Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le modèle social allemand en mutation

 | 
Isabelle Bourgeois

IV - La lente transformation du « modèle rhénan »

« Capitalisme rhénan » : défis d’adaptation et compétitivité virtuelle

Henrik Uterwedde

Abstract

L’Allemagne est gagnée par le doute. La médiocre performance en matière de croissance et d’emploi a ravivé le débat sur le site de production Allemagne (Standortdebatte) qui, tout au long des années 1990, était centré sur la compétitivité et l’attractivité du Made in Germany. Maintenant, c’est le « capitalisme rhénan » qui se trouve au banc des accusés avec, à ses côtés, la « société du consensus ». Tous deux seraient dépassés par la mondialisation. Le modèle rhénan serait un des premiers obstacles à une adaptation plus rapide de l’économie et de la société allemandes à la nouvelle donne de la mondialisation comme de l’économie du savoir et de la connaissance.1

Full text

1Cette critique est relayée par la complainte récurrente sur le blocage des réformes (Reformstau), qui visait déjà le gouvernement Kohl à la fin de sa législature et n’a pas épargné le chancelier Schröder, malgré son courageux Agenda 2010 de réformes structurelles lancé en 2003. Cet Agenda succédait à une approche plus consensuelle mise en œuvre par Gerhard Schröder en 1998 : le Pacte pour l’emploi, sorte de négociation tripartite entre le gouvernement fédéral et les partenaires sociaux, mais sans véritable leadership politique, et qui s’est avéré incapable de dégager des voies communes pour retrouver le chemin du plein emploi. Pour beaucoup d’observateurs, cet échec était le symbole du déclin inévitable du modèle rhénan : son mode de gouvernance des entreprises serait inadapté aux besoins du capitalisme anglo-saxon dominé par la création de valeur pour les actionnaires.

2La « société du consensus », elle, est accusée de bloquer les réformes nécessaires, tout comme le système fédéral, trop cher et trop lourd dans ses prises de décision. Enfin, la philosophie de l’économie sociale de marché, fondement du système économique de l’Allemagne fédérale depuis 1948, se trouve mise en cause à son tour : « L’économie n’a pas obligation d’être sociale », titrait un commentaire du quotidien Financial Times Deutschland (21-01-2002), pour s’expliquer : « L’Allemagne a maintenant besoin d’une phase de vrai capitalisme… Il faut briser le pouvoir des syndicats… Nous avons besoin d’une dose de thatcherisme ».

Une forme négociée du capitalisme avec régulation sociétale

3Ce rêve d’une main de fer qui imposerait des changements radicaux, brisant en passant le pouvoir des syndicats accusés de tous les maux, fait toujours recette dans le débat public allemand. Le temps serait-il venu pour l’Allemagne de se débarrasser de son modèle « rhénan », bon pour la reconstruction et la période des « Trente glorieuses » de l’après-guerre, mais inadapté pour parer aux défis de la mondialisation ? N’y aurait-il pas de salut hors du modèle unique anglo-saxon de « capitalisme de marché » ? Tel est le débat lancé par nombre d’observateurs et par une partie du patronat, dont l’ancien patron de la Confédération de l’industrie allemande BDI, Heinz-Olaf Henkel, qui déclarait dès 1997 que « personne ne veut plus de notre modèle » (Die Zeit, 09-05-1997). Comme c’est le cas souvent dans ce genre de débat, surtout quand il fait partie d’une véritable lutte d’influence idéologique et politique, on mélange tout, et c’est la confusion qui règne.

