Version classiqueVersion mobile

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Première partie. L'héritage de deux modèles différents de formation des élites

Milieu culturel et constitution d’une discipline

La naissance de la gestion en Allemagne de 1900 à 1933

Heike Franz
Traduction de Marie Gravey

Texte intégral

1La gestion fait aujourd’hui partie des qualifications essentielles pour parvenir à un poste de direction dans les entreprises. Cette formation est souvent associée à des carrières de cadre supérieur avec le salaire et la reconnaissance sociale correspondants. Mais cette discipline et ses diplômés n’ont pas toujours bénéficié d’une telle considération. Lorsque la gestion fut établie au début du XXe siècle dans les écoles supérieures de commerce, elle se heurta aux résistances de l’élite culturelle traditionnelle, qui, dans un premier temps, refusa de reconnaître cette matière comme une discipline académique. Quant aux entrepreneurs, la majorité d’entre eux se montra sceptique, voire opposée à une formation académique des personnels d’encadrement des entreprises.

  • 1 Cette bourgeoisie caractérisée par son capital culturel, par opposition à la bourgeoisie économique (...)

2La constitution des sciences de gestion, comme la création des écoles supérieures de commerce, est généralement expliquée dans la littérature par une évolution des qualifications nécessaires dans l’économie, et par un besoin croissant, à partir des années 1880, de personnels d’encadrement ayant une formation commerciale. La création puis la multiplication des grandes entreprises et le passage d’un capitalisme libéral à un système économique marqué par le corporatisme et l’interventionnisme d’État se seraient accompagnés de nouveaux problèmes économiques complexes, pour lesquels des solutions scientifiques devenaient nécessaires. Il fallait, pour diriger des grandes entreprises, des sociétés par actions et des groupes industriels, des commerciaux disposant d’une formation académique. Aussi plausible soit-elle, cette argumentation, s’appuyant sur l’évolution des profils nécessaires, les besoins et la demande, ne rend cependant pas compte de l’histoire de la création des écoles supérieures de commerce et des sciences de gestion en Allemagne. Cette contribution vise à montrer que, dans cette histoire, les facteurs pratiques furent bien moins décisifs que les facteurs socioculturels. Le développement des sciences de gestion, aujourd’hui considérées comme appliquées et proches des réalités économiques, fut dans sa période initiale – c’est la thèse centrale développée ici – davantage influencé par les représentations et idéaux scientifiques néo-humanistes de la bourgeoisie culturelle (Bildungsbürgertum1), encore dominante jusque dans les années 1920, que par les besoins pratiques immédiats de l’économie en termes de qualification. Le contexte de départ a eu une importance déterminante pour l’évolution ultérieure des sciences de gestion en Allemagne, et explique au moins en partie, selon mon hypothèse, pourquoi jusqu’aux années 1960 les diplômés en gestion ne parvenaient pas en nombre significatif à des postes de direction dans les entreprises.

3La première partie traitera du contexte d’apparition des écoles supérieures de commerce ; la deuxième aura pour objet la constitution des sciences de gestion comme discipline académique – il ne s’agira toutefois pas de l’évolution quantitative de la matière au sein des institutions, mais du processus méthodique d’affirmation et d’ancrage de la nouvelle discipline, plus important pour la question de l’influence du milieu culturel des Bildungsbürger ; enfin, la troisième partie retracera l’évolution du contenu de la discipline dans ses grandes lignes ; la conclusion résumera brièvement les résultats de ces analyses.

Le contexte d’apparition des écoles supérieures de commerce

  • 2 L’Académie de commerce ne devait toutefois, conformément à la volonté de G. Mevissen, être fondée q (...)

4Dans les années 1870, une discussion s’ouvrit en Allemagne, à plusieurs niveaux, sur la nécessité d’une formation académique des personnels d’encadrement des entreprises. Ce débat, désigné comme « mouvement pour les écoles supérieures de commerce » (Handelshochschulbewegung) par les contemporains, trouva un large écho lorsque le grand négociant et industriel rhénan Gustav Mevissen se prononça dans un mémoire de 1879 pour la fondation d’une « académie de commerce » dans la province rhénane, pour laquelle il donnait une somme considérable2. Le mouvement fut essentiellement porté par deux groupes sociaux : d’une part, quelques grands négociants réputés comme G. Mevissen à Cologne ou Wilhelm Merton à Francfort, soutenus par des hommes d’affaires regroupés dans des chambres de commerce et des associations commerciales ; d’autre part, les représentants de l’enseignement commercial en train de se constituer depuis le milieu du XIXe siècle, à savoir les enseignants et directeurs d’écoles de commerce.

  • 3 Luberti (L.), «Die Mängel unseres gegenwärtigen kaufmännischen Bildungswesens», Handelsakademie, vo (...)

5Les acteurs de ce mouvement avancent de multiples raisons pour justifier la nécessité d’écoles supérieures de commerce. Ils invoquent d’abord les mutations profondes du secteur commercial depuis le milieu du XIXe siècle : selon eux, l’élargissement des relations commerciales internationales à un marché mondial naissant, la concentration de l’économie, qui se manifeste par la création de grandes entreprises et de groupes industriels, les changements révolutionnaires dans le domaine des transports et des communications, et l’évolution vers un système bancaire et boursier complexe, impliquent chez les cadres dirigeants des compétences de plus en plus élevées, qui ne sont plus à la portée de purs praticiens. Compte tenu de l’évolution fulgurante de l’industrie et du commerce, il est absolument nécessaire « que l’université accorde aux sciences du commerce les mêmes droits d’existence qu’à la musique, au sanscrit, à l’esthétique et à d’autres disciplines scientifiques3 ».

  • 4 C’est ce que souligne à juste titre Jürgen Kocka notamment, pour qui ce sont moins les nécessités o (...)
  • 5 Bellinger (Bernhard), Geschichte der Betriebswirtschaftslehre, Stuttgart, Poeschel, 1967, p. 49.

