Version classiqueVersion mobile

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Deuxième partie. Divergences et convergences actuelles

Le recrutement des dirigeants des grandes entreprises en Allemagne

Une sélection sociale en l’absence d’institutions de formation des élites

Michael Hartmann
Traduction de Marie Gravey

Texte intégral

Les diplômes des dirigeants des grandes entreprises

  • 1 Hartmann (Michael), « Class-specific habitus and the social reproduction of the business elite in G (...)

1Il est à première vue difficile d’opposer les dirigeants français et allemands en matière de formation. Si l’on considère les 100 plus grandes entreprises des deux pays, neuf présidents de directoire ou présidents-directeurs généraux (PDG) sur dix ont obtenu un diplôme du supérieur. Cette première observation occulte pourtant une différence importante. Tandis que les présidents de directoire allemands se répartissent de façon assez équilibrée entre les différentes universités, les PDG français se concentrent sur quelques grandes écoles au recrutement élitiste. Plus du tiers d’entre eux ont fait leurs études dans l’une des trois écoles parisiennes les plus réputées : l’École polytechnique, l’École nationale de l’administration (ENA) ou les Hautes études commerciales (HEC)1. Leurs collègues allemands ont en revanche obtenu leurs diplômes dans 21 des 25 universités existant à l’époque où ils ont fait leurs études. Les universités connues comme celles de Cologne, Munich ou Berlin sont certes davantage représentées (un peu plus de 5 % pour chacune) chez les présidents de directoire que celles de Karlsruhe, Mayence ou Würzburg par exemple, mais ce pourcentage correspond presque exactement à leur part dans la population étudiante totale. On ne peut donc parler d’une concentration sur certaines institutions.

2Cette tendance se confirme si l’on considère un cercle de dirigeants plus large. Au sein d’un corpus d’un peu plus de 6 500 ingénieurs, juristes et scientifiques ayant obtenu le titre de docteur en 1955, 1965, 1975 et 1985, on ne peut identifier de lien entre la fréquentation d’une université et la réussite professionnelle dans le secteur économique. Parmi les docteurs de l’année 1955 qui ont réussi à intégrer la direction d’une des 400 plus grandes entreprises allemandes, un peu plus de 20 % ont certes étudié à Cologne, mais cette proportion correspond presque exactement à la part de cette université parmi tous les doctorats de l’année 1955. Et Cologne n’est plus du tout représentée chez les diplômés qui ont réussi en 1985. Cette université n’a donc pas une position plus privilégiée qu’une autre.

  • 2 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten. Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in Wi (...)

3Même le doctorat, le titre universitaire le plus élevé, n’a pas le prestige des diplômes des grandes écoles françaises les plus réputées. Il se distingue moins par une faible sélection sociale – jusque dans les années 1970, elle était également particulièrement forte dans les disciplines déterminantes pour le recrutement des élites (sciences de l’ingénieur, droit et sciences économiques) avec un recrutement à 60 % dans la bourgeoisie2, – que par un prestige social inférieur et par l’absence d’esprit de corps chez les promus. D’une part, à la différence du diplôme d’une grande école, le doctorat n’a pas vocation à procurer un statut d’élite ; il a avant tout une vocation scientifique. Le nombre total de titres attribués, en intégrant les autres disciplines, est sensiblement plus élevé qu’en France : il était déjà de 5 000 à 10 000 par an dans les années 1950 et 1960, puis a augmenté pour dépasser les 20 000 dans le cadre de la massification de l’enseignement supérieur. D’autre part, à la différence des études à l’ENA ou à Polytechnique, le cursus est très individualisé ; il n’y a pas de classement hiérarchique des universités allemandes. L’université de soutenance est donc relativement indifférente.

Les enfants de la bourgeoisie dominent : l’origine sociale des grands dirigeants

  • 3 La bourgeoisie rassemble les patrons, les cadres dirigeants, les hauts fonctionnaires, les professi (...)
  • 4 Sur le recrutement des responsables allemands de l’industrie au cours du XXe siècle, voir notamment(...)

4Avec cette sélectivité sensiblement plus faible des diplômes allemands, il est d’autant plus étonnant que le recrutement social des dirigeants allemands soit presque le même que celui de leurs collègues français. Plus des quatre cinquièmes sont issus de la bourgeoisie, c’est-à-dire de la fraction supérieure de 3,5 % de la population, et même près de la moitié de la haute bourgeoisie, c’est-à-dire d’une élite de 0,5 %3. En revanche, seul 1 sur 9 provient du monde ouvrier ou de la classe moyenne4. Même la répartition entre les différents groupes à l’intérieur de la bourgeoisie correspond largement à sa composition effective : un bon tiers des dirigeants avaient pour père un patron, environ un quart un haut fonctionnaire ou quelqu’un exerçant une profession libérale, à peu près un septième un cadre dirigeant et un vingtième un propriétaire foncier ou un officier supérieur.

  • 5 On entend ici par bourgeoisie la part de la bourgeoisie qui ne fait pas partie de la haute bourgeoi (...)

5La prédominance des enfants issus de la bourgeoisie au sein des couches dirigeantes de l’économie est également flagrante chez les docteurs promus au cours des quatre années étudiées. Parmi tous les docteurs, environ 1 sur 8 a réussi à occuper une fonction dirigeante importante dans l’économie, et 1 sur 30 dans une des plus grandes entreprises. Mais les réussites professionnelles se répartissent de manière extrêmement inégale entre les différentes catégories d’origine. Parmi les docteurs issus d’un milieu ouvrier, seuls 9,3 % ont atteint le niveau dirigeant, contre 13,2 % pour la bourgeoisie5 et 19 % pour la haute bourgeoisie. Les résultats sont encore plus nets si l’on ne considère que les 400 plus grandes entreprises. Alors que les docteurs d’origine ouvrière ou moyenne ne sont que 2 % à avoir obtenu un poste de haut dirigeant dans l’une de ces entreprises, ceux issus de la bourgeoisie sont, avec 3,9 %, deux fois plus nombreux, et ceux de la haute bourgeoisie, avec 6,2 %, trois fois plus nombreux (voir le tableau 1).

  • 6 La rupture nette et étonnante de la promotion de l’année 1985 peut s’expliquer pour l’essentiel par (...)

Tableau 1. Docteurs ayant effectué une carrière en entreprise selon l’origine sociale et l’année de soutenance (en %)6

Tableau 1. Docteurs ayant effectué une carrière en entreprise selon l’origine sociale et l’année de soutenance (en %)6
  • 7 La prise en compte de facteurs liés aux conditions des études, tels que leur durée, le séjour à l’é (...)

