Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation professionnelle en Allemagne

 | 
René Lasserre
, 
Alain Lattard

II. L’apprentissage dual : élément central d’un système diversifié de formation professionnelle

Texte intégral

1Avant d’analyser sa logique interne et ses résultats, il faut non seulement mettre l’apprentissage dual en perspective historique, mais aussi le situer dans son environnement. Tout comme il réalise en son sein une synthèse entre des traditions et des logiques divergentes, l’apprentissage dual se situe lui-même dans un système de formation professionnelle initiale diversifié. Il y occupe certes une position dominante, mais cohabite aussi avec des types de formation purement scolaires, coexistence qui contribue à la flexibilité globale du système.

La prépondérance du système dual

  • 1 Rappelons que l’apprentissage dure 3 ans ou 3 ans et demi.
  • 2 Chiffres tirés de : Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Berufsbildungsbericht 1992, Bad (...)

2Quelques chiffres suffisent à illustrer l’importance considérable du duales System. Au 31 décembre 1990, il drainait au total 1 476 000 jeunes (dont plus de 545 000 entrés en apprentissage dans le courant de l’année)1. Plus globalement, on peut dire qu’environ 70 % des jeunes passent actuellement par le système dual pour peu que l’on compte tous les apprentis, autant ceux ayant choisi cette voie dès la fin de leur formation générale, que ceux s’y étant engagés après avoir suivi une formation professionnelle scolaire à plein temps, ou dans tout autre cas de figure2.

Figure 1. Nombre total d’apprentis dans les Länder occidentaux 1975-1990

Figure 1. Nombre total d’apprentis dans les Länder occidentaux 1975-1990

D’après : Berufsbildungsbericht 1992

3De tels ordres de grandeur seraient évidemment impensables si, dans son acception allemande, le terme d’apprentissage n’avait pas une signification bien plus large qu’en France. La majeure partie des places d’apprentissage dual occupées se trouvent dans l’industrie et le commerce (de 46 à 52 % au cours des deux dernières décennies, 51,2 % en 1990), ainsi que dans l’artisanat (de 34 à 40 % selon les années de la même période, 33,0 % en 1990 – cf. tableau 1).

Tableau 1. Répartition des apprentis du système dual par secteur d’activité dans l’ancienne RFA 1973-1990

Tableau 1. Répartition des apprentis du système dual par secteur d’activité dans l’ancienne RFA 1973-1990

D’après : Berufsbildungsbericht 1992

  • 3 Berufsbildungsbericht 1992, op. cit., p. 91.
  • 4 Précisons que, dans le même temps, conformément aux efforts pour diminuer le nombre des qualificati (...)
  • 5 Cf. Rudolf Werner, “10 % der Auszubildenden in Grossbetrieben”, in : Berufsbildung in Wissenschaft (...)

4Cependant, les 374 professions reconnues3 du système dual se répartissent dans tous les secteurs de l’économie, donc également dans celui des professions libérales, des services publics, de l’agriculture, de l’économie domestique (Hauswirtschaft) et de la marine. A observer par ailleurs la dispersion des professions choisies, on s’aperçoit en outre qu’il existe une tendance à la diversification des choix4 (cf. tableau 2). Enfin, ce sont au total 513 000 établissements (secteur des services et professions libérales comprises) qui forment dans le cadre du système dual, c’est-à-dire à peu près 1 établissement sur 5, dont le taux d’apprentissage moyen (Ausbildungsquote — part des apprentis dans le total des salariés employés) s’établit à 6,5 %5.

  • 6 “Bildungsbeteiligung stieg weiter”, in : DIW Wochenbericht 45/88, 10/11/88. Pour des données plus c (...)

5Cette prépondérance du système dual apparaît tendanciellement stable : ainsi, de 1960 à 1980, le poids des apprentis dans la population résidente âgée de 15 à 19 ans se situe constamment entre 30 et 90 %6. Une telle constance des flux relatifs se traduit évidemment en termes de stock : il n’est donc pas étonnant de constater que pour la même année 1989, la part des diplômés du système dual dans le total des actifs occupés allemands s’établit à plus de 50 %.

6La stabilité globale (en part relative) des entrées dans le système dual recouvre certes des évolutions complexes sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement. L’origine des populations qu’il recrute évolue en particulier sous l’effet d’influences structurelles. Mais lorsqu’on observe, comme nous le verrons pour les dernières années (cf. chapitre VI), une érosion résultant du déclin démographique ou des modifications dans les parcours de formation, il faut noter que le système dual perd du terrain par rapport aux formations longues non-professionnelles. Ce n’est donc pas sa suprématie parmi l’ensemble des formations professionnelles qui est remise en cause.

