Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le modèle social allemand en mutation

 | 
Isabelle Bourgeois

IV - La lente transformation du « modèle rhénan »

Mutation des valeurs : les Allemands, l’Europe et la mondialisation

Cornelia Appel et Michael Schipperges

Résumé

L’introduction de l’euro a rendu l’Europe littéralement ‘palpable’ ; l’élargissement de l’UE a modifié l’horizon des Européens ; l’intégration du marché communautaire, mais aussi la globalisation des activités transforment les modes de fonctionnement politiques et économiques, forçant aujourd’hui les réformes structurelles… Quelle est l’attitude des Allemands face à ces changements ? Comment les mutations socioculturelles observées outre-Rhin influent-elles sur les mentalités ? Quelles évolutions laissent-elles entrevoir ? La présente analyse s’appuie sur la méthodologie développée par l’institut Sinus Sociovision et ses recherches sur le long terme dans le domaine de la mutation des valeurs et du cadre de vie…1

Texte intégral

1Les Allemands d’aujourd’hui sont ‘normaux’ et ‘modernes’. Ils sont individualistes, hédonistes et pluralistes – ni plus ni moins que leurs voisins immédiats en Europe. Second constat : non seulement ils ont tourné le dos aux valeurs de soumission et de devoir, leur préférant celles du plaisir et de la réalisation de soi ; mais cette mutation a atteint un degré tel de diffusion (ces valeurs sont celles d’une grande majorité de la population) et de profondeur (elles structurent les identités individuelles) qu’on peut en conclure à son irréversibilité. Ainsi par exemple, entre 1982 et 2002, la part des Allemands partageant fondamentalement ces valeurs souvent caractérisées de « prussiennes » (devoir, discipline, obéissance), s’est réduite plus que de moitié : elle est tombée de 49 % à 23 %. Les Allemands ont lâché depuis longtemps les vieux particularismes germaniques pour la nouvelle normalité ouest-européenne.

Les Allemands ont pour horizon mental l’Europe et le monde

2Appliqué à l’Europe, cela signifie que, jusque dans l’échelon culturel de la vie quotidienne, le cadre national qui détermine les modes de vie et de pensée est aujourd’hui bien trop étroit pour que puissent encore y trouver place les nouveaux schémas d’orientation dominants où, parallèlement à l’aspiration à la réalisation individuelle, des notions comme l’autonomie, la flexibilité et la multi-optionnalité jouent désormais un rôle éminent. Le monde internationalisé, globalisé, dont participe tout naturellement l’Europe en cours d’intégration, est bien plus intéressant, varié, passionnant, il promet tant d’expériences et de choix (voyages, biens de consommation par exemple), et offre de ce fait un tel éventail de possibles à l’épanouissement personnel qu’il n’est plus possible aujourd’hui de concevoir un autre horizon mental.

3A cela s’ajoute que les Allemands ont toujours le même rapport ambigu à la Nation. Encore aujourd’hui, le national-socialisme constitue la ‘sinistre époque’, cet anti-repère de la conscience historique auquel tout allemand se voit confronté, qu’il le veuille ou non. Certes, la réunification a contribué à modifier les choses : nombre d’Allemands (de l’ouest) l’ont ressentie comme une lourde charge économique, mais en même temps, ainsi que le révèlent nos enquêtes psychologiques, ils l’ont vécue aussi comme un ‘pardon’ accordé par l’Histoire, comme une sorte de « grâce de la naissance tardive ». Par la grâce de l’unification, ce « passé qui ne veut pas appartenir au passé » s’est transformé en un passé pré-historique qui n’a plus grand-chose à voir avec la réalité vécue d’aujourd’hui. Mais l’Allemagne demeure une patrie difficile, qui interdit à la plupart de ses citoyens de s’y identifier pleinement. Dès lors, pour beaucoup d’Allemands, et pas seulement les plus jeunes, la référence européenne (l’identité d’Européen) permet une projection identitaire indéniablement plus positive et moderne que ne pourra jamais l’offrir l’identité allemande. Ainsi, 35 % des Allemands affirment se reconnaître dans cette assertion : « Je dirais que je suis plutôt un citoyen du monde qu’un citoyen de mon pays » (Sinus Sociovision, 2002).

