Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

I - L'ordolibéralisme ou la forme allemande du néolibéralisme

Michel Foucault : la critique de la Gesellschaftspolitik ordolibérale

Michel Senellart

Résumé

A la fin des années 70, Michel Foucault entreprend, dans ses cours au Collège de France, de retracer la généalogie de la raison gouvernementale moderne. Cette démarche le conduit tout d’abord à examiner le libéralisme économique du XVIIIe siècle, où il voit l’émergence d’un nouvel art de gouverner, régi par un principe d’autolimitation, puis à analyser les deux grandes formes contemporaines du néolibéralisme : l’ordolibéralisme allemand et le libéralisme libertarien de l’Ecole de Chicago. Décrivant le premier comme le modèle de la plupart des programmes gouvernementaux dans les pays capitalistes européens, il s’attache à montrer quels traits originaux, sur le plan théorique, le distinguent du libéralisme classique et quelles conséquences en découlent sur le plan pratique. Celles-ci résident essentiellement, à ses yeux, dans la « politique de société » (Gesellschaftspolitik), que doit mettre en œuvre le gouvernement pour assurer le bon fonctionnement du marché : « gouvernementalité » libérale, corrélative du principe régulateur de la concurrence parfaite, dont les deux axes principaux consistent dans la formalisation de la société selon le modèle de l’entreprise et dans les procédures de l’Etat de droit. La liberté économique, au nom de laquelle se trouve récusée toute forme de dirigisme étatique, conduit ainsi à faire de la société l’objet d’une intervention gouvernementale permanente. C’est ce paradoxe qui constitue, pour Michel Foucault (rompant alors avec un certain radicalisme militant), l’« espace de jeu » des nouvelles luttes politiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A la fin des années 70, Michel Foucault entreprend, dans ses cours au Collège de France, de retracer la généalogie de la raison gouvernementale moderne1. Cette démarche, qui le fait remonter aux premiers siècles du christianisme et passe par l’analyse de la rationalité étatique des XVIe-XVIIe siècles (l’idée de « raison d’Etat »), le conduit à s’intéresser longuement au libéralisme, sous ses formes classiques et contemporaines. Après avoir décrit, dans le premier cours, l’émergence du libéralisme économique à partir du problème de la disette2, c’est aux deux grandes écoles néolibérales, en effet, l’ordolibéralisme allemand et l’anarcho-libéralisme américain, qu’il consacre l’essentiel du second cours. Un tel intérêt a de quoi surprendre de la part d’un auteur connu pour son engagement politique, aux côtés de l’extrême-gauche, dans cette même décennie, et sa critique radicale des mécanismes de pouvoir régissant les sociétés modernes. N’avait-il pas caractérisé celles-ci, dans Surveil...

© IFAEE, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540