Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 2001

 | 
Isabelle Bourgeois

III - De la Deutschland AG à la « nouvelle économie »

De la banque-industrie aux industries bancaires : les mutations du système bancaire allemand

Markus Gabel

Résumé

La vague déferlante du shareholder value semble mettre à mal les fondations mêmes du capitalisme rhénan : le lien séculaire qui unit banques et industrie en Allemagne. Mais à y regarder de plus près, cette Deutschland AG que l'on croyait verrouillée, sinon figée, se flexibilise et se modernise sous le double impact de la globalisation et de la diffusion des nouvelles technologies. Plus que la réforme fiscale engagée par le gouvernement fédéral, ce sont elles qui amènent le système bancaire allemand à se restructurer, et le capital industriel allemand à s'internationaliser. L'aspect de la Deutschland AG s'en trouvera certes changé, mais les mutations en cours du système bancaire auront consolidé un capitalisme rhénan en en rénovant la dynamique1.

Texte intégral

1La faillite du prestigieux groupe de BTP Philipp Holzmann, à la fin 1999, a mis sous le feu des projecteurs le rôle des banques allemandes, accusées de verrouiller l'économie par le biais des innombrables participations qu'elles détiennent dans les entreprises. Dans cette interpénétration banque-industrie qui caractérise l'Allemagne, les intérêts bancaires l'emporteraient trop souvent sur les performances des entreprises. Les établissements financiers, pour leur part, mettent en cause un régime fiscal qui les inciterait à l'immobilisme. Dans ce contexte, l'annonce faite, à Noël 1999 par le ministre des Finances, d'une réforme visant à exonérer les plus-values réalisées par les banques et les assureurs lors des cessions de participations a déclenché l'euphorie boursière sur les valeurs du secteur. A en croire les commentaires internationaux, la preuve était faite que le modèle anglo-saxon de la shareholder value allait enfin l'emporter sur la forteresse Deutschland AG.

2Ces deux événements, largement médiatisés, ne sont pourtant que les récents développements d'un long et vieux débat sur la banque-industrie et sa nécessaire réforme. Ils ont le mérite d'accélérer, en la révélant, la réorganisation en cours du secteur financier allemand. Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, les banques sont en effet contraintes à restructurer leurs participations industrielles, afin d'augmenter leur propre efficacité. L'avènement d'Internet et de l'e-business, en modifiant la tradition même de la banque universelle, se révèle sans doute une plus forte incitation à la réorganisation des activités et au recentrage sur le cœur du métier de banquier que l'effet d'annonce d'une mesure fiscale. Les banques privées en tout cas, et notamment les quatre grandes (Commerzbank, Deutsche Bank, Dresdner Bank, HypoVereinsbank), n'ont pas attendu la faillite du groupe Holzmann pour se préparer à ces mutations qui ne seront pas sans conséquences sur l'ensemble du paysage bancaire allemand.

La structure du paysage bancaire allemand : banque universelle et interpénétration banque-industrie

3La première caractéristique du système bancaire allemand est la prédominance de la banque universelle. Les établissements des trois principaux réseaux - banques privées, banques coopératives et banques publiques (caisses d'épargne, établissements régionaux et centraux) - offrent chacun l'ensemble de la gamme de services : opérations de paiements classiques, toutes formes d'épargne et de crédit, opérations de bourse et autres activités sur les marchés de capitaux. Cette caractéristique s'est renforcée avec l'émergence, dans les années 80, du concept de l'Allfinanz qui intègre dans les services de la banque universelle les assurances et les opérations concernant l'immobilier. Le lien entre banques et assurances, déjà étroit en Allemagne, s'est ainsi trouvé renforcé. A côté de ces trois grands secteurs, il existe une petite minorité de banques spécialisées comme les banques hypothécaires, les banques spécialisées dans les crédits à la consommation, les caisses d'épargne-logement et quelques établissements de crédit à attributions spéciales.

Structure du système bancaire allemand et poids des différents secteurs

Nombre de

banques

Actifs (4)

Part dans l'actif

total (en %) (5)

Secteur coopératif

dont :

2039

752,6

13,1

Ets. centraux des coopératives de crédit

4

220,1

3,8

Coopératives de crédit

2035

532,5

9,2

Secteur des caisses d'épargne

dont :

591

2059,3

35,7

Landesbanken (1)

13

1140,4

19,8

Caisses d'épargne

578

918,9

15,9

Banques commerciales

dont :

289

1477,3

25,6

Les quatre grandes (2)

4

851,5

14,7

Banques régionales

199

517,8

9,0

Banques étrangères

86

108,0

1.9

Banques hypothécaires

32

825,5

14,3

Caisses d'épargne-logement

33

144,2

2,5

Ets. de crédit à attributions spécifiques (3)

14

499,3

8,7

Total

2998

5768,1

100

(1) Autrefois appelées Landesgirozentralen (Centres régionaux de virement). (2) Deutsche Bank AG, Dresdner Bank AG, Commerzbank AG et Bayerische HypoVereinsbank AG. (3) Inclut par exemple la Kreditanstalt fur Wiederaufbau. (4) en milliards d'euros, (5) Chiffres arrondis, Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, janvier 2000 ; données pour novembre 1999.

4Comparée à d'autres, la structure du paysage bancaire allemand est très spécifique. Bien qu'elles en soient l'élément le plus dynamique, les banques privées (ou commerciales) ont une position assez faible : les quatre grandes (Commerzbank, Deutsche Bank, Dresdner Bank, HypoVereinsbank) détiennent moins d'un sixième de l'actif bancaire total et moins de 10 % du nombre de succursales. La concurrence des deux autres secteurs, public et coopératif, est particulièrement rude. Les caisses d'épargne, fondées il y a 150 ans afin d'offrir un placement pour l'épargne populaire et satisfaire au besoin de capitaux des PME locales et dont les Landesbanken sont aujourd'hui les centrales à l'échelon du Land, constituent le secteur le plus important ; les pouvoirs publics avaient attribué aux caisses d'épargne des privilèges leur permettant de se refinancer à bon marché. Elles représentent aujourd'hui environ 40 % du volume des crédits et des succursales, et détiennent la moitié de l'épargne allemande. Par rapport au secteur public, les banques coopératives (banques populaires ou Raiffeisen), semblent en perte de vitesse. Garanties par leurs sociétaires, c'est-à-dire leurs clients, elles ne bénéficient pas des mêmes privilèges que les caisses d'épargne. Avec presque autant de succursales que ces dernières, les banques coopératives se situent aujourd'hui en troisième position derrière les banques commerciales.

  • 2 Bénéfice de l'année fiscale avant impôts en pourcentage du bilan (valeurs entre parenthèses : bénéf (...)

