Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Deuxième partie. Divergences et convergences actuelles

La machine élitaire

Un regard européen sur le « modèle » français de fabrication des hauts fonctionnaires

Jean-Michel Eymeri

Texte intégral

  • 1 Cultures administratives dont il est longuement question dans Eymeri (Jean-Michel), Les Gardiens de (...)
  • 2 Hughes (Everett C.), Men and their Work, New-York, The Free Press of Glencoe, 1958.
  • 3 Voir Hughes (Everett C.), ibid. ; Abbott (Andrew), The System of Professions, Chicago, University o (...)
  • 4 Né en 1912, il est entré directement à l’Inspection des finances en 1936.
  • 5 Bloch-Lainé (François), Profession : fonctionnaire, Paris, Le Seuil, 1976 ; Minc (Alain), La Machin (...)
  • 6 Berger (Peter) et Luckmann (Thomas), La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klinck (...)
  • 7 Gaxie (Daniel), « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue fra (...)

1Toutes les administrations d’Europe ont bien sûr une catégorie de fonctionnaires supérieurs et dirigeants : höherer Dienst en Allemagne, Senior Civil Service au Royaume-Uni, dirigenza en Italie, Algemene Bestuurdienst aux Pays-Bas, « catégorie A » dans la fonction publique communautaire, etc. Pratiquer l’administration comparée, c’est se donner l’opportunité de repérer certaines régularités transnationales dans l’organisation et les dynamiques de reproduction et de transformation de ces segments supérieurs des bureaucraties publiques et des groupes d’administrateurs supérieurs qui les peuplent ; c’est aussi pouvoir approcher la grande variété des cultures administratives singulières desquelles participent ces hauts fonctionnaires, moins cultures nationales d’ailleurs que cultures d’institution propres à chaque ministère, direction générale ou établissement public, à chaque administration de land, de région, de communauté autonome ou de province1. Or, sans sombrer dans la facilité d’affirmer à tort et à travers l’existence d’une « exceptionnalité française », force est de constater que plus on pratique l’administration européenne comparée, plus on est amené à s’interroger sur les spécificités du profil des hauts fonctionnaires français, notamment au regard de leurs homologues allemands ; force est aussi de constater que l’originalité de nos hauts fonctionnaires tient pour beaucoup à leur « fabrication », notion qui s’entend ici comme le constant processus de sélection et de socialisation dans et par lequel se reproduisent d’ordinaire les groupes professionnels2. Deux précisions d’importance s’imposent dès l’abord : l’emploi d’un terme aux connotations industrielles n’implique aucunement adhésion à une vision mécaniste de la socialisation qui programmerait des agents agis tels des mindless automatons au sens d’Ulf Hannertz. Au contraire, les sociologues des professions, américains comme français, s’inscrivent dans la filiation de Georg Simmel et ont une appréhension interactionniste des procès de socialisation3. Quant au titre de ce chapitre, c’est un jeu de mot faisant un double écho à la qualification de l’École nationale d’administration (ENA) comme « machine à classer » due à François Bloch-Laîné, l’un des plus grands fonctionnaires (d’une génération antérieure à l’ENA4) du second XXe siècle français et au titre d’un essai, La Machine égalitaire, dû à Alain Minc, avatar de la figure de l’énarque pensant5. Seconde précision, congruente avec la première : loin que l’insistance sur la fabrication initiale des hauts fonctionnaires vaille affirmation d’une vision initialiste, réifiée et fixiste des identités sociales et professionnelles – car « la socialisation n’est jamais complète » et l’homme social est toujours « pluriel »6 –, on conçoit bien sûr la socialisation des individus comme un processus interactionnel jamais ni joué d’avance ni achevé car « coextensif à chaque histoire de vie7 », laquelle s’analyse comme un parcours de « socialisations secondaires » continues ou continuées jalonné de re-socialisations partielles.

  • 8 Lascoumes (Pierre), L’Éco-pouvoir. Environnement et politiques, Paris, La Découverte, 1994.
  • 9 Au sens de Merton (Robert K.), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965.

2Ceci étant rappelé, il n’est pas infondé sociologiquement, dans le cas français, de s’attacher à la fabrication « initiale » des hauts fonctionnaires pour mieux comprendre ce qu’ils sont. L’étude sera restreinte à l’ENA et à ses anciens élèves, communément appelés « énarques ». Certes, ils ne constituent pas toute la haute fonction publique, qui a d’autres composantes, en particulier les corps d’ingénieurs d’État souvent issus de Polytechnique, véritables « magistrats techniques » à l’expertise quasi incontestée dans leurs secteurs8. Toutefois, si l’on considère l’« administration administrante », chacun convient que les « énarques » la dominent à maints égards : au plan hiérarchique, ils en occupent les sommets ; au plan statistique, ils en constituent le groupe-pivot ; au plan sociologique, ils en forment le « groupe de référence9 ». Or comme leur nom l’atteste, les « énarques » sont identifiés et s’identifient mutuellement par leur passage initial à l’ENA, ce lieu de fabrication originel et original.

  • 10 Deux exceptions, toutefois, sont à signaler : des académies diplomatiques, formant les personnels d (...)

3Original car, à l’échelle européenne et même internationale, le modèle français de sélection-formation des hauts fonctionnaires, dont cette école est la pièce maîtresse, constitue une vraie bizarrerie. De fait, seules la France, l’Espagne et l’Italie ont une tradition d’écoles de fonctionnaires où, après leurs études et la réussite d’un concours, les intéressés reçoivent une formation spécialisée de deux ou trois ans : l’ENA n’est que la plus prestigieuse de ces écoles administratives. Au rebours, dans les autres traditions administratives, notamment anglo-saxonne ou germanique, les fonctionnaires sont immédiatement affectés en poste et formés sur le tas10. Quant à l’exportation de l’ENA, elle n’a guère connu de succès en Europe : la Hochschule für Verwaltungswissenschaften de Speyer en Allemagne, le Senior Civil Service College britannique ou la Scuola superiore della pubblica amministrazione italienne se sont dès l’origine tant éloignées du modèle français que les différences dépassent les traits communs. L’ENA en tant qu’institution chargée, sur un fondement méritocratique, « de pourvoir aux emplois de début des corps de hauts fonctionnaires » (ordonnance du 9 octobre 1945 créant l’école) est bien une particularité nationale. Ce mode de fabrication ab initio des hauts fonctionnaires s’assume d’ailleurs comme élitiste, et c’est cette caractérisation élitiste ou, mieux, élitaire – pour le dire de façon plus neutre axiologiquement – qui semble focaliser l’attention tant à l’extérieur que dans l’Hexagone. Car l’ENA nous est souvent enviée à l’étranger où l’on porte à son crédit les qualités de nos hauts fonctionnaires (intelligence, compétence, efficacité, loyauté et intégrité sont les traits les plus cités), alors que chez nous l’ENA et les énarques sont l’objet depuis les années 1970 d’une dénonciation récurrente, très franco-française et souvent ignorante de la situation qui prévaut ailleurs.

4Dès lors, on voudrait ici tenter une analyse de ce type français de fabrication des hauts fonctionnaires au miroir de ce qui existe dans les pays voisins avec pour grille de lecture de chercher à mieux cerner en quoi consistent exactement ses spécificités. La logique d’exposition ira du général au particulier, partant d’un rappel des variables classiques de toute sociographie comparée des fonctionnaires – origines géographiques, origines sociales, origines d’études – pour en venir à cerner au plus près les singularités d’une socialisation endogène qui confère aux énarques un état, au sens du Stand allemand, assorti des privilèges d’état afférents et, souvent, d’une sorte de suffisance d’état.

La prépondérance d’origines géographiques au centre de l’espace national ?

  • 11 Antoine (Michel), Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, Genève, Droz, 1970, p. 247-248.
  • 12 Charle (Christophe), Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987 ; Chagnollaud (Do (...)

5La France a la réputation, exagérée, d’être très centralisée : dans ce contexte, le « parisianisme » des hauts fonctionnaires est rituellement dénoncé. Or, des analyses approfondies (que l’on ne peut détailler) montrent, d’une part, que le phénomène est bien antérieur à l’ENA et, d’autre part, que ce « parisianisme » administratif est moins accentué qu’on le dit. Ainsi, déjà au XVIIIe siècle, 70 % des maîtres des requêtes de l’Hôtel du Roi étaient nés à Paris11. La haute fonction publique du XIXe siècle était de même souvent d’origine parisienne, comme le montrent Christophe Charle, Dominique Chagnollaud ou Pierre Lalumière – ce dernier ayant établi que, de 1870 à 1958, la proportion de Parisiens de naissance parmi les inspecteurs des finances demeura constante, autour de 40 %, sans que la création de l’ENA y changeât rien12.

6À considérer globalement les origines géographiques des énarques, deux constats majeurs ressortent. Premièrement, la création aux côtés du concours étudiant dit « externe » d’un concours « interne » réservé aux fonctionnaires ayant cinq ans d’ancienneté, innovation de la Libération visant à permettre une ascension professionnelle et sociale intra-générationnelle, a eu et conserve un effet de diversification géographique. Deuxièmement, les énarques sont en majorité natifs de province. Une autre statistique, fruit d’une logique plus partielle (portant sur les 846 administrateurs civils issus de l’ENA ayant une notice au Who’s Who in France), indique même que 45 % du total sont nés dans des villes provinciales de moins de 100 000 habitants. Ces lieux de naissance pouvant comporter une part d’arbitraire (affectations de parents fonctionnaires, etc.), il est intéressant d’ajouter que le lieu des études secondaires est à 50,5 % un établissement de région parisienne et à 49,4 % un établissement de province : la moitié de ces énarques modaux que sont les administrateurs civils a ainsi vécu en province jusqu’au baccalauréat, soit l’âge de 18 ans, avec tout ce que cela implique en termes de socialisation. En revanche, la transplantation vers la capitale est ensuite une condition de l’entrée à l’ENA, compte tenu de la concentration à Paris des institutions de préparation (cf. infra).

Tableau 1. Proportion des élèves de l’ENA issus des deux concours nés en région parisienne (en pourcentage du total)

Tableau 1. Proportion des élèves de l’ENA issus des deux concours nés en région parisienne (en pourcentage du total)

Source : états statistiques de l’ENA.