7Le système dual a également été affecté par des fluctuations conjoncturelles. On ne saurait s’en étonner, car, compte tenu de la place centrale de l’entreprise, soulignée dans le chapitre précédent, il relève fondamentalement d’un modèle de marché : l’offre de formation résulte de la libre décision de l’employeur, liberté défendue jalousement, comme l’ont montré les débats sur l’opportunité d’un financement public additionnel dans les années 70.

Tableau 2. Les dix professions les plus choisies en 1990 par les apprentis masculins et féminins dans l’ancienne RFA

Tableau 2. Les dix professions les plus choisies en 1990 par les apprentis masculins et féminins dans l’ancienne RFA

D’après : Berufsbildungsbericht 1992

  • 7 Cf. Wolf-Dietrich Greinerî, “Marktmodell - Schulmodell - duales System, Grundtypen formalisierter B (...)

8Au niveau macro-économique, le principal risque d’un modèle marchand est donc l’insuffisance de l’offre d’apprentissage. La RFA a connu cette situation pendant quelques années après le premier choc pétrolier, puis plus longuement et plus gravement de 1982 à 1986/87, lorsqu’à la profonde récession s’ajoutait le poids des classes d’âge nombreuses sortant du système scolaire. Dans cette situation difficile, le système dual a cependant tiré parti du caractère mixte de sa régulation. Entre les modèles purement marchands (Japon et Etats-Unis) et purement scolaires (France), il occupe en effet une position médiane7. La logique de marché y est tempérée par une régulation d’Etat, qu’il s’agisse de régler la coopération avec le système scolaire ou de sanctionner les compromis d’une négociation institutionnalisée avec les syndicats. Certes, les pouvoirs publics ne peuvent forcer les entreprises à recruter des apprentis, mais ils disposent d’une marge de manœuvre non négligeable pour épauler le marché défaillant.

  • 8 II s’agit tout d’abord des mesures dites “de préparation professionnelle” (Berufsvorbereitungsmaβna (...)
  • 9 En 1986/87, plus de 35 000 jeunes ont profité de ces programmes.
  • 10 L’effet des subventions destinées à susciter la création de places d’apprentissage n’a, à notre con (...)
  • 11 Le risque de remise en cause du système dual était définitivement écarté depuis le changement de ma (...)

9Dans la période en question, ils ont pris toute une série d’initiatives en ce sens. Dans le cadre de la politique de l’emploi, l’Office fédéral du travail (Bundesansta.lt für Arbeit) a notamment renforcé les mesures profitant aux jeunes8 tandis que le gouvernement fédéral mettait en place des aides à l’emploi pour les groupes défavorisés (Benachteiligtenprogramm) – offrant une formation hors entreprise ou un soutien à l’apprentissage9 et que les Länder accordaient des subventions aux entreprises et augmentaient les capacités d’accueil des formations professionnelles purement scolaires (Berufsfachschulen, Berufsgrundbildungsjahr, Berufsvorbereitungsjahr)10. Par ailleurs, les critiques de plus en plus vives adressées au système dual conduisaient les milieux patronaux à augmenter de façon volontariste l’offre d’apprentissage pour essayer de restaurer la légitimité menacée du système11.

Les formations professionnelles scolaires à plein temps

  • 12 Citons, à titre d’exemple, les écoles de “l’élite ouvrière”, préparant aux artisanats d’art.

10A côté du système d’apprentissage dual existe aussi un secteur de formation professionnelle scolaire à plein temps. Ses caractéristiques, très variables, reflètent, pour une part, des particularités régionales ou des spécificités sectorielles. Le statut des établissements, qui portent le titre générique de Berufsfachschulen, est public, semi public ou privé, avec dans ces deux derniers cas une liaison plus ou moins étroite avec les chambres de commerce ou les chambres des métiers. Les études suivies peuvent donner une qualification professionnelle complète, soit (pour une faible part) dans des métiers couverts par ailleurs par l’offre du système dual12 soit pour des professions exclusivement préparées en milieu scolaire (comme bon nombre de professions de santé et d’assistants techniques dans l’industrie). Mais elles peuvent aussi ne donner qu’une formation professionnelle de base, avec, dans certains cas, l’acquisition simultanée d’un diplôme de formation générale. Le parcours d’études ultérieur peut alors déboucher sur le système dual ou retourner vers la formation non-professionnelle. Selon les cursus, la scolarité dans les Berufsfachschulen dure de 1 à 3 ans.

