Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Deuxième partie. Divergences et convergences actuelles

Les élites politiques en Allemagne

Carrières et cohésion au cours du temps

Hilke Rebenstorf
Traduction de Marie Gravey

Texte intégral

  • 1 Un exemple récent : après la présentation du gouvernement Schröder en octobre 2002, l’opinion a réa (...)
  • 2 Weber (Max), Le Savant et le Politique, Paris, La Découverte, 2003 (nouvelle traduction), « La prof (...)
  • 3 Sur le débat entre sens et non-sens de la représentativité sociale et ses implications, voir Herzog(...)

1Les élites politiques – non seulement en Allemagne, mais dans toutes les démocraties – sont confrontées à un dilemme presque insoluble. Elles doivent d’une part, en tant que représentantes du peuple dans le cadre de la démocratie parlementaire, être aussi représentatives que possible. Cela signifie en premier lieu que les intérêts largement dispersés au sein de la société doivent être proportionnellement bien représentés. Les débats enflammés qui ont régulièrement lieu après des élections quant à la composition des parlements et gouvernements en matière d’âge, de sexe et de profession renvoient au fait que l’on associe à l’idée de représentation une symétrie socioculturelle entre classe politique et population. Cette idée présuppose que seules les personnes concernées sont en situation de représenter leurs intérêts comme il convient1. Par ailleurs, les élites politiques doivent faire preuve de professionnalisme, c’est-à-dire qu’elles doivent être en mesure de gérer la politique, mais aussi de l’organiser et de résoudre les problèmes. Cette exigence rappelle, dans sa dimension éthique, les ambitions formulées par Max Weber à l’égard des hommes politiques de métier, au début de la démocratie parlementaire en Allemagne en 1919 : une action qui suit une éthique de la responsabilité, avec passion et distance, indépendante et qui ne cherche pas les profits2. Pour cela, une professionnalisation politique est nécessaire. Cette professionnalisation s’accompagne d’une expertise, d’une spécialisation, qui suppose une formation et une expérience en conséquence3.

  • 4 Rebenstorf (Hilke), « Karrieren und Integration. Werdegänge und Common Language », dans Bürklin (Wi (...)

2La combinaison de ces deux exigences, représentativité et professionnalisme, distingue nettement les élites politiques de celles d’autres champs sociaux, dans lesquels on ne met pas l’accent sur la représentativité mais sur le seul professionnalisme, ce qui signifie qu’il faut, pour obtenir une position d’élite, avoir la formation et l’expérience professionnelle correspondantes ; ceci est perçu comme un préalable4.

  • 5 Stammer (Otto), « Das Elitenproblem in der Demokratie », Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verw (...)

3La sociologie politique a essayé de résoudre en théorie ce « dilemme de la classe politique ». Dans ce domaine, l’essai d’Otto Stammer a une importance de premier plan5. L’auteur défend avec détermination un modèle des élites « de fonction », d’après lequel le statut d’élite est lié à l’exercice d’une position définie. Ce n’est pas l’origine, mais l’exercice satisfaisant d’une fonction d’exception qui devrait être la condition du recrutement des élites. Selon lui, on satisfait à l’impératif démocratique si le recrutement à la position correspondante suit le principe de la méritocratie plutôt que celui de l’origine, autrement dit, si le recrutement est fondamentalement ouvert.

  • 6 Gesellschaft und Demokratie in Deutschland, Munich, Piper, 1965.
  • 7 Voir, par exemple, Scharpf (Fritz), « Die Handlungsfähigkeit des Staates am Ende des zwanzigsten Ja (...)

4Or, qu’est-ce qui est nécessaire pour remplir une fonction de manière satisfaisante ? En premier lieu, incontestablement, la compétence dans le domaine. Mais cela ne fait pas tout. La nécessité d’une cohésion des élites a été évoquée, en particulier par Ralf Dahrendorf6 : il faudrait que les élites parlent une même langue et présentent un cadre de référence commun pour pouvoir négocier avec succès dans les processus de décisions. Cette exigence se retrouve dans les débats scientifiques récents avec la cybernétique politique et la théorie générale de la gouvernance7.

5Trois aspects doivent être pris en considération lorsqu’il est question de recrutement et de cohésion de la classe politique en Allemagne : l’ouverture du recrutement, la compétence spécialisée et la cohésion.

  • 8 Schindler (Peter), Datenhandbuch zur Geschichte des Deutschen Bundestages 1949 bis 1999, tome 1, Ba (...)