6Cette tendance se renforce encore si l’on précise la répartition des chances de réussite d’après l’origine sociale, sans toutefois distinguer bourgeoisie et haute bourgeoisie. Ceux qui ont le moins de chances de parvenir à la direction dans le secteur économique sont les enfants d’ouvriers, avec seulement 5,9 %, suivis par les enfants d’employés, de cadres moyens ou de petits ou moyens fonctionnaires avec 8,7 %. Ceux qui réussissent le mieux sont les enfants d’hommes d’affaires, d’officiers supérieurs et de propriétaires fonciers ainsi que ceux des grands patrons avec 16,2 % à 18,9 %. Pour ce qui est des postes de direction dans les plus grandes entreprises, les différences sont encore plus nettes. Les enfants d’ouvriers sont, avec 0,5 % en tout et pour tout, de nouveau au bas de l’échelle. Ce sont les enfants d’hommes d’affaires, d’officiers supérieurs et de propriétaires fonciers que l’on trouve au sommet, avec une part de 4,5 % à 5,8 % (voir le tableau 2). Les chances d’obtenir une place à la direction d’une grande entreprise sont donc 10 fois plus grandes pour le fils d’un cadre supérieur que pour celui d’un ouvrier, bien que leur niveau de fin d’études soit, avec le doctorat, strictement identique7.

Tableau 2. Docteurs ayant fait carrière en entreprise selon l’origine sociale (en %)

Origine sociale

Position dirigeante

Position dirigeante dans l’une des 400 plus grandes entreprises

Ouvriers

5,9

0,5

Agriculteurs

11,5

2,9

Employés, cadres moyens, petits et moyens fonctionnaires

8,7

2,6

Cadres moyens et fonctionnaires supérieurs

9,1

2,5

Petits indépendants

12,5

1,1

Hommes d’affaires

16,2

4,9

Professions libérales

13,5

3,7

Officiers et propriétaires fonciers

17,5

5,8

Hauts fonctionnaires

11,1

3,4

Cadres dirigeants

14,3

4,9

Grands patrons

18,9

3,1

Total

12,3

3,4

  • 8 Bürklin (Wilhelm), Rebenstorf (Hilke) et al., Eliten in Deutschland. Rekrutierung und Integration, (...)
  • 9 Pour des données plus précises sur l’impact de l’élargissement de l’enseignement sur les différente (...)
  • 10 Pour l’année 1985, le calcul n’avait guère de sens en raison du nombre très faible des personnes (4 (...)
  • 11 En raison des chiffres très bas (5 personnes seulement) pour l’année 1985, le calcul n’a pas été fa (...)

7À l’encontre de la position défendue par la grande majorité des chercheurs allemands qui se consacrent aux élites8, cette tendance ne s’atténue pas avec le temps. La sélection sociale par le diplôme s’est certes effectivement réduite avec l’ouverture de l’enseignement supérieur. Cela vaut également pour le doctorat, comme le montre l’augmentation de 18 % des thèses soutenues entre 1975 et 1985 ; cependant, pour ce qui est de l’attribution de postes de direction dans l’économie, la sélection a continué de s’accentuer. Parmi les thèses soutenues en 1975 et 1985, déjà concernées par la massification de l’enseignement supérieur, les écarts en faveur des enfants de la bourgeoisie sont nettement plus importants que dans les années précédentes9, comme le montre déjà la répartition générale (voir le tableau 1) ; cette tendance se confirme si l’on affine l’analyse avec tous les paramètres précédemment évoqués. Par rapport à 1955, l’avantage des enfants de la bourgeoisie augmente, dans les deux dernières années considérées, de 32 % et 49 %. Dans les plus grandes entreprises, les effets d’une fermeture croissante sont encore beaucoup plus nets, avec une augmentation de 75 % pour la promotion de 197510 ; en outre, ils s’amorcent dix ans plus tôt. C’est toutefois pour les enfants de la haute bourgeoisie que la sélection sociale renforcée au fil du temps est la plus favorable. Par rapport à la promotion 1955, l’écart entre leur taux de réussite et celui des docteurs issus de la « population normale » s’accroît en 1975 de 54 % supplémentaires. À la tête des grandes entreprises, l’avantage d’être issu de la haute bourgeoisie augmente même avec les années, de 40 % en 1965 à 136 % en 197511. Les enfants de la haute bourgeoisie ont cinq fois plus de chances d’obtenir un poste de direction que les docteurs issus des catégories ouvrières ou moyennes.

L’habitus est décisif

8Comment expliquer que l’homogénéité sociale de l’élite économique allemande soit aussi importante que celle de l’élite française, alors qu’il n’y a en Allemagne aucune institution vouée exclusivement à la formation des élites ? Le diplôme universitaire est certes également indispensable en Allemagne pour réussir une carrière dirigeante, mais il ne représente rien d’autre qu’une condition sine qua non, comme l’indiquait un consultant en ressources humaines : « Si vous pensez aujourd’hui aux quadragénaires, ils sont d’une époque où le suicide était presque la seule manière d’échapper aux études, ce n’est donc plus un critère. »

  • 12 Les femmes ne jouent toujours aucun rôle dans les états-majors des grandes entreprises.

9L’absence d’établissement de formation des élites ne rend pas la possession d’un diplôme universitaire suffisante pour faire carrière dans une grande entreprise. L’habitus est déterminant pour la réussite attendue des fils12 de familles appartenant à la bourgeoisie et surtout à la haute bourgeoisie. Pour entrer à la direction d’une grande entreprise, il faut avoir une manière d’être semblable à celle des personnes qui y siègent déjà. Dans les grandes entreprises, un très petit nombre de personnes – dans les sociétés cotées, uniquement les membres du directoire en général et, dans le cas du président du directoire, également le président du conseil de surveillance ; dans les entreprises familiales, les membres de la direction – recrutent aux postes de direction. Dans une procédure aussi peu formalisée, la proximité avec les « décideurs », en matière de comportement et d’opinion, est décisive. Les décisions de recrutement sont en effet prises d’après des logiques moins rationnelles qu’on ne le supposerait en voyant les longues listes de critères utilisées dans la plupart des grandes entreprises. Il faut d’abord être originaire de la même « écurie » ; « l’alchimie doit prendre ».

  • 13 Offe (Claus), « Wie können wir unseren Mitbürgern vertrauen ? », voir Hartmann (Michael) et Offe (C (...)