Les écoles professionnelles en Allemagne
Les strates de l’histoire et les cloisonnements du fédéralisme expliquent la grande différenciation des écoles professionnelles, dont nous ne pouvons rendre pleinement compte ici. Cependant, une simple présentation des grands types d’établissements met bien en évidence, malgré l’inévitable schématisme, le rôle structurant du système dual et l’importance des “passerelles”. Grâce à ces deux facteurs, la diversité n’est pas synonyme d’éclatement, mais va de pair avec une flexibilité qui permet réorientations et poursuites d’études. Les chiffres indiqués sont ceux de 1990.
A part la Berufsschule, qui occupe une place centrale conforme à la prédominance du système dual, il existe des écoles professionnelles qui remplissent une ou plusieurs des fonctions suivantes : préparer à la formation dans le système dual (Berufsgrundbildungsjahr et certaines Berufsfachschulen), compléter l’éventail de professions offert par celui-ci – plus rarement le concurrencer sur son propre terrain (Berufsfachschulen), acquérir une qualification de technicien (Fachschulen), rattraper un diplôme scolaire de formation générale (Berufsaufbauschule, Fachoberschule et certaines Berufsfachschulen).
Les Berufsschulen (1,4 million d’élèves, dont environ 600 000 en première année) sont fréquentées par les apprentis du système dual, mais aussi, en vertu de l’obligation scolaire jusqu’à 18 ans, par les jeunes entrés directement dans la vie professionnelle à la sortie du système d’enseignement général. L’enseignement, d’une durée équivalant à 8-10 heures par semaine, y est dispensé à temps partiel, soit 1 ou 2 jours par semaine, soit par blocs de plusieurs semaines par an (p. ex. 2 fois 6 semaines). Il comprend principalement les matières théoriques correspondant à la spécialité professionnelle choisie (avec éventuellement des exercices dans l’atelier de la Berufsschule), mais aussi de l’allemand, de l’instruction civique, du sport et un enseignement religieux.
La Berufsgrundbildungsjahr, formation professionnelle de base d’un an, n’existe que dans certains Länder et pour certaines professions. En 1990, elle concernait au total 83 000 jeunes. Se substituant à la première année d’apprentissage dual, elle initie non pas à une profession, mais à l’ensemble d’un champ professionnel. Elle peut se dérouler entièrement dans le cadre scolaire ou en statut d’alternance (mode “coopératif”), c’est-à-dire avec un contrat d’apprentissage. Dans ce cas, le temps passé à la Berufsschule est de 2 ou même de 2 jours et demi par semaine.
Les Berufsfachschulen (245 000 élèves dont 153 000 en première année + 90 000 élèves dans les écoles du secteur de santé, dont 45 à 50 000 en première année) sont des écoles professionnelles à plein temps dont le cursus est d’au moins 1 an. Elles accueillent des jeunes ayant le certificat de fin de Hauptschule et ont trois types de débouchés. Elles conduisent à des diplômes professionnels qu’elles sont seules à décerner ou (plus rarement) dans des spécialités auxquelles forme également le système dual. Dans ces deux cas, la scolarité dure en général 3 ans. Sinon, et c’est plus fréquent, elles donnent une formation professionnelle non-diplômante, mais permettant d’intégrer le système dual en cours de route. La scolarité dure alors 1 ou en général 2 ans, auquel cas est souvent également délivré en fin de cursus un équivalent du certificat de fin d’école moyenne (Fachschulreife, équivalent à la Mittlere Reife), ce qui permet aussi de poursuivre des études dans l’enseignement général.
Les Berufsaufbauschulen sont ouvertes aux élèves sortis de la Hauptschule qui suivent depuis au moins 6 mois une formation professionnelle ou l’ont achevée. Selon les cas, l’enseignement y est respectivement à temps partiel (le soir) et s’étend sur plusieurs années, ou à plein temps et d’une durée d’un an. Les Berufsaufbauschulen ont été conçues à la fois pour approfondir la formation professionnelle et acquérir le certificat de fin d’école moyenne, mais c’est cette dernière fonction qui, dans la pratique, l’emporte. Les Berufsaufbauschulen ont perdu de leur importance (8 000 élèves seulement), surtout depuis la transformation à la fin des années 60 des anciennes écoles techniques supérieures (höhere Fachschulen) auxquelles elles permettaient d’accéder, en instituts techniques du supérieur (Fachhochschulen). Appartenant désormais à la sphère universitaire, ces Fachhochschulen requièrent en effet un certificat scolaire spécifique (Fachhochschulreife).
Ce certificat est décerné par la Fachoberschule à laquelle ont accès les titulaires du certificat de fin d’école moyenne (Mittlere Reife) ou d’un équivalent (Fachschulreife) – 80 000 élèves environ. La scolarité dure de 1 à 3 ans en fonction du parcours professionnel antérieur et selon qu’elle est suivie à plein temps ou à temps partiel. L’enseignement allie des contenus pratiques et une formation théorique.
Les Fachschulen (115 000 élèves) sont des écoles de perfectionnement qui s’adressent aux titulaires d’un diplôme professionnel ayant exercé leur métier un certain nombre d’années et permettent l’accès aux qualifications de technicien. Leurs cursus durent au moins 1 an (à plein temps) et jusqu’à 4 ans (à temps partiel). Ils couvrent un grand nombre de domaines, techniques (notamment pour les qualifications de contremaître – Industriemeister), commerciaux, pédagogiques, de santé, etc. En même temps que le diplôme professionnel (reconnu par l’Etat), elles décernent souvent l’équivalent du certificat de fin d’école moyenne ou la Fachhochschulreife.
Quant aux Fachgymnasien, lycées techniques (environ 20 000 élèves), ouverts aux titulaires d’un certificat de fin d’école moyenne (Mittlere Reife), ils peuvent conduire, après 3 ans de scolarité à plein temps, à des qualifications intermédiaires dans la vie professionnelle. Mais beaucoup plus souvent, ils débouchent sur une poursuite des études à la Fachhochschule, dont ils décernent le certificat d’entrée (Fachhochschulreife), ou dans une université technique.

