Version classiqueVersion mobile

Allemagne 2001

 | 
Isabelle Bourgeois

IV- Les mutations du travail

L'emploi des femmes en Allemagne : le temps partiel, une spécialité allemande ?

Brigitte Lestrade

Résumé

Contrairement à une idée reçue, le taux d'activité des Allemandes est pratiquement identique à celui des Françaises. La réalité du travail a tordu le cou au stéréotype qui voudrait que la femme allemande soit vouée aux trois « K » : Kinder, Küche, Kirche (enfants, cuisine, église). Depuis l'unification, l'emploi féminin est en outre soumis à une double mutation : la tension entre une culture du plein emploi (Est) et une culture plus axée sur la famille (Ouest) modifie les comportements et multiplie les choix dans un contexte économique où la tertiarisation suscite de nouvelles formes, atypiques, du travail. En optant pour la flexibilité du temps de travail et en s'investissant majoritairement dans les services, les Allemandes seraient-elles désormais mieux armées que les hommes pour prendre le tournant post-industriel ?1

Texte intégral

1A première vue, les femmes occupent une position enviable dans le monde du travail en Allemagne. Le Bundestag affiche une proportion d'un tiers de députées, le taux le plus important en dehors de la Scandinavie. Le président du Tribunal constitutionnel fédéral, la plus haute juridiction du pays, est une présidente. Un tiers des ministres du gouvernement du chancelier Gerhard Schröder sont des femmes et, depuis le mois de mars 2000, le chef de file de l'opposition chrétienne-démocrate est, lui aussi, une femme, Allemande de l'Est de surcroît. Angela Merkel a été élue à la tête de la CDU avec le score étonnant de 96 % des voix des militants, digne de la défunte RDA. La France présente de ce point de vue une image analogue. Derrière cette brillante façade que nous offre le monde politique allemand, la réalité des femmes qui travaillent est tout autre. Bien que les plus jeunes d'entre elles aient égalé, voire dépassé à présent le niveau de formation de leurs collègues masculins, elles sont défavorisées sur quasi tous les plans : l'entrée sur le marché du travail est plus difficile, le taux de chômage plus élevé, la rémunération plus faible, la carrière plus modeste.

2L'Allemagne n'est pas seule dans ce cas, mais les blocages auxquels doivent faire face les Allemandes qui souhaitent faire carrière semblent plus grands qu'ailleurs. Les freins à l'activité professionnelle des femmes procèdent moins d'une volonté politique que d'un déterminisme social qui se manifeste dès l'enfance. La majorité des filles sont poussées par leurs parents vers des métiers conformes à leur statut de femmes ; une fois mariées et mères de famille, la pression de la société les amène à se consacrer prioritairement à l'éducation des enfants. Mais à la fin du congé parental, elles reprennent une activité professionnelle – à temps partiel pour la moitié d'entre elles. Si le « moule social » paraît immuable, l'attitude des Allemandes face au travail a pourtant profondément changé. Le temps partiel semble leur permettre de concilier aspirations personnelles et contraintes sociales. Encore faut-il distinguer entre l'Est et l'Ouest.

Dichotomie entre l'Est et l'Ouest de l'Allemagne

3Contrairement à une idée reçue, les Allemandes sont aussi engagées dans la vie professionnelle que les Françaises : leur taux d'activité se situe dans la moyenne européenne. Dans l'ensemble de l'Europe, le taux d'activité des femmes de 25 à 54 ans est à la hausse, et pas seulement depuis les vingt dernières années. Mais depuis la fin de la guerre se manifeste également une grande disparité des situations selon les Etats membres : les pays du Sud sont à la traîne, bien que le travail des femmes se développe avec vigueur en Espagne, la France se rapproche presque des taux d'activité caractéristiques des pays Scandinaves - jusqu'à en imiter le léger fléchissement apparu au milieu des années 90.

Taux d'activité des femmes de 25 à 54 ans en Europe, de 1978 à 1996

Taux d'activité des femmes de 25 à 54 ans en Europe, de 1978 à 1996

Allemagne : rupture due à l'unification, Italie : femmes de 25-59 ans. D'après : OCDE
N.B. : Le taux d'activité désigne communément le pourcentage de personnes - les femmes, les jeunes, les retraités, etc. - qui travaillent. Pour ce graphique, cela signifie que, sur 100 femmes entre 25 et 54 ans, 88 % exercent une activité professionnelle en Suède et 50 % en Italie. A ne pas confondre avec le taux de participation des femmes à la population active : sur 100 personnes actives, on trouvera, par exemple, 42 femmes et 58 hommes en Allemagne de l'Ouest.

4Quant à la situation de l'Allemagne, elle est complexe. Le taux d'activité féminin n'y a en effet atteint le niveau actuel qu'après un saut brusque intervenu au début des années 90, au lendemain de l'unification. Il s'agit moins d'un effet d'addition des populations actives que de la traduction d'une disparité fondamentale entre l'emploi féminin dans les anciens et les nouveaux Länder. L'Allemagne présente en effet la double particularité d'avoir deux taux d'activité de niveau différent qui, de surcroît, évoluent de façon contrastée.

