Version classiqueVersion mobile

L'unification sans miracle

 | 
Rémi Lallement

Introduction

Texte intégral

1En République d’Allemagne Fédérale, cinq ans après l’unification politique, l’euphorie de 1990 est bien retombée, et la situation économique du pays se révèle ambivalente, voire paradoxale. D’un côté, en effet, elle se trouve renforcée par l’« absorption » de l’ex-RDA : cinq nouveaux Länder plus Berlin-Est soit, par la population (seize millions d’âmes), l’équivalent du plus gros Land ouest-allemand (la Rhénanie du Nord-Westphalie) ; la force du deutsche mark est l’expression la plus patente de ce potentiel accru et de la confiance qu’il inspire à l’étranger. De l’autre côté, cet apport représente aussi une charge financière considérable pour la partie occidentale du pays, et pas seulement à court terme. Ainsi en témoigne par exemple le fait que, depuis 1991, non seulement la balance des paiements courants de la RFA a basculé dans le déficit, sans en ressortir, mais encore le « différentiel » d’inflation avec la France s’est inversé, au bénéfice de l’Hexagone. Par suite, l’économie de la RFA a indéniablement rompu avec son cercle vertueux d’antan, si l’on en juge par ses performances actuelles. Mais qu’en sera-t-il demain ? C’en est-il vraiment fini du modèle économique jadis tant vanté ? Le Made in united Germany saura-t-il trouver sa place dans la compétition internationale ?

Le problème externe : la compétitivité en question

2Pour en juger, il faut aller au delà des seuls indicateurs conjoncturels, remettre en perspective les structures socio-économiques et, nécessairement, sortir des schémas du passé. Car, malgré certains éléments de continuité, l’Allemagne a bel et bien considérablement changé pendant cette demi-décennie 1990-95, notamment pour l’observateur français. Vu de France, justement, le voisin d’outre-Rhin constitue plus que jamais le plus important partenaire économique à l’étranger et sans nul doute aussi le principal interlocuteur dans la construction européenne, mais les anciens repères se sont brouillés sans que de nouveaux contours ne soient encore clairement apparus.

3Des deux côtés du Rhin, le premier motif d’incertitude concerne la nouvelle place que l’économie allemande est appelée à occuper en Europe et dans le monde, d’autant que, depuis l’ouverture de l’ex-bloc de l’Est, la mise en concurrence des espaces économiques nationaux est accentuée par l’apparition de compétiteurs à bas salaires, aux frontières mêmes de l’Allemagne. C’est donc dans un contexte radicalement nouveau que renaît outre-Rhin ce que nos voisins appellent la Standortproblematik, c’est-à-dire un ensemble d’interrogations sur le devenir de l’Allemagne comme site (Standort) ou, en d’autres termes, sur la compétitivité du territoire allemand. Le fait est qu’en raison de la globalisation croissante de l’économie mondiale, les inquiétudes ne portent plus guère sur les firmes allemandes, pour autant qu’il puisse encore être question de nationalité au sujet d’entreprises. En effet, ces dernières peuvent a priori redistribuer leurs activités à l’échelle de la planète et notamment s’implanter de part et d’autre des frontières, si bon leur semble, et quelqu’en soient les conséquences sur les économies nationales. Par suite, l’enjeu majeur du débat porte sur la capacité de la RFA - en tant qu’espace économique - à supporter cette concurrence d’autres localisations rivales à l’étranger. En arrière-plan, la question cruciale concerne évidemment l’aptitude du site Allemagne à fournir un volume d’emploi suffisant pour la population active résidente.

4L’un des temps forts de ce débat - mais certainement pas le seul - est constitué par le rapport que le gouvernement de Bonn a consacré à « la sauvegarde du site Allemagne » fin 1993, et qui n’est pas sans rappeler le « livre blanc » que la Commission de Bruxelles a publié, presque au même moment, sous le titre « Croissance, compétitivité et emploi ». En RFA, l’ampleur de ce débat est devenue telle que, ces derniers temps, presque toutes les discussions économiques s’y réfèrent de près ou de loin, ce qui ne contribue pas forcément à clarifier le sujet. D’où la difficulté de cerner des enjeux qui ne se situent pas seulement en termes d’économiques, mais qui portent aussi sur l’ouverture et l’adaptabilité de la société allemande.

5Dès lors, il n’est pas surprenant que les diverses analyses consacrées au thème de la compétitivité allemande débouchent sur des diagnostics fort contrastés. A un extrême, il est question d’une faillite du « modèle » économique allemand.

