Version classiqueVersion mobile

Allemagne 2001

 | 
Isabelle Bourgeois

I - Consolidation budgétaire et compétitivité territoriale : un double défi pour les pouvoirs publics

L’innovation technologique en Allemagne : performances et limites d’un système

Florence Autret

Résumé

En pleine émulation avec les Etats-Unis ou le Japon, l’Allemagne regrette de ne pas les surclasser dans les secteurs high tech ou les grands programmes d’innovation radicale à mission mondiale. L’innovation technologique figure dès lors parmi les priorités absolues en matière de politique économique. Mais contrairement à ce que laissent croire les acteurs, l’Allemagne dispose de sérieux avantages compétitifs. Elle n’est certes pas le pays des ‘révolutions technologiques’ ; sa compétitivité réside plutôt dans un processus constant d’améliorations par paliers. Ce processus repose sur une intense activité de diffusion, de transfert de savoir et de savoir-faire au sein d’une multitude de réseaux associant recherche et production, université et entreprise, pouvoirs publics et marchés. Cette dynamique collective d’innovation alimente les mutations en cours vers la société du savoir1.

Texte intégral

1Comment apprécier la compétitivité ? Les indicateurs comme la position sur les marchés extérieurs, les dépenses de R&D et l’évolution de la répartition entre secteurs industriel et tertiaire permettent de dresser un premier état des lieux des performances des entreprises sur les marchés de produits industriels intensifs en R&D. Mais la compétitivité ne se réduit pas à une position, à un moment donné, sur l’échiquier de l’économie mondiale. Elle résulte d’un mouvement dynamique et continu d’innovation et de diffusion de la technologie. Le concept de « système national d’innovation » vulgarisé par l’OCDE et repris dans les travaux de l’administration fédérale est une tentative de rendre compte de ces processus en les replaçant dans un cadre d’analyse plus large qui inclut l’environnement institutionnel des entreprises. Il éclaire la spécialisation technologique du pays. Cette lecture dynamique révèle, en outre, que la politique pour la compétitivité technologique va au-delà du soutien à l’innovation pour agir sur ses facteurs. Plus que d’une politique, il s’agit dès lors d’un ensemble de politiques qui englobent le financement de la recherche publique et privée, l’aide au Mittelstand, le soutien aux transferts de technologies ou le développement de l’activité tertiaire dans les nouvelles technologies. Le rôle du gouvernement fédéral est d’en articuler les multiples dimensions.

Performances allemandes : un état des lieux

2La position de l’Allemagne sur les marchés de produits manufacturés à fort contenu technologique se situe au niveau de celle du Japon (pour un PIB environ deux fois moindre). L’effort de R&D y est comparable à celui des Etats-Unis, et l’intensité de l’innovation, mesurée en nombre d’inventions par habitants, nettement supérieure. Dès lors, pourquoi des réserves sont-elles formulées au sujet de sa compétitivité ? Elles tiennent d’abord au tassement des dépenses de R&D depuis le début des années 90. Elles concernent ensuite sa spécialisation industrielle qui lui donne un avantage plus marqué dans les technologies moyennes ou avancées que dans les technologies de pointe. Enfin, il n’est pas rare que la tertiarisation relativement faible de l’économie allemande soit présentée comme un handicap dans la compétition technologique. Ce dernier argument, qui s’appuie sur l’exemple des Etats-Unis, économie de services et champion des nouvelles technologies, invite à s’interroger sur les effets de la spécialisation allemande sur la valorisation de l’innovation en termes de croissance et d’emploi.

L’essentiel de la R&D dans le secteur manufacturier

3Avec une part de marché mondiale de 14 % dans l’industrie manufacturière, l’Allemagne se situe à un niveau proche des Etats-Unis, loin devant la France et la Grande-Bretagne. Les données disponibles reposent sur la typologie mise en place par l’OCDE qui distingue entre catégories de produits selon l’importance des dépenses de R&D dans leur chiffre d’affaires. Le secteur des biens intensifs en R&D se compose ainsi des technologies de pointe (biens pour lesquels les dépenses en R&D représentent plus de 8,5 % du CA) et des techniques moyennes et avancées (biens pour lesquels les dépenses de R&D représentent 3,5 à 8,5 % du CA).

Parts de marché mondiales pour les produits intensifs en R&D

Parts de marché mondiales pour les produits intensifs en R&D

Source : ministère fédéral de la Formation et de la Recherche (BMBF), données 1996

4Les entreprises allemandes sont bien placées sur les marchés des produits à haut contenu technologique. Les industries intensives en R&D assurent 50,5 % de la production industrielle allemande. Elles emploient 13 % de la population active (contre 6 % aux Etats-Unis, 9,5 % au Japon, 8 % en Grande-Bretagne et 7,5 % en France) et produisent 13 % de la valeur ajoutée, ce qui est à peu près autant que le Japon et nettement plus que ses autres principaux concurrents. Le poids de ces industries a néanmoins tendance à reculer, même si cette évolution intervient moins rapidement en Allemagne ou au Japon, qu’aux Etats-Unis ou en France. Parallèlement se développent des « technologies transversales ou génériques » qui entrent dans la composition de différents produits et augmentent leurs performances : micro-électronique, biotechnologies, nouveaux matériaux ou logiciels.

5Ces performances sont soutenues par un important effort en R&D. Il représentait 2,3 % du PNB en 1997, soit 83 milliards de DM. Cette part est comparable à celle de la France, inférieure à celle des Etats-Unis (2,5 %) ou du Japon (2,98 %), mais supérieure à celle de la Grande-Bretagne (environ 2 %). Elle place l’Allemagne au deuxième rang européen et au quatrième mondial. En 1995, 460 000 personnes (équivalent plein temps) travaillaient dans la R&D, dont 61,7 % dans les entreprises. La moitié d’entre elles était des chercheurs, le quart des techniciens. Les données disponibles sur la ventilation des dépenses de R&D par branche d’activité sont parcellaires, car la répartition des fonds entre institutions et projets ne répond pas forcément à une logique sectorielle. Les dépenses du secteur des entreprises (quelle que soit la source de financement, propre ou publique), qui représentaient près de 53 % du total des dépenses en 1993, révèlent néanmoins une certaine spécialisation sectorielle. Selon le ministère de la Formation et de la Recherche, elles étaient réalisées à hauteur de 95 % dans le secteur manufacturier. L’industrie chimique et pharmaceutique, la sidérurgie, l’ingénierie mécanique, la construction automobile et l’ingénierie électrique en absorbaient 94 %.

  • 2 nombre d'inventions par million d'habitants ; avec une demande de brevet dans la Triade (dans : Uni (...)