  • 13 Molina Alvarez de Cienfuegos (Ignacio), « Spain : still the primacy of corporatism ? », dans Page ( (...)
  • 14 Cassese (Sabino), « Italy’s senior civil service : an ossified world », dans ibid., p. 55-64.

7Ainsi l’ENA n’est-elle nullement responsable d’un « parisianisme » des origines des hauts fonctionnaires, qui serait sans doute plus accusé si la France pratiquait le « système de l’emploi » à la suédoise avec recrutements par entretien. Si l’on compare à d’autres pays, il est certes des cas de plus grande diversité géographique, notamment l’Allemagne où les futurs hauts fonctionnaires commencent souvent leur carrière dans un land avant de rejoindre l’administration fédérale. En revanche, Whitehall est peuplé en majorité d’Anglais, et même de natifs du Grand-Londres, tandis qu’Écossais, Gallois ou Nord-Irlandais sont bien rares. Quant à l’Espagne, Catalans et Basques sont presque absents de la haute administration, Andalous et Galiciens y sont sous-représentés, tandis que la majorité des hauts administrateurs sont Madrilènes ou du moins Castillans13. Par contraste avec cette « centralité » d’origine des fonctionnaires centraux, en Italie, pays dual coupé entre le riche Nord industriel et le Mezzogiorno, les administrations d’un État au très faible prestige connaissent une « méridionalisation » de leur recrutement, héritée du XIXe siècle, mais qui demeure massive, même dans la hiérarchie14.

8Le recrutement des hauts fonctionnaires via l’ENA ne génère donc pas des distorsions dans leurs origines géographiques plus marquées en France qu’ailleurs. La question des origines sociales s’avère en revanche plus délicate.

La prédominance d’origines sociales supérieures ?

  • 15 Sotiropoulos (Dimitri), « A description of the greek higher civil service », dans Page (Edward) et (...)
  • 16 Dormagen (Jean-Yves), « Pourquoi il n’y a plus de haute fonction publique en Italie », dans Dreyfus(...)
  • 17 Birnbaum (Pierre), Les Sommets de l’État, Paris, Le Seuil, 1980 ; et, pour le long terme, Charle (C (...)
  • 18 Meer (Frits van der) et Roborgh (Renk J.), Ambtenaren in Nederland, Alphen a/d Rijn, Samsom Tjeenk (...)
  • 19 Voir Larsson (Torbjörn), Le Gouvernement de la Suède, Stockholm, Statskontoret, 1995 ; Nomden (Koen (...)

9La sociographie comparée des hauts fonctionnaires révèle d’importantes disparités, d’où résultent des différences de positionnement relatif dans l’espace social global de chaque pays. Ainsi, dans des sociétés encore agraires il y a trente ans, la majorité des hauts fonctionnaires actuels (Irlande) ou un groupe important (un tiers en Grèce) sont des fils de paysans pauvres formant la première génération à avoir fait des études. Par voie de corollaire, les hautes administrations irlandaise et grecque ne comprennent guère d’héritiers des couches sociales supérieures, qui préfèrent le monde de l’économie, d’autant que les traitements de fonctionnaires sont médiocres. Constat sans appel : « Les hauts fonctionnaires grecs ne sont pas issus des élites sociales, et ne constituent pas en eux-mêmes une élite sociale »15. Il en va un peu de même en Italie où les dirigenti des ministères sont issus des classes moyennes et populaires qui, jusqu’aux années 1950, furent frappées par le « chômage intellectuel » (disoccupazione intellettuale) résultant d’une surproduction de diplômés universitaires dans un pays sous-développé économiquement, d’où cette solution pour échapper au « prolétariat du barreau » des avocats sans le sou d’entrer dans une administration aux salaires modiques mais réguliers16. La construction socio-historique de la dirigenza d’État en a ainsi fait, dit S. Cassese, une « élite modeste », cantonnée à l’administration tandis que les enfants de la bourgeoisie économique de Milan et Turin alimentent les entreprises et les professions libérales, au rebours de la relative osmose française entre les « sommets » de l’État et de l’économie17. La situation est différente dans les sociétés du Nord, naguère welfaristes et qui se veulent encore résolument middle-classists : Suède, Danemark ou Pays-Bas. Soient par exemple les éloquentes statistiques d’origine sociale des hauts fonctionnaires néerlandais : upper class 0 % ; old middle class 21 % ; new middle class 64 %, low class 15 %18. Pourtant existent en ces pays des familles anciennes et fortunées mais, prises dans des sociétés égalitaristes durant les trois quarts du XXe siècle, elles semblent avoir renoncé à tout rôle public (politique comme administratif) pour s’en tenir à faire prospérer leurs affaires dans les secteurs économiques que les sociaux-démocrates voulurent bien ne pas nationaliser. Dès lors, la hiérarchie administrative est à ce point censée être le reflet d’une société civile « middle-classist » que les origines sociales des hauts fonctionnaires sont négligées par les sciences sociales suédoise et néerlandaise, qui considèrent n’avoir rien à en dire19. Cette brève évocation de cas nationaux signifiants illustre ce constat de maints spécialistes que, dans la plupart des pays d’Europe, les fonctionnaires, même « hauts » fonctionnaires, sont des cols blancs qui ne jouissent d’aucun prestige social particulier, ni du fait d’origines sociales qui sont modestes à moyennes, ni du fait de leur statut socioprofessionnel (et notamment pas de leurs salaires).

  • 20 Comme, d’ailleurs, l’essentiel des dirigeants d’entreprises : voir Hartmann (Michael), « Class-spec (...)
  • 21 Derlien (Hans-Ulrich), « Continuity and change in the West German Federal executive elite, 1949-198 (...)
  • 22 Tels Barberis (Peter), The Elite of the Elite : Permanent Secretaries in the British Higher Civil S (...)
  • 23 Knapp (Andrew), « Vers un gouvernement d’inconnus ? Hommes politiques et hauts fonctionnaires en Gr (...)

10En revanche, trois pays se singularisent par les origines sociales très privilégiées de leurs hauts fonctionnaires : il s’agit précisément de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni. Ainsi, les trois quarts des hauts fonctionnaires fédéraux allemands appartiennent aux catégories supérieures20, soit 44 % d’enfants de hauts fonctionnaires, 20 % d’enfants d’hommes d’affaires et de cadres supérieurs d’entreprises privées, 12 % d’enfants de professions libérales. En revanche, seuls 5 % sont d’origine ouvrière. Retient particulièrement l’attention la très forte hérédité professionnelle de père en fils, qui a toutefois tendance à s’amenuiser21. Quant à la noblesse, qui occupait une place importante dans la haute administration du IIe Reich jusqu’en 1918, sa place est désormais marginale (4,8 %). Pour ce qui est des senior civil servants britanniques, les études statistiques font singulièrement défaut, mais les chercheurs familiers de ce milieu22 soulignent leur caractère « upper-to-middle-class » ce qui, vu la structure des patrimoines britanniques (comportant beaucoup de très grosses fortunes), les positionne dans une zone élevée de l’espace social. À preuve, une grosse majorité des hauts fonctionnaires anglais a été éduquée dans les Public Schools, écoles privées très onéreuses dont les frais de scolarité s’élèvent souvent à 12 000 £ par an (revenu annuel des ménages ouvriers)23. C’est d’ailleurs en analysant la proportion des old boys des Public Schools que les chercheurs britanniques donnent une approximation du social background des hauts fonctionnaires.

  • 24 Voir, à ce sujet, Pinçon (Michel) et Pinçon-charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, (...)
  • 25 Ce taux est le rapport, pour chaque catégorie, reçus au concours d’entrée/présents au concours x 10 (...)
  • 26 Voir la contribution de Michael Hartmann au présent ouvrage.

11Les chiffres relatifs à leurs homologues français sont bien plus précis. La sélectivité sociale à l’entrée de l’ENA est extrême : 69 % d’enfants des catégories supérieures, et même 84 % si l’on considère les jeunes énarques étudiants, les « externes ». Or ceux-ci monopolisent à 80 % à la sortie de l’ENA l’accès aux trois grands corps administratifs (Inspection des finances, Conseil d’État, Cour des comptes) : les plus hauts fonctionnaires français sont encore pour la plupart issus de la « bonne bourgeoisie », et parfois des grandes familles24. L’ENA, avant d’être une école de l’excellence scolaire, est une école de l’excellence sociale. Il faut même souligner, d’une part, que son histoire se lit comme une démocratisation sociale à rebours, car, dans sa première décennie de vie, l’école avait un recrutement plus divers ; d’autre part, que le caractère socialement élitaire de l’ENA résulte certes des effets en cascade de la sélection scolaire en amont, mais aussi de la dynamique du concours d’entrée lui-même. En effet, les taux de réussite25 des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures sont anormalement plus élevés que la moyenne : 9,3 % contre un taux moyen de 7,9 % au concours externe, 19,9 % contre 14,9 % au concours interne et 11,9 % contre 9 % au troisième concours. L’ENA ne recrute pas équitablement dans toutes les couches de la société. Ceci tient à la nature particulière de certaines épreuves, la dissertation de culture générale et le fameux « grand oral », qui prend parfois le caractère d’une sorte d’épreuve « de bourgeoisie » (avec questions sur les goûts littéraires et les connaissances en peinture des candidats), caractère qui ne laisse de surprendre dans un concours républicain, et que l’on retrouve dans les entretiens de recrutement des cadres dirigeants des entreprises allemandes (avec, fort logiquement, davantage de questions sur la musique…26).

Tableau 2. Répartition des élèves de l’ENA en fonction de la profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) du père (1987-1996)

Tableau 2. Répartition des élèves de l’ENA en fonction de la profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) du père (1987-1996)

Source : EYMERI (Jean-Michel), La Fabrique des énarques, Paris, Économica, 2001.

  • 27 Euriat (Michel) et Thélot (Claude), « Le recrutement social de l’élite scolaire depuis quarante ans (...)