L'emploi féminin en RFA-1998

L'emploi féminin en RFA-1998

Source des données : Datenreporl 1999, Bundeszentrale für politische Bildung, Olzog Verlag, Munich, 2000, *) en milliers, propres calculs. Sur une population totale de 82 millions d'Allemands, les femmes représentent un peu plus de 51 %.

5A l'Ouest, où le taux d'activité des femmes, pendant des années, se situait dans une fourchette allant de 50 à 60 %, à équidistance des pays du Nord et du Sud de l'Europe, il continue à s'élever régulièrement. Abstraction faite de l'influence orientale, il se situerait actuellement vers 68 % (68 femmes sur 100 en âge de travailler ont effectivement un emploi). A l'Ouest en effet, le niveau de l'emploi féminin était resté modeste pendant presque toute la durée des trente glorieuses. Ce n'est qu'à la suite du 1er choc pétrolier - et plus encore après le second - que l'emploi féminin ouest-allemand s'est mis à grimper. Il faut toutefois souligner que la délimitation choisie par l'OCDE - population active de 25 à 54 ans - tend à surévaluer la participation des femmes à l'emploi en comparaison européenne. Si on se réfère à la délimitation par âge habituelle dans les statistiques allemandes - population active de 15 à 64 ans - le taux d'activité des femmes à l'ouest tombe alors à 54,9 %. Comparé au taux de 73,2 % pour les hommes (1997), cela fait une différence de presque 20 points. Ce différentiel important s'explique par deux facteurs : l'entrée plus tardive des jeunes sur le marché du travail, qui touche les deux sexes, et la chute importante de l'activité professionnelle des femmes de plus de 50 ans, phénomène qui touche moins les hommes d'âge comparable (Zahn, 1999).

Lente convergence des taux d'activité et de chômage

6A l'Est, le taux d'activité est en train de reculer. Mais, actuellement encore, avec près de 90 % (source OCDE), un niveau proche de celui des pays Scandinaves, il a tendance à se rapprocher de celui qui existe à l'Ouest. Du temps de la RDA, toutes les femmes travaillaient ; les enfants, dès la naissance, étaient pris en charge par la société. Après la chute du Mur, la montée du chômage, proportionnellement plus forte chez les femmes que chez les hommes, a entamé ce modèle, sans toutefois le changer en profondeur. Les Allemandes de l'Est restent nettement plus nombreuses à travailler que leurs consœurs ouest-allemandes (48,6 actives pour 100 femmes est-allemandes contre 39,7 à l'Ouest). Si on se réfère à la délimitation en vigueur dans les statistiques allemandes (les actifs de 15 à 64 ans), le taux d'activité des Allemandes de l'Est est de 56,9 %, contre 67,3 % pour les hommes dans les nouveaux Länder. Mais malgré cette lente convergence - avec un léger recul de l'emploi féminin à l'Est et une remontée constante à l'Ouest-, la dichotomie demeure entre l'Est et l'Ouest ; et ce, dans tous les aspects de la vie professionnelle des femmes en Allemagne.

7Dans les Länder de l'Est, hommes et femmes confondus, le nombre d'actifs a reculé, entre 1995 et 1997, d'environ 200 000 ; dans le même temps, le nombre de chômeurs augmentait d'autant. Pour les femmes, par contre, l'évolution est différente : pendant le même laps de temps, le nombre d'actives a reculé d'environ 90 000, alors que le nombre de chômeuses s'est accru de 150 000. Globalement, les femmes au chômage en Allemagne de l'Est (presque 800 000) sont beaucoup plus nombreuses que les hommes (575 000) bien que, en termes d'actifs, elles soient moins nombreuses (2,7 millions contre 3,4 millions). Fin 1997, elles présentent un taux de chômage de 25 %, contre 17 % pour les hommes. Ces relations soulignent que l'unification allemande et la transformation subséquente de l'économie planifiée en économie sociale de marché se sont faites bien plus au détriment de l'emploi féminin que masculin.

8Le schéma à l'Ouest est différent. L'euphorie et le boom économique de l'unification cèdent la place à la récession en 1993. Le nombre d'emplois industriels recule fortement, ce qui affecte principalement le travail masculin. En conséquence, le nombre d'actifs hommes baisse fortement (de presque 600 000 entre 1993 et 1997), et celui des chômeurs grimpe, de plus de 220 000 entre 1995 et 1997. Les femmes, dont l'activité professionnelle se concentre davantage dans les services, souffrent un peu moins du chômage que les hommes ; mais surtout, en raison du mouvement continu d'accès des femmes à l'emploi, le nombre d'activés s'accroît presque au même rythme que celui des femmes au chômage. En raison de cette évolution conjoncturelle, le taux de chômage des femmes à l'Ouest est, avec 10,7 %, comparable à celui des hommes. Depuis l'amélioration de la situation économique en 1999, la situation s'est toutefois inversée, et le taux de chômage des femmes et des hommes en Allemagne de l'Ouest s'écarte à nouveau au détriment des femmes.