Résultat des activités de R&D2 (moyenne annuelle)

1981-1985

1986-1990

1991-1995 (a)

Japon

118

178

177

Etats-Unis

69

86

112

Union européenne

54

64

65

Suède

135

126

147

Allemagne (b)

134

154

120 (149)

Finlande

56

87

129

Danemark

44

60

88

Grande-Bretagne

60

75

77

Pays-Bas

51

63

63

France

49

61

62

Autriche

45

50

50

Source des données : EPIDOS, ifo Patentstatistik, ifo Schnelldienst 9/99

6Comme la plupart des pays industrialisés, l’Allemagne a connu au début des années 90 une baisse des dépenses de R&D. Sa situation s’est néanmoins relativement plus dégradée que celle de ses concurrents. Cela est dû en partie à la réunification, les nouveaux Länder ayant un potentiel de recherche nettement moins important que les anciens. Les dépenses de R&D et le résultat des innovations, mesurés par des demandes de brevets, sont deux des principaux indicateurs utilisés pour évaluer l’effort d’innovation et le potentiel de création ou d’amélioration des produits et des procédés qu’il recèle. La baisse du nombre moyen de demandes de brevets par habitant met lui aussi en relief cet « effet réunification ». De 1991 à 1995, le nombre de demandes dans l’Allemagne entière atteignait 120 seulement en moyenne par million d’habitants, tandis qu’il était de 149 dans les anciens Lander. Auparavant, sur la période 1986-1990, la moyenne allemande était de 154.

Un déficit dans les services ?

7Le contenu technologique des produits et les demandes de dépôts de brevets sont des indicateurs certes précieux mais partiels, pour plusieurs raisons. Ils amènent à privilégier une approche par produit et rendent insuffisamment compte de la diffusion des technologies transversales. Ils ne concernent ensuite que les produits industriels et laissent de côté les services, dont il est difficile, au demeurant, de mesurer le contenu technologique, tant les problèmes méthodologiques et statistiques sont importants. Enfin, et surtout, brevets et parts de marché sont des indicateurs de court terme, qui renseignent peu sur le changement structurel induit par l’accélération de l’innovation et la diffusion des nouvelles technologies. Le développement des services est considéré, avec la progression des investissements immatériels (par rapport aux investissements matériels) et la mondialisation des échanges, comme l’une des trois dimensions de la transformation des économies industrielles en économies fondées sur le savoir. Or, l’Allemagne a connu une tertiarisation plus tardive et moins importante que les autres pays industrialisés. C’est pourquoi le thème du « déficit de services » allemand (Dienstleistungslücke) apparaît de manière récurrente dans le débat sur l’innovation et la compétitivité technologique ; l’idée la plus couramment répandue étant que ce déficit témoigne d’une certaine résistance au changement structurel, et surtout qu’il prive le pays d’une large part des fruits des mutations en cours en termes d’emplois.

8En 1998, les services représentaient 67 % du PIB allemand, tandis que leur poids s’élevait à 75 % aux Etats-Unis et à 74 % en France. Ces chiffres témoignent de la profonde modification de l’équilibre entre secteurs tertiaire et secondaire au cours des vingt dernières années. Dans les Länder occidentaux en effet, le secteur industriel perdait 1,5 million d’emplois nets entre 1977 et 1997, alors que les activités de services en créaient 3,8 millions sur la même période. Malgré le développement du secteur tertiaire, l’Allemagne se distingue aujourd’hui encore par la place importante de l’industrie dans la création de richesses. Depuis le début des années 80, le poids des services dans la valeur ajoutée a certes progressé : il était de 55 % en 1995 - anciens Länder uniquement - contre à peine plus de 45 % en 1980. Mais sans atteindre celui de l’Italie ou encore de la Grande-Bretagne, où il dépasse 60 % (contre moins de 50 % en 1980).

9Il paraît difficile de tirer des conclusions univoques du « déficit de services » allemand quant à sa position dans la compétition technologique. Les activités tertiaires ont en effet un contenu technologique très variable. La tertiarisation est un indice de performance avant tout lorsqu’elle concerne des activités à forte valeur ajoutée. Or, les services à forte valeur ajoutée sont nettement plus développés en Allemagne que ne le laisseraient penser les données générales sur le tertiaire. C’est le cas en particulier des services aux entreprises, qui comprennent des activités « intensives en savoir » comme l’audit et le conseil, ou encore les services informatiques, selon l’étude de l’institut ifo sur le potentiel de création d’emplois dans les services. Important vecteur de diffusion des technologies de l’information et de la communication, les services aux entreprises représentent environ 14 % de l’emploi tertiaire, mais croissent nettement plus vite que l’ensemble de ce secteur. Entre 1977 et 1997, dans les Länder de l’Ouest, plus d’un emploi de services sur quatre a été créé dans les services aux entreprises, dont la moitié dans des activités intensives en savoir. Dans les nouveaux Länder, alors que l’emploi tertiaire total baissait entre 1993 et 1997 (-130 000), les services aux entreprises ont affiché un solde net de créations d’emplois (+75 125). Cette progression rapide fait qu’aujourd’hui les services aux entreprises « intensifs en savoir » sont, selon l’institut ifo, aussi développés en Allemagne de l’Ouest, où ils représentent 4,3 % de la population active non agricole, qu’aux Etats-Unis (4,4 %).

10Ces résultats invitent à chercher ailleurs que dans les performances technologiques les causes de la tertiarisation tardive de l’économie allemande. L’étude de ces causes gagnerait à un examen approfondi de facteurs structurels tels que l’organisation du travail et son coût, ou encore les pratiques de consommation. La répartition de l’activité entre secteurs illustre moins le niveau de développement économique d’un pays à un moment donné qu’un modèle de développement et le type de spécialisation qui lui est associé.

11En termes d’emplois, la spécialisation technologique industrielle de l’Allemagne peut être considérée comme un handicap. « Malgré les perspectives positives à court terme, les secteurs industriels intensifs en R&D n’ont pas pu assurer le rôle qui était le leur dans les années 80 d’offreurs d’emplois supplémentaires en période de reprise conjoncturelle. La croissance et l’emploi se sont découplés aussi dans les industries intensives en R&D », souligne le rapport sur la compétitivité allemande du ministère fédéral de la Formation et de la Recherche. Or les créations d’emplois dans les services n’ont pas permis d’occuper la main-d’œuvre laissée inemployée par l’industrie, ce qui contribue à entretenir le débat sur la Dienstleistungslücke allemande. Celui-ci s’alimente de la comparaison avec d’autres pays, dont les Etats-Unis, faisant apparaître par contraste que, compte tenu de ses performances technologiques, l’Allemagne crée relativement moins d’activités de services, donc d’emplois, que les autres. Autrement dit, la question de la tertiarisation se pose moins en termes de capacité d’innovation que d’application de ces innovations, moins en termes d’offre de technologies nouvelles, que de marché. Elle n’en perd pas pour autant sa pertinence, le progrès technique étant généralement considéré comme facteur de croissance et d’emplois.

