales et des organisations syndicales de salariés, dans la gestion des qualifications. A cet égard, l’enjeu est fondamental pour la gestion des ressources humaines et pour la vie économique, car de la définition des qualifications dépend non seulement l’organisation du travail dans les entreprises, mais aussi l’échelle des classifications et des rémunérations.

L’Institut fédéral pour la formation professionnelle (Bundesinstitut fiir Berufsbildung – BIBB)
L’Institut fédéral de formation professionnelle (Bundesinstitut fur Berufsbildung) a succédé à la commission fédérale de formation professionnelle créée par la loi sur la formation professionnelle du 14 juin 1969. Son statut actuel a été défini par la loi de promotion de la formation professionnelle (Berufsbildungsförderungsgesetz) du 23 décembre 1981. Etablissement public dépendant directement des autorités fédérales et placé sous la tutelle du ministère fédéral de la Formation et de la Science, l’Institut est installé à la fois à Bonn et à Berlin, la plus grande partie de son potentiel (plus de 300 collaborateurs sur un total de 380) travaillant à Berlin. Financé pour l’essentiel par le gouvernement fédéral, il dispose d’un budget d’environ 40 millions de DM, dont plus de 30 millions sont toutefois absorbés par les frais de personnel.
Sa fonction est double : d’une part, il remplit une mission de recherche et de développement en matière de formation professionnelle. Dans ce domaine, s’il n’est pas seul, puisqu’il existe une trentaine d’instituts universitaires de pédagogie professionnelle (Wirtschafts-und Berufspädagogik), où sont par ailleurs formés les professeurs d’école professionnelle, il représente la plus forte concentration de moyens et de compétences ; d’autre part, il agit en tant que conseiller et prestataire de services auprès du gouvernement fédéral et de tous les acteurs de la formation professionnelle. La composition de son principal organe dirigeant, la commission centrale (Hauptausschuβ) où sont représentés à poids égal (11 voix) les organisations d’employeurs, les syndicats, les Länder et le gouvernement fédéral reflète bien ce rôle fédérateur. Il faut ajouter un représentant des communes et de l’Office fédéral du travail, qui ne participent toutefois pas aux votes. La commission centrale adopte le programme de recherche et fixe le budget ; elle s’exprime sur l’organisation du système de formation professionnelle, adopte les projets de règlements professionnels élaborés dans le cadre de l’Institut et vote une résolution concernant le rapport sur l’enseignement professionnel présenté chaque année par le ministre fédéral de la Formation et de la Science.
Les principaux domaines de travail de l’Institut sont la recherche sur les parcours professionnels et de formation ainsi que sur les processus d’apprentissage, l’élaboration des règlements de formation, la gestion de projets-pilotes financés par le gouvernement fédéral, la promotion des centres d’apprentissage inter-entreprises (financée hors-budget par l’Etat fédéral), la conception de programmes de formation continue pour les formateurs, le contrôle et l’agrément de programmes de télé-enseignement, ainsi que l’établissement de statistiques sur la formation professionnelle.

Un système de régulation tripartite à plusieurs niveaux

3Il découle de cette régulation triangulaire un système à plusieurs étages où l’on distingue différents niveaux de compétences (fédéral, sectoriel, régional, entreprise) à l’intérieur desquels interviennent et coopèrent sous des formes et à des fins diverses (réglementation, financement, gestion/mise en œuvre, contrôle) de multiples acteurs (pouvoirs publics fédéraux et régionaux, représentants de l’enseignement public, patronat, organismes consulaires et employeurs, syndicats et conseils d’entreprises). Le système apparaît quelque peu opaque à l’observateur français qui est habitué à la primauté du pilotage centralisé de l’Etat subsidiairement tempéré par la consultation des partenaires sociaux et à une gestion très partiellement déconcentrée au niveau régional et local.