6Tel est pas exemple l’avis qu’exposait l’économiste américain Rüdiger Dornbusch dans un article publié par Le Figaro le 11 février 1994 : « Alourdie par la réunification et par des charges salariales excessives, l’Allemagne [est] totalement dépassée en matière de compétitivité ». A l’autre extrême, de tels cris d’alarme sont considérés comme largement infondés. C’est notamment le point de vue défendu par l’un des principaux instituts allemands de recherche économique, le DIW (Berlin). Ces analyses extrêmes mises à part, il existe malgré tout un assez large consensus autour de l’idée que les difficultés actuelles de l’économie ouest-allemande ne se résument pas à un ralentissement passager, et que les problèmes conjoncturels s’y doublent d’une crise structurelle dont la cause fondamentale réside, selon les uns, dans le niveau trop élevé des coûts, ou, selon les autres, dans l’insuffisance de l’innovation.

7Face à un tel constat, les réponses se situent à deux niveaux distincts. Le premier niveau concerne l’entreprise et les partenaires sociaux, car une réorientation est perceptible tant pour les pratiques managériales que pour les conventions collectives. Il s’agit en second lieu des pouvoirs publics, au premier rang desquels l’Etat fédéral, car Bonn a lancé tout une série de mesures à la suite de son rapport sur « la sauvegarde du site Allemagne ».

Le problème interne : l’intégration Est-Ouest

8Telle est en Allemagne la dimension externe de ce problème de compétitivité, celle qui a trait à l’insertion de l’espace national au sein de l’économie mondiale. Une dimension interne s’y ajoute cependant : celle de l’intégration Est-Ouest, entre ce qu’il est convenu d’appeler les « anciens » et les « nouveaux » Länder. Le fait est qu’en matière de compétitivité, l’ex-RDA constitue au sein de l’Allemagne unifiée un cas à part et autrement plus problématique que l’ancienne RFA.

9Certes, depuis 1990, l’économie est-allemande a engagé une profonde métamorphose et a déjà enregistré de très nets progrès, notamment pour le renouvellement du capital et la modernisation des infrastructures, ou encore pour la dépollution des sites. Elle n’en reste pas moins dans une situation globalement très critique et elle n’a encore surmonté qu’une partie somme toute modeste de tous les handicaps de compétitivité apparus au début de la décennie 90. A ce stade, la question se pose de savoir où la partie Est de l’Allemagne se situe dans le processus censé conduire au rattrapage des performances ouest-allemandes. Dans cette affaire, la question du rattrapage salarial ne résume pas tout le problème, mais elle joue incontestablement un rôle important. En effet, les gains de productivité est-allemands ne permettent pas encore de compenser l’augmentation des salaires nominaux, ce qui menace la rentabilité des projets et ne contribue évidemment pas à attirer les investisseurs dans la région. A moins de leur offrir de conséquentes subventions, mais alors au risque de fausser la concurrence, le ressort même du développement économique.

10Il importe donc de s’interroger sur la politique économique adoptée par l’Etat et les partenaires sociaux allemands face à l’unification, sur les succès et les échecs de cette politique, ainsi que sur les changements de cap qui s’imposent et les perspectives qui s’annoncent. Il n’est toutefois pas inutile de rappeler que, dans l’ex-RDA, le traumatisme du changement de système économique renvoie tout d’abord très largement à l’héritage de l’ancien régime. C’est une évidence, mais c’est aussi un autre débat.

11Concernant la période 1990-1995, le matériau thématique utilisé ici se fonde principalement sur des sources allemandes et, plus précisément, sur des analyses et enquêtes effectuées par les divers instituts allemands de recherche économique. Il est pour l’essentiel issu de dossiers parus en 1994 dans Regards sur l’économie allemande, bulletin économique que le CIRAC publie depuis 1991, avec le concours du ministère français de l’Industrie. Il a été réactualisé à l’été 1995, alors que l’auteur se trouvait en poste à l’institut de recherche économique de Halle (IWH).

12Après une présentation critique de la politique économique de l’unification (chapitre I), l’ouvrage examine dans quelle mesure la greffe du modèle ouest-allemand a déjà pris en Allemagne orientale (chapitre II). Il propose ensuite un diagnostic raisonné des problèmes de « compétitivité territoriale » dans l’ancienne RFA, notamment par contrecoup de l’unification (chapitre III). Enfin, il présente les principales solutions récemment envisagées et mises en œuvre pour répondre à ce défi, c’est-à-dire renforcer l’attractivité relative des sites ouest-allemands (chapitre IV). Schématiquement, donc, le plan suivi montre en Allemagne même l’impact de l’Ouest sur l’Est et retour, le tout en interaction avec l’environnement international.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search