Les facteurs de la compétitivité technologique

12Pour comprendre dans quelles conditions la technologie est valorisée en termes de croissance et d’emploi, l’approche traditionnelle axée sur les activités du secteur manufacturier à forte intensité de R&D, et même l’analyse du développement des services, ne suffisent pas. « L’innovation se fait de plus en plus présente à l’échelle de l’économie tout entière et non plus seulement dans le secteur des services. Le fait que la diffusion et l’utilisation des technologies s’étendent à toute l’économie et génèrent globalement des gains de productivité est plus important encore. La réalisation de ces gains de productivité passe par des changements d’organisation qui accompagnent les innovations de produits et procédés au sein des entreprises, et par la mise en place d’un environnement réglementaire et de conditions cadres propices aux activités innovantes », souligne l’OCDE. Il convient donc d’ouvrir la perspective en considérant le contexte général de l’innovation et de sa diffusion. Cette nouvelle approche fait apparaître une Allemagne beaucoup plus innovante que ne le laissait présager la lecture traditionnelle.

Un système d’innovation performant

13La République fédérale, du fait même de sa structure polycentrique et de sa culture de réseau, dispose d’atouts importants. C’est la conclusion qui s’impose lorsqu’on recourt au modèle du système national d’innovation ou SNI (voir encadré), qui vise à présenter les interactions entre les acteurs (entreprises, institutions publiques, etc.) jouant un rôle dans le processus d’innovation et la diffusion de la technologie. L’innovation elle-même résulte en effet d’un processus complexe, qui n’a plus grand chose à voir avec la démarche isolée de « l’inventeur ». Elle est le fruit d’un travail collectif associant des personnes et des institutions diverses. Il en va de même de sa diffusion, maillon indispensable de la chaîne qui relie invention et transformation des structures de production. Le SNI souligne la diversité des facteurs de l’innovation et de l’efficacité de la diffusion des technologies : organisation des entreprises, environnement réglementaire, situation des marchés de l’emploi et des produits, formation, politiques publiques, etc.

14La taille de son marché intérieur et son potentiel industriel font que l’Allemagne est présente sur une large palette de produits « intensifs en R&D », alors que des économies de plus petite taille, comme la Finlande ou les Pays-Bas, concentrent leurs efforts d’innovation sur certains marchés, tels que les produits pharmaceutiques ou les télécommunications, pour s’imposer au plan mondial. L’Allemagne dispose de l’avantage comparatif le plus net dans les technologies moyennes ou avancées. Sa spécialisation technologique est la plus marquée dans l’automobile, la construction mécanique, la chimie ; et elle a tendance à s’améliorer dans les technologies de pointe. Aux techniques de mesure et d’asservissement, aux centrales nucléaires et à l’agrochimie, domaines dans lesquels les entreprises allemandes disposent de longue date d’un avantage technologique avéré, sont venus s’ajouter depuis 1996 les technologies de l’information, l’optique, ou encore les produits pharmaceutiques. Au total, l’Allemagne a donc tendance à renforcer sa position, malgré des performances encore limitées dans le matériel informatique ou les semi-conducteurs. Les dépenses de R&D par secteur viennent appuyer ces conclusions. Réparties sur une large palette d’activités industrielles, elles sont particulièrement importantes par rapport à ses grands concurrents industriels dans les domaines de la chimie, de la construction mécanique et de la pharmacie.

Le système national d’innovation
Le concept de système national d’innovation (SNI) permet de replacer le processus de diffusion de la technologie dans un contexte plus large. Introduit au milieu des années 90, puis vulgarisé par l’OCDE, le concept de SNI est désormais couramment repris dans l’analyse des facteurs de la compétitivité technologique, telle que l’effectue par exemple l’institut ifo.
Le SNI comprend différents acteurs (entreprises, organismes de recherche) et facteurs (infrastructures, conditions du marché des facteurs et des produits, contexte macroéconomique, etc.), dont il met en évidence les interactions. « On peut considérer que les institutions commerciales et non commerciales qui, dans un pays, influencent l’orientation et la vitesse d’innovation et de diffusion de la technologie, constituent un "système national d’innovation" » explique l’OCDE. La « performance » d’un SNI n’est rien d’autre que la compétitivité technologique du pays.
Si la structure d’un SNI (voir graphique page suivante) n’est pas en soi un indice de compétitivité, elle peut en revanche donner des indications sur les raisons de la spécialisation industrielle d’un pays et son aptitude à opérer le changement. A niveau de développement technologique égal, deux pays peuvent disposer de systèmes d’innovation très différents. Les « trajectoires technologiques » des économies nationales ne sont en définitive pas moins singulières que l’évolution de leur structure de production ou celle de leur système éducatif. L’analyse des spécificités nationales des SNI renseigne donc sur la position de l’Allemagne par rapport à ses concurrents concernant la spécialisation, l’internationalisation et les liens interentreprises.

Une R&D fortement internationalisée

15La répartition géographique des activités de recherche en Allemagne, étudiée en 1999 par l’institut iwd sur la base des origines de dépôts de brevets, confirme les grandes lignes de la spécialisation de l’industrie. Elle révèle une relative concentration des activités de recherche autour des grands pôles d’activité industrielle du sud du pays. Le Bade-Wurtemberg, et particulièrement la région de Stuttgart, occupent de loin la première place de cette géographie des brevets, avec 2589 brevets déposés à l’Office fédéral (Munich) en moyenne annuelle entre 1992 et 1994. La région de Munich arrive en deuxième position avec 2092 brevets, avant Francfort (1788).

Eléments d’un système d’innovation national

Eléments d’un système d’innovation national

Source : « Technologie, productivité et créations d’emplois », OCDE, 1998, p. 66.

16Viennent ensuite la Rhénanie du Nord-Westphalie (Cologne : 1272, et Düsseldorf : 866), puis Berlin. Le poids des régions méridionales tient à la présence des grands groupes industriels qui donnent au pays son avantage compétitif : Daimler-Chrysler, Bosch, Porsche, Zeiss ont leur siège en Bade-Wurtemberg, mais aussi des groupes internationaux comme IBM ou ABB. C’est là également que sont concentrées pour l’essentiel les nouvelles technologies (NTIC et biotechnologies) et que le développement du capital-risque est le plus avancé, grâce notamment à l’implantation de spécialistes étrangers. La R&D allemande est fortement internationalisée. Le pourcentage des articles de chercheurs allemands cosignés par un chercheur d’une autre nationalité se situe en Allemagne au niveau de la moyenne mondiale. Entre 1988 et 1993, un bon quart des quelque 192 629 articles scientifiques allemands étaient cosignés par un chercheur d’une autre nationalité. En France, cette proportion s’élevait à 28 % (sur un total de 142 805 articles) pendant la même période. Il était de 22 % (total : 210 685) en Grande-Bretagne. En nombre d’articles scientifiques publiés, l’Allemagne occupe ainsi la 4e position mondiale, après les Etats-Unis (le tiers de la production mondiale), le Royaume-Uni et le Japon, et devant la France.