Rentabilité du capital des différentes catégories de banques2

Rentabilité du capital des différentes catégories de banques2

Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999, p. 38

5En comparaison internationale, le degré de concentration du secteur bancaire allemand est plutôt faible : les dix principales banques (toutes catégories confondues) ne représentent que 38 % du total de l'actif du secteur bancaire en Allemagne, contre 63 % en France et 93 % en Suède, mais 21 % aux Etats-Unis, estime la Banque des règlements internationaux (BRI). Et pourtant, depuis les années 50, le nombre total d'établissements a été divisé par quatre, la concentration affectant principalement le secteur coopératif. Or, dans le même temps, le nombre de succursales quadruplait. Avec plus de 800 succursales par million d'habitants, contre une moyenne de 525 dans l'Union européenne, l'Allemagne est 'surbancarisée'.

Les principaux liens de capitaux de la Deutschland AG (données en % du capital de l'entreprise en question)

Les principaux liens de capitaux de la Deutschland AG (données en % du capital de l'entreprise en question)

Source : Expansion, n°614, 03-03-2000, actualisé par l'auteur

6Du fait de ce maillage très dense, la concurrence entre les banques allemandes est plutôt vive. Comme, de surcroît, toutes offrent les mêmes services, aucune n'a vraiment d'avantage compétitif dans un domaine précis, et leurs marges de bénéfices s'en trouvent réduites. Avec des taux de 6 à 7 % en moyenne (sauf en 1998, année exceptionnelle), leur rentabilité est plus faible que celle de leurs principales concurrentes internationales.

Interpénétration entre banque et industrie

7Le système de la banque universelle permet aux banques allemandes de jouer un rôle prépondérant dans l'entreprise. Cette interpénétration des deux secteurs, née avec l'industrialisation de l'Allemagne au siècle dernier, est, après la banque universelle, la seconde caractéristique du paysage bancaire allemand.

La « banquindustrie » naît avec l'industrialisation de l'Allemagne
Le système bancaire allemand a ses racines au milieu du XIXe siècle. A cette époque, une mutation profonde des structures politiques et économiques bouleversait l'Allemagne. Politiquement, l'effort d'unification de Bismarck avait abouti en 1871 au nouvel empire allemand. Economiquement, une phase d'industrialisation avait pris son essor qui devait propulser l'Allemagne en quelques décennies au tout premier rang en Europe. Pour financer ces mutations, l'Allemagne avait besoin non seulement de capitaux, mais aussi d'un marché de capitaux efficace.
La plupart des banques fondées autour des années 1850 avaient pour but de financer des petites et moyennes entreprises. Pour faciliter ce financement, on avait autorisé les banques à accorder des crédits non seulement contre des effets commerciaux, mais aussi contre des titres transmissibles garantissant des droits de propriété dans l'entreprise en question. C'est à cette époque que naissent les premières grandes banques universelles, réunissant des activités de dépôts et de crédits, ainsi que des opérations sur titres : Bayerische Vereinsbank (1869), Commerzbank (1870), Deutsche Bank (1870) et Dresdner Bank (1872).
Ce sont elles qui fournissent les capitaux nécessaires à l'industrialisation, en étroite interdépendance avec les nouveaux industriels qui, de leur côté, avaient intérêt à ce que se développent des établissements financiers efficaces. Ainsi, diverses banques et entreprises industrielles avaient fondé, à l'origine, la Deutsche Bank comme une banque consortiale destinée à financer le commerce extérieur.
Faute d'un marché de capitaux suffisamment grand, les banques ont créé une sorte de pool de liquidité interne : ce pool était un système de refinancement intégré à travers lequel chaque banque se refinançait à l'aide des autres banques. Ainsi, les économies insuffisantes des déposants étaient remplacées par l'endettement vis-à-vis des autres établissements financiers. Dans ce contexte, les caisses d'épargne ont joué un rôle particulier. Pour garantir les économies des classes populaires, elles étaient à l'époque de purs centres collecteurs de capitaux : elles ne prenaient que des dépôts et ne donnaient pas directement des crédits. Mais en achetant les papiers (obligations, titres hypothécaires, etc.) des autres banques, elles ont ainsi elles aussi contribué au financement de l'industrialisation, quoique indirectement.

8Ces liens, que résume le concept de « banquindustrie », sont d'une importance économique majeure pour le site Allemagne. Ils s'établissent aujourd'hui à quatre niveaux : la banque comme créancier, la participation des banques dans le capital des entreprises, la participation des banques aux décisions des entreprises lors des assemblées générales à travers des droits de vote liés aux actions qui leurs sont confiées (Depotstimmrecht), et l'interpénétration personnelle par la présence de représentants des banques dans les conseils de surveillance. Ces quatre types d'interpénétration se renforcent mutuellement parce qu'ils apparaissent simultanément : une banque créancière détient des actions dans l'entreprise en question, vote lors des assemblées générales, et un ou plusieurs membres du directoire de la banque siègent au conseil de surveillance de l'entreprise.

9Si on considère les seules participations directes dans le capital des entreprises, les banques allemandes détiennent environ 10 % du capital action des entreprises allemandes. En comparaison internationale, cette part est élevée : elle est d'environ 4 % en France, de 2 à 3 % au Royaume-Uni, et inférieure à 1 % aux Etats-Unis (mais dans ces deux derniers pays, les assurances et les fonds de pension détiennent environ un tiers des capitaux) ; seul le Japon a un niveau encore plus élevé (13-14 %). En Allemagne, ce sont les banques commerciales qui détiennent la majeure partie de ces participations : elles représentent environ 10 % de leurs capitaux ; chez les quatre grandes (Commerzbank, Deutsche Bank, Dresdner Bank, HypoVereinsbank), cette part est d'environ 6 %.

10Or le contrôle qu'exercent les banques allemandes sur les entreprises est plus important que ne le laisse soupçonner le volume de leurs participations directes. Seules gestionnaires de portefeuilles sur le marché allemand, elles exercent les droits de vote liés aux actions qui leur sont confiées. Ce système des voix mandatées (Depotstimmrecht) est au cœur même du lien banque-industrie : si on y ajoute leurs propres voix d'actionnaires, les banques contrôlent largement plus des deux tiers des voix dans l'ensemble des entreprises allemandes. Elles ont de la sorte un rôle déterminant dans leur stratégie, qu'il s'agisse de la politique d'investissement ou du choix de l'équipe dirigeante. Or leur omniprésence dans les conseils et leur multipositionnement réduisent la concurrence entre elles, ce qui se répercute sur les prix des produits financiers qu'elles proposent aux entreprises. Cette situation de quasi-monopole accroît d'autant plus la dépendance du management vis-à-vis de'sa'banque que l'interpénétration personnelle est étroite.