4Raison de plus pour se demander ce que c’est que le « modèle rhénan ». Autant d’auteurs, autant de définitions. Michel Albert, créateur de la notion de « capitalisme rhénan », met l’accent sur la place du marché (plus particulièrement, le nombre de domaines faisant partie non pas des biens marchands mais des biens mixtes), sur le rôle des banques dans l’entreprise et ce qu’il appelle en conséquence un capitalisme bancaire, sur le poids des solidarités et réseaux d’intérêts, et les relations sociales consensuelles (Albert, 1991). Erik Izraelewicz, lui, se concentre sur les relations entre l’entreprise allemande et le secteur bancaire face à la montée des marchés financiers (Izraelewicz, 1999). Wolfgang Streeck, directeur au Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung à Cologne, définit le capitalisme allemand avant tout par le rôle de régulation publique des intérêts organisés (Streeck, 1996). D’autres encore préfèrent parler de « modèle social », insistant sur la cogestion et le partenariat social à l’allemande.

5Sans vouloir prolonger ce jeu des définitions, insistons sur le fait que le modèle rhénan forme un tout, avec des caractéristiques à la fois économiques (un type de compétitivité, un fonctionnement organisé des marchés, un modèle d’entreprise partenariale), sociales (une pratique des relations sociales capable de gérer les conflits d’intérêts par la négociation, le rôle régulateur du système des conventions collectives) et politiques (une philosophie et une organisation de l’Etat fondé sur la subsidiarité, le fédéralisme coopératif et la coopération avec les intérêts organisés, une culture politique ‘centriste’).

6Ses caractéristiques, qui trouvent leurs racines dans l’histoire allemande, sont étroitement interdépendantes. Leur dénominateur commun peut être décrit comme une forme négociée du capitalisme, qui est facilitée par une culture du consensus et par des institutions qui construisent du consensus. Qu’il s’agisse de la vie politique, du monde de l’entreprise ou des relations sociales, une dialectique entre la concurrence et la coopération est toujours à l’œuvre, animée par une philosophie du partage du pouvoir et de l’articulation entre les pouvoirs publics et les forces de la société civile. A partir de cette vision d’ensemble, on peut décrire cinq éléments-clés du modèle rhénan, en se demandant dans quelle mesure ceux-ci sont menacés par la mondialisation, ou au contraire capables de se maintenir.

7Premier élément, le fonctionnement des marchés se caractérise en Allemagne par ce que Wolfgang Streeck appelle des marchés « institués politiquement » et soumis à une « régulation sociétale ». Dans la tradition ordo-libérale de Walter Eucken – qui considère qu’il incombe à l’Etat d’instaurer et de préserver un ordre économique garantissant le bon fonctionnement des marchés en instituant des règles de conduite -et sur la base de la philosophie de l’économie sociale de marché (soziale Marktwirtschaft) de Ludwig Erhard, s’est développé un cadre économique libéral, mais dans lequel les marchés concurrentiels coexistent avec des marchés soumis à nombre de régulations parfois très denses, avec des exceptions au principe de la libre concurrence admises dans certains secteurs, voire des protections sectorielles ou catégorielles. Ainsi, l’existence d’un secteur important de services publics locaux (banques, production et distribution d’énergie, distribution d’eau, etc.) tempère le principe de la libre concurrence au nom de l’obligation des pouvoirs locaux d’offrir des services universels à toute la population (öffentliche Daseinsvorsorge). Mais ce régime de marchés réglementés est contraint de s’ouvrir progressivement à la concurrence pour se mettre en conformité avec les règles du Marché unique européen. Ainsi, la Commission européenne s’en est prise aux privilèges du réseau des caisses d’épargne qui, profitant de leur statut de banque publique locale, ont des avantages de refinancement sur leurs concurrents privés considérés comme contraires à une concurrence équitable. Comme dans beaucoup d’autres cas, la Commission a forcé le gouvernement et le secteur concerné à adapter le système. Le capitalisme allemand sera donc partiellement amené à changer dans le sens d’une concurrence plus vivace. Ce n’est pas la fin de l’équilibre entre jeu du marché et régulation publique, mais implique la nécessité de redéfinir cet équilibre sur des bases nouvelles.