6Je ne vais pas entreprendre, dans ce qui va suivre, une présentation historique de l’évolution du recrutement, de la formation et de la cohésion des élites, pas plus que du traitement scientifique de ces thèmes (cela dépasserait de beaucoup le cadre de mon exposé). Mon propos est plutôt de présenter trois hypothèses qui se réfèrent à ce dilemme et qui en donnent une explication aussi théorique qu’empirique. Comme la recherche s’en tient en général aux sentiers battus, toutes les hypothèses ne disposent pas des éléments empiriques correspondants. Peu de données sont publiées et donc disponibles ; et les études trouvent leurs limites dans l’accessibilité de cette population spécifique. Je m’appuierai par conséquent sur les données des enquêtes sur les élites (Elitensurveys) réalisées en Allemagne fédérale, sur celles que publient régulièrement les services scientifiques du Bundestag, en particulier les statistiques parlementaires8, ainsi que sur les données biographiques fournies par les députés eux-mêmes pour le Kürschners Volkshandbuch Deutscher Bundestag (le dictionnaire du Parlement), édité à chaque période électorale.

Un recrutement social relativement large

7La base sociale du recrutement des membres de l’élite politique est, en comparaison d’autres élites, la plus large, et s’est peu modifiée au cours des décennies pendant lesquelles le recrutement et la circulation des élites a fait l’objet d’une observation scientifique. On recrute moins exclusivement dans les catégories sociales élevées que dans le domaine économique par exemple, et la formation des membres est, elle aussi, relativement variée. Au fil du temps, les pratiques de recrutement des différents partis se sont rapprochées : les sociauxdémocrates recrutent aujourd’hui moins dans le milieu ouvrier, les libéraux moins dans les classes supérieures qu’il y a 20 ans.

  • 9 Hoffmann-Lange (Ursula) et al., « Conflict and consensus among elites in the Federal Republic of Ge (...)
  • 10 Hoffmann-lange (Ursula), Eliten, Macht und Konflikt in der Bundesrepublik, Opladen, Leske & Budrich (...)
  • 11 Geißler (Rainer), Die Sozialstruktur Deutschlands, Opladen, Westdeutscher Verlag, 2002, p. 149 ; Sc (...)

8Les informations disponibles relatives à l’origine sociale (c’est-à-dire à la catégorie sociale d’appartenance des parents, ou au moins du père) proviennent seulement des Elitensurveys réalisées en Allemagne. L’étude de 1968 ne fournit aucune donnée ; quant à celles de 1972 et 1981, elles reposent sur des répartitions différentes : en 1972, on distinguait les différents niveaux politiques – fédération et länder, responsabilités partisanes et mandats électifs9 – alors qu’en 1981, on distinguait entre les partis, mais pas entre les niveaux10. En outre, les données publiées reposent sur des catégories socioprofessionnelles différentes. Seules les données des études de 1981 et 1995 sont comparables11.

  • 12 L’indice de discordance relativement faible dans les fédérations professionnelles est lié au secteu (...)

9Le tableau 1 (voir ci-dessous) indique les répartitions respectives de la population globale et de différentes élites entre trois classes sociales d’origine (classes populaires, classes intermédiaires, classes supérieures) en 1981 et 1995 ainsi que, dans les deux dernières colonnes, l’indice de discordance, qui mesure les écarts entre les élites et la population. Il apparaît que le recrutement des élites politiques est, après les élites syndicales, le plus proche de la composition de la population, même si les classes supérieures sont sur-représentées et les classes populaires sous-représentées12. Le rapprochement des pratiques de recrutement entre les partis est, comme nous l’avions supposé, manifeste.

Tableau 1. Origines sociales1 comparées des diverses élites et de la population globale en 1981 et 19952 (%)

Tableau 1. Origines sociales1 comparées des diverses élites et de la population globale en 1981 et 19952 (%)

Source : SCHNAPP (Kai-Uwe) (op. cit.) et calculs effectués par l’auteur.
1. Version simplifiée du modèle des classes sociales de Goldthorpe.
2. 1981 Allemagne de l’Ouest, 1995 Allemagne réunifiée.
3. Indice de discordance d’après Duncan. Les écarts de pourcentage en valeur absolue des différentes catégories sont additionnés puis divisés par deux. L’indice peut ainsi être situé entre 0 et 100, 0 signifiant une concordance exacte, 100 une répartition inverse.