6En référence à ces argumentations des auteurs de l’époque, la création des écoles supérieures de commerce est justifiée, y compris dans la littérature récente, par le caractère indispensable de ces qualifications de plus en plus élevées requises chez les personnels d’encadrement des entreprises. Cette argumentation fonctionnaliste, centrée sur un besoin allégué de commerciaux disposant d’une formation supérieure, semble a priori convaincante, mais elle ne correspond pas à l’histoire complexe du mouvement. Si les porte-parole comme G. Mevissen et W. Merton étaient parfaitement convaincus de la nécessité d’une formation universitaire des personnels d’encadrement, la majorité des négociants et des industriels étaient réticents à l’implantation d’écoles supérieures commerciales. Et, même chez les représentants du mouvement issus de la bourgeoisie économique, il s’agissait au moins autant de revaloriser socialement celle-ci par rapport aux « milieux cultivés » que d’améliorer la formation professionnelle des cadres4. Il était encore fréquent, à la fin du XIXe siècle, que les représentants de la Bildungsbürgertum, pour qui les opérations économiques ne sont pas des activités culturelles5, traitent les négociants et industriels avec mépris. Nombreuses sont les interventions qui montrent combien l’aspiration à l’égalité sociale avec l’élite culturelle traditionnelle était forte chez les partisans des écoles supérieures de commerce. Ainsi, l’éminent économiste Karl Bücher, proche de ce mouvement, souligne :

  • 6 Rapport sténographié du deuxième congrès de la Fédération allemande pour l’enseignement commercial, (...)

« Si l’enseignement du commerce […] s’efforce lui aussi de se donner un cadre universitaire, nous y voyons, à côté du besoin économique croissant d’offrir aux cadres de la corporation des négociants une préparation concrète aux exigences de leur métier, le besoin social pour cette corporation de rejoindre les cercles plus cultivés de la nation6. »

  • 7 Cité d’après Hayashima (Akira), art. cit., p. 186 sq.

7Dans son mémoire de 1879, G. Mevissen déplore lui aussi le fossé existant entre fortune et culture : « Il faut tendre à relier harmonieusement fortune et culture, et à rendre plus utiles à l’intérêt général les forces qui sommeillent dans la fortune, tout en rendant plus noble et plus belle la vie des possédants7. »

8Les négociants et industriels de premier plan engagés dans le mouvement pour les écoles supérieures de commerce cherchaient en priorité à réduire l’écart de reconnaissance socioculturelle entre bourgeoisie culturelle et bourgeoisie économique. Leurs efforts pour obtenir une formation universitaire pour les personnels d’encadrement de l’économie sont liés au rayonnement, à l’évidence encore intact à la fin du XIXe siècle, des valeurs et références culturelles de la Bildungsbürgertum. Mais ces revendications destinées à réduire le fossé entre « fortune et culture » peuvent aussi, parallèlement, être interprétées comme l’expression d’une plus grande conscience de leur dignité, au moins pour quelques représentants de l’élite industrielle, désireux de jouer au niveau socioculturel un rôle correspondant à leur importance économique croissante.

  • 8 Sur l’histoire de la création de l’école supérieure de commerce de Leipzig, voir Franz (Heike), Zwi (...)
  • 9 Ibid., p. 25 sq.

9Les aspects socioculturels sont également déterminants pour l’engagement de la seconde composante, quantitativement plus importante, à l’origine du mouvement. L’importance des professeurs de commerce se manifeste très clairement dans le rôle décisif joué par la Fédération allemande pour l’enseignement commercial (Deutscher Verband für das kaufmännische Unterrichtswesen, DVfdkU), fondée à Brunswick en 1896, pour la création de la première école supérieure de commerce allemande à Leipzig8. Cette fédération rassemblait les différentes associations, organisations et institutions ayant intérêt au développement de l’enseignement commercial. Ses missions principales consistaient à soutenir les écoles de formation continue destinées aux professions commerciales, et à améliorer le statut social et légal ainsi que les conditions de formation des enseignants intervenant dans ces écoles9. D’après les principaux représentants de cette fédération, ces deux aspects étaient étroitement liés dans la mesure où, selon leurs arguments, la réussite des structures de formation continue et des écoles commerciales dépendait directement, en amont, de la formation des enseignants et de leur position sociale.

  • 10 Voir Blum (Theodor), Das deutsche Handelsschulwesen, Leipzig, Goschen, 1911, p. 97. T. Blum décrit (...)
  • 11 On pensa par exemple, en guise de solution d’urgence provisoire, à établir des cours d’été où les i (...)

10En effet, avant 1900, le corps enseignant des écoles de commerce, au recrutement très diversifié, a la particularité d’être quasiment dépourvu de formation commerciale10. La majorité des professeurs exerçant dans des écoles commerciales de formation continue ou initiale était constituée d’instituteurs formés dans des écoles normales, des négociants dépourvus de toute formation pédagogique représentant par ailleurs une part non négligeable. Les universitaires étaient une minorité au sein de ces établissements. L’élévation du niveau de formation des enseignants des écoles commerciales était l’une des revendications essentielles de la DVfdkU. Dans ce contexte, plusieurs possibilités étaient évoquées11, mais les représentants de l’enseignement commercial privilégièrent d’emblée une formation universitaire dans les futures écoles supérieures de commerce.

11Les opposants au mouvement pour les écoles supérieures de commerce faisaient remarquer pour leur part que l’enseignement commercial restait globalement peu développé, et qu’il fallait, avant de créer des écoles supérieures, se préoccuper avant tout de consolider cet enseignement aux niveaux primaire et secondaire. L’évolution de l’enseignement commercial jusqu’en 1914 montre que cette objection n’est pas infondée : comparé à l’enseignement technique, il en était encore à un stade peu avancé. La plupart des écoles, surtout en Prusse, n’étaient d’ailleurs que des établissements de formation continue, supposés accompagner les apprentis commerçants en leur transmettant uniquement les compétences les plus rudimentaires pour leur métier. Le plus souvent, aucune formation universitaire n’était requise pour enseigner dans ces établissements. Les revendications de formation supérieure pour les enseignants des écoles commerciales avaient donc des motivations moins pratiques que sociales. Les enseignants espéraient que la création d’écoles supérieures de commerce leur donnerait une formation universitaire et les mettrait enfin à égalité avec les professeurs de l’enseignement secondaire général, leur permettant ainsi d’accéder à la classe supérieure de la bourgeoisie culturelle.

  • 12 Voir à ce sujet Franz (Heike), op. cit., p. 43-68.