Partage sectoriel et hiérarchique des tâches et revenus

9Pour expliquer le taux de chômage plus élevé des femmes, on avance souvent la raison selon laquelle l'activité typiquement féminine – essentiellement dans les secteurs du commerce (secrétaire) ou de la santé (aide-soignante) – choisie par une majorité de femmes conduirait plus facilement au chômage. En effet, plus de la moitié des apprenantes féminines se concentre sur 10 métiers dans une palette théorique de 380 formations duales. Si les femmes choisissaient plus souvent des domaines d'activité dominés par l'emploi masculin, le risque de chômage s'en trouverait réduit d'autant, affirme-t-on dans ce contexte. Or il s'avère que cet argument doit être fortement nuancé, du moins d'après une récente étude de l'IAB sur les diplômés de l'enseignement supérieur (Schreyer, 1999).

10Les détenteurs d'un diplôme universitaire de niveau équivalent à bac+4 ou bac+5 présentent, globalement, le taux de chômage le plus bas de tous les salariés, ce qui est une constante dans tous les pays. Une particularité du système allemand veut d'ailleurs que ce ne soient pas les diplômés des universités traditionnelles qui présentent le taux de chômage le plus bas, mais ceux des universités techniques (les Fachhochschulen), avec, en moyenne, un taux de 3,5 % pour les diplômées et 2,8 % pour les diplômés. Les Fachhochschulen proposent en effet des formations plus courtes, plus structurées et plus professionnalisées que les universités, ce qui explique leur succès auprès des employeurs. Certes, toutes formations supérieures confondues, les diplômées, avec un taux de chômage moyen de 5,5 %, sont plus souvent sans travail que les diplômés (4 %). Ce fait était connu. Mais l'étude révèle que les écarts les plus importants se constatent dans des métiers considérés comme typiquement masculins tels que ceux d'ingénieur du bâtiment (7,6 % de chômage pour les femmes, 2,7 % pour les hommes), d'électrotechnicien (14,6 % et 5,7 % respectivement) ou d'ingénieur de production (15,4 % contre 6,5 %). A tout prendre, les femmes qui ont choisi des études universitaires considérées comme féminines, comme les langues ou la littérature, se trouvent moins souvent au chômage que leurs consœurs qui ont tenté de s'aventurer dans des terrains moins balisés.

Un partage sectoriel des tâches

11Les résultats de l'étude de l'IAB, qui ne concerne qu'une petite partie des femmes actives, ne sauraient être généralisés à l'ensemble de l'emploi féminin, mais ils viennent à propos pour introduire quelques réflexions sur les secteurs d'activités. Le tableau ci-dessous montre les secteurs où se concentre l'emploi féminin, et, en creux, les secteurs où il est quasi absent. Cette absence est particulièrement visible dans tout ce qui touche à la production industrielle et les activités qui y sont rattachées comme l'installation ou la maintenance. 13 % des femmes seulement y travaillent, contre plus de 41 % des hommes. Puisqu'elles ont également déserté l'agriculture (avec 1 % du total des actifs, hommes ou femmes, ce secteur ne figure même plus dans les chiffres), elles travaillent massivement dans les services qui, pour des raisons de clarté, ont été subdivisés en primaires et secondaires. C'est surtout dans le secteur des services qualifiés de primaires que se concentre l'emploi féminin. En pourcentage, les femmes y travaillent presque deux fois plus que les hommes. Les emplois de bureau représentent, à eux seuls, presque le tiers de tous les emplois féminins ; si on y ajoute le commerce et les services réunis sous la rubrique enseignement et divers, on constate que les deux tiers des femmes occupent des emplois qui impliquent des responsabilités à l'égard d'autrui : elles sont enseignantes, infirmières ou secrétaires - de véritables emplois féminins, en somme.

Activités des hommes et des femmes en Allemagne de l'Ouest en 1995, par grands secteurs

Activités des hommes et des femmes en Allemagne de l'Ouest en 1995, par grands secteurs

Source : IAB-Werkstattbericht 20/1999, propres calculs

Un partage hiérarchique

12Si on fait parler les chiffres un peu plus pour s'interroger sur la place qu'occupent les femmes dans la hiérarchie au sein de ces secteurs, on obtient les résultats que reflète le tableau ci-dessous : dans tous les secteurs, sans exception, les femmes tiennent comparativement plus d'emplois en bas de la hiérarchie des responsabilités que les hommes.

Par des activités d'exécution (hommes et femmes, Allemagne de l'Ouest, 1995, en %)

Secteur d'activité

Hommes

Femmes

Production

31,5

72,5

Commerce

9,4

15,0

Activités de bureau

15,2

32,8

Recherche et développement (assistants)

36,9

63,1

Services (transports, restauration, vigiles,...)

39,7

72,9

Enseignement, soins, conseil,.... (personnel non diplômé du supérieur)

19,7

62,0

Source : IAB-Werkstattbericht 20/1999, propres calculs

13Ce tableau très simple ne prend pas en considération les différents niveaux de responsabilités qui existent dans les entreprises et qui, de toute manière, seraient difficiles à comparer. Il s'agit ici, a contrario, de n'indiquer que le pourcentage de femmes - et d'hommes - qui occupent un emploi dépourvu de responsabilités, et ce dans un sens large, puisque, selon les secteurs, il englobe aussi bien les manœuvres et les vendeuses sans qualification que les assistants dans le secteur recherche et développement. Le tableau ne tient pas compte non plus de situations spécifiques puisqu'il considère les emplois par grands secteurs d'activité, mais il n'en est pas moins révélateur des disparités hiérarchiques entre les sexes.