  • 13 Trois études ont été effectuées en 1968, 1972 et 1981 sous la direction de Rudolf Wildenmann, profe (...)
  • 14 Solga (Heike) et Wagner (Sandra), Beiwerk der Bildungsexpansion: Die soziale Entmischung der Haupts (...)

10La formation scolaire des membres de la classe politique n’est pas non plus comparable dans le temps, c’est pourquoi je me suis appuyée sur les députés du Bundestag (le principal vivier de recrutement des hommes politiques de premier plan). Plutôt que de comptabiliser la proportion de diplômés du supérieur, bien entendu largement majoritaires, j’ai préféré représenter la proportion des membres du Bundestag qui ont achevé leur scolarité dans une autre filière que celle du lycée (Hauptschule ou Realschule) (voir le graphique 1). On observe à nouveau un rapprochement sensible entre les groupes parlementaires, ainsi qu’une autre évolution étonnante : alors que la proportion d’élèves des Hauptschulen et Realschulen était encore relativement élevée dans les premières années de la République fédérale (entre 65 % chez les députés du Sozialdemokratische Partei Deutschlands-SPD et 25 % dans le groupe parlementaire du Freie Demokratische Partei-FDP), elle a fortement chuté jusqu’au début des années 1960. Les premières générations de parlementaires rassemblaient surtout des hommes qui avaient effectué leur formation à une époque où le lycée était réservé à une très faible minorité de privilégiés et où non seulement les ouvriers, mais aussi la classe moyenne traditionnelle, misaient plus sur une bonne formation artisanale ou commerçante, pour laquelle un diplôme du premier degré suffisait tout à fait. Le recul flagrant de ces diplômes ne s’explique cependant pas par la seule massification de l’enseignement supérieur, il repose également sur un changement des modalités de recrutement. C’est précisément sous les gouvernements de la coalition sociale-libérale que la proportion de parlementaires n’ayant pas fréquenté le lycée était très faible ; elle a ensuite remonté pour atteindre sous la 14e législature (1998 à 2002) environ 30 % dans les deux grands partis13, soit une proportion non négligeable, compte tenu du peu de considération dont jouissent maintenant ces formations14.

Graphique 1 : Formations autres que le lycée au Bundestag (1949-1998)

Graphique 1 : Formations autres que le lycée au Bundestag (1949-1998)
  • 15 Herzog (Dietrich), « Was heißt und zu welchem Ende… », art. cit.

11En résumé, la sélection sociale existe donc pour l’accès à l’élite politique, mais elle est plus faible que pour les autres élites et a peu évolué. On peut même constater, en particulier en matière de formation scolaire, qu’une certaine ouverture se manifeste à nouveau. Les élites politiques ne sont pas pour autant représentatives de l’ensemble de la population. On peut d’ailleurs se demander si cette représentativité est nécessaire et s’il faut s’efforcer d’y parvenir15.

L’importance de la professionnalisation politique

12La compétence dans un domaine de la politique a perdu de son importance pour le recrutement au sein de l’élite politique et pour la carrière politique ; elle a d’ailleurs toujours été assez secondaire. Les connaissances spécialisées sont moins importantes que la professionnalisation politique.

  • 16 Dans le premier Bundestag (en 1949), 48,5 % des députés et, dans le douzième (1990-1994), encore 39 (...)
  • 17 Herzog (Dietrich), « Zur Funktion der Politischen Klasse in der sozialstaatlichen Demokratie der Ge (...)

13Il y a bien sûr, comme avant, des spécialistes dans le monde politique, en particulier au Bundestag dans les commissions spécialisées et dans les commissions d’enquêtes, et ils sont recrutés en conséquence, dans des fédérations professionnelles par exemple16. Mais, comme le constate Dietrich Herzog, le processus politique a tellement évolué vers une complexité accrue que les hommes politiques de premier plan ont surtout besoin aujourd’hui d’être des spécialistes de la communication. Seule la communication permet l’équilibre des intérêts et garantit la réactivité nécessaire17.

  • 18 Rebenstorf (Hilke), art. cit.