17L’internationalisation des dépenses de R&D touche également les entreprises. En 1995, les dépenses en R&D des entreprises allemandes à l’étranger atteignaient 17 % de leurs dépenses domestiques. Le premier secteur pour le développement des capacités de recherche hors d’Allemagne est la chimie, où les dépenses engagées à l’étranger s’élèvent à 50 % des dépenses domestiques ; viennent ensuite l’électronique et l’automobile. Une étude comparative réalisée sur la base des dépôts de brevets à l’étranger entre 1985 et 1990 montre que l’Allemagne a particulièrement développé ses activités aux Etats-Unis. Sur les 15 % de brevets d’entreprises allemandes déposés à l’étranger, 10 % le sont aux Etats-Unis, ce qui est notablement plus que pour les entreprises françaises (4,8 % sur 14,3 % de dépôts de brevets à l’étranger) ou italiennes (5,3 % sur 11,8 %), mais nettement moins que le Royaume-Uni (31,9 % sur 42,1 %) ou les Pays-Bas (26,1 % sur 57,8 %). Le développement du potentiel de recherche des entreprises allemandes aux Etats-Unis est le résultat d’investissements massifs, notamment dans le domaine de la chimie/pharmacie. Elles y ont dépensé 3 milliards de dollars en 1996 (contre 2,5 en 1994). Après les entreprises suisses et avant les britanniques, elles disposent ainsi du plus important potentiel de recherche aux Etats-Unis (hors entreprises domestiques).

L’importance de la recherche publique

18Au cœur du système d’innovation, la recherche publique exerce une influence déterminante sur l’effort total de R&D et sur son orientation. L’Allemagne, comme les autres pays européens, dispose d’une infrastructure de R&D relativement centralisée, coordonnée par le ministère fédéral de la Formation et de la Recherche. En 1996, les dépenses publiques représentaient 37 % des dépenses totales allemandes en R&D, une part comparable à celle de la France (environ 40 %), des Etats-Unis (33,6 %) ou du Royaume-Uni (31,8 %). L’Allemagne, comme le Japon, consacre plus de 90 % de ces dépenses à la recherche civile, tandis qu’aux Etats-Unis, en France et au Royaume-Uni, les recherches militaires absorbent entre 20 et 50 % des dépenses totales. Les activités de recherche du secteur public en Allemagne se répartissent à parts à peu près égales entre, d’une part universités et établissements d’enseignement supérieurs (plus loin regroupés sous le nom d’organismes universitaires) et, d’autre part, organismes non universitaires. Ces derniers incluent les grands centres de recherche nationaux, dont l’équivalent français serait le CNRS. C’est là une différence supplémentaire entre les pays européens et les Etats-Unis, dont l’organisation de la recherche publique, décentralisée, privilégie les universités, même si les activités de certaines d’entre elles, comme Standford ou le MIT, très tournées vers la recherche appliquée, rappellent plus celle des grands centres allemands, comme la société Fraunhofer, que celle d’universités européennes privilégiant la recherche fondamentale.

Fonds publics dans le financement de l’effort de R&D (en millions de DM)

Fonds publics dans le financement de l’effort de R&D (en millions de DM)

Source : BMBF (sur la base de données OCDE : Main Science and Technology Indicators), données 1996

19La répartition des dépenses publiques par grands bénéficiaires souligne la priorité donnée par l’Allemagne à l’enseignement supérieur, ainsi que le poids limité des dépenses militaires. A l’instar du Japon, elle consacre plus de 40 % de ces dépenses aux activités de recherche de l’enseignement supérieur, alors que le Royaume-Uni produit un effort particulier dans le domaine de la santé et de l’environnement (32 % des dépenses civiles), et que la France et les Etats-Unis privilégient le secteur spatial.

20Dans ce contexte, les organismes de recherche non-universitaire allemands se distinguent par une intense activité de valorisation de leurs innovations, comparable à celle des universités américaines et des organismes français non-universitaires. La faible valorisation des résultats des organismes universitaires (où le nombre de dépôts de brevets par millier de chercheurs est proche de zéro) ne s’explique pas seulement par le fait que la recherche y est plus fondamentale, mais aussi par un régime particulier de protection des inventions propre à l’Allemagne, à l’Autriche, au Danemark et à la Suède, qui peut se révéler dissuasif compte tenu de la lourdeur des démarches administratives comme des frais de dépôt qu’il induit. Enfin, elle s’explique par la nature étroite des relations entre recherche publique et système productif, qui masquent en réalité le rôle des universités.

Un fonctionnement en réseau

21Les liens entre organismes de recherche et entreprises constituent incontestablement un atout dans la compétition technologique. Une multitude de comités permanents associant membres des laboratoires de recherche et représentants de l’industrie (ou des fédérations professionnelles) permettent d’orienter, en amont, les travaux des équipes de recherche et facilitent l’introduction des innovations dans le système productif. Cette aptitude à coopérer se retrouve également au niveau des entreprises. Parallèlement aux efforts de R&D (ressources internes), celles-ci ont de plus en plus recours à des ressources externes pour développer leurs performances technologiques. Elles les mobilisent notamment auprès d’autres entreprises (à travers les relations clients-fournisseurs, les prestations de conseil, la débauche de personnel, la coopération, etc.). Ces relations contribuent aux transferts de technologie comme à la diffusion de l’information pour l’innovation.

22A cet égard, l’Allemagne se distingue par l’importance qu’y occupent les réseaux complets d’entreprises comme source d’information, alors que dans d’autres pays, les entreprises ont plus recours aux sociétés de conseil (Grande-Bretagne, Danemark, Belgique et France) ou encore aux publications de brevets (Danemark). Ces réseaux en général constitués au sein d’une branche industrielle donnée sont entretenus et renforcés par le mode de fonctionnement même des entreprises. Plus qu’en France, les salariés et même les dirigeants allemands ont en effet tendance à poursuivre leur carrière dans un même secteur, voire dans une même entreprise. Au niveau de la branche, l’association des entreprises au sein de puissantes fédérations professionnelles favorise les échanges, de manière informelle, mais aussi à travers leurs publications et l’organisation de séminaires spécialisés. Cette capacité des entreprises, des fédérations et des organismes publics à se coordonner et à favoriser l’exploitation des technologies constitue l’un des points forts du SNI allemand.

23L’organisation interne des entreprises joue elle aussi un rôle dans les processus d’innovation. En Allemagne, elle se révèle particulièrement favorable au développement des innovations incrémentales (voir encadré). Celles-ci nécessitent en effet une certaine stabilité des relations entre acteurs. Un actionnariat stable, une politique de formation professionnelle initiale et continue permettant aux salariés d’accumuler des connaissances dans un domaine particulier, des relations industrielles basées sur le consensus, une concurrence relativement moins exacerbée sur les marchés de produits et services que dans d’autres pays, des relations stables et de long terme entre organismes de recherche et entreprises, sont autant d’éléments qui soutiennent au sein des entreprises un effort constant d’amélioration des produits et des procédés de fabrication.