11Le poids des banques a aussi des conséquences sur la composition des conseils de surveillance des entreprises. Lors des assemblées générales, les actionnaires ou leurs représentants élisent la moitié des membres des conseils de surveillance, et notamment leur président qui dispose de deux voix en cas de pat. Le rôle dominant des banques a pour résultat que leurs représentants, entre autres les membres des directoires des grandes banques, sont omniprésents dans les conseils de surveillance. Mais l'influence des banques va plus loin encore : grâce au système du Depotstimmrecht, elles participent au choix des membres de l'équipe dirigeante. De nombreux managers ont accédé à leur position grâce à l'intervention d'une banque en leur faveur. Ce type de relations personnelles est particulièrement fréquent dans les PME, majoritairement des sociétés anonymes, où le chef d'entreprise est souvent plus dépendant de 'sa' banque que la plupart des patrons des grandes entreprises. Mais d'une manière générale, et quelle que soit la configuration concrète de l'interpénétration personnelle et fonctionnelle du système de la banque-industrie, les banques disposent de ce fait d'un outil leur permettant de prendre un rôle actif dans la politique de l'entreprise en complément de leur engagement financier.

12Pourtant, bien que les mandats dans les conseils de surveillance donnent un accès privilégié à l'information interne de l'entreprise, la multiplicité de ces mandats (de nombreux représentants des banques siègent dans plusieurs conseils de surveillance en même temps, ce qui peut d'ailleurs créer des problèmes d'éthique) ne permet pas toujours aux banquiers d'être informés de toutes les évolutions dans les entreprises qu'elles sont pourtant censées surveiller. Les difficultés, voire les faillites, de certaines entreprises proches des banques, comme la Metallgesellschaft, la Balsam AG, la Klöckner Werke AG ou récemment la Philipp Holzmann AG, en témoignent largement. Quantitativement, ces cas restent certes limités, mais comme ils concernent des noms emblématiques de l'histoire économique allemande, ils relancent la discussion et nourrissent les arguments de ceux qui plaident en faveur d'une réduction de l'influence des banques. Si ceux-ci estiment que le poids des banques dans l'économie est démesuré, d'autres soulignent au contraire que leur rôle est surestimé. Or ces divergences s'expliquent par la perspective adoptée quant à la nature des intérêts que poursuivent les banques dans l'entreprise, où elles apparaissent la plupart du temps soit en qualité de créancier, soit en tant que créancier-actionnaire.

La Hausbank est un facteur de stabilité, mais aussi d'immobilisme

13Quand elles agissent en qualité de créancier-actionnaire (c'est-à-dire quand elles sont à la fois bailleur de fonds et détenteur d'actions de l'entreprise en question), les banques peuvent, grâce à des économies d'échelle dans l'obtention des informations, réduire le risque pour l'entreprise et augmenter ainsi le bénéfice des actionnaires. Par nature, l'entreprise se trouve en position d'avantage informationnel. Lors d'une demande de crédit, elle détient des informations privées dont la banque ne dispose pas forcément. Cet inconvénient informationnel disparaît quand la banque, en tant qu'actionnaire, a un accès plus direct aux informations financières de l'entreprise. En exerçant ainsi une double fonction de contrôle (comme banque dans l'analyse des projets de crédits et comme membre du conseil de surveillance dans la politique générale de l'entreprise), elle peut - au moins théoriquement - empêcher l'entreprise de s'engager dans des projets peu rentables. L'utilisation responsable des voix directes et mandatées lors des assemblées générales peut augmenter l'efficacité et contribuer à la maximisation de la valeur des entreprises. Cette relation étroite, exclusive et de long terme avec les clients industriels qui caractérise la Hausbank (banque maison), assure un cadre de stabilité, voire un avantage concurrentiel à l'international. Il améliore aussi l'efficacité de l'ensemble du système économique et réduit la probabilité d'une défaillance financière des entreprises. La tradition de la Hausbank contribue ainsi au faible taux de faillite des entreprises allemandes (10 %) en comparaison européenne (il est 20 % en France et de 30 % en Suède).

14Deux éléments cependant amènent à relativiser le rôle positif que jouent les banques en leur qualité de créancier-actionnaire. D'une part, les participations directes sont le fait presque exclusif des grandes banques commerciales et se limitent à 20 % des principales sociétés anonymes. D'autre part, les caisses d'épargne et les coopératives prédominent dans le financement des PME qui constituent l'essentiel du tissu économique allemand : pour la plupart des entreprises allemandes, c'est alors la relation de créancier classique qui prédomine. Mais d'une manière générale, en tant que créancier, les banques, par nature prudentes et conservatrices, poursuivent des intérêts qui peuvent être en contradiction avec ceux de l'entreprise, notamment de la maximisation de la valeur de cette dernière ; quant au management, soucieux d'améliorer la croissance de l'entreprise tout en limitant la dépendance vis-à-vis de ses bailleurs de fonds, il peut être incité à adopter une stratégie aboutissant en fin de compte à une allocation peu optimale du capital.

15De la sorte, et malgré leurs finalités divergentes, les intérêts des banques créancières et du management finissent par se rejoindre et se transformer, selon les voix les plus critiques, en facteur d'immobilisme. Par nature, le management donne priorité à la croissance et à l'augmentation du patrimoine de l'entreprise. Pour cette raison, il a plutôt tendance à limiter la distribution des bénéfices aux actionnaires pour les accumuler à l'intérieur de l'entreprise. Dans les entreprises allemandes, cette accumulation se fait généralement sous forme de provisions pour retraite (Pensions rückstellungen) : en Allemagne, ces fonds internes représentent plus de 50 % du financement de l'investissement privé. Ils permettent de réduire la charge fiscale et servent en même temps au financement interne. D'un côté, donc, les moyens sous contrôle du management se trouvent ainsi augmentés, et la dépendance vis-à-vis des banques réduite d'autant. Mais d'un autre côté, ces fonds internes n'assurent pas toujours une allocation optimale du capital, donnant lieu par exemple à des investissements en biens corporels ou à l'engagement dans des projets financiers ou monétaires sans plus-value économique. Si cette tendance n'est pas propre aux entreprises allemandes, le lien banque-industrie, tel qu'il caractérise l'Allemagne, contribue cependant à la renforcer. Les banques se montrent enclines à tolérer ce comportement du management, puisque les provisions pour retraite restent dans l'entreprise et améliorent ainsi leur position en tant que créancier prioritaire.

16Du fait de cette coalition d'intérêts, la croissance (interne) de l'entreprise se trouve privilégiée au détriment de sa rentabilité et de sa valorisation financières. On comprend mieux, dès lors, pourquoi les dividendes versés par les entreprises allemandes sont relativement faibles. Dans ce contexte, une analyse de l'influence des banques sur les bénéfices des entreprises révèle que plus l'influence bancaire est importante, plus l'entreprise est endettée ; plus les taux d'intérêt que paie l'entreprise sont élevés, moins celle-ci recourt au financement par capitaux propres. Au total, tous ces facteurs représentent une augmentation des coûts et réduisent d'autant le bénéfice comme le versement de dividendes. S'il est un intérêt sous-représenté en Allemagne, c'est bien celui de l'actionnaire traditionnel.