Figure 2. Les écoles professionnelles en Allemagne

Figure 2. Les écoles professionnelles en Allemagne
  • 13 Berufsbildungsbericht 1992, op. cit., p. 43 sq.
  • 14 Pour les chiffres concernant les parts relatives des apprentis du système dual et des élèves de Ber (...)

11En 1990, 245 000 jeunes au total étaient en formation dans des Berufsfachschulen techniques ou commerciales (153 000 jeunes y commençaient leur scolarité), dont 20 % suivaient des cursus de 2 à 3 ans, donnant une qualification professionnelle complète. S’y ajoutent les 90 000 élèves des écoles formant aux professions paramédicales13.Si on met ces dernières à part – car elles ont un monopole de formation –, on voit donc que moins de 15 % des jeunes en formation professionnelle initiale échappent au système dual. Drainant 6/7 des effectifs, celui-ci est donc bien la filière dominante14.

12Certes, on observe que la part des élèves d’écoles professionnelles à plein temps a considérablement augmenté depuis les années 50 : à l’époque, celles-ci n’accueillaient que 7 à 8 % des jeunes en formation professionnelle initiale. L’expansion intervenue depuis s’est faite surtout dans le domaine commercial et a drainé dans une large mesure un public féminin. Mais compte tenu de l’hétérogénéité du secteur des Berufsfachschulen, ces chiffres ne reflètent que partiellement un rapport de concurrence entre les deux modes de formation. Ainsi, dans le Bade-Wurtemberg, pour certains métiers, l’école professionnelle d’un an à plein temps est le préalable obligatoire à la formation duale.

13En fait, la modification des parts relatives du secteur dual et du secteur purement scolaire reflète bien plus des évolutions conjoncturelles que des modifications structurelles. En effet, la part relative des Berufsfachschulen se situait déjà au niveau actuel au début des années 70. Augmentant ensuite continûment pour s’établir aux alentours de 17 % dans la première moitié des années 80, avant d’amorcer un mouvement de reflux qui lui fait retrouver son niveau initial, elle suit une évolution inverse ment proportionnelle à celle du solde de l’offre et la demande sur le marché des places d’apprentissage dual. Il y a certes l’exception du secteur commercial des écoles professionnelles à plein temps, dont les chiffres d’inscription ne refluent pas, preuve qu’elles satisfont un besoin de formation intermédiaire spécifique ; mais globalement, les jeunes se sont donc d’autant plus tournés vers les écoles professionnelles à plein temps que le système dual avait tendance à leur fermer ses portes. Le secteur des Berufsfachschulen a plus joué un rôle d’amortisseur que de concurrent.

