Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'unification sans miracle

 | 
Rémi Lallement

Conclusion

Texte intégral

LE MODELE ECONOMIQUE DE LA RFA A L’EPREUVE DE L’UNIFICATION

1Au total, un grand nombre de mesures ont été engagées pour « remettre sur les rails » la compétitivité allemande, dans le contexte radicalement nouveau des années 90. En RFA, les défis à surmonter restent toutefois considérables et les perspectives à long terme largement incertaines. L’éventail des possibilités reste par conséquent très large car si, d’un côté, l’unification conduit à absorber durablement une bonne part des ressources du pays, elle correspond d’un autre côté à un potentiel accru et, virtuellement, à un regain de créativité. A l’institut IfW (Kiel), des économistes vont jusqu’à suggérer une issue plus glorieuse encore : « Avec un peu d’imagination, on pourrait même envisager un second miracle économique allemand dans les années 90 et au delà » ; ils n’hésitent pas à conclure que « pour l’Est, les perspectives à long terme semblent brillantes » (H. Giersch et al., 1992). Dans une autre étude, l’institut IfW propose une prospective plus vraisemblable, construite autour de deux scénarios. Le premier cas de figure suppose que le taux de retour sur investissement reste à l’avenir suffisamment attractif par rapport au niveau des taux d’intérêt ; il en ressort que la RFA pourrait aux yeux des investisseurs conserver un attrait suffisant comme lieu d’implantation par rapport aux localisations concurrentes. Le second scénario, qui envisage une évolution moins favorable à long terme, insiste sur la nécessité de transférer d’importantes sommes pour financer la consommation dans les nouveaux Länder et sur le caractère extrêmement peu réversible des dépenses sociales (K.-H. Paqué et al., 1993). Prenant le contrepied de l’optimisme affiché dans l’ouvrage The Fading Miracle (H. Giersch et al., 1992), l’économiste américain R. Dornbusch va plus loin encore dans le pessimisme, prophétisant que l’économie allemande verra augmenter sa pression fiscale pendant une dizaine d’années, se tarir ses investissements et diminuer sa part du marché mondial (voir R. Dornbusch, « The End of the German Miracle », in : Journal of Economic Literature, juin 1993).

2Fin 1993, dans sa loi sur la « sauvegarde du site Allemagne », le gouvernement de Bonn a pris conscience de ce risque et en a conclu à la nécessité d’agir dans quasiment tous les domaines de la politique économique, mais sans préciser les mesures concrètes qui s’imposent. Comme le notent les « Cinq Sages » : « L’essentiel du programme du gouvernement fédéral est formulé en termes très généraux. Les priorités n’y sont pas vraiment définies. C’est à la fois décevant et préoccupant » (SVR, 1993). Du côté de la fédération des industriels allemands (BDI), on remarquait alors que la stratégie d’ensemble restait en-deçà des propositions faites par le BDI lui-même à la fin du mois d’août 1993, notamment sur la question du système des retraites (BDI, 1993). On jugeait malgré tout que la direction générale était la bonne, même si l’on attendait encore la mise en œuvre des mesures envisagées (BDI, 1994). Les industriels eux-mêmes n’étaient qu’à moitié convaincus. Ainsi, selon un sondage effectué fin 1993 par l’institut Ifo (Munich) auprès de 454 entreprises, seulement 34 % des managers allemands pensaient que les projets gouvernementaux visant à améliorer le « site Allemagne » auraient un effet notable, 62 % étaient de l’avis contraire et 4 % sans opinion.

3En février 1994, alors que 35 des 90 mesures envisagées dans le rapport de Bonn sur la « sauvegarde du site Allemagne » étaient déjà approuvées par le législateur voire déjà appliquées, le gouvernement fédéral a réagi au scepticisme ambiant en accélérant la mise en oeuvre des solutions qui apparaissaient en filigrane dans ce rapport. Ce fut l’objet de son « programme d’action pour plus de croissance et d’emploi ». Avec au total une trentaine de mesures immédiates, cet Aktionsprogramm vise à favoriser l’activité des PME, à déréglementer, à étendre et améliorer l’impact de la politique pour l’emploi, et, enfin, à rendre le système fiscal plus favorable à la création d’emplois (BMWi, 1994).