10Cette exigence est essentiellement liée au besoin de s’entourer de personnes de confiance. Pour des fonctions dirigeantes, cette confiance ne peut guère, voire pas du tout, être remplacée par d’autres atouts habituellement utilisables. Il est en effet difficile pour s’imposer, au sein du directoire, de recourir avec succès à des ressources alternatives telles que « l’argent, le pouvoir et le savoir », auxquelles les « personnes aisées, puissantes et bien informées » font par ailleurs appel13. La déclaration d’un dirigeant important l’indique clairement :

« Il faut voir le directoire comme une communauté de destins. En général, l’échec d’un directoire est celui du groupe et moins celui d’individus. Il y a bien sûr toujours des gens qui ne conviennent pas, qui ne savent pas traiter les problèmes comme on l’attend d’eux, et échouent en tant que personne. Mais la réussite ou l’échec d’une entreprise est lié au travail commun du directoire. Il s’agit là de faire confiance, de soutenir l’autre, de s’encourager et de s’aider mutuellement. Et cela fonctionne mieux quand on a de bons rapports avec les gens. »

  • 14 Pour plus de détails sur les caractères personnels, voir Hartmann (Michael), Topmanager Die Rekru (...)

11Ce critère, qui indique si l’on aura de bons rapports, si l’on peut faire confiance, repose sur l’habitus de la personne en question ; il permet de décider si cette personne est acceptée comme collègue au directoire. On le détecte dans les états-majors des grandes entreprises allemandes à travers quatre caractéristiques principales : le degré de familiarité avec les codes vestimentaires et comportementaux, une large culture générale au sens de la culture bourgeoise classique, un esprit d’entreprise (avec la vision optimiste de l’avenir qui lui est nécessairement associée selon les dirigeants) ainsi que – et c’est l’élément le plus important – une présence et une attitude traduisant de la confiance en soi14.

  • 15 Kajo Neukirchen, avec Jürgen Schrempp l’une des ascensions sociales les plus en vue dans l’économie (...)

12La connaissance intime des codes vestimentaires et comportementaux a une grande importance : elle permet de savoir si un candidat connaît les règles tacites en vigueur dans ces milieux, et s’il est prêt à les accepter. Elle se manifeste notamment dans le choix des vêtements. Celui qui porte des chaussures hongroises faites main montre qu’il a du goût ; celui qui porte lors de l’entretien de présentation un nœud papillon ou une bague voyante montre le contraire. Les différences déterminantes sont toutefois souvent beaucoup plus subtiles que ces exemples (choisis en raison de leur clarté) ne le laissent supposer. Ainsi, un costume un peu trop clair peut faire un mauvais effet durable sur les décideurs : il s’agit précisément de nuances. Cela vaut également pour le savoirvivre. Savoir regarder la carte des vins compte autant que l’attitude à la fois amicale et distante à l’égard du personnel subordonné15.

  • 16 Voir Hartmann (Michael), « Das Elitebewußtsein der deutschen Spitzenmanager », Kursbuch, vol. 139 ((...)
  • 17 En raison du manque d’études comparables sur le recrutement des dirigeants de grandes entreprises d (...)

13Dans les états-majors des grandes entreprises allemandes, une vaste culture générale, conforme pour une large mesure (ce qui étonne de nombreux observateurs) aux anciennes représentations bourgeoises de la culture, compte aussi beaucoup : d’une part, elle est perçue comme signe de cette aptitude nécessaire à « regarder plus loin que le bout de son nez », d’autre part, elle constitue une caractéristique primordiale pour prétendre représenter le cœur de l’élite sociale16. Le PDG d’un groupe automobile qui s’entretient avec des candidats à des fonctions dirigeantes uniquement d’opéra et de musique s’inscrit dans cette tendance. La culture générale fait l’objet d’une grande attention, même si les nombreux conseillers en matière de carrière n’y font guère référence. Des présidents de directoires comme Mathias Döpfner (Springer), qui a fait des études de musicologie et a un doctorat dans cette discipline, ou Hubertus von Grünberg (devenu président du conseil de surveillance de Continental après avoir atteint la limite d’âge au directoire), qui voulait à l’origine étudier la musique et non la physique, sont certes des exceptions, mais ils reflètent l’importance que peut avoir l’intérêt pour la musique au sein de l’élite économique allemande17.

14L’importance considérable accordée à l’esprit d’entreprise n’est guère étonnante, compte tenu de la discussion menée aujourd’hui jusque dans le grand public sur les faiblesses des entreprises à l’organisation bureaucratisée. De l’énergie, du flair, des idées et un état d’esprit très optimiste, voilà ce que l’on attend d’un haut dirigeant dans l’économie, comme le montre l’exemple suivant. Un candidat au directoire d’une grande entreprise de produits alimentaires devait, pour parvenir à la salle de réunion, se frayer un chemin à travers des policiers qui bloquaient l’accès au siège de l’entreprise pour une enquête. Lorsque le patron lui a annoncé qu’il y avait un « problème énorme », il a réagi ainsi : « Comment, un problème ? Eh bien, il faut le résoudre. » Ce genre de comportement démontre une décontraction même dans des circonstances difficiles, une confiance en soi presque inébranlable et un esprit d’initiative.

15Mais ces différentes justifications, aussi plausibles soient-elles, ne sont pas suffisantes. Faire son choix parmi des candidats sur des critères de ce genre signifie que l’on cherche en fait son semblable. Le candidat est « le bon » lorsqu’il montre des goûts voisins sinon identiques, qu’il partage la même appréciation d’une vaste culture générale, qu’il pense et agit en patron et est sûr de lui. C’est l’homme que l’on voit en soi-même qui est ainsi décrit dans les états-majors. Croire qu’on est la bonne personne à la bonne place fait apparaître comme presque nécessaire, en tout cas comme justifié, de chercher à s’entourer de quelqu’un qui possède ces qualités. Des membres de la bourgeoisie préfèrent nettement avoir pour collègues ou successeurs des personnes issues de cette même bourgeoisie. Ce n’est en général que chez elles que l’on trouve les qualités exigées ou souhaitées de manière assez marquée, qu’il s’agisse de la familiarité avec les codes vestimentaires et comportementaux, de la culture générale, de l’esprit d’entreprise et de la souveraineté individuelle dans l’apparence et le comportement. Cette dernière condition est finalement le critère le plus important pour occuper des postes de direction dans l’économie : il faut évoluer avec naturel au sein de la direction d’une grande entreprise. C’est bien sûr d’autant plus facile pour ceux qui ont grandi dans ce milieu. Il manque presque toujours aux personnes en ascension sociale l’aisance attendue dans le comportement, ainsi que l’aptitude à remettre habilement en question le canon officiel et les codes en vigueur, voire à s’en écarter le cas échéant.