14L’étude sur l’élite de 1995 a montré qu’environ 90 % des hommes politiques de premier plan avaient de l’expérience dans d’autres secteurs sociaux (donc en dehors de la politique) et qu’ils peuvent par conséquent apporter un savoir d’expert. Les plus concernés sont les domaines de l’éducation, de la science et de l’industrie, dans chacun desquels un cinquième des hommes politiques de premier plan a travaillé18. Pour autant, ces savoirs spécialisés sont-ils conservés sur la durée de la carrière politique et, surtout, cette compétence est-elle vraiment requise ? Pour cette contribution, j’ai analysé plus précisément la composition des gouvernements fédéraux depuis 1982. Je me suis limité à ces cabinets pour deux raisons : d’une part, les membres du gouvernement représentent l’élite de l’élite ; d’autre part, ces groupes restreints peuvent être appréhendés par une « recherche manuelle », alors que les Elitensurveys ne permettent guère de faire ressortir les questions qui nous intéressent ici. Les gouvernements Kohl et Schröder sont présentés séparément.

  • 19 Schindler (Peter), op. cit., p. 571. Il faut toutefois prendre en compte le fait que le gouvernemen (...)

15Helmut Kohl recrutait ses ministres presque exclusivement au sein du Bundestag. Dans son premier ministère d’octobre 1982, l’ancienneté moyenne au Bundestag était de 16 ans (contre 9 à 10 en moyenne pour l’ensemble des parlementaires)19. Au cours des législatures suivantes, H. Kohl a nommé quelques personnalités extérieures au Bundestag ou des députés de relativement fraîche date, mais ceux-ci – Manfred Kanther et Walter Wallman (Christlich Demokratische Union Deutschlands-CDU) ou Günter Rexrodt (FDP) – disposaient en général d’une longue expérience dans des fonctions électives au niveau d’un land. Quelques rares experts ont fait leur entrée dans les cabinets Kohl, mais, parmi eux, seul Klaus Töpfer, professeur d’université à Hanovre à sa nomination en 1987 comme ministre fédéral de l’Environnement, est resté plus d’une législature. Rita Süssmuth, nommée en 1983 ministre des Femmes, de la Jeunesse et de la Famille, était également professeure : chercheuse en sciences de l’éducation, elle avait dirigé pendant deux ans l’institut Femme et Société à Hanovre – il s’agissait donc d’une véritable spécialiste. Elle a pourtant été remplacée dès la fin de la législature par Ursula Lehr, une autre universitaire, dépourvue d’expérience politique, spécialiste de la vieillesse. Elle aussi n’a effectué qu’un mandat, jusqu’à la division du ministère après l’unification de l’Allemagne, entre deux titulaires : Hannelore Rönsch, engagée dans des fonctions politiques depuis 25 ans et membre du Bundestag depuis 1983, pour le portefeuille de la Famille et des Personnes âgées ; l’Allemande de l’Est Angela Merkel, physicienne de métier, pour les Femmes et la Jeunesse. Un autre recrutement extérieur intervenu en 1987, celui de Gerda Hasselfeld, au poste de ministre de la Construction de logements, ne repose pas sur un statut d’experte : elle travaillait auparavant à l’Office fédéral de l’emploi, et n’est restée, elle aussi, que le temps d’une législature.

16Les ministres issus du Bundestag n’étaient souvent pas des experts reconnus dans leur domaine : seuls 3 des 40 parlementaires nommés ministres par Kohl dans ses gouvernements successifs avaient un jour été présidents des commissions fédérales correspondant à leurs portefeuilles (Manfred Wörner pour la Défense, Jürgen Warnke pour la Coopération économique et Oscar Schneider pour la Construction). Dans ces conditions, le savoir d’expert qui avait peut-être été disponible se perd vite ou se trouve modifié par la professionnalisation politique. De plus, Kohl a procédé à de nombreux remaniements au sein de ses cabinets, même pour des postes clé comme l’Économie, l’Intérieur ou la Défense. C’est l’expérience politique qui primait dans le recrutement aux fonctions ministérielles. Si l’on inclut l’expérience des ministres fédéraux dans des parlements et les gouvernements des länder, leur carrière politique dans des fonctions électives s’étend en moyenne sur presque deux décennies (voir le tableau 2).

Tableau 2. Durée des carrières politiques des ministres dans des fonctions électives sous les gouvernements Kohl et Schröder

Ministères

Ancienneté moyenne au Bundestag (années)

Durée dans des fonctions électives (années)

Nombres de personnes recrutées à l’extérieur

1er ministère Kohl (1982)

16

19,5

0

2e ministère Kohl (1983)

14,5

17,7

1

3e ministère Kohl (1987)

14,5

16,7

3

4e ministère Kohl (1990)

11,9

14,7

41

5e ministère Kohl (1994)

12,7

17,42

2

1er ministère Schröder (1998)

3,9

13

9

2e ministère Schröder (2002)

9,7

17,6

3

Sources : SCHINDLER (Peter), op. cit. ; Kürschners Volkshandbuch Deutscher Bundestag, années diverses.
1. Sur les quatre personnalités extérieures nommées ministres, deux (Günter Rexrodt et Sabine Leutheusser-Schnarrenberger) ont été proposées par le FDP, et Angela Merkel venait de l’ex-RDA.
2. En dehors des deux ministres venant des nouveaux länder, qui ne pouvaient par définition pas encore avoir une longue expérience politique, la durée moyenne d’exercice de fonctions électives était de 19,9 années.