Les mutations du lien banque-industrie

17Régulièrement, outre-Rhin, des voix s'élèvent, qui réclament une limitation du pouvoir des banques ou une meilleure prise en considération des actionnaires. Ainsi, la Commission des monopoles s'est exprimée en 1976 sur le rôle ambigu des banques dans l'économie allemande, suivie en 1986 par le conseil d'experts auprès du ministère de l'Economie. En 1995 et 1997, différents projets de loi visant à réduire le pouvoir des banques ont été déposés, mais sans être suivis d'effet. Aujourd'hui, deux événements viennent relancer la discussion. Le premier a été l'annonce de la faillite du groupe de BTP Philipp Holzmann en novembre dernier, le deuxième, l'annonce en décembre d'un projet fiscal visant à modifier l'imposition des cessions de capital.

18Dans le cas Holzmann, la Deutsche Bank, qui détenait, au moment de l'annonce de la mise en faillite, environ 15 % du capital de l'entreprise, avait longtemps continué à en approvisionner les lignes de crédit malgré ses difficultés financières. La banque agissait ainsi en investisseur soucieux de ne pas perdre son investissement. Or soudain, elle a changé de stratégie, refusant de sauver ce géant de l'immobilier de la faillite. La raison de ce revirement tient au droit allemand qui, d'une manière générale, protège les créanciers, leur permettant de liquider l'entreprise et de vendre les actifs en garantie, même si ces derniers sont nécessaires pour la poursuite de l'activité de l'entreprise. Souvent donc, lorsqu'elles estiment trop lourdes les difficultés financières, les banques changent de comportement et passent d'une logique d'actionnaire à une logique de créancier afin d'assurer le recouvrement des crédits. C'est ce qu'a fait la Deutsche Bank. Mais à la suite de pressions multiples, et sur injonction du chancelier Schröder, la banque a opéré un second revirement pour contribuer à l'élaboration d'un plan de sauvegarde. En échange, comme le laissent entendre de bonnes sources, elle aurait obtenu une réforme fiscale révolutionnaire.

19Et de fait, le 23 décembre 1999, le ministre des Finances annonçait son intention d'abroger l'imposition des plus-values de cessions (actuellement taxées à un taux d'environ 50 %). Ce taux pénalisant avait longtemps figé le capitalisme allemand, donnant aux banques un argument parfait pour ne pas se séparer de leurs participations dans l'industrie allemande. Seules les cessions de participations dans des groupes étrangers sont jusqu'ici défiscalisées. La généralisation de cette exemption devrait changer le visage de la Deutschland AG. L'opposition CDU/CSU et FDP, qui avait tenté en 1997, alors qu'elle constituait la majorité, de mobiliser les participations dans le capital des entreprises, semble acquise à la réforme ; le projet n'induira pas de réduction des recettes fiscales puisque, jusqu'ici, aucune cession n'avait eu lieu. Un obstacle demeure néanmoins : le projet pourrait se révéler anticonstitutionnel, puisqu'il entraînera une discrimination entre les grandes entreprises de capital (exemptées) et les petites sociétés de personnes (taxées). Un compromis devra être trouvé ; certains observateurs tablent déjà sur l'adoption d'un taux d'imposition des plus-values avoisinant finalement 20 %, et une date d'entrée en vigueur fixée à 2002 au plus tôt. D'une manière ou d'une autre, le projet de réforme jouera certainement un rôle d'accélérateur dans un processus de restructuration déjà engagé.

20La plupart des participations croisées entre les banques et les principaux assureurs ayant un caractère stratégique, elles seront conservées. Elles servent les intérêts propres des entreprises concernées : ainsi, Allianz vend un cinquième de ses produits par les succursales de Dresdner Bank et de HypoVereinsbank. Les liens croisés protègent aussi contre des OPA hostiles. C'est le cas des participations que les banques détiennent mutuellement, mais aussi celles que les assureurs détiennent dans les banques. La réforme n'entraînera pas non plus forcément la fin des liens entre banque-assurance et industrie. Un assureur comme Allianz ne se défera pas du jour au lendemain de ses participations. En admettant qu'Allianz décide de réaliser certaines plus-values, il disposera d'un volume plus important de sommes à placer. L'assureur pourrait dès lors augmenter encore son portefeuille de participations pour les placer en vue de la maximisation de son efficacité économique.

21Plus important : banques et assurances devraient être amenées à se séparer de certains actifs historiques dans l'industrie qui, au fil du temps, ont non seulement perdu leur signification, mais se révèlent aujourd'hui difficilement compatibles avec la nécessaire maximisation des bénéfices. Trop souvent en effet, ces participations relevaient bien plus du hasard que d'une réelle stratégie. Comme dans le cas de la sauvegarde de Philipp Holzmann, une bonne partie des participations est apparue dans le contexte d'entreprises en difficultés. La solution avait alors consisté dans la conversion des crédits en capitaux propres. Les banques sont ainsi en partie involontairement devenues co-propriétaires de l'industrie allemande, notamment dans les années 20 et 30. D'autres situations peuvent amener une banque à détenir une participation industrielle importante, ainsi les introductions en bourse organisées sous l'égide d'une banque : la Commerzbank, par exemple, possède toujours environ 30 % des actions de l'entreprise Alno, faute d'avoir trouvé d'acheteur lors de l'introduction. Ou encore des circonstances particulières, comme ce fut le cas lorsque, en 1975, le Schah avait déclaré son intention de s'engager dans Daimler. Deutsche Bank avait alors volé au secours du constructeur automobile pour empêcher une prise de participation étrangère importante dans ce symbole du capitalisme allemand. C'est là l'origine de la participation que Deutsche Bank détient toujours dans l'entreprise, devenue depuis DaimlerChrysler.

La Deutschland AG s'approprie la shareholder value

22Le changement de régime fiscal devrait donc simplement accélérer un processus engagé depuis longtemps sous l'effet d'une concurrence mondiale accrue. Celle-ci avait incité les banques et assureurs à amorcer la réorganisation de leurs portefeuilles. Certains des liens entre banques et industries sont donc appelés à disparaître ou à se réduire aujourd'hui. Il est probable, par exemple, que la Deutsche Bank va se défaire d'une partie des quelque 20 % qu'elle détient dans DaimlerChrysler pour éviter que les variations dans la profitabilité de l'entreprise automobile (on se souvient encore des difficultés de Daimler avec sa nouvelle série Classe A) n'aient des répercussions sur la valorisation de la banque elle-même. Dès 1998, la Deutsche Bank avait annoncé qu'elle allait réorganiser le portefeuille d'actifs industriels que gère sa filiale ad hoc, la DB Investor AG, suivie par la Dresdner Bank. Les banques répondent ainsi aux attentes des marchés qui les poussent à utiliser leurs ‘réserves cachées’ pour se renforcer dans leur métier de base. Elles sont impressionnantes : la valeur des participations de Deutsche Bank s'élève à 22 milliards d'euros (celle d'Allianz à environ 44 milliards). La Deutsche Bank espère ainsi financer une partie de son acquisition de Bankers Trust, intervenue en été 1999, qui l'a promue première banque mondiale. Compte tenu de l'ampleur de ces valeurs cachées, la vente de participations apportera ainsi des plus-values énormes aux groupes concernés et accélérera la restructuration en cours de l'économie allemande.