12Malgré le scepticisme d’une majorité de négociants et industriels, contre les résistances des universités, et pratiquement sans aucun soutien de l’État, un certain nombre d’écoles supérieures de commerce furent créées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. L’aboutissement de ces projets fut surtout dû à l’action conjointe de quelques puissants négociants, d’associations de professeurs de commerce et de représentants influents des administrations locales. Dans la mesure où elles ne s’inscrivent pas dans la problématique retenue, l’histoire de la fondation de ces écoles et leur évolution organisationnelle et institutionnelle ne seront pas approfondies ici12. Il faut simplement en retenir que les motivations socioculturelles furent plus déterminantes que les aspects pragmatiques.

La constitution des sciences de gestion comme discipline académique

  • 13 Dans les écoles supérieures de commerce, l’économie, discipline académique, resta également, dans u (...)
  • 14 Cité dans Handels-Hochschul-Nachrichten, 1906, p. 104.

13La création des écoles supérieures de commerce s’accompagna de la naissance d’une nouvelle discipline académique : la « technique commerciale » ou les « sciences commerciales ». Cette discipline n’avait auparavant ni existence académique, ni même aucun antécédent extra-universitaire auquel ses premiers représentants auraient pu se raccrocher directement. Les contenus enseignés au début ne se distinguaient donc pas des objets enseignés dans les collèges ou lycées d’enseignement commercial. Ils consistaient pour l’essentiel en un mélange de droit, de comptabilité, d’arithmétique commerciale et de correspondance commerciale. Malgré ce caractère « technique » nullement scientifique de la nouvelle discipline, quelques représentants des écoles supérieures de commerce souhaitèrent très tôt que l’accent fût mis sur les « sciences commerciales »13. Ainsi, Eugen Schmalenbach, qui allait devenir le fondateur des sciences de gestion, plaidait déjà en 1906 en faveur d’une recherche renforcée dans le domaine des sciences commerciales, « parce que notre discipline est celle qui fait la spécificité des nouvelles écoles supérieures ; c’est avec cette discipline qu’il faut prouver que ces écoles sont aptes à une recherche indépendante14 ».

14Un premier pas fut fait dans cette direction avec un recentrage du commerce sur l’industrie. L’adaptation moderne de la nouvelle discipline aux problèmes des grandes entreprises industrielles se refléta historiquement dans le changement de nom : on passa de la « technique commerciale » (Handelstechnik) ou des « sciences commerciales » (Handelswissenschaften) à la « science de l’économie privée » (Privatwirtschaftlehre). Cette évolution alla de pair avec une nouvelle organisation de la matière. La tripartition classique entre comptabilité, arithmétique commerciale et correspondance laissa la place à une bipartition entre « science de l’entreprise » et « science commerciale ». Cette répartition allait permettre l’avènement de la recherche au sein de cette nouvelle discipline. Tandis que la « science commerciale » traitait les questions relatives aux relations commerciales et financières entre les entreprises, au transport des personnes et des biens et aux correspondances, la science de l’entreprise mettait l’accent sur les opérations et problèmes au sein de l’entreprise. Dans les premières recherches en gestion, la priorité fut à l’évidence donnée à la science de l’entreprise, centrée sur la comptabilité interne. À l’inverse, la science commerciale était plutôt traitée en parent pauvre.

15L’autre étape marquante dans la constitution de cette matière comme discipline académique fut la publication des premières revues spécialisées en gestion, qui permit à ses représentants de commencer à former une communauté scientifique. La Revue pour la recherche en sciences du commerce (Zeitschrift für handelswissenschaftliche Forschung), publiée depuis 1906 par E. Schmalenbach, et la Revue pour les sciences et la pratique commerciales (Zeitschrift für Handelswissenschaft und Handelspraxis), publiée à partir de 1908 sous la direction de Heinrich Nicklisch, constituèrent des lieux de débat scientifique importants. La gestion ne fut toutefois définitivement une discipline scientifique reconnue qu’avec l’institutionnalisation de la matière dans les universités à partir des années 1920. Mais ce processus plus externe et institutionnel de constitution de la discipline ne sera pas traité précisément ici. Pour la problématique de cet article, le processus d’affirmation, amorcé au sein de cette jeune discipline avant la première guerre mondiale, est beaucoup plus intéressant. Dans les premiers débats méthodologiques de principe, qui portèrent sur les rapports à l’économie politique, mais aussi sur la définition de la gestion et de son objet ainsi que sur les objectifs et le paradigme de la nouvelle science, l’influence du milieu culturel néo-humaniste de la bourgeoisie culturelle est particulièrement évidente.

Le rapport à l’économie politique

16L’une des questions centrales dans le processus d’affirmation méthodique de la nouvelle discipline fut celle de son rapport à la discipline économique traditionnelle. Les économistes influents au tournant du siècle commencèrent par refuser catégoriquement l’établissement d’une « science de l’économie privée » indépendante. Ils voyaient en cette discipline instaurée dans les nouvelles écoles supérieures de commerce une « stérile science du profit », à laquelle ils accordaient tout au plus le statut d’« art » (Kunstlehre). Ils ne la reconnaissaient pas comme une matière scientifique. Lorsqu’un de leurs collègues, l’économiste Richard Ehrenberg, de Göttingen, encouragea dans un essai paru en 1900 la constitution de la gestion en discipline scientifique autonome, il se heurta à un rejet brutal. L’opposant le plus en vue à une indépendance de la gestion fut Lujo Brentano. S’il considérait qu’il fallait absolument, pour approfondir les connaissances en micro-économie, en passer par les diverses branches et entreprises, ce pouvait, selon lui, être le fait de l’économie. À ses yeux, les objets revendiqués par les représentants de la gestion comme leur étant propres ne se distinguaient en rien de ceux de l’économie :

  • 15 Brentano (Lujo), «Privatwirtschaftslehre und Volkswirtschaftslehre», Bank-Archiv, vol. 12, 1912, p. (...)

« […] et l’on pourrait avoir l’impression qu’aucun changement de la situation actuelle n’est visé, sinon que ce qui était jusque-là désigné dans l’économie sous le nom de politique agricole, politique industrielle, politique commerciale, politique des transports doive dorénavant être rebaptisé15 ».

  • 16 Voir Weyermann (Moritz) et Schönitz (Hans), Grundlegung und Systematik einer wissenschaftlichen Pri (...)
  • 17 L’économiste Karl Diehl, qui considérait la constitution de la gestion comme « une perte de temps m (...)