17À première vue, Gerhard Schröder recrute différemment. Sur les 21 ministres qui ont servi pendant sa première législature de 1998 à 2002 (sous réserve d’oublis avec toutes les démissions intervenues), 9 ont été choisis en dehors du Bundestag. Mais seuls trois d’entre eux n’avaient effectivement pas exercé auparavant de fonction politique élective et étaient des spécialistes reconnus : le ministre de l’Économie Werner Müller (dirigeant d’entreprise dans le secteur de l’énergie), le ministre de l’Emploi Walter Riester (responsable syndical) et le secrétaire d’État à la Culture Michael Naumann (journaliste et éditeur). D’autres peuvent toutefois être considérés comme des spécialistes dans la mesure où ils avaient déjà exercé des fonctions ministérielles comparables : Jürgen Trittin comme ministre de l’Environnement en Basse-Saxe et Karl-Heinz Funke comme ministre de l’Agriculture dans ce même land. Herta Däubler-Gemlin et Edelgard Buhlman avaient déjà dirigé les commissions fédérales correspondant à leurs ministères, la Justice d’une part, la Science et la Recherche d’autre part. L’ancienneté moyenne dans des fonctions électives – en incluant les mandats parlementaires dans les länder et les postes de maires de grandes villes (Oscar Lafontaine, Hans Eichel) – était, avec 13 ans, inférieure à celle du premier cabinet Kohl, l’ancienneté comme député au Bundestag n’étant même que de 3,9 ans.

18Mais cette tendance ne s’est pas prolongée. Pour son deuxième ministère, G. Schröder a placé sa confiance dans la durée de la professionnalisation politique. Avec les remplacements de W. Müller et de W. Riester par Wolfgang Clement, et celui de Christine Bergmann par Renate Schmidt, l’ancienneté moyenne au Bundestag a plus que doublé, pour atteindre 9,7 ans ; l’expérience moyenne à un poste d’élu égale même celle du dernier ministère Kohl : elle atteint 17,6 ans (voir le tableau 2).

19Pour résumer, un savoir d’expert dans des domaines politiques spécifiques ne suffit pas pour s’établir durablement au sein de l’élite politique. Il doit être complété, voire remplacé, par le savoir-faire propre à la pratique politique quotidienne, qui s’acquiert par une expérience de plusieurs années dans des fonctions politiques. L’exercice de responsabilités partisanes ne suffit pas, l’exercice de fonctions électives est nécessaire.

20Pourquoi accorde-t-on si peu d’importance à l’expertise pour l’exercice de portefeuilles ministériels spécialisés, et pourquoi la professionnalisation politique acquise dans des fonctions partisanes ou électives est-elle primordiale ? Nous en arrivons ici au dernier point du dilemme de la classe politique : la cohésion.

L’acquisition d’un capital politique

  • 20 Bourdieu (Pierre), « La représentation politique : éléments pour une théorie du champ politique », (...)
  • 21 Pour plus de détails, voir Rebenstorf (Hilke), Die politische Klasse. Zur Entwicklung und Reprodukt (...)

21En Allemagne, la classe politique acquiert sa légitimité et son esprit de corps, son langage commun ou encore sa cohésion en se constituant un capital culturel et social particulier : le capital politique. Celui-ci se constitue, d’une part, par la délégation20, d’autre part, par une lente ascension à l’intérieur du champ politique, par des carrières qui créent des habitus, puisque leur succès est lié à l’adaptation à des règles et à des normes propres à ce champ21.

  • 22 Hartmann (Michael), « Klassenspezifischer Habitus oder exklusive Bildungstitel als soziales Selekti (...)
  • 23 Schnapp (Kai-Uwe), « Soziodemographische Merkmale der bundesdeutschen Eliten », dans Bürklin (Wilhe (...)
  • 24 Sur la disparition du « cartel des juristes » dans l’économie, voir Hartmann (Michael), « Zwischen (...)

