Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

I - L'ordolibéralisme ou la forme allemande du néolibéralisme

L’intérêt pour une approche régulationniste du détour par l’ordolibéralisme

Jean-Daniel Weisz

Résumé

Ces dernières années, l’intérêt pour l’ordolibéralisme en France a connu un certain renouveau. Cette théorie intéresse les économistes français se réclamant de la théorie de la régulation pour au moins deux raisons. Présenté comme la matrice théorique de l’économie de marché sociale, l’ordolibéralisme est d’abord devenu un pilier du « capitalisme rhénan ». Ainsi, il éveille forcément l’intérêt des auteurs régulationnistes étudiant la diversité des systèmes capitalistes et de leurs institutions. Mais à/’encontre d’une perception traditionnelle de l’ordolibéralisme en France, cet article insiste sur le fait qu’ils doivent être prudents en abordant ce sujet. Le concept de « capitalisme rhénan » développé par Michel Albert promeut une version biaisée du modèle allemand et de la place qu’y occupe l’ordolibéralisme. Construite sur une identification entre ordolibéralisme, économie de marché sociale et modèle allemand, elle ignore le débat portant justement sur les relations entre ces trois concepts. L’intégration de l’ordolibéralisme dans la représentation du modèle allemand demande alors d’investir lourdement dans l’histoire économique et l’histoire de la pensée économique. Mais il existe une seconde raison pour laquelle les partisans de la théorie de la régulation devraient s’intéresser à l’ordolibéralisme. Les deux théories présentent en effet une similitude dans leur processus méthodologique. Elles relèvent le même défi théorique, à savoir la réconciliation entre l’histoire et la théorie. Comme l’a souligné R. Delorme, leur noyau théorique repose sur des morphologies de formes (pures ou institutionnelles) obtenues par le processus d’abduction. Ainsi, en dépit de différences importantes, la confrontation entre ces deux théories institutionnelles européennes est d’un intérêt particulier.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A priori, rien ne lie l’ordolibéralisme et l’Ecole de la régulation. Leur mise en relation semble d’ailleurs relever d’un pur anachronisme et d’une redoutable confusion idéologique. L’ordolibéralisme est apparu dans les années 1920-1930 en Allemagne comme réaction à la situation perçue de désordre économique et politique, en opposition au marxisme et à l’historisme et il s’est imposé dans l’après-guerre comme une forme typiquement allemande de néolibéralisme. Doté d’un fort contenu normatif1, il délivre le message selon lequel un Etat fort doit garantir le cadre institutionnel sans intervenir dans le mécanisme des prix.

La théorie de la régulation est née en revanche dans les années 1970 à partir d’une critique radicale du programme néo-classique. Influencée, au moins à ses débuts, par les théories marxiste, kaleckienne et keynésienne, elle cherche à analyser la « croissance et les crises d’une économie riche en institutions »2. Avec à son actif le diagnostic précoce du caractère str...

Auteur

Doctorant à Paris XIII.
Thèse en cours : « Secteurs publics, services publics dans l’économie de l’Allemagne. Les systèmes publics et les nouveaux territoires de la politique économique au sein de l’Etat fédéral allemand ».
« Aux fondements du modèle économique allemand : l’ordolibéralisme, l’économie sociale de marché et l’activité économique de l’Etat en Allemagne » in A.M. Le Gloannec (dir.), Retrait ou recomposition : les avatars de l’Etat en République fédérale d’Allemagne, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.
j.weisz@9online.fr

© IFAEE, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540