Version classiqueVersion mobile

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Les auteurs

Texte intégral

1Christoph I. Barmeyer est maître de conférences en sciences de gestion à l’Institut européen d’études commerciales supérieures (IECS) Strasbourg, université Robert Schuman. Titulaire d’un doctorat en management interculturel de l’université de la Sarre, il mène des recherches sur la gestion des ressources humaines à l’international et le management interculturel, notamment franco-allemand, la culture d’entreprise, le leadership, les équipes multiculturelles, les coopérations et fusions internationales et les systèmes de formation.

2Publications récentes
Mentalitätsunterschiede und Marktchancen. Zur Interkulturellen Kommunikation im deutschfranzösischen Handwerk
, St. Ingbert, Röhrig, 2000 ; Interkulturelles Management und Lernstile. Führungskräfte und Studierende in Frankreich, Deutschland, Québec, Francfort/Main, Campus, 2000 ; et al., 50 fiches pour aborder la gestion stratégique des ressources humaines, Paris, Bréal, 2003.

3Marina Bourgain est actuellement Visiting Scholar à l’université de Stanford (Californie) où elle est chargée de cours au Centre international du Bechtel. Elle était auparavant chercheuse à l’Institut universitaire européen de Florence. Ses domaines d’expertise incluent l’économie politique et la régulation du marché du travail.

4Publications récentes :
« L’Europe dans les débats parlementaires sur les licenciements collectifs », dans Surel Yves (dir.), Sociologie politique des usages de l’intégration européenne, Paris, L’Harmattan, 2003 ; « Les plans sociaux en Europe » et « Les plans sociaux en Allemagne », dans Allouche José (dir.), Encyclopédie des Ressources Humaines, Paris, Vuibert, 2003.

5Marie-Bénédicte Daviet-Vincent, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Angers, travaille sur l’histoire comparée des élites juridiques.

6Publications en lien avec l’article :
« La prise en compte de plusieurs générations dans la méthode prosopographique : l’exemple des hauts fonctionnaires prussiens sous l’Empire et la République de Weimar », Genèses, Sciences sociales et histoire, n° 56, septembre 2004, p. 117-130 ; Les Juristes du Reich 1871-1933, Paris, Belin, coll. Europes Centrales, à paraître.

7Jean-Michel Eymeri, agrégé de science politique, est professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Toulouse, où il dirige le Laboratoire des sciences sociales du politique (LaSSP). Ses travaux portent sur la sociologie des institutions et de l’action publiques, tant au niveau de l’Union européenne que d’une comparaison européenne des États-nations, avec un intérêt particulier pour la place et le rôle des hauts fonctionnaires.

8Publications récentes :
« Frontière ou marches ? De la contribution de la haute administration à la production du politique », dans Lagroye Jacques (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003 ; « Free thoughts on political scientists, public service and public policies in Europe », European Political Science, vol. 4, 2004, n° 1 ; avec Dreyfus Françoise, Science politique de l’administration, Paris, Économica, 2005.

9Heike Franz, docteure en histoire de l’université de Bielefeld, est chargée à l’université de Dortmund de la coordination de la mise en place des bachelors et des masters dans le cadre du processus de Bologne. Ses recherches ont porté sur l’histoire de la gestion comme discipline universitaire et sur la trajectoire de ses diplômés.

10Principale publication :
Zwischen Markt und Profession : Betriebswirte in Deutschland im Spannungsfeld von Bildungs- und Wirtschaftsbürgertum (1900–1945)
, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998.

11Alain Garrigou, professeur agrégé de science politique à l’université de Nanterre-Paris X, travaille notamment sur la sociogenèse de la politique et l’analyse sociale des constructions politiques par l’Etat.

12Publications récentes :
Les Élites contre la République. Sciences Po et l’ENA
, Paris, La Découverte, 2001 ; Histoire sociale du suffrage universel en France. 1848-2000 (édition revue et augmentée de Le Vote et la Vertu), Paris, Points Seuil, 2002 ; « Les moeurs de la politique : maîtriser les passions », dans Lagroye Jacques (dir.), La Politisation, Paris, Belin, 2003, p. 9-29.