La distinction entre innovation incrémentale et innovation radicale repose sur l’application de l’innovation. Une innovation incrémentale est avant tout destinée à l’amélioration d’un produit ou d’un procédé. Elle permet aux entreprises de se différencier sur les marchés existants en offrant des produits plus performants ou répondant plus précisément à la demande. L’innovation radicale amène au contraire la création de nouveaux produits ou services, et de nouveaux marchés.

24Cet environnement est un atout pour maintenir ou améliorer les positions des entreprises sur les marchés existants et contribue à expliquer leur force dans la mécanique, l’électrotechnique, l’électronique ou la chimie. A contrario, on peut y lire les raisons - exactement symétriques - pour lesquelles les entreprises sont moins présentes sur les segments de marché nouveaux issus d’innovations radicales : les réseaux de financement ne favorisent pas la création d’entreprises innovantes ; la mobilité du personnel est limitée, et les conditions de concurrence relativement peu favorables à l’introduction de nouveaux produits. L’évaluation faite par les entreprises elles-mêmes des obstacles qu’elles rencontrent en matière d’innovation et de valorisation de la technologie fait apparaître en négatif certains inconvénients liés à un tel cadre institutionnel.

Les obstacles à l’innovation

25Une étude réalisée par l’institut ifo auprès de 1 400 entreprises allemandes met en relief trois facteurs principaux de blocage du processus d’innovation : le risque financier, l’acceptabilité des produits et le manque de main-d’œuvre qualifiée. Le problème du risque et des coûts liés à l’innovation (durée d’amortissement, frais de recherche) arrive, de manière prévisible, en tête des obstacles désignés par ces entreprises. Néanmoins, le fait que le « manque de préparation » à l’innovation soit plus fort chez les dirigeants que chez les salariés ou au sein du conseil d’entreprise amène à s’interroger sur la propension au risque des décideurs (dirigeants et actionnaires) dans un pays où les réseaux de financement des entreprises à haut risque et la mobilité des dirigeants sont moins développés qu’ailleurs.

26Le second facteur de blocage concerne l’acceptabilité des produits nouveaux. Nombre d’entreprises rencontrent (ou ont peur de rencontrer) des obstacles au moment de l’introduction sur le marché de l’innovation incorporée à un produit ou à un procédé, soit qu’elles aient des difficultés de transposition du savoir-faire, soit que la demande se révèle insuffisante (acceptation du produit par les clients). Cela amène à formuler l’hypothèse d’une certaine réticence des consommateurs – particuliers ou entreprises – allemands à l’égard des produits nouveaux, sans pour autant permettre de tirer des conclusions à cet égard.

27Enfin, les entreprises sondées mettent l’accent sur le problème de la formation et estiment manquer de personnel qualifié dans le domaine de la R&D. L’Allemagne dispose certes d’une main-d’œuvre qualifiée et abondante, en particulier dans le domaine des sciences de l’ingénieur. D’une manière plus générale, le système de formation et la mobilité relativement faible de la main-d’œuvre permettent l’acquisition d’un important savoir-faire au fil du temps. Mais l’accélération de l’innovation technologique appelle une adaptation permanente des savoirs et des savoir-faire enseignés dans le cadre des formations initiales et continues. Ces dernières sont actuellement en cours de modernisation afin de dispenser ces qualifications-clés requises par le changement structurel.

  • 3 en pourcentage du nombre de citations par les entreprises – citation de plusieurs facteurs possible

Les obstacles à l’innovation du point de vue des entreprises3

Les obstacles à l’innovation du point de vue des entreprises3

Source : sondage réalisé par l'institut ifo, Innovationstest, ifo Schnelldienst 5/99

28Elargir l’analyse des facteurs de la compétitivité suppose de revenir sur certains aspects plus généraux de la structure économique, tels que les relations entre entreprises, les circuits de financement ou encore les relations industrielles. Ces différents éclairages font ressortir une préférence des acteurs économiques pour le consensus et les arrangements de gré à gré sur un mode de régulation plus libéral. Ce trait structurel peut constituer un atout, comme lorsqu’il se traduit par une étroite collaboration entre centres de recherche et entreprises. D’une manière générale, il contribue à renforcer les spécificités du SNI allemand dans la mesure où il entretient le consensus sur la spécialisation technologique du pays. Pour cette même raison, il peut également constituer un obstacle au changement structurel. La spécialisation, les forces comme les faiblesses de l’Allemagne dans la compétition technologique mettent donc en jeu des éléments fondamentaux de la régulation économique. Dans ce contexte, l’Allemagne est amenée à adopter une stratégie de « suiveur rapproché » (narrow follower) sur les marchés mondiaux. Le gouvernement fédéral et les Länder s’efforcent de soutenir cette stratégie, qui fait partie intégrante de l’accompagnement du changement structurel.

La politique fédérale d’innovation

29Depuis le début des années 90, la politique fédérale évolue sous une double contrainte : les restrictions budgétaires et le problème du chômage. La première se traduit par une baisse de l’effort de recherche fédéral. La seconde, par la tentative de reformuler la politique technologique dans un cadre plus large afin de mieux articuler les différents facteurs de la performance technologique pour valoriser celle-ci en termes d’emplois et de croissance. Dans ce contexte, la question de la politique technologique ne se pose plus seulement en termes de financement de la recherche, même si celui-ci en reste le pilier. Elle a de plus en plus à faire avec l’amélioration des « conditions-cadre » de l’innovation et de l’utilisation des technologies. Dans cette nouvelle approche de la politique technologique, qui en est encore souvent au stade de la formulation, le gouvernement fédéral joue plus que jamais sur la coopération entre acteurs économiques.

Le financement public de la recherche : faire encore mieux avec moins

30L’Allemagne figure parmi les pays où la part du financement public dans l’effort de R&D reste la plus importante (voir graphique ci-contre). Néanmoins, la baisse en volume du budget de recherche fédéral depuis 1993 a modifié la répartition du financement de ces dépenses entre Etat fédéral, Länder et entreprises. Elle s’est, par ailleurs, accompagnée d’un recentrage des dépenses comme de la recherche d’une plus grande efficacité dans l’allocation des fonds. Entre 1991 et 1997, la part de l’Etat fédéral dans le financement de l’effort de R&D est passée de 22,1 % à 19,4 %, celle des Länder de 16 à 18,2 % et celle des entreprises de 61,3 à 62,2 %. Dans le contexte de la baisse des dépenses fédérales, le rôle du ministère de la Formation et de la Recherche (Bundesministerium fur Bildung und Forschung - BMBF) dans l’allocation des dépenses de recherche a été renforcé au détriment du ministère de l’Economie et de la Technologie (Bundesministerium fur Wirtschaft und Technologie) et du ministère de la Défense (Bundesministerium der Verteidigung). La répartition des ressources budgétaires fédérales entre ces trois ministères était de respectivement 65 %, 6 % et 19 % dans le budget 1997, contre 59 %, 7 % et 22 % en 1990.

