Version classiqueVersion mobile

Allemagne 2001

 | 
Isabelle Bourgeois

I - Consolidation budgétaire et compétitivité territoriale : un double défi pour les pouvoirs publics

Le Standort Bavière

Isabelle Bourgeois

Résumé

La Bavière, l'une des principales locomotives de la croissance allemande, occupe aujourd'hui le second rang des sites high tech européens. Voici 40 ans, le Land comptait encore parmi les régions deshéritées d'Allemagne, acculée au Rideau de fer qui la coupait de ses anciennes zones d'échanges orientales, sans autres ressources notables que l'agriculture et l'artisanat. Ce ‘miracle économique’ bavarois est le fruit d'une patiente et active politique de reconversion économique et de développement structurel régional. Préservation du site et des structures établies d'une part, stratégie offensive d'innovation et d'internationalisation, d'autre part, voilà ce qui caractérise aujourd'hui le Standort Bavière. Ou, comme l'affirment les Bavarois eux-mêmes : l'alliance entre l'ordinateur portable et la culotte de peau1.

Texte intégral

1Une industrie manufacturière performante, largement tournée vers l'export, que dynamise une politique régionale résolument centrée sur le soutien aux activités économiques dans le but de créer un cadre favorable à la croissance et, partant, à l'emploi : voilà les principaux ingrédients de la compétitivité du site Bavière. Il faut y ajouter l'affirmation d'une identité régionale marquée qui confère à l'Etat libre de Bavière une place singulière dans le concert des Länder allemands.

L'Etat libre de Bavière
Ce Land - la seule région d'Allemagne ayant préservé son intégrité territoriale à l'échelle d'un millénaire - dispose d'une plus grande autonomie étatique que les autres : l'Etat libre de Bavière, situé en zone d'occupation américaine et doté d'une Constitution propre dès 1946, avait certes accepté d'opérer les transferts de souveraineté afférents à son intégration dans la République fédérale, mais tout en refusant par ailleurs de ratifier la Loi fondamentale (1949). Il a ainsi sa propre cour constitutionnelle (Bayerischer Verfassungsgerichtshof), qui coexiste aujourd'hui avec le Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe, et ses propres mécanismes démocratiques (recours au plébiscite, parti politique régional : CSU). Enfin, les communes y ont un poids politique décisif. Autrement dit : structurellement et par tradition à la fois, la Bavière se considère comme un Etat à part entière, à la souveraineté partiellement limitée du fait de son appartenance à la République fédérale. Au moment de leur constitution dans le contexte de l'unification, l'un des nouveaux Länder, à l'identité tout aussi affirmée, optera lui aussi pour le statut d'Etat libre : la Saxe, challenger en puissance de la Bavière.

2Cette exception relative légitime l'Etat bavarois à mener une politique économique originale au sein même de l'ensemble de la Fédération, dont il est partie prenante au demeurant. Sa légitimité se double de la confiance dans le bien-fondé de ses orientations, puisque, sur près de quatre décennies, cette politique régionale a permis à la Bavière (17 % du PIB allemand) de se hisser dans le peloton de tête des Länder du Sud, les plus riches et dynamiques d'Allemagne. A l'échelle européenne, la Bavière contribue à elle seule pour 4 % au PIB de l'Europe des Quinze, soit un peu moins que les Pays-Bas (4,4 %).

La Bavière, une locomotive de la croissance allemande

3La Bavière est de loin le plus étendu des Länder et le second par nombre d'habitants. C'est un Etat riche (budget 1998 : 60,9 milliards de DM), qui verse la plus importante contribution au titre de la péréquation financière entre les Länder (quelque 3 milliards de DM), et alimente de 5,5 milliards de DM par an le fonds de soutien aux nouveaux Länder (Fonds de l'Unité allemande). Les dépenses publiques de l'Etat bavarois sont les plus faibles d'Allemagne (de l'ordre de 10 % du PIB), alors même que la Bavière est le plus gros investisseur public parmi les Länder (plus de 17 % de son budget). Les communes bavaroises, quant à elles, investissent un quart de leur budget (les communes sarroises, 10 % seulement). L'endettement des Bavarois est le plus faible d'Allemagne : 2 881 DM par habitant en 1997 ; les plus endettés étant les Sarrois, avec 11 945 DM par habitant.

Une croissance de trente ans

4Avec un peu plus d'un sixième du PIB allemand, la Bavière est le second site économique d'Allemagne, après la Rhénanie du Nord-Westphalie (près d'un quart du PIB allemand). C'est aussi l'un des plus dynamiques, avec une croissance de 120 % du PIB entre 1970 et 1997, presque autant que la Hesse (122 %). A titre de comparaison, la moyenne ouest-allemande sur la même période est de 83,4 % seulement. Or voici quelque trente ans encore, la Bavière faisait figure de parent pauvre de l'Allemagne, avec un PIB par habitant bien inférieur à la moyenne nationale. Mais dès 1980, elle dépasse le plus gros site industriel allemand, la Rhénanie du Nord-Westphalie, atteint la moyenne nationale au milieu des années 80, et ne cesse de creuser l'écart depuis 1990. En PIB par habitant, elle occupe aujourd'hui le second rang, juste après la Hesse, à laquelle elle compte bien désormais ravir la première place. La Bavière poursuit en effet la conversion de son site industriel en un pôle d'excellence tertiaire, accordant désormais la priorité au développement des secteurs high tech et services innovants.

5Cette croissance de trente ans s'est accompagnée d'une augmentation de l'emploi salarié (19 %) largement supérieure à la moyenne allemande (6,2 %). Quant au taux de chômage, il est aujourd'hui le plus faible d'Allemagne. Or, cette performance dont s'enorgueillit le Land est le fruit presque exclusif de la croissance économique, et d'une politique active d'incitation à la formation professionnelle initiale et continue en accompagnement notamment de la tertiarisation. Depuis 1980 en effet, l'emploi a plus nettement augmenté dans le secteur tertiaire bavarois (40 %) qu'en moyenne ouest-allemande (30 %). Enfin, facteur décisif de la compétitivité actuelle de la Bavière, les actifs y sont jeunes (60 % d'entre eux ont moins de 40 ans) et très qualifiés : près des trois quarts ont un diplôme universitaire ou une qualification professionnelle reconnue.

La Bavière - chiffres-clefs 1997

La Bavière - chiffres-clefs 1997

Source des données (état au 18-01-99) : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies (www.stmwvt.bayern.de/Themen/wirtschaftsstandort.html). a) en pourcentage de la population totale ; b) en pourcentage des actifs ; c) en pourcentage de la population active civile ; d) en pourcentage de la population civile salariée.

Une économie fortement internationalisée

6La Bavière a aujourd'hui largement renoué avec une culture millénaire d'échanges et de commerce. Au moyen âge, l'axe est-ouest du Danube, la proximité du Rhin, situaient la Bavière au cœur de l'Europe marchande, entre mer Noire, Méditerranée et espace hanséatique. Augsburg ou Nuremberg, par exemple, étaient des étapes importantes sur les routes du sel, de l'ambre, de la soie et des épices. Si ces villes comptent toujours parmi les principales foires-expositions d'Allemagne, elle ont été détrônées au cours de ce siècle par Munich, l'une des premières d'Allemagne, redynamisée notamment par l'ouverture du nouvel aéroport en 1992. Aujourd'hui, les échanges bavarois s'effectuent principalement avec les pays industrialisés : l'Europe (plus des deux tiers des exportations bavaroises), les Etats-Unis (un huitième), le Japon et l'Asie (un dixième). Parmi les Lander allemands, c'est la Bavière qui exporte le plus vers les Etats-Unis (un peu moins d'un quart des exportations allemandes) et le Japon (un cinquième). Certes, après la guerre, la Bavière était zone d'occupation américaine ; mais la Hesse aussi. Or si la Bavière a pu se tailler la part du lion sur le marché américain, c'est grâce à la nature des biens exportés (automobile, machines et électrotechnique), reflet du tissu fortement industrialisé de la Bavière. Plus récemment, depuis la chute du Mur, la Bavière développe également ses échanges avec les Peco, qui comptaient autrefois parmi ses zones d'échanges traditionnelles.

7A elle seule, la Bavière réalise un sixième des exportations allemandes. L'essentiel de ses exportations (les neuf dixièmes) est constitué de produits manufacturés : machines, automobile, électronique, bien que ceux-ci n'entrent que pour un peu moins d'un cinquième dans le total des exportations allemandes. Quant à l'agroalimentaire, s'il représente un peu moins de 6 % des exportations bavaroises, il constitue près du cinquième de l'export allemand, toujours en valeur. A force de côtoyer bières et fromages « made in Bavaria » dans les linéaires de la grande distribution française, on en vient à oublier ce qui constitue le cœur de la richesse bavaroise, et sur quoi se fonde largement la réputation du « made in Germany » : des produits manufacturés de haute technicité.

8La Bavière est un site à la fois hautement industrialisé et fortement tertiarisé, résolument orienté vers l'innovation et les technologies de pointe. L'agriculture ne représente plus aujourd'hui que 1 % du PIB ; en 1968, sa part était encore de 5,3 %. Si le secteur productif pesait encore plus de 50 % à l'époque, aujourd'hui, il est tombé à près de 41 % du PIB, au profit du tertiaire, qui s'est considérablement développé en l'espace de trente ans. Certes, la part du commerce et des transports a reculé, passant de 16,8 % à un peu plus de 12 %. En revanche, tous les autres services ont gagné en importance, représentant désormais 40,6 % du PIB bavarois contre 26,7 % seulement en 1968. Autrement dit, le dynamisme de la Bavière, tout comme celui du Bade-Wurtemberg dont la structure économique est comparable, tient surtout à l'expansion d'industries et services à haute valeur ajoutée. La Bavière fait ainsi partie du trio de tête des Länder du Sud (avec le Bade-Wurtemberg et la Hesse), qu'on oppose aux Länder du Nord, aux prises avec les restructurations industrielles qu'ils tentent de surmonter en développant les industries de réseau.