8Deuxième élément du capitalisme rhénan, le modèle de l’entreprise partenariale qui tente de concilier la liberté d’entreprendre et le rôle social de l’entreprise et cherche un équilibre entre les intérêts du capital, du management et du travail (voir Lasserre, p. 93). L’instauration des Betriebsräte (Conseils d’établissement), connaissant des compétences plus larges que les comités d’entreprise à la française mais étant en même temps astreints à la neutralité en cas de conflit social, traduit ces principes, ainsi que la cogestion paritaire, qui voit les représentants des salariés occuper la moitié des sièges dans le conseil de surveillance des grandes entreprises organisées en SA. C’est donc la philosophie du stakeholder value (la mise en valeur des intérêts de toutes les forces qui contribuent à la vie de l’entreprise) qui prime sur celle de la shareholder value (la création de richesse pour les seuls actionnaires). La même racine se trouve dans la tradition d’une direction collégiale dans les grandes entreprises – tradition soumise au changement comme le montre l’exemple récent de la Deutsche Bank, dont le nouveau dirigeant Josef Ackermann « prend ses distances avec l’approche consensuelle chère aux dirigeants allemands et tente, sans le dire, d’américaniser le mode de ‘gouvernance’ de son entreprise » (Le Monde, 02-02-2002).

9Enfin, les liens traditionnels entre les grandes entreprises et leur Hausbank (banque-maison) qui peut occuper la multiple fonction d’actionnaire, de prêteur, de contrôleur et de conseil, constituent un autre des piliers du capitalisme à l’allemande. Le rôle important des banques dans le financement des entreprises a jusqu’alors limité l’impact des marchés financiers et contribué à l’existence d’une véritable Deutschland AG, nom donné au réseau des participations croisées et des formes de contrôle mutuel exercé entre les dirigeants des grandes entreprises allemandes : ainsi, en 1992, 88 % des droits de vote dans les 24 plus grandes entreprises allemandes étaient exercés par les banques, 34 % l’étaient par les grandes banques. Dans ce système, des OPA inamicales non seulement n’ont pas leur place mais sont considérées comme contraires aux bonnes mœurs. Ajoutons que cette Deutschland AG a eu des réflexes de nationalisme économique : en organisant des tours de table allemands quand la menace d’une prise de contrôle étrangère a surgi, il a favorisé un véritable verrouillage du capital des grandes entreprises.

10C’est cet aspect d’économie « à coeur financier » (CGPIDFI, 2001) – où les circuits financiers sont organisés par les acteurs banquiers et financiers et non par les marchés – qui domine souvent dans les débats sur l’avenir du modèle rhénan. C’est également l’élément qui se trouve le plus directement battu en brèche par la mondialisation. L’essor des marchés financiers, le recours plus important à la bourse dans la recherche de financements nécessaires à la croissance externe, la vague des fusions et acquisitions, ainsi que la montée d’une nouvelle génération de dirigeants trempant dans la culture américaine, sont autant d’éléments qui fissurent le modèle de l’entreprise partenariale. Avec la montée en puissance des marchés financiers et du pouvoir des investisseurs institutionnels, la pression du principe du shareholder value va s’accentuer sur les entreprises. L’exonération des plus-values réalisées lors de la vente de participations, votée par le gouvernement Schröder et entrée en vigueur le 1er janvier 2002, va forcer à terme le démantèlement du système actuel des participations de la Deutschland AG et accélérer les restructurations du capitalisme allemand. Par ailleurs, nombre d’observateurs saluent cette évolution car elle met fin à une certaine opacité du système de participations croisées et du réseau d’influences mutuelles, qui n’a pas toujours exercé un contrôle suffisant sur la bonne marche des entreprises. L’OPA du groupe anglais Vodafone sur Mannesmann en 2000, un des symboles de la réussite économique allemande d’après-guerre, mais aussi un enjeu-clef du partenariat social dans l’entreprise, pourrait alors n’être que le début d’une vaste réorganisation dans le capitalisme allemand.

