Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

II - L'enracinement de l'ordolibéralisme dans la pensée économique, philosophique et religieuse allemande

Les trois sources philosophiques de la réflexion ordolibérale

Gilles Campagnolo

Résumé

Trois sources principales sont à prendre en compte dans l’analyse des fondements philosophiques de la pensée de Walter Eucken et, au-delà de l’auteur initiateur du mouvement, de l’ordolibéralisme en général : premièrement, la phénoménologie dont Husserl fit un outil philosophique contre toutes les formes de psychologisme, sociologisme ou historicisme tout en affirmant la socialité originaire de l’intersubjectivité entre les individualités ; deuxièmement, une des sources de la précédente, la philosophie de la vie (Lebensphilosophie) développée à la fin du XIXe siècle par le père de l’économiste, Rudolf Eucken, récipiendaire du Prix Nobel de littérature 1908 ; enfin, la révision de la théorie de la connaissance (Erkenntnistheorie) par les néo-kantismes contre lesquels s’était forgée la philosophie de la vie, mais dont la contribution à la révolution dans la définition de la rationalité scientifique devait cependant influer sur la refonte du discours économique allemand que fut l’ordolibéralisme. Le présent texte tente d’établir les relations conceptuelles entre ces trois sources.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est en partie en réaction à l’Ecole de Bade que la « philosophie de la vie » (Lebensphilosophie) a été développée à la fin du XIXe siècle ; notamment Rudolf Eucken s’est prononcé en faveur d’un « contenu de vie spirituel » (um einen geistigen Lebensinhalt, selon le titre d’une de ses œuvres). Néanmoins, les acquis de l’analyse de la rationalité dans les sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften) avaient été peu à peu intégrés dans un discours économique neuf en Allemagne, qui ne rompait pas avec l’historicisme mais le rénovait en profondeur. L’œuvre de W. Eucken fut en quelque sorte le point de rencontre de ces courants. Il est clair que l’influence de son père, Prix Nobel de littérature pour sa philosophie « idéaliste » – selon les termes du testament Nobel instituant le prix – en 1908, de même que celle de Edmund Husserl, influencèrent l’économiste. E. Husserl, ami auquel la famille Eucken et son entourage (le fameux Euckenbund) resta fidèle jusque dans les temps difficiles qu...

Auteur

Philosophe, chargé de recherches au CNRS.
Thèse (2001) : « Pensée philosophique et discours économique : au fondement des théories continentales de la fin du caméralisme à la querelle allemande sur les méthodes ».
http://www.up.univ-mrs.fr/wcperc/sem-epist-perm/campagnolofr.html

© IFAEE, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540