4Les principales mesures législatives qui en découlent ont été exposées précédemment. Leur ratification par le parlement demeure cependant problématique, car le gouvernement CDU/CSU-FDP issu des dernières élections fédérales (16 octobre 1994) ne dispose plus que d’une très courte majorité au Bundestag car il doit composer avec l’opposition sociale-démocrate désormais majoritaire au Bundesrat, la diète des Länder, ce qui conduit de facto à une « grande coalition » avec le SPD. De ce fait, les pouvoirs publics allemands - dans leur diversité - développent au total une stratégie de compétitivité moins univoque que ce que le discours de Bonn ne laisse paraître. Comme le souligne Henrik Uterwedde, de l’institut franco-allemand de Ludwigsbourg (DFI), la tendance est désormais celle d’une double stratégie de compétitivité avec, à côté des mesures d’offre (déréglementation, flexibilisation, modération salariale, etc.), une action sur les facteurs qualitatifs de la compétitivité : innovation, organisation du travail, méthodes de management, internationalisation, etc. (H. Uterwedde, 1995).

5Malgré tout, comme le montrait l’ancien ministre Karl Schiller, la ligne actuellement suivie à Bonn relève fondamentalement de ce qu’il est convenu d’appeler la politique d’offre, c’est-à-dire essentiellement une stratégie de limitation et de réduction des coûts. Or l’une des caractéristiques de cette politique réside dans le fait que ses effets ne se font sentir qu’à moyen terme (K. Schiller, 1994). Pour en apprécier l’impact possible, on peut dans une certaine mesure se référer à une étude du cabinet de conseil Roland Berger qui, effectuée fin 1993, envisage l’application systématique d’une politique de même inspiration. Il en résulte que 6 à 7 millions d’emplois pourraient être créés en RFA d’ici l’an 2000. Cette projection peut être qualifiée de résolument volontariste, car elle repose notamment sur des hypothèses fort audacieuses : outre un mouvement massif de déréglementation et de flexibilisation, les industries high tech verraient leur rythme annuel de croissance passer de 4,9 % actuellement à 8 % (comme au Japon) au tournant du siècle, la part des services privés dans le PIB passerait de 43,7 % actuellement à 51 %, les dépenses intérieures de R & D seraient portées de 2,6 % à 3,3 % du PNB, les exportations se développeraient prioritairement vers les Etats-Unis et l’Asie, etc. Enfin, il est supposé que les coûts salariaux unitaires baisseront dans l’ancienne RFA, par une réduction des salaires réels jusqu’en 1995, puis par un gel des salaires réels pendant une certaine période.

6De fait, la politique économique allemande de l’après-unification table clairement sur l’édification d’un appareil productif rentable, si besoin est, au détriment du pouvoir d’achat des salaires. De nombreux socio-démocrates en sont d’ailleurs conscients : « Il nous faut beaucoup plus une politique de croissance qu’une politique de répartition » (K. Schiller, 1994). Les citoyens allemands ne l’ignorent pas eux-mêmes. Ainsi, selon un sondage effectué en février 1994 par l’institut EMNID à la demande de la fédération allemande du patronat de la chimie auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble de la population allemande, 67 % des personnes interrogées se déclarent persuadées que, pour retrouver une position de pointe en matière de compétitivité, les Allemands devront rallonger la durée du travail et accepter des sacrifices salariaux ; de même, les deux tiers d’entre eux s’attendent pour les années à venir à une stagnation (29 %), voire une diminution (39 %) de leur niveau de vie, et seulement un tiers d’entre eux s’attend à une augmentation comparable (4 %) ou inférieure (27 %) à celle des années passées.

7En RFA, alors que les citoyens allemands semblent consentir à certains sacrifices, les dirigeants d’entreprise reprennent confiance. Ainsi, selon un sondage que l’institut Louis Harris a effectué au début de 1994 auprès de 507 dirigeants d’entreprise des principaux pays de l’UE - à la demande de six journaux européens -, c’est l’Allemagne qui apparaît comme le pays européen qui a perdu le plus de terrain au plan des coûts au début des années 90, mais aussi comme celui qui réussira le mieux à comprimer ses coûts de production et à renforcer sa compétitivité au cours des cinq années à venir, notamment parce que 60 % des Allemands interrogés sont de cet avis. A titre de comparaison, seulement 30 % des Français interrogés répondent que c’est l’Hexagone qui tirera le mieux son épingle du jeu ! (Die Zeit, 25-02-94). Les observateurs étrangers ont donc une vision de l’Allemagne plus positive que les Allemands eux-mêmes. En outre, il ne faut pas s’y tromper : les patrons allemands ont parfois tendance à dramatiser leurs problèmes à outrance mais, dans leur fort intérieur, loin de verser dans le catastrophisme, ils font en définitive preuve d’une grande confiance en eux.

