Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

III - L'influence politique des ordolibéraux

La conversion de Ludwig Erhard à l’ordolibéralisme (1930-1950)

Patricia Commun

Résumé

Avant 1945, les chemins de Ludwig Erhard et des ordolibéraux se croisent sans jamais se superposer : ces rencontres se font en pleine dictature nationale-socialiste dans le milieu des affaires, sans prendre immédiatement une dimension intellectuelle. Ludwig Erhard, bien que d’obédience libérale, s’associe en effet pleinement à la fin des années 30 aux pratiques d’économie dirigée dans l’espoir de sauvegarder les intérêts de l’industrie légère. Puis, à partir de 1943, Ludwig Erhard prône le retour à l’équilibre budgétaire dans le cadre d’une économie dirigée. Ce n’est qu’à partir de 1947-1948 que Ludwig Erhard intègre magistralement les leçons politiques de Walter Eucken et emprunte au discours de Wilhem Röpke le vocabulaire et la verve idéologique qui lui vaudront d’emporter l’adhésion d’une CDU plus qu’hésitante au retour à l’économie de marché.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ludwig Erhard et quelques ordolibéraux

En 1950, Wilhem Röpke fait paraître, à la demande de Konrad Adenauer, un opuscule qui plébiscite la politique économique libérale de Ludwig Erhard1. C’est à la suite de ce soutien officiel que la politique économique poursuivie par le ministre de l’Economie en RFA dans les années 50 est apparue publiquement comme la mise en pratique concertée et volontaire des principes ordolibéraux : la réforme monétaire et la libéralisation des prix de 1948, la loi anti-cartels de 1957 n’avaient-elles pas été appelées de leurs vœux par les ordolibéraux ? L’ardeur que met L. Erhard dans les années 50, d’une part à défendre les principes ordolibéraux dans ses interventions publiques, d’autre part à se réclamer de W. Röpke2 confirme l’idée d’une influence revendiquée. Par ailleurs, le poste de conseiller politique occupé par Walter Eucken dans le conseil scientifique de l’administration économique bizonale en 1947-48 conforte également la thèse d’une influence du...

Auteur

Maître de conférences en études germaniques à l’université de Cergy-Pontoise.
« La contribution d’Alfred Müller-Armack à l’initiation d’un ordre économique libéral en Europe de 1958 à 1963 », in M.-T. Bitsch (dir.), Le Couple France-Allemagne et les institutions européennes. Une postérité pour le plan Schuman ?, Bruxelles, Bruylant, 2001.
communpat@wanadoo.fr

© IFAEE, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540