31Parallèlement, ces ministères ont recentré l’allocation des fonds sur les organismes de recherche. Alors que la part des ressources destinées à des organismes publics est restée stable (20 % environ) depuis le début des années 90, celle des organismes de recherche privés à but non lucratif (voir encadré) a progressé. Elle s’élevait à 45 % en 1997 (contre 35 % en 1990), alors que moins de 29 % des dépenses de R&D fédérales allaient au secteur des entreprises (contre 34,4 % en 1990). Les Länder participent, à côté de l’Etat fédéral, au financement de ces organismes.

Les organismes non-universitaires, clé de voûte de la politique de soutien à la recherche
La Fondation allemande pour la recherche (Deutsche Forschungsgemeinschaft – DFG) soutient principalement des chercheurs de l’enseignement supérieur (y compris venant d’autres organismes subventionnés) dans toutes les disciplines. En 1998, elle devait recevoir 2,2 milliards de DM (projet de budget), financés à 90 % par l’Etat fédéral.
La société Fraunhofer (Fraunhofer Gesellschaft – FhG) est un ensemble de 48 établissements de recherche appliquée situés dans 14 Lander, et spécialisés dans les sciences de l’ingénieur (matériaux, micro-électronique, énergie, etc.). En 1998, les fonds publics qui lui étaient destinés atteignaient 550 millions DM, à 90 % d’origine fédérale. La FhG devait générer environ 650 millions de DM de recettes grâce à la valorisation de ses travaux de recherche.
La société Max Planck (Max Planck Gesellschaft – MPG) est le plus important des organismes de recherche fondamentale non-universitaire allemand et regroupe 80 établissements (dont 20 dans les nouveaux Länder). Sur un budget d’environ 2 milliards de DM en 1998, l’essentiel (1,6 milliard) devait être financé à parts égales par l’Etat fédéral et les Länder.
Les organismes de la « Liste Bleue » (Blaue Liste Einrichtungen) sont au nombre de 82. Spécialisés dans les domaines les plus variés, ils se partagent une enveloppe annuelle de 1,3 milliard de DM environ (projet de budget 1998), financée à parité par l’Etat fédéral et les Länder.
Les centres Helmholtz constituent un ensemble de centres de recherche publique, comme celui de Jülich, spécialisé dans l’énergie, ou le centre fédéral de recherche aéronautique (DLR) de Cologne. Ces centres devaient se partager en 1998 une enveloppe de 3 milliards de DM, financés à 90 % par l’Etat fédéral.
La carte de ces établissements est disponible sur internet : www.forschung.bmbf.de.

32Environ un quart des dépenses cumulées des Länder et de l’Etat fédéral est dépensé au bénéfice d’organisations à l’égard desquelles ces bailleurs de fonds exercent une responsabilité conjointe. Le montant de ces « fonds communs » est loin d’être négligeable en proportion de l’ensemble des dépenses de recherche. L’Etat fédéral devait y investir quelque 6 milliards de marks en 1998 (projet de budget), soit plus de 37 % de l’ensemble des dépenses. Les fonds investis par les Länder étaient de 2,7 milliards, soit environ un cinquième de leurs dépenses de R&D. Le cofinancement de ces organismes de recherche non-universitaires indépendants, dont les établissements sont répartis sur l’ensemble du territoire fédéral, offre une solution au problème de la coordination entre politiques régionales et fédérale, et évite la duplication des structures ou le saupoudrage des fonds. Cette coopération fonctionne également dans le domaine universitaire, mais de manière plus limitée, dans la mesure où la compétence de l’Etat fédéral est restreinte en matière d’enseignement supérieur, qui est essentiellement financé par les Länder. Néanmoins, les fonds fédéraux consacrés à l’amélioration des capacités de recherche universitaires – jugées insuffisantes – ont tendance à progresser (5 % de son budget de R&D en 1996, contre 2,6 % en 1981).

33En même temps qu’il limitait son effort de financement de la recherche, le gouvernement fédéral a cherché à renforcer l’évaluation des résultats de la recherche. En partenariat avec les Länder, il a mis en place en 1997 le programme dit de « garantie de la qualité de la recherche » (Sicherung der Qualität der Forschung). Le suivi des résultats des organismes subventionnés, assuré par un comité regroupant autorités régionales et fédérales, doit permettre à ces dernières de mieux orienter leur politique de soutien. Menée sous la bannière de « l’autonomie » et de la « responsabilité », cette initiative consiste en fait à lier l’attribution des fonds à l’évaluation des résultats des travaux des organismes bénéficiaires. Les règles d’allocation des budgets entre programmes de recherche ont été assouplies, de même que les conditions de financement extérieur, pour certains organismes. Enfin, un exercice d’évaluation général des organismes bénéficiaires par des comités indépendants a été lancé en 1996.

34Les ressources fédérales destinées à la R&D sont principalement allouées sous deux formes : le financement direct de projets (42 %) et la dotation des organismes de recherche non-universitaires (43 %). Dans les deux cas, l’utilisation des fonds est définie et contrôlée par le ministère de la Formation et de la Recherche ou le ministère de la Défense selon les ressources respectives qui leur sont allouées dans le cadre du budget fédéral, en collaboration avec les organismes de recherche et, le cas échéant, avec les Länder. La répartition des ressources entre domaines de recherche, tous organismes bénéficiaires confondus et calculée sur la base des prévisions comme de la réalisation du budget fédéral par le ministère de la Recherche - rend compte des priorités fédérales. Néanmoins, les données concernant chacun des domaines techniques n’incluent pas les dotations dites « de base » des organismes de recherche non universitaires cités plus haut, celles-ci ne pouvant être éclatées entre les différents domaines de recherche, en partie parce qu’elles financent des dépenses de fonctionnement.

Sept domaines prioritaires

35En 1997, sept domaines de recherche principaux absorbaient 30 % des dépenses fédérales de R&D : l’environnement (6,6 %), l’énergie (5 %), la santé et les technologies médicales (4,8 %), les biotechnologies (2,8 %), les matériaux et la chimie (4,1 %), l’aide aux transferts de technologies (4,7 %), ainsi que l’aéronautique et les technologies hypersoniques (1,8 %). Depuis le début des années 90, un effort particulier a été réalisé dans le domaine de l’environnement et du changement climatique, pour lequel les dépenses de R&D ont progressé de 56 % entre 1990 et 1997. Dans le même temps, les fonds destinés à la recherche baissaient de 36 % dans le domaine de l’énergie, et de 66 % dans celui de l’aéronautique.