12Toutefois, la statistique comparée amène aussi à introduire d’importantes nuances. Tout d’abord, l’extrême sélectivité sociale n’est pas l’apanage de la seule ENA. Il faut la replacer dans le concert des grandes écoles : pour s’en tenir aux plus prestigieuses, l’École polytechnique, les Écoles normales supérieures (ENS Ulm-Sèvres et Saint-Cloud-Fontenay) et l’École des hautes études commerciales (HEC) – plus « grandes » des grandes écoles qui, réunies avec l’ENA, sélectionnent au total à peine 0,1 % de chaque génération d’étudiants27. Or, la comparaison des origines sociales des uns et des autres donne les résultats suivants :

Tableau 3. Répartition des élèves reçus dans les grandes écoles par PCS du père dans les années 1970

Tableau 3. Répartition des élèves reçus dans les grandes écoles par PCS du père dans les années 1970

Source : BOURDIEU (Pierre), La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989, p. 192. NB : Les regroupements en 1, 2, 3, 4, 5 et 6, conformes à la nomenclature actuelle des PCS sont de notre fait, ce qui introduit quelques biais.

13Les tableaux 2 et 3 révèlent cette réalité toujours méconnue : l’ENA est une école profondément duale, les externes et les internes ayant des origines sociales pour bonne part distinctes. Sous ce rapport, il existe deux ENA en une : l’ENA externe est la plus « huppée » de nos grandes écoles tandis que l’ENA interne, réservée aux fonctionnaires, demeure une voie de promotion sociale et se positionne comme la plus ouverte socialement des grandes écoles (d’autant que l’ENS de Saint-Cloud ne remplit plus aujourd’hui la mission d’« ascenseur social » qu’elle avait encore dans les années 1970).

14Des chiffres surgissent aussi certains résultats contre-intuitifs : ainsi la haute fonction publique française, et l’« énarchie » en particulier, se « reproduit », au sens strict d’un héritage de génération en génération, infiniment moins qu’on l’imagine. Car, si 36 % des énarques sont fils de fonctionnaires, moins de 15 % ont un père fonctionnaire supérieur (catégorie 33 de l’INSEE), groupe auquel l’ENA les agrège. La proportion d’enfants d’énarques est même très faible : de 0 à 6 individus sur des promotions de 100 à 120 élèves. Cette faible hérédité professionnelle, toujours méconnue, offre un saisissant contraste d’une part avec maints autres groupes socio-professionnels, tels les ingénieurs d’État, les officiers, le corps médical, les enseignants ou les notaires, qui se « reproduisent » de père en fils bien davantage, d’autre part avec plusieurs pays voisins, en particulier l’Allemagne et ses 44 % de hauts fonctionnaires fils de hauts fonctionnaires, alors même que ce pays n’a pas de voie « élitiste » de recrutement initial de la haute administration du type de l’ENA.

15Dès lors, de quelles distorsions l’ENA est-elle la cause dans la composition sociologique de notre haute administration ? Aucune réponse simple à cette question délicate ne serait satisfaisante pour l’esprit. Ainsi, quand on analyse les origines sociales des hauts fonctionnaires d’un même corps selon qu’ils sont ou non issus de l’ENA, les différences s’avèrent infimes. C’est le cas des préfets, dont un tiers sont énarques et deux tiers non-énarques :

Tableau 4. Origines sociales des préfets de la IVe et de la Ve République par type de recrutement

Passés par l’ENA

Autre recrutement

Catégories supérieures

53 %

52 %

Catégories moyennes

22 %

26 %

Catégories populaires

25 %

23 %

Source : ROUBAN (Luc), « Les hauts fonctionnaires sous la Ve République : idées reçues et perspectives analytiques », dans DREYFUS (Françoise) et EYMERI (Jean-Michel), op. cit.

16Des résultats voisins pourraient être tirés de l’étude des ambassadeurs (un tiers sont issus de l’ENA, deux tiers du concours d’Orient et de la promotion interne) : les annuaires diplomatiques révèlent, par exemple, que la proportion d’ambassadeurs issus de vieilles familles et portant un titre nobiliaire est plus élevée parmi ceux du « cadre d’Orient », où se survit un peu du recrutement aristocratique du Quai d’Orsay d’avant-guerre.

17Si l’on s’arrête justement aux quelques énarques appartenant à des dynasties administratives anciennes, l’ENA est-elle pour quelque chose dans leur présence perpétuée au sommet de l’État ? Soit le cas du marquis Henry Lefebvre d’Ormesson, frère aîné de l’écrivain. Après une scolarité dans le très prestigieux lycée Louis-le-Grand, il fait Sciences Po, puis se couvre de gloire en 1939-1945 et intègre la première promotion de l’ENA, sur concours spécial ouvert aux résistants et héros de guerre. Il en sort « dans la botte », devient inspecteur des finances et fait une grande carrière jusqu’aux années 1970. Le Who’s Who nous rappelle que l’intéressé appartient à une famille qui, depuis la Renaissance, a donné à notre pays un Chancelier de France, deux contrôleurs généraux des Finances, un premier président du Parlement de Paris, un membre du Conseil de régence sous la minorité de Louis XV, puis onze conseillers d’État et quatre ambassadeurs de France, dont son père et son oncle. Eût-il été plus âgé de trois ans ou l’ENA n’eût-elle pas été créée à la Libération, ne serait-il pas devenu de la même façon haut fonctionnaire ? On est enclin à le penser. Soit un exemple plus récent : la promotion de l’ENA 1986 compte un Antoine Giscard d’Estaing, brillamment sorti à l’Inspection des finances, et qui fait une belle carrière dans le privé. C’est le fils de Jacques Giscard d’Estaing (ENA 1953), président de chambre à la Cour des comptes et le neveu de François Giscard d’Estaing (ENA 1951), inspecteur des finances, tous deux fils de René Giscard d’Estaing, conseiller d’État dès les années 1920, lequel avait pour frère Edmond Giscard d’Estaing, inspecteur des finances dans les mêmes années, lequel a eu pour fils Valéry Giscard d’Estaing (ENA 1951), inspecteur des finances, puis ministre et président de la République, qui est donc le cousin germain du père de notre intéressé. Par les femmes, les Giscard d’Estaing descendent de familles de la haute bourgeoisie, les Carnot, Bardoux et Georges-Picot, qui ont fait fortune dans les affaires mais comptent aussi un autre président de la République, plusieurs ministres, de nombreux parlementaires, des ambassadeurs, des directeurs de cabinets ministériels et divers hauts fonctionnaires. La question s’impose encore : l’ENA n’eût-elle jamais existé et les concours particuliers d’avant 1946 eussent-ils perduré, Antoine Giscard d’Estaing ne serait-il pas devenu tout de même membre d’un grand corps comme ses père, oncle, grand-père, grand-oncle et illustre cousin ? Maints autres exemples vont dans le même sens. De fait, l’ENA est d’invention récente et les dynasties administratives étaient, par définition, constituées bien avant sa création. En toute rigueur (socio) logique, si l’ENA est responsable de quelque chose, c’est d’avoir échoué dans le projet de ses fondateurs de démocratiser socialement la haute administration et d’avoir ainsi permis que se perpétuent certaines dynasties.

18Encore cet échec n’est-il pas complet. Certes, la prédominance générale des enfants de catégories sociales supérieures parmi les énarques est patente. Toutefois, comme rien n’est simple, il n’empêche que le concours interne, qui admet à l’ENA des fonctionnaires moyens dont un quart sont fils d’ouvriers et d’employés, ouvre les hautes sphères administratives à des individus en très forte ascension sociale intra- et inter-générationnelle. Comme l’explique telle énarque interne, membre de la Cour des comptes, ayant ce profil social :

« La haute administration dans ce pays a toujours été peuplée d’un contingent de petits marquis nés avec une cuiller en argent dans la bouche. L’ENA n’existerait pas, ils seraient là de toute façon. En revanche, les gens comme moi, normaux si je puis dire, c’est à l’existence de l’ENA que nous devons d’être là. »

19Au total, si le constat de la fermeture sociologique du recrutement de la haute administration française ne fait pas débat, il faut souligner qu’aucune conclusion univoque et péremptoire sur le rôle joué par l’ENA en la matière n’est possible sans forcer les faits.

L’impérialisme d’un certain cursus d’études très sélectif ?

  • 28 Scott (John), Who rules Britain ?, Cambridge, Polity Press, 1991.
  • 29 Knapp (Andrew), art. cité, p. 134.
  • 30 Barberis (Peter), op. cit. ; Chapman (Robert A.), « Civil Service Recruitment : fairness or prefere (...)

20Dans le recrutement d’une corporation ou d’un groupe professionnel, variété sociale et diversité des origines d’études se répondent bien souvent. Qu’en est-il de ce point de vue du cas français ? Il faut ici le rapprocher du modèle britannique, et le distinguer de la situation qui prévaut en Allemagne et partout ailleurs. De fait, si les hauts fonctionnaires sont d’ordinaire (auto)typifiés à Paris et à Londres comme une « élite », c’est certes qu’ils sont souvent bien nés, mais surtout qu’ils sont les produits d’institutions sélectives de socialisation. Car la France et le Royaume-Uni ont des systèmes d’éducation marqués par une commune dualité entre des filières d’excellence auréolées de prestige et des établissements plus ordinaires. Outre-Manche, ce sont les 200 écoles privées, dominées par les 9 Clarendon Schools (Eton, Harrow, Winchester, Rugby, etc.), qui forment 7 % de chaque génération, façonnant un certain éthos et des réseaux de sociabilité, entretenus par les associations d’anciens et les clubs, qui sont essentiels à la perpétuation de la bonne société britannique28. La voie royale pour entrer dans l’administration, comme à la City d’ailleurs, est ensuite de réussir l’examen d’entrée d’un des prestigieux colleges d’Oxford ou de Cambridge (réunis sous l’expression « Oxbridge »), qui accueillent 7 % à peine des étudiants britanniques et forment un univers à part29. Certes, rien n’est mécanique dans les trajectoires individuelles : on peut entrer à Oxbridge sans être issu d’une Public School ; de même peut-on intégrer le Senior Civil Service sans être un old boy d’Oxbridge. L’hétérogénéité des recrutements à Whitehall s’accroît d’ailleurs depuis vingt ans30, mais le modèle traditionnel demeure prégnant, puisque 42 % des hauts fonctionnaires des grades les plus élevés, et même 80 % des Permanent Secretaries sont issus de Public Schools et que 65 % de tous les hauts fonctionnaires en poste sont encore diplômés d’Oxbridge, ce qui suffit toujours à donner le ton.