9Avec presque un cinquième tout à la fois des actifs allemands occupés dans le secteur productif et du chiffre d'affaires total du secteur (392 milliards de DM en 1997), la Bavière est un site industriel de premier plan. Ce qui la distingue des autres, et notamment du leader de l'industrie allemande, la Rhénanie du Nord-Westphalie (521 milliards de DM), c'est la prépondérance des technologies de pointe, plus particulièrement l'électrotechnique et l'électronique. Un tiers des emplois allemands dans le domaine des équipements électroniques et informatiques, ainsi que dans les télécommunications et les technologies de l'information, se trouve concentré en Bavière. Les composants électroniques attirent en Bavière 40 % des effectifs allemands de la branche, les secteurs mesure, asservissement et techniques médicales un cinquième et les équipements électriques, un bon quart.

Part des secteurs en valeur ajoutée brute par Land en 1996 (en %)

Part des secteurs en valeur ajoutée brute par Land en 1996 (en %)

Source des données : Statistisches Jahrbuch 1997

10Si l'industrie bavaroise représente globalement 17,9 % du total de l'Allemagne en 1997, sa part dans la production allemande des biens durables de consommation est nettement supérieure (24 %), alors que ceux-ci ne représentent que 5,3 % du volume de l'industrie bavaroise (CA : 20,9 milliards de DM). Autre point fort : les biens d'investissement, dont la part s'élève à 38,1 % en Bavière (CA : 149 milliards de DM) et qui représentent 21,1 % du total allemand. Les biens de consommation courante (CA : 72 milliards de DM ; 18,4 %) contribuent à 17,7 % au total allemand ; quant aux biens intermédiaires (CA : 149,7 milliards de DM, 38,2 %), ils y entrent pour 15,2 %. Bien que le profil industriel de la Bavière soit ainsi nettement dominé par l'électrotechique et l'électronique (par exemple AEG, Grundig, Osram, Siemens, Toshiba Europe, Zettler), la construction mécanique (FAG Kugelfischer, Krauss-Maffei, MTU, SKF), l'automobile (Audi, BMW, MAN, Fichtel & Sachs) ainsi que l'industrie aéronautique et spatiale (Daimler Benz Aerospace, Dasa), d'autres branches sont loin d'être négligeables. La transformation du caoutchouc et des matières plastiques, la chimie ou les produits mécaniques représentent entre un cinquième et un huitième du total des emplois allemands.

Poids relatif de quelques branches choisies de l'industrie bavaroise dans le chiffre d'affaires de l'industrie allemande (1997)

Poids relatif de quelques branches choisies de l'industrie bavaroise dans le chiffre d'affaires de l'industrie allemande (1997)

Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies. *) En milliards de DM ; **) Pas de comparaison possible, modification des catégories.

Leader en matière de services et de multimédias

11Le record absolu de croissance revient aux services, dont la valeur ajoutée brute a plus que triplé en trente ans. Aujourd'hui, la Bavière, qui compte presque autant d'emplois dans les services que dans l'industrie, contribue pour un bon cinquième au total des services allemands. Cela est imputable principalement aux services aux entreprises, à fort potentiel de croissance, et dont le développement accompagne l'évolution de l'ensemble des activités du site Bavière. Il s'agit pour l'essentiel d'activités de conseil (fiscal, juridique, ingénierie), d'audit et expertise, de recherche et développement, de publicité ou de leasing. Quant à l'ingénierie informatique, elle constitue le terreau de l'avenir : 750 SSII sont implantées en Bavière, dont, le concepteur de logiciels SAP AG (Walldorf).

12L'expansion récente de ces nouveaux services s'ajoute à la croissance de la finance-assurance, une branche dont la Bavière est l'un des berceaux historiques : les Fugger avaient construit leur empire à Augsburg, sur les routes d'échanges de la Renaissance. Aujourd'hui, Munich est la troisième place boursière d'Allemagne et la seconde place bancaire après Francfort : elle est le siège de la Hypo Vereinsbank, née en 1998 de la fusion entre la Bayerische Hypotheken-und Wechselbank et de la Bayerische Vereinsbank. En outre, la capitale bavaroise est le premier site de l'assurance d'Allemagne, avec D.A.S. (assistance juridique), Vereinte (assurance maladie), Munchner Rück (premier ré-assureur mondial), ainsi que le groupe Allianz qui, depuis le récent rachat des AGF, est passé au premier rang européen. Au total, Munich brasse un tiers des primes d'assurances allemandes. Et la capitale bavaroise est le haut lieu du capital risque en Allemagne.

13La Bavière est aussi le principal site médiatique allemand, en concurrence frontale désormais avec la Rhénanie du Nord-Westphalie, fief du groupe Bertelsmann. Tous les médias y sont représentés. L'imprimerie et l'édition, d'abord, qui fournissent un cinquième de la production allemande. Parmi les 24 éditions principales de quotidiens publiées en Bavière, figure le Süddeutsche Zeitung (Munich, 420 000 exemplaires vendus), principal challenger de Frankfurter Allgemeine Zeitung (400 000 ex.). Si le Land est le premier producteur de quotidiens et de périodiques d'Allemagne (la rédaction du magazine Focus, édité par Burda, a son siège à Munich), l'agglomération munichoise, pour sa part, est le second site producteur mondial de livres (14 000 titres par an) après New-York. Une grande part de cette production émane de PME, travaillant en sous-traitance pour des grands groupes (Bertelsmann par exemple) ou hautement spécialisés (impression de cartes ou partitions). Mais la région de Munich, où se concentrent les activités médiatiques, est aussi le second site européen producteur de cinéma. En 1945, les seuls studios ouest-allemands rescapés se trouvaient dans la banlieue de Munich, à Unterföhring, et constituaient le tissu sur lequel s'est ensuite construite la production cinématographique, puis télévisée allemande (studios de la Bavaria), attirant à son tour la distribution. C'est dans ce contexte que le principal distributeur allemand de cinéma, Leo Kirch, avait constitué son groupe, aujourd'hui fortement diversifié dans l'audiovisuel. Unterföhring est demeuré le pôle audiovisuel et cinématographique bavarois, avec près de 400 entreprises, dynamisé à partir du milieu des années 80 par la libéralisation de l'audiovisuel. Sur cette base s'est opéré un boom du multimédias : au cours des dix dernières années, le nombre d'entreprises créées, de même que leur chiffre d'affaires, ont crû de 60 %. 1 500 entreprises (plus de 20 000 emplois), réalisent un chiffre d'affaires de 9 milliards de DM.

14Bien sûr, la Bavière, qui est à l'Allemagne ce que sont à la France le Midi et la Région Rhône-Alpes réunis, se place en tête des régions touristiques allemandes, avec un bon cinquième du total allemand, plus de 300 000 emplois et un chiffre d'affaires de plus de 22 milliards de DM. Le site attire aussi bien vacanciers allemands ou voisins que voyageurs d'affaires : à elle seule, la nouvelle foire de Munich, ouverte en février 1999, a accueilli 2,7 millions de visiteurs. Or la proximité des Alpes, comme l'ensemble des infrastructures culturelles et de loisirs, compte également parmi ces facteurs compétitifs non quantifiables, mais décisifs qui, en augmentant considérablement l'attractivité du site, contribuent de ce fait au développement de l'ensemble des activités. Aussi, dans les enquêtes sur la ville où aimeraient vivre cadres et dirigeants allemands de l'industrie et des services, commanditées notamment à l'institut Ifo (Munich) par la presse économique, Munich l'emporte-t-elle loin devant des métropoles comme Berlin, Londres ou Paris (enquête réalisée par Ifo pour le compte de manager magazin en juin 1998).

Un tissu économique dense où prédomine le Mittelstand

15Malgré la présence de grands groupes industriels (Siemens, BMW ou MAN, par exemple) ou de services (Allianz, HypoVereinsbank), le tissu économique bavarois est constitué à plus de... 99 % de petites et moyennes entreprises : ce Mittelstand disparate qui caractérise l'Allemagne, et qui emploie les trois quarts des salariés bavarois. Ces PME/PMI, dont les plus petites occupent de une à quatre personnes, et dont les plus grandes réalisent un chiffre d'affaires allant jusqu'à friser les 40 millions de DM pour un effectif inférieur à 250 salariés (ou plus, selon les délimitations utilisées), réalisent en Bavière plus de 40 % du chiffre d'affaires total des entreprises, contre quelque 36 % seulement en moyenne nationale. Sur les quelque 500 000 entreprises recensées en Bavière, un quart réalise un chiffre d'affaires variant de 32 500 à 100 000 DM ; un autre quart se situe dans la tranche inférieure à 250 000 DM ; un troisième quart enfin frise un CA de 1 million. Le Mittelstand bavarois se caractérise donc par une répartition relativement équilibrée entre les différentes tailles d'entreprises. Ce Mittelstand contribue pour un peu moins de la moitié à la valeur ajoutée brute du secteur productif bavarois. Et même dans l'industrie manufacturière, dominée par les grosses entreprises, il produit encore quelque 40 % de la valeur ajoutée, réalisant un quart des exportations (35 milliards de DM) de l'industrie manufacturière bavaroise. A l'inverse, sa part est prépondérante dans le tertiaire, avec deux tiers ou plus de la valeur ajoutée. Or c'est dans le secteur tertiaire que se concentrent les deux tiers des travailleurs indépendants bavarois, représentant un huitième du total des actifs du Land, qui se révèle une véritable pépinière d'entreprises. Depuis 1980 en effet, un créateur d'entreprises allemand sur quatre choisit la Bavière, qui lui offre un important programme d'aide et d'accompagnement.

16Le tissu économique de la Bavière se distingue par la prépondérance de l'artisanat, qui représente, avec 156 000 entreprises (7 salariés en moyenne), plus du tiers du Mittelstand bavarois, et contribue, avec un chiffre d'affaires de 162 milliards de DM en 1997, pour un dixième aux performances économiques du Land. Un cinquième (18,6 %) de l'artisanat allemand se trouve aujourd'hui concentré en Bavière. Le secteur est très conscient du rôle primordial qu'il a joué dans le ‘miracle économiqueֹ’ bavarois. C'est en effet grâce à ces petites structures, presque toujours familiales, que la Bavière a pu opérer sa reconversion industrielle et compte bien à l'avenir renforcer ses activités dans les services et technologies de pointe. Proche de sa clientèle, l'artisanat dispose d'une grande force d'innovation, intégrant technologies nouvelles et produits traditionnels. Ce faisant, il assume également une fonction essentielle de lien social, ménageant la transition entre tradition et modernité, entretenant des liens structurels entre régions à habitat dispersé et pôles urbains d'activité, créant ou maintenant des emplois dans les régions en restructuration. Autrement dit, son poids économique repose aujourd'hui encore principalement sur son rôle d'acteur social, voire sociétal.