14Dans le domaine industriel, par exemple, où, déjà, les femmes ne sont pas très nombreuses, les trois quarts des emplois qu'elles y détiennent sont des postes qui ne demandent aucune ou peu de qualification. 3 % seulement des femmes travaillent en R&D, mais en fait, elles ne sont que 1 %, puisque les deux tiers de ces 3 % servent de petite main aux autres chercheurs. Même dans le domaine où elles excellent, seul un tiers détient des responsabilités, ce qui, ici, désigne sans doute les enseignants au sens large, les deux autres tiers étant considérés comme du personnel non diplômé de l'enseignement supérieur. Ce groupe comprend le grand nombre d'infirmières qui travaillent dans le domaine des soins donnés aux personnes mais qui, en Allemagne, ne sont pas considérées comme des diplômées de l'enseignement supérieur, puisque leur formation n'est pas dispensée au sein d'une université.

Partage inégalitaire des revenus

15Dès lors, il n'est guère surprenant de constater que le revenu des femmes est, en moyenne, nettement inférieur à celui des hommes. A la fin des années 90, il atteignait 77 % de celui des collègues masculins. Vu la différence de responsabilité que l'on constate globalement, l'existence d'une disparité au niveau des rémunérations n'est pas surprenante en soi. Ce qui l'est davantage, c'est la persistance d'une différence de rémunération entre hommes et femmes même si les facteurs tels que compétences, ancienneté ou niveau de responsabilité ont été égalisés. Cette différence résiduelle serait encore de 16 %, d'après les spécialistes ; mais elle est d'évidence difficile à mesurer, car, étant illégale, elle est forcément justifiée par un élément quelconque aux yeux des donneurs d'ordre. L'article 3 de la Loi fondamentale spécifie en effet qu'hommes et femmes sont égaux devant la loi, égalité que le Code civil (Burgerliches Gesetzbuch, §§ 611 et 612) applique à la situation professionnelle en interdisant la discrimination d'un salarié en raison de son sexe, lors du recrutement, de la promotion, du licenciement, etc., ainsi que pour la rémunération « à travail égal ou de valeur égale ». Si les femmes sont souvent plus mal placées que les hommes, notamment dans le domaine de la rémunération, cela tient au fait qu'elles sont souvent dans une situation qui les empêche d'exécuter le même travail que les hommes ou qu'elles n'osent pas imposer leurs exigences (Hesselberger, 2000).

Le travail à temps partiel, un fait féminin

16Dans la partie ouest du pays, 4,7 millions de personnes travaillent à temps partiel ; à l'Est, elles sont moins d'un million, mais leur nombre est en augmentation constante. Presque 90 % d'entre elles sont des femmes, une proportion plus importante qu'ailleurs en Europe (83 % en Grande-Bretagne et 79 % en France). Et les femmes travaillent à temps réduit dans tous les secteurs d'activité. L'accroissement du travail à temps partiel est intimement lié à l'augmentation du taux d'activité des mères de famille. De 25 % en 1950, il est passé à 49,4 % en 1998. Les deux tiers des salariés à temps partiel sont en effet mères de famille. Mais leurs enfants sont déjà en âge d'aller à l'école primaire. Tant qu'ils n'ont pas au moins atteint l'âge de six ans, les mères ouest-allemandes exercent aussi rarement une activité professionnelle aujourd'hui que dans les années 70. L'augmentation est ainsi essentiellement due aux mères d'enfants de plus de cinq ans (Engstler, 1999).

Temps partiel : une notion floue

17A l'Ouest, la part du temps partiel dans l'ensemble de l'emploi féminin représente 42 %. Ce taux paraît très élevé, mais il s'explique par deux facteurs. Premièrement, il reflète exclusivement la situation des Allemandes de l'Ouest ou, pour le dire autrement : la dichotomie Est/Ouest. A l'Est en effet, le travail à temps partiel, qui ne s'est développé que depuis l'unification, est beaucoup moins répandu qu'à l'Ouest. Deuxièmement, la notion même de travail à temps partiel est assez floue, puisqu'elle recouvre toutes les durées du travail inférieures à un temps plein. La durée légale du travail est de 48 heures par semaine en Allemagne depuis 1918, et n'a pas été modifiée depuis, non par manque de volonté, mais parce qu'elle permet une plus grande flexibilité du temps de travail. En pratique, elle est nettement inférieure. Librement négociée par les partenaires sociaux, en principe sans intervention de l'Etat, elle se situe, selon les secteurs, entre 35 et 40 heures hebdomadaires. A l'Ouest, la durée moyenne est d'à peine 37 heures par semaine, à l'Est, elle est encore proche des 40 heures. Les 35 heures, en vigueur dans la métallurgie, symbolisent le plancher au-dessous duquel le travail est considéré comme étant à temps partiel. Une semaine de travail de 32 heures, assez répandue en France du fait des accords de la loi Robien et considérée comme du temps plein, serait du temps partiel en Allemagne. D'un autre côté, la nébuleuse des « petits boulots », c'est-à-dire des emplois de moins de 15 heures par semaine, qui concernent entre 2,5 et 5 millions de personnes outre-Rhin, n'est pas comptabilisée dans ce tableau ; en réalité, le temps partiel est donc nettement plus important encore.