22L’Allemagne ne dispose pas d’écoles de formation des élites, dont la fréquentation donne une légitimité pour intégrer l’élite nationale (comme cela est – encore – le cas en France et, pour une part, en Grande-Bretagne et aux États-Unis). La formation dans de telles institutions produit des habitus communs et donc de la cohésion22. En Allemagne, des établissements voués à la formation d’une classe dirigeante nationale ne manquent pas seulement explicitement ; ils n’existent même pas de manière informelle. Comme l’a montré l’Elitensurvey de 1995, aucun établissement d’enseignement supérieur ne forme une part significative de la classe dirigeante allemande : les institutions sont dispersées sur tout le territoire. Cela vaut également pour les disciplines étudiées23. Même le monopole longtemps exercé par les juristes a maintenant cédé à la diversité des formations24. En l’absence de centres de formation des élites ou même d’un lieu où s’effectue la communication régulière entre elles (quoique Berlin pourrait sur ce point jouer un rôle comparable à celui de Paris ou de Londres), des cadres de référence communs, qui facilitent la communication et minimisent les pertes liées aux conflits, doivent être instaurés d’une autre manière.

23Nous avions déjà constaté en discutant la première hypothèse que le personnel des différents partis s’est progressivement uniformisé, dans son recrutement social et dans son niveau (mais pas nécessairement dans son contenu) de formation. Le rapprochement du personnel politique qui s’opère ainsi en matière de capital au sens bourdieusien est un premier pas vers l’instauration d’un cadre de référence commun. Celui-ci est complété par la légitimation spécifique des politiciens à exercer leur fonction : ils sont délégués, c’est-à-dire qu’ils disposent du droit de s’exprimer pour d’autres et d’agir conformément à leurs idées. L’acte de délégation leur a fait accumuler du capital social, ce qui rapproche aussi les hommes politiques entre eux.

  • 25 Herzog (Dietrich), « Politik als Beruf... », art. cit.

24Les hommes politiques de premier plan ont derrière eux des carrières politiques s’étendant sur plusieurs décennies, c’est-à-dire que leur socialisation s’est effectuée par la professionnalisation politique : ils ont ainsi intériorisé les « règles du jeu » du champ politique. Seul celui qui dispose d’un capital social accumulé (par la délégation tant à l’intérieur d’une organisation partisane que par des électeurs et électrices indépendants) et des habitus de la classe politique est, selon ses membres, légitimé à participer au jeu politique. Si, à la fin des années 1960, 10 % des hommes politiques de premier plan avaient effectué une carrière en « cross-over » (c’est-à-dire par le passage direct d’une position élevée dans une profession privée à une position élevée en politique25), ils sont aujourd’hui devenus rares. La non-reconduction de W. Riester et W. Müller dans leurs ministères après les élections de septembre 2002 le prouve. Il leur manquait l’habitus requis, mais aussi le capital social nécessaire que l’on accumule au fil des processus de délégation.

25La « carrière standard » (c’est-à-dire la construction parallèle des carrières privée et politique) semble représenter maintenant plus que les 60 % des fonctions électives évoqués à l’époque par D. Herzog. La carrière politique pure, celle dans laquelle la première activité rémunérée relevait déjà de la politique, semble être moins fréquente pour des fonctions électives que pour des responsabilités partisanes ou des désignations comme secrétaire d’État. Les Verts, qui ont entretenu depuis l’origine une séparation stricte entre responsabilité partisane et mandat électif, en apportent une preuve éloquente. La vedette du gouvernement et « chouchou » de l’opinion publique, le ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer, a débuté sa carrière politique d’emblée dans des fonctions d’élu, en 1981, 19 ans avant qu’il ne soit nommé ministre des Affaires étrangères, comme député au Landtag de Hesse.

26En Allemagne, on a l’impression, depuis la victoire de la coalition « rouge-verte », que l’accès à la politique s’est ouvert, avec un chancelier élevé par une mère seule, ouvrière non qualifiée de surcroît, et un ministre des Affaires étrangères non-bachelier, qui a gagné sa vie pendant des années comme chauffeur de taxi. Les deux principales fonctions gouvernementales sont donc occupées par d’anciens quasi « nécessiteux ». Mais ce premier aperçu est trompeur. L’époque des Junkers à l’Est de l’Elbe appartient certes définitivement au passé, comme le montrent les chutes spectaculaires de Manfred Kanther et Walter Leisler Kiep dans des affaires de caisses noires et dans ce qu’on a appelé les « héritages juifs » ; ils ne seront pas cette fois-ci réhabilités aussi facilement qu’après l’affaire Flick dans les années 1980. « Le peuple » semble vouloir charger l’un « des siens » de représenter ses intérêts : comment expliquer autrement la réélection de ce gouvernement, avec le bilan peu exaltant de son premier mandat et les résultats des sondages qui indiquaient régulièrement que l’opposition était considérée plus compétente dans presque tous les domaines ?