17La densité d'entreprises artisanales, qui assument une large part de la formation professionnelle (sans en être toutefois les seuls acteurs), est notamment l'une des raisons pour lesquelles le taux de chômage des jeunes bavarois est le plus faible d'Allemagne. Près de la moitié des apprentis bavarois sont en effet formés par l'artisanat, qui n'emploie pourtant que 20 % des actifs. Fort de cette position privilégiée en matière d'insertion professionnelle, l'artisanat constitue ainsi, avec l'ensemble des acteurs économiques, un allié de choix pour le gouvernement dans la négociation d'un ‘pacte pour l'emploi’ version bavaroise, c'est-à-dire dans lequel les acteurs économiques misent sur la croissance, la flexibilité et la qualification plutôt que sur une « politique de l'emploi qui n'a pour effet que de réduire continûment le nombre d'emplois de statut classique et, in fine, de grever de plus en plus lourdement les budgets publics », ainsi que l'explique la fédération bavaroise des chambres de l'artisanat (rapport annuel 1997/98).

Un maillage dense des activités

18Certes, nombre d'activités industrielles et de services se concentrent sur quelques grands centres urbains : Munich, Erlangen/Nuremberg, Augsburg ou Ingolstadt. Mais si l'on considère la structure des activités dans les sept circonscriptions administratives, on distingue des dominantes régionales. Ainsi, la Haute-Bavière se caractérise par la prédominance des branches high tech, la Moyenne-Franconie, par l'importance de l'électrotechnique. Quant à la Souabe, limitrophe du BadeWurtemberg, et à la Basse-Franconie, elles sont le fief de la construction mécanique. Mais dans toutes les régions, les principaux moteurs de l'industrie bavaroise sont représentés : l'électrotechnique, la machine-outil et l'automobile. Cette distribution relativement harmonieuse des activités sur le territoire, et l'importance qu'y ont les branches intensives en recherche, est notamment le résultat d'une politique structurelle régionale menée de longue haleine par le gouvernement bavarois.

19Le Standort Bavière, hautement industrialisé et tertiarisé, se caractérise d'abord par la grande diversité structurelle et régionale des activités qui lui confère une assise économique large. Parmi les activités dominent ensuite les industries à technologie moyenne ou avancée, et même les technologies de pointe. L'effort de R & D du Land, qui a un ratio DIRD/PIB de 2,9 %, est supérieur à celui des Etats-Unis (2,5 %), avec lesquels la Bavière aime à se comparer. Et à coopérer : elle a signé avec la Californie un important programme de coopération dans les domaines de la recherche et des technologies. Troisième caractéristique : la prépondérance des PME/PMI, qui participent de façon non négligeable de cette intensité de recherche, et qui ont un effet stabilisateur notoire sur l'emploi. Contrairement aux grands groupes industriels en pleine compression d'effectifs, le Mittelstand embauche. Plus vital encore : il assume l'essentiel de l'effort de formation professionnelle : 85 % des places d'apprentissage sont proposées par les PME/PMI.

Les principales branches industrielles dans les circonscriptions administratives en 1997 (en part régionale des emplois)

Les principales branches industrielles dans les circonscriptions administratives en 1997 (en part régionale des emplois)

Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Die bayerische Industrie 1997, août 1998 *) non communiqué pour des raisons de protection des données.

La politique économique structurelle du Land - sous le signe de l'Innovation

20La compétitivité du Standort Bavière s'est développée sous l'impulsion active et continue des gouvernements bavarois successifs, et dont on résume généralement les orientations comme les moyens par le néologisme allemand de Standortpolitik (voir encadré). Dans cette politique de développement du site se mêlent intimement, et tour à tour : aménagement du territoire, développement structurel régional, politique de formation et de recherche, politique de l'environnement, etc. Le rôle des pouvoirs publics d'un Land consiste à conjuguer politiques sectorielles, programmes d'aides et initiatives locales dans un climat général favorable à l'activité.

21Or selon les orientations culturelles et idéologiques des citoyens, selon l'état des structures géo-économiques en place, les ingrédients de cette politique peuvent varier, de même que les axes de développement définis comme prioritaires. Dans ce contexte, la Bavière se distingue des autres Länder en premier lieu par une continuité politique unique en Allemagne. Le parti chrétien-social CSU est au gouvernement pratiquement depuis la fin de la guerre, et dispose de la majorité absolue depuis 1962. L'action politique de l'actuel ministre-président Edmund Stoiber poursuit donc les efforts engagés par ses prédécesseurs. Elle se place d'autant plus volontiers dans une logique de fidélité que les orientations définies au fil du temps (entre autres par Franz Josef Strauss, ministre-président de 1978 à 1988) se sont révélées un cadre favorable à la croissance et à l'emploi. Cette stabilité politique s'est révélée déterminante pour le dynamisme économique du Land dans la mesure où elle a constitué le cadre au sein duquel ont pu converger pour se conjuguer les intérêts respectifs des pouvoirs publics comme des acteurs de l'économie et de la société. Au fil du temps, leur cumulation a mené à une démultiplication d'effets qu'il ne s'agit plus, dès lors, que d'entretenir activement dans le même esprit d'étroite coopération. La politique du Standort Bavière n'est alors que la résultante d'une mise en faisceau de plusieurs axes de développement structurel, qu'ils soient historiques ou sectoriels. Dans cette action de concert entre économie et politique, l'Etat comprend son rôle comme celui d'un animateur : il fixe les objectifs généraux permettant aux acteurs de s'épanouir dans l'action, et met à leur disposition les outils que ceux-ci ont définis comme indispensables dans un processus collectif de réflexion. Ce processus même est facteur de stabilité et de continuité, puisque la dynamique naît sur des fondations fermes, que le mouvement modifie, adapte, sans les remettre en question.

Standortpolltik
Quelles latitudes d'action économique pour les Länder ?
Institutionnellement, les Länder sont les collectivités territoriales constitutives de la RFA. Dotés d'une Constitution propre, souverains sur leur territoire, ils sont donc bien plus qu'une entité administrative 'déconcentrée' : de véritables Etats fédérés. Dans la marche des affaires de la Fédération (Bund), ils ont un pouvoir de co-décision via le Bundesrat, la chambre du Parlement allemand où siègent les représentants de leurs gouvernements. C'est la première facette du fédéralisme coopératif qui caractérise l'Allemagne.
La seconde concerne la répartition des pouvoirs. « Les Länder exécutent les lois fédérales à titre de compétence propre » (art. 83 de la Loi fondamentale). En un mot : ce sont les Länder qui exercent le pouvoir administratif. Le Bund n'a pas d'administration centrale, sauf dans les rares domaines qui relèvent de sa compétence exclusive (défense, affaires étrangères, par exemple). Les Länder mettent donc en œuvre les lois soit pour le compte du Bund (administration déléguée), soit au titre de leurs compétences propres. Dans d'autres cas encore, Bund et Länder coopèrent pour l'exécution de tâches communes.
La troisième facette du fédéralisme coopératif concerne en effet la répartition sectorielle des compétences législatives. Ainsi, les Länder sont seuls souverains en matière d'éducation, de culture et de médias. Dans la plupart des autres domaines, il y a concurrence entre les compétences législatives du Bund et celles des Länder : ces derniers sont appelés à légiférer pour autant que le Bund ne fait pas usage de son droit (exemples : énergie nucléaire, environnement, promotion de la recherche). Or dans les faits, et malgré un catalogue très restreint de compétences exclusives, la Fédération se révèle le législateur dominant, la compétence concurrente jouant en sa faveur en vertu de la primauté du droit fédéral (art. 31 de la Loi fon damentale).
Contrairement aux apparences, le fait que les Länder disposent de compétences législatives somme toute résiduelles au regard du catalogue établi par la Constitution ne leur interdit nullement de mener leur propre politique de développement structurel. Bien au contraire, puisque ce sont eux qui disposent du pouvoir administratif, ce qui les habilite à gérer leurs affaires en pleine autonomie, que ce soit pour le compte de la Fédération, au titre des tâches communes, ou dans l'intérêt de leur site économique.
Dotés en outre de l'autonomie budgétaire, ils gèrent en pleine souveraineté la part des recettes fiscales qui leur revient après la péréquation financière à laquelle sont soumis Bund, Länder et communes. L'objectif de cette péréquation étant d'assurer l'homogénéité des conditions de vie sur l'ensemble du territoire de la RFA (Einheitlichkeit der Lebensverhältnisse), autrement dit : de garantir l'équité des chances entre les 16 Länder. Or cet objectif s'applique également aux régions à l'intérieur de chaque Land. Sur son territoire, chaque gouvernement mène donc la politique qu'il juge utile pour développer la croissance et la stabilité de son économie, la prospérité des citoyens, des entreprises et des régions. Cela inclut politique industrielle, énergétique, éducative, technologique, culturelle, aménagement du territoire et création d'infrastructures, programmes d'aides à la création d'entreprises ou de développement structurel régional. Autonome dans ses domaines de souveraineté, il l'est également dans la mise en œuvre de la politique fédérale ou des missions communes.
Le gouvernement d'un Land a donc la possibilité de mener sa propre politique économique - au sens allemand du terme. Son rôle, tout comme d'ailleurs celui du gouvernement fédéral, consiste essentiellement à créer un cadre favorable aux activités : à l'émergence d'initiatives, à l'investissement, à la création d'entreprises et à l'emploi, sans oublier le développement de la qualité de vie. Et un gouvernement ne peut définir ces orientations générales pour son Land qu'en s'appuyant sur d'autres acteurs autonomes : communes, chambres de commerce et d'industrie, chambre des métiers, universités, fédérations, entreprises, etc. Car, selon le principe de subsidiarité, ce sont eux les véritables acteurs économiques sans qui aucune politique n'est possible à l'échelon supérieur.
L'effort politique principal d'un gouvernement en matière de développement de son site économique consistera donc à créer dans le Land un climat favorable à l'émergence des initiatives et à en impulser la coordination à l'échelle du Land, tout en mettant en œuvre les axes de la politique fédérale qu'il a lui-même en partie contribué à définir. C'est cet ensemble d'implication à divers échelons, d'impulsions actives, de coordination des moyens et des initiatives qu'on désigne communément par le terme de Standortpolitik.
Peu importe dans ce contexte que le Land soit ou non habilité par la Constitution à légiférer dans l'un ou l'autre de ces domaines. Ce qui compte à son niveau, c'est qu'il lui revient de donner corps aux grands objectifs d'équilibre économiques communs à l'ensemble de l'Allemagne comme aux siens propres. L'originalité des choix politiques faits par chaque Land sera bien sûr fonction des orientations idéologiques de la majorité élue, de chaque gouvernement en place. La Standortpolitik est donc aussi le moyen pour chacun de ces Etats de cultiver sa singularité au sein de l'Allemagne et de se distinguer dans une véritable course aux résultats que se livrent les Länder.
Or, contrairement aux apparences, cette concurrence entre sites, considérée en Allemagne comme une saine émulation, se révèle par là même un des facteurs clés de la cohésion nationale, puisqu'elle promeut la confrontation des intérêts, préalable aux négociations nécessaires à la prise de décisions conjointes.
Mais comme toute concurrence, la rivalité entre les Standorte se trouve, elle aussi, régulée. D'abord par une orientation économique générale partagée : l'Allemagne dans son entier se réclame de l'économie sociale de marché, et la diversité des modèles adoptés par les Länder concourt au processus permanent de réflexion et d'ajustement national. Ensuite, par un facteur d'auto-régulation : dans cette concurrence, les parties prenantes ont en effet obligation de respecter un comportement visant à préserver l'unité fédérale (bundesfreundliches Verhalten). Ce principe, qui a force constitutionnelle, répond au souci institutionnalisé de l'intérêt général dans le respect de la singularité des intérêts régionaux.
Au total, la marge de manœuvre des Länder allemands est plus grande que ne le laisse entrevoir le seul catalogue des compétences législatives. Au fond, c'est de la vitalité économique des différents Länder et de leur émulation que dépend la prospérité du Standort Deutschland tout entier. La Bavière en est un exemple flagrant.