17Les représentants les plus influents de l’économie rejetaient également la revendication avancée par deux de leurs pairs de continuer à développer la gestion comme une branche de l’économie. Dans une étude parue en 191216, Moritz Weyermann et Hans Schönitz avaient en effet critiqué le fait que les économistes s’intéressent trop peu aux différents objets de l’économie, arguant qu’on ne peut rien comprendre à certains mécanismes économiques sans une analyse précise des modes de fonctionnement des différentes entreprises et de leurs motivations. Les deux auteurs déclaraient explicitement être intéressés non pas à l’établissement de la gestion comme discipline autonome, mais au développement d’une recherche plus intensive dans ce domaine, à l’intérieur même de l’économie. Même si M. Weyermann et H. Schönitz assuraient expressément que leur gestion n’avait rien à voir avec la « science du profit » enseignée dans les écoles supérieures de commerce, la plupart des économistes restèrent jusqu’à la première guerre mondiale soit radicalement opposés au développement d’une science de l’économie privée, y compris au sein de l’économie, soit complètement indifférents à cette question17.

  • 18 Locke (Robert R.), The End of the Practical Man. Entrepreneurship and Higher Education in Germany, (...)
  • 19 Ulrich (Hans), « Von der Betriebswirtschaftslehre zur systematischen Managementlehre », dans Wunder (...)
  • 20 Le droit à l’existence d’une discipline indépendante consacrée à l’économie privée était encore rem (...)

18Le rejet farouche des économistes ne fut pas pour rien dans le fait que les principaux représentants de la gestion dans les écoles supérieures de commerce s’accordent à vouloir faire de leur matière une discipline indépendante de l’économie. Ils s’efforcèrent donc d’emblée de délimiter clairement leur objet pour s’en démarquer. Pour eux, la différence méthodologique fondamentale résidait dans le fait que les économistes considèrent les entreprises comme de simples cellules ou maillons de la macroéconomie, tandis que les chercheurs en gestion font de l’analyse des entreprises et de leur efficacité un but à part entière. Les efforts des premiers représentants de la gestion pour donner à leur matière le statut de discipline autonome avaient toutefois d’autres raisons. Ils tenaient surtout au prestige et à l’importance sociale centrale de la science en Allemagne18 : les représentants de la gestion ne pouvaient se contenter pour leur matière d’un statut de simple propédeutique à l’intérieur d’une véritable discipline universitaire, l’économie. Il est caractéristique que la gestion comme discipline autonome, distincte par principe de l’économie traditionnelle, n’ait vu le jour qu’en Allemagne, en Autriche et en Suisse19. Sa création fut donc moins une réaction immédiate à une évolution des qualifications nécessaires que la conséquence d’une tradition scientifique spécifiquement germanique20.

Science ou art ?

19L’étude de M. Weyermann et H. Schönitz, dans laquelle les deux économistes se démarquaient clairement de la gestion telle qu’elle était enseignée dans les écoles de commerce et plaidaient en faveur d’une « science pure », déclencha le premier débat de principe sur la nature et les objectifs de la gestion. Pour E. Schmalenbach, le plus grand représentant de cette jeune discipline, la gestion était une science appliquée, basée sur une recherche inductive empirique, dont les résultats devaient pouvoir être immédiatement utilisés dans la pratique :

  • 21 Cité par Minz (Willi), « Professor Dr. Eugen Schmalenbach. Zum 20. August 1953 », Die Wirtschaftspr (...)

« Nous devons tendre vers des objectifs exploitables. L’on peut toujours contester la nature scientifique de notre discipline. Ceci n’est qu’affaire de définition. Nous ne devons pas pour autant renoncer au principe de faire un travail applicable à la réalité concrète. Pour nous, des résultats qui ne seraient pas utilisables pour la pratique commerciale n’en sont pas ; ce sont, tout au plus, des étapes préliminaires21. »

20Dans un article programmatique essentiel pour l’histoire de la discipline, E. Schmalenbach, en prenant position de manière polémique sur le livre de M. Weyermann et H. Schönitz, reconnaît sans détour considérer la gestion comme un « art » :

  • 22 Schmalenbach (Eugen), « Die Privatwirtschaftslehre als Kunstlehre », Zeitschrift für handelswissens (...)

« Si la différence essentielle entre art et science réside dans le fait que l’art donne des règles d’action et pas la science, il est évident qu’une discipline ne peut se glorifier de porter le titre de “science” dans cette acception ; à l’inverse, une discipline ne doit pas être moins estimée parce qu’elle est qualifiée d’“art”, car le fait de donner ou non des règles d’action ne donne aucune indication quant au contenu scientifique d’une matière. Il y a en effet aussi des “sciences” au sein desquelles règne un esprit si peu scientifique que cela fait pitié, et des “arts” au sein desquels on trouve des contributions scientifiques de la plus haute importance22. »

21Cette conception empirique et réaliste, surtout représentée à l’école supérieure de commerce de Cologne, se reflète linguistiquement dans une préférence pour le concept de « technique commerciale » délibérément choisi dans un premier temps pour désigner la nouvelle discipline dans les listes des cours. Le fait que E. Schmalenbach et ses partisans soient eux aussi convaincus du caractère scientifique de leur discipline et que leur « technique commerciale » n’avait donc rien à voir avec les matières commerciales traditionnellement enseignées dans les collèges et lycées d’enseignement commercial trouve son expression dans le qualificatif d’« art scientifique » (wissenschaftliche Kunstlehre) également utilisé par E. Schmalenbach. Pour celui-ci, il s’agissait toutefois explicitement d’une science appliquée.

22Contrairement à E. Schmalenbach et à ses partisans, les représentants d’une orientation abstraite, théorique de la gestion, voulaient, sous la houlette de Fritz Schmidt et Wilhelm Rieger, que la nouvelle discipline soit perçue comme une « science pure ». Le but de l’analyse systématique des problèmes empiriques de l’entreprise était pour eux la connaissance pure, et non le développement de directives et de recettes. Si les résultats des recherches s’avéraient avoir une utilité pratique pour l’économie, tant mieux, mais le caractère concrètement exploitable ne devait en aucun cas être un critère pour l’orientation de la recherche en gestion. Bien que la conception de E. Schmalenbach se soit imposée pour longtemps dans la pratique de la recherche et que la gestion ait incontestablement pris dans les décennies suivantes la forme d’une science appliquée, la plupart de ses collègues ne souhaitaient pas le suivre, du moins pour ce qui est de la terminologie et de la définition de la discipline. Ils tenaient à ce que la gestion soit une science. Le prestige de la science était en effet tel chez les universitaires allemands que l’on ne pouvait accepter une définition de sa discipline qui en faisait quasiment une pure technique. Ce nouvel aspect reflète encore l’influence des représentations scientifiques et des valeurs de la bourgeoisie culturelle.