21En France, la dualité de l’enseignement secondaire est peut-être moindre, mais celle de l’enseignement supérieur est plus manifeste. La distinction se fait ici entre les « grands lycées » (publics tels Louis-le-Grand, Henri IV, Montaigne à Paris, le Parc à Lyon, Pierre-de-Fermat à Toulouse, ou privés tels Saint-Louis-de-Gonzague et Stanislas à Paris ou Sainte-Geneviève à Versailles)… et tout le reste. Ajoutons que ces grands lycées savent récupérer les brillants bacheliers d’autres établissements dans leurs classes préparatoires aux grandes écoles. Car, dans le supérieur, la France a poussé au paroxysme la distinction entre les filières d’excellence et de sur-sélection, classes préparatoires et grandes écoles, qui drainent les élèves les plus brillants et les mieux conseillés, et des universités globalement moins prestigieuses. Or, les hauts fonctionnaires sont le plus souvent issus des filières d’excellence. Ainsi, sur 846 énarques présents au Who’s Who étudiés, 39 % ont fréquenté, au moins un temps, un très grand lycée. Si l’on considère par ailleurs les ingénieurs des grands corps techniques (Mines, Ponts et Chaussées), qui forment le second groupe-pivot de la haute administration, ils sont issus à 100 % des classes préparatoires scientifiques et à 90 % de Polytechnique. Quant aux énarques, il faut une fois encore distinguer les jeunes externes des fonctionnaires du concours interne qui corrigent le profil d’ensemble, comme le montre le tableau 5.

  • 31 Dans les lignes en caractères romains, chaque individu n’est compté qu’une fois : la catégorie « Gr (...)

Tableau 5. Diplômes des candidats reçus aux concours de l’ENA (1987-1996)31

Tableau 5. Diplômes des candidats reçus aux concours de l’ENA (1987-1996)31
  • 32 IEP : il s’agit là de l’ensemble des Instituts d’études politiques, Paris et province.

Note 3232
Source : nos calculs sur les statistiques du service des concours de l’ENA.

  • 33 Sur son histoire, voir Favre (Pierre), Naissances de la science politique en France. 1870-1914, Par (...)

22Le point-clé est bien que les brillants jeunes gens qui réussissent le concours externe de l’ENA sont dans moins de 2 % des cas des étudiants « normaux » ayant une maîtrise de droit ou d’économie. 98 % d’entre eux ont quelque chose en plus : dans un tiers des cas, le diplôme d’une autre grande école avant l’ENA, et surtout dans plus de 80 % des cas, le diplôme d’un IEP, pour l’essentiel Sciences Po Paris, cet institut d’abord privé créé en 1871 pour « régénérer les élites de la société française33 » et dont la tendance à monopoliser le recrutement de la haute administration s’est affirmée dès les années 1930 et accrue encore après sa nationalisation de 1945. En revanche, les Sciences Po étant plus rares parmi les internes, seuls 47 % du total des énarques sont issus de cette prestigieuse maison… mais comme les externes monopolisent à 80 % les grands corps, les « sommets de l’État » sont tout de même très marqués par le « moule » de la rue Saint-Guillaume.

  • 34 Derlien (Hans-Ulrich), « Compétence bureaucratique et allégeances politiques en Allemagne », dans S (...)

23Ces situations britannique et française font clairement exception au regard des autres pays européens où n’existent pas de filières d’excellence identifiées comme telles commandant l’accès à l’administration. Les futurs hauts fonctionnaires allemands, belges, danois, portugais ou suédois sont éduqués au sein d’écoles et d’établissements secondaires « normaux », rejoignent ensuite des universités diverses et variées où ils fréquentent les autres étudiants de leur âge, puis entrent dans une administration publique à un niveau moyen-supérieur et en gravissent progressivement les échelons. Ainsi, outre-Rhin, la tentative française de créer en 1947, dans sa zone d’occupation, une sorte d’ENA sous la forme de la Hochschule für Verwaltungswissenschaften de Speyer s’est heurtée à la tradition allemande et a fait long feu. Les hauts fonctionnaires des dernières décennies sont donc issus d’une pluralité d’universités : Berlin (22 %), Munich (20 %), Bonn (16 %), Cologne (12 %), Freiberg (11 %) ou Göttingen (10 %)34. Une diversité comparable se retrouve aux Pays-Bas, en Suède ou ailleurs, d’autant plus dans les pays où le recrutement des fonctionnaires est décentralisé, conformément au système de l’emploi.

  • 35 Peters (B. Guy), The Politics of Bureaucracy. A Comparative Perspective, New York, Longman, 1978.
  • 36 Derlien (Hans-Ulrich), « Public administration in Germany : political and societal relations », dan (...)
  • 37 Voir sur ce point Döhler (Marian), « Rationalities and behaviour of the german ministerial bureaucr (...)

24Au-delà de cette structure d’écart, on relève toutefois dans le cas de l’Allemagne, dont Guy Peters a fait l’archétype de son « legal training model35 », que la pluralité des lieux de formation est contrebalancée par le curriculum semblable des études de droit dans toutes les universités et par le caractère national des deux « examens d’État » qui, depuis le XVIIIe siècle, commandent l’accès aux professions juridiques et administratives. Maints analystes, de Ralf Dahrendorf à Hans-Ulrich Derlien, y voient un équivalent fonctionnel à l’allemande du modèle centralisé de socialisation du type de l’ENA ou d’Oxbridge, qui concourt aussi à « produire des hauts fonctionnaires généralistes » partageant des compétences, des croyances et des valeurs communes qui donnent sa coloration particulière à la culture administrative allemande. D’autant que l’ancien « monopole des juristes » sur la haute administration, certes déclinant au profit des économistes, des ingénieurs et autres, demeure avec 65 % un oligopole36. L’argument est d’importance, mais doit être nuancé car l’hétérogénéité entre les branches du droit s’accroît, aboutissant à spécialiser très vite les étudiants durant leurs études37.

25De surcroît, relevons en manière de transition avec le point suivant que l’Allemagne couve longtemps les futurs membres du höherer Dienst au sein de l’alma mater universitaire avec les autres étudiants, alors que le modèle français de fabrication des hauts fonctionnaires s’ingénie à les isoler pour leur donner une socialisation en vase clos : c’est sans conteste l’une de ses plus fortes spécificités.

Une socialisation largement endogène

26Dans nos sociétés hautement différenciées, la majeure part de la socialisation des membres des groupes professionnels ou des corporations d’état est assurée hors-groupe, dans le sous-univers spécialisé des institutions d’enseignement. De ce point de vue, les grandes écoles françaises, et singulièrement l’ENA et les deux institutions qui y préparent, Sciences Po Paris (pour l’externe) et l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE, ex-CFPP) du ministère des Finances (pour l’interne et le troisième concours), ont ceci de remarquable que les hauts fonctionnaires y concèdent aussi peu que possible la fabrication de leurs futurs collègues à d’autres qu’eux-mêmes.

  • 38 Derlien (Hans-Ulrich), « Compétence bureaucratique… », art. cit., p. 76.

27En cela, la France s’oppose à ses voisins, notamment l’Allemagne et les autres pays du legal training model (Autriche, Pays-Bas, États scandinaves), où les jeunes qui se destinent à l’administration fréquentent des universités normales et suivent avec des enseignants normaux un cursus universitaire normal, qui ne se distingue en rien par exemple de celui d’un étudiant désireux de devenir professeur d’université. Ainsi est-il très fréquent que ceux qui entreront ensuite dans l’administration fassent un doctorat – être docteur en droit est un nec plus ultra pour les hauts fonctionnaires allemands, dont 70 % possèdent ce diplôme38 – voire enseignent deux à trois ans comme assistants à l’université. Ce sont là des choses inconcevables en France où la coupure entre monde universitaire et monde administratif est nette, et profonds sont parfois les mépris croisés qui l’accompagnent.

28Ainsi, la fabrication des énarques s’opère dans un continuum de socialisation qui associe à l’ENA Sciences Po Paris (dans son ancienne section Service public et la « Prép’ENA » qui la prolonge) et l’IGPDE, deux institutions soudées à l’École par une communauté de personnel enseignant et l’homologie corollaire de ce qui y est enseigné. De fait, Sciences Po s’est toujours enorgueilli de compter parmi ses enseignants une minorité d’universitaires et une majorité d’intervenants extérieurs, professionnels de tel secteur qui viennent transmettre leur compétence professionnelle à leurs futurs collègues, cette particularité étant exacerbée en Prép’ENA. Quant à l’IGPDE, tous ses chargés d’enseignement sont par principe énarques. Il s’agit là d’une formation par les pairs et les « grands anciens », parfois fort jeunes puisque l’on vient souvent enseigner à Sciences Po dès l’année de sa sortie de l’ENA. Cette socialisation n’opère pas par transmission « professorale », i.e. transmission de savoirs ordonnés par des professionnels du savoir, mais par transmission « artisanale » entre des praticiens et des apprentis-praticiens. Son ressort fondamental est le mimétisme ; son objet principal l’inculcation de savoir-faire et de devoir-être autant sinon plus que de savoirs.

29Le rapport particulier qu’entretiennent ainsi les (futurs) énarques aux savoirs académiques et aux choses de l’intellect mérite d’ailleurs attention : aux antipodes du modèle du spécialiste, savant, technicien ou expert développant un rapport érudit à une spécialité pointue, les énarques sont des « généralistes ». À Sciences Po puis à l’ENA, ils étudient certes beaucoup de droit, d’économie ou de finances publiques, mais dans le cadre d’un rapport fondamentalement non-savant aux savoirs, celui de praticiens pour qui la connaissance n’est pas une fin mais un moyen de l’action. Aussi ces individus souvent fort intelligents et cultivés sont-ils portés à un certain dédain pour les intellectuels et les universitaires. C’est que leurs habiletés sont tout autres : ces « généralistes de la Chose publique » sont dressés à aller vite aux conclusions, « à trancher rapidement et à faire preuve d’autorité » (dit une interviewée), sur la base du fameux « esprit de synthèse » si indispensable à la production de décisions publiques.

  • 39 Goffman (Erving), Asiles, Paris, Minuit, 1968.