23Les banques auront aujourd'hui intérêt à réorganiser leur portefeuille d'investissement afin de maximiser leur propre valeur. Voilà pourquoi, à l'annonce du projet de réforme, les cours des principales banques et assurances ont flambé à la bourse de Francfort. Mais ce projet représente-t-il vraiment la fin de la banque-industrie et l'entrée en force de la shareholder value en Allemagne ? Certes, de nombreux liens seront à l'avenir réduits ou abandonnés, néanmoins, les banques garderont leur rôle stratégique. En allouant plus efficacement leurs capitaux, elles sont même susceptibles d'accroître encore leur influence, tout en étant soumises à la concurrence croissante de la part des investisseurs étrangers. L'industrie devra s'adapter elle aussi, notamment dans les secteurs où les banques ont traditionnellement de fortes participations, comme la chimie et l'industrie pharmaceutique. Le développement de la shareholder value contribuera à contrebalancer la tendance qui donnait jusqu'ici priorité à la croissance interne des entreprises. Finalement, ces restructurations permettront aux entreprises allemandes d'internationaliser plus encore leur capital. Ainsi se poursuit une tendance qui avait pris un nouvel élan avec l'introduction de l'euro. Les entreprises seront donc non seulement davantage exposées à la concurrence internationale, mais ce ‘verrouillage’ tant déploré de la Deutschland AG prendra fin. Avec davantage de participations étrangères, le capital supplémentaire qui entrera sur le marché allemand est, selon une estimation de Goldman Sachs, susceptible d'augmenter le PIB d'un demi point par an.

Un contexte de plus en plus concurrentiel

24Le cas Holzmann et l'annonce du ministre des Finances n'ont révélé qu'un aspect des restructurations à venir du système bancaire allemand : la réorganisation du lien banque-industrie, hérité du siècle passé. Or d'autres mutations, moins spécifiques à l'Allemagne, amènent aujourd'hui les banques allemandes à reconsidérer le métier même de la banque. La première impulsion vient de l'importance croissante du marché des capitaux, la seconde, des nouvelles technologies. Dans ce contexte mondial en pleine évolution, le secteur le plus dynamique est sans conteste celui des banques commerciales, où les quatre grandes (Deutsche Bank, Dresdner Bank, Commerzbank et HypoVereinsbank) jouent un rôle particulièrement actif. Mais en Allemagne, leur développement se trouve quelque peu freiné par la concurrence des banques publiques, dotées de privilèges aujourd'hui disproportionnés. Or sous la pression communautaire, le secteur bancaire public est amené à évoluer et à modifier par là-même l'architecture du paysage bancaire allemand.

25Les problèmes de rentabilité des banques commerciales ont pour origine une spécificité du paysage bancaire allemand : la vive concurrence des coopératives de crédits, et plus encore, du réseau des caisses d'épargne. Ces établissements de proximité ont pour centrale, à l'échelon du Land, les Landesbanken, qui gèrent, pour leur compte, l'ensemble des transactions dépassant l'échelon local. Quantitativement, face à ce réseau, les banques commerciales ne détiennent en effet pas plus de 10 % des comptes et seulement 15 % des guichets. Qualitativement, le déséquilibre est plus marqué encore. Les caisses d'épargne et les 13 Landesbanken ont un avantage sur les réseaux commerciaux : leurs propriétaires, les Länder, ne demandent quasiment pas de dividendes. Presque tous les bénéfices peuvent ainsi être réinvestis. A cela s'ajoute la garantie que les pouvoirs publics (en général le Land) donnent à leurs Landesbanken et caisses d'épargne. Celles-ci peuvent ainsi décrocher une meilleure notation et se refinancer moins cher en levant des capitaux à des taux inférieurs à ceux dont bénéficient les banques privées. La conséquence est que les marges des banques privées se rétrécissent de plus en plus.

La WestLB sur la sellette à Bruxelles

26Dès 1994, les banques privées allemandes se sont donc adressées à la Commission européenne pour se plaindre d'un cas concret, celui d'une injection de capital dans la WestLB, la plus grande des Landesbanken, par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Non seulement la WestLB avait bénéficié d'un taux d'intérêt négligeable de 0,6 %, mais cette sorte de ‘subvention déguisée’ lui avait permis aussi de respecter les ratios réglementaires de solvabilité. Ainsi dotée, la WestLB avait pu prendre au cours du temps les allures d'une grande banque commerciale. Si la Commission n'a toujours pas tranché sur le sort des Landesbanken en général, il semble qu'elle penche néanmoins du côté des banques privées. Dans le cas de la WestLB, elle a menacé l'établissement de lui demander de rembourser au Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qui possède 43 % de son capital, la somme de 1,6 milliard de marks, et de lui verser un dividende annuel de 9,3 % après impôts. Le Land, opposé à une telle décision, a été jusqu'à proposer d'échanger les dettes de la WestLB contre une prise de participation encore plus importante au sein de l'établissement. Cette réaction est bien compréhensible, puisque les Landesbanken offrent non seulement des postes bien dotés à de nombreux hommes politiques, mais que, économiquement, elles constituent aussi un lien essentiel entre les administrations et les acteurs économiques locaux.

27Cependant, les Landesbanken semblent en passe d'évoluer. Bien qu'il ne soit pas question de fusions ou de privatisations, les institutions se rapprochent et commencent à établir des partenariats entre elles. Ainsi, les Landesbanken de Bavière et du Bade-Wurtemberg pensent à créer un holding commun. Mais pour l'instant, ces opérations visent plutôt à retarder les nécessaires restructurations, qui se résument en théorie à trois options. Les Landesbanken pourraient être obligées de payer des intérêts plus élevés pour compenser la garantie publique sur leurs capitaux. Une deuxième possibilité serait de les obliger à réduire la concurrence qu'elles font aux banques privées. Troisièmement, on pourrait tout simplement les priver de leur protection publique. Or dans un contexte concurrentiel où aucun des acteurs, tous positionnés sur le marché de la banque universelle, n'a d'avantage compétitif réel, cela reviendrait à défavoriser les Landesbanken. Il reste ainsi une quatrième option : la privatisation des banques publiques, au profit par exemple des banques privées. Or les collectivités rechignent à se dessaisir ainsi d'un instrument précieux de politique structurelle régionale. C'est là l'une des raisons pour lesquelles la fusion entre la Bankgesellschaft Berlin (privée) et la Norddeutsche Landesbank (publique) a échoué en dernière minute à l'automne dernier.