11La fin du modèle d’entreprise partenariale est-elle pour autant fatale ? Ce n’est pas sûr. D’abord, la capacité de résistance de l’ancien modèle n’est pas négligeable. Le rapport de forces reste favorable aux banques (dont il ne faut pas sous-estimer le poids considérable du secteur public et coopératif) sur les marchés financiers. A cela s’ajoute la faible dépendance du capital étranger qui caractérise les grandes entreprises allemandes. On est loin du poids des investisseurs étrangers en France, évalué à 40 % de la capitalisation boursière pour les plus grandes entreprises (le chiffre est de 10 % à peine pour l’Allemagne). La présence d’un capital allemand accumulé, la persistance des mécanismes de solidarité interentreprises et le fait qu’une bonne partie des entreprises n’est pas cotée en bourse font croire que si changement il y aura, l’économie allemande a la chance de l’aborder dans une position favorable, qui lui permettra d’intégrer les impératifs de la shareholder value de manière graduelle et progressive (Izraelewicz, 1999). Si transformation il y a, celle-ci pourrait aboutir à l’émergence d’un système hybride plutôt qu’à la domination d’un capitalisme des marchés financiers (Amable, 2005).

12De même, la culture du partenariat, toujours vivante, jouera en faveur d’une définition de la valeur actionnariale compatible avec les intérêts des salariés. Un bon exemple de cette attitude est donné par les « pactes de compétitivité » conclus dans nombre de grandes entreprises comme Siemens ou DaimlerChrysler, aboutissant à une baisse de la masse salariale contre une garantie de l’emploi à moyen terme pour sauver les sites de production allemands face au risque de délocalisation : négociés entre la direction et les représentants des salariés (Betriebsrat), avec le tacite soutien des syndicats et des organisations patronales, ils témoignent de la volonté, et de la capacité, des acteurs de l’entreprise de négocier les changements et des adaptations nécessaires (cf. Lasserre, pp. 93-102). Ajoutons que dans leur grande majorité, les acteurs politiques, économiques et sociaux restent attachés à la philosophie de l’entreprise partenariale.

13Troisième élément, le système des relations professionnelles qui prolonge l’approche du partenariat social qu’on vient de décrire au niveau de l’entreprise. Il est en même temps un exemple frappant de la capacité des forces économiques et sociales à l’autorégulation par le contrat social. Ce système repose sur l’autonomie contractuelle (Tarifautonomie) garantie par les pouvoirs publics, ainsi que sur un véritable rapport de forces entre organisations patronales et syndicales, bien organisées et représentatives, ainsi que sur leur capacité à centraliser la solution des conflits et à assurer leur application. Contrairement à une image d’Epinal souvent véhiculée en France, ce n’est pas la paix sociale idéale, mais une dialectique entre le conflit social – bien vivant et qui, au besoin, peut s’exprimer par des mouvements vigoureux – et la négociation, avec une multitude de règles du jeu acceptées de tous pour permettre une gestion des conflits sans trop de dégâts à l’économie. Ainsi, l’espace des négociations sociales est en mesure de produire une réglementation sociale effective qui ne comprend pas que les salaires et les conditions de travail, mais aussi la question de la réduction et de la flexibilisation du travail, question qui reste hors du champ réglementaire et politique.

14Cela dit, la culture (au sens plein du terme) de la négociation conflictuelle a connu une érosion depuis l’unité allemande. Dans une situation concurrentielle souvent plus que précaire, bon nombre d’entreprises est-allemandes ne veulent ou ne peuvent pas respecter les conventions collectives. La fuite des patrons hors du champ des conventions collectives (cf. Lattard, pp. 61-70) a pu être circonscrite jusqu’à maintenant, mais n’en constitue pas moins une menace pour le système. Elle est relayée par la tendance à l’individualisation du rapport salarial dans certains secteurs nouveaux et la tentation de sortir du champ de la solidarité collective du contrat qui semble s’ouvrir aux entreprises avec la mondialisation. Sont notamment dénoncées : les rigidités cimentées par les conventions collectives qui couvrent en règle générale un vaste champ inter-branches, sans tenir compte des différentes situations des entreprises, et la « cartellisation » du marché du travail entraînant l’exclusion des chômeurs.