8Sur ce thème de la compétitivité comme sur d’autres, le débat a donc une vertu qui lui est propre : accroître la réceptivité vis-à-vis des réformes et mobiliser les acteurs pour la réalisation d’objectifs consensuels. « Plus de mobilité, plus de flexibilité et plus d’aptitude à l’innovation : autant de changements que ni l’Etat, ni les entreprises ne sont à même de décréter. Tout ceci relève d’un vaste travail de persuasion » (H. Henzler et L. Spath, 1993). Plus encore qu’en termes de persuasion, la vraie question se pose en termes de changement de mentalité, car le défi à relever n’implique pas seulement une prise de conscience mais aussi, plus largement, une profonde mutation socio-culturelle. Dans le Bade-Wurtemberg, la « Commission du futur » montre à ce propos que l’une des tâches politiques prioritaires consiste à « surmonter la mentalité du statu quo » (Zukunftskommission, 1993).

  • 31 D’autant qu’en Allemagne, les stéréotypes sur le tempérament national n’apporte bien souvent qu’un (...)

9De la part de nos partenaires d’outre-Rhin, les cris d’alarme ont donc une fonction à usage interne : galvaniser les esprits et ressouder les solidarités en appelant au sacrifice. De nombreux Allemands considèrent la crise actuelle comme une chance unique à saisir, et il se pourrait bien que l’économie allemande sorte effectivement renforcée de cette crise, comme l’affirme Günther Rexrodt, l’actuel ministre fédéral de l’Economie (FDP). Le cas échéant, une telle issue tiendra évidemment aux mérites de la classe politique et à la lucidité de la population. Une explication par la culture politique des élites ou par la psychologie des masses ne saurait cependant suffire31. En dernière analyse, la réussite économique de l’Allemagne renvoie moins au tempérament national qu’à des facteurs de nature systémique.

10De fait, le principal atout de la RFA en matière de compétitivité réside en définitive dans l’imbrication relativement harmonieuse de l’économique, du social et du politique : notamment la cogestion et le dialogue social, la formation en alternance, les organisations socio-professionnelles de type chambres de commerce, les banques universelles ou encore les prestations sociales de haut niveau. Certes, comme le montre Hans J. Barth, le directeur de l’institut économique Prognos (Bâle), ce système devient de plus en plus exigeant et coûteux, notamment pour l’éducation, l’apprentissage, la formation continue et l’indemnisation du chômage. Assurément, de nombreux problèmes structurels restent encore à régler en RFA, ne serait-ce que sur le plan de l’emploi ou des disparités régionales. Le difficile processus d’intégration entre les anciens et les nouveaux Länder constitue à cet égard un test crucial et dont l’issue reste en partie indécise. Diagnostic et pronostic ne sauraient donc être que nuancés. Sur un thème aussi foisonnant que complexe, il ne saurait en effet être question d’une conclusion univoque et déterministe, car les perspectives de l’économie allemande reposent en définitive sur la capacité d’adaptation de la société allemande face aux défis actuels. Rien n’est donc encore joué mais, en tout état de cause, il serait erroné de prophétiser - comme certains - la fin du « modèle » allemand.

  • 32 De type anglo-américain.

11Plus encore, et sans pour autant verser dans une vision idyllique, il faut bien constater que, de manière générale, la RFA conserve bel et bien, malgré l’unification, un avantage décisif sur d’autres pays industriels comparables : l’aptitude de son système socio-économique à concilier la responsabilité et la solidarité des acteurs. « En Allemagne, les institutions politiques et les structures de l’entreprise ne produisent pas seulement un degré élevé de stabilité économique ; ils parviennent aussi à des résultats supérieurs - par rapport aux économies libérales32 - dans l’art d’amener les acteurs économiques à poursuivre ensemble des buts communs » (D. Goodhart, 1994). En somme, la persistance de la réussite économique allemande consacre non seulement le bon fonctionnement de l’organisation socio-économique et la capacité d’adaptation des institutions en RFA, mais aussi, condition sine qua non, la large adhésion de la population à ce système et à son idéologie. Elle confirme en cela les vertus intrinsèques et la pertinence du modèle de l’économie sociale de marché. Les succès économiques de l’Allemagne ne sont décidément pas le fruit du hasard ou d’une alchimie mystérieuse. En ce sens, unification ou pas, l’économie allemande se passe fort bien de miracle.

Notes

31 D’autant qu’en Allemagne, les stéréotypes sur le tempérament national n’apporte bien souvent qu’une image déformée de la réalité : la légendaire ardeur au travail ou le mythe du consensus social sont par exemple en concurrence avec d’autres traits caractéristiques de la société allemande, tels que la faible durée du travail hebdomadaire ou encore la virulence des syndicats en cas de conflit du travail.

32 De type anglo-américain.

© IFAEE, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540