30Quant à la scolarité à l’ENA, elle parachève cette socialisation en la poussant à son paroxysme. Car l’École conforme ses élèves en les classant, dans un mélange de coercition et de rétribution. Ils y sont soumis au ressassement « jusqu’à la nausée » d’exercices redondants et ritualisés (la forme « note de synthèse », la forme « exposé en dix minutes », etc.) qui visent à faire entrer ces généralistes dans le moule d’une excellence d’abord formelle et d’une conviction de leur propre autorité à diriger qui sont la marque de fabrique de l’ENA : « On nous apprend à nous sentir légitimes. » Cette socialisation par l’excès doit une bonne part de son efficace à la « logique infernale » sous le joug de laquelle elle opère, celle d’un classement étalé sur deux ans et demi, producteur d’un rang décisif pour le statut socio-professionnel et la carrière ultérieurs de chacun. Ce classement se différencie doublement des concours classiques : il n’est ni limité dans le temps et l’espace ni circonscrit à l’évaluation d’épreuves académiques. C’est au contraire un processus permanent qui aboutit à un jugement d’essence, global et définitif, sur la personne même des individus, dans tout leur être social. De là résulte que l’ENA présente bien des traits d’une « institution totale39 » mais – ce qui est remarquable – pour ceux-là seuls de ses élèves que leurs caractéristiques poussent à jouer sur un mode agonistique et absolu le jeu du classement et de la conformité. Car l’ENA fait l’objet d’usages très différenciés par ses élèves. La summa divisio passe entre externes et internes : ayant en moyenne des origines, des parcours d’études, des âges, des charges de famille différents, les externes et les internes ne vivent pas leur passage par l’ENA sur le même mode. Au surinvestissement des premiers dans le jeu, qui commande chez eux une extrême docilité dans l’incorporation des schèmes mentaux et comportementaux imposés, répond chez nombre d’internes une posture d’auto-distanciation voire de retrait.

  • 40 Pour montrer à l’œuvre cette logique de comportement dont la mise au jour est le résultat d’années (...)

31Néanmoins, le double procès socialisateur de l’ENA, mi-conformation mi-classement, est donateur d’une certaine homogénéité. Il tend à façonner les énarques selon un modèle commun, dont on a proposé de subsumer les traits en une qualification dialectique : l’énarque-type est un dominant-docile. Dominance et docilité : l’association de ces deux propriétés, à la fois sociales et psychiques, qui sont aussi des « vertus politiques » au sens de Michel Foucault, nous semble cerner au plus près ce qui fait l’être-énarque. Sélectionnés sur leur « adhésion aux valeurs dominantes de la société » (dit un interviewé), formés à obéir et à ordonner, ces hauts fonctionnaires très « policés », selon un qualificatif qu’ils aiment à s’appliquer, sont des « réalistes » socialisés à penser et agir toujours « dans le cadre » (juridique, politique, économique, social) imparti. Formés à servir l’État, le pouvoir en place et l’ordre établi, ces êtres d’institution mettent ensuite leur volonté, leur excellence et leur efficacité de dominants – qui sont grandes – à fournir avec docilité aux institutions ce qu’elles attendent d’eux40.

32Ces constats de recherche peuvent apporter quelques arguments à ceux qui, dans l’espace public, dénoncent l’ENA comme une école poussant le « conformisme » à son summum. Pourtant cette dénonciation de sens commun, comme telle mi-vraie mi-fausse ni vraie ni fausse, ne peut que sembler partiellement injuste au chercheur, au double sens de justice éthique et de justesse logique. Pour s’en tenir ici au second aspect, trois remarques s’imposent sur le conformisme, ou mieux sur les mécanismes de conformation. Tout d’abord, la sociologie nous apprend qu’il s’agit d’une tendance structurale des groupes humains, des milieux professionnels, des institutions, fût-ce dans les champs littéraire et artistique étudiés par P. Bourdieu un conformisme de l’anticonformisme, un impératif catégorique d’originalité qui n’en est pas moins une matrice comportementale d’une grande prévisibilité pour le sociologue. Deuxième remarque : si l’on compare la fabrication des « élites administratives » à Sciences Po, à l’IGPDE puis à ENA et celle des « élites » d’ingénieurs dans les classes préparatoires et les grandes écoles scientifiques, la pression à la conformité y est-elle moindre ? Rien n’est moins sûr. Et que dire des golden boys formés à HEC, à l’ESSEC, à l’ESCP, qui peuplent les banques, les sociétés de Bourse et les salles de marchés ? C’est un sous-monde social d’un conformisme remarquable, caractérisé par des appréciations, des anticipations fort peu rationnelles, des surréactions euphoriques ou paniques mais toujours collectives qui influent sur le cours des actions au point que ceux-ci sont – nul ne l’ignore – largement déconnectés des « fondamentaux » des économies nationales et des résultats réels des entreprises cotées. Troisième remarque : le comparatisme aide bien sûr à mesurer la banalité de phénomènes qu’un observateur nationalo-centré tend à prêter en propre à son pays. Ainsi suffit-il de travailler avec des universitaires ou des fonctionnaires d’autres États d’Europe pour saisir que le conformisme est l’un des traits les mieux partagés dans les bureaucraties publiques. Qu’il s’agisse des hauts fonctionnaires allemands, britanniques ou italiens, on retrouve la même prudence d’expression, une absence d’originalité et d’opinions dissidentes, un docile et préalable ajustement des opinions et options aux desiderata de la hiérarchie. Notons que, dans ces trois administrations, une telle propension à la conformité est souvent analysée comme résultant de la grande dépendance de carrières « auto-gérées » à l’égard du groupe des pairs et des supérieurs immédiats (particulièrement à Whitehall).

33Ainsi, la docilité et la conformité des énarques français, dont on ne conteste point qu’elles soient grandes, ne semblent pas constituer leur singularité majeure dans le concert des hautes fonctions publiques d’Europe. Depuis quelques années que l’on réfléchit en termes d’administration comparée, s’impose de plus en plus le constat que l’exceptionnalité du modèle français de fabrication des hauts fonctionnaires tient plutôt en ceci : l’ENA confère en propre à ses anciens élèves un état – au sens du Stand weberien – assorti toujours des privilèges d’état qui s’y attachent et, souvent, d’une sorte de suffisance d’état.

L’état énarchique : « Nous, nous sommes hauts fonctionnaires dès le départ »

  • 41 Sur F. Tönnies par rapport à M. Weber voir Nisbet (Robert), La Tradition sociologique, Paris, PUF, (...)

34Quiconque observe le modèle de l’ENA peut en concevoir de prime abord quelque perplexité lorsqu’il se rend compte que cette école n’homogénéise pas les « énarques » en une profession unifiée (au sens de E.C. Hughes, E. Freidson ou A. Abbott), qu’elle ne les regroupe pas en un même corps administratif (au contraire, les affectations de sortie se font dans des corps multiples, ayant chacun son « esprit de corps » particulier) et que les intéressés exercent ensuite durant leurs carrières des métiers plus divers qu’on ne l’imagine dans des « maisons » administratives variées, ayant chacune sa propre culture d’institution. Ce que l’ENA confère à ses anciens élèves, c’est un titre, « énarque », par lequel ils seront identifiés leur vie durant et qui vaut agrégation à une corporation d’état. Ce que les énarques ont en commun, c’est cet « état » : on reprend à dessein un mot venu de l’Ancien Régime, exact équivalent français du Stand ou Berufsstand dont parlaient Ferdinand Tönnies et Max Weber pour l’Allemagne wilhelminienne, terme que Julien Freund a traduit dans la première version française d’Économie et Société par « ordre » alors que les traducteurs américains lui donnaient pour équivalent « status group », revenu ensuite en français comme « groupe de statut », alors que le terme anglais traditionnel d’« estate » eût été plus exact. On désigne par « état » une « communauté mais de nature souvent amorphe » (M. Weber) unie par « la conscience qu’ont ses membres de partager le même statut » (F. Tönnies), la même « situation de statut […] déterminée en positif ou en négatif par l’honneur qui lui est attaché socialement » (M. Weber), lequel honneur social commande un certain « style de vie » (ibid.), constitue un rang auquel on doit se tenir par ses attitudes et ses comportements41.

  • 42 Boltanski (Luc) et Thévenot (Laurent), De la Justification, Paris, Gallimard, 1991.
  • 43 Bourdieu (Pierre), op. cit.

35Ce n’est pas le moindre des paradoxes français que, deux siècles après l’abolition des privilèges, notre société reste encore, davantage que maints pays voisins, une société de titres, de rangs et d’ordres. Le modèle ENA n’est en cela que l’archétype d’une économie sociale plus générale, dont la méritocratie scolaire est le puissant vecteur de légitimation. La France semble avoir un vrai don pour ce que l’on peut appeler les « épreuves de grandeur42 » consistant en des concours passés assez jeune, dont résultent des distinctions d’essence ou à prétention essentialiste entre les heureux élus et le reste de l’univers, distinctions entretenues ensuite de façon viagère par la substantialisation de ces réussites précoces sous la forme d’un substantif dont on auréole les élus et qui atteste aux yeux de tous leur « grandeur » : ainsi est-on « énarque », « polytechnicien », « mineur », « centralien », « normalien », « saint-cyrien », ou encore est-on « un HEC » ou « un Sciences Po »… à peu près comme on est « de l’Académie française », titre qui, tel un accessoire du nom, signe l’identité sociale plus que professionnelle de la personne et indique l’ordre de chevalerie dans lequel elle a été adoubée. C’est à ce point que l’analogie de la « noblesse d’État » proposée naguère par P. Bourdieu est pertinente – sans que cette remarque vaille adhésion à l’ensemble du modèle développé dans l’ouvrage43.

  • 44 Ibid.
  • 45 Cailleteau (François) et Bonnardot (Gérard), « Le recrutement des généraux en France, en Grande-Bre (...)