15Mais malgré la pression de certains acteurs, notamment du petit parti libéral FDP, partis en guerre contre le « collectivisme » des conventions collectives de branche, les avis divergent. Moyennant des clauses de flexibilité accordées aux contrats d’entreprise, les avantages du système actuel sont toujours visibles pour la grande majorité des patrons : prévisibilité, paix sociale, possibilité d’une flexibilisation négociée, motivation et implication des salariés, existence d’une norme salariale de branche évitant une concurrence ‘sauvage’ entre les entreprises, etc. Si une adaptation contrôlée semble nécessaire pour tenir compte de l’exigence de compétitivité des entreprises dans un contexte de mondialisation, le système allemand fondé sur le contrat social peut s’avérer un atout économique dans une perspective de compétitivité globale.

Vers un nouveau mode de partenariat et d’auto-organisation de la société civile ?

16Quatrième élément, le « néo-corporatisme », terme des sciences politiques pour désigner le fonctionnement de l’Etat dans la gestion économique et sociale, renvoie au poids des intérêts organisés (les Verbände) dans la vie politique allemande. Il a deux aspects. Le premier : l’Etat se décharge d’une partie de la régulation publique en la confiant aux organisations industrielles ou syndicales ; la normalisation industrielle par exemple revient aux syndicats professionnels concernés. Avant de légiférer, l’Etat cherche souvent à obtenir un accord ou un engagement professionnel à l’amiable, comme on a pu l’observer avec l’accord interprofessionnel organisant l’accès des tiers au réseau dans la libéralisation du marché du gaz. Deuxième aspect : dans tout processus législatif, la consultation et la concertation avec les Verbände sont la règle dès le début de la procédure. La philosophie de la table ronde, cherchant un compromis, voire un consensus entre puissance publique et intérêts organisés, est souvent appliquée, comme dans la réforme, pour l’instant échouée, de l’assurance-maladie ou, plus spectaculaire, dans le Pacte pour l’emploi, la formation et la compétitivité instauré par le chancelier Schröder en 1998. Ce n’est donc pas le primat du politique sur les groupes d’intérêts et le contrat social qui domine, mais au contraire une approche de symbiose entre pouvoirs publics et société civile.

17Reposant sur une bonne capacité de la société civile à s’auto-organiser, ce système a l’avantage d’inclure les principales forces économiques et sociales dans la régulation publique, ce qui augmente sa légitimité et son ancrage dans la société. S’y ajoute un Etat plus ‘modeste’ ou moins visible même si, rappelons-le, la densité de la réglementation reste très élevée. Le revers de la médaille est que le souci du gouvernement de ne pas heurter les grands groupes d’intérêts, voire la recherche du consensus, alourdissent le processus de prise de décision, rendent l’élaboration de réformes plus laborieuse et aboutissent souvent à des résultats décevants.

18Ce système fonctionne bien quand il s’agit d’adapter les structures à la marge, pour maintenir un équilibre complexe des intérêts et des pouvoirs. Mais depuis que l’unité allemande et la mondialisation demandent des réformes plus profondes et plus rapides, il s’avère de moins en moins apte à répondre aux besoins, jusqu’au risque du blocage. Devant la tendance croissante des Verbände de se limiter à un rôle de lobby sectoriel ou catégoriel, il devient de plus en plus difficile de faire dépasser aux acteurs la logique de défense de ‘l’acquis’. C’est ce danger d’immobilisme que dénonce la critique de la « société du consensus ». Ainsi, l’accord des Verbände sur le gaz mentionné plus haut a été critiqué à juste titre de vouloir cartelliser le marché du gaz et empêcher une véritable concurrence ; il a dû être remplacé par une régulation par la loi. D’où la nécessité pour les pouvoirs publics de faire preuve d’un véritable leadership politique, indiquant aux acteurs économiques et sociaux les transformations nécessaires tout en les invitant à s’y associer pleinement. L’exemple de l’Agenda 2010 montre toute la difficulté de l’exercice, pourtant sans véritable alternative.