4Pour l’essentiel, on distingue dans l’organisation du système allemand de formation professionnelle quatre niveaux significatifs de compétence et de régulation (cf. tableau synoptique ci-après) :

1. Le niveau fédéral interprofessionnel

5Le ministère fédéral de la Formation et de la Science (Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft – BMBW) exerce une fonction de législation, de contrôle et de coordination globale. Le cadre législatif de référence est la loi fédérale pour la formation professionnelle adoptée en 1969 (voir encadré au chapitre I). Celle-ci fournit un cadre général qui définit les principes de base auxquels doit se conformer toute entreprise souhaitant développer une activité de formation. En l’occurrence, il n’y a pas en Allemagne d’obligation légale de formation pour l’entreprise, mais au contraire pour celle-ci des conditions à satisfaire pour être habilitée à former des apprentis (elle doit en assurer les frais, disposer d’équipements techniques suffisants et de formateurs qualifiés et agréés).

6L’Etat fédéral met en outre à la disposition des professions un potentiel important d’expertise en matière d’étude des qualifications et des professions par l’intermédiaire du Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB – Institut fédéral pour la formation professionnelle), dans lequel les partenaires sociaux sont représentés à côté des pouvoirs publics (Bund et Länder) au sein d’une ommission centrale tripartite. Les travaux du BIBB servent de base à l’adoption des règlements de formation dans les différentes professions.

7Pour la partie scolaire de la formation, qui incombe aux Länder, existent des programmes-cadres pour les Berufsschulen qui sont élaborés au plan national par la conférence des ministres de l’Education des Länder (Kultusministerkonferenz – KMK)

2. Le niveau fédéral de la branche professionnelle

8C’est à ce niveau que sont principalement définis les règlements de formation pour les différents métiers de la branche industrielle ou artisanale considérée (Ausbildungsordnungen). Ces règlements de formation sont élaborés de manière concertée au sein de commissions pluripartites dans lesquelles siègent, à égalité de droits, des représentants de l’administration fédérale, des experts compétents du BIBB, des représentants du patronat et des chambres consulaires, des représentants des organisations syndicales, les uns et les autres étant compétents ou représentatifs dans le secteur professionnel considéré. Ces réglementations élaborées en commun par ces commissions sont ensuite promulguées sous forme de décrets par le ministère fédéral correspondant au secteur d’activité concerné et s’imposent à la profession, ce qui implique que toute entreprise qui forme des apprentis doit impérativement s’y conformer dans l’organisation et la mise en œuvre de ses plans de formation.

3. Le niveau régional interprofessionnel et professionnel

9A ce niveau est exercé le contrôle de l’application des règlements de formation sur le terrain, tant par les entreprises que par les écoles professionnelles. L’habilitation et le contrôle des entreprises incombe aux chambres d’industrie ou d’artisanat (selon l’affiliation), la tutelle sur les écoles étant exercée par le ministère de l’Education du Land. La certification des diplômes professionnels est cependant assurée par les chambres consulaires, qui ont la responsabilité d’organiser les examens (en coopération avec les formateurs d’entreprise et les enseignants de l’école professionnelle) et de contrôler l’acquisition des compétences.

10C’est également au niveau régional qu’est organisée la nécessaire coopération entre les représentants du monde professionnel (employeurs, organismes consulaires et syndicats) et les représentants du système éducatif du Land (niveau de compétence exclusive en matière scolaire) pour la coordination des programmes et l’organisation de l’alternance entreprise-école dans les différents secteurs de l’économie régionale.

4. Le niveau de l’entreprise

11L’entreprise assure, sur la base du contrat individuel de formation, la responsabilité entière de la formation en assumant, dans le strict respect du cadre réglementaire existant, toutes les obligations matérielles (financement, équipement, rémunération des apprentis et des formateurs), sociales (accueil et tutorat) et morales (qualité de la formation et succès final de l’apprenti) qui en découlent. L’entreprise ne peut cependant s’acquitter convenablement de cette mission qu’en coopération étroite avec d’autres partenaires :

  • la représentation salariée de l’entreprise, le conseil d’entreprise ayant légalement un droit de codécision sur la politique de formation (loi sur l’organisation interne des entreprises — Betriebsverfassungsgesetz) ;

  • l’école professionnelle, pour le bon déroulement du plan de formation et le suivi pédagogique des apprentis ;

  • ou bien encore d’autres entreprises dans le cadre des centres de formation inter-entreprises lorsque l’entreprise formatrice est une PME ne disposant pas de moyens techniques suffisants pour assurer seule sa formation.