Profit ou rentabilité ?

23Le reproche soulevé par d’éminents économistes, selon lequel la gestion établie dans les écoles supérieures de commerce était une « science des entrepreneurs » ou une « stérile science du profit », déclencha au sein de la discipline un autre débat de principe méthodologique, centré sur la question de l’importance à donner au profit à l’intérieur de la discipline. L’auteur de l’un des premiers manuels systématiques, Johann Friedrich Schär, écrit dans son Cours général de commerce (Allgemeine Handelsbetriebslehre), paru pour la première fois en 1911 :

  • 23 Cité par Passow (Richard), « Über Wesen und Inhalt der (einzelwirtschaftlichen) Lehre von den Erwer (...)

« L’existence ou la non-existence du commerce en tant que science, et la possibilité de la faire vivre comme discipline dans une école supérieure, dépendront de son aptitude à supprimer le principe de profit du concept de commerce23. »

24Au lieu de « gain » ou de « profit », J.F. Schär propose dans son livre « rentabilité » ou « productivité », au sens d’utilité économique, comme noyau structurant de la nouvelle discipline. Le principe de profit purement économique, orienté sur les intérêts particuliers des entreprises, devait selon lui être neutralisé dans un concept de rentabilité défini d’un point de vue économique : des profits élevés ne valent plus comme des buts à part entière, mais comme indicateurs d’une rentabilité des entreprises bénéficiant au bout du compte à l’ensemble de l’économie. Cette direction méthodologique devait par conséquent – et certains représentants de cette discipline en élevèrent la critique – amener à renoncer à l’autonomie de la gestion.

25Ainsi, Richard Passow objecta :

  • 24 Ibid., p. 229.

« Si la science commerciale voulait réellement adopter le point de vue “considérant par principe le commerce non comme une activité lucrative poursuivant des buts relevant de l’économie privée, mais comme ayant une fonction économique”, elle resterait une partie de l’économie, spécialisée dans le traitement du commerce d’un point de vue économique24. »

26Malgré cette critique, E. Schmalenbach, pragmatique, se prononça lui-même contre l’idée de faire du gain entrepreneurial le noyau structurant de la nouvelle discipline. Il répliqua aux détracteurs de la discipline :

  • 25 Schmalenbach (Eugen), art. cit., p. 310.

« On trouve souvent l’idée que si la gestion prétend être un art, son but de recherche est de savoir comment gagner de l’argent. Certains auteurs laissent paraître leur glorieux dégoût de telles choses en la qualifiant de “stérile faiseuse de profit”. Or, pour un homme ayant des talents scientifiques, les considérations morales relatives à son problème sont parfaitement indifférentes. Mais, dans l’intérêt d’un débat objectif, il est nécessaire d’avoir une représentation juste de l’art de l’économie privée. Or, la quête de profit n’est réellement pas son affaire25. »

27Selon E. Schmalenbach, la gestion ne consiste pas à savoir comment gagner le plus d’argent possible mais comment produire de la façon la plus rentable. Le paradigme essentiel pour les phénomènes à analyser par la nouvelle discipline est donc pour lui aussi la rentabilité et non le profit.

  • 26 La conception, le modèle de pensée et les points de vue des principaux représentants de l’élite cul (...)
  • 27 Schneider (Dieter), Allgemeine Betriebswirtschaftslehre, Munich, Oldenbourg, 1985, p. 136.

28Les principaux spécialistes en gestion suivirent E. Schmalenbach et se rallièrent à sa norme de rentabilité. L’imposition de ce paradigme dans la gestion n’est compréhensible que comme réaction aux attaques de l’économie politique. Les économistes réaffirmaient ainsi leur identité de membres de l’élite culturelle traditionnelle, dont les représentants s’attribuaient le rôle de vecteurs de la culture, au-delà des groupes sociaux d’intérêts, et, dans leur fonction auto-attribuée de gardiens de la science pure, refusaient leur approbation à une « science des entrepreneurs » ou « science des intérêts »26. En adoptant la rentabilité pour profession de foi, les spécialistes de la gestion s’adaptent de manière défensive au milieu culturel dominant de la Bildungsbürgertum. Le changement de nom de la discipline, rebaptisée « science de l’économie d’entreprise » (Betriebswirtschaftslehre) en est un indice significatif : « La tonalité sociopolitiquement neutre du nom ″science de l’économie d’entreprise″ par rapport à la “science de l’économie privée”, soupçonnée d’être une science du profit, est décisive pour le changement de nom de la communauté scientifique27. »

29Si la création des écoles supérieures de commerce avait déjà largement des causes socioculturelles, liées notamment à la différence de prestige entre bourgeoisie économique et culturelle, l’évolution méthodologique – de même que, comme cela va être montré dans la partie suivante, l’évolution du contenu de la gestion – ne suit donc pas plus exclusivement une logique propre à la recherche. Elle ne peut non plus être perçue comme une réaction directe à une évolution des qualifications nécessaires dans les entreprises privées. La constitution de la nouvelle discipline dans ses méthodes et son contenu fut surtout influencée de manière décisive par l’environnement socioculturel marqué par l’élite de la Bildungsbürgertum dans lequel elle est née. Or, parmi les valeurs centrales de ce milieu culturel figuraient la « recherche pure » au service de la science ou de la communauté et une distance ostensible vis-à-vis de « groupes d’intérêts » relevant essentiellement de la bourgeoisie économique.