19Cinquième élément, le fédéralisme coopératif allemand renforce les traits du néo-corporatisme dans le sens d’un partage du pouvoir, de la diversification de l’action publique et d’un processus de décision complexe. L’imbrication des finances et des pouvoirs qui le caractérise pousse tous les acteurs, notamment le gouvernement fédéral et les gouvernements des seize Länder, à la concertation et à la coopération. Non seulement aucune grande loi nationale, aucune réforme importante ne voit le jour sans qu’elle reçoive la double majorité du Parlement fédéral et du Bundesrat (la chambre des gouvernements des Länder), ce qui force le gouvernement fédéral à chercher le compromis, mais aussi la gestion même des grands programmes d’infrastructure est confiée à des financements et des instances de décision mixtes.

20Si on ajoute que même dans le domaine des compétences exclusives des Länder comme l’éducation, une coordination institutionnelle volontaire horizontale pousse de facto au conformisme, étouffant toute idée nouvelle, et que le système de péréquation financière très poussé répond à l’obligation constitutionnelle de garantir la cohésion territoriale et l’équivalence des conditions de vie, on comprend pourquoi le fédéralisme coopératif d’aujourd’hui se trouve au banc des accusés. Un système opaque, coûteux, très lent dans la prise de décision, qui dilue les responsabilités et n’est pas le gisement d’innovation qu’il pourrait être si les Länder avaient suffisamment de marge pour expérimenter des solutions nouvelles ou alternatives. Ce n’est pas un hasard si cette critique du fédéralisme coopératif, longtemps confinée au cercle des spécialistes, a gagné la place publique dans le contexte de la mondialisation et des difficultés du modèle allemand. Puisque la compétitivité est devenue globale, elle concerne aussi la capacité d’adaptation et de renouvellement des acteurs publics et du système de décision politique. Une première tentative sérieuse de réforme, portée par une commission de haut niveau réunissant tous les acteurs politiques importants, a échoué en décembre 2004. Mais le grand débat qui est désormais lancé est celui de savoir si, et dans quelle mesure, il est possible de transformer le fédéralisme coopératif en un fédéralisme compétitif, clarifiant et séparant les compétences, et redonnant ainsi plus d’autonomie aux Länder, au prix, il est vrai, d’une inégalité territoriale probablement plus accentuée.

Le modèle rhénan à l’heure de l’économie du savoir

21L’échec du gouvernement de Gerhard Schröder, qui a perdu le pouvoir suite à une opposition de plus en plus dure face à son Agenda 2010, pourrait faire penser que le « capitalisme rhénan », ayant fait preuve de son incapacité à se renouveler, serait condamné à une cure radicale sous le signe du libéralisme à l’anglo-saxonne. Rien n’est moins sûr. A force de se fixer trop sur la surface politique, et politicienne, du débat, on oublie que la transformation du modèle rhénan est déjà bien engagée. Qu’il s’agisse d’un processus lent, douloureux et parfois contradictoire (cf. Bourgeois, pp. 169-178) n’a rien d’étonnant : dans le système ‘multi-acteurs’ allemand, « l’acteur public… est un acteur collectif…, partie prenante de la société civile » et n’a pas de rôle « d’organisateur et encore moins de superviseur, mais d’instance de validation de normes produites par la société civile elle-même » (Colletis, 2004). Si le renouvellement du « capitalisme rhénan », engagé sur de nombreux chantiers (les entreprises, les branches, les administrations publiques et la sécurité sociale, le système décisionnel, les nouveaux compromis de l’économie sociale de marché) y prend une certaine lenteur, il a l’avantage d’impliquer la société civile tout entière. C’est cette dialectique entre certaines ruptures nécessaires, impulsées par le haut pour provoquer le changement, et la recherche de nouveaux compromis, qui sera le moteur des transformations du « modèle rhénan ».

