Version classiqueVersion mobile

L'unification sans miracle

 | 
Rémi Lallement

Préface

Alfred Grosser

Texte intégral

1Des périodes qui s’enchevêtrent, mais qu’on doit distinguer : dans un premier temps, la vision française de l’unité, fondée sur la surestimation de l’économie de l’ex-RDA, est celle d’une Allemagne soudain transformée en superpuissance ; dans un second temps, les difficultés de l’unification paraissent si grandes qu’on redoute un affaiblissement de l’économie allemande, donc, par contrecoup, un affaiblissement de l’économie française. Troisième temps : comme « ils » ont bien surmonté les quelques difficultés et comme ils peuvent se montrer assurés de leur force, notamment pour l’expansion allemande dans l’Europe anciennement communiste !

2Le livre brillant, informé, intelligent, de Rémi Lallement met les choses au point. Il montre quelle était la situation réelle en 1990, comment elle a évolué, quelles actions publiques ont été menées ou négligées, comment le bilan, au premier semestre de 1995, est plus positif que ne le disent les patrons allemands, plus négatif qu’on a tendance à le dire dans une France de nouveau admirative du « modèle allemand ».

3Faut-il déplorer l’ignorance française des réalités est-allemandes ? Seulement après avoir constaté qu’elle est sans cesse nourrie par l’Allemagne de l’Ouest. Si tant de journaux et d’hommes politiques, de chefs d’entreprise et de syndicalistes, bref, le public souhaitable de ce livre, s’imaginent qu’au fond l’unification n’a pas beaucoup changé la République fédérale, c’est assurément parce que l’unité s’est faite par l’article 23 de la constitution allemande, c’est-à-dire par le simple élargissement d’une République demeurant identique à elle-même dans son essence. La plupart de leurs interlocuteurs allemands croient, eux aussi, bien à tort, que rien n’a changé, que l’Allemagne dont la capitale supposée être à Berlin est toujours celle de Bonn. Peu de dirigeants et de cadres des « nouveaux Lander » sont mis dans le circuit franco-allemand. L’interlocuteur du gouvernement français en matière culturelle est de nouveau le ministre-président du Bade-Wurtemberg, alors que c’était le tour de celui de Saxe, Kurt Biedenkopf, pourtant un « Wessi ». Or il existe déjà des milliers de liens entre les Lander frontaliers et la France.

4Bien des intellectuels français prennent pour argent comptant ce que racontent des intellectuels allemands hypercritiques de la politique de leur pays. Pauvre Günter Grass si méchamment attaqué, alors qu’il a dit dans son dernier roman que la Treuhand était une institution si abominable qu’on pouvait comprendre les assassins de son président ! En réalité, l’Office d’administration fiduciaire a certes commis des imprudences et des excès dans le gigantesque programme de privatisation que la loi lui avait prescrit, mais son bilan ne peut être séparé ni des difficultés sociales et culturelles de l’unification, ni de la philosophie de l’économie qu’ont les dirigeants allemands, gouvernement en tête.

5Selon un sondage à l’occasion du 8 mai 1995, les trois quarts des Allemands de l’Ouest estiment que les Etats-Unis ont le plus efficacement participé à la défaite d’Hitler, les neuf dixièmes de ceux de l’Est pensent que ce fut l’URSS. Cela ne prouve pas qu’ils sont communistes, mais indique qu’il faudra très longtemps pour qu’il ait unification des croyances, y compris sur l’économie. C’est ce qui explique en partie pourquoi, dans toutes les enquêtes de 1994 et 1995, les Allemands de l’Est estiment en grande majorité que leur situation personnelle s’est améliorée, mais que la situation globale de l’ancienne RDA ne cesse de se détériorer.

6Il est vrai qu’on les avait bercés d’illusions en 1990, pendant que les Allemands de l’Ouest étaient trompés par l’affirmation que l’unification ne leur coûterait rien. Les deux réveils ont été rudes, mais R. Lallement montre bien comment on est venu à mettre en route un gigantesque transfert de ressources publiques. Sans pourtant expliquer aux nouveaux citoyens que cette pratique si positive pour eux provenait d’une volonté politique aboutissant à des actions publiques délibérées sur les structures économiques et sur la société, alors que le discours officiel et la réalité qu’ont constitué nombre de capitaines d’industrie conquérants évoquaient un libéralisme pur et dur qui effrayait et effraie encore bien des « Ossis » nullement partisans du retour au dirigisme ancien.

7Et ni le gouvernement, ni les syndicats n’osent aborder franchement ce qui devient déjà un problème majeur : le rattrapage des salaires et des retraites se fait sans que le développement technologique et la productivité aient pleinement suivi. Pour un industriel ouest-allemand, n’est-il pas plus intéressant d’investir près de Prague plutôt que près de Leipzig - sauf si les considérables subventions publiques à l’investissement demeurent pour les « nouveaux Länder » ?

8Lire le livre de R. Lallement, ce n’est pas seulement apprendre et comprendre l’évolution de l’économie allemande depuis et par la réunification. C’est aussi, pour le lecteur français, être amené à s’interroger, par comparaison, sur les forces et les faiblesses de l’économie et de la société françaises - et plus encore sur les possibilités d’une action gouvernementale et législative forte, tout de même fondée sur une conception libérale de l’économie.

© IFAEE, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search