36Or, en France, les univers professionnels voient souvent coexister dans la même activité, voire exercer la même fonction, les membres d’une noble corporation d’état et d’autres qui n’ont pas cet honneur et cet avantage. Ainsi, nos lycées connaissent une distinction majeure entre les « simples » professeurs certifiés, titulaires du CAPES, et les professeurs agrégés qui ont réussi le difficile concours d’agrégation, lesquels agrégés, pour faire le même travail que les certifiés, sont leur vie durant payés plus cher, astreints à une moindre charge horaire et davantage considérés. Si l’on observe le monde médical, la différence de statut et le mépris sont grands entre les médecins généralistes et ceux qui, ayant réussi le concours de l’internat, sont devenus médecins spécialistes. Parmi eux, une moindre différence d’état distingue encore ceux qui ont réussi le concours du clinicat : aucun médecin exerçant en ville n’omettra de faire figurer sur la plaque de sa porte ni sur ses ordonnances, fût-ce 40 ans après, qu’il est « ancien interne des hôpitaux de… » et « ancien chef de clinique à la faculté de Médecine de… ». Quant au médecin qui choisit une carrière hospitalière, une summa divisio distingue celui qui réussit l’agrégation du supérieur (encore une, pas la même) et sera toute sa vie « le Professeur » de celui qui reste simple « praticien hospitalier », même si les fonctions exercées sont parfois similaires. La chose est poussée encore plus loin dans les armées où coexistent deux voies d’accès au corps des officiers : « écoles de la grande porte » et « de la petite porte44 ». Ainsi, dans l’armée de terre, la voie noble est de réussir le concours d’entrée de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr : on en sort « saint-cyrien ». Par ailleurs coexiste l’École militaire interarmes (EMIA), voie de promotion professionnelle et sociale pour des sous-officiers doués. Les uns et les autres auront ensuite, au départ, les mêmes grades… mais ni les mêmes fonctions ni le même avenir. Un saint-cyrien, sauf accident, est assuré de terminer colonel ; s’il est sorti dans le premier tiers de sa promotion, il est presque certain de devenir général à 52 ans. Au rebours, pour un officier de l’EMIA, passer commandant est déjà un exploit et terminer lieutenant-colonel un couronnement45. Situation voisine pour les ingénieurs des administrations de l’Équipement, avec une claire hiérarchie : à la base, les ingénieurs des Travaux publics de l’État, recrutés par l’École nationale du même nom, « école de la petite porte » qui attire les jeunes gens les moins fortunés car on y est payé pendant la scolarité ; au-dessus, les ingénieurs des Ponts et Chaussées, prestigieux grand corps créé par Louis XV ; en leur sein enfin passe la distinction entre ceux qui ont « seulement » fait l’École des Ponts et le premier cercle de ceux qui, passés au préalable par Polytechnique, sont à vie des « polytechniciens », des « X », des « X Ponts » comme dit le jargon. Faut-il préciser que les uns et les autres peuvent exercer à tel moment de leur parcours la même fonction, par exemple directeur départemental adjoint de l’Équipement, mais qu’ils ne feront évidemment pas des carrières comparables...

  • 46 « Pour l’essentiel » vise à tenir compte du cas de certains hauts fonctionnaires qui deviennent tel (...)

37C’est dans cette évidence que gît tout entière la particularité du système des grandes écoles, et de l’ENA en particulier. Car être énarque, c’est être « haut fonctionnaire dès le départ », selon la formule d’un interviewé. De ce point de vue, la structure d’opposition est nette entre la plupart des administrations publiques de l’Union européenne, dirigées par des hauts fonctionnaires qui deviennent tels à raison d’une carrière réussie qui les fait progressivement sortir du lot et l’exception française, rejointe à un moindre degré par le Royaume-Uni, où c’est la procédure de sélection-socialisation initiale qui distingue les (futurs) hauts fonctionnaires des autres, leur conférant un état, un statut supérieur qui leur donne vocation à de belles carrières. Ainsi, partout en Europe, les jeunes diplômés qui s’orientent vers l’administration y entrent à un niveau moyen, progressent dans la hiérarchie selon un mélange d’ancienneté et de mérite et, au fil des ans et de leurs accomplissements professionnels évalués par les supérieurs, atteignent pour certains un niveau qui les fait entrer dans la « haute fonction publique » : le grade B3 de Ministerialrat en Allemagne ou le grade 13 aux Pays-Bas, par exemple. Aussi dans ces pays n’accède-t-on (sauf exception) aux postes de chef de bureau (Referatsleiter en Allemagne) puis de sous-directeur (Unterabteilungsleiter) qu’à mi-carrière. Quant aux postes de directeurs généraux (Ministerialdirektor) et de secrétaires généraux (Staatssekretär), c’est souvent à la cinquantaine passée que quelques hauts fonctionnaires y accèdent. Dans l’ensemble de l’Europe communautaire, on devient (éventuellement) haut fonctionnaire en cours de carrière. Même si c’est possible en France (grâce aux concours internes, aux « troisièmes concours », etc.), la singularité de notre pays est bien que l’état d’énarque (ou de polytechnicien) assure à son bénéficiaire la possession viagère d’un statut supérieur qui s’attache à sa personne et le distingue des autres fonctionnaires, quand bien même ils occupent momentanément des fonctions identiques. Dès lors, dans la plupart des États, la haute fonction publique désigne un ensemble de positions supérieures dans la hiérarchie fonctionnelle des ministères, que certains atteignent et d’autres pas, en fonction de leurs parcours individuels ; alors qu’en France il s’agit pour l’essentiel d’un groupe statutaire d’individus auxquels leur appartenance viagère à la corporation d’état des « énarques » ou des « polytechniciens » confère per se le statut de « hauts fonctionnaires »46. Cet état leur garantit presque d’occuper les emplois fonctionnels supérieurs des ministères, mais, bien entendu, les intéressés ne le perdent pas quand ils vont occuper d’autres emplois, soit dans les corps d’inspection et de contrôle (du Conseil d’État aux inspections générales ministérielles), qui n’ont guère d’équivalents en taille et en prestige dans les autres pays, soit à la tête de services déconcentrés de l’État, d’établissements publics, d’entreprises nationales voire d’entreprises privées – c’est le fameux « pantouflage ». Au total, la France s’excepte donc de la moyenne des administrations européennes, qui ont une définition positionnelle de la haute fonction publique, par une définition statutaire du haut fonctionnaire, dont l’identité énarchique constitue le socle.

38Telle est la principale singularité du modèle français de fabrication des hauts fonctionnaires : être énarque, c’est posséder un état qui garantit dès l’entrée dans l’administration l’appartenance à la haute fonction publique. Il faut ajouter que s’y attachent des privilèges d’état et, assez fréquemment, une suffisance d’état qui est moins un trait psychologique des individus qu’une propriété sociologique de l’ordre, de la corporation d’état qu’ils forment ensemble.

Avoir l’avenir devant soi : privilèges et suffisance d’état d’une « élite adolescente »

  • 47 Pour le dire avec Suleiman (Ezra), « Les élites de l’administration et de la politique dans la Fran (...)

39La fréquentation assidue des institutions communautaires à Bruxelles, en particulier le Conseil des ministres au siège duquel s’assemblent chaque jour des centaines de hauts fonctionnaires venus des vingt-cinq capitales de l’Union, permet de faire ce constat que résume une boutade souvent entendue : « Quand on entre en réunion, que l’on cherche le Français autour de la table, et qu’il n’y a pas les petits fanions de nationalité, ce n’est pas compliqué : c’est toujours le plus jeune ! » L’aspect le plus frappant qui ressort d’une comparaison européenne est bien la jeunesse de la haute fonction publique et de la hiérarchie dirigeante françaises, laquelle est un effet à la fois mécanique et sociologique de l’existence de l’ENA – effet bien plus fort pour les externes (au demeurant majoritaires) que pour les internes et les troisième concours, ce qui explique, outre les différences d’origines sociales signalées plus haut, que les externes soient des « énarques plus égaux que d’autres », a fortiori s’ils sortent dans les grands corps. De fait, l’âge moyen de sortie de l’ENA pour les externes est de 25-26 ans. Appartenant ab initio à la haute fonction publique, ils ont ainsi 40 ans devant eux pour réaliser une carrière d’encadrement supérieur à laquelle la plupart des fonctionnaires des pays voisins n’accèdent qu’à l’âge de 40 ans passés. Par un effet mécanique, les Français peuvent donc monter plus jeunes plus haut que leurs homologues. De surcroît, le ça-va-de-soi partagé que l’ENA sélectionne « l’élite » de chaque classe d’âge, et en son sein « l’élite de l’élite47 » pour les grands corps, vient renforcer la conscience élitaire des énarques et sert à justifier que leurs carrières soient délibérément accélérées. L’externe qui sort dans la première moitié du classement et peut accéder aux grands corps ou aux « maisons » prestigieuses (Trésor, Budget, IGAS – inspection générale des affaires sociales – et IGA – inspection générale de l’administration) va ainsi brûler les étapes, sans que ce soit jugé illégitime. Même le « simple » administrateur civil, du moment qu’il sort de l’ENA, est sûr de devenir chef de bureau entre ENA + 1 et ENA + 5 ans. Quant à l’accès aux responsabilités de sous-directeur (ancienneté minimale de 8 ans), la norme du milieu est qu’elle intervienne vers 10 ans d’ancienneté et à 36 ans environ. Restent, au-dessus, les rares postes de chef de service ou directeur adjoint, i. e. de n° 2 d’une direction de ministère, plus haut poste accessible dans une carrière non-politisée : ils sont pourvus autour d’ENA + 15 ou 18 et avant 45 ans. Les énarques administrateurs civils plus proches du pouvoir, passés en cabinet ministériel, accèdent aux fonctions suprêmes de directeurs d’administration centrale en moyenne avec la même ancienneté, soit autour de 44 ans, alors qu’il n’est pas rare que leurs homologues européens y parviennent à 55 ans et que ce soit leur dernier poste administratif. En France au contraire, les intéressés ont ensuite 20 ans pour faire ce que l’on peut appeler une véritable « carrière au sommet », qui les conduit à diriger tel établissement public, à rejoindre tel prestigieux corps de contrôle, à prendre la tête du cabinet d’un ministre, voire à redevenir souvent directeur général d’une administration centrale plus importante. Cette situation de plusieurs centaines de très hauts fonctionnaires jouissant de la possibilité d’accomplir une carrière directoriale est une particularité française, celle d’individus qui, par la magie d’un concours réussi au sortir de leur adolescence, bénéficient leur vie durant du privilège des privilèges, celui d’avoir l’avenir devant soi… ou plus exactement de courir avec le temps et non contre le temps.