22Contrairement à la polémique qu’elle a déclenchée dans les milieux de gauche, la politique des réformes, engagée par l’Agenda 2010 et qui va se poursuivre sous le nouveau gouvernement issu des élections de septembre 2005, ne tourne pas le dos au modèle « rhénan » pour s’aligner sur le modèle anglo-saxon. Ce n’est pas une société libérale qu’elle vise, mais un meilleur équilibre entre concurrence et solidarité, marché et réglementation – un nouvel équilibre tenant compte de la compétition mondiale et surtout des défis de l’économie du savoir. C’est pourquoi la logique de la politique menée dans le cadre de l’Agenda 2010 ne se résume pas à une approche libérale (quoique bien présente) mais se place dans la perspective des nouveaux enjeux qui commanderont l’avenir de l’économie et de la société. Cette logique, trop peu visible dans la campagne d’explication des réformes structurelles, a été explicitée par Gerhard Schröder devant le Bundestag lorsqu’il a évoqué « le lien… entre la chance d’investir dans les domaines d’avenir en mobilisant les ressources nécessaires et la nécessité d’adapter les systèmes de sécurité sociale aux conditions radicalement changées » (discours publié in Das Parlament, n° 38-39, 15/22 septembre 2003).

23C’est donc la société, et l’économie, du savoir qui est le véritable horizon des transformations tâtonnantes et tous azimuts du « capitalisme rhénan ». Né sous le signe de la société industrielle, celui-ci doit s’adapter à la logique d’une économie tertiarisée dont le savoir et la capacité d’innovation constituent les nouvelles ressources de compétitivité. L’état des lieux quant à la position allemande révèle par ailleurs une position assez solide, surtout comparée avec ses voisins européens, mais aussi des faiblesses et une trop faible dynamique de transformation, car l’économie allemande s’engage encore trop timidement dans les nouveaux secteurs tertiaires qui deviennent le moteur des innovations technologiques dans l’industrie (Uterwedde, 2003). Ce qui a fait la force du « capitalisme rhénan » d’hier – son poids industriel, base de sa solide compétitivité internationale – deviendrait un handicap sans adaptation. Bien au-delà des indicateurs technologiques comme le poids des investissements en recherche-développement, l’économie du savoir implique de nouvelles logiques auxquelles il faudra répondre : ainsi, le rôle crucial des créateurs d’entreprises, véritable vecteur des innovations, l’importance des pôles de compétitivité, des réseaux, de la qualité des interactions entre les différents acteurs.

24Dans cette perspective, le « capitalisme rhénan » non seulement n’est pas un obstacle face aux défis de l’avenir mais peut bien au contraire s’avérer un atout pour réussir l’entrée dans l’économie du savoir. Le tissu industriel allemand est riche et dense, notamment dans le domaine des petites et moyennes entreprises qui prennent toute leur place dans la R&D et l’innovation. La pratique de la coopération inter-entreprises, y compris dans le domaine de la recherche-développement, tout comme l’existence de réseaux horizontaux entre firmes, instituts de recherche, organismes de formation et pouvoirs publics, constituent des atouts, qu’il s’agisse de l’intelligence économique, de la recherche coopérative ou des processus d’innovation. L’action publique, misant « essentiellement sur des projets et des réseaux » (CGP/DFI, 2001) semble bien adaptée aux spécificités du terrain car elle s’élabore souvent en partenariat avec les acteurs économiques. Etat-partenaire, mais aussi Etat territorialisée – le fédéralisme confère au Länder tous les pouvoirs et les ressources leur permettant de poursuivre des politiques d’innovation de proximité, adaptées au territoire ; elles sont renforcées par le polycentrisme des centres de R&D industrielle en Allemagne. Bref : le caractère coopératif du « capitalisme rhénan » se prête volontiers à de nouvelles formes de gouvernance qui sont au centre des processus collectifs d’innovation, permettant ainsi à l’économie allemande de garder son caractère de véritable « système productif » (Colletis, 2004).