16La souveraineté se manifeste également dans les qualités déjà évoquées pour faire carrière. Seul celui qui a vraiment intégré les codes de la « bonne société » est aussi en mesure d’en ignorer consciemment une part pour en tirer un avantage important. La consultante en ressources humaines qui réussissait le mieux à l’époque où a été réalisée l’enquête sur les dirigeants en est un bon exemple. Elle jouait consciemment, à l’encontre des règles en vigueur dans les milieux économiques, de ses « charmes féminins », portant par exemple non pas le tailleur anglais classique et correct, mais une minijupe voyante. Cette disposition à s’écarter du code vestimentaire habituel s’explique sans doute pour une large part par le fait que, comme fille du président du directoire d’une grande entreprise allemande bien établie, elle connaissait bien le milieu et pouvait en prévoir assez précisément les réactions et les préférences. Son succès lui a donné raison. La même tendance s’observe pour les autres dimensions. Celui qui, en matière de culture, ne reste pas prisonnier des règles de la culture bourgeoise apprises laborieusement, mais s’autorise ce qui apparaît clairement comme son propre jugement, gagne en général, à condition d’avoir toutefois une connaissance intime du canon officiel. C’est justement le caractère laborieux de l’appropriation de la culture qui discrédite tous ceux qui n’ont pas appris sans même le vouloir, dès l’enfance, les éléments importants pour faire carrière dans l’économie. Il faut posséder les ressources personnelles essentielles pour l’accès à des postes de direction, sans en laisser deviner le processus d’acquisition.

17La souveraineté, qui inclut le maniement ludique des règles en vigueur, marque une différence décisive entre ceux qui en sont et ceux qui voudraient en être. Le célèbre philosophe Max Horkheimer, fils d’un important industriel du textile, familier dès son enfance des usages de la haute bourgeoisie, l’a exprimé ainsi :

  • 18 Horkheimer (Max), Dämmerung, Zurich, 1934, p. 23. Ce fait a également été décrit précisément par Pi (...)

« Les débuts sont toujours difficiles, et comme la plupart des gens n’ont, dans le meilleur des cas, qu’une occasion de parvenir à de meilleures conditions de vie, qu’une chance de démarrer, ils ratent ce début et restent dans leur misère. Quiconque entre dans un salon sans y être habitué se comporte avec maladresse ; et c’est la catastrophe s’il montre qu’il désire y être. La liberté, l’aisance, le « naturel » qui rendent un homme sympathique dans les milieux supérieurs sont un effet de la confiance en soi, qui est en général l’apanage de ceux qui en ont toujours été et peuvent être sûrs d’y rester. La grande bourgeoisie reconnaît les hommes avec qui elle aime être, les hommes “sympathiques”, à chaque mot18. »

18Il n’est donc pas étonnant que les enfants de la bourgeoisie, et plus encore de la haute bourgeoisie, aient de plus grandes chances de parvenir à des postes de direction dans de grandes entreprises que leurs concurrents qui ont grandi dans des familles d’ouvriers, d’employés ou de fonctionnaires « normaux ». Un consultant en ressources humaines disposant d’une longue expérience dirigeante dans l’industrie exprime ainsi l’avantage décisif lié à une éducation dans un « milieu élevé » :

« Ce que l’on appelle “une bonne famille” reste un avantage, car c’est là que l’on s’imprègne des bases en matière de culture générale et de comportement, qui vous accompagnent tout au long de votre vie. L’on peut sûrement développer des capacités d’analyse quand on vient d’une famille d’ouvriers. En revanche, ce que l’on entend par assurance, souveraineté, sont des choses que l’on reçoit dès le berceau. Ces choses sont difficiles à apprendre, comme tout ce qui est lié au style et à l’apparence. Je le remarque chez mes collègues : il existe un fort comportement de compensation chez ceux qui proviennent de familles modestes. »

19L’habitus adéquat va également de pair avec trois autres avantages qui le soutiennent, et qu’un milieu social élevé apporte. Premièrement, les attentes explicites ou implicites de la famille influencent le choix de la trajectoire. Une personne issue de la famille d’un patron qui a réussi ou d’un procureur général se fixera d’emblée des objectifs différents de ceux des enfants de familles « normales ». Baccalauréat, études supérieures et carrière professionnelle vont de soi ; seul le domaine dans lequel cette carrière se fera reste ouvert. Un consultant en ressources humaines provenant d’une famille noble de l’Est de l’Elbe l’exprime de manière frappante : « C’était tout simplement le souhait, le souhait tacite de la famille : un de “X” ne reste pas au second plan. Ce n’est pas possible. Non qu’on ne m’ait jamais dit cela, mais c’était le fil directeur. »

20Deuxièmement, les enfants de la bourgeoisie, et plus encore de la haute bourgeoisie, profitent des informations et des sources d’information dont dispose la famille. Ils peuvent s’en servir pour postuler à un poste de management. Ils sont, grâce à leurs origines, mieux informés de l’ensemble des facteurs déterminants pour leur carrière et ils ont, en plus, la possibilité de s’informer précisément des critères importants, dans la mesure où ils bénéficient des relations et des contacts familiaux nécessaires.

21Enfin, ces enfants peuvent se permettre de prendre des risques devant lesquels reculent les personnes d’origine plus modeste, parce qu’ils savent que la famille dispose d’un filet de sécurité tout prêt en cas de nécessité. Le jeune patron qui sait pouvoir compter sur les ressources familiales en cas de difficulté pourra se montrer d’autant plus serein dans le monde des affaires et y prendre plus de risques que celui qui met toute sa vie en jeu. Il en va de même pour les jeux d’argent ou pour la bourse. Celui qui peut puiser dans des ressources financières confortables peut oser davantage. Si l’on a un million d’euros derrière soi, on peut tout à fait en investir quelques dizaines de milliers dans une action risquée, alors que si l’on n’a que 50 000 euros, ce n’est pas possible. Or, c’est précisément la disposition à prendre des risques qui caractérise le manager qui réussit. Quelqu’un qui assume des tâches risquées se détache de la masse et se montre capable d’exercer des responsabilités élevées. Christoph Mohn, le fils du patriarche de Bertelsmann Reinhard, a déjà réussi, en tant que patron de Lycos-Bertelsmann, l’épreuve du feu qui pourrait lui permettre de prendre un jour la tête de la maison mère. Il a montré à la direction de cette entreprise son goût du risque et son dynamisme, qu’il n’a toutefois pu exprimer que parce que le groupe de son père a pris en charge les pertes de près de 40 millions d’euros réalisées jusque-là. Il n’a pu agir de manière risquée que parce qu’il avait le soutien nécessaire.

Carrières dans la justice, la politique ou la science

  • 19 Dahrendorf (Ralf), Gesellschaft und Demokratie…, op. cit. ; Bürklin (Wilhelm) et Rebenstorf (Hilke) (...)

22Une telle prédominance des enfants de la bourgeoisie et plus encore de la haute bourgeoisie observée dans l’économie ne se retrouve apparemment pas dans les échelons supérieurs de la justice, de la politique et des sciences. Ils sont certes largement sur-représentés dans ces domaines, comme le montrent des études anciennes et récentes sur les élites19, mais leur taux de réussite est nettement plus bas que dans l’économie. De manière générale, les chances d’ascension des enfants des milieux modestes sont particulièrement élevées en politique. Les enfants d’ouvriers ou de la classe moyenne qui ont obtenu un doctorat réussissent surtout dans le domaine scientifique (voir le tableau 3).