La répartition des compétences dans le système dual

Fixation des objectifs et des contenus de formation

Financement

Niveau fédéral

Elaboration des règlements de formation (Ausbildungsordnungen) pour l’apprentissage en entreprise. Adoption d’un programme-cadre pour unifier les programmes de l’enseignement professionnel scolaire. La compétence formelle appartient au ministère fédéral de la Formation et de la Science pour l’apprentissage en entreprise, à la conférence des ministres de l’Education des Länder (KMK) pour le plan-cadre. En pratique, les résultats des travaux du l’Institut fédéral de formation professionnelle (BIBB) sont avalisés. Les décisions sont prises sur la base du consensus entre les partenaires sociaux.

Normalement, pas de ressources mobilisées à ce niveau. En fait, l’Etat fédéral peut intervenir en subventionnant l’offre de places d’apprentissage, notamment pour les catégories de jeunes en difficulté (comme il l’a fait dans les années de pénurie). En outre, les organisations représentatives de l’économie peuvent exhorter les entreprises à offrir davantage de places d’apprentissage (cf. chap. II).

Niveau sectoriel

Rôle primordial des représentants des partenaires sociaux à ce niveau dans l’élaboration des règlements de formation. Ils sont délégués au niveau fédéral ou consultés lors de l’élaboration.

Normalement, pas de ressources mobilisées à ce niveau, mais il existe dans certaines branches des fonds créés par conventions collectives (p. ex. le bâtiment, cf. chap. VI) auxquels versent les entreprises qui ne forment pas elles-mêmes, afin de cofinancer la formation des autres entreprises ou de financer des centres de formation interentreprises. Négociation à ce niveau des rémunérations des apprentis, qui rejaillit sur le coût de la formation.

Niveau régional

Influence exercée à ce niveau sur l’apprentissage en entreprise faible et médiate : les partenaires sociaux sont représentés dans les commissions de formation professionnelles (Landesausschüsse) qui conseillent les gouvernements des Länder, eux-mêmes représentés au niveau fédéral au sein du BIBB (dans le Länderausschuβ). Les chambres économiques (de commerce, des métiers, etc.) sont représentées par les négociateurs patronaux au niveau fédéral. Les programmes de Berufsschule sont élaborés par les ministres de l’Education des Länder, mais doivent respecter les normes du programme-cadre adopté au niveau fédéral.

Financement de la partie scolaire de l’apprentissage par les gouvernements des Länder. Mais ces gouvernements peuvent aussi, comme le gouvernement fédéral, subventionner à titre exceptionnel la création de places d’apprentissage. Ils l’ont fait dans la période de pénurie. Les chambres économiques peuvent, pour leur part, collecter des fonds pour organiser des ateliers inter-entreprises.

Niveau des entreprises

Niveau de compétence effectif, dans la mesure où les entreprises peuvent donner une formation de niveau supérieur aux normes du règlement d’apprentissage. C’est surtout le cas dans les grandes entreprises. Les conseils d’entreprise, qui ont un droit de codécision sur la manière dont est effectuée la formation, y exercent leur influence en ce sens.

Financement de la formation en entreprise par les entreprises elles-mêmes.

Mise en œuvre et gestion

Evaluation et contrôle

Evaluation du système de formation professionnelle dans un rapport annuel du gouvernement (Berufsbildungsbericht). Ce rapport s’appuie sur des données de l’Institut fédéral pour la formation professionnelle et est assorti d’une prise de position de la commission principale (Hauptausschuβ) de celui-ci. Prises de position régulières des instituts de recherche des syndicats et du patronat.