36Le soutien à la recherche peut prendre la forme d’aides aux entreprises innovantes. C’est le cas, par exemple, du programme Biochance lancé en 1999 par le ministère de la Recherche et de la Formation. Il s’agit de soutenir les projets de recherche appliquée d’entrepreneurs en réduisant leur risque par une subvention. Suite au premier appel à candidature, 46 entreprises avaient présenté leur projet. L’enveloppe consacrée aux six entreprises sélectionnées s’élevait à 12 millions de marks. Le ministère a débloqué en tout 100 millions de marks sur cinq ans, au cours desquels seront réalisés plusieurs nouveaux appels à candidature. La gestion du projet a été confiée au centre de recherche de Jülich qui reçoit les candidatures et où est assurée l’évaluation des projets. Biochance s’apparente donc à la fois à une mesure de soutien à l’innovation et à un programme classique d’aide aux entreprises. Il repose sur une conception de la politique d’innovation privilégiant le soutien aux initiatives privées plutôt que la réalisation complète de programmes publics - une démarche présente dans l’ensemble de la politique de soutien à l’économie.

  • 4 en millions de marks

Domaines de recherche prioritaires4

1990

1993

1997

Energie

1257

1015

821

Environnement

684

1016

1066

Biotechnologies

271

388

460

Matériaux

549

694

673

Aéronautique

899

300

302

Innovation**

290

834

759

** et amélioration des conditions de base, y compris transfert de technologie et mesures de promotion du ministère de l’Economie (soutien aux PME innovantes). Source : BMBF

Créer un environnement plus favorable à l’innovation et à sa diffusion

37La répartition des priorités de recherche révèle la place de plus en plus importante accordée aux politiques de diffusion et de transfert de technologie. Cette évolution est caractéristique d’une orientation nouvelle de la politique fédérale d’innovation et de technologie visant – au-delà de la dotation des programmes et organismes de recherche – à créer les conditions d’une meilleure valorisation du savoir technologique. Les mesures prises dans ce cadre empruntent à différents domaines de la politique économique et dépassent le strict cadre de la politique d’innovation. Ils engagent des montants financiers limités par rapport au volume total du soutien à la recherche, mais occupent une place importante dans la présentation de l’action gouvernementale. Voici quelques exemples de ces programmes ou initiatives qui participent de la reformulation de la politique fédérale.

38Au cours des dernières années, le gouvernement fédéral, ainsi que les Länder, ont mis l’accent sur l’amélioration des transferts de technologie et des réseaux d’entreprises. L’Allemagne compterait aujourd’hui, selon l’institut ifo, un millier d’organismes et de programmes de transferts de technologie. Certains sont plus particulièrement destinés aux PME, comme le programme de « stimulation de l’innovation de l’économie allemande par l’information scientifique et technique » : Innovationsstimulierung der deutschen Wirtschaft durch wissenschaftlich technische Information - INSTI. Installée dans les murs de l’institut d’études économiques iwd, proche du patronat allemand, l’équipe de l’INSTI anime depuis 1995 un réseau de partenaires susceptibles d’aider les entreprises à utiliser les informations relatives aux brevets déposés. Le programme est subventionné depuis l’origine par le ministère fédéral de la Formation et de la Recherche (5 millions de marks par an, soit en tout 30 millions sur six ans). Une quarantaine d’institutions participent au programme ; elles effectuent des recherches de brevets ou assurent une formation des personnels de recherche et des ingénieurs (principalement des PME) dans le domaine du droit de la propriété industrielle et intellectuelle.

39L’INSTI a participé à la création de 150 « clubs d’inventeurs » réunissant principalement des entrepreneurs. Depuis peu, ses services se sont étendus à la recherche de capitaux. Les dossiers des entreprises cherchant des financements sont traités par l’INSTI en partenariat avec la Deutsche Börse et la Kreditanstalt fur Wiederaufbau-KfW, institution financière publique spécialisée dans l’aide aux entreprises (et la coopération). Les membres de ce réseau (www.exchange.de/innovationmarket), véritable bourse d’échanges, se proposent d’agir comme intermédiaires entre l’entreprise et les investisseurs. Les frais de constitution de dossier sont subventionnés à hauteur du tiers ou de la moitié (prédossier) par le ministère de la Formation et de la Recherche.

40Les programmes d’aide aux PME et les mesures destinées à faciliter l’accès des entreprises au capital participent également de cette politique de valorisation des technologies. Depuis le début des années 90, le gouvernement fédéral a pris différentes initiatives pour améliorer les conditions de financement des jeunes entreprises innovantes. L’aide au financement des capitaux propres a toujours été le principal instrument de la politique fédérale de soutien au Mittelstand, ou de celles des Länder, à travers leurs propres institutions financières. Les principaux organismes publics en la matière étant la Deutsche Ausgleichsbank (créée à l’origine pour gérer les fonds du Plan Marshall) et la KfW. Aujourd’hui cependant, l’action gouvernementale prend d’autres formes : plutôt que d’assurer par des organismes publics le financement du risque, il s’agit de développer le marché privé du capital-risque. La création d’un segment de marché financier voué aux actifs d’entreprises risqués témoigne du développement récent d’une culture financière qui fait une plus grande place au risque et à l’arbitrage anonyme du marché dans une économie plutôt caractérisée par la personnalisation et la stabilité des liens entre bailleurs de fonds et entrepreneurs.

41C’est dans cette optique qu’un Nouveau marché (Neuer Markt) a été créé en 1995, et que la législation a été modifiée pour favoriser les activités de capital-risque dans le cadre de la « troisième loi pour la promotion des marchés financiers » (Drittes Gesetz zur Förderung der Finanzmärkte). Certes, la capitalisation de ce nouveau marché allemand, où sont cotées les valeurs des sociétés de hautes technologies, est environ vingt fois inférieure à celle du NASDAQ américain ; quant aux ressources de capital-risque levées sur la période 1986-1996, elles étaient deux fois plus importantes en France qu’en Allemagne ; mais l’écart est désormais comblé. Au total, ces nouvelles possibilités de financement viennent donc aujourd’hui renforcer le dispositif ancien et efficace de soutien aux PME. Ces mesures sont doublées au niveau des Länder de divers programmes de soutien et d’aide à la création d’entreprises. Elles poursuivent la même logique que l’aide classique au Mittelstand : l’aide à l’auto-assistance, tout en la réorientant vers l’innovation.

42Améliorer la diffusion du savoir, faciliter l’accès aux capitaux et valoriser une culture du risque : la politique technologique fédérale vise de plus en plus ouvertement la création d’emplois. L’initiative annoncée en 1999 en faveur de la valorisation du potentiel d’emplois dans les NTIC (Ausschöpfung des Beschäftigungspotentials im Bereich der Informations- und Kommunikationstechnologien) en fournit une illustration supplémentaire. Cette initiative s’inscrit dans le prolongement du programme « Travail et techniques – priorité aux services innovants » (Arbeit und Technik – Schwerpunkt innovative Dienstleistungen), lancé en 1998 par le ministre de la Formation et de la Recherche de l’époque. Elle cherche en priorité à remédier au déficit de main-d’œuvre qualifiée dans le domaine des NTIC et dans les médias. Les emplois non pourvus s’y élèveraient à 75 000, selon une estimation reprise par les associations professionnelles, les syndicats et le gouvernement. Quant au potentiel de créations d’emplois, il se situerait entre 250 000 et 350 000 d’ici deux à trois ans.