Tableau 3. Carrières d’élite selon l’origine sociale et le secteur professionnel (en % de chaque catégorie d’origine)

Tableau 3. Carrières d’élite selon l’origine sociale et le secteur professionnel (en % de chaque catégorie d’origine)
  • 20 Cette règle détermine les carrières dans les grands partis de masse (Volksparteien) CDU (union chré (...)
  • 21 Herzog (Dietrich), « Der moderne Berufspolitiker. Karrierebedingungen und Funktion in westlichen De (...)
  • 22 Haensch (Günther) et Tümmers (Hans J.), Frankreich. Politik, Wirtschaft, Gesellschaft, Munich, Beck (...)

23Les perspectives de carrière nettement plus favorables qui s’offrent aux docteurs issus des milieux modestes dans ces autres secteurs professionnels montrent que les exigences habituelles et les mécanismes de sélection s’y différencient plus ou moins de ceux de l’économie. Dans le domaine politique, le principe de l’ascension laborieuse est toujours en vigueur. Celui qui veut réussir au Bundestag ou au ministère du Land doit commencer en bas, dans les sections locales20. « L’ascension progressive au sein d’un parti, commencée le plus souvent à des postes de direction locale [représente] un préalable nécessaire à l’obtention d’une fonction importante au niveau national21 ». À la différence des partis de cadres classiques constitués de notables, les procédures électives plutôt démocratiques dans les grands partis de masse assurent à la base, relativement large sur le plan social, une influence non négligeable sur le choix du candidat. En Allemagne, les hommes politiques doivent en outre, pour réussir, montrer certaines affinités avec leur clientèle électorale. Tous ces éléments favorisent les candidats qui ne sont pas trop éloignés dans leur habitus de la base souvent invoquée. C’est pourquoi un habitus petit-bourgeois assez marqué ne peut nuire en politique ; c’est même plutôt un avantage. Il y a là une grande différence avec la France. Tandis que chacun des cinq chanceliers fédéraux depuis Konrad Adenauer à une exception près – Helmut Schmidt avait pour père un enseignant du secondaire – provenaient de la petite bourgeoisie ou du monde ouvrier, les trois présidents de la République après de Gaulle sont issus de la haute bourgeoisie (Valéry Giscard d’Estaing) ou de la bourgeoisie (François Mitterrand et Jacques Chirac) et de même que respectivement deux (Edouard Balladur et Edith Cresson) et cinq (Raymond Barre, Laurent Fabius, Michel Rocard, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin) des onze premiers ministres français les plus récents. Dans le monde politique français, avec ses partis beaucoup plus petits et souvent structurés comme des partis de notables, les règles ne sont pas les mêmes que dans les grands partis de masse allemands. Avec le système des grandes écoles, le monde politique français offre aux enfants de la bourgeoisie des chances aussi grandes que le monde économique22. Les passages d’une position importante dans le secteur politique à une fonction équivalente dans le secteur économique sont fréquents, alors qu’ils sont exceptionnels en Allemagne.

  • 23 Sur les procédures de recrutement au sein de la justice, voir Feest (Johannes), « Die Bundesrichter (...)
  • 24 Wehler (Hans-Ulrich), op. cit., p. 1219 ; Dahrendorf (Ralf), Gesellschaft und Freiheit. Zur soziolo (...)

24Dans la justice allemande, les procédures de recrutement très formalisées, l’habitus très marqué par le fonctionnariat et l’influence de la politique sur les nominations au plus haut niveau rendent les perspectives de carrière nettement plus favorables aux docteurs en droit issus des catégories ouvrières ou moyennes que dans l’économie23. Il en est de même pour le secteur scientifique. Pour être nommé professeur, il faut avoir auparavant passé les étapes très formalisées d’une procédure de désignation, dans lesquelles, malgré la majorité assurée juridiquement aux professeurs, tous les autres groupes de l’université ont également des possibilités d’influence. Ensuite, il ne faut pas sous-estimer les influences politiques. Une simple « cooptation » par quelques décideurs, comme dans l’économie, est donc exclue, ce qui assure une certaine ouverture sociale à l’opposé de l’université professorale (Ordinarienuniversität) traditionnelle, dans laquelle les procédures de recrutement, comparables à celles de l’économie, avaient pour conséquence une sélection sociale sévère24. Avec l’instauration d’une université où le pouvoir est mieux partagé entre ses différentes composantes (Gruppenuniversität), cette tendance s’est sensiblement modifiée. De plus, il n’y a pas dans les universités d’habitus prédominant qui favoriserait les enfants de la bourgeoisie aussi fortement que dans l’économie ; l’habitus propre au monde scientifique orienté vers le savoir et la culture correspond de toute façon mieux aux enfants des milieux modestes que celui de l’« acteur sûr de lui » qui prédomine dans les directions d’entreprises.

25Les différences très nettes observées entre les quatre secteurs analysés permettent une conclusion générale : l’accès aux postes d’élite est d’autant plus fermé socialement que le cercle des personnes décidant du recrutement est restreint et que la procédure de recrutement est informelle. À l’inverse, plus la procédure de recrutement est démocratique et formalisée, plus les chances sont grandes pour les enfants des milieux modestes.

26Mais ce lien, aussi manifeste soit-il entre les modes de recrutement et l’ouverture sociale au sein de l’élite, n’explique pas tout. Les possibilités d’ascension nettement plus favorables aux docteurs issus des milieux modestes dans les domaines politique, juridique et scientifique, en comparaison de l’économie, reposent aussi sur les choix et priorités individuels.

  • 25 Tandis que les docteurs issus de la bourgeoisie et de la haute bourgeoisie occupent deux à trois fo (...)

27Les chances des enfants du monde ouvrier ou de la classe intermédiaire sont toujours supérieures à la moyenne quand l’intérêt de leurs concurrents issus de la bourgeoisie et de la haute bourgeoisie est plus faible. Comme ces derniers sont plutôt attirés par le pouvoir et les gros revenus que procurent les directions des entreprises (voir le tableau 3)25, la situation de concurrence est nécessairement moindre dans les autres domaines. Des possibilités de carrière, qui n’existent pas dans les grandes entreprises, s’offrent donc aux docteurs issus des autres catégories sociales.

