Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

III - L'influence politique des ordolibéraux

Néocorporatisme et économie sociale de marché : la place de l’artisanat et de la Mittelstandspolitik

Aloïs Schumacher

Abstract

Dans le cadre d’une démarche néocorporatiste, la politique en faveur du Mittelstand (Mittelstandspolitik) est un ingrédient essentiel de l’Economie sociale de marché. L’artisanat, un secteur représentant majoritairement les couches moyennes traditionnelles en Allemagne, a non seulement une importance économique considérable (10 % du PIB, 16 % de la population active), mais il continue également de jouer un rôle politique important. A travers les chambres des métiers, il agit sur la politique économique et sur la formation professionnelle (système dual). C’est dans cette perspective que la contribution aborde la dimension historique du néocorporatisme artisanal en Allemagne et s’interroge sur les perspectives de survie de la Mittelstandpolitik face à la mondialisation des économies.

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

La réflexion sur l’ordolibéralisme ne peut faire l’économie d’une analyse des rapports conflictuels entre les principes libéraux du « laissez-faire » et le poids des traditions corporatistes de la société allemande. Peut-on prôner le libre accès aux marchés et la propriété privée des moyens de production tout en accordant des privilèges à certaines catégories de la population ? C’est dans cet ordre d’idées que nous nous intéresserons de plus près au courant néocorporatiste allemand qui se manifeste de manière exemplaire dans les monopoles de l’artisanat. L’ordre économique ordolibéral proposé par Walter Eucken, Wilhelm Röpke, Alexander Rüstow et Alfred Müller-Armack, qui voit dans la survie de ces monopoles un élément de stabilité sociale, ne constitue pas une rupture radicale avec la pensée historiciste et conservatrice allemande1. Au nom de la réconciliation entre les oppositions2 la pensée ordolibérale et les concepteurs de l’Economie sociale de marché font donc le grand écart en...

Autore

Professeur d’études germaniques à l’université de Paris XII.
En collaboration avec Hans Brodersen (dir.), Les Libéralismes allemands. Défis du passé et du présent, Paris, Groupe HEC, 1999.

© IFAEE, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540