13André Grelon, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et directeur du Centre Maurice Halbwachs, a pour principaux thèmes de recherche : la sociologie des professions techniques ; l’institutionnalisation des enseignements techniques supérieurs en France (XIXe-XXe siècles) ; la naissance et l’essor de la catégorie sociale des cadres en France ; l’histoire des ingénieurs en France et en Europe (XVIIIe-XXe siècles).

14Publications récentes :
avec Karvar Anousheh et Gouzevitch Irina (dir.), La Formation des ingénieurs en perspective. Modèles de référence et réseaux de médiation, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Carnot, 2004 ; « Les ingénieurs français et leurs métiers », dans Champion Paul (dir.), La France de la technologie, Paris, Association pour la diffusion de la pensée française, 2003, p. 185-195 ; « La naissance des instituts industriels catholiques : le rôle pionnier du Nord de la France (1885-1914) », dans Chessel Marie-Emannuelle et Dumons Bruno (dir.), Catholicisme et Modernisation de la société française (1890-1960), Lyon, Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale (Cahiers n° 2), 2003, p. 87-114.

15Michael Hartmann, professeur à l’université technique de Darmstadt (Institut de Sociologie), travaille sur la sociologie comparée des élites et du management.

16Publications récentes :
Der Mythos von den Leistungseliten.
Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in Wirtschaft, Politik, Justiz und Wissenschaft, Francfort/Main, Campus, 2002; Elitesoziologie. Eine Einführung, Francfort/Main, Campus, 2004 ; « Élites et le champ du pouvoir », dans Müller Hans-Peter et Sintomer Yves (dir.), Bourdieu francais – Bourdieu allemand, Paris, La Découverte, 2005.

17Hervé Joly, chargé de recherche CNRS dans l’équipe Sociétés, entreprises et territoires du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) à Lyon et directeur adjoint du CIERA, travaille notamment sur le recrutement des élites économiques françaises et allemandes au XXe siècle.

18Publications récentes sur ce thème :
Patrons d’Allemagne. Sociologie d’une élite industrielle. 1933-1989
, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; avec Robert François, Entreprises et pouvoir économique dans la région Rhône-Alpes (1920-1954), Lyon, Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale (Cahiers n° 3), 2003 ; « Patrons d’Allemagne revisités : la résistance du modèle traditionnel », Regards sur l’économie allemande. Bulletin économique du CIRAC, mai 2002, n° 56, p. 15-20.

19Hilke Rebenstorf, docteure en sociologie et assistante à l’université de Hildesheim, participe à des projets de recherche de l’université libre de Berlin et de l’université de Postdam dans le domaine de la sociologie politique, en particulier sur le parlementarisme, les élites et la socialisation politique.

20Publications récentes :
avec Bürklin Wilhelm (et al.), Eliten in Deutschland. Rekruitierung und Integration, Opladen, Leske + Budrich, 1997 ; sous la direction de, Democratic Development ?, East German, Israeli and Palestinian Adolescents, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2004 ; « Parteieliten –Zwischen Organisationsinteressen, öffentlichem Auftrag und persönlichen Ambitionen », dans Schmid Josef et Zolleis Udo (dir.), Zwischen Anarchie und Strategie. Der Erfolg von Parteiorganisationen, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, à paraître.

21Udo Rehfeldt, politologue, actuellement chercheur à l’IRES (Institut de Recherches Économiques et Sociales) à Noisy-le-Grand (près de Paris), travaille sur les relations professionnelles et le syndicalisme en Europe, notamment dans les entreprises transnationales.

22Publications récentes :
avec Lecher Wolfgang (et al.), Die Konstituierung Europäischer Betriebsräte – Vom Informationsforum zum Akteur ? Eine vergleichende Studie von acht Konzernen in Deutschland, Frankreich, Italien, Grossbritannien und Italien, Baden-Baden, Nomos, 1998 ; coordination avec Fouquet Annie et Le Roux Serge, Le Syndicalisme dans la mondialisation, Paris, L’Atelier, 2000 ; « Des conseils de groupe mondiaux aux comités d’entreprise européens », dans Régin Tania et Wolikow Serge (dir.), Les Syndicalismes en Europe – À l’épreuve de l’international, Paris, Syllepse, 2002.

23Helga Schenzer est enseignante à l’université de technologie de Compiègne et consultante en management interculturel (Pateau Consultants, Compiègne). Ses recherches portent sur le management de la coopération : fusions, équipes transnationales/virtuelles, changements organisationnels, etc.

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search