28Cette tendance apparaît très clairement lorsque l’on compare les promotions 1965 et 1975. Elles représentent les deux pôles opposés en matière de perspectives professionnelles. Les docteurs promus en 1965 trouvèrent des conditions exceptionnellement favorables : l’économie offrait avec le boom de la fin des années 1960 et du début des années 1970 des perspectives de carrière, l’élargissement de l’administration et surtout le développement du système universitaire ouvraient, pour les juristes et les scientifiques, d’excellentes possibilités de carrières. En revanche, la promotion 1975 fut confrontée à des conditions beaucoup plus défavorables. Le miracle économique était définitivement passé et le recrutement au sein des universités allemandes était épuisé. Le nombre de positions supérieures libérées voire créées était par conséquent faible. Seule la justice faisait, au moins en partie, exception.

29Les enfants de la bourgeoisie, et plus encore de la haute bourgeoisie, ont immédiatement réagi à cette aggravation de la situation (voir le tableau 4). Ils ont essayé de compenser les pertes liées à l’évolution économique des postes de direction dans les grandes entreprises en s’orientant vers d’autres domaines. Les enfants de la haute bourgeoisie y sont parvenus sans problème. Ils ont même fait plus que compenser le recul dans l’économie par une forte augmentation dans les universités et dans la justice. Les enfants de la bourgeoisie n’ont en revanche pas aussi bien réussi. Leurs pertes dans les directions d’entreprises furent d’emblée plus importantes que celles des enfants de la haute bourgeoisie et ils n’ont en plus pas su les compenser complètement. Ils n’ont pas non plus échappé à l’aggravation de la conjoncture au sein des universités. Ils n’ont vraiment gagné du terrain que dans la justice, ce qui n’a pas suffi à compenser complètement les pertes dans l’économie et dans les universités. Un recul de 10 % n’a pas pu être évité.

  • 26 Il manque le secteur politique car, en raison de la durée de l’ascension dans ce domaine, le nombre (...)

Tableau 4. Carrières d’élite selon l’origine sociale, le secteur social et l’année de promotion (en % de chaque catégorie d’origine)26

Tableau 4. Carrières d’élite selon l’origine sociale, le secteur social et l’année de promotion (en % de chaque catégorie d’origine)26

30Ces pertes restent toutefois dérisoires en comparaison de celles subies par les docteurs issus du monde ouvrier et de la classe moyenne. Ceux-ci ont été évincés par les enfants de la bourgeoisie ; ils ont dû céder la moitié de leurs positions dirigeantes dans l’économie et ont enregistré une baisse de presque 40 % au sein des universités. Il n’y a que dans la justice qu’ils ont réussi à progresser légèrement. Mais leurs pertes totales atteignent 40 %. Tandis que, dans la promotion 1965, plus d’un quart avait obtenu une position d’élite, dont un sur huit dans l’économie et un sur neuf dans les universités, ils ne sont plus qu’un septième dans la promotion 1975. Parmi les docteurs issus de familles bourgeoises, le bilan est très différent : un cinquième a fait une carrière de premier plan ; chez ceux de la haute bourgeoisie, ils sont même près d’un tiers.

  • 27 Hartmann (Michael), Juristen in der Wirtschaft. Eine Elite im Wandel, Munich, Beck, 1990.
  • 28 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten…, op. cit., p. 103.
  • 29 La promotion 1985 présente une image complètement inverse. Les docteurs issus de familles bourgeois (...)

31Les possibilités respectives qui restent ouvertes aux enfants de la bourgeoisie et à ceux du reste de la population apparaissent encore plus nettement quand on ne considère que les juristes. Ceux-ci étaient, depuis la deuxième moitié des années 1970, particulièrement touchés par la dégradation de leurs chances de réussite dans l’économie : ils étaient exposés à la fois à la réduction générale des positions d’élite et à la concurrence des gestionnaires (Betriebswirte)27. Ce phénomène a touché d’abord l’industrie, avant de gagner ensuite les débouchés traditionnels du secteur financier. Alors que, parmi les membres des directoires des quatre principales banques en 1980, près des deux tiers avaient encore une formation de juristes, ils ne sont actuellement plus qu’un bon quart. Pour les juristes ayant obtenu le doctorat en 1975, la situation était particulièrement critique. Ils ont donc essayé surtout de s’orienter vers le secteur de la justice qui offrait encore d’excellentes perspectives de carrière. Ce changement n’a toutefois pas réussi à tous. Tandis que les juristes issus des milieux modestes n’ont accru leur taux de réussite dans le secteur juridique que de 50 %, les enfants de la bourgeoisie et de la haute bourgeoisie ont augmenté leur taux de 100 à 300 %28. Les enfants de la bourgeoisie qui avaient été davantage touchés par le recul dans l’économie et dans les universités ont particulièrement bien réussi dans ce domaine29.

Une question de pouvoir

  • 30 Cette formule est exagérée dans la mesure où les docteurs issus de la « population normale » peuven (...)

32Il apparaît donc sans équivoque que les perspectives de carrière, pour les docteurs issus de familles d’ouvriers, de petits indépendants, de fonctionnaires et d’employés non dirigeants, dépendent très largement des décisions professionnelles de leurs concurrents issus de la bourgeoisie et de la haute bourgeoisie. Seuls ces derniers ont réellement le choix. Ils peuvent passer d’un secteur à un autre si les perspectives de carrière se détériorent sensiblement. Ce n’est pas vrai pour les enfants des autres milieux. Ils doivent, pour le dire de manière un peu exagérée, se contenter de ce qui reste30. Ils ont plus de chances dans les domaines politique, juridique et scientifique à la fois parce que les procédés de recrutement y sont plus démocratiques et plus formalisés et parce que les « enfants de la bourgeoisie » s’intéressent moins aux postes de direction dans ces domaines.

  • 31 Ibid., p. 127 sq.

33Les carrières individuelles se heurtent, au moins en ce qui concerne les positions d’élite, à des limites socio-structurelles très strictes. Si l’on n’est pas né dans la « bonne » famille, on ne peut rattraper ensuite cette « lacune » que difficilement, au prix d’efforts individuels et de plans de carrière ciblés. Le choix entre des options différentes est en général réservé à celui qui est né dans une famille de la bourgeoisie, ou, mieux encore, de la haute bourgeoisie. Il a l’avance (souvent décisive) que lui donnent son habitus bourgeois et l’accès facile aux informations importantes ; il peut aussi prendre plus de risques lors des décisions essentielles pour sa carrière parce qu’il sait que le filet de sécurité familial – surtout de nature financière – le protège31.

  • 32 Aucun des docteurs concernés ne siégeait au Tribunal constitutionnel fédéral, le tribunal suprême e (...)