27Les carrières politiques sont pourtant devenues de plus en plus uniformes. Le préalable nécessaire n’est pas toujours une origine sociale élevée, autrement dit un capital économique, social et culturel hérité le plus important possible, mais un capital politique acquis par soi-même dans une professionnalisation politique qui a démarré très tôt, même si cette acquisition est bien sûr également liée à des conditions particulières.

Notes

1 Un exemple récent : après la présentation du gouvernement Schröder en octobre 2002, l’opinion a réagi par des commentaires désagréables sur la moyenne d’âge des membres du Cabinet (56,5 ans). Pourtant, sur les 14 personnes, seules deux ont atteint – si l’on applique les critères habituels – l’âge de la retraite, à savoir le ministre de l’Intérieur, Otto Schily (70 ans), et le ministre des Transports, Manfred Stolpe (66 ans).

2 Weber (Max), Le Savant et le Politique, Paris, La Découverte, 2003 (nouvelle traduction), « La profession et la vocation de politique » (conférence prononcée en 1919).

3 Sur le débat entre sens et non-sens de la représentativité sociale et ses implications, voir Herzog (Dietrich), « Was heißt und zu welchem Ende studiert man Repräsentation ? », dans Herzog (Dietrich) et Weßels (Bernhard) (dir.), Konfliktpotentiale und Konsensstrategien. Beiträge zur politischen Soziologie der Bundesrepublik, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1989, p. 307-335.

4 Rebenstorf (Hilke), « Karrieren und Integration. Werdegänge und Common Language », dans Bürklin (Wilhelm), Rebenstorf (Hilke) et al., Eliten in Deutschland, Opladen, Leske & Budrich, 1997, p. 198 sq.

5 Stammer (Otto), « Das Elitenproblem in der Demokratie », Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft, 1951, n° 71, p. 513-540.

6 Gesellschaft und Demokratie in Deutschland, Munich, Piper, 1965.

7 Voir, par exemple, Scharpf (Fritz), « Die Handlungsfähigkeit des Staates am Ende des zwanzigsten Jahrhunderts », Politische Vierteljahresschrift, 1991, vol. 32, n° 4, p. 621-634 ; Herzog (Dietrich), « Politik als Beruf. Max Webers Einsichten und die Bedingungen der Gegenwart », dans Klingemann (Hans-Dieter) et Luthardt (Wolfgang) (dir.), Wohlfahrtsstaat, Sozialstruktur und Verfassungsanalyse, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1993, p. 107-126.

8 Schindler (Peter), Datenhandbuch zur Geschichte des Deutschen Bundestages 1949 bis 1999, tome 1, Baden-Baden, Nomos, 1999.

9 Hoffmann-Lange (Ursula) et al., « Conflict and consensus among elites in the Federal Republic of Germany », dans Moore (Gwen) (dir.), Studies in the Structure of National Elite Groups, Greenwich, Jay Press, 1985, p. 248 sq.

10 Hoffmann-lange (Ursula), Eliten, Macht und Konflikt in der Bundesrepublik, Opladen, Leske & Budrich, 1992, p. 125.

11 Geißler (Rainer), Die Sozialstruktur Deutschlands, Opladen, Westdeutscher Verlag, 2002, p. 149 ; Schnapp (Kai-Uwe), « Soziale Zusammensetzung von Elite und Bevölkerung – Verteilung von Aufstiegschancen in die Elite im Zeitvergleich », dans Bürklin (Wilhelm) et Rebenstorf (Hilke), op. cit., p. 69-99.

12 L’indice de discordance relativement faible dans les fédérations professionnelles est lié au secteur de l’agriculture et à l’artisanat. Leurs syndicats étaient davantage représentés dans l’étude sur l’élite de 1995 que dans celle de 1981 en raison d’un taux plus élevé de non-réponses dans la seconde.