22Concrètement, dans le cas de la Bavière, on peut distinguer ainsi trois grands ensembles dans l'action menée par les pouvoirs publics pour assurer la compétitivité du Standort, et dont les effets sont cumulatifs dans la durée : un axe de reconversion industrielle et technologique, amorcé à la fin de la guerre et qui se prolonge vers le second millénaire ; un axe visant à créer un environnement favorable à la croissance des activités (développement des infrastructures, politique énergétique, valorisation du capital humain) ; un troisième axe, enfin, visant à augmenter la compétitivité du site dans le contexte d'une économie mondialisée.

Cinq étapes pour reconvertir une région déshéritée en site high tech

23La transformation de la Bavière en site high tech s'est faite, depuis la fin de la guerre, en cinq grandes étapes. Au départ, la Bavière était lourdement handicapée en comparaison des régions industrielles allemandes, certes largement détruites comme la Ruhr au cœur de la Rhénanie du Nord-Westphalie, mais sur lesquelles se focalisaient les efforts de reconstruction. La Bavière rurale d'alors n'avait ni ressources énergétiques notables, ni industries lourdes. Et elle s'était trouvée isolée de ses zones d'échanges orientales : du fait de la partition de l'Allemagne et de la constitution du bloc soviétique, la moitié (750 km) de ses frontières étaient fermées. Or ce grave handicap s'est révélé une chance pour la dynamisation du site dans l'effervescence de l'après-guerre.

24La première étape, ambiguë d'abord, a été l'afflux massif dans les années 50 de réfugiés allemands d'Europe centrale. Entre 1946 et 1950, la Bavière accueille 2 millions de réfugiés et d'Allemands des Sudètes, soit un cinquième de sa population totale. Or ces réfugiés, souvent hautement qualifiés, ont reconstruit leur existence en créant leur entreprise, qui dans l'agriculture, qui dans l'artisanat, qui dans la construction mécanique, suscitant par leur motivation un climat bénéfique à l'ensemble des activités. Et contribuant aussi, soit dit en passant, à tisser cette toile dense des PME/PMI sur lesquelles s'appuie aujourd'hui le gouvernement bavarois pour préparer son site au XXIe siècle.

25La seconde étape, dans les années 60, peut se définir comme l'ère des localisations industrielles. Si la fièvre industrielle a concerné l'ensemble de l'Allemagne, la Bavière a su en tirer profit pour lancer une reconversion de large envergure. A l'époque, note M. Jürgen Hofmann, Directeur des affaires économiques et des relations avec la presse au ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, « il était facile d'attirer des investisseurs, c'était l'époque du plein emploi, les régions, mais aussi les pays industrialisés, se concurrençaient moins férocement qu'aujourd'hui pour attirer des investisseurs ».

26Pour l'industrialisation rapide de la Bavière, plusieurs facteurs furent déterminants. La partition de l'Allemagne, d'abord, qui motiva nombre de groupes industriels à transférer leur siège et leurs activités d'Est en Ouest. Or la Bavière a attiré surtout des industries manufacturières à orientation technologique prononcée, qui constituent toujours le pilier de son économie : l'industrie électrotechnique et électronique, de même que l'automobile. Ainsi, le groupe Auto Union GmbH - précurseur d'Audi - est fondé à Ingolstadt en 1947 ; plus précisément : il s'agit d'un transfert à l'Ouest des activités de la firme originaire de Chemnitz (zone soviétique), fermée un an plus tard. Le groupe Siemens, originaire de Berlin, délocalise lui aussi ses activités à l'Ouest, établissant à Munich et Erlangen les sièges respectifs de Siemens & Halske et Siemens-Schuckert dès le blocus de Berlin. La Bavière y gagne en attractivité, d'autres industries suivent. Parmi les derniers arrivés figure le groupe VIAG AG (énergie, chimie, emballage, logistique et télécommunications), dont le nom actuel était à l'origine l'acronyme de Vereinigte Industrie-Anlagen-Aktiengesellschaft. Cette société-holding avait été créée à Berlin en 1923 pour développer les industries de pointe de l'époque (aluminium et énergie en particulier). Dès les années 30, VIAG construisait notamment des centrales hydrauliques en Bavière. A l'issue de la guerre, VIAG avait certes maintenu son siège à Berlin, mais installé l'administration du groupe à Bonn. Après sa privatisation en deux étapes (1986 et 1988), VIAG transfère siège et administration à Munich en 1994, l'année où il prend le contrôle (97 % des parts, 100 % des voix) de la principale compagnie d'électricité de la Bavière : Bayernwerk AG, dont le gouvernement bavarois se désengageait dans le cadre de sa politique de privatisation.

27Dès les années 60, ces implantations bénéficient d'une politique active d'incitation de la part du Land, renforcée en 1969 par l'adoption du programme de la Mission commune Bund/Länder « Amélioration de la structure économique régionale ». Celle-ci constitue toujours, parallèlement au fonds spécial ERP héritier du plan Marshall, le dispositif par excellence de la politique régionale allemande. L'objectif des aides est double : veiller à l'équilibre territorial des zones d'activités, et donner aux entreprises les moyens de leur action. Ce double objectif a une optique fondamentale commune, qui caractérise tous les mécanismes allemands d'aide à l'économie : il s'agit toujours d'une aide à l'auto-assistance, l'une des facettes de la subsidiarité.

28La troisième étape de revitalisation commence dans les années 70, sur fond de choc pétrolier. Sous l'impulsion d'Anton Jaumann, ministre de l'Economie de Bavière de 1970 à 1988, le Land adopte le 8 octobre 1974 une Loi sur le soutien au Mittelstand (Mittelstandsförderungsgesetz), qui servira de modèle ensuite aux programmes de soutien des autres Lander, puis du Bund. L'optique du programme bavarois d'aide au développement des PME/PMI n'a guère varié depuis : il s'agit en priorité de susciter un « comportement adapté au Mittelstand » (Otto Wiesheu, ministre bavarois de l'Economie du gouvernement d'Edmund Stoiber depuis 1993) chez tous les acteurs publics : administration de l'Etat bavarois, communes, fédérations, chambres de l'industrie, fondations et collectivités de droit public. Les moyens de cette politique consistent, certes, pour l'essentiel dans un important programme d'aides publiques (subventions d'investissement, prêts cautionnés principalement ; 11 milliards de DM depuis 1974). Toutefois, il ne s'agit pas de préserver à tout prix des structures ou de maintenir des acquis, mais de créer des conditions favorables à l'épanouissement des entreprises. Sur cette base, à laquelle la politique du Standort Bavière accorde toujours la même importance, une nouvelle priorité se dessine : celle accordée désormais à la création d'entreprises.

29Dans les années 80 s'enclenche la quatrième étape, dédiée à la recherche et aux technologies. La croissance économique du site étant bien engagée, il s'agit désormais de la stabiliser et, plus encore, de renforcer la compétitivité des entreprises à la fois dans les secteurs forts et dans les domaines clefs pour l'avenir. Ce sont donc essentiellement la construction mécanique et l'automobile, l'électronique et, dans une moindre mesure, l'industrie chimique qui bénéficient de la nouvelle politique de recherche et technologie de l'Etat bavarois. En outre, la Bavière, particulièrement sensible à l'attractivité de son site naturel, soutient les technologies de l'environnement (dont le secteur mesure et asservissement), contribuant ainsi à hisser l'Allemagne en position de leader mondial dans ce domaine. A une époque où l'ensemble de l'Allemagne relève le 'défi américano-nippon', la Bavière, déjà fortement internationalisée, cherche à valoriser ses atouts en les catalysant : une forte densité de PME/PMI innovantes, car proches du marché et capables d'intégrer de nouvelles technologies dans des produits traditionnels ; un réseau tout aussi dense d'universités et de laboratoires de recherche, dont les Instituts Fraunhofer qui sont le relais recherche du Mittelstand, et qui favorisent les transferts de technologies vers les entreprises locales. La politique de recherche et technologie des années 80 se concentre d'autant plus volontiers sur les PME/PMI que la Loi de 1974 (modifiée en 1986) sur le soutien au Mittelstand poursuit expressément un objectif d'incitation à l'innovation : « Les mesures de soutien ont pour but d'accroître les performances et la compétitivité [du Mittelstand, ndlr], notamment en facilitant l'adaptation à l'évolution du contexte économique et des technologies » (Art. 2, alinéa 1).