34Plus on monte dans l’échelle sociale, plus l’horizon se restreint pour ceux qui ne disposent pas de ces avantages. Les chances d’ascension sociale des catégories modestes dans les positions les plus élevées sont donc particulièrement mauvaises, qu’il s’agisse des directoires des plus grandes entreprises ou des tribunaux fédéraux. La probabilité d’accéder à la direction générale d’une grande entreprise est déjà deux fois plus grande pour les enfants de la haute bourgeoisie que pour ceux des ouvriers ou des catégories moyennes ; pour les plus grandes entreprises, cette différence atteint le triple. Si 45 % des docteurs en droit qui ont fait carrière dans la justice supérieure proviennent de la « population normale », ils ne sont plus qu’un tiers chez les juges fédéraux et un sur huit au sein des deux tribunaux les plus importants (après le Tribunal constitutionnel fédéral)32, la Cour fédérale de cassation et la cour fédérale administrative. Les enfants de la haute bourgeoisie, dont le secteur juridique n’est d’ailleurs pas la filière de prédilection, représentent en revanche plus d’un quart des juges fédéraux et même un tiers des juges servant dans les deux cours suprêmes. Près d’un juriste sur trois issus d’une famille de la haute bourgeoisie est devenu juge fédéral. Plus la position est élevée et plus elle donne de pouvoir, plus la marge de manœuvre se restreint pour les personnes en ascension sociale. La bourgeoisie et plus encore la haute bourgeoisie n’aiment guère partager le pouvoir dans la société.

35À la différence de la France, ce n’est pas un « capital culturel institutionnalisé » qui est décisif pour asseoir une position de pouvoir importante dans la société, en particulier dans l’économie, mais l’habitus propre à une classe et acquis au sein de la famille et de son milieu. Celui-ci a un impact le plus souvent direct et non, comme en France, indirect via l’acquisition de diplômes exclusifs.

Notes

1 Hartmann (Michael), « Class-specific habitus and the social reproduction of the business elite in Germany and France », The Sociological Review, 2000, vol. 48, p. 245 sq.

2 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten. Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in Wirtschaft, Politik, Justiz und Wissenschaft, Francfort/Main, Campus, 2002, p. 55.

3 La bourgeoisie rassemble les patrons, les cadres dirigeants, les hauts fonctionnaires, les professions libérales, les officiers supérieurs et les propriétaires fonciers ; la haute bourgeoisie, les grands patrons, les membres des directoires, les très hauts fonctionnaires, les généraux et les grands propriétaires fonciers.

4 Sur le recrutement des responsables allemands de l’industrie au cours du XXe siècle, voir notamment Joly (Hervé), Patrons d’Allemagne. Sociologie d’une élite industrielle 1933-1989, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

5 On entend ici par bourgeoisie la part de la bourgeoisie qui ne fait pas partie de la haute bourgeoisie.

6 La rupture nette et étonnante de la promotion de l’année 1985 peut s’expliquer pour l’essentiel par le fait que l’intérêt des étudiants issus de la grande bourgeoisie pour le doctorat chute fortement : ceux-ci ont privilégié, surtout après des études en économie et compte tenu de perspectives professionnelles relativement favorables pour leur génération, la voie directe de la simple maîtrise (Diplom) pour accéder à une position de direction. Deux conséquences en découlent : les étudiants provenant de la haute bourgeoisie sont d’abord (avec une faible part d’un septième) nettement sous-représentés en sciences économiques, la discipline dans laquelle les docteurs connaissent la meilleure réussite, et, phénomène encore plus important, ils sont largement sur-représentés chez les juristes, c’est-à-dire dans la discipline qui, en raison du reflux croissant des juristes dans les fonctions dirigeantes de l’économie, ouvre le moins de chances de faire carrière. Plus de la moitié des docteurs de l’année 1985 (54 %) provenant de la haute bourgeoisie ont fait des études de droit, tandis que leur part parmi les autres docteurs est, avec 36,7 %, considérablement moindre ; de plus, avec un effectif total de 50 docteurs provenant de ce milieu, chaque individu pèse fortement, ce qui fausse les statistiques. Ainsi, les pourcentages concernant les postes de direction dans les plus grandes entreprises ne méritent guère d’être interprétés parce que seules quatre personnes en tout sont parvenues à une position de ce type.

7 La prise en compte de facteurs liés aux conditions des études, tels que leur durée, le séjour à l’étranger ou l’âge d’obtention du doctorat, ne change en rien l’importance de l’origine sociale.

8 Bürklin (Wilhelm), Rebenstorf (Hilke) et al., Eliten in Deutschland. Rekrutierung und Integration, Opladen, Leske & Budrich, 1997 ; Dahrendorf (Ralf), « Eine neue deutsche Oberschicht ? », Die neue Gesellschaft, 1962, vol. 9, p. 18-31 ; du même, Gesellschaft und Demokratie in Deutschland, Munich, Piper, 1965 ; Hoffmann-lange (Ursula), « West german elites: cartel of anxiety, power elite or responsive representatives ? », dans Hoffmann-lange (Ursula) (dir.), Social and Political Structures in West Germany. From Authoritarianism to Postindustrial Democracy, Boulder, Westview Press, 1991, p. 81-104 ; de la même, Eliten, Macht und Konflikt, Opladen, Leske & Budrich, 1992.

9 Pour des données plus précises sur l’impact de l’élargissement de l’enseignement sur les différentes promotions, voir Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten…, op. cit., p. 42 sq.

10 Pour l’année 1985, le calcul n’avait guère de sens en raison du nombre très faible des personnes (4) qui ont accédé à un poste de direction dans l’une des plus grandes entreprises.

11 En raison des chiffres très bas (5 personnes seulement) pour l’année 1985, le calcul n’a pas été fait.

12 Les femmes ne jouent toujours aucun rôle dans les états-majors des grandes entreprises.

13 Offe (Claus), « Wie können wir unseren Mitbürgern vertrauen ? », voir Hartmann (Michael) et Offe (Claus) (dir.), Vertrauen. Die Grundlage des sozialen Zusammenhalts, Francfort/Main, Campus, 2001, p. 259.

14 Pour plus de détails sur les caractères personnels, voir Hartmann (Michael), Topmanager Die Rekrutierung einer Elite, Francfort/Main, Campus, 1996, p. 117 sq. ; Hartmann (Michael) et Kopp (Johannes), « Elitenselektion durch Bildung oder durch Herkunft ? Der Zugang zu Führungspositionen in der deutschen Wirtschaft », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 2001, vol. 53, p. 184 sq. ; Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten…, op. cit., p. 122 sq.

15 Kajo Neukirchen, avec Jürgen Schrempp l’une des ascensions sociales les plus en vue dans l’économie allemande, se heurte sur ce point précis à des réserves à peine voilées. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung écrit ainsi très ouvertement, dans un article daté du 20 novembre 2001 spéculant sur le licenciement de K. Neukirchen de la direction de MG Technologies, que, dans les milieux économiques, l’on cite comme une cause essentielle des résultats insatisfaisants de l’entreprise le « style de direction rude, parfois même brutal selon certains, de Neukirchen, qui dissuade les bonnes volontés » ; voir également Hartmann (Michael), Topmanager…, op. cit., p. 133 sq. et 143 sq.