L'euro accroît la concurrence

28Aujourd'hui, les entreprises se financent de moins en moins par des crédits bancaires traditionnels, préférant recourir au marché, qu'il s'agisse d'emprunts que les entreprises placent directement sur les marchés de capitaux ou de la levée de capitaux propres sous forme d'émissions d'actions. En Allemagne, ce processus en est seulement à ses débuts : 90 % des capitaux extérieurs sont encore des crédits, principalement bancaires. Aux Etats-Unis, les entreprises obtiennent déjà deux tiers de leurs capitaux extérieurs par le marché. Selon Ulrich Cartellieri, membre du directoire de la Deutsche Bank, les banques vont évidemment continuer à accorder des crédits, mais dans une moindre mesure ; il faut y voir aussi une conséquence de la baisse des taux d'intérêts qui ont fait fondre les traditionnelles marges des banques. Le crédit accordé aux entreprises et aux particuliers deviendra davantage un produit d'amorce de la relation clientèle que les banques vendront ensuite au marché.

29L'Union monétaire a accentué l'environnement concurrentiel en rendant les marchés plus liquides et les prix des produits bancaires plus transparents. Les taux historiquement bas réduisent les marges pour les banques : alors que dans le domaine des crédits aux entreprises, les banques allemandes gagnaient encore environ 2 à 3 % sur leurs prêts en 1990, cette marge est tombée à environ 1 % aujourd'hui. Mais l'Union monétaire a aussi réduit à néant certaines des recettes bancaires traditionnelles comme les opérations de garde et de change sur les différentes monnaies. Le cabinet McKinsey estime qu'environ un quart de ces revenus, qui s'élèvent à environ 100 milliards de dollars et qui représentent traditionnellement entre 40 et 80 % des revenus bancaires, vont ainsi disparaître. De ce fait, mais aussi dans le fil de la numérisation des services comme de l'évolution du métier même de la banque, la pression visant à la restructuration du système bancaire est d'autant plus forte que l'Allemagne détient le record européen du nombre de succursales par habitant. Le potentiel de fusions-acquisitions est donc particulièrement important, celles-ci permettant en outre de donner un coup de pouce aux bénéfices - jusqu'ici le point faible des banques allemandes.

Vers de nouveaux métiers

30Face à cet environnement plus concurrentiel, de nombreuses banques ont répondu par des stratégies d'expansion. Or, comme le poids des secteurs coopératif et public en Allemagne réduit la marge pour des fusions et acquisitions, certaines se sont tournées vers les marchés américain et européen. Ainsi, la Deutsche Bank a racheté Bankers Trust. Deux éléments néanmoins limitent l'ampleur de ces opérations : le volume des transactions, d'une part. D'autre part, en Europe, les rachats d'entreprises se heurtent toujours aux sensibilités. La Deutsche Bank a ainsi dû renoncer à ses ambitions vis-à-vis du Crédit Lyonnais comme de la Société Générale. Voulant depuis longtemps renforcer sa position en France, la Deutsche Bank a adopté depuis une autre stratégie : elle ouvre depuis peu des agences en France (une dizaine à terme). Cette opération ne sera pas sans risque, certains la caractérisent même comme une pure perte d'argent. L'expérience montre en effet que les banques qui tentent de s'engager, par le biais d'un réseau à l'étranger, dans le domaine de la banque de particuliers, n'arrivent que rarement à obtenir des parts de marché satisfaisantes. Il n'y a que peu d'exemples de réussite comme le cas du Crédit Lyonnais en Belgique ou des banques Scandinaves dans leurs pays voisins. Mais ces opérations-là se sont déroulées dans un cadre culturel et linguistique semblable.

Retail banking : le difficile retour aux sources

31Face aux limites de la stratégie d'expansion, d'autres préfèrent se concentrer sur les métiers de base - ceux de la banque universelle. En ce qui concerne la clientèle de particuliers, ces métiers de base se regroupent dans le retail banking, c'est-à-dire les opérations d'épargne et de crédit, notamment les crédits immobiliers. Or traditionnellement, la rentabilité des banques allemandes dans ce secteur est très faible ; elles opèrent dans une zone proche du seuil de rentabilité. Ceci est d'autant plus préoccupant que les activités de retail représentent environ un cinquième des recettes et un quart des coûts totaux des banques commerciales. Face à un nombre de clients de 96 millions pour les quatre grandes, le résultat agrégé pour 1999, soit 96 millions d'€, est certainement trop bas. L'année dernière par exemple, seule la HypoVereinsbank a pu atteindre un résultat convenable avec 223 millions d'€.

32Il ne reste finalement pas beaucoup de possibilités aux banques privées pour améliorer leurs résultats dans le retail banking. Certaines ont essayé d'y parvenir en réduisant leur niveau de coût. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre les pourparlers engagés à l'automne 1999 entre la Deutsche Bank et la Dresdner Bank en vue d'une fusion. Néanmoins, de tels rapprochements se heurtent à de sérieuses difficultés : les divergences culturelles et techniques (notamment dans les technologies de l'information) entre deux réseaux distincts font que les plus-values théoriques d'une fusion risquent d'être anéanties par les coûts élevés de la transaction elle-même. C'est ce qui explique les hésitations des deux banques. Mais face à la persistance des problèmes de rentabilité et des risques d'OPA hostiles émanant d'établissements étrangers, une nouvelle vague de fusions s'annonce, où les quatre grandes banques privées se trouvent en première ligne, mais qui ne s'arrêtera pas, cette fois-ci, aux frontières des secteurs (public, privé, coopératif).

  • 3 en millions d'€.

Bénéfice estimé des quatre grandes dans le retail banking en 19993

Bénéfice estimé des quatre grandes dans le retail banking en 19993

Source : J.P. Morgan Equity Research, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 17-02-2000.

Vers la banque d'affaires

33D'une manière plus générale, la rentabilité du retail banking tient à d'autres facteurs que la seule réduction des coûts : par exemple le nombre de clients, les marges spécifiques associées à certains produits, ainsi que le succès du cross selling. Une spécialisation axée sur des compétences centrales dans certains produits ou certaines formes de distribution semble ainsi plus prometteuse. Pourquoi une banque devrait-elle persister à offrir à tous ses clients l'ensemble de sa gamme de produits ? De nouveaux acteurs ont démontré qu'ils pouvaient s'approprier certaines activités du cœur de métier, ainsi l'industrie automobile qui propose depuis les années 70 des crédits à la consommation. Mais la plupart des banques allemandes préfèrent toujours offrir leurs produits maison, par exemple leurs fonds d'investissement ou sicavs, leurs crédits hypothécaires, etc. Or les clients considèrent désormais cette sélection réduite comme un manque de transparence qu'ils sont d'autant moins enclins à accepter qu'à leurs yeux, les services financiers ne sont plus l'apanage des banques.