4On comprend dès lors pourquoi, malgré toutes les voix de Cassandre, l’euro a été accueilli avec sérénité au début de 2002. On a même pu observer, tout au début, que la nouvelle monnaie suscitait une fascination mue par l’instinct de jeu ; mais elle a rapidement cédé la place à l’habitude, favorisée par la mise en avant des avantages pratiques (« c’est tellement plus facile de payer à l’étranger »). Mais bientôt, la perception subjective de l’augmentation du coût de la vie prend le dessus, et les discussions sur le « Teuro » (jeu de mots construit sur l’assonance avec teuer : cher) et « l’inflation ressentie » occupent le devant de la scène. Puis d’autres préoccupations prennent le relais : inondations en Allemagne de l’est, élections au Bundestag. Au milieu de l’année 2002, une forte minorité (44 %) d’opinions positives (et plutôt positives) de l’euro s’opposait à une courte majorité (56 %) d’opinions plus sceptiques (Sinus Sociovision, 2002). Cela s’explique presque exclusivement par le fait que nombre de ménages imputaient à l’euro le renchérissement du coût de la vie et leur situation financière tendue. Il faut se garder de mésinterpréter ces résultats : ils ne permettent pas d’en conclure à un quelconque euroscepticisme.

De la tradition à la Seconde époque moderne : 1950-2004

5Dans les années 1950, l’Allemagne (de l’ouest) était une société consensuelle et conformiste. Après la guerre, on n’aspirait qu’au calme et à la paix, on voulait manger à sa faim puis, un peu plus tard, on appelait de ses vœux une prospérité modeste, mais croissante. La génération de la guerre prisait les vertus allemandes traditionnelles, « prussiennes » : soumission, sens du devoir, discipline, obéissance. Bien que ces valeurs aient été instrumentalisées par le régime hitlérien pour mener les Allemands à la guerre et qu’elles aient mené droit à la catastrophe, elles ont trouvé, par la force des choses, un second emploi lorsqu’il s’est agi de sortir le pays de la misère où il s’était lui-même plongé et d’entamer la reconstruction. De nos jours, ces valeurs-là caractérisent toujours les orientations profondes du segment traditionnel de la société.

6Dans les années 1970, une lame de fond bouleverse violemment les références et jusqu’à l’ordre social. La génération de 1968 se révolte contre l’univers des parents et des grands-parents, mettant en cause à la fois les valeurs de soumission au devoir des uns et le matérialisme consumériste des autres. De nouvelles maximes font leur apparition : spontanéité, liberté, quête de soi, autoréalisation. Seules quelques personnes les auront mises en œuvre radicalement. Mais sur le long terme, elles ont plus durablement modifié la société allemande que toutes les mutations précédentes. En effet, cette cohorte, qui est loin de se composer exclusivement d’ex-activistes 68ards, a fourni la génération de décideurs aujourd’hui au pouvoir dans le monde politique, économique et culturel. Leurs représentants donnent le ton au sein du gouvernement de coalition SPD/Verts, mais aussi, dans une proportion croissante, au sein de l’opposition. Désormais, se réaliser et jouir de la vie sont des buts que, à l’exception du segment traditionnel, partagent plus de 70 % des Allemands (Sinus Sociovision, 2001). Ces valeurs constituent aujourd’hui un fonds commun.

7Le mouvement de révolte des étudiants était d’abord dominé par la critique de la société de consommation et le matérialisme consumériste, conformément au paradigme du postmatérialisme d’Inglehardt. Le « terrorrisme consumériste » était omniprésent ; les grands magasins incendiés par la Bande à Baader n’étaient que la manifestation extrême de la résistance contre lui. Toutes les nouvelles mouvances sociales nées à cette époque (mouvements alternatifs, écologistes, féministes, pacifistes) partageaient un même ascétisme foncier.

8Dès les années 1980, il apparut que l’accélération du processus de modernisation de la société, dont les 68ards n’étaient qu’un symptôme particulièrement spectaculaire, avait aussi un effet moteur sur la prospérité économique. L’individu qui se libérait du carcan de la tradition, qui cherchait à jouir spontanément et immédiatement de la vie, sa quête d’originalité et de distinction dans son style de vie, tout cela générait d’innombrables besoins nouveaux – autant d’impulsions pour le boom économique de cette période. Et de fait, presque toutes les manifestations de l’hédonisme consumériste des « folles années 1980 » n’étaient que le prolongement de la dynamique déclenchée par la révolte des années 1970 : du principe du « Vivre aujourd’hui, payer demain » à l’instrumentalisation de la sexualité à des fins publicitaires et commerciales, en passant par diverses modes vouées à « l’esprit du temps » (Zeitgeist).