16 Voir Hartmann (Michael), « Das Elitebewußtsein der deutschen Spitzenmanager », Kursbuch, vol. 139 (Die neuen Eliten), p. 103 sq.

17 En raison du manque d’études comparables sur le recrutement des dirigeants de grandes entreprises dans d’autres grands pays industriels, on ne peut savoir exactement si l’importance de la culture bourgeoise est une spécificité allemande. Mais des études historiques sur la bourgeoisie allemande en comparaison des pays anglo-saxons le laissent supposer. Hans-Ulrich Wehler souligne ainsi dans son histoire de la société allemande qu’il n’y a pas eu en Allemagne, contrairement à la France et surtout à la Grande-Bretagne, constitution d’une « classe bourgeoise-aristocratique de notables », mais que « le canon de la nouvelle culture humaniste a été reçu plus favorablement dans la bourgeoisie économique et a été considéré avec emphase comme un idéal bourgeois commun, engageant davantage que cela n’a été le cas dans la plupart des autres pays occidentaux » ; Deutsche Gesellschaftsgeschichte, tome 3, Von der « Deutschen Doppelrevolution » bis zum Beginn des Ersten Weltkrieges, Munich, Beck, 1995, p. 714. Cet état d’esprit s’est manifestement pérennisé et diverses études actuelles sur les goûts culturels laissent penser qu’il y a sur ce point une grande différence, notamment avec les États-Unis. Cela ne vaut en revanche pas pour la France, comme le montrent les travaux de Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979 ; Homo academicus, Paris, Minuit, 1984 ; La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

18 Horkheimer (Max), Dämmerung, Zurich, 1934, p. 23. Ce fait a également été décrit précisément par Pierre Bourdieu pour la France, surtout dans La Distinction, op. cit. et Homo academicus, op. cit.

19 Dahrendorf (Ralf), Gesellschaft und Demokratie…, op. cit. ; Bürklin (Wilhelm) et Rebenstorf (Hilke), op. cit.

20 Cette règle détermine les carrières dans les grands partis de masse (Volksparteien) CDU (union chrétienne-démocrate)/CSU (union chrétienne sociale) et SPD (parti social-démocrate). Chez les libéraux (FDP) et chez les Verts, elle ne s’applique, en raison de structures partisanes différentes, que dans certaines limites.

21 Herzog (Dietrich), « Der moderne Berufspolitiker. Karrierebedingungen und Funktion in westlichen Demokratien », dans Wehling (Hans-Georg) (dir.), Eliten in der Bundesrepublik, Stuttgart, Kohlhammer, 1990, p. 36. À ce sujet, voir également Rebenstorf (Hilke), Die politische Klasse. Zur Entstehung und Reproduktion einer Funktionselite, Francfort/Main, Campus, 1995, p. 160 sq.

22 Haensch (Günther) et Tümmers (Hans J.), Frankreich. Politik, Wirtschaft, Gesellschaft, Munich, Beck, 1998, p. 164 ; Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten…, op. cit., p. 161 sq.

23 Sur les procédures de recrutement au sein de la justice, voir Feest (Johannes), « Die Bundesrichter. Herkunft, Karriere und Auswahl der juristischen Elite », dans Zapf (Wolfgang) (dir.), Beiträge zur Analyse der deutschen Oberschicht, Munich, Piper, 1965, p. 95-113 ; Kaupen (Wolfgang), Die Hüter von Recht und Ordnung, Neuwied, Luchterhand, 1969 ; Kaupen (Wolfgang) et Rasehorn (Theo), Die Justiz zwischen Obrigkeitsstaat und Demokratie, Neuwied, Luchterhand, 1971 ; Lange (Elmar) et Luhmann (Niklas), « Juristen. Berufswahl und Karrieren », Verwaltungsarchiv, 1974, vol. 65, p. 113-162.

24 Wehler (Hans-Ulrich), op. cit., p. 1219 ; Dahrendorf (Ralf), Gesellschaft und Freiheit. Zur soziologischen Analyse der Gegenwart, Munich, Piper, 1961, p. 185.

25 Tandis que les docteurs issus de la bourgeoisie et de la haute bourgeoisie occupent deux à trois fois plus souvent des postes de direction dans l’économie (y compris dans les fédérations professionnelles qui ne sont pas traitées ici en détail) que dans la politique, la justice et la science, les docteurs issus des autres milieux qui ont réussi se trouvent majoritairement dans ces trois secteurs.

26 Il manque le secteur politique car, en raison de la durée de l’ascension dans ce domaine, le nombre de docteurs issus des deux promotions les plus récentes est trop bas pour une analyse détaillée.

27 Hartmann (Michael), Juristen in der Wirtschaft. Eine Elite im Wandel, Munich, Beck, 1990.

28 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten…, op. cit., p. 103.

29 La promotion 1985 présente une image complètement inverse. Les docteurs issus de familles bourgeoises se sont retirés du secteur juridique avec l’amélioration des perspectives de carrières dans l’économie. Leur part, avec environ deux tiers, s’est presque autant réduite que celle des docteurs issus des autres milieux ; ibid.

30 Cette formule est exagérée dans la mesure où les docteurs issus de la « population normale » peuvent tout à fait, moyennant des efforts conséquents et des résultats très supérieurs à la moyenne, laisser derrière eux une partie des « enfants de la bourgeoisie ». Tous ceux qui proviennent d’un milieu bourgeois ne font pas une carrière de premier plan. Même si l’on prend aussi en compte ceux qui sont parvenus à des positions de premier plan dans des domaines laissés de côté ici (haute administration, avocats libéraux), il reste un certain nombre de docteurs ayant une origine bourgeoise qui n’ont pas réussi à se faire une place dans l’élite. S’ils sont chez les enfants de la haute bourgeoisie une minorité relativement faible, ils peuvent en revanche représenter un pourcentage non négligeable de ceux de la bourgeoisie. Une partie des docteurs issus des autres catégories arrivent à les doubler. Mais quand on tient compte de la sélectivité du doctorat lui-même, ce succès reste modeste.

31 Ibid., p. 127 sq.

32 Aucun des docteurs concernés ne siégeait au Tribunal constitutionnel fédéral, le tribunal suprême en Allemagne.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Docteurs ayant effectué une carrière en entreprise selon l’origine sociale et l’année de soutenance (en %)6
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 3. Carrières d’élite selon l’origine sociale et le secteur professionnel (en % de chaque catégorie d’origine)
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 4. Carrières d’élite selon l’origine sociale, le secteur social et l’année de promotion (en % de chaque catégorie d’origine)26
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Professeur à l’université technique de Darmstadt (Institut de Sociologie), travaille sur la sociologie comparée des élites et du management

Marie Gravey (Traducteur)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search