34Si l'expansion et les affaires traditionnelles ne sont guère prometteuses, la prospection de nouvelles niches d'activités et l'engagement dans l'investment banking ouvrent de bien meilleures perspectives. La stratégie la plus simple à première vue est l'acquisition. Les plus importantes des banques commerciales ont tenté l'expérience : la Deutsche Bank avec Morgan Grenfell (en 1989), la Dresdner Bank avec Kleinwort Benson (en 1994). Toutes deux ont essayé d'intégrer l'acquisition, mais se sont heurtées à des difficultés : une banque d'investissement a une tout autre culture et un fonctionnement qui diverge parfois trop de celle de la banque universelle allemande. Pour la Deutsche Bank, l'expérience de Morgan Grenfell s'est soldée par un échec. Elle tente à nouveau l'expérience avec Bankers Trust, mais les doutes sur la compatibilité culturelle demeurent. Ceci s'applique surtout à certaines activités particulièrement rentables de l'investment banking, comme les fusions et acquisitions où l'obtention des parts de marché est particulièrement difficile. Bien que la part des courtages et commissions dans le bénéfice des banques allemandes soit en lente augmentation (inversement à la marge d'intérêts), ce sont toujours les banques américaines qui décrochent les principales opérations. Ainsi, la Commerzbank avait tenté de reprendre l'anglais Smith New Court afin de gagner des parts de marché dans l'investment banking, mais c'est Merrill Lynch qui a fini par conclure le marché. Depuis, la Commerzbank a changé de stratégie, elle cherche maintenant à construire son propre réseau européen dans ce domaine.

Répartition des bénéfices par catégories de banques en 1998 (en % du bénéfice total des affaires/bilan d'exploitation)

Répartition des bénéfices par catégories de banques en 1998 (en % du bénéfice total des affaires/bilan d'exploitation)

(1) Opérations sur les marchés financiers pour le propre compte des banques. Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999

Parts relatives dans le bénéfice opératoire (en %)

Parts relatives dans le bénéfice opératoire (en %)

(1) Opérations sur les marchés financiers pour le propre compte des banques. Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999

La banque à l'heure des nouvelles technologies

35La plus forte impulsion au changement provient actuellement de l'Internet et de l'e-business. Les produits de la banque se passent de logistique et sont donc bien mieux adaptés à la numérisation que la plupart des autres produits. A cela s'ajoute que les banques, grâce à leur relation de longue date avec leurs clients, disposent d'informations précieuses sur les profils de leur clientèle. Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui conseillent aux banques de se concentrer sur leurs compétences centrales, à savoir la transformation de risques, la transaction d'opérations financières et surtout la confiance auprès de la clientèle. Dans un marché Internet en pleine croissance qui offre d'énormes possibilités à toutes formes de désintermédiation, ces compétences centrales restent axées sur les services que de potentiels concurrents ne sont ou ne seront pas forcément capables d'offrir. Il en sera ainsi par exemple de la deuxième phase de l'Internet banking, qui sera atteinte quand une banque arrivera à offrir à ses clients l'accès à plusieurs banques en même temps - un service qu'un établissement non financier aura beaucoup de mal à offrir, selon les experts. Tôt ou tard, les banques seront contraintes d'abandonner le principe qui veut qu'elles produisent tout elles-mêmes. Elles ne pourront suivre alors la vitesse de la révolution technologique que si elles coopèrent avec d'autres prestataires de services, leur confiant la sous-traitance d'un nombre croissant de services, par exemple le déroulement technique des opérations financières. Cela libérera du temps et des capacités, les banques pourront se concentrer davantage sur la relation avec le client.

L'essor de la banque directe

36Or ce client est amplement courtisé par un nombre croissant de nouveaux acteurs, issus principalement du domaine des technologies de l'information. Ainsi, par exemple, Mannesmann annonce qu'il offrira ses propres services bancaires, Nokia propose des portables permettant de gérer ses affaires bancaires au quotidien. Les banques sont contraintes d'agir, et la Deutsche Bank vient d'engager une coopération avec Yahoo et AOL. Cela étant, selon une étude de la JP Morgan, les banques allemandes paraissent assez bien préparées à ces changements. L'environnement dans lequel elles opèrent est propice : les transactions électroniques dans le secteur bancaire devraient se développer plus vite en Allemagne que dans les autres pays européens. Quant à la Fédération allemande des banques, elle souligne qu'en 1998, les banques totalisaient 6,6 millions de comptes avec accès électronique, soit plus du double de l'année précédente. Cette croissance se poursuit. On s'attend également à une explosion du commerce électronique qui devrait passer à 25 milliards de marks en 2001 contre 6 milliards en 1999.

Perspectives du commerce on-line d'actions (nombre de clients en milliers)

Perspectives du commerce on-line d'actions (nombre de clients en milliers)

Source : Datamonitor 200, cité dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27-01-2000

37Déjà, entre 700 et 800 000 clients utilisent leur accès Internet pour gérer non seulement leur compte courant (virements, chèques, etc.), mais aussi pour gérer activement leurs dépôts d'actions. Dans les prochaines années, ce chiffre est susceptible de croître fortement en Allemagne. Pour 2002, on table sur environ 3 millions de ‘boursicoteurs en ligne’. Ce mode de communication est particulièrement intéressant pour les banques. Mis à part l'installation technologique, il est beaucoup moins consommateur de frais, notamment en termes de salaires, qu'un guichet classique. Si, en même temps, le nombre de transactions sur les marchés de valeurs mobilières croît, les banques peuvent ainsi davantage augmenter leur part de commissions dans leur chiffre d'affaires. Face à ces perspectives, même les établissements jusque-là peu actifs suivent l'air du temps. Ainsi, la Postbank (qui doit bientôt s'introduire en bourse) a annoncé qu'elle proposerait prochainement à ses clients d'acheter des actions par Internet et par téléphone. Mais là encore, semble-t-il, c'est la Deutsche Bank qui ouvre la voie. Elle vient de lancer sa nouvelle filiale Deutsche Bank 24 qui est dédiée aux activités de la banque de détail et à la banque directe. Elle fonctionne à la fois grâce aux guichets de la Deutsche Bank, par Internet et par téléphone. L'attraction que la banque directe exerce outre-Rhin est impressionnante. De nombreux nouveaux opérateurs se sont lancés dans l'affaire. Parmi les plus actifs dans ce domaine, on trouve Entrium et Consors qui font déjà partie des toutes premières banques directes au niveau européen.