Niveau fédéral

Contribution des organisations professionnelles à la formation des formateurs dont sont responsables les chambres économiques, ainsi qu’à la mise en place et à la gestion de centres de formation interentreprises, dont celles-ci sont également responsables. Les syndicats de salariés sont associés à la gestion de ces centres.

Travail permanent d’évaluation au sein des organismes professionnels et des fédérations syndicales par le biais des liens avec les entreprises, mais pas de pouvoir d’intervention à ce niveau.

Niveau sectoriel

Forte implication des chambres économiques dans la mise en œuvre de l’apprentissage en entreprise : elles sont responsables des examens de fin d’apprentissage, de la formation des formateurs et de la gestion des centres de formation inter-entreprises. Les syndicats y sont représentés dans des commissions de formation professionnelle (Berufsbildungsausschüsse). L’enseignement scolaire s’effectue dans les Berufsschulen, établissements gérés par les Länder.

Contrôle de l’apprentissage en entreprise par les chambres économiques. En règle générale, leurs conseillers en formation (Ausbildungsberater), qui exercent ce contrôle, n’interviennent pourtant que lorsqu’apparaissent des dysfonctionnements (plaintes d’apprentis ou mauvais résultats aux examens dans une proportion inhabituelle). Les représentants syndicaux dans les commissions de formation des chambres peuvent attirer l’attention par des prises de position, mais n’ont pas le droit d’agir. Ils peuvent notamment être renseignés par des membres des conseils d’entreprise.

Niveau régional

Les conseils d’entreprise (Betriebsräte) ont un droit de codécision dans la mise en œuvre de l’apprentissage. Toutefois, il n’y a pas de Betriebsräte dans toutes les entreprises.

Contrôle par les conseils d’entreprise lorsqu’ils existent.

Niveau des entresprises

D’après : Wolfgang Streeck et al., Steuerung und Regulierung der beruflichen Bildung, Berlin, 1987.

12Ce dispositif complexe de régulation à tous les niveaux comporte nombre de contraintes et lourdeurs puisqu’il exige beaucoup de temps et de moyens et qu’il nécessite une concertation permanente entre tous les partenaires. De ce fait, il n’évolue que lentement, notamment pour ce qui est de l’adaptation et de la modernisation des règlements de formation, qui relèvent d’une procédure longue et parfois quelque peu laborieuse.

13Mais ce qui fait sa lourdeur garantit aussi sa stabilité et assure la nécessaire continuité des politiques de formation, lesquelles s’inscrivent par nature dans la durée. Cela garantit en outre sa légitimité sociale et surtout son efficacité, car des décisions et des orientations définies par consensus entre des interlocuteurs directement intéressés et compétents sont en général plus pertinentes, plus durables et mieux appliquées, puisque toutes les parties prenantes ont été associées à leur élaboration.

L’école professionnelle, maillon faible du système

14Ce système comporte néanmoins, dans son architecture globale, un point faible, celui de l’articulation entre l’apprentissage en entreprise et l’école professionnelle. Il existe en général une bonne coopération entre les deux composantes du système dual, fondée sur une longue pratique de dialogue et de concertation. Notre enquête nous a fourni de multiples exemples d’un partenariat vivant et effectif. Mais on relève également, dans la plupart des secteurs, des frictions latentes entre l’entreprise et l’école professionnelle qui sont dues principalement :

  • au fait que les programmes des Berufsschulen ne sont coordonnés avec les Ausbildungsordnungen que par des programmes-cadres nationaux (Rahmenpläne) assez généraux, qui peuvent être interprétés de façon assez différente selon les Länder ;

  • à une certaine concurrence entre entreprise et école pour le partage du temps de travail de l’apprenti — c’est d’autant plus vrai que l’entreprise est plus petite et compte sur la contribution productive de ce dernier. On voit en outre s’exprimer fréquemment des appréciations divergentes sur les contenus et la qualité de la formation dispensés par l’autre partenaire. En particulier, les entreprises se plaignent moins du caractère général de la formation scolaire, que de sa qualité quant à l’acquisition des savoirs fondamentaux ;