30Dans les années 90, la Bavière poursuit cette politique d'innovation et de transfert de technologies, toujours dans la continuité, mais de façon accélérée et avec des prolongements nouveaux. C'est la cinquième étape, qui place le high tech au cœur de ‘l'offensive Avenir’. Le constat est le suivant : l'Allemagne dans son ensemble, la Bavière en particulier, étant en retard sur le Japon et les Etats-Unis en matière de high tech, il faut d'urgence engager une course à l'excellence. Car il en va de la compétitivité future du Standort Allemagne dans une économie mondialisée. C'est ce qui a motivé l'Etat bavarois à déplacer - mais sans rupture - les axes stratégiques de sa politique de développement des produits à technologie moyenne ou avancée vers les technologies de pointe, pour l'essentiel : les technologies de l'information, de l'environnement, les biotechnologies, les nouveaux matériaux et la mécatronique. Mais ces secteurs particulièrement intensifs en recherche exigent de la part de l'ensemble des pouvoirs publics un effort budgétaire supplémentaire. Or il ne peut être question de financer cette stratégie sur le budget du Land et des communes, leurs recettes fiscales ayant baissé de façon drastique au cours des dernières années (-1,3 milliard de DM pour les années 1996 et 1997). Le gouvernement bavarois refuse en outre tout accroissement de l'endettement, estimant que, avec 2 milliards de DM annuels, le budget du Land est amplement grevé par le remboursement de la dette préexistante.

31Il s'agit également d'une question de principe : en présentant le budget 1999/2000 du Land à la fin janvier, Kurt Faltlhauser, ministre des Finances de la Bavière, a en effet annoncé que le Land se fixait pour objectif de renoncer progressivement à tout nouvel endettement d'ici 2009, et même d'inscrire l'objectif d'une croissance zéro de l'endettement dans la Constitution bavaroise. Il s'agit moins, pour la Bavière, de respecter de la sorte un quelconque objectif maastrichtien de rigueur, ce qui ne déparerait d'ailleurs pas, le bavarois Theo Waigel ayant démontré à Bonn sa stricte fidélité aux critères de stabilité et de rigueur, que de ne pas renier ses propres préceptes économiques. Le maître d'œuvre du miracle économique allemand, Ludwig Erhard, fut le premier ministre de l'Economie de la Bavière avant d'être chancelier, se plait-on à rappeler en Bavière.

32Pour financer son « Offensive Avenir », la Bavière a donc lancé, dès 1994, un ambitieux programme de privatisations en deux tranches, dont le fruit sert en priorité à amorcer l'investissement grâce au développement de la recherche, de la formation/qualification et, bien sûr, grâce aux créations d'entreprises situées au cœur des transferts de technologie. Ont ainsi été vendues les parts que l'Etat détenait notamment dans Bayernwerk AG (produit : 2,3 milliards de DM), DASA (409 millions de DM), Rhein-Main-Donau AG (267 millions de DM). Au total, 5,3 milliards de DM seront ainsi dégagés sur la période 1995-2000, et attribués selon le principe de l'aide à l'auto-assistance. Le tiers de cette somme est destiné à la seule recherche scientifique (réacteur nucléaire scientifique de Garching, établissements supérieurs d'enseignement et de recherche, instituts Fraunhofer).

L'aménagement d'un environnement favorable

33Cet effort continu de reconversion industrielle et technologique repose sur une gestion ‘de bon père de famille’ visant à construire l'avenir sur des fondations qui ont fait leurs preuves. Encore fallait-il construire ces fondations. Au fil du temps, plusieurs chantiers ont ainsi été ouverts, soit en accompagnement de la politique industrielle ci-dessus, soit pour en construire le cadre. Ils se résument à des politiques conséquentes de développement structurel régional, de diversification énergétique, de désenclavement en matière d'infrastructures de transport et de valorisation permanente du capital humain.

34Depuis la fin de la guerre, la Bavière bénéficie de plusieurs grands programmes de développement structurel régional, issus de trois sources : les fonds structurels européens (développement des régions rurales, reconversion des sites industriels), les fonds de la Mission Commune Bund/Länder (Gemeinschaftsaufgabe) et les fonds propres du Land. Géographiquement, ceux-ci se concentrent principalement sur l'arrière-pays de l'ex-frontière interallemande, (aujourd'hui limitrophe de la Thuringe et de la Saxe), ainsi que le long de la frontière tchèque. A l'origine, ces aides étaient surtout destinées à y freiner l'exode économique consécutif à la fermeture des frontières du bloc de l'Est ou à y redynamiser le tissu économique restant. Aujourd'hui, il s'agit de soutenir les entreprises dans un contexte de concurrence nouvelle dû à l'ouverture des frontières en 1990. Certes, les activités ont connu un boom économique après cette date, mais elles se trouvent confrontées à des difficultés d'un nouvel ordre, qui tiennent à trois facteurs essentiellement : le retrait des forces militaires alliées, la concurrence accrue de pays à bas salaires comme la République tchèque, et la problématique spécifique aux branches prépondérantes dans ces régions (textile/habillement, porcelaine et verrerie). Pour préserver la croissance nécessaire au développement de l'emploi dans ces régions, les programmes de soutien ont été maintenus. Au total, sur la période 1990-1997, cette ex-zone frontière a bénéficié de quelque 5 milliards de DM, dont 2,8 milliards de prêts et subventions versés par le Land, et 1,4 milliard de prêts alloués aux petites entreprises au titre du programme de soutien au Mittelstand.

35Dans l'ensemble, il « s'agissait moins de conserver des structures existantes que de donner les impulsions nécessaires à l'émergence d'activités nouvelles et rentables », résume le directeur des affaires économiques du ministère bavarois de l'Economie. A une exception près : les aciéries Neue Maxhütte et Lechstahlwerke, « un véritable péché originel dans lequel nous nous sommes laissés entraîner comme dans un engrenage ». Les quelque 275 millions de DM de subventions accordées par le Land entre 1993 et 1995 à ces deux entreprises ont en effet été jugées contraires aux lois de la concurrence par la Cour européenne de Justice. Pour la Bavière, il s'agissait à l'origine de préserver des emplois dans le Haut-Palatinat, où les aciéries Maxhütte étaient alors l'employeur presque exclusif. Or condamner l'entreprise à la fermeture eût signifié le chômage pour quelque 10 000 salariés. Devant cette urgence sociale exceptionnelle, le gouvernement avait accepté de faire une entorse à sa doctrine, se laissant entrainer dans une spirale de subventionnement. « A Munich, un site hautement diversifié, cela ne nous serait jamais arrivé », reconnaît-on au ministère. Or aujourd'hui, le Haut-Palatinat a opéré sa reconversion, et seuls 1 500 emplois dépendent encore de Maxhütte qui devrait prochainement déposer son bilan, à moins qu'un repreneur ne s'annonce.

36Si l'on reconnaît volontiers à Munich que l'affaire Maxhutte soulève un problème de doctrine économique, on s'insurge en revanche farouchement contre la révision du programme d'aides structurelles par la Commission européenne. Et plus particulièrement contre la correction à la baisse des critères de sélection des zones bénéficiaires, jugée « totalement inacceptable ». Par-delà la douloureuse perspective d'une réduction substantielle des aides se dessine plus fondamentalement une nette opposition de la Bavière à ce qu'elle considère comme une ingérence de la part de l'Europe. La Bavière compte en effet parmi ces Etats qui revendiquent une « re-fédéralisation » de l'Europe au nom d'une lecture pas toujours désintéressée du principe de subsidiarité. Au nombre des points litigieux, l'absence de cohérence de la politique structurelle européenne ; plus particulièrement, on estime à Munich que la politique touristique, la politique de l'eau, et surtout le soutien aux PME/PMI relèvent de la compétence exclusive des Länder ou des Etats-membres.

Diversification énergétique

37Parallèlement à sa reconversion économique, le Land lance une politique énergétique offensive de diversification, les gisements bavarois de lignite, charbon, gaz naturel et pétrole étant largement insuffisants pour couvrir les besoins énergétiques décuplés par l'industrialisation de la Bavière au cours des années 60. De 1970 à 1996, la consommation d'énergie primaire a pratiquement doublé, passant de 1 176 à 2 021 PJ. Au cours des années 60, la Bavière s'est d'abord dotée d'infrastructures pétrolières. Aujourd'hui, le Land est raccordé au pipeline d'Europe centrale (de Gênes à Ingolstadt), et à la liaison transalpine (des pays de l'OPEC à Ingolstadt et au-delà via Trieste), qui acheminent le pétrole vers les quatre raffineries bavaroises, dont trois sont situées à Ingolstadt et alentours, et l'une à Neustadt sur le Danube. Dans les années 70 et 80, la Bavière développe son réseau de gazoducs, se raccordant notamment au réseau européen de distribution. Parallèlement au développement des infrastructures, le Land diversifie ses sources d'approvisionnement. Aujourd'hui, les trois quarts de ses importations pétrolières proviennent des pays de l'OPEC, l'essentiel du gaz naturel, d'Europe centrale.

  • 2 Les compagnies publiques bavaroises produisent 92,2 % (plus de 70 000 kWh) de l'électricité bavaroi (...)

Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises2 1970-95 (en % du total brut)

Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises2 1970-95 (en % du total brut)

Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Daten und Fakten zur Energieversorgung in Bayern, 12-02-98.

38Après le choc pétrolier, la Bavière réoriente sa stratégie d'approvisionnement vers le nucléaire. Aujourd'hui, avec une part de près de 70 % d'énergie d'origine nucléaire, la Bavière présente de grandes similitudes avec la France, avec laquelle elle entretient des relations de coopération étroites (participation au développement d'une nouvelle génération de réacteurs dans le cadre du projet EPR - European Pressurized Water Reactor). A l'heure où le gouvernement fédéral prône l'abandon du nucléaire, cette coopération prend une importance stratégique, et la Bavière compte fermenent la poursuivre. « Le gouvernement fédéral ne pourra pas nous en empêcher », affirme le ministre bavarois de l'économie, rappelant au passage que la coopération transnationale des investisseurs est indispensable, ne serait-ce que pour « préserver la compétence nucléaire des producteurs et distributeurs allemands ».