Les principales offres de bourse on-line en Allemagne

Prestataire

Société mère

Adresse Internet

Advance Bank

Dresdner Bank

www.advancebank.de

Comdirect-Bank

Commerzbank

www.comdirect.de

Consors

Schmidt-Bank (1)

www.consors.de

Deutsche Bank 24

Deutsche Bank

www.brokerage.de

Direkt Anlage Bank

HypoVereinsbank (1)

www.diraba.de

Entrium Direct Bank

Schickedanz Holding

www.entrium.de

EQ Online

Finvest

www.eqonline.de

Fimatex

Société Générale

www.fimatex.de

1) Plus grand public. Source : Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27-01-2000

Le client au cœur de l'évolution

38La vogue des banques directes n'est cependant pas incontestée. Pour certains analystes, ce sont les banques universelles qui profiteront le plus de la tendance online. Pour eux en effet, les banques directes sont menacées de devenir des opérateurs de niche. Ils expliquent leur pessimisme par la structure de la clientèle qui utilise les services en ligne, notamment pour l'achat et la vente d'actions sur le Net. Jusqu'ici, ce groupe était surtout composé de clients relativement jeunes (de 30 à 40 ans) effectuant un nombre de transactions élevé, mais sur la base de sommes plutôt faibles. Mais bientôt, ce sont davantage les clients traditionnels des banques, les investisseurs du type 'père de famille' et d'autres particuliers, qui désireront effectuer des placements, et pour des sommes plus importantes. Or ce groupe est par tradition fidèle à 'son' établissement attitré, et il devrait être relativement facile à fidéliser pour les banques des secteurs privé, coopératif et public à condition qu'elles lui offrent un service en ligne adéquat, appuyé par leur réseau de guichets traditionnels (ce qui est le principe de la Deutsche Bank 24). Le défi des nouvelles technologies ne devrait donc pas forcément se solder par une réduction trop importante du nombre de guichets ni, d'une manière plus générale, par une remise en question des grandes banques.

39Le lien particulier entre banques et industrie, propice à la stabilité du tissu économique allemand, a longtemps contribué à la bonne performance du capitalisme rhénan. Aujourd'hui, dans un environnement globalisé et plus concurrentiel, nécessitant des adaptations plus rapides, le modèle de la banque-industrie touche à ses limites. Ce qui était hier encore suffisant, à savoir satisfaire efficacement au besoin de financement des entreprises, ne l'est plus dans un environnement où l'accès aux marchés devient de plus en plus facile et où domine la logique de la shareholder value. Les banques sont ainsi amenées à rechercher davantage de performance en restructurant leurs participations industrielles. Cette tendance sera encore accélérée par le projet fiscal du ministère des Finances. La porte de la Deutschland AG sera ainsi ouverte : non seulement de nombreuses participations changeront de propriétaire, elles deviendront aussi plus internationales.

40Si le visage de la Deutschland AG s'en trouvera modifié, ses caractéristiques fondamentales ne varieront pas : le rôle des banques et des assurances ne va pas nécessairement diminuer ; au contraire, puisque leurs participations seront mieux placées. Mais sous la montée en puissance de la shareholder value, les banques s'ouvriront à de nouvelles sources de bénéfices. Dans un environnement où la baisse des taux d'intérêt a fait fondre les marges et où le retail banking souffre de la concurrence quasi-imbattable des caisses d'épargne, les banques allemandes doivent se concentrer davantage sur leurs compétences de base. La réorientation vers la banque d'affaires et d'investissement en est une conséquence ; le pari sur les nouvelles technologies, une autre. Bien que tous les acteurs aient aujourd'hui internalisé ces défis, les grandes banques commerciales sont les plus avancées dans cette direction. A terme, non seulement le système bancaire se trouvera plus flexible car plus diversifié dans ses activités et, surtout, libéré de liens industriels trop lourds, mais la Deutschland AG dans son ensemble devrait en sortir modernisée et consolidée.

Bibliographie

Indications bibliographiques

- Autret, Florence, « Requiem pour la banquindustrie », Alternatives économiques, n° 167, février 1999

- Bank für internationalen Zahlungsausgleich (BIZ), Rapport annuel, Genève, 1995/1996

- Baron, Stefan, « Absurde Polemik », Wirtschaftswoche, n° 50, 09-12-1999

- Barth J.R./Nolle D. E./Rice T.N., « Commercial Banking Structure, Regulation and Performance : An International Comparison », Economics Working Paper 97-6, Washington DC, mars 1997

- Dell'Aricca G., « Asymmetric Information and Market Structure of the Banking Industry », IMF Working paper, juin 1998

- Deutsche Bundesbank, « Die Ertragslage der deutschen Kreditinstitute im Jahre 1998 », in : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999

- Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, janvier 2000

- Edwards J./Fischer K., Banks, Finance and Investment in Germany, Cambridge University Press, 1996

- Floc'hic, Olivier, « Le système bancaire allemand au cœur du débat sur la croissance », Regards sur l'économie allemande, n° 32, octobre 1997

- Graf, Rolf, « Das Internet verändert die Wettbewerbsregeln im Bankensektor », Neue Zürcher Zeitung, 08-02-2000

- Gual J., « Deregulation, Integration and Market Structure in European Banking », Journal of the Japanese and International Economies, 13(4), décembre 1999

- Hankel, Wilhelm, « Lässt sich aus einem Zylinderhut Risikokapital zaubern ? », Blätter für deutsche und internationale Politik, juillet 1997

- Mayer, Colin, « Corporate Governance, Competition and Performance », OECD Economic Studies, n° 27, 1996/II

- Meyer, Karl de/Lechypre Emmanuel, « Big bang pour le capitalisme allemand », L'Expansion, n° 614, 03-02-2000

- Myers, Steward, « The capital structure puzzle », Journal of Finance, volume 39, 1984, p. 575-592

- Shermann, H./Kaen F., « Die deutschen Banken und ihr Einfluss auf Unternehmensentscheidungen », ifo-Schnelldienst, n° 23, 1997

- Sittig Hans-Jörg, « Konzentration in der Kreditwirtschaft », Der Bürger im Staat, volume 47, n° 1, 1997, p. 22-26

- Stein, Heinrich von, « Das Bankensystem in Deutschland », Der Bürger im Staat, volume 47, n° 1, 1997, 11-15

Notes de fin

1 La version initiale de cet article est parue dans Regards sur l'économie allemande n° 45 (mars 2000).

2 Bénéfice de l'année fiscale avant impôts en pourcentage du bilan (valeurs entre parenthèses : bénéfice après impôts).

3 en millions d'€.

Table des illustrations

Titre Rentabilité du capital des différentes catégories de banques2
Légende Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999, p. 38
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Les principaux liens de capitaux de la Deutschland AG (données en % du capital de l'entreprise en question)
Légende Source : Expansion, n°614, 03-03-2000, actualisé par l'auteur
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Bénéfice estimé des quatre grandes dans le retail banking en 19993
Légende Source : J.P. Morgan Equity Research, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 17-02-2000.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Répartition des bénéfices par catégories de banques en 1998 (en % du bénéfice total des affaires/bilan d'exploitation)
Légende (1) Opérations sur les marchés financiers pour le propre compte des banques. Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Parts relatives dans le bénéfice opératoire (en %)
Légende (1) Opérations sur les marchés financiers pour le propre compte des banques. Source : Deutsche Bundesbank, Rapport mensuel, juillet 1999
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Perspectives du commerce on-line d'actions (nombre de clients en milliers)
Légende Source : Datamonitor 200, cité dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung, 27-01-2000
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© IFAEE, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.