18Dans aucun secteur, même celui du management, le taux de temps partiel n'est inférieur à 20 %. Dans le secteur des services, celui qui réunit la majorité des actives, la moitié travaille à temps partiel. Dans la mesure où c'est dans ce domaine que les gisements d'emploi sont considérés comme les plus importants à l'avenir, il est évident qu'il s'agit d'un développement qui ira en s'accentuant. Une projection récente (IAB-Werkstattbericht 20/99) estime comme probable que 685 000 emplois féminins à temps plein seront supprimés d'ici 2010, alors que 1 624 000 emplois à temps partiel seront créés. Pour les hommes, si la destruction des emplois à temps plein est évaluée à 1,7 million, la création d'emplois à temps partiel n'est estimée qu'à un demi-million. Ces projections d'un paysage professionnel soumis à de profondes mutations soulèvent de nombreuses questions. Va-t-on vers la fin du travail normal tel que nous le connaissons actuellement ? La destruction d'un si grand nombre d'emplois à temps plein ne va-t-elle pas déboucher sur une kyrielle de formes d'emplois aux contours flous qui obéissent aux impératifs de la flexibilité ?

Un effet de la restructuration de l'emploi industriel

19L'analyse des chiffres montre que c'est peu probable, au moins dans un avenir proche. La suppression de presque 2 millions d'emplois masculins dans les dix ans à venir obéit à la logique de restructuration des emplois industriels vers les emplois de service. La création concomitante d'emplois féminins à temps partiel en grand nombre correspond à la volonté, non encore complètement réalisée, des mères de famille de se porter sur le marché du travail. Ce passage d'une société industrielle à une société de services pose aussi la question de la résorption du clivage entre emplois masculins et féminins. Les femmes se portant majoritairement vers les emplois du secteur tertiaire, plus que les hommes, ne vont-elles pas rattraper leur retard en termes de carrière et de rémunération ? C'est probable, mais ce rapprochement risque d'être moins rapide qu'espéré, dans la mesure où elles continuent à travailler massivement à temps partiel, ce qui est moins favorable au déroulement de la carrière, et où les jeunes hommes, eux aussi, se détournent massivement des emplois industriels pour s'orienter vers une carrière dans les nouvelles technologies.

20De nombreux autres aspects peuvent être cités pour brosser le tableau des femmes au travail ; mais l'image d'ensemble est claire : bien que les femmes soient de plus en plus nombreuses à travailler, elles occupent souvent un emploi à temps partiel. La quasi-totalité de l'accroissement numérique des actives est due à l'augmentation des emplois à temps réduit. Mais qu'elles travaillent à temps complet ou à temps partiel, elles doivent, la plupart du temps, se contenter d'activités d'exécution, souvent sans intérêt et mal payées.

Le poids du contexte socioculturel

21La possibilité pour les Allemandes d'accéder à un emploi à temps partiel offrant les mêmes garanties de pérennité et d'avantages sociaux que le travail à temps complet a conduit à ce que seulement 10 % d'entre elles considèrent qu'elles ont un emploi à temps réduit non voulu, et qu'elles souhaiteraient en fait travailler davantage, comparé à plus de 30 % pour la France. En d'autres termes, les Allemandes choisissent le temps partiel bien plus qu'elles ne le subissent. En France, ce sont les mesures gouvernementales favorisant l'introduction du temps partiel dans les entreprises qui ont contribué à l'accroissement de cette forme de travail, au détriment du temps plein. Les gouvernements allemands successifs, quant à eux, ont toujours refusé de subventionner le recours au temps partiel dans le but de combattre le chômage. Aidés en cela par les syndicats qui, eux, ne découvrirent qu'assez tardivement, au début des années 80, les besoins spécifiques de la main-d'œuvre féminine, ils ont permis le développement d'un statut du temps partiel à égalité avec le temps plein. Si une salariée peut exiger de son employeur de mettre à sa disposition un emploi à temps partiel - le secteur privé vient de s'aligner sur la fonction publique dans ce domaine-, l'employeur ne peut pas contraindre ses salariés à travailler à temps réduit. C'est ce qui explique le taux élevé du temps partiel choisi en Allemagne, ainsi que le niveau de satisfaction qui y accompagne cette forme de travail.

Mesures légales en faveur des femmes prises depuis les années 60
Mesures en faveur des mères de famille :
• Amélioration de la situation des futures mères
• Egalité des droits des femmes vis-à-vis de l'éducation des enfants
• Amélioration des conditions d'accès au congé parental
• Abolition de la répartition légale des tâches au sein du mariage (instauration du principe du partenariat).
Mesures en faveur des salariées :
• Amélioration du congé minimal des travailleurs à domicile qui est porté de 15 à 18 jours (1974)
• Adoption de la loi européenne sur l'égalité de traitement des hommes et des femmes sur le lieu de travail (1980)
• Relèvement de l'âge maximal d'entrée dans le service public pour les femmes ayant interrompu leurs études en raison de leurs enfants (1980)
• Amélioration des conditions d'octroi de congé ou de travail à temps partiel aux fonctionnaires pour raisons familiales (1984)
• Egalité de traitement du travail à temps partiel (1985)
• Reconnaissance, pour le calcul de la retraite des mères, d'une année d'éducation par enfant (1986)
• Création du congé parental, dont la durée a été portée, par paliers, à trois ans (indemnité mensuelle : 600 marks) (1986)
• Amélioration de l'accès des femmes avec charges de famille aux offres de formation continue (1986)
• Amélioration des chances des femmes en matière de recrutement et de promotion dans la fonction publique (1986)
• Amélioration de la situation matérielle des travailleurs à temps partiel dans la fonction publique (1989)
Ces mesures ont toutes pour objectif de consolider le rôle de la femme au sein de la cellule familiale tout en lui permettant de concilier tâches familiales et carrière professionnelle.