39Parallèlement, dès 1978, la Bavière lance un vaste programme de développement des énergies renouvelables, qui se poursuit aujourd'hui. La Bavière fournit désormais la moitié de l'approvisionnement allemand (total : 26 milliards de kWh) en énergies renouvelables. Les centrales hydrauliques s'y taillent la part du lion avec deux tiers de la production totale. L'exploitation des autres ressources, pourtant largement subventionnée (350 millions de DM de 1991 à 1997), n'est guère rentable encore. Au total, de 1991 à 1997, la Bavière a mis en œuvre 470 millions de DM pour la recherche technologique, la réduction de la consommation d'électricité et l'exploitation d'énergies renouvelables, ce qui la place en tête des Länder. Depuis 1997, elle a lancé un nouveau programme, financé à hauteur de 150 millions de DM : « Abordons l'avenir avec des énergies nouvelles » (Mit neuer Energie in die Zukunft). Ces fonds proviennent exclusivement de la privatisation des compagnies d'électricité bavaroises ou de la vente des parts qu'y détient encore l'Etat bavarois. Si la Bavière reste tributaire de ses importations dès lors qu'il s'agit de matières énergétiques fossiles, elle est désormais largement autonome, voire exportatrice, en ce qui concerne les énergies renouvelables et le nucléaire.

Désenclavement

40Si le prix du kWh bavarois est aujourd'hui un des plus faibles d'Allemagne, c'est grâce à une politique des transports au long cours, qui atteint aujourd'hui son double objectif : le désenclavement et l'internationalisation du Land d'une part ; d'autre part, l'aménagement régional du territoire par rééquilibrage des zones d'activité entre agglomérations et zones à faible activité (principe de l'équité des conditions de vie).

41Coupée de ses voies de communication orientales par le Rideau de fer, la Bavière a dû développer ses infrastructures vers l'Ouest. Le canal Rhin-Main-Danube ouvrait un accès vital à l'axe industriel rhénan et la Mer du Nord, tout en revitalisant les vallées du Main, du Danube et de ses affluents. Depuis l'ouverture des pays de l'Est, la Bavière retrouve sa place historique de zone d'échanges entre l'Est et l'Ouest de l'Europe. Mais il lui reste à convaincre les écologistes de la nécessité de rendre navigable une portion du Danube dans la région de Passau pour parachever la liaison mer du Nord-mer Noire. Autres dossiers où se manifestent des résistances idéologiques sévères, le nouveau gouvernement fédéral ayant décidé de réduire considérablement sa participation budgétaire : l'extension des réseaux autoroutier et ferroviaire par-delà les frontières du Land (Mission commune Bund/Länder), notamment vers les nouveaux Länder et les Etats riverains. Or la Bavière ne saurait rester « plaque tournante du commerce et des transports » sans une « infrastructure performante » des transports, s'insurge le ministre bavarois de l'économie.

42Le second grand chantier de désenclavement a été le réaménagement/extension de l'aéroport de Munich, dont la première tranche s'est achevée en 1992. Il s'est traduit principalement par deux effets : d'abord un nouvel essor de l'internationalisation de l'économie bavaroise, grâce notamment à des liaisons directes avec les principaux pays partenaires de la Bavière, nécessaires également à l'expansion des principaux sites de foires-expositions bavarois (Munich, Nuremberg et Augsburg). Parallèlement en effet, les sites de Munich et Nuremberg se voyaient modernisés et considérablement agrandis. Ensuite, l'extension de l'aéroport de Munich a eu un effet de dynamisation sur l'économie des agglomérations alentour, de Munich à Ratisbonne, où le taux de chômage est tombé à 4 %. Un troisième chantier vient de s'ouvrir : après le réaménagement de la gare de marchandises de Munich-Riem et de la gare de triage de Munich-Nord dans l'objectif de rationaliser le ferroutage, la gare centrale de voyageurs de Munich sera entièrement replanifiée dans un concept intégré des transports ferroviaires, routiers et aériens des voyageurs et marchandises. L'ensemble de ces chantiers, financés par le Land, la fédération et les communes, a permis à la Bavière de s'internationaliser et, en même temps, d'améliorer l'équilibre territorial des activités, et donc de l'emploi.

Valorisation du capital humain

43La dynamique du Standort, dépend de façon plus décisive encore de la valorisation du capital humain. Celle-ci constitue l'un des principaux axes stratégiques de la politique du Land, en concurrence, rappelons-le, avec les dynamiques Länder du Sud, mais qui se mesure bien plus volontiers encore aux performances 'nippo-américaines'. Pour faire face au défi de la mondialisation, la première des conditions requises est de « disposer d'une main d'œuvre hautement qualifiée, tant en volume qu'en excellence, et qui soit à même en permanence de développer par elle-même ses compétences, de les mettre en réseau, d'avoir une vision à la fois globale et intégrée de son activité et d'agir en conséquence », écrivait en 1992 August R. Lang, alors ministre bavarois de l'économie (Programm Standort Bayern 2000).

44Cet objectif nécessite une action politique à deux niveaux : d'une part, pour l'ensemble de la main-d'œuvre, le maintien d'un haut niveau de qualification grâce à un système performant d'enseignement général comme de formation professionnelle initiale et continue. Si la formation générale bavaroise est unanimement considérée comme la meilleure d'Allemagne - le baccalauréat bavarois ouvre les portes de toutes les universités allemandes, ce qui est loin d'être le cas pour les diplômes obtenus dans les autres Länder-, le bât blesse en matière de formation professionnelle. Trop de jeunes bavarois en effet entament des études universitaires. Or cette 'sur-universitarisation' mène à une inadéquation avec le marché du travail et se révèle génératrice de chômage. Pour y remédier, la Bavière a mis en place, entre autres mesures, un ambitieux programme d'extension du dispositif des Fachhochschulen, qui créent des passerelles entre formation professionnelle et enseignement supérieur et permettent d'acquérir une qualification professionnelle supérieure. Parallèlement, le gouvernement sensibilise les acteurs de la formation professionnelle (artisanat, chambres de commerce et d'industrie, entreprises) au développement de la formation continue, selon deux axes principalement : les nouvelles technologies et l'international.

45D'autre part, la politique du Standort exige un effort de formation d'élites dirigeantes. Si le premier volet fait l'unanimité en Allemagne, la notion même de formation d'élites constitue encore un profond tabou, que la Bavière se fait fort de briser. Ainsi, en avril 1999, une école internationale de management ouvre ses portes à Munich : la Bayerische Elite-Akademie, qui accueille pendant quatre semestres au total 30 étudiants triés sur le volet, suivis chacun par un tuteur, pour les former au travail en équipe sur projets. Les étudiants y sont formés au management international tout en poursuivant leurs études à l'université (filières : sciences, économie, et sciences de l'ingénieur). L'originalité de cet établissement consiste d'une part dans sa complémentarité : les enseignements sont dispensés durant les vacances semestrielles ; d'autre part, dans son financement par les entreprises, qui ont levé quelque 30 millions de DM. Parmi les principaux sponsors : VIAG, BMW et Siemens. Quant aux étudiants, leurs frais d'inscription s'élèvent à 1 000 DM par semestre, somme relativement modique en comparaison d'une inscription à une école de commerce française, mais qui suscite les plus vives critiques de la part des défenseurs de la gratuité des études au nom d'un égalitarisme social exacerbé par le débat général allemand sur la réforme du système universitaire.

46« Une provocation à bon escient », selon Edmund Stoiber, ministre-président de Bavière. Car ce qui manque cruellement à l'Allemagne en général, à la Bavière en particulier, ce sont « des personnalités jeunes qui soient prêtes à exercer des responsabilités de direction », explique Maximilian Ardelt, président du directoire de VIAG, l'un des initiateurs du projet et principal sponsor avec un apport de 6 millions de DM. En effet, les créateurs de l'Académie de l'élite bavaroise ont voulu donner un signal fort dont ils espèrent qu'il créera le sursaut nécessaire pour résoudre un urgent problème qui affecte l'ensemble de l'économie allemande : la relève des générations dans le Mittelstand. Nombre de ces PME/PMI familiales, créées après la guerre, sont aujourd'hui confrontées au problème des successions et cela, alors même que la concurrence internationale se renforce. Si de nombreuses petites entreprises sont ainsi menacées de fermeture faute de successeur, dans le même temps, une vague d'essaimage se dessine dans les grands groupes. Siemens, Metro et d'autres comptent ainsi externaliser des pans entiers de leurs activités, créant de nouvelles entités, plus petites. L'ensemble du Mittelstand allemand est donc actuellement aux prises avec un phénomène de restructuration de grande ampleur, ce qui a en retour des effets sur l'investissement : les fonds de pension allemands investissaient jusqu'ici principalement dans la construction mécanique, l'industrie du papier et l'électroindustrie, selon la banque IKB Deutsche Industriebank. Or cela pose la question d'une réorientation stratégique des investisseurs allemands et en particulier celle du capital-risque. Voilà, par-delà le rôle, bienvenu, de pavé dans la mare du système de formation allemand, la fonction stratégique d'une institution comme l'Académie de l'élite bavaroise : tirer vers l'excellence l'ensemble du tissu économique bavarois, le Mittelstand en particulier.

L'axe stratégique du second millénaire : la recherche de l'excellence

47Avec le troisième volet de l'Offensive Avenir, appelé Offensive High Tech, le gouvernement Stoiber poursuit les efforts de politique structurelle régionale engagés par ses prédécesseurs depuis un demi-siècle. Sur cette base, qui englobe tous les instruments classiques de politique infrastructurelle, industrielle et d'aide au Mittelstand, il accorde aujourd'hui la priorité à la création de nouveaux emplois grâce aux nouvelles technologies et nouveaux services qui constituent le cœur à proprement parler de l'Offensive High Tech. Cette stratégie du XXIe siècle mêle trois axes : développer les infrastructures et les centres de compétences régionaux dans le domaine des technologies de pointe, les mettre en réseau et poursuivre l'internationalisation du Standort. La logique de cette politique n'est pas de lancer un plan radicalement nouveau, qui viendrait se superposer à d'autres, préexistants, ou les remplacer. Elle est bien plutôt de rassembler les initiatives pour les optimiser et en faire naître des synergies nouvelles. En un mot : impulser une dynamique de progrès collectif qui s'auto-entretienne.