40Encore ne s’agissait-il là que des administrateurs civils. Car la quinzaine d’énarques qui, chaque année, accèdent aux grands corps peuvent avoir des carrières plus fulgurantes encore. Ce n’est pas le cas de tous, mais la spécificité française est bien que cette possibilité leur soit donnée. Chacun a en tête maints cas fort connus, où la faveur politique du Prince joue souvent – pas toujours cependant – mais où cette faveur n’est précisément acquise à un si jeune âge qu’à raison de l’appartenance des intéressés aux grands corps, réputée attester leur excellence multiregistres. « Que l’on me trouve un normalien agrégé sachant écrire » demanda le général de Gaulle en 1944 pour son cabinet, et c’est ainsi que Georges Pompidou entra à son service. Mutatis mutandis, tel est le mécanisme qui se reproduit au profit des jeunes auditeurs au Conseil d’État ou inspecteurs adjoints des finances lorsque nos ministres actuels composent leurs équipes. Et pour peu que ces « brillants sujets » réussissent leur passage dans l’entourage politique, les voilà propulsés vers les sommets.

  • 48 En 2003, F. Mion s’est fait placer en disponibilité pour rejoindre, comme avocat, le bureau parisie (...)

41Soit un seul exemple : Frédéric Mion. Brillant élève, normalien, diplômé de Sciences Po Paris en juin 1992, l’intéressé entre à l’ENA en 1994, en sort en mars 1996 parmi les tout premiers, choisit le Conseil d’État. L’année suivante, comme c’est fréquent, Jacques Attali, conseiller d’État, sollicite son jeune collègue pour devenir rapporteur de la commission qu’il préside, chargée de réfléchir à l’avenir des universités : F. Mion en écrit le rapport final, « Pour un modèle européen d’enseignement supérieur », publié en 1998. Il se fait ainsi connaître au ministère de l’Éducation nationale et apprend à le connaître. Du coup, lorsque Jack Lang en devient ministre en mars 2000, F. Mion entre à son cabinet. Il a l’occasion d’y nouer relation avec Jacky Richard, chef de l’Inspection générale et plusieurs fois directeur général, l’un des piliers du ministère. Lorsqu’en mai 2001, M. Richard est nommé directeur général de l’administration et de la fonction publique, au ministère du même nom, les traditions veulent que, comme il est administrateur civil, son adjoint soit du Conseil d’État, précision étant faite que cet adjoint a rang de directeur d’administration centrale. C’est ainsi que Frédéric Mion, à ENA + 5 et 31 ans, sans jamais avoir occupé aucun des emplois de la hiérarchie d’une administration centrale, sans même remplir la condition légale d’ancienneté de huit ans pour devenir sous-directeur, devient directeur de ministère, soit le niveau le plus élevé de la hiérarchie, avec superbe bureau XVIIIe à stucs et dorures, voiture de fonction et chauffeur, traitement parmi les plus élevés de la Fonction publique, et ce alors que ses camarades de promotion de l’ENA sont tout juste chefs de bureau. Précisons que son prédécesseur immédiat, Stéphane Fratacci, au profil comparable mais plus âgé, après deux ans dans ces fonctions de directeur à la Fonction publique, a été nommé directeur général des libertés publiques et des affaires juridiques, l’une des plus importantes directions du ministère de l’Intérieur : le poste est donc un bon « tremplin ». Le plus remarquable dans une histoire qui, ailleurs qu’en France, susciterait maintes protestations est bien que F. Mion soit reconnu par ses interlocuteurs et ses subordonnés, qui vantent ses qualités remarquables d’intelligence et d’organisation, comme légitime à occuper ses fonctions, son jeune âge venant, par un mécanisme d’effet pervers en quelque sorte retourné en positif, valider sa réputation et sa prétention à l’excellence48.

42On mesure par ce cas exemplaire combien des carrières si accélérées peuvent avoir des effets déréalisants pour leurs bénéficiaires, imposant d’abord à leurs propres yeux l’évidence de leur supériorité et de leur vocation « naturelle » à diriger toutes les institutions qu’ils sont susceptibles de rejoindre. Le système de l’ENA et des grands corps, quelles que soient les qualités, souvent remarquables, de ceux qu’il élit et qu’il oint, est ainsi responsable d’un puissant effet de déréalisation auquel se trouvent soumis ses heureux élus. Le parcours de vie de ces individus qui, très bons élèves surinvestis dans la réussite scolaire et à ce titre souvent « adultes forcés » au sens de P. Bourdieu, sortent à peine de l’adolescence quand ils entrent à l’ENA puis, trois ans plus tard, sont placés par leur accès aux grands corps sur une véritable rampe de lancement qui les propulse à très grande vitesse vers les sommets, est plus que propice à susciter le vertige, voire la griserie d’être soi. Tout se passe comme si le rapport au temps qui contraint se trouvait suspendu, comme si le principe de réalité même se trouvait effracté, comme si l’âge adulte à peine abordé tenait les folles promesses de l’enfance et de l’adolescence. Il ne faut pas voir ailleurs la cause de cette sorte de suffisance d’état, d’arrogance statutaire que l’on rencontre souvent parmi les membres des grands corps et les externes bien classés, et beaucoup moins parmi des énarques internes qui ont en revanche « mis du temps » pour arriver là où ils sont. C’est d’ailleurs une interne qui nous a confié un jour : « L’ENA, c’est un système de sélection d’une élite adolescente ».

43Là gît sans conteste la grande différence avec le modèle allemand de fabrication des dirigeants administratifs qui « laisse du temps au temps » et juge de la capacité de certains individus à diriger l’appareil sur la base de leurs expériences et accomplissements professionnels au long cours, d’où la place importante de la formation professionnelle, au sein de la Bundesakademie (BAKÖV) de Bruhl pour les fonctionnaires fédéraux ou des Führungsakademie de Stuttgart et Führungskolleg de Speyer créés vers 1980-1990 pour ceux des länder, alors qu’en France l’idée que les hauts fonctionnaires puissent avoir besoin en cours de carrière de cycles de formation faisait jusqu’il y a peu figure d’incongruité.

  • 49 Pareto (Vilfredo), Traité de sociologie générale, Paris, Plon, 1959.

44Au terme d’une analyse à fondement comparé, telles sont les spécificités que l’on a cru pouvoir identifier dans le mode français de production des hauts fonctionnaires par l’ENA. S’imposent au final comme maîtres-mots de cette histoire l’anoblissement précoce et le rapport dominateur au temps que cet anoblissement ab initio autorise. C’est bien pourquoi l’histoire des « internes » n’est pas celle des « externes », et que celle des « grands corpsards » est encore tout autre. Le propre des énarques au regard des hauts fonctionnaires des pays voisins n’est donc pas de constituer objectivement une élite, au sens parétien d’un petit nombre d’élus qui « ont mérité de bonnes notes au concours de la vie49 », mais d’être les produits de modalités précoces de sélection-légitimation telles qu’elles les autorisent à se penser subjectivement comme appartenant dès le début de leur vie professionnelle à une élite, donc à revendiquer avec succès un oligopole sur les positions de pouvoir dans les appareils de pouvoir qu’ils peuplent. La comparaison avec leurs homologues allemands est des plus éclairante puisqu’eux aussi sont issus dans une proportion écrasante de 80 % des couches sociales minoritaires de la « bonne bourgeoisie » (gehobenes Bürgertum), bien que l’Allemagne soit dépourvue d’un système élitiste de sélection des dirigeants. À institutions différentes, résultats équivalents, en somme ? Voire. Car il n’est pas indifférent que les dirigeants allemands mettent plus de vingt années de carrière à devenir tels. Les dirigeants « à la française » – et, pour ne point manquer ici à l’équité, disons les polytechniciens et les professeurs agrégés de médecine ou de droit autant que les énarques – ont la jeunesse (relative) et l’arrogance en plus... L’on peut imaginer que ce n’est sans doute pas sans conséquence sur le « style de gouvernement » des institutions, des professions et de la société françaises.

Notes

1 Cultures administratives dont il est longuement question dans Eymeri (Jean-Michel), Les Gardiens de l’État. Une sociologie des énarques de ministère, thèse de doctorat de science politique (dir. Jacques Lagroye), université Panthéon-Sorbonne-Paris I, 1999, non sans parentés avec ce qu’écrit des directions générales de la Commission européenne Cini (Michelle), The European Commission. Leadership, Organisation and Culture in the EU Administration, Manchester, Manchester University Press, 1996.

2 Hughes (Everett C.), Men and their Work, New-York, The Free Press of Glencoe, 1958.

3 Voir Hughes (Everett C.), ibid. ; Abbott (Andrew), The System of Professions, Chicago, University of Chicago Press, 1988 ; Freidson (Eliot), La Profession médicale, Paris, Payot, 1984 ; Dubar (Claude), La Socialisation, Paris, Armand Colin, 1995.

4 Né en 1912, il est entré directement à l’Inspection des finances en 1936.

5 Bloch-Lainé (François), Profession : fonctionnaire, Paris, Le Seuil, 1976 ; Minc (Alain), La Machine égalitaire, Paris, Grasset, 1987.

6 Berger (Peter) et Luckmann (Thomas), La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksiek, 1986, p. 201 ; Lahire (Bernard), L’Homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

7 Gaxie (Daniel), « Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales », Revue française de science politique, vol. 52 (2-3), 2002, p. 170.

8 Lascoumes (Pierre), L’Éco-pouvoir. Environnement et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

9 Au sens de Merton (Robert K.), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965.

10 Deux exceptions, toutefois, sont à signaler : des académies diplomatiques, formant les personnels d’ambassade, existent dans maints États européens ; les écoles militaires sont aussi de tradition dans les armées occidentales.

11 Antoine (Michel), Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, Genève, Droz, 1970, p. 247-248.

12 Charle (Christophe), Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987 ; Chagnollaud (Dominique), Le Premier des ordres, Paris, Fayard, 1991 ; Lalumière (Pierre), L’Inspection des finances, Paris, PUF, 1959, p. 30.

13 Molina Alvarez de Cienfuegos (Ignacio), « Spain : still the primacy of corporatism ? », dans Page (Edward) et Wright (Vincent) (dir.), Bureaucratic Elites in Western European States, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 43.