22Mais, même choisi, le travail à temps partiel n'est pas le garant d'une carrière à égalité avec les hommes. C'est ce qui explique pourquoi les femmes n'accèdent à la parité dans le domaine du travail que difficilement et dans quelques domaines circonscrits, relevant souvent du secteur public. Si elles détiennent le monopole de certaines professions, il s'agit, sauf exception, d'un monopole de fait et non de droit. Une exception notable, où les femmes détenaient le monopole de l'exercice d'une profession, est celle de sage-femme ; les hommes n'ont pu y accéder qu'après avoir déposé plainte pour discrimination sexiste et gagné le procès au Tribunal constitutionnel fédéral. La première explication possible du retard des femmes serait d'y voir une volonté politique. La première moitié du XXe siècle était marquée par l'inégalité effective de l'homme et de la femme devant la loi, en dépit de l'accession des femmes au droit de vote dès 1918. La République fédérale d'Allemagne a toutefois rompu avec ce passé inégalitaire en ancrant dans sa Constitution, dès 1949, le principe de l'égalité de l'homme et de la femme devant la loi. Néanmoins, ce principe avait quelque mal à passer dans la réalité de la vie quotidienne. Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard, en 1958, que le Code civil adopta l'égalité à son tour.

Rythmes scolaires et pénurie de structures d'accueil

23Les gouvernements allemands successifs, qu'ils aient été de droite ou de gauche, ont poursuivi la même politique : en multipliant les mesures permettant aux femmes de concilier vie familiale et vie professionnelle, ils ont de fait contribué indirectement à « bétonner » les rôles respectifs des deux sexes : l'homme reste le pourvoyeur principal des moyens de subsistance de la famille, avec une activité tournée vers l'extérieur, la femme se voit cantonnée dans la sphère familiale, l'activité professionnelle étant considérée comme accessoire. Que le temps partiel soit mis réglementairement sur un pied d'égalité avec le temps plein ne change rien à cet état de fait. Ce sont surtout les mères de famille qui supportent tout le poids de cette différenciation du rôle entre les sexes, car elle correspond à la conception prévalante dans la société allemande. La majorité des hommes et des femmes continue en effet d'estimer que la place d'une mère est auprès de son enfant. Cette attitude a deux conséquences, une psychologique et une pratique. Au plan psychologique, une mère qui travaille est poussée à culpabiliser, car elle ne correspond pas au rôle que la société lui a assigné ; qu'elle prenne ce rôle à son compte est une question personnelle qui dépend largement d'elle-même. Au plan pratique, toutefois, il en va différemment. Partant du principe que le rôle de la mère auprès de ses enfants est primordial pour leur développement, la société les prend beaucoup moins en charge que dans d'autres pays.

24Le système de crèches et d'écoles maternelles est en effet nettement moins développé qu'ailleurs, encore que, là aussi, des différences apparaissent entre l'Est et l'Ouest. Alors que les crèches existent en nombre suffisant à l'Est, à l'Ouest, elles ne couvrent que 40 % des besoins. Les écoles maternelles, en nombre très insuffisant à l'Ouest, ont profité de l'unification. Le gouvernement de Bonn s'est vu obligé d'étendre à l'ensemble de l'Allemagne le droit à une place en maternelle à tous les enfants de trois ans révolus à six ans, tel qu'il existait en RDA. Ce droit est pleinement entré en vigueur au 1er janvier 1999. Depuis cette date, tous les enfants de cette tranche d'âge trouvent une place en maternelle, à l'Est comme à l'Ouest. Si le nombre de places d'accueil dans les établissements tend à se normaliser, le service offert en est encore très loin. La plupart des écoles maternelles et primaires ne gardent les enfants que pendant quelques heures le matin. Ce n'est qu'à l'entrée de l'équivalent du collège, vers 10 ans, que les enfants passent toute la matinée à l'école. Si on ajoute à ces problèmes que le système des nourrices, toujours pour les mêmes raisons culturelles, est moins répandu qu'en France, on comprend pourquoi les mères de famille travaillent massivement à temps partiel – et toutes le matin. Voilà une raison structurelle qui contribue à éclairer le différentiel qui existe entre les carrières féminines et masculines.

Une réforme du congé parental ?