48Les pouvoirs publics bavarois ont ainsi pris diverses dispositions visant à améliorer le cadre des activités, à commencer par la simplification des procédures administratives, principal handicap à la création d'entreprises et à l'innovation. Ils ont en outre créé une série de structures visant à accompagner investisseurs allemands ou étrangers, créateurs d'entreprises, centres de recherche, dans leurs efforts d'innovation, de transferts de technologies ou d'internationalisation. Ainsi, le ministère de l'Economie s'est doté d'une cellule de coordination chargée d'informer les investisseurs et de les conseiller à la fois dans leurs démarches, les aides auxquelles ils peuvent prétendre au titre des différents programmes de développement structurel ou d'innovation et dans le choix d'une localisation judicieuse : Service für Investoren in Bayern. Les communes bavaroises, ainsi que les circonscriptions administratives disposent elles aussi de telles structures de conseil clés en main.

49Pour les échanges internationaux, la société publique Bayern International épaule le Mittelstand dans son effort d'internationalisation par un soutien financier (aides à l'export) et logistique : participation aux foires-expositions à l'étranger, coopérations inter-entreprises sur les marchés tiers, ouverture de représentations de la Bavière dans les principaux marchés (l'Asie et les Etats-Unis), voyages de prospection ou accueil de délégations étrangères (www.bayern-international.de). Cet ensemble d'instruments et de mesures, financés conjointement par le Bund et la Bavière, vise aussi bien à accompagner les entreprises bavaroises qu'à attirer des investisseurs étrangers.

50S'y ajoute un ample dispositif de sociétés de participations. Elles sont liées soit à la Deutsche Ausgleichsbank (niveau fédéral), dont les fonds publics sont gérés dans chaque Land par une filiale régionale et destinés entre autres à l'aide à la création de PMI. Soit elles sont liées à son équivalent bavarois, la LfA Förderbank Bayern (Munich), créée après la guerre pour financer la reconstruction, et qui dispose d'un important fonds d'aide à la création ou à la restructuration d'entreprises : avec 4,6 milliards de DM de prêts cautionnés, garanties, subventions et capital-risque en 1997, la LfA a permis aux entreprises bénéficiaires de réaliser un volume d'investissements de près du double. Ces deux établissements ont pour rôle d'épauler le Land dans sa politique structurelle régionale. A leurs côtés, plusieurs établissements, dont le tour de table comprend divers partenaires privés ou publics (dont assureurs, banques, chambres de commerce et, le cas échéant, la LfA) ont pour tâche d'accompagner plus spécifiquement le Mittelstand : par exemple la Bayerische Garantiegesellschaft mbH für mittelständische Beteiligungen, la BayBG Bayerische Beteiligungsgesellschaft mbH, ou la BUB Bayerische Unternehmensbeteiligungs-AG (toutes trois à Munich). Ces établissements interviennent essentiellement pour remédier à la sous-capitalisation des PME/PMI, leur offrant des garanties pour des prêts assimilables à des capitaux propres ou en prenant des participations dans leur capital. Ce volet financier de la politique de soutien au Mittelstand prend aujourd'hui un caractère essentiel. En effet, les PME/PMI sont en pleine restructuration. D'une part, elles sont amenées à modifier leur périmètre d'activités, autrement dit à vendre les filiales dont les activités ne correspondent pas à leur métier de base. Or ces fililales sont autant de PME/PMI en restructuration. D'autre part, le régime des droits de succession va forcer nombre d'entreprises à ouvrir leur capital familial. Rien qu'en Bavière, près de 70 000 PME/PMI (soit quelque 900 000 emplois) vont se trouver dans cette situation dans les cinq ans à venir.

51Forte de sa tradition de soutien au Mittelstand menée au nom de la compétitivité et de l'innovation, la Bavière est ainsi devenue au fil du temps la première place de capital-risque allemande, avec une quinzaine d'établissements publics ou privés (Allianz Unternehmensbeteiligungs AG, Atlas Venture GmbH, par exemple). Les principaux acteurs généralistes publics sont la société de capital-risque Bayern Kapital Risikobeteiligungs GmbH créée en 1995 (filiale à 100 % de la LfA), ainsi que le réseau des caisses d'épargne bavaroises. Si tous proposent des services de capital risque classique, ils se spécialisent de plus en plus dans le hard venture capital, qui vise à accompagner les moyennes entreprises jusqu'à leur entrée en bourse. Car la Bavière, qui est l'un des principaux sites financiers d'Allemagne, mène parallèlement une politique active de développement de son second marché boursier. Dans cette optique, l'activité de capital risque poursuit un double objectif : permettre, à l'issue d'un processus de soutien et d'accompagnement momentané, aux plus importantes des PME de lever par elles-mêmes ces capitaux qui leur font défaut (ce qui, en retour, bénéficie aux marchés bavarois et allemand des capitaux) ; en même temps, soutenir les futures start up dans leur délicate phase de démarrage (amorçage). En d'autres termes : préparer l'avenir d'un nouveau Mittelstand, créateur d'emplois (une entreprise créée équivaut à quatre nouveaux emplois) et positionné d'emblée dans une économie de pointe mondialisée.

52Au sein de sa politique générale de promotion des start up, la Bavière accorde une attention particulière aux créations dans le domaine high tech. Alors que dans la plupart des autres Lander, les capitaux sont investis en grande partie dans les secteurs intensifs en recherche, la Bavière mise en effet depuis 1995 sur ces technologies-clés que sont les technologies de l'information et de la communication, les biotechnologies, le génie génétique, les nouveaux matériaux et la mécatronique. Cet axe de R&D constitue le cœur de l'Offensive High Tech, financée à hauteur de 2 milliards de DM sur les 6,1 milliards de l'Offensive Avenir (1995-2001). L'Offensive High Tech en est la troisième tranche et se compose de deux volets, étroitement imbriqués : valorisation de la recherche et transfert de technologies d'un côté, promotion d'une approche entrepreneuriale, de l'autre. Ce n'est au fond que la démultiplication, dans le domaine du high tech, de la traditionnelle chaîne de l'innovation bavaroise : la Bavière tient en Allemagne le record des Prix Nobel scientifiques, et elle tient le record des dépôts de brevets. Universités, Instituts Max Planck, Instituts Fraunhofer, Offices allemand et européen des brevets, industrie, PME/PMI, y ont toujours fait bon ménage.

53Les instruments de cette politique, enracinés dans le contexte de la promotion de l'esprit d'entreprise en général, sont de trois ordres. Avant tout, il s'agit de sensibiliser l'opinion et de dispenser informations et conseils aux créateurs potentiels (foires-expositions spécialisées, sites internet : www.innovations-netz-bayem.de ouwww.infonetzbayem.de). Parallèlement se créent les infrastructures d'accompagnement : 20 centres communaux de création d'entreprises, 9 plateformes technologiques, diverses interfaces de transfert de technologies et, bien sûr, les infrastructures de communication à haut débit nécessaires (programme BayernOnline notamment) ont été ainsi implantés dans les régions bavaroises au plus près à la fois des centres de production et des pôles de recherche - autre manière de mettre en œuvre une politique d'aménagement industriel du territoire. Parmi les plateformes technologiques de création d'entreprises, il existe trois plateformes spécialisées : celles de Martinsried (Innovations-und Gründerzentrum Biotechnologie - IZB), d'Augsburg (Umwelttechnologisches Grunderzentrum - UTG : sciences de l'environnement) et de Prien (Logistik-Kompetenz-Zentrum Prien).

54A l'intersection de ces instruments : le lancement en 1997 du Concours business plan de Munich par le Fôrderkreis Neue Technologien (association de promotion des nouvelles technologies), et que le Land subventionne à hauteur de 490 000 DM par an. A l'instar des pratiques universitaires américaines, ce concours récompense la réalisation de concepts innovants en matière de création d'entreprise.

55Troisième instrument : les programmes d'innovation et de transfert de technologies, de capital-risque et de coaching. Ces programmes transversaux sont au nombre de trois :

  • BayIP (Bayerisches Innovationsförderungs-Programm) promeut le développement de produits (par des prêts ou subventions) ou procédés (prêts seulement) innovants, en soutenant les efforts de R & D des entreprises jusqu'au prototype ;

  • BayTEP (Bayerisches Technologie-Einführungs-Programm) accorde des prêts aux PME/PMI désireuses de mettre en œuvre de nouvelles technologies dans leurs procédés de fabrication ou de développer la fabrication en série de prototypes ;

  • BayTOU (Bayerisches Programm zur Förderung technologieorientierter Unternehmensgründungen) accompagne le développement de sociétés à haut risque dans le domaine des technologies en leur offrant subventions, mais surtout prestations en nature grâce à un service clés en main : coaching dès la phase de développement du projet, puis du business plan, au sein des plateformes de création d'entreprises, et avec l'aide de sociétés de seed-capital.

56A côté de ces programmes transversaux qui s'adressent essentiellement à des entreprises individuelles, il en existe d'autres, sectoriels. Ceux-ci impliquent une coopération entre plusieurs acteurs dans des branches déterminées (notamment les techniques médicales, énergétiques ou l'industrie aéronautique et spatiale). Mais priorité absolue est donnée à quatre secteurs high tech en particulier : les biotechnologies, l'information et la communication, les nouveaux matériaux, la mécatronique. L'effort principal porte aujourd'hui sur le génie génétique et les biotechnologies, un domaine où la Bavière joue un rôle clé en Allemagne, avec la moitié des laboratoires de génie génétique d'Allemagne et les deux tiers de la production de nouveaux médicaments (thérapie génique). La région de Munich compte parmi les sites pilotes de réputation nationale et internationale officiellement primés par le gouvernement fédéral en 1996 et dotés de 50 millions de DM (Bund et Land) au total jusqu'en 2001. Les infrastructures de recherche scientifique de la BioRegio de Martinsried près de Munich constituent le premier élément de la mise en réseau des compétences, avec les instituts Max-Planck (biochimie et psychiatrie), le CHU de Grosshadern, le laboratoire de génie génétique de l'université de Munich et l'Institut d'hématologie du Centre de recherche GSF sur la santé et l'environnement. Se greffe sur ce pôle de recherche la plateforme d'innovation et de création d'entreprise de Martinsried (IZB), qui a également pour rôle d'attirer des entreprises du secteur. Le pivot de ce réseau est la BioMAG, une société créée ad hoc à Munich en 1997 pour gérer les subventions de la BioRegio et assister toutes les parties prenantes - du montage du projet (études de marché, recherche de partenaires, business plan) à la création de l'entreprise (conseil, communication, capital risque). BioMAG est financée majoritairement par les entreprises (9 millions de DM), le Land apportant un complément de 3,75 millions de DM. Enfin, élement indispensable au fonctionnement de ce réseau : la communication professionnelle et grand public. Munich s'est donc dotée en 1998 d'un International Life Science Forum.