14 Cassese (Sabino), « Italy’s senior civil service : an ossified world », dans ibid., p. 55-64.

15 Sotiropoulos (Dimitri), « A description of the greek higher civil service », dans Page (Edward) et Wright (Vincent) (dir.), Bureaucratic Elites in Western European States…, p. 26.

16 Dormagen (Jean-Yves), « Pourquoi il n’y a plus de haute fonction publique en Italie », dans Dreyfus (Françoise) et Eymeri (Jean-Michel) (dir.), Science politique de l’administration, Paris, Économica, 2005.

17 Birnbaum (Pierre), Les Sommets de l’État, Paris, Le Seuil, 1980 ; et, pour le long terme, Charle (Christophe), op. cit.

18 Meer (Frits van der) et Roborgh (Renk J.), Ambtenaren in Nederland, Alphen a/d Rijn, Samsom Tjeenk Willink, 1993.

19 Voir Larsson (Torbjörn), Le Gouvernement de la Suède, Stockholm, Statskontoret, 1995 ; Nomden (Koen), « So near but so far: a (cross) insight into the working life of Belgian and Dutch top officials », communication à la journée d’étude « Statut et rôle des hauts fonctionnaires dans l’Europe d’aujourd’hui » (organisateurs : Pascale Laborier, Jean-Michel Eymeri), Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (CURAPP), Université d’Amiens, 2001.

20 Comme, d’ailleurs, l’essentiel des dirigeants d’entreprises : voir Hartmann (Michael), « Class-specific habitus and the social reproduction of the business elite in Germany and France », The Sociological Review, vol. 48 (2), mai 2000, p. 241-261.

21 Derlien (Hans-Ulrich), « Continuity and change in the West German Federal executive elite, 1949-1984 », European Journal of Political Research, vol. 18, 1990, p. 349-372.

22 Tels Barberis (Peter), The Elite of the Elite : Permanent Secretaries in the British Higher Civil Service, Aldershot, Dartmouth, 1996 ; ou Richards (David), « Appointments to the highest grades in the Civil Service – Drawing the curtain open », Public Administration, vol. 74, 1996, p. 657-677.

23 Knapp (Andrew), « Vers un gouvernement d’inconnus ? Hommes politiques et hauts fonctionnaires en Grande-Bretagne », dans Suleiman (Ezra) et Mendras (Henri) (dir.), Le Recrutement des élites en Europe, Paris, La Découverte, 1995, p. 129.

24 Voir, à ce sujet, Pinçon (Michel) et Pinçon-charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2000. Pour s’en tenir à quelques exemples, le Conseil d’État et l’Inspection des finances comprennent des représentants de familles particulièrement illustres (familles de Broglie, de Castries, d’Harcourt), de familles d’ancienne noblesse d’épée (familles de Boisdeffre, de Chalendar, de Charrette, de Montgolfier), de familles mi-aristocratiques mi-grandes bourgeoises habituées à la fois du Bottin Mondain, des milieux d’affaires et du service de l’État depuis le XIXe siècle (familles Arrighi de Casanova, Giscard d’Estaing, Jacquin de Margerie, de Panafieu, de Rosen, Villeroy de Galhau) ou de familles « simplement » grand-bourgeoises telles les Bloch-Laîné, Deniau, Froment-Meurice, Jurgensen, Schweitzer, etc.

25 Ce taux est le rapport, pour chaque catégorie, reçus au concours d’entrée/présents au concours x 100.

26 Voir la contribution de Michael Hartmann au présent ouvrage.

27 Euriat (Michel) et Thélot (Claude), « Le recrutement social de l’élite scolaire depuis quarante ans », Éducations et Formations, vol. 41, 1995, p. 3-20.

28 Scott (John), Who rules Britain ?, Cambridge, Polity Press, 1991.

29 Knapp (Andrew), art. cité, p. 134.

30 Barberis (Peter), op. cit. ; Chapman (Robert A.), « Civil Service Recruitment : fairness or preferential advantage », Public Policy and Administration, vol. 8, 1993, p. 68-73 ; Rhodes (Rod A.W.), « United Kingdom: “Everybody but us” », dans Rhodes (Rod A.W.) et Weller (Patrick) (dir.), The Changing World of Top Officials. Mandarins or Valets ?, Buckingham, Open University Press, 2001 ; Richards (David), « The higher civil service, the Westminster/Whitehall model and the British political tradition », communication à la journée d’étude « Statut et rôle des hauts fonctionnaires dans l’Europe d’aujourd’hui » citée supra.

31 Dans les lignes en caractères romains, chaque individu n’est compté qu’une fois : la catégorie « Grande école » compte ainsi des personnes également diplômées de 2e cycle mais qui n’apparaissent pas à cette ligne, qui inclut ceux dont c’est l’unique diplôme. Les lignes en caractères italiques comportent des totalisations partielles qui ne doivent pas être incluses pour calculer le total général en dernière ligne. Les « grandes écoles » selon l’ENA s’entendent lato sensu : ENS, Polytechnique, Centrale, HEC, ESSEC (École supérieure des sciences économiques et commeciales), ESCP (École supérieure de commerce de Paris), mais aussi Navale, Saint-Cyr, Véto, petites écoles d’ingénieur ou de commerce provinciales, etc.

32 IEP : il s’agit là de l’ensemble des Instituts d’études politiques, Paris et province.

33 Sur son histoire, voir Favre (Pierre), Naissances de la science politique en France. 1870-1914, Paris, Fayard, 1989 ; Vincent (Gérard), Sciences Po. Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987 ; et, pour une vision critique, Garrigou (Alain), Les Élites contre la République. Sciences Po et l’ENA, Paris, La Découverte, 2002.

34 Derlien (Hans-Ulrich), « Compétence bureaucratique et allégeances politiques en Allemagne », dans Suleiman (Ezra) et Mendras (Henri), op. cit., p. 78.

35 Peters (B. Guy), The Politics of Bureaucracy. A Comparative Perspective, New York, Longman, 1978.

36 Derlien (Hans-Ulrich), « Public administration in Germany : political and societal relations », dans Pierre (Jon) (dir.), Bureaucracy in the Modern State, Aldershot, Edward Elgar, 1995, p. 69-70.

37 Voir sur ce point Döhler (Marian), « Rationalities and behaviour of the german ministerial bureaucrats », communication à la journée d’étude « Statut et rôle des hauts fonctionnaires… », p. 10.

38 Derlien (Hans-Ulrich), « Compétence bureaucratique… », art. cit., p. 76.

39 Goffman (Erving), Asiles, Paris, Minuit, 1968.

40 Pour montrer à l’œuvre cette logique de comportement dont la mise au jour est le résultat d’années de recherches, il faudrait analyser la manière dont les énarques participent, ex officio, aux procès de gouvernement de la société française. À cette fin, on ne peut que renvoyer ici à Eymeri (Jean-Michel), La Fabrique des énarques, Paris, Économica, 2001.

41 Sur F. Tönnies par rapport à M. Weber voir Nisbet (Robert), La Tradition sociologique, Paris, PUF, 1993, p. 260-274 ; sur la théorie des « groupes de statut », voir Weber (Max), Économie et Société, Paris, Plon, 1995, tome 1, p. 391-400, ainsi que la traduction anglaise Economy and Society, New York, Bedminster Press, 1968, chap. IX, p. 926-939.

42 Boltanski (Luc) et Thévenot (Laurent), De la Justification, Paris, Gallimard, 1991.

43 Bourdieu (Pierre), op. cit.

44 Ibid.

45 Cailleteau (François) et Bonnardot (Gérard), « Le recrutement des généraux en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne », dans Suleiman (Ezra) et Mendras (Henri), op. cit., p. 158-180.

46 « Pour l’essentiel » vise à tenir compte du cas de certains hauts fonctionnaires qui deviennent tels non en vertu d’une appartenance corporative, mais à raison des positions administratives supérieures auxquelles ils sont appelés, en général pour un temps, tels les universitaires qui deviennent recteurs d’Académie.

47 Pour le dire avec Suleiman (Ezra), « Les élites de l’administration et de la politique dans la France de la Ve République : homogénéité, puissance, permanence », dans Suleiman (Ezra) et Mendras (Henri), op. cit., p. 34.

48 En 2003, F. Mion s’est fait placer en disponibilité pour rejoindre, comme avocat, le bureau parisien d’un grand cabinet international, Allen & Overy, dont il est devenu associé en mai 2005. Cette enrichissante expérience le positionnera, dès avant 40 ans, comme un « passeur » capable d’insuffler dans l’administration les « bonnes pratiques » du secteur privé : à l’ère du « nouveau management public », c’est là un profil de dirigeant qui pourra jouer gagnant, et sur du velours… durant un quart de siècle.

49 Pareto (Vilfredo), Traité de sociologie générale, Paris, Plon, 1959.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Proportion des élèves de l’ENA issus des deux concours nés en région parisienne (en pourcentage du total)
Légende Source : états statistiques de l’ENA.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/770/img-1.jpg
Fichier image/, 40k
Titre Tableau 2. Répartition des élèves de l’ENA en fonction de la profession et catégorie socioprofessionnelle (PCS) du père (1987-1996)
Légende Source : EYMERI (Jean-Michel), La Fabrique des énarques, Paris, Économica, 2001.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/770/img-2.jpg
Fichier image/, 212k
Titre Tableau 3. Répartition des élèves reçus dans les grandes écoles par PCS du père dans les années 1970
Légende Source : BOURDIEU (Pierre), La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989, p. 192. NB : Les regroupements en 1, 2, 3, 4, 5 et 6, conformes à la nomenclature actuelle des PCS sont de notre fait, ce qui introduit quelques biais.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/770/img-3.jpg
Fichier image/, 268k
Titre Tableau 5. Diplômes des candidats reçus aux concours de l’ENA (1987-1996)31
Légende Note 3232Source : nos calculs sur les statistiques du service des concours de l’ENA.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/770/img-4.jpg
Fichier image/, 132k

Auteur

Agrégé de science politique, est professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Toulouse, où il dirige le Laboratoire des sciences sociales du politique (LaSSP). Ses travaux portent sur la sociologie des institutions et de l’action publiques, tant au niveau de l’Union européenne que d’une comparaison européenne des États-nations, avec un intérêt particulier pour la place et le rôle des hauts fonctionnaires

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540