14La même remarque vaut pour un autre élément de formation professionnelle scolaire, la formation professionnelle de base d’un an (Berufsgrundbildungsjahr – BGJ). Discutée depuis la fin des années 60, celle-ci a été mise en œuvre à partir du début des années 70. En préconisant la scolarisation de la première année d’apprentissage, certains réformateurs poursuivaient plusieurs objectifs : faciliter la transition entre école et formation, notamment en évitant les orientations prématurées et hasardeuses, assurer une meilleure formation théorique préalable, élargir les bases de qualification, remédier aux différences régionales et sectorielles dans l’offre d’apprentissage, enfin augmenter les capacités d’accueil du système de formation professionnelle.

  • 15 Il n’y a pas un seul champ professionnel où la BGJ soit mise en place dans l’ensemble des Länder.

15La réforme a rencontré une forte résistance du patronat qui lui reproche de manière générale de neutraliser les mécanismes du marché, mais aussi plus concrètement de voler inutilement du temps à la formation spécialisée et d’être fondée sur un découpage discutable de 13 “champs professionnels de base” (Berufsfelder). Face à cette opposition, la BGJ n’a pas été instaurée que sous forme scolaire, comme il était initialement prévu, mais existe aussi sous forme dite “coopérative”, où, tout en respectant le principe d’une initiation dans des grands champs professionnels, subsiste l’alternance entre l’école (.Berufsschule) – dont l’horaire est renforcé – et l’entreprise. Rapidement au centre des controverses politiques sur le système éducatif, la formation professionnelle de base a été de plus très inégalement appliquée selon les Länder15.

  • 16 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das duale System der Berufsbildung in der BRD, Struktur und Funktion, E (...)
  • 17 ... dont fait partie aussi la résistance patronale à reconnaître la BGJ équivalente à la première a (...)

16Si l’on considère le nombre de jeunes concernés – jamais plus de 20 % du total des apprentis de première année – on voit clairement que la réforme a échoué. Cet échec illustre doublement le caractère dominant du modèle dual : tout d’abord, l’examen des chiffres montre que les flux d’élèves drainés par la BGJ (à peine plus de 100 000 en 1982/83, année d’expansion maximale)16 sont, comme pour les Berufsfachschulen, inversement proportionnels à la situation sur le marché de l’apprentissage. Après avoir aidé à amortir la pénurie des places d’apprentissage dual, l’influence de la formation professionnelle de base scolaire n’a cessé de décliner : elle ne touche aujourd’hui guère plus de 15 % des jeunes en début de formation. Par ailleurs, l’apprentissage dual n’a pas recouvré son influence que grâce à l’inertie du système17 ; comme nous le verrons plus précisément au chapitre IV, il a pu s’affirmer par sa capacité à intégrer une partie des préoccupations du BGJ : c’est ainsi que les référentiels professionnels récemment refondus prévoient une première année de formation de base et que les efforts pour construire des centres d’apprentissage inter-entreprises sont aussi une manière de répondre aux déficits régionaux de l’offre.

Notes

1 Rappelons que l’apprentissage dure 3 ans ou 3 ans et demi.

2 Chiffres tirés de : Bundesministerium für Bildung und Wissenschaft, Berufsbildungsbericht 1992, Bad Honnef, 1992 et de : Schluβbericht der Enquête-Kommission “Zukünftige Bildungspolitik – Bildung 2000”, berufliche Erstausbildung, Minderheitsvotum, Deutscher Bundestag, Drucksache 11/7820, p. 64.

3 Berufsbildungsbericht 1992, op. cit., p. 91.

4 Précisons que, dans le même temps, conformément aux efforts pour diminuer le nombre des qualifications parcellaires, le nombre de professions reconnues du système dual passait de plus de 500 à 374. Cf. Berufsbildungsbericht 1992, op. cit., p. 91.

5 Cf. Rudolf Werner, “10 % der Auszubildenden in Grossbetrieben”, in : Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis, 4/1990, p. 35. Les chiffres reposent sur le recensement des lieux de travail (Arbeitsstättenzählung), fait en 1987. Pour des données plus complètes, cf. chapitre IV.

6 “Bildungsbeteiligung stieg weiter”, in : DIW Wochenbericht 45/88, 10/11/88. Pour des données plus complètes, cf. chapitre VII.