43Au début de 1999, un dialogue entre fédérations professionnelles, syndicats, organismes de recherche et administration a été lancé sur ce thème dans le cadre du Pacte pour l’emploi, la formation et la compétitivité (Bündnis für Arbeit, Bildung und Wettbewerbsfähigkeit). Il en est résulté quelques décisions en matière de formation, annoncées en juillet 1999 : création de nouvelles places d’apprentissage, développement de nouvelles formations continues dans le domaine des NTIC, création d’un fonds de formation financé conjointement par des organismes publics et privés. Depuis, le ministère de la Formation et de la Recherche et le ministère de l’Economie ont publié conjointement un « programme d’action » (« Innovation und Arbeitsplätze in der Informationsgesellschaft des 21. Jahrhunderts », septembre 1999) qui couvre des domaines aussi variés que l’amélioration de l’infrastructure de transferts de données, la formation, l’adaptation du cadre juridique du commerce électronique ou encore l’amélioration de l’équipement de l’administration.

44Ces initiatives protéiformes montrent que la promotion des activités innovantes, dans la mesure où elles sont créatrices d’emplois, est devenue le pilier de toute politique de développement économique. « Le chômage ne peut être combattu que si nous arrivons à passer de la société industrielle à la société de l’information », peut-on ainsi lire dans le « programme d’action » gouvernemental. Une affirmation qui laisse d’ailleurs penser que les fruits attendus des nouvelles technologies, emploi et croissance, ne pourront être cueillis qu’au prix d’un « changement de société ».

45Lallemagne apparaît dotée de solides atouts dans la compétition technologique. Moins enclines que leurs concurrentes américaines à introduire des innovations radicales, ses entreprises ont préféré construire leur avantage technologique sur l’amélioration constante de leur offre de produits grâce à l’introduction d’innovations incrémentales. Leur capacité d’innovation et d’adaptation est stimulée par des réseaux de transfert de technologie efficaces. Les pouvoirs publics, Bund et Länder, contribuent pour une large part à l’effort d’innovation ; ils ont également mis à disposition des entreprises des moyens et mécanismes importants destinés à la promotion de la R&D et de l’innovation en général. Cette politique, centrée sur le soutien aux grands organismes de recherche appliquée ou fondamentale, vise également à favoriser la diffusion du savoir et à faciliter le financement des activités innovantes. Il s’agit de traduire ainsi la performance technologique en termes de croissance et d’emploi. L’innovation est dès lors devenue le point de mire de la politique de développement économique. Les décideurs politiques et économiques estiment cependant qu’un changement structurel est indispensable à la pleine exploitation des applications et du potentiel d’emplois des technologies nouvelles. Critiquant le « blocage des réformes » (Reformstau) et « l’immobilisme » (Bewegungslosigkeit) qui caractérisent, selon eux, la société allemande, ils laissent entendre que la compétitivité technologique du pays ne peut être garantie qu’au prix d’une plus grande « propension au risque » (Risikobereitschaft).

46Il semble en définitive que l’Allemagne aspire à cumuler les avantages de son système d’innovation actuel et ceux associés à des modes de régulation plus libéraux. La politique des pouvoirs publics est-elle alors de nature à modifier profondément les facteurs de sa compétitivité au point d’agir sur sa spécialisation technologique ? Le gouvernement fédéral semble lui-même en douter, qui s’en tient dans les faits à une stratégie de « suiveur rapproché », conscient du fait que « l’avantage concurrentiel lié à la maîtrise des technologies est une construction sociale, au demeurant dotée d’une notable inertie au cours du temps », (Boyer/Didier 1998). C’est pourquoi le « passage » qu’il appelle de ses vœux emprunte les voies du consensus et de la réaffirmation continuelle des intérêts communs, tels qu’ils caractérisent l’Allemagne. C’est pourquoi aussi le changement en cours – plus structurel que radical - ne devrait pas remettre en cause les fondements de l’avantage technologique allemand.

Bibliographie

Indications bibliographiques

- « Beschäftigungspotentiale untemehmensbezogener Dienstleistungen », ifo Schnelldienst 15/99

- Bundesministerium für Bildung und Forschung, « Zur technologischen Leistungsfähigkeit Deutschlands - zusammenfassender Endbericht 1998 », janvier 1999

- Bundesministerium für Bildung und Forschung, « Bericht der Bundesregierung zur Forschung - 1998 », décembre 1998

- Boyer, R., Didier M., « Innovation et croissance », Conseil d’analyse économique, La documentation française, septembre 1998

- Commission européenne, « La compétitivité de l’industrie européenne - rapport 1998 », direction générale « industrie »

- « Europas Position im Innovationswettbewerb und die Rolle der staatlichen Forschungseinrichtungen », ifo Schnelldienst 9/99

- « Innovation und Arbeitsplätze in der Informationsgesellschaft des 21. Jahrhunderts », BMWi, BMBF, septembre 1999

- OCDE, « Technologie, productivité et création d’emplois – politiques exemplaires », 1998

- Soskize D., « German Technology Policy, Innovation, and National Institutional Frameworks », Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung, septembre 1999

- « Untemehmensbezogene Dienstleistungen : Deutschlands Position im intemationalen Wettbewerb », ifo Schnelldienst 10-11/99

- « Zur Wettbewerbsposition der deutschen Industrie im High-Tech-Bereich », ifo Schnelldienst 13/93

Notes de fin

1 La version initiale de cet article est parue dans Regards sur l'économie allemande n° 44 (décembre 1999).

2 nombre d'inventions par million d'habitants ; avec une demande de brevet dans la Triade (dans : Union européenne et Japon, ou Etats-Unis et Union européenne, ou Etats-Unis et Japon, ou Etats-Unis et Japon et Union européenne) ; (a) données provisoires pour 1993, 1994 et 1995 ; (b) entre parenthèses, chiffre sur l'Allemagne de l'Ouest uniquement.

3 en pourcentage du nombre de citations par les entreprises – citation de plusieurs facteurs possible.

4 en millions de marks

Table des illustrations

Titre Parts de marché mondiales pour les produits intensifs en R&D
Légende Source : ministère fédéral de la Formation et de la Recherche (BMBF), données 1996
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Eléments d’un système d’innovation national
Légende Source : « Technologie, productivité et créations d’emplois », OCDE, 1998, p. 66.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fonds publics dans le financement de l’effort de R&D (en millions de DM)
Légende Source : BMBF (sur la base de données OCDE : Main Science and Technology Indicators), données 1996
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Les obstacles à l’innovation du point de vue des entreprises3
Légende Source : sondage réalisé par l'institut ifo, Innovationstest, ifo Schnelldienst 5/99
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search