57Autre exemple de l'objectif intégré de cette politique de mise en réseau des compétences scientifiques et économiques : la mécatronique. Elle se situe en effet à l'intersection des branches sur lesquelles repose l'avenir de la croissance bavaroise, à savoir : l'automobile, la construction mécanique, la machine-outil, l'électrotechnique, les technologies de l'information et les techniques médicales. A la différence des biotechnologies, le programme d'incitation au transfert de technologies ou à la création d'entreprises dans le domaine de la mécatronique vise aussi à un effet de propagation plus large. Il consiste à impulser un nouvel essor à ces branches qui se sont révélées par le passé particulièrement innovantes, afin qu'elles puissent continuer à tenir leur rang dans la concurrence mondiale. Les acteurs impliqués (universités, industrie, pépinières d'entreprise, etc.) sont concentrés dans la région Erlangen/Nuremberg, Garching, Oberpfaffenhofen et Augsburg.

58La répartition géographique des divers pôles high tech répond donc à un triple impératif : valoriser les infrastructures existantes, garantir une répartition équitable des activités porteuses sur l'ensemble du territoire bavarois et promouvoir en les modernisant les bassins d'emploi. En même temps, comme les branches concernées constituent le cœur des activités du Mittelstand bavarois, principal créateur d'emplois, c'est l'ensemble du marché du travail qui s'en trouvera redynamisé par l'accroissement de la compétence et de la qualification de la main d'œuvre parallèlement à la création d'entreprises et d'emplois nouveaux grâce aux pépinières d'entreprises ou plateformes technologiques qui se trouvent au cœur du dispositif de transfert de technologies comme de R&D.

59Si tous ces programmes couvrent, au fond, l'ensemble du tissu économique et de recherche dans les branches vitales pour l'avenir, elles nécessitent également un programme ciblé de développement de l'excellence. Dans cette approche, il s'agit de former la relève pour les PMI innovantes de l'avenir en soutenant les vocations là où elles naissent : en milieu universitaire et scientifique. Pour cela, il convient à la fois de développer l'esprit d'entreprise chez les étudiants et d'aider les jeunes diplômés à réaliser leur projet de création d'entreprises. Ce dernier aspect fait l'objet d'un programme propre, auquel sont associées toutes les universités bavaroises : Förderprogramm zum leichteren Übergang in die Gründerexistenz : FLÜGGE. L'acronyme de ce Programme d'aide à la transition vers la création d'entreprise n'a pas été choisi au hasard : il signifie « voler de ses propres ailes ». FLÜGGE s'adresse aux jeunes chercheurs diplômés depuis moins de six mois et leur permet de disposer des infrastructures universitaires de recherche pour y développer un projet innovant susceptible de déboucher sur un produit commercialisable et une création d'entreprise. Afin de pouvoir développer idée et business plan dans les meilleures conditions possibles, le jeune chercheur bénéficie pendant deux ans d'un poste de collaborateur scientifique qu'il partage à mi-temps entre l'université et son projet. Parallèlement, il est coaché durant toute la phase de développement de son entreprise par un tuteur qui peut être universitaire ou entrepreneur. Ce programme d'amorçage, créé en 1997, et financé à hauteur de 2,5 millions de DM, est une autre illustration de la philosophie bavaroise du transfert d'expérience et de technologies, de l'interaction entre toutes les forces impliquées dans la compétitivité du Standort.

60Au fond, l'Offensive High Tech ne fait ainsi que prolonger, en innovant, 25 ans de politique de soutien au Mittelstand et quarante ans de politique de développement industriel. Le pivot en est aujourd'hui le transfert des technologies, qui unit recherche publique et privée, innovation et applications, et crée une dynamique de développement des compétences. Le rôle de l'Etat bavarois consiste essentiellement à créer un climat favorable à l'effort collectif d'innovation, à la course à l'excellence chez chacun des acteurs. Et à entretenir ensuite ce cercle vertueux propice à la croissance et à l'emploi.

61Le 'miracle économique' bavarois n'a rien de visionnaire. Il repose simplement sur une dynamique cumulative que l'ensemble des acteurs impliqués ont établie de concert, dans un contexte d'étonnante continuité, et qui tient, en Bavière plus qu'ailleurs, à la conviction profonde qu'on ne peut construire l'avenir que sur des fondations durables. Quant au maintien sur plusieurs décennies d'une telle dynamique de croissance, il résulte dans une proportion égale de la concurrence entre les Lander ; celle-ci est non seulement un indispensable aiguillon pour la performance individuelle et collective, mais elle en exalte aussi les fruits, puisqu'elle permet à chacun des Standorte de cultiver sa singularité et de valoriser ses pôles d'excellence. Si la Bavière en fournit un bel exemple et ne manque pas de communiquer avec fierté sur ses acquis, elle n'entend nullement se reposer à l'avenir sur ses lauriers. Le vrai challenge, désormais, est de consolider, tout en la développant, la place de la Bavière dans une économie mondialisée à l'ère de l'information. C'est là qu'est la finalité de la politique du Standort. Forte de son expérience, la Bavière s'en donne visiblement les moyens.

Bibliographie

Indications bibliographiques

- « L'économie de la Bavière », La Documentation française, Notes et études documentaires, 26-07-1971

- Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft und Verkehr, « Programm Standort Bayern 2000 », Dokumentationen, n° 3/92

- Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft und Verkehr, « Visionen zur Industrielandschaft Bayerns in 20-25 Jahren », Dokumentationen, n° 2/94

- Bayerisches Staatsministerium der Finanzen, in : « Solide Staatsfinanzen - für ein starkes Bayern », Der Bayerische Staatshaushalt 1998 - Nachtrag, 1998

- « Offensive Zukunft Bayern », Programme de gouvernement Stoiber (21-07-94 et 23-05-96)

- « Bayern, Weltregion und Heimat », Programme de gouvernement Stoiber (29-10-98)

- Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Verkehr und Technologie, Mittelslandsbericht 1996

- Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Verkehr und Technologie, Zwei Jahrzehnte Bayerisches Mittelslandsförderungsgesetz (actes de colloques, volume 20, 1995)

- Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Verkehr und Technologie, Durch Mitarbeiterbeteiligung und Venture-Capital zu mehr Eigenkapital im Unternehmen, (actes de colloques, volume 23, 1995)

- Das Bayerische Handwerk im Jahre 1997 und im 1. Halbjahr 1998, rapport annuel, Bayerischer Handwerkstag, Munich, 1998

- Bayerisches Staatsministerium für Emährung, Landwirtschaft und Forsten, Food from Bavaria 98/99 Wirtschaft in Mittelfranken 97/98. IHK, Nuremberg

- « Region Nurnberg spielt wichtige Rolle im bayerischen High-Tech-Netzwerk », Wirtschaft in Mittelfranken. n° 1/99, IHK, Nuremberg

- Bericht 97, IHK für München und Oberbayern

- « Wirtschaftsdaten Regierungsbezirk Schwaben », IHK-Analysen 05/98, Augsburg

- « Beteiligung der Region Bayerischer Untermain an der High-Tech-Offensive Bayern », Workshop (26-10-98), IHK, Aschaffenburg

- « Süd-Nord-Gefälle eingeebnet - Zur räumlichen Wirtschaftsentwicklung in Westdeutschland », DIW-Wochenbericht 3/99

- Unternehmen in Deutschland stärker europaorientiert », ifo Schnelldienst 25-26/98

- Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, « Raumordnung und Städtebau in der Informationsgesellschaft », Informationen zur Raumentwicklung, n° 1/1998

- « Verbesserung der regionalen Wirtschaftsstruktur » für den Zeitraum 1998-2001 (2002) 27. Rahmenplan der Gemeinschaftsaufgabe, Bundestags-Drucksache 13/9992 (27-02-98)

- www.bayern.de

- www.bayem-international.de

- www.eliteakademie.bayern.de

- www.infonetz.bayem.de

- www.bayem-innovativ.de

- www.innovations-netz-bayem.de

Notes de fin

1 La version initiale de cet article est parue dans Regards sur l'économie allemande n° 40 (mars 1999).

2 Les compagnies publiques bavaroises produisent 92,2 % (plus de 70 000 kWh) de l'électricité bavaroise.

Table des illustrations

Titre La Bavière - chiffres-clefs 1997
Légende Source des données (état au 18-01-99) : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies (www.stmwvt.bayern.de/Themen/wirtschaftsstandort.html). a) en pourcentage de la population totale ; b) en pourcentage des actifs ; c) en pourcentage de la population active civile ; d) en pourcentage de la population civile salariée.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Part des secteurs en valeur ajoutée brute par Land en 1996 (en %)
Légende Source des données : Statistisches Jahrbuch 1997
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Poids relatif de quelques branches choisies de l'industrie bavaroise dans le chiffre d'affaires de l'industrie allemande (1997)
Légende Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies. *) En milliards de DM ; **) Pas de comparaison possible, modification des catégories.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/848/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Les principales branches industrielles dans les circonscriptions administratives en 1997 (en part régionale des emplois)
Légende Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Die bayerische Industrie 1997, août 1998 *) non communiqué pour des raisons de protection des données.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises2 1970-95 (en % du total brut)
Légende Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Daten und Fakten zur Energieversorgung in Bayern, 12-02-98.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/848/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

Chargée de recherches au CIRAC
Rédactrice en chef de Regards sur l'économie allemande - Bulletin économique du CIRAC.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search