  • aux insuffisances propres des Berufsschulen : celles-ci apparaissent de plus en plus comme le parent pauvre du système éducatif : elles manquent de crédits et elles manquent de maîtres, en raison d’une crise de recrutement, liée elle-même à un déficit d’image par rapport aux établissements d’enseignement général. Il en résulte des vacances de postes et des absences non remplacées, des cours non rattrapés et des retards dans le respect des programmes, autant d’éléments qui sont perçus comme une perturbation et un manque d’efficacité par l’entreprise. En outre, la crise de recrutement entraîne également une baisse perceptible dans la qualification du corps enseignant, tandis que, sous l’effet d’un progrès technique rapide, le professionnalisme des formateurs d’entreprise, notamment dans les grandes entreprises, ne cesse de s’accroître. Cette "déconnexion rampante" de l’école professionnelle peut à terme devenir préoccupante, car elle risque de conduire progressivement à un grippage dans le dialogue et la coopération entre l’école et l’entreprise, menaçant ainsi l’équilibre général du système.

  • 1 Il faut préciser que les professeurs restent des diplômés d’Etat ayant un statut de fonctionnaires (...)

15Certaines entreprises, notamment les plus grandes, échappent à ces problèmes soit parce qu’elles disposent, par statut dérogatoire, de leur propre Berufsschule et s’en félicitent (cas de Bayer par exemple)1, soit parce qu’au niveau local, par des aides complémentaires et un soutien logistique et pédagogique multiforme, elles exercent une influence bénéfique sur le fonctionnement général de l’école. La situation est également plus favorable lorsqu’il existe une certaine concentration géographique des activités : ainsi à Cologne, capitale de l’assurance, les compagnies d’assurance qui y ont leur siège central ont favorisé la mise sur pied d’une école professionnelle orientée vers cette activité et qui accueille leurs apprentis. Cela contribue à une coopération très étroite entre les formateurs, à la cohésion et à la qualité de la formation dispensée dans la branche. La situation est cependant nettement moins favorable dans les zones à moindre densité urbaine, où le tissu économique est hétérogène et où prédomine la petite et moyenne entreprise. Dans ce cas de figure relativement fréquent, le standard moyen de la Berufsschule tend à se déprécier. Les difficultés des Berufsschulen et les critiques dont elles font parfois l’objet dans les milieux professionnels illustrent en fait, de façon indirecte mais assez clairement, la prépondérance de l’entreprise dans le système dual et l’ascendant qu’elle exerce.

Prépondérance de l’entreprise et consensus social

16Au total, deux éléments-clés assurent la cohérence et l’équilibre d’un système institutionnel aussi complexe :

1. Le rôle central de l’entreprise

17Celle-ci est en fait la clé de voûte de l’édifice, car c’est à elle qu’incombe la responsabilité effective de la mise en œuvre de la formation. Cette responsabilité s’exerce à travers le contrat de formation (Ausbildungsvertrag), contrat codifié et standardisé, qu’elle signe avec l’apprenti qu’elle a elle-même recruté parmi les candidats ayant sollicité auprès d’elle une place d’apprentissage. Tout au long de sa formation, l’apprenti sera statutairement placé sous son autorité, y compris pour ce qui est du bon déroulement et de la réussite de sa formation scolaire. Dans le système allemand, l’alternance se fait donc exclusivement sous statut entrepreneurial.

18En tant que maître d’œuvre de la formation, l’entreprise est responsable du respect de la Ausbildungsordnung, ce qui l’amène, le cas échéant, à devoir pallier elle-même les lacunes de la Berufsschule, afin d’assurer la réussite de l’apprenti. L’entreprise peut, de ce fait même, choisir la Berufsschule à laquelle elle envoie ses apprentis. Et surtout, c’est elle qui décide de former ou non et de demander son habilitation à devenir entreprise formatrice.