7 Cf. Wolf-Dietrich Greinerî, “Marktmodell - Schulmodell - duales System, Grundtypen formalisierter Berufsbildung”, in : Die berufsbildende Schule 3/1988.

8 II s’agit tout d’abord des mesures dites “de préparation professionnelle” (Berufsvorbereitungsmaβnahmen), prévues initialement pour des jeunes ayant des difficultés scolaires ou un handicap, mais palliant de plus en plus le manque de places d’apprentissage ; parallèlement, l’Office fédéral multiplie presque par trois les emplois d’utilité collective (Arbeits beschaffungsmaβnahmen) et les stages de formation et de reconversion. Pour l’année 1986/87, toutes ces mesures concernaient plus de 170 000 jeunes. Cf. à ce sujet Frank Strikker, “Veränderungen der Berufsausbildung unter dem Aspekt mangelnder Integrationsfähigkeit des Arbeitsmarktes”, in : Frank Strikker/Dieter Timmermann, Berufsausbildung und Arbeitsmarkt in den 90er Jahren, Francfort s. M., 1990.

9 En 1986/87, plus de 35 000 jeunes ont profité de ces programmes.

10 L’effet des subventions destinées à susciter la création de places d’apprentissage n’a, à notre connaissance, pas été chiffré. Pour toutes les autres mesures, cf. Strikker, op. cit.

11 Le risque de remise en cause du système dual était définitivement écarté depuis le changement de majorité parlementaire en 1982. Nous avons observé cet effort de formation “au delà des besoins” en analysant les chiffres de toutes les grandes entreprises que nous avons visitées (Bayer, Volkswagen, Bosch, Gerling, DKV). Cet effort spontané, sorte de “réaction immunitaire” du système, ainsi que les mesures de l’Etat ont permis d’amortir le choc de la crise. Il est clair cependant que le déficit de places d’apprentissage n’a pas été complètement comblé. De plus, les mesures d’accompagnement ont dans bien des cas permis aux jeunes d’attendre, mais ne leur ont pas forcément ouvert l’accès à une formation professionnelle. Les estimations les plus pessimistes font état de presque 150 000 jeunes par an qui n’auraient pas pu trouver de formation professionnelle pendant les 10 années de crise. Le chiffre est cité dans : Deutscher Bundestag, Schluβbericht der Enquête-Kommission “Zukünftige Bildungspolitik - Bildung 2000”, Bonn, Drucksache 11/7820, 05/09/1990, Minderheitsauffassung, p. 66. Cf. aussi les estimations comparées dans : Karlwilhelm Stratmann/Manfred Schlösser, Das duale System der Berufsbildung. Eine historische Analyse seiner Reformdebatten, Francfort s. M., 1990, p. 252.

12 Citons, à titre d’exemple, les écoles de “l’élite ouvrière”, préparant aux artisanats d’art.

13 Berufsbildungsbericht 1992, op. cit., p. 43 sq.

14 Pour les chiffres concernant les parts relatives des apprentis du système dual et des élèves de Berufsfachschulen, les calculs ont été faits à partir de Stratmann/Schlösser, Das duale System der Berufsbildung, op. cit.

15 Il n’y a pas un seul champ professionnel où la BGJ soit mise en place dans l’ensemble des Länder.

16 Cf. Wolf-Dietrich Greinert, Das duale System der Berufsbildung in der BRD, Struktur und Funktion, Eschborn, 1992.

17 ... dont fait partie aussi la résistance patronale à reconnaître la BGJ équivalente à la première année de formation duale, malgré les textes réglementaires qui le stipulent formellement.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre total d’apprentis dans les Länder occidentaux 1975-1990
Légende D’après : Berufsbildungsbericht 1992
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/901/img-1.jpg
Fichier image/, 284k
Titre Tableau 1. Répartition des apprentis du système dual par secteur d’activité dans l’ancienne RFA 1973-1990
Légende D’après : Berufsbildungsbericht 1992
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/901/img-2.jpg
Fichier image/, 176k
Titre Tableau 2. Les dix professions les plus choisies en 1990 par les apprentis masculins et féminins dans l’ancienne RFA
Légende D’après : Berufsbildungsbericht 1992
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/901/img-3.jpg
Fichier image/, 300k
Titre Figure 2. Les écoles professionnelles en Allemagne
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/901/img-4.jpg
Fichier image/, 346k

© IFAEE, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540