25Les contraintes sociales prévalant en Allemagne n'ont pas empêché les femmes d'accroître leur participation au marché de l'emploi, ne serait-ce que par le biais du travail à temps partiel. Mais elles constituent une barrière réelle à leur accès à des postes de responsabilité. Alors qu'en France, 20 % des cadres dirigeants sont des femmes, en Allemagne, elles ne fournissent, selon les estimations, qu'entre 5 et 8 % des décideurs. C'est pourquoi le gouvernement souhaite prendre des mesures afin d'accroître l'égalité des chances des femmes sur le marché de l'emploi. Le ministère fédéral de la Famille propose plusieurs actions dans ce sens. La première, s'inspirant de l'affirmative action conduite aux Etats-Unis pour favoriser l'intégration des femmes et des minorités ethniques dans les entreprises, veut que les entreprises, après analyse de la situation des femmes en leur sein, établissent, le cas échéant, un programme d'action en leur faveur. La deuxième, également reprise d'une initiative américaine, souhaite réserver les appels d'offre de l'Etat à des firmes où les femmes ne sont pas défavorisées. Ces programmes, auxquels les associations patronales ont réservé un accueil mitigé, voire hostile, seraient, d'après les vœux du ministre fédéral du Travail, Walter Riester, complétés par la possibilité ouverte à tous les salariés de travailler à mi-temps, s'ils le souhaitent.

Les réflexions en cours visant à réformer le congé parental tournent autour de cinq axes :
- augmentation de l'allocation qui a perdu 25 % de sa valeur, n'ayant pas varié depuis 1986 ;
- redéfinition des plafonds de ressources compatibles avec la perception de l'allocation, le dispositif ne touchant plus que 50 % de la population potentiellement concernée ;
- amélioration de l'organisation temporelle : prolongation des versements de deux à trois ans et/ou report éventuel de la troisième année à plus tard ;
- amélioration de la compatibilité du congé parental avec l'exercice d'un emploi à temps partiel par les deux parents ; actuellement, un emploi de 19 heures par semaine est toléré, même si le conjoint travaille à temps plein, alors que la formule selon laquelle les deux parents travaillent 24 heures chacun par semaine est interdite ;
- instauration d'un véritable salaire parental. Cette idée, la plus novatrice, mais, vu l'état des finances fédérales, irréalisable pour l'instant, serait de verser 1 300 marks par mois au parent qui accepte de se consacrer à l'éducation des enfants.

26Ce débat s'étend aujourd'hui jusqu'au congé parental. A l'origine, pour permettre aux mères de famille de se consacrer pendant trois ans à l'éducation de leurs enfants, une « allocation maternelle » (environ 300 € par mois depuis 1986) leur était versée pendant dix mois ; rebaptisée « congé d'éducation », elle a été ensuite ouverte, au choix, à la mère ou au père, la durée d'allocation étant portée à deux ans depuis 1993. Nonobstant la volonté du législateur de permettre une répartition plus égalitaire des tâches éducatives au sein des familles, il s'est avéré que, dans la presque totalité des cas, ce sont les mères qui prennent le congé parental. Cet instrument, initialement prévu comme une mesure démographique qui ne disait pas son nom, est de moins en moins satisfaisant. Et sa réforme est aujourd'hui soumise à débat.

27Pendant de nombreuses années après la Seconde Guerre mondiale, le travail des femmes est resté, de par son ampleur et sa nature, quasiment inchangé dans les deux parties, encore séparées, de l'Allemagne, le travail à temps plein étant la règle à l'Est, l'emploi rémunéré subordonné aux besoins familiaux à l'Ouest. Depuis l'unification, la situation a beaucoup évolué dans les nouveaux Länder. Le modèle de la femme active a du mal à résister à la détérioration du contexte socioéconomique et à la montée du chômage. A l'Ouest, un mouvement un peu plus ancien a conduit les femmes à rejeter progressivement le rôle de femme au foyer. L'accroissement du taux d'activité des femmes dans les anciens Länder est dû à l'entrée massive des mères de famille sur le marché de l'emploi. Après avoir présenté, pendant cinquante ans, un profil très différent, l'activité professionnelle des femmes a tendance à se rapprocher dans les deux parties de l'Allemagne. Aujourd'hui, l'Allemagne a rejoint le peloton de pays européens où l'emploi des femmes est de règle.

28L'augmentation globale du taux d'activité, s'il dénote un changement en profondeur, ne suffit pas pour parler de mutation. Ce d'autant moins que la situation des femmes, au plan des rémunérations et des carrières, n'est pas à parité avec celle des hommes. Mais les Allemandes ont fait un choix : tant par goût personnel que par nécessité – absence d'infrastructures adéquates pour les enfants - elles ont investi le travail à temps partiel, au point d'en faire une spécialité allemande. Seules les Néerlandaises sont encore plus nombreuses à le pratiquer. En optant pour la compatibilité entre vie privée et vie professionnelle, les femmes ont aussi fait un choix d'avenir. A l'heure où, flexibilité oblige, les formes atypiques du travail – dont le travail à temps partiel est une variante – prennent le pas sur le travail dit normal, les femmes se sont déjà adaptées à la nouvelle donne. Elles semblent également en avance dans le choix de leur d'activité professionnelle. Elles travaillent déjà très majoritairement dans les services, à l'heure où les salariés hommes n'en finissent pas de perdre des emplois dans l'industrie. Elles sont en train de prendre le tournant post-industriel, même si on peut regretter qu'elles se concentrent sur une gamme d'activités de service encore trop restreinte.