L’évolution du contenu de la discipline

30Bien que la gestion se fût déjà constituée en discipline académique en termes de communication institutionnelle et de méthodes avant la première guerre mondiale, elle ne parvint sur le plan du contenu à acquérir le statut de science que dans les années 1920. Auparavant, cette discipline était restée pour l’essentiel une « technique commerciale ». D’après le jugement d’Erich Gutenberg, qui occupa une position centrale à partir de 1945 au sein de la discipline, comparable à celle de E. Schmalenbach dans la période antérieure, la gestion moderne est née dans les années qui suivirent immédiatement la première guerre mondiale :

  • 28 Gutenberg (Erich), « Rückblick », Zeitschrift für Betriebswirtschaft, vol. 54, 1984, p. 1152.

« La principale césure correspond au début des années 1920, où la gestion se constitua sous sa forme actuelle. Encore aujourd’hui, on est surpris par l’ampleur des énergies scientifiques à l’œuvre dans la première moitié des années 1920, donc au lendemain de la guerre, dans une discipline certes enseignée depuis le tournant du siècle dans des institutions créées spécialement pour elle, les écoles supérieures de commerce, mais qui n’avait encore trouvé que peu d’occasions de se donner des contours scientifiques28. »

  • 29 En 1927, cette association encouragea, dans une résolution officielle, les écoles supérieures de co (...)

31La constitution en science et l’évolution de la technique commerciale traditionnelle vers un enseignement de gestion disposant de bases théoriques eurent d’abord lieu presque exclusivement dans le domaine de la comptabilité. L’évolution catastrophique des rapports monétaires après la guerre incita les pionniers de la nouvelle discipline à se confronter intensivement à la question des calculs des bilans et des coûts dans les conditions de l’inflation. Les pionniers de la gestion, et en premier lieu E. Schmalenbach, figure de proue de ce processus de scientifisation mené sous le primat de la « recherche pure », ont ainsi, jusqu’au milieu des années 1920, établi les bases scientifiques de la discipline. La « technique commerciale », uniquement propédeutique, a donné naissance à la « gestion » moderne, théoriquement fondée. Dans la deuxième moitié des années 1920 commence à apparaître une sorte d’hostilité, surtout au sein de la deuxième génération de chercheurs en gestion, quant à l’orientation unique sur les problèmes de comptabilité d’entreprise. E. Schmalenbach et son école de Cologne avaient imposé le déplacement du centre de gravité des objets de recherche du commerce vers l’industrie. Or, selon certains jeunes représentants de la discipline, cette orientation avait conduit à se concentrer exclusivement sur le fonctionnement interne des entreprises et à occulter les relations entre les entreprises et le marché. Les fonctions commerciales classiques se trouvaient ainsi largement négligées. Les détracteurs de cette évolution demandaient donc un traitement plus intensif des problèmes liés aux marchés et aux échanges, les « échanges » désignant l’ensemble des relations extérieures à l’entreprise. Cet appel ne reposait cependant pas seulement – et surtout pas essentiellement – sur des ambitions proprement scientifiques. Il renvoyait surtout à des considérations relatives à la situation de l’emploi des diplômés. Les défenseurs les plus déterminés d’une recherche centrée sur le marché n’étaient pas issus de la discipline scientifique elle-même, mais des rangs des praticiens de l’économie organisés dès 1905 dans l’Association des commerciaux allemands diplômés (Verband deutscher Diplom-Kaufleute)29. Le constat que l’écrasante majorité des anciens élèves des écoles supérieures de commerce se retrouvait dans les services comptabilité des grandes entreprises industrielles, et le point de vue régulièrement exprimé par les patrons, selon lesquels ces diplômés fournissaient au mieux des comptables ou des personnels administratifs, mais qu’ils ne constituaient en aucun cas des cadres commerciaux potentiels, avaient déclenché la critique des praticiens de formation universitaire sur l’enfermement de la discipline dans les questions de comptabilité d’entreprise.

  • 30 Schnutenhaus (Otto R.), « Das Gebiet der Absatzlehre – ein Beitrag zur Systematik der Betriebswirts (...)

32Au plan scientifique, seuls quelques représentants de la discipline, comme Otto Schnutenhaus et Erich Schäfer, s’orientèrent vers un développement de la recherche sur les marchés. Dans un essai de 1932, O. Schnutenhaus se déclara partisan de saisir l’occasion de l’ouverture de la gestion aux questions de vente et de marché pour changer fondamentalement la structure de la matière en l’adaptant aux principales fonctions de l’entreprise : création, achat, production, marché, liquidation de l’exploitation. La recherche dans ce domaine devrait intégrer les études de marché, la publicité, la communication, la vente, le conditionnement, l’expédition et la facturation30. D’autres auteurs ajoutaient aux objets définis par O. Schnutenhaus quelques composantes supplémentaires, comme l’étude de conjoncture, l’analyse de produit, la mode, etc.

33Les nombreux appels programmatiques à développer au sein de la gestion une recherche sur les marchés aboutirent à la parution, à partir de la fin des années 1920, d’une série d’essais et d’articles consacrés à des thèmes relevant de ce domaine. Mais, jusqu’en 1945, en termes de recherche en gestion comme d’enseignement dans les écoles supérieures de commerce, ce nouveau domaine resta largement en retrait par rapport à la comptabilité, encore dominante. La répugnance des grands représentants de la discipline à traiter les problèmes de marché était, elle aussi, liée à l’influence de représentations de la science néo-humanistes, propres à l’Allemagne et à la bourgeoisie culturelle. Pour la majorité d’entre eux, la gestion était une science qui devait se donner pour but la recherche pure des conditions et phénomènes de l’économie d’entreprise. En tant que scientifiques, ils ne voulaient pas être mis à contribution directement pour les besoins pratiques de l’économie, car traiter les questions de marché aurait à leurs yeux menacé le caractère scientifique de la discipline. Ils considéraient le domaine externe à l’entreprise de l’achat et de la vente comme fondamentalement irrationnel et impossible à codifier scientifiquement. L’idée était très répandue que le génie commercial et l’intuition prévalaient dans ces domaines. On peut finalement soutenir la thèse qu’en Allemagne, même le développement de la gestion en termes de contenu, sa concentration sur la comptabilité d’entreprise en particulier, ne s’explique qu’en prenant en compte le contexte culturel dans lequel cette nouvelle discipline s’est constituée.

34L’influence du milieu culturel de la Bildungsbürgertum et de ses valeurs néo-humanistes fut d’une importance déterminante pour la constitution, la définition méthodologique et l’évolution des contenus de la gestion en Allemagne. La création des écoles supérieures de commerce elle-même ne fut pas, contrairement à la thèse défendue par de nombreux auteurs, une réaction immédiate à un changement des qualifications nécessaires pour les personnels d’encadrement des entreprises. Les impératifs « pratiques » furent moins déterminants que les motivations socioculturelles pour la création de ces écoles. Pour les rares négociants et industriels de premier plan engagés dans le mouvement pour les écoles supérieures de commerce, comme G. Mevissen et W. Merton, il s’agissait moins d’apporter une qualification spécialisée aux cadres de la génération montante que de gagner l’« égalité en droits » de la bourgeoisie économique face aux « milieux cultivés », qui, au début du XXe siècle, restaient encore supérieurs aux grands entrepreneurs sur l’échelle de la reconnaissance sociale. Ils estimaient que seule la voie de la formation universitaire pouvait faire disparaître le fossé entre le prestige accordé à la bourgeoisie culturelle et celui accordé à la bourgeoisie économique. Pour l’autre composante importante du mouvement, les enseignants des écoles commerciales, les motivations socioculturelles jouaient également un rôle central. Leur formation désormais académique était supposée leur permettre d’intégrer la bourgeoisie culturelle.

35L’évolution de la nouvelle discipline établie dans les écoles supérieures de commerce fut fortement imprégnée par les représentations scientifiques néo-humanistes dominantes dans le milieu universitaire. L’influence de ce milieu culturel pendant la phase de constitution se manifeste surtout dans les premiers débats de principe menés au sein de la discipline. En réaction aux attaques de l’élite universitaire traditionnelle, qui ne reconnaissait pas la « science de l’économie privée » comme une discipline académique et la dévalorisait en la qualifiant de « stérile science du profit », un processus d’affirmation et de définition de ses propres positions commença vers 1910 à l’intérieur de la nouvelle discipline. Les représentants de la gestion s’efforcèrent alors non pas de formuler une définition autonome de leur matière comme science économique appliquée, mais s’alignèrent au contraire sur l’environnement culturel adverse en revendiquant pour leur matière la valeur centrale d’une « recherche pure ». Au reproche, surtout avancé par les représentants de l’économie politique universitaire, selon lequel la science de l’économie privée serait seulement une « science des entrepreneurs » et une « science du profit », les défenseurs de la nouvelle matière répliquèrent que le paradigme de leur discipline était non pas le profit mais la rentabilité.

36Les conséquences de cette adaptation aux représentations scientifiques néo-humanistes de la bourgeoisie culturelle s’avérèrent ambivalentes pour l’évolution du contenu de l’enseignement de gestion. D’une part, l’adoption du paradigme de « recherche pure » eut incontestablement un énorme impact dans le processus de scientifisation. Les travaux théoriques en matière de bilans et de coûts permirent aux gestionnaires, dès les années 1920, de faire de leur discipline une science. D’autre part, la persistance de ces représentations apparaît également, à partir de la fin des années 1920, comme un obstacle au développement ultérieur de la discipline. Les gestionnaires allemands se concentrèrent presque exclusivement sur la comptabilité d’entreprise, considérée comme un objet idéal de « recherche pure ». Dans ce domaine, ils parvinrent, y compris par rapport à des spécialistes étrangers, à des progrès scientifiques importants. Ils eurent en revanche du mal à ouvrir leur discipline à d’autres domaines du commerce comme la distribution et la vente, la publicité, la gestion du personnel, etc., déjà beaucoup plus développés aux États-Unis notamment. Cette position de retrait à l’égard de domaines nouveaux, davantage tournés vers l’application et la demande, était liée aux valeurs néo-humanistes des gestionnaires allemands. Ils craignaient qu’un lien trop étroit de leur recherche aux besoins et « intérêts » de la pratique nuise au caractère scientifique de leur discipline. C’est seulement dans les années 1960 que la gestion allemande s’est ouverte, sous l’influence majeure des avancées américaines, à de nouveaux domaines de recherche, désormais appelés – ce qui illustre l’avance prise par les États-Unis intervenue dans l’intervalle – marketing, personal management, operations research, etc.

Notes

1 Cette bourgeoisie caractérisée par son capital culturel, par opposition à la bourgeoisie économique (Wirtschaftsbürgertum), regroupe les diplômés de l’Université (Akademiker) et des professions comme les médecins, avocats, professeurs, etc. (NdT).

2 L’Académie de commerce ne devait toutefois, conformément à la volonté de G. Mevissen, être fondée que lorsque la somme versée aurait atteint, grâce aux intérêts et à d’autres donations éventuelles, la valeur d’un million de Reichsmark. Le mémoire de G. Mevissen est reproduit dans Hayashima (Akira), « Sur l’histoire de l’école supérieure de commerce de Cologne », Kwansei Gakuin University Annual Studies, vol. 30, 1981, p. 185 sq.

3 Luberti (L.), «Die Mängel unseres gegenwärtigen kaufmännischen Bildungswesens», Handelsakademie, vol. 1, 1884, p. 59.

4 C’est ce que souligne à juste titre Jürgen Kocka notamment, pour qui ce sont moins les nécessités objectives « que les intérêts corporatistes et l’aspiration à l’émancipation de certains négociants, chambres de commerce et professeurs qui [menèrent] à partir de 1898 à la création d’écoles supérieures de commerce, proches dans leurs prétentions des cours de comptabilité du XVIIIe siècle, mais qui visaient surtout en réalité, à côté de l’économie politique, une meilleure formation générale des négociants et entrepreneurs », dans Unternehmungs Verwaltung und Angestelltenschaft am Beispiel Siemens 1847-1914, Stuttgart, Klett, 1969, p. 47.

5 Bellinger (Bernhard), Geschichte der Betriebswirtschaftslehre, Stuttgart, Poeschel, 1967, p. 49.

6 Rapport sténographié du deuxième congrès de la Fédération allemande pour l’enseignement commercial, Leipzig, 11 et 12 juin 1897 (Verröffentlichungen der Deutscher Verband für das kaufmännische Unterrichtswesen, vol. 6), Brunswick, 1897, p. 7.

7 Cité d’après Hayashima (Akira), art. cit., p. 186 sq.

8 Sur l’histoire de la création de l’école supérieure de commerce de Leipzig, voir Franz (Heike), Zwischen Markt und Profession. Betriebswirte in Deutschland im Spannungsfeld von Bildungs-und Wirtschaftsbürgertum, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998, p. 44 sq.