9La transition vers la société de l’information dans les années 1990 marque l’avènement de la Seconde époque moderne, en Allemagne comme ailleurs. L’accélération des mutations technologiques, la démultiplication des moyens de communication et des informations dans le fil de la révolution numérique se traduisent par des mutations massives de la société. La multiplication des alternatives et des possibles accroît parallèlement la complexité, l’opacité et le caractère virtuel du quotidien. Mais dans le même temps, l’éventail des modes ou projets de vie s’élargit. S’y ajoutent la transformation de l’Europe de l’Est et la fin d’une vision bipolaire du monde où s’opposaient socialisme et capitalisme. Sous ces effets, les structures sociales établies se délitent, les convictions les plus fermes se trouvent ébranlées, et tout projet de vie linéaire semble désormais impossible. Accumulation de paradoxes, rétroactions multiples et imprévisibles, risques incalculables : telles sont les caractéristiques de la vie moderne. Les stratégies d’adaptation des individus à ces nouveaux défis, la manière dont ils les affrontent, varient largement selon l’âge, le niveau de formation, la situation sociale et l’appartenance aux divers milieux. La dynamique socioculturelle actuelle peut se décrire comme un champ où s’affrontent principalement trois forces : autonomie, régression et refus – autant de tendances lourdes de la Seconde époque moderne.

Les tendances lourdes de la Seconde époque moderne

10Par autonomie, nous entendons la volonté d’un invidivu d’auto-déterminer sa vie dans un monde de plus en plus complexe et opaque. C’est l’attitude la plus caractéristique de la dynamique socioculturelle à la fin des années 1990 et au début du XXIe siècle. Elle est particulièrement prononcée dans les milieux leaders : établis, postmatériels et modern performer. Ces élites et futures élites observent attentivement les mutations socio-économiques mondiales, comptant prendre part activement à ces processus. Elles veulent gérer leur vie et contribuer à façonner leur environnement (professionnel ou privé) conformément à leurs propres idées. En effet, lorsque les normes et structures sociales établies se délitent, prendre soi-même les choses en main devient une nécessité en même temps qu’une opportunité. Les notions-clefs sont alors : participation, responsabilité individuelle et confiance en soi. Régner en souverain sur sa propre vie revient ainsi à ‘s’inventer soi-même’. Dans un environnement de plus en plus imprévisible, le Moi reste la dernière instance sur laquelle fonder la confiance. Ces milieux considèrent donc l’information, la qualification, le savoir et l’expérience comme les compétences-clefs pour affronter les nouveaux défis.

11De plus, nous avons constaté que l’intuition joue un rôle croissant. Tous ces Allemands qui aspirent à ‘diriger’ leur vie comme ils l’entendent considèrent aujourd’hui comme normale l’impossibilité d’aborder rationnellement, selon une seule approche analytique, la grande complexité des mécanismes régissant les processus et leurs rétroactions sur leur cadre de vie. Dès lors, la confiance qu’ils ont dans leur capacité intuitive à ‘voir juste’ et à prendre d’instinct les bonnes décisions apparaît le plus souvent comme la seule voie pour sortir de ce dilemme que créent la pléthore d’informations futiles ou contradictoires et la masse d’options qu’elle propose à l’action. Paradoxalement, moins il y a de certitudes, plus la sérénité et la confiance en l’avenir augmentent : dans cette multitude des possibles, il doit bien y avoir la ‘bonne solution’ – voilà de quoi se nourrit cette assurance que ‘tout finira bien’. Soit dit en passant, rien n’illustre mieux à quel point les Allemands d’aujourd’hui sont loin des clichés établis que ce constat : pour ce large segment moderne qui s’étend jusque dans les élites, l’intuition et la sérénité comptent désormais parmi ces vertus qu’on croit les mieux à même de permettre de maîtriser la situation.