13 Trois études ont été effectuées en 1968, 1972 et 1981 sous la direction de Rudolf Wildenmann, professeur à Mannheim ; la dernière a été réalisée en 1996 sous la direction de Wilhelm Bürklin, chercheur en sciences politiques à Potsdam ; Bürklin (Wilhelm) et Rebenstorf (Hilke), op. cit.

14 Solga (Heike) et Wagner (Sandra), Beiwerk der Bildungsexpansion: Die soziale Entmischung der Hauptschule, Independent Research Group « Lack of Training: Employment and Life Chances of the Less Educated », Working Paper 1/2000, Berlin, Max-Planck Institute for Human Development. Pour les chiffres, voir Schindler (Peter), op. cit., p. 670 sq. ; Kürschners Volkshandbuch Deutscher Bundestag, 14. Wahlperiode 1998, Darmstadt, Neue Darmstädter Verlagsanstalt, 1999.

15 Herzog (Dietrich), « Was heißt und zu welchem Ende… », art. cit.

16 Dans le premier Bundestag (en 1949), 48,5 % des députés et, dans le douzième (1990-1994), encore 39,4 % étaient des représentants de groupes d’intérêts économiques, sociaux, culturels, scientifiques ou de loisirs. Cela signifie qu’ils détenaient dans les secteurs correspondants des responsabilités à plein temps ou honorifiques.

17 Herzog (Dietrich), « Zur Funktion der Politischen Klasse in der sozialstaatlichen Demokratie der Gegenwart », dans Leif (Thomas) et al. (dir.), Die Politische Klasse in Deutschland. Eliten auf dem Prüfstand, Bonn, Bouvier, 1992, p. 126-149 ; du même, « Politik als Beruf... », art. cit. ; voir aussi Deutsch (Karl W.), Politische Kybernetik. Modelle und Perspektiven, Fribourg-en-Brisgau, Rombach, 1969.

18 Rebenstorf (Hilke), art. cit.

19 Schindler (Peter), op. cit., p. 571. Il faut toutefois prendre en compte le fait que le gouvernement a dû être relativement vite constitué après un vote de défiance constructif réussi contre le chancelier fédéral de l’époque (Helmut Schmidt) et il était déjà prévisible qu’il s’agirait d’un gouvernement de transition. La plupart des ministres est pourtant restée en fonction après les nouvelles élections législatives en mars 1983.

20 Bourdieu (Pierre), « La représentation politique : éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1981, n° 36/37, p. 3-24 et, du même, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1984, n° 52/53, p. 49-55.

21 Pour plus de détails, voir Rebenstorf (Hilke), Die politische Klasse. Zur Entwicklung und Reproduktion einer Funktionselite, Francfort/Main, Campus, 1995.

22 Hartmann (Michael), « Klassenspezifischer Habitus oder exklusive Bildungstitel als soziales Selektionskriterium ? Die Besetzung von Spitzenpositionen in der deutschen Wirtschaft », dans Krais (Beate) (dir.), An der Spitze. Von Eliten und herrschenden Klassen, Constance, UVK, 2001, p. 157-215.

23 Schnapp (Kai-Uwe), « Soziodemographische Merkmale der bundesdeutschen Eliten », dans Bürklin (Wilhelm) et Rebenstorf (Hilke), op. cit., p. 110-113.

24 Sur la disparition du « cartel des juristes » dans l’économie, voir Hartmann (Michael), « Zwischen Stabilität und Abstieg. Juristen als akademische Elite in der Wirtschaft », Soziale Welt, vol. 40, n° 3, p. 437-454.

25 Herzog (Dietrich), « Politik als Beruf... », art. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Origines sociales1 comparées des diverses élites et de la population globale en 1981 et 19952 (%)
Légende Source : SCHNAPP (Kai-Uwe) (op. cit.) et calculs effectués par l’auteur.1. Version simplifiée du modèle des classes sociales de Goldthorpe.2. 1981 Allemagne de l’Ouest, 1995 Allemagne réunifiée.3. Indice de discordance d’après Duncan. Les écarts de pourcentage en valeur absolue des différentes catégories sont additionnés puis divisés par deux. L’indice peut ainsi être situé entre 0 et 100, 0 signifiant une concordance exacte, 100 une répartition inverse.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 1 : Formations autres que le lycée au Bundestag (1949-1998)
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Docteure en sociologie et assistante à l’université de Hildesheim, participe à des projets de recherche de l’université libre de Berlin et de l’université de Postdam dans le domaine de la sociologie politique, en particulier sur le parlementarisme, les élites et la socialisation politique

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540