29S'il est du ressort de l'Etat de veiller à ce que les femmes puissent concilier vie familiale et activité professionnelle sans être désavantagées, il faut constater que le gouvernement allemand, par le passé, n'a pas rempli ses obligations, notamment en matière de construction et de fonctionnement des structures d'accueil pour les enfants. Les réformes que le gouvernement se propose de réaliser, tant dans l'amélioration des modalités du congé parental que dans la promotion du travail à temps partiel, devraient favoriser le modèle de vie privilégié par la majorité des femmes allemandes. Il est à souhaiter qu'elles parviennent aussi à établir une certaine égalité avec les hommes dans le déroulement de leur carrière.

Bibliographie

Indications bibliographiques

- Endler, Michael/Beckmann, Petra : « Arbeitszeitmodelle in der Partnerschaft von heute und partnerschaftliche Arbeitszeitmodelle von morgen », IAB-Werkstattbericht, Bundesanstalt für Arbeit, Nürnberg 14/1997

- Engelbrech, Gerhard/Jungkunst, Maria : « Die Zukunft der Frauenbeschäftigung, Veränderung der Arbeitslandschaft nach Tätigkeiten und Qualifikationsebenen zwischen 1995 und 2010 », IAB Werkstattbericht, Bundesanstalt für Arbeit, Nürnberg, 20/1999

- Engelbrech, G. : « Folgen der Beschäftigungskrise, zur aktuellen Beschâftigungsentwicklung bei ostund westdeutschen Männem und Frauen », IAB-Werkstattbericht, Bundesanstalt für Arbeit Nümberg 3/1999

- Engstler, Heribert : « Die Familie im Spiegel der amtlichen Statistik », Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend in Zusammenarbeit mit dem Statistischen Bundesamt, Bonn, 1999

- Bundesministerium für Frauen und Jugend : « Frauen in der Bundesrepublik Deutschland », rapport annuel

- « Frauen in Deutschland, Auf dem Weg zur Gleichstellung », Informationen zur politischen Bildung, 254/1997, Bundeszentrale für politische Bildung, Bonn

- Handl, Johann : Berufschancen und Heiratsmuster von Frauen, Campus-Verlag, 1988, Frankfurt/M., New York

- Hesselberger, Dieter : Das Grundgesetz, Kommentar für die politische Bildung, Bundeszentrale fur politische Bildung, Bonn, 2000

- Holst, Elke : Die Stille Reserve am Arbeitsmarkt, Größe - Zusammensetzung - Verhalten, édition sigma 2000

- « Kindertageseinrichtungen in Deutschland. Ein neues Steuerungsmodell bei der Bereitstellung sozialer Dienstleistungen », DIW-Wochenbericht 18/2000

- Lee-Badgett, M.-V., Folbre, N. : « Responsabilités familiales et sociales : les normes du comportement masculin et féminin et leurs incidences économiques », Revue internationale du travail, 1999 volume 138/1999

- Rapport mondial sur le développement humain 1999, éditions De Boeck et Larcier SH, programme des Nations-Unies pour le développement humain, www.un.org/publications.

- Schreyer, Franziska : « Frauen sind häufiger arbeitslos - gerade wenn sie ein Männerfach studiert haben », IAB-Kurzbericht, Aktuelle Analysen aus dem Institut für Arbeitsmarkt-und Berufsforschung der Bundesanstalt für Arbeit, Nürnberg, 14/1999

- Tessaring, M. : « Langfristige Tendenzen des Arbeitskräftebedarfs nach Tätigkeiten und Qualifikationen in den alten Bundesländern bis zum Jahr 2010. Eine erste Aktualisierung der IAB-PrognosProjektionen 1989/91 », Mitteilungen aus der Arbeitsmarkt-und Berufsforschung, cahier 1, 1994

- Zahn, Reinhold : « Die Erwerbsbeteiligung im Familienzusammenhang und ausgewählte Einflussfaktoren, Ergebnisse des Mikrozensus 1997 », Wirtschaft und Statistik 1/1999, Statistisches Bundesamt, Wiesbaden

Notes de fin

1 La version initiale de cet article est parue dans Regards sur l'économie allemande n° 49 (décembre 2000).

Table des illustrations

Titre Taux d'activité des femmes de 25 à 54 ans en Europe, de 1978 à 1996
Légende Allemagne : rupture due à l'unification, Italie : femmes de 25-59 ans. D'après : OCDEN.B. : Le taux d'activité désigne communément le pourcentage de personnes - les femmes, les jeunes, les retraités, etc. - qui travaillent. Pour ce graphique, cela signifie que, sur 100 femmes entre 25 et 54 ans, 88 % exercent une activité professionnelle en Suède et 50 % en Italie. A ne pas confondre avec le taux de participation des femmes à la population active : sur 100 personnes actives, on trouvera, par exemple, 42 femmes et 58 hommes en Allemagne de l'Ouest.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre L'emploi féminin en RFA-1998
Légende Source des données : Datenreporl 1999, Bundeszentrale für politische Bildung, Olzog Verlag, Munich, 2000, *) en milliers, propres calculs. Sur une population totale de 82 millions d'Allemands, les femmes représentent un peu plus de 51 %.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Activités des hommes et des femmes en Allemagne de l'Ouest en 1995, par grands secteurs
Légende Source : IAB-Werkstattbericht 20/1999, propres calculs
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search