Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La formation professionnelle en Allemagne

 | 
René Lasserre
, 
Alain Lattard

Introduction

René Lasserre et Alain Lattard

Texte intégral

Introduction

1La présente étude a pour objet de dresser un bilan synthétique du système allemand de formation professionnelle initiale. Le propos n’est pas d’en livrer une description complète et détaillée, mais d’analyser dans un premier temps comment le principe central de l’alternance, c’est-à-dire la conjonction de l’école et de l’entreprise comme lieux de formation – ce que les Allemands désignent sous le terme de “système dual” – a été mis en œuvre en Allemagne et comment il se traduit concrètement dans l’architecture et le fonctionnement du système.

2Dans un deuxième temps, l’étude examine les performances du système dual au regard de trois critères essentiels : celui de la qualité des formations dispensées, celui de son coût financier et de sa rentabilité économique, celui de son efficacité “sociale” du point de vue des perspectives d’insertion professionnelle offertes aux jeunes Allemands.

3Enfin, dans une dernière partie évaluative et prospective, l’étude tente de dresser un bilan du système dual allemand en mettant en évidence non seulement ses avantages, mais aussi ses points faibles. Elle s’interroge en particulier sur l’attractivité de cette voie de formation jusqu’alors dominante et sur les perspectives d’évolution du “modèle”. Loin d’être dépassé, comme on l’affirme parfois un peu vite, le système dual allemand est néanmoins confronté au processus d’élévation du niveau d’instruction générale que connaissent tous les pays industriels développés.

4Dans son approche évaluative, la présente étude n’a pas l’ambition de comparer les performances du système allemand avec celles du système français ou d’autres systèmes étrangers. Outre qu’une telle analyse est difficile à mener, car elle impliquerait une prise en compte soigneusement pondérée d’éléments contextuels spécifiques (par exemple des données démographiques pour ce qui est de l’insertion professionnelle des jeunes), elle aurait largement dépassé le cadre de cet ouvrage. Notre objectif était bien davantage de mettre en évidence les spécificités du système dual et d’en expliquer la logique et la dynamique internes. Ce n’est que subsidiairement, et par rapport au principe central de l’alternance, que nous avons cherché à dégager quelques enseignements pour la réflexion actuellement en cours en France.

5L’analyse porte essentiellement sur le système de formation tel qu’il fonctionne dans les Länder de l’Ouest et n’intègre pas la problématique particulière de son extension progressive dans les nouveaux Länder de l’Est. Même si cette extension se heurte à de nombreuses difficultés, en particulier à une offre de places d’apprentissage en forte régression dans les entreprises est-allemandes, elle n’est pas de nature à bouleverser l’architecture générale du système tel qu’il fonctionne à l’Ouest. La structure plus traditionnelle de la demande d’éducation dans les nouveaux Länder, avec une part plus importante de jeunes choisissant le système dual peut même atténuer pour un temps les problèmes de recrutement.

6Notre étude s’appuie non seulement sur l’exploitation des données, expertises, ouvrages et articles de référence publiés dans la période récente, mais également sur un travail d’enquête. Elle nous a conduit à nous entretenir directement avec différents responsables institutionnels et spécialistes allemands dans le domaine de la formation. Mais pour l’essentiel, nous nous sommes appuyés sur une enquête de terrain auprès des services et responsables de formation d’une douzaine d’entreprises allemandes de différente taille et de différents secteurs : Bayer AG Leverkusen, Dr. Paul Lohmann GmbH KG Emmerthal (chimie), Robert Bosch GmbH Stuttgart, Siemens Berlin (électro-technique), Volkswagenwerk Wolfsburg (automobile), Fleischhauer Cologne (concessionnaire et réparation automobile), Trumpf GmbH & Co Ditzingen (construction de machines), Sennheiser Electronic KG Wedemark (appareils de transmission et de mesure sonores), Phywe Systeme GmbH Göttingen (appareils et fournitures de laboratoires), Deutsche Bank AG Francfort (banque), Deutsche Krankenversicherung AG Cologne (compagnie privée d’assurance-maladie complémentaire), Gerling-Konzern Cologne (assurance industrielle). Cette enquête a été complétée par la visite d’une école professionnelle (Berufsschulzentrum Leonberg) et d’un centre de formation inter-entreprises (Gemeinschaftsausbildungsstätte Ruith-Plochingen) dans le Land de Bade-Wurtemberg.

7Nous remercions très vivement les personnalités que nous avons rencontrées pour l’accueil chaleureux qu’elles nous ont réservé et pour leur active et précieuse collaboration à la réalisation de cette étude.

© IFAEE, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540