19Enfin, l’entreprise est effectivement maître d’œuvre de la formation, parce qu’elle y affecte ses moyens financiers et humains propres. En contrepartie, elle dispose d’une autonomie effective dans l’organisation proprement dite de la formation, à charge pour elle de se conformer aux obligations et aux normes de la réglementation. A partir du moment où elle a décidé de devenir formatrice et s’en est vue reconnaître la capacité, l’entreprise s’accommode sans difficulté majeure du respect du cadre réglementaire. Le contrôle auquel elle est soumise est davantage un contrôle de conformité que d’opportunité et de contenu. En particulier, rien ne l’empêche d’innover, d’adapter et d’améliorer ses formations en permanence, en allant souvent bien au delà de la réglementation-plancher, en fonction de ce qu’elle estime être ses besoins propres en termes de qualification de sa main-d’œuvre future. En ce sens, dans le cadre réglementaire imparti, l’entreprise est souveraine dans l’ampleur et les modalités de mise en œuvre de son investissement-formation.

2. Le consensus social

20L’entreprise ne peut cependant s’acquitter de cette tâche, laquelle est d’ailleurs un des principaux éléments qui la fait apparaître en Allemagne comme "entreprise citoyenne", que parce que le corps social lui reconnaît et lui confie cette responsabilité. La reconnaissance de la fonction formatrice de l’entreprise repose sur un consensus entre les pouvoirs publics et les partenaires sociaux. Il s’agit d’un consensus pragmatique que l’on pourrait qualifier de "pacte de qualification", dans lequel chaque partie trouve son compte : l’entreprise s’assure une main d’œuvre qualifiée adaptée à ses besoins, les syndicats parient sur la formation pour garantir un haut niveau de rémunération et une meilleure stabilité des emplois face aux évolutions techniques, les pouvoirs publics voient dans une insertion professionnelle efficace un facteur de stabilité sociale, de compétitivité et de croissance économiques.

21Ce consensus est un fait de base, plus solide que la conflictualité apparente : qu’on pense aux négociations sur la refonte de l’Ausbildungsordnung de la métallurgie, qui progressent de manière décisive en 1984, alors que les grèves sur la réduction du temps de travail battaient leur plein dans un climat d’agressivité extrême. De même, les polémiques sur la réforme du système de formation professionnelle de la fin des années 70 n’avaient pas empêché les négociations sur la refonte des qualifications dans le bâtiment de progresser (cf. chapitre IV).

22Ce consensus s’exerce au niveau fédéral à l’occasion des refontes en question, mais il joue également un rôle important au niveau de l’entreprise par l’intermédiaire du conseil d’entreprise qui dispose d’un droit de contrôle, avec pouvoir de codécision, sur l’organisation de la formation professionnelle à ce niveau. Le conseil d’entreprise peut ainsi éviter les abus, faire valoir les droits des apprentis et veiller à la qualité de la formation.

23Enfin, la dernière composante de ce consensus, et pas la moindre, puisqu’elle en est en fait le véritable ciment, c’est la légitimité dont jouit le système auprès des Allemands eux-mêmes, tant auprès des familles que des jeunes. Les uns et les autres voient dans l’apprentissage dual un système qui permet à la fois d’acquérir une qualification professionnelle solide, d’offrir au départ de bonnes chances d’insertion, puis par la suite, en fonction du mérite de chacun, de réelles possibilités de promotion professionnelle.

24De ce point de vue, le consensus ne saurait être considéré que comme un élément contextuel déterminant, car il est tout autant le produit que le fondement du système. Ainsi, à notre sens, l’efficacité du système dual réside moins dans une aptitude particulière de la société allemande au consensus, que dans la capacité de ses responsables politiques et sociaux à définir ensemble, de façon évolutive et pragmatique, des règles du jeu cohérentes et opérationnelles, dont la légitimité se construit à l’épreuve des faits.

Note

1 Il faut préciser que les professeurs restent des diplômés d’Etat ayant un statut de fonctionnaires détachés et que, bien entendu, les programmes officiels sont respectés.

© IFAEE, 1993

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540