12Cette première tendance ne caractérise bien sûr pas tous les Allemands pareillement. Certains groupes, notamment dans le segment traditionnel et parmi les modernistes au bas de l’échelle sociale, se sentent dépassés ou menacés dans leur mode de vie par les mutations sociales. Ils peuvent être considérés comme les perdants de la modernisation, à l’inverse de ces groupes portés par l’autonomie et qui sont, eux, les gagnants de la modernisation. On peut observer chez eux deux stratégies défensives d’adaptation.

13Dans le segment traditionnel, ce sont surtout les plus âgés que les mutations sociétales désorientent : ils ont comme l’impression d’avoir ‘décroché’. Cela est particulièrement vrai pour la génération d’après-guerre, celle de la reconstruction, qui s’était longtemps considérée comme le centre par excellence de la société car elle était persuadée d’avoir contribué, grâce à ses valeurs et ses vertus, à la prospérité économique comme à la réputation de la République fédérale. Elle s’estime aujourd’hui littéralement mise hors-jeu, voire déconsidérée, et réagit en se repliant sur elle-même et se concentrant sur son environnement personnel immédiat. Elle cultive la nostalgie d’un ‘monde meilleur’, celui d’autrefois, et cherche dans un monde devenu trop complexe à se raccrocher à des orientations clairement identifiables ; cela la rend perméable aux discours simplificateurs et aux solutions simplistes.

14A l’opposé, les jeunes modernistes au bas de l’échelle sociale adoptent, eux, une attitude de rejet. Se refusant à se conformer au credo de performance, ils choisissent démonstrativement de vivre dans des subcultures qu’ils ont eux-mêmes définies et, avec un sens aigu de la provocation pour certains, mettent en spectacle leur différence, érigeant en style de vie cet ‘être autrement’. Mais en même temps, ils se cramponnent comme par défi aux bénéfices qu’ils peuvent tirer d’un consumérisme hédoniste. Ils se concentrent sur le présent, vivent au jour le jour, refoulant du mieux qu’ils peuvent toute projection dans l’avenir. Pour eux, c’est la réalisation des désirs qui confère son sens à la vie, du plaisir immédiat à la distraction ou au divertissement.

Le « nouveau centre » : positif et moderniste, mais très frileux

15Alors que jusqu’ici nous avions retracé les mutations des valeurs en nous penchant sur les extrêmes (milieux leaders, traditionnels et jeunes modernistes au bas de l’échelle sociale), nous allons désormais nous concentrer sur le « nouveau centre » – une notion récurrente mais rarement comprise dans sa portée.

16Ce « nouveau centre » constitue le mainstream ; c’est un milieu moderniste, hautement qualifié, dont les valeurs dominantes sont la réussite professionnelle et la reconnaissance sociale, un consumérisme conforme au standard de vie et un mode de vie bien réglé. C’est le Sinus-Milieu du « centre petit-bourgeois » : il a une approche positive des mutations et de la modernisation en cours, mais il n’en nie pas les risques réels ou potentiels pour la vie de chacun. Certes, ce milieu considère comme une chance les multiples choix qui s’ouvrent dans le fil de la libéralisation et de la déréglementation, et a intégré dans sa vie quotidienne l’ensemble des modes de communication dans la société de l’information et des médias qu’il consomme largement. Il a également une approche positive de l’intégration européenne et de la mondialisation. Mais dans le même temps, il perçoit les effets négatifs de ces évolutions : les mutations économiques apportent aussi la menace du chômage ou de la perte du statut et des standards sociaux. Les crises et problèmes sociaux mondiaux se répercutent en effet dans la vie quotidienne et l’environnement immédiat, sous la forme par exemple d’une immigration croissante ou de l’émergence de foyers de violence et de déstructuration sociale jusque dans les centres des grandes villes.

17C’est un milieu ambivalent. D’un côté, les individus veulent participer de ce monde moderne, globalisé : en consommer les produits, y voyager et le décrouvrir via Internet. De l’autre, ils souhaitent protéger le plus possible leur environnement immédiat de la contamination par les problèmes mondiaux. D’un côté, ils se réjouissent de l’individualisation et de la diversification des styles de vie, synonymes de libertés supplémentaires et de nouveaux possibles. De l’autre, ils redoutent les réformes et changements douloureux que mettent à l’ordre du jour les processus mondiaux de libéralisation et de dérégulation. Autrement dit : la fenêtