Version classiqueVersion mobile

Formation des élites en France et en Allemagne

 | 
Hervé Joly

Introduction

Hervé Joly

Texte intégral

  • 1 Ces deux colloques, organisés par le Comité franco-allemand de recherches sur l’histoire de la Fra (...)
  • 2 Suleiman (Ezra N.) et Mendras Henri (dir.), Le Recrutement des élites en Europe, Paris, La Découve (...)
  • 3 Voir, par exemple, Krais (Beate), « Die Spitzen der Gesellschaft. Theoritische Überlegungen », dan (...)
  • 4 Les deux premières dimensions représentent, à un moment donné, le volume et la structure (plus ou (...)
  • 5 Le chapitre « Écoles du pouvoir et pouvoir sur l’économie » est ainsi la reproduction à la virgule (...)
  • 6 Les Sommets de l’État. Essais sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977 (réédité en 199 (...)
  • 7 Voir ainsi la référence bibliographique au livre La Classe dirigeante en France, associé à celui d (...)
  • 8 « Les recherches qui se rapprochent le plus de celles que l’on entreprend ici ont été élaborées da (...)
  • 9 Changement de perspective exprimé dans l’ouvrage collectif, Birnbaum (Pierre) et LECA (Jean) (dir. (...)
  • 10 Qui gouverne les groupes industriels ? Essai sur l’exercice du pouvoir du et dans le groupe indust (...)
  • 11 Voir, parmi de nombreux titres, Les 200. Comment devient-on un grand patron, Paris, Seuil, 1987 et(...)
  • 12 L’absence de la moindre actualisation, même bibliographique, dans le chapitre sur le patronat de N (...)
  • 13 De manière révélatrice, leurs travaux sur la grande bourgeoisie n’ont jamais fait l’objet d’une pu (...)
  • 14 Avec les ouvrages successifs : Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989 ; Quartiers bourgeois, (...)

1 Aborder en sciences sociales l’étude des élites dans une perspective comparative franco-allemande pourrait sembler banal. C’est pourtant loin d’être le cas. À l’exception de deux colloques d’historiens centrés sur la comparaison franco-allemande qui se sont tenus en 1990 et 19921 et d’un ouvrage collectif de sociologues en 1997 sur le recrutement des élites en Europe avec plusieurs contributions sur la France et l’Allemagne2, les occasions sont rares pour les chercheurs des deux pays de confronter leurs travaux. Il est vrai que les spécialistes disponibles de chaque côté du Rhin ne se comptent pas dans les mêmes proportions. La recherche française sur les élites est largement incarnée en Allemagne par la grande figure du sociologue Pierre Bourdieu, avec souvent l’expression conjuguée d’un regret qu’il n’existe pas de « Pierre Bourdieu allemand » pour travailler sur les élites et la bourgeoisie de la République fédérale3… et ce paradoxalement alors même que l’intéressé a toujours, sans jamais semble-t-il s’en expliquer véritablement, évité le concept d’« élite(s) ». Il l’écarte au profit de celui de « classe dominante » au singulier, divisée en « fractions » (« patrons de l’industrie et du commerce », « professions libérales », « cadres administratifs supérieurs »), se distinguant des « classes moyennes » et « populaires » dans un espace social dynamique à trois dimensions, par opposition aux « représentations unidimensionnelles en strates de l’échelle sociale » à laquelle semble associée la notion d’élite4. Mais, d’une part, si l’apport de P. Bourdieu et de son équipe à la connaissance de la « classe dominante » française et de ses modes de reproduction est incontestablement considérable depuis les années 1960, force est de constater que, bien avant la disparition du sociologue en 2002, ses travaux empiriques avaient été peu renouvelés depuis les années 1970. La dernière publication importante sur les élites françaises, l’ouvrage La Noblesse d’État paru en 1989, était en fait largement la reprise à l’identique, non explicite d’ailleurs, d’articles antérieurs5. Tout se passe comme si la thèse de la reproduction était devenue tellement prégnante qu’elle était supposée immuable, rendant toute actualisation inutile en l’absence de changement possible. D’autre part, la prégnance théorique de l’école bourdieusienne dans ce domaine n’a apparemment pas favorisé l’émergence ou la réception d’autres recherches. Les travaux issus dans les années 1970 de l’équipe de Pierre Birnbaum6 ont ainsi été, à la faveur de notes en bas de pages assassines7, traités avec mépris par P. Bourdieu, alors même que leur auteur s’était explicitement inscrit à l’époque dans une perspective bourdieusienne8. P. Birnbaum a ensuite orienté ses recherches dans d’autres directions, se réclamant alors, dans une opposition devenue ouverte à P. Bourdieu, d’une sociologie de l’individualisme méthodologique9. Il n’a jamais été véritablement remplacé dans la science politique française pour l’étude du recrutement des élites nationales. Les travaux publiés à partir des années 1980 par Michel Bauer (en association avec Élie Cohen10 puis Bénédicte Bertin-Mourot11) sur les élites économiques ont été ignorés par P. Bourdieu12. Les seuls à avoir réussi à exister durablement dans une entreprise scientifique autonome, s’inscrivant largement dans la perspective de P. Bourdieu sans faire cependant partie du premier cercle de ses disciples13, sont Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui, depuis la fin des années 1980, ont orienté leur regard critique d’inspiration marxiste de sociologues du monde ouvrier et de l’habitat urbain sur un objet nouveau pour eux, la grande bourgeoisie française, avec une activité et un succès éditorial impressionnants14. Mais leur approche relève moins de l’étude sociologique du recrutement et de l’exercice du pouvoir par des élites dans leur champ professionnel que de la description ethnologique des pratiques et usages d’un groupe social appréhendé dans son espace privé (beaux quartiers, cercles mondains, chasse à courre, etc.).

  • 15 Un recensement effectué en avril 2005 sur le site de vente en ligne www.amazon.fr permet ainsi de (...)
  • 16 Voir, par exemple, Rome (Catherine), Les Bourgeois protestants de Montauban auXVIIe siècle. Une él (...)
  • 17 Voir, par exemple, Vermeren (Pierre), La Formation des élites marocaines et tunisiennes (1920-2000 (...)
  • 18 Selon le programme de recherche qui avait été tracé dans Pour une prosopographie des élites frança (...)
  • 19 Avec, parmi d’autres titres, son volume Le Patronat du Nord sous le Second Empire : une approche p (...)
  • 20 Avec, en premier lieu, sa thèse d’État soutenue en 1986, publiée en deux livres, Les Élites de la (...)
  • 21 Christophe Charle est, depuis 1975, un des auteurs les plus prolifiques des Actes de la recherche (...)
  • 22 « Pourquoi avoir choisi le mot élite plutôt que bourgeoisie, classe dominante ou classe dirigeante (...)

2De manière générale, si de nombreux ouvrages publiés en France ces dernières années contiennent le mot « élite(s) » dans leur titre15, force est de constater qu’ils ne renouvellent guère la connaissance des élites françaises récentes. Le concept connaît un succès important pour des monographies en histoire (21 titres depuis 2001) pour les périodes moderne et contemporaine (16), avec de nombreuses monographies locales16 ou étrangères17, mais aussi antiques (5). Il faut signaler le dynamisme de la démarche prosopographique qui s’inscrit dans la perspective impulsée depuis la fin des années 1970 par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC)18 et prolongée à la fois par des instruments de travail biographiques (les nombreux volumes de dictionnaires régionaux des patrons du Second Empire ou ceux sur les professeurs des facultés parisiennes) et par de grandes recherches sur l’histoire des élites françaises, de la part notamment de Frédéric Barbier19 et de Christophe Charle20. Ce dernier présente l’originalité d’associer inscription explicite et reconnue dans la perspective de P. Bourdieu21 et utilisation centrale du concept d’élites22.

  • 23 Voir, par exemple, Wandji (Jérôme-Francis), L’Évolution politico-constitutionnelle du Cameroun et (...)
  • 24 La seule étude récente relevée est la monographie régionale de Ferret (Jérôme), Les Élites politiq (...)
  • 25 Outre le cas déjà signalé des Actes de la recherche en sciences sociales (pas d’article sur le rec (...)
  • 26 Voir Mathiot (Pierre), « Le nouveau profil des députés », Le Figaro, 4 juin 1993.
  • 27 Paris, Armand Colin, 1re édition 1978.
  • 28 Paris, Presses universitaires de France, 1992.
  • 29 Paris, Presses universitaires de France, 2000.
  • 30 A contrario, pour être juste, il faut signaler l’existence d’articles sur les élites dans le Dicti (...)
  • 31 Busino (Giovanni), professeur à l’université de Lausanne, Élites et élitisme, Paris, Presses unive (...)

3En science politique, on relève plusieurs études (7) sur des pays étrangers, notamment extra-européens23. En revanche, les travaux empiriques sur les élites politiques, administratives, économiques ou culturelles françaises à l’échelle nationale ne se sont guère renouvelés24, comme le confirme un dépouillement des sommaires des grandes revues de sociologie ou de science politique25. À la différence de ce que fait à chaque élection le Centre d’études de la vie politique française en matière de sociologie électorale, il n’existe ainsi pas de recherches universitaires périodiques sur l’évolution du recrutement des élites politiques au sein de chaque nouvelle législature. Le sujet suscite au mieux une rapide étude journalistique dans un grand quotidien26. De manière générale, les élites ne font pas l’objet de développements importants dans les ouvrages de référence en sciences sociales. Un manuel classique comme celui d’Henri Mendras, Éléments de sociologie27, ne comporte ainsi dans son index aucune entrée élite (s). Le Traité de sociologie et La Sociologie française contemporaine dirigés respectivement par Raymond Boudon28 ou Jean-Michel Berthelot29 n’y consacrent aucun développement spécifique dans leur présentation des différents champs de la sociologie30. De manière significative, les seules synthèses existantes aujourd’hui en langue française sur les élites sont, d’une part, l’œuvre d’universitaires suisses et ont, d’autre part, une orientation essentiellement théorique, en privilégiant la présentation des thèses des grands auteurs (Vilfredo Pareto, Gaetano Mosca, Roberto Michels, etc.) plutôt que celle de résultats empiriques récents31.

  • 32 Le même inventaire en avril 2005 que celui effectué en France (cf. supra) depuis 2001 sur la versi (...)
  • 33 Krais, op. cit., p. 7.
  • 34 Voir, par exemple, ibid. ; Hradil (Stefan) et Imbusch (Peter) (dir.), Oberschichten – Eliten – Her (...)
  • 35 Un simple rapport de recherche pour celle de 1968, des livres parus respectivement en 1980 (Hoffma (...)
  • 36 Bürklin (Wilhelm), Rebenstorf (Hilke) et al., Eliten in Deutschland, Opladen, Leske + Budrich, 199 (...)
  • 37 Hartmann (Michael), Juristen in der Wirtschaft. Eine Elite im Wandel, Munich, Beck, 1990 et, du mê (...)
  • 38 Hartmann (Michael), Topmanager. Die Rekruitierung einer Elite, Francfort/Main, Campus, 1996.
  • 39 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten. Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in W (...)

4En Allemagne, le nombre semblable de publications récentes sur les élites ne recouvre pas la même répartition entre les disciplines en sciences humaines et sociales32. Même si la méthode prosopographique et les monographies locales y sont moins pratiquées, on retrouve bien une forte composante historique (17 titres de livres depuis 2001), pour l’essentiel (13) en histoire contemporaine, avec deux terrains privilégiés : les anciens pays communistes (2) et surtout le régime hitlérien (6), avec notamment des composés comme « SS-Eliten » ou « Nationalsozialistische-Eliten ». L’importance de cette dernière période reflète d’ailleurs bien l’ambiguïté de l’emploi du concept d’élite(s) dans l’Allemagne de l’après-guerre : le discrédit né de son association au nazisme l’a longtemps rendu d’un usage problématique dans une société ouest-allemande de l’après-guerre qui tendait à associer démocratie, égalité des chances et nivellement social33. Encore aujourd’hui, de nombreux auteurs commencent en introduction par prendre des précautions conceptuelles avant de l’employer. Mais, en parallèle avec un débat public dans lequel les appels à une meilleure promotion des élites, notamment dans le cadre d’un système de formation plus sélectif (avec le développement d’Elitenuniversitäten), se multiplient, l’emploi du concept se répand en science politique (8), sur des terrains étrangers il est vrai (6), et surtout en sociologie (14). La profusion dans cette dernière discipline, qui contraste spectaculairement avec la discrétion de la sociologie française en la matière, traduit cependant pour l’instant plus une proclamation d’intérêt pour un concept qu’une restitution massive de recherches empiriques nouvelles. Ont ainsi paru, ces dernières années, une succession d’ouvrages collectifs dans lesquels la plupart des contributions privilégient les réflexions d’ordre conceptuel ou méthodologique aux résultats statistiques34. Parmi les recherches récentes importantes, il faut cependant signaler le prolongement, en 1995, des Elitenstudien par une équipe dirigée à Postdam par Wilhelm Bürklin, lancées à Mannheim en 1968 par Rudolf Wildenmann et renouvelées en 1972 et 1981, avec pour la première fois un élargissement à l’ensemble de l’Allemagne réunifiée. Si les Mannheimer Elitestudien avaient donné lieu à des publications relativement confidentielles ou tardives35, les résultats riches de la Postdamer Studie, qui repose sur un corpus de 3 941 détenteurs de positions dirigeantes dans de multiples champs sociaux (politique, administration, armée, syndicats, sciences, culture, églises, etc.), parmi lesquels 2 341 ont été effectivement interviewés, ont été mieux diffusés dès 199736. Par ailleurs, le sociologue Michael Hartmann, après des études sur des élites spécialisées (juristes et informaticiens dans les entreprises37), s’est intéressé au recrutement des « top-managers » allemands38, avant d’élargir son propos aux barrières sociales à l’accès aux élites économiques, politiques, judiciaires et scientifiques39. Ses résultats, qui mettent largement à mal la légende d’une société allemande pratiquant l’égalité des chances, ont reçu un écho médiatique important.

  • 40 Hornbostel (Stefan) (dir.), Sozialistische Eliten. Horizontale und vertikale Differenzierungsmuste (...)
  • 41 Bollinger (Stefan) et Heyden (Ulrich van der) (dir.), Deutsche Einheit und Elitenwechsel in Ostdeu (...)
  • 42 Voir le site Internet spécifique de ce projet, www.wirtschaftseliten.de, qui met à disposition les (...)
  • 43 Voir la présentation détaillée sur Internet des différents sous-projets A1 à A6 de ce SFB 580 : ww (...)

5Il faut également souligner le dynamisme de la recherche sur les élites de l’ex-RDA40 et sur leur transformation après la réunification41. Enfin, si, dix ans après celle de Postdam, aucune nouvelle Elitenstudie n’est pour l’instant annoncée, plusieurs projets en cours sont à signaler. À Bielefeld, le sociologue Peter Imbusch mène depuis 2003 une recherche sur « les élites économiques entre pression de la globalisation et responsabilité sociale42 ». Dans le cadre plus large d’un Sonderforschungsbereich (SFB) pluridisciplinaire lancé en 2001 au sein des universités de Halle et de Iéna sur « les évolutions sociales après la transition » dans l’ex-RDA, un axe spécifique associant des historiens, des sociologues et des politistes, réparti en six sous-projets, est consacré aux « changements dans les groupes sociaux dirigeants (élites de l’économie, de la politique et de l’administration43). De nouvelles publications sont donc à attendre dans les prochaines années.

  • 44 Zwischen Markt und Profession. Betriebswirte in Deutschland im Spannungsfeld von Bildungs-und Wirt (...)
  • 45 Servir le Reich ? Les élites administratives entre la Prusse et l’Allemagne, 1871-1933, sous la di (...)
  • 46 Patrons d’Allemagne, Sociologie d’une élite industrielle. 1933-1989, Paris, Presses de Sciences Po (...)

6L’élaboration du programme du colloque du CIERA et de l’ouvrage qui en est issu s’inscrit donc dans ce paysage contrasté. Une première section est consacrée à une approche comparative de la manière dont se sont construites historiquement les différences observées dans la formation des élites des deux pays. Alors qu’en Allemagne le modèle humboldtien des universités traditionnelles s’est rapidement étendu aux nouvelles formations techniques ou commerciales, celles-ci s’en sont écartées en France. Dans un bilan inédit en français de son étude historique sur l’émergence en Allemagne de la gestion (Betriebswirtschaft) comme discipline universitaire et le devenir de ses diplômés44, Heike Franz explique ainsi combien l’alignement sur le modèle académique, nécessaire à la reconnaissance de la nouvelle bourgeoisie économique par la bourgeoisie culturelle (Bildungsbürgertum) traditionnelle, s’est fait aux dépens d’une large appropriation des fonctions commerciales dans l’entreprise. André Grelon, en historien des formations supérieures techniques, montre que la référence fréquente en France dans les discours au modèle allemand des Technische Hochschulen n’a pas eu une grande portée concrète dans le développement d’écoles d’ingénieurs, plus marquées par le modèle des écoles militaires. Ces références différentes n’excluent pas une pratique commune de sélection sévère. En s’appuyant sur une thèse récente45, Marie-Bénédicte Daviet-Vincent confirme la pertinence de l’exportation de la perspective prosopographique sur le terrain germanique, en s’intéressant à un groupe traditionnellement détenteur d’un monopole sur le recrutement des élites administratives prussiennes sous l’Empire et la République de Weimar : les juristes. La fermeture du recrutement social qu’implique l’exigence d’une formation élitiste s’avère largement explicative des comportements politiques. Hervé Joly, dans le prolongement de ses travaux sur l’élite industrielle allemande46, montre, en comparant le recrutement dans le long XXe siècle des dirigeants des grandes entreprises, l’existence dans les deux pays de fortes barrières scolaires à l’entrée, en insistant toutefois sur le fait qu’elles sont encore plus étroites dans le système de l’« élitisme républicain » français que dans le système universitaire allemand.

  • 47 La Fabrique des énarques, Paris, Économica, 2001.
  • 48 Paris, La Découverte, 2001.

7Une deuxième section est consacrée à la présentation d’enquêtes récentes sur le recrutement des élites en sociologie et en science politique. La massification de l’enseignement supérieur intervenue dans les années 1960 ne semble pas, dans les deux pays, avoir débouché sur une ouverture sociale plus grande pour les générations concernées. Michael Hartmann confirme les résultats pessimistes de ses travaux sur les dirigeants des grandes entreprises : l’ouverture scolaire relativement plus grande en Allemagne est largement compensée par une fermeture sociale qu’il considère comme croissante. À la suite de son étude sur les anciens élèves de l’École nationale d’administration (ENA) devenus administrateurs civils47, Jean-Michel Eymeri élargit son propos à une mise en perspective européenne du « modèle » français de fabrication des hauts fonctionnaires, qui lui permet de mieux dégager la spécificité nationale : la grande précocité de leur identification et de leur reconnaissance comme élite. Dans la continuité de son essai critique sur Les Élites contre la République, Sciences Po et l’ENA48, Alain Garrigou souligne, à travers l’exemple d’une école d’élite à la française comme Sciences Po, combien la politique d’harmonisation européenne de l’enseignement supérieur sert surtout de prétexte à un alignement sur le modèle américain dominant. Hilke Rebenstorf montre, à partir notamment de sa participation à la Postdamer Studie de 1995, l’ambiguïté du recrutement de l’élite politique allemande : il est scolairement plus ouvert que celui d’autres élites, administrative ou économique par exemple, mais il est professionnellement très fermé par l’exigence croissante d’une ancienneté dans la professionnalisation politique. Un contrepoint dressé par Hervé Joly sur l’élite politique française actuelle suggère une tendance semblable, une proportion plus ou moins réduite d’énarques n’étant pas à elle seule synonyme d’ouverture.

8Une troisième section s’intéresse non plus au recrutement comparé des élites franco-allemandes, mais à la manière dont en pratique les différences constatées se répercutent sur leurs conditions de travail en commun. Les illustrations empiriques sont centrées sur un domaine privilégié de coopération des élites franco-allemandes, les diverses entreprises mixtes qui se sont constituées depuis quelques années (EADS dans l’aéronautique, Aventis dans la chimie-pharmacie, etc.). Les difficultés de la communication interculturelle ont amené le développement d’un véritable marché du conseil et de la formation pour les responsables d’entreprise concernés. Helga Schenzer nous livre les enseignements de sa longue expérience au sein de l’équipe de consultants animée par Jacques Pateau. Christoph I. Barmeyer resitue la question dans une perspective plus théorique à partir des nombreuses recherches menées sur ce terrain particulièrement intéressant en sciences de gestion. Mais la coopération franco-allemande qu’impliquent ces sociétés mixtes ne se limite pas aux élites dirigeantes, elle engage aussi les élites syndicales. À travers l’exemple de la fusion entre Rhône-Poulenc et Hoechst au sein de Aventis, Udo Rehfeldt montre les difficultés qu’entraînent les différences dans le paysage syndical des deux pays pour l’adaptation de la codétermination (Mitbestimmung) à l’allemande et pour la mise en place d’instances de représentation à l’échelle européenne. Marina Bourgain illustre le caractère problématique de cette intégration dans le cas des fusions intervenues dans la métallurgie et l’aéronautique : face à des directions qui persistent à utiliser le cadre national pour mener des restructurations, les représentants des salariés ont du mal à s’organiser pour apporter une réponse commune aux plans sociaux imposés dans chaque pays.

Notes

1 Ces deux colloques, organisés par le Comité franco-allemand de recherches sur l’histoire de la France et de l’Allemagne aux XIXe et XXe siècles, ont eu lieu en octobre 1990 à Arc-et-Senans (Jura) et en novembre 1992 à Mettlach (Sarre). Leurs actes ont été publiés successivement en deux volumes franco-allemands sous le titre Eliten in Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert : Strukturen und Beziehungen par les éditions Oldenbourg de Munich. Le premier, paru en 1994 sous la direction de Hudemann (Rainer) et Soutou (Georges-Henri), rassemble des contributions sur les élites culturelles, économiques, militaires et diplomatiques. Le second, paru en 1996 sous la direction de Dupeux (Louis), Hudemann (Rainer) et Knipping (Franz), porte sur les élites urbaines, politiques et parlementaires, des professions libérales et de la vie associative, ainsi que religieuses. L’absence de traduction des contributions des spécialistes de chaque pays n’a pas facilité leur diffusion dans l’autre langue.

2 Suleiman (Ezra N.) et Mendras Henri (dir.), Le Recrutement des élites en Europe, Paris, La Découverte, 1997, avec Suleiman (Ezra N.) sur les élites administratives et politiques françaises (p. 19-47), Bauer (Michel) et Bertin-Mourot (Bénédicte) sur « la tyrannie du diplôme initial » en France (p. 48-91) et sur les élites économiques françaises et allemandes (p. 91-113), Derlin (Hans-Ulrich) sur les élites administratives allemandes (p. 64-90) ainsi que Cailleteau (François) et Bonnardot (Gérard) sur le recrutement des généraux en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne (p. 158).

3 Voir, par exemple, Krais (Beate), « Die Spitzen der Gesellschaft. Theoritische Überlegungen », dans KRAIS (Beate) (dir.), An der Spitze. Von Eliten und herrschenden Klassen, Constance, UVK, 2001, p. 8-9.

4 Les deux premières dimensions représentent, à un moment donné, le volume et la structure (plus ou moins économique ou culturel) du capital détenu, la troisième, dans une perspective diachronique, l’évolution dans le temps ; Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 128-138. Le rejet du concept « élite(s) » est exprimé explicitement dans un ouvrage de synthèse par deux sociologues d’inspiration bourdieusienne, Pinçon (Michel) et Pinçon-Charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2003 (1re éd. 2000) : « Cette conception de l’espace social rejette l’idée de strates hiérarchisées non antagonistes, simple constat dans la synchronie d’un état donné des distributions. Cela conduit à considérer les limites entre les classes et les fractions de classe comme des frontières dont les délimitations précises sont aussi des objets de lutte de classement. » (p. 109) ; « Les échelles de stratification sont ainsi plus proches dans leur conception des thèses sur l’égalité des chances et sur la société ouverte, permettant à chacun de faire ses preuves, que des conceptions de l’exploitation et de la domination. Ce n’est pas un hasard si ces théories de la stratification parlent plus volontiers d’élites que de bourgeoisie. » (p. 111). L’index thématique très complet de La Distinction est révélateur : les trois seules occurrences du mot « élite(s) » renvoient dans le texte à des emplois distanciés avec des guillemets, à propos d’« opposition entre l’“élite” des dominants et la “masse” des dominés » (p. 546) ou « entre l’“élite” de la culture et les masses barbares » (p. 574), ou encore à propos de « ceux que Proust appelle les “gens de qualité de l’intelligence” [qui] savent marquer leur distinction de la manière la plus péremptoire en destinant à l’“élite” de ceux qui savent déchiffrer les signes aussi discrets qu’irréfutables de leur appartenance à l’“élite” » (p. 585). Dans l’ouvrage centré sur le recrutement de la classe dominante française, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps (Paris, Minuit, 1989), l’index thématique, il est vrai moins exhaustif, ne comporte aucune occurrence du concept d’« élite(s) ». On peut relever seulement dans le chapitre « Écoles du pouvoir et pouvoir sur l’économie » l’existence d’un passage (p. 450-457) sous-titré, là encore avec des guillemets de distanciation, « L’“élite” », sans que le concept fasse là encore l’objet d’un développement particulier dans le texte. Autre indicateur de cette réticence, un inventaire des sommaires de la revue fondée et dirigée jusqu’à sa mort par Pierre Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales, ne permet de relever jusqu’en 2002 que trois titres d’article utilisant le concept d’« élite(s) » : en 1987, sur « Les transformations de l’élite médicale en France » (Weisz Georges, 1988, n° 74, p. 33-46), en 1998, avec l’historien Christophe Charle, qui fait lui exception (cf. infra) par un emploi fréquent, s’inscrivant pourtant dans une perspective clairement bourdieusienne (« Légitimité en péril. Éléments pour une histoire comparée des élites et de l’État en France et en Europe occidentale. XIXe-XXe siècles, n° 116-117, p. 39-52) et en 2001 au sujet de « Pensionnats d’élite. Ethnographie d’une transmission du pouvoir » (Caroline H. Persell, Peter W. Cookson, n° 138, p. 56-65).

5 Le chapitre « Écoles du pouvoir et pouvoir sur l’économie » est ainsi la reproduction à la virgule près d’un article cosigné à l’époque avec Monique de Saint-Martin intitulé « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, 1978, n° 20-21, p. 3-82, sans la moindre actualisation empirique et même bibliographique.

6 Les Sommets de l’État. Essais sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977 (réédité en 1994) ; avec Barucq (Charles), Bellaiche (Michel) et Marié (Alain), La Classe dirigeante française : Dissociation, interpénétration, intégration, Paris, PUF, 1978 ; sous la direction de, Les Élites socialistes au pouvoir. 1981-1985, Paris, Presses universitaires de France, 1985.

7 Voir ainsi la référence bibliographique au livre La Classe dirigeante en France, associé à celui de Suleiman (Ezna N.), Les Élites en France. Grands corps et grandes écoles (Paris, Seuil, 1979) dans La Noblesse d’État (op. cit., note 10, p. 339), présentés de manière, au moins pour le premier, injuste comme « ne s’appuyant pas sur des enquêtes précises ». Un peu plus loin (note 12, p. 492), il est reproché à P. Birnbaum et à son équipe de ne pas avoir tenu compte des probabilités bien différentes d’apparition dans l’annuaire biographique Who’s who entre 1954 et 1976, ceci rendant « quelque peu hasardeux d’essayer de déduire les transformations de la classe dirigeante d’une étude comparative de la population du Who’s who à différentes époques ». L’étude aurait donc confondu sociologie de la source et sociologie de la classe dirigeante… La lecture de l’introduction (p. 18-20) suggère pourtant que les auteurs n’étaient pas dupes du problème…

8 « Les recherches qui se rapprochent le plus de celles que l’on entreprend ici ont été élaborées dans le cadre du Centre de sociologie européenne : ainsi Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, Monique de Saint-Martin et Olgierd Lewandowski ont-ils tour à tour analysé certaines fractions de la classe dominante. » ; La Classe dirigeante…, op. cit., p. 20-21.

9 Changement de perspective exprimé dans l’ouvrage collectif, Birnbaum (Pierre) et LECA (Jean) (dir.), Sur l’individualisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

10 Qui gouverne les groupes industriels ? Essai sur l’exercice du pouvoir du et dans le groupe industriel, Paris, Seuil, 1981, en particulier.

11 Voir, parmi de nombreux titres, Les 200. Comment devient-on un grand patron, Paris, Seuil, 1987 et Radiographie des grands patrons français. Les conditions d’accès au pouvoir, Paris, L’Harmattan, 1997.

12 L’absence de la moindre actualisation, même bibliographique, dans le chapitre sur le patronat de Noblesse d’État l’explique, à défaut de le justifier.

13 De manière révélatrice, leurs travaux sur la grande bourgeoisie n’ont jamais fait l’objet d’une publication dans Actes de la recherche en sciences sociales. Michel Pinçon avait en revanche signé ou cosigné deux articles sur ses travaux antérieurs : « Un patronat paternel », 1985, n° 57-58, p. 95-102 et (avec Paul Rendu), « Un ouvrier désenchanté », 1986, n° 62-63, p. 93-99.

14 Avec les ouvrages successifs : Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989 ; Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires, Paris, Payot, 1992 ; La Chasse à courre : ses rites et ses enjeux, Paris, Payot, 1993 ; Grandes fortunes : dynasties familiales et formes de richesse, Paris, Payot, 1996 ; Voyage en grande bourgeoisie : journal d’enquête, Paris, PUF, 1997 ; Les Rothschild. Une famille bien ordonnée, Paris, La Dispute, 1998 ; Nouveaux patrons, nouvelles dynasties, Paris, Calmann-Lévy, 1999 ; Sociologie de la bourgeoisie, op. cit.

15 Un recensement effectué en avril 2005 sur le site de vente en ligne www.amazon.fr permet ainsi de comptabiliser, parmi les seuls ouvrages parus en France depuis 2001, 17 occurrences du terme élite au singulier et 32 au pluriel, qui vont de nombreux ouvrages universitaires à l’essai d’actualité (Raoul-Marc Jennar, Europe, la trahison des élites, Paris, Fayard, 2004) en passant par… le livre religieux (Jean Blanvillain, Catéchisme pour l’élite, Nice, Bénévent, 2004), le thriller (Whitley Strieber, Le Rêve de l’élite, Paris, Fleuve noir, 2004) ou les albums de bande dessinée (Gérard Mathieu, Clotaire Legnidu, glandeur d’élite, Paris, Ellipses, 2004) !

16 Voir, par exemple, Rome (Catherine), Les Bourgeois protestants de Montauban auXVIIe siècle. Une élite urbaine face à une monarchie autoritaire, Paris, H. Champion, 2002 ou Combet (Michel), Jeux des pouvoirs et des familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2003.

17 Voir, par exemple, Vermeren (Pierre), La Formation des élites marocaines et tunisiennes (1920-2000), Paris, La Découverte, 2002 et Bocquet (Jérôme), Minorités et élites à Damas au XXe siècle. Le raïs, le missionnaire, Paris, Indes savantes, 2004.

18 Selon le programme de recherche qui avait été tracé dans Pour une prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles), Paris, IHMC/Centre national de la recherche scientifique, 1979.

19 Avec, parmi d’autres titres, son volume Le Patronat du Nord sous le Second Empire : une approche prosopographique, Genève, Droz, 1989 et Finance et politique : la dynastie des Fould, XVIe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1991.

20 Avec, en premier lieu, sa thèse d’État soutenue en 1986, publiée en deux livres, Les Élites de la République. 1880-1900, Paris, Fayard, 1987 et Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Minuit, 1989.

21 Christophe Charle est, depuis 1975, un des auteurs les plus prolifiques des Actes de la recherche en sciences sociales (15 articles), dont il est, depuis 1997, membre du comité de rédaction.

22 « Pourquoi avoir choisi le mot élite plutôt que bourgeoisie, classe dominante ou classe dirigeante ? Si nous avons opté pour ce terme et donc pour l’analyse de la mince couche située au sommet de la société dans les principaux secteurs, ce n’est pas tant pour obéir à une mode historiographique. […] Le mot « élites » nous paraissait commode. Sans doute charrie-t-il lui aussi toute une gamme de variations sociologiques ou politiques contestables, depuis Mosca et Pareto jusqu’à certaines généralisations empiriques de sociologues américains. Mais quelles sont les notions d’histoire sociale qui ne peuvent encourir le même reproche ? […] À ces considérations pragmatiques s’ajoutent des raisons d’opportunité. Comme nous essaierons de le montrer tout au long de cet ouvrage, la problématique de l’élite n’est pas un pur placage d’un concept sociologique sur une époque qui n’en peut mais. Si, pour des périodes antérieures, notamment celle de la Révolution où, pour la première fois, les historiens en ont fait usage, il s’agit avant tout d’une manière de conceptualiser une réalité étrangère à elle-même, le terme élite commence à être utilisé fréquemment par les intéressés, ce qui n’était évidemment pas le cas à l’époque des notables ou en amont. […] Les termes de classe tendent à devenir obsolètes ou sont confisqués par la mouvance socialiste et sont censurés en fonction du credo démocratique, tandis que les termes d’élite (ou les équivalents) passent du vocabulaire normatif ou savant au registre politique et sociale plus courant » ; Les Élites de la République, op. cit., p. 10-11.

23 Voir, par exemple, Wandji (Jérôme-Francis), L’Évolution politico-constitutionnelle du Cameroun et l’élite politique, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2003, ou Auvray (Stéphane) et al., Élites et développement aux Philippines. Un pari perdu ?, Paris, Indes Savantes, 2004.

24 La seule étude récente relevée est la monographie régionale de Ferret (Jérôme), Les Élites politiques en Midi-Pyrénées, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2004.

25 Outre le cas déjà signalé des Actes de la recherche en sciences sociales (pas d’article sur le recrutement de la classe dominante française depuis les numéros spéciaux de 1987 sur les « Pouvoirs d’école », n° 68 et 71, qui précédaient la publication de La Noblesse d’État), ce désintérêt se retrouve aussi bien dans la Revue française de science politique (un seul article sur le thème des élites depuis 2000 : Hamelin Fabrice, « Le combattant et le technocrate. La formation des officiers à l’aune du modèle des élites civiles », vol. 53, n° 3, 2003, p. 435-464), Politix (un seul article depuis 1997, sur un terrain européen, Schnabel Virginie, « Élites européennes en formation : les étudiants du Collège de Bruges et leurs études », n° 4, 3e trimestre 1998, p. 33-52), L’Année sociologique (aucune référence depuis 1997) ou la Revue française de sociologie (aucun article sur les élites depuis celui, majeur, de Euriat Michel et Thélot Claude, « Le recrutement social de l’élite scolaire en France. Évolution des inégalités de 1950 à 1990 », vol. XXXVI, 1995, p. 403-438).

26 Voir Mathiot (Pierre), « Le nouveau profil des députés », Le Figaro, 4 juin 1993.

27 Paris, Armand Colin, 1re édition 1978.

28 Paris, Presses universitaires de France, 1992.

29 Paris, Presses universitaires de France, 2000.

30 A contrario, pour être juste, il faut signaler l’existence d’articles sur les élites dans le Dictionnaire critique de la sociologie de Boudon (Raymond) et Bourricaud (François) (Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 225-232) ou dans le Dictionnaire de la sociologie de l’Encyclopaedia Universalis (Paris, Albin Michel, 1998, p. 302-311, signé Bernard Guillemain).

31 Busino (Giovanni), professeur à l’université de Lausanne, Élites et élitisme, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que-sais-je ?, 1992 et Coenen-Huther (Jacques), ancien professeur à l’université de Genève, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, 2004.

32 Le même inventaire en avril 2005 que celui effectué en France (cf. supra) depuis 2001 sur la version allemande www.amazon.de donne globalement des résultats statistiques assez analogues avec 26 livres comprenant le terme Elite au singulier dans le titre, 27 avec Eliten au pluriel et au moins 6 – certains ayant pu être oubliés –, avec différents composés d’Elite(n) (Elitenmacht, Funktionselite(n), Leistungselite(n), Elitesoziologie, Elitenwechsel). En dehors de 6 essais d’actualité, de 3 romans, de 6 manuels de conseil en psychologie ou management, de 2 livres de vulgarisation historique et d’une méthode d’apprentissage de l’allemand, on trouve également une forte composante d’ouvrages universitaires.

33 Krais, op. cit., p. 7.

34 Voir, par exemple, ibid. ; Hradil (Stefan) et Imbusch (Peter) (dir.), Oberschichten – Eliten – Herrschende, Opladen, Leske + Budrich, 2003 et Hitzler (Ronald), Hornbostel (Stefan) et Mohr (Cornelia) (dir.), Elitenmacht, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2004.

35 Un simple rapport de recherche pour celle de 1968, des livres parus respectivement en 1980 (Hoffmann-Lange Ursula et al., Konsens und Konflikt zwischen Führungsgruppen in der BRD, Francfort/Main, Peter Lang) et 1992 (Hoffmann-lange Ursula, Eliten, Macht und Konflikt in der BRD, Opladen, Leske + Budrich) pour celles de 1972 et 1980.

36 Bürklin (Wilhelm), Rebenstorf (Hilke) et al., Eliten in Deutschland, Opladen, Leske + Budrich, 1997.

37 Hartmann (Michael), Juristen in der Wirtschaft. Eine Elite im Wandel, Munich, Beck, 1990 et, du même, Informatiker in der Wirtschaft. Perspektiven eines Berufs, Berlin, Springer, 1995.

38 Hartmann (Michael), Topmanager. Die Rekruitierung einer Elite, Francfort/Main, Campus, 1996.

39 Hartmann (Michael), Der Mythos von den Leistungseliten. Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in Wirtschaft, Politik, Justiz und Wissenschaft, Francfort/Main, Campus, 2002.

40 Hornbostel (Stefan) (dir.), Sozialistische Eliten. Horizontale und vertikale Differenzierungsmuster in der DDR, Opladen, Leske + Budrich, 1999 ; Hübner (Peter) (dir.), Eliten im Sozialismus. Beiträge zur Sozialgeschichte der DDR, Cologne, Böhlau, 2002.

41 Bollinger (Stefan) et Heyden (Ulrich van der) (dir.), Deutsche Einheit und Elitenwechsel in Ostdeutschland, Berlin, Trafo, 2002 et Schreiber (Erhard) et al., Eliten in “Wechseljahren”. Verbandsund Kombinatsführungskräfte im ostdeutschen Transformationsprozess, Mering, Hampp, 2002.

42 Voir le site Internet spécifique de ce projet, www.wirtschaftseliten.de, qui met à disposition les premiers textes disponibles.

43 Voir la présentation détaillée sur Internet des différents sous-projets A1 à A6 de ce SFB 580 : www.sfb580.uni-jena.de.

44 Zwischen Markt und Profession. Betriebswirte in Deutschland im Spannungsfeld von Bildungs-und Wirtschaftsbürgertum (1900-1945), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998.

45 Servir le Reich ? Les élites administratives entre la Prusse et l’Allemagne, 1871-1933, sous la direction de Christophe Charle, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2003, à paraître chez Belin.

46 Patrons d’Allemagne, Sociologie d’une élite industrielle. 1933-1989, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

47 La Fabrique des énarques, Paris, Économica, 2001.

48 Paris, La Découverte, 2001.

Auteur

Chargé de recherche CNRS dans l’équipe Sociétés, entreprises et territoires du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) à Lyon et directeur adjoint du CIERA, travaille notamment sur le recrutement des élites économiques françaises et allemandes au XXe siècle

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search