Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'ordolibéralisme allemand

 | 
Patricia Commun

I - L'ordolibéralisme ou la forme allemande du néolibéralisme

La pensée néolibérale française et l’ordolibéralisme allemand

François Bilger

Résumé

Cette contribution rappelle les principales convergences et divergences entre la pensée néolibérale française et la pensée ordolibérale allemande : rejet partagé des doctrines collectivistes et autoritaires, volonté commune de réactualiser les principes fondamentaux du libéralisme classique, tout en substituant à la notion d’ordre naturel des classiques celle d’un ordre positif, inscrit dans le cadre constitutionnel et juridique d’une liberté organisée. Les divergences tiennent à une tradition scientifique, philosophique et éthique, différente en France et en Allemagne : si la France privilégie l’approche déductive de la réalité économique à partir de modèles mathématiques, la méthode euckenienne de l’abstraction isolante se situe dans la lignée de la méthode inductive développée par l’Ecole historique allemande. Si le néolibéralisme français est ancré dans une philosophie politique et sociale libérale individualiste, à dominante anti-étatiste, l’ordolibéralisme allemand est lui marqué par une préoccupation d’harmonie sociale et une vision kantienne d’une liberté soumise au respect de la loi morale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque j’ai écrit, il y a une quarantaine d’années, ma thèse sur la pensée libérale allemande1, j’ai été extrêmement frappé par la parenté existant entre l’Ecole ordolibérale allemande, première véritable expression du libéralisme en Allemagne, et l’école physiocratique française, elle aussi initiatrice du libéralisme en France deux siècles plus tôt. Les similitudes étaient en effet frappantes, tant dans la forme que dans le fond.

Les deux écoles ont eu en commun le culte d’un maître dont l’œuvre contient les fondements théoriques et la synthèse de toute la doctrine : François Quesnay, Walter Eucken. Les deux écoles ont bénéficié de l’apport d’une science étrangère pour construire l’instrument théorique fondamental : la médecine pour le Tableau économique, le droit pour la Morphologie économique. Les deux écoles ont élaboré une doctrine où philosophie et théorie s’interpénètrent pour mener à la recommandation d’un ordre économique global et d’une politique économique très systématiq...

Auteur

Professeur d’économie émérite, Bureau d’Economie théorique et appliquée de l’université de Strasbourg II.
« Ideen und Interessen in der europäischen Ordnungspolitik » in B. Külp, V. Vanberg (dir.), Freiheit und wettbewerbliche Ordnung, Gedenkband zur Erinnerung an Walter Eucken, Freiburg i.B., Rudolf Haufe Verlag, 2000.

© IFAEE, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540