25Le « modèle rhénan » est ancré dans des structures et comportements économiques. Ceux-ci trouvent leurs équivalents dans le fonctionnement de la démocratie à l’allemande, ainsi que dans la société et dans les relations sociales. Certes, la mondialisation et la montée en puissance des marchés financiers rompent l’équilibre subtil qui a marqué l’économie sociale de marché en Allemagne depuis 1948. La mobilité désormais sans limites du capital déchire en partie le tissu des solidarités implicites acceptées jusqu’alors par le monde des entreprises, car la sortie de cet espace de solidarité est désormais une option réaliste. D’où la nécessité pour la politique d’adapter le système en tenant compte du nouveau rapport de forces en faveur des facteurs de production mobiles. Pour autant, les pratiques et les valeurs qui se sont développées tout au long de la période d’après-guerre ne sont pas mortes. Notamment les caractéristiques sociales et politiques du « modèle rhénan » qui, si elles sont soumises à l’exigence d’un fonctionnement plus efficace, soutenant la compétitivité du site de production allemand, ne subissent pas de pression directe par la mondialisation. Par contre, la stratégie d’une rupture libérale, si elle est très présente dans les médias, n’est pas en mesure de gagner la majorité nécessaire pour sortir du « capitalisme rhénan ». Pire : ce discours ultra-libéral provoque des résistances politiques et sociales fortes, contribuant ainsi à cimenter le statu quo.

26Le scénario le plus prometteur semble dès lors l’adaptation négociée du « modèle rhénan ». Réajusté dans le sens d’une plus grande place confiée aux marchés, à la concurrence et à la culture entrepreneuriale, mais gardant ses traits fondamentaux, ce modèle sera un atout considérable dans la compétition mondiale. Ce scénario d’une adaptation ‘douce’ à la nouvelle donne de la mondialisation et de l’économie du savoir est toutefois soumis à la condition que les acteurs politiques, économiques et sociaux se montrent capables de sortir de l’immobilisme et de la seule défense de leurs acquis. Il leur faudra accepter que la « société du consensus » devra non pas empêcher tout changement, mais au contraire permettre la recherche permanente d’un équilibre dynamique entre les intérêts et aspirations des différentes forces. C’est ainsi que le caractère coopératif du capitalisme rhénan deviendra le vecteur de son renouvellement.

Bibliography

Indications bibliographiques

Amable B., Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, 2005

Albert M., Capitalisme contre capitalisme, Paris, 1991

Colletis G., « Mutation du ‘modèle rhénan’ et avenir du modèle européen », Regards sur l’économie allemande, n° 67, juillet 2004

Commissariat général du Plan, Deutsch-Französisches Institut (dir.), Compétitivité globale : une perspective franco-allemande. Rapport du groupe franco-allemand sur la compétitivité, Paris, 2001

Izraelewicz E., Le capitalisme zinzin, Paris, 1999

Streeck W., « Le capitalisme allemand existe-t-il ? Peut-il survivre ? » in : Streeck W., Crouch C. (dir.), Les capitalismes en Europe, Paris, 1996

Uterwedde H., « La RFA face au défi européen de l’économie de la connaissance », Regards sur l’économie allemande, n° 61, mai 2003.

Endnotes

1 Version remaniée et actualisée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 55, mars 2002

Author

Professeur des Universités, Universités de Stuttgart et d’Osnabrück,
Directeur adjoint du Deutsch-Französisches Institut (Ludwigsburg)

© IFAEE, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540