9 Ibid., p. 25 sq.

10 Voir Blum (Theodor), Das deutsche Handelsschulwesen, Leipzig, Goschen, 1911, p. 97. T. Blum décrit ainsi la composition du personnel enseignant dans les écoles commerciales : « On ne trouve dans aucune autre catégorie scolaire des enseignants aux bagages aussi hétéroclites que dans les écoles commerciales : philologues, germanistes, mathématiciens, juristes et économistes, professeurs spécialisés, instituteurs de tous grades, commerçants, etc., certains à des postes principaux, d’autres à des postes secondaires.

11 On pensa par exemple, en guise de solution d’urgence provisoire, à établir des cours d’été où les instituteurs qui intervenaient également dans des écoles de commerce recevraient un minimum de connaissances techniques dans le domaine commercial. Une autre possibilité consistait à établir, sur le modèle des écoles normales existantes pour les instituteurs, des cours indépendants pour les professeurs en écoles commerciales. Mais cette voie ne fut adoptée que pour le nouvel enseignement commercial féminin.

12 Voir à ce sujet Franz (Heike), op. cit., p. 43-68.

13 Dans les écoles supérieures de commerce, l’économie, discipline académique, resta également, dans un premier temps, prépondérante.

14 Cité dans Handels-Hochschul-Nachrichten, 1906, p. 104.

15 Brentano (Lujo), «Privatwirtschaftslehre und Volkswirtschaftslehre», Bank-Archiv, vol. 12, 1912, p. 1-6, ici p. 5. Ce qui fut appelé le « cas Ehrenberg » montre à quel point le débat sur les rapports entre économie politique et science de l’économie privée fut houleux. Dans plusieurs écrits, l’économiste Richard Ehrenberg s’était prononcé en faveur de l’établissement d’une gestion indépendante, et avait été recommandé en 1908 au ministre de l’Éducation de Saxe Beck par la Fédération des industriels allemands pour une chaire à l’université de Leipzig. Les économistes de Leipzig, hors d’eux, rejetèrent cette suggestion avec indignation, et s’élevèrent contre l’intervention d’un « groupe d’intérêts » dans les droits de proposition de l’université.

16 Voir Weyermann (Moritz) et Schönitz (Hans), Grundlegung und Systematik einer wissenschaftlichen Privatwirtschaftslehre und ihre Pflege an Universitäten und Fachhochschulen, Karlsruhe, 1912.

17 L’économiste Karl Diehl, qui considérait la constitution de la gestion comme « une perte de temps monstrueuse », a sans doute exprimé avec ce jugement la conviction de la majorité de ses collègues ; «Privatwirtschaftslehre, Volkswirtschaftslehre, Weltwirtschaftlehre», Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, vol. 46, 1913, p. 433-482, ici p. 459.

18 Locke (Robert R.), The End of the Practical Man. Entrepreneurship and Higher Education in Germany, France and Great Britain, 1880-1940, Greenwich/Conn., Jai Press, 1984, p. 157.

19 Ulrich (Hans), « Von der Betriebswirtschaftslehre zur systematischen Managementlehre », dans Wunderer (Rolf) (dir.), Betriebswirtschaftslehre als Management-und Führungslehre, Stuttgart, Poeschel, 1985, p. 3-33, ici p. 4.

20 Le droit à l’existence d’une discipline indépendante consacrée à l’économie privée était encore remis en question dans les années 1920 par quelques représentants de l’économie, et, après l’arrivée au pouvoir des nazis, il y eut des projets de rassemblement de ces deux disciplines en une science économique unifiée. Ces projets, surtout soutenus par des économistes, furent toutefois repoussés avec succès. La séparation entre économie et gestion est, jusqu’à aujourd’hui, restée constitutive des sciences économiques en Allemagne.

21 Cité par Minz (Willi), « Professor Dr. Eugen Schmalenbach. Zum 20. August 1953 », Die Wirtschaftsprüfung, vol. 6, 1953, p. 361-366, ici p. 364.

22 Schmalenbach (Eugen), « Die Privatwirtschaftslehre als Kunstlehre », Zeitschrift für handelswissenschaftliche Forschung, vol. 6, 1911/12, p. 304-316, ici p. 306.

23 Cité par Passow (Richard), « Über Wesen und Inhalt der (einzelwirtschaftlichen) Lehre von den Erwerbswissenschaften », Archiv für aktive Wirtschaftsforschung, vol. 4, 1912, p. 213-230, ici p. 226.

24 Ibid., p. 229.

25 Schmalenbach (Eugen), art. cit., p. 310.

26 La conception, le modèle de pensée et les points de vue des principaux représentants de l’élite culturelle traditionnelle ont été analysés de manière fascinante dans l’étude aujourd’hui classique de Ringer (Fritz K.), The Decline of the German Mandarins : The German Academic Community 1890-1933, Cambridge, Wesleyan University Press, 1969.

27 Schneider (Dieter), Allgemeine Betriebswirtschaftslehre, Munich, Oldenbourg, 1985, p. 136.

28 Gutenberg (Erich), « Rückblick », Zeitschrift für Betriebswirtschaft, vol. 54, 1984, p. 1152.

29 En 1927, cette association encouragea, dans une résolution officielle, les écoles supérieures de commerce à se consacrer davantage à la recherche sur les marchés et la distribution. À la fin des années 1920 et au début des années 1930 paraissent dans la Zeitschrift des Verbands Deutscher Diplom-Kaufleute de nombreux articles dont les auteurs appelaient les professeurs des écoles supérieures de commerce à traiter davantage les questions relatives au marché. Voir, à ce sujet, Franz (Heike), op. cit., p. 208-217.

30 Schnutenhaus (Otto R.), « Das Gebiet der Absatzlehre – ein Beitrag zur Systematik der Betriebswirtschaftslehre », Der praktische Betriebswirt, vol. 12, 1932, p. 647-652.

Auteur

Docteure en histoire de l’université de Bielefeld, est chargée à lʹuniversité de Dortmund de la coordination de la mise en place des bachelors et des masters dans le cadre du processus de Bologne. Ses recherches ont porté sur l’histoire de la gestion comme discipline universitaire et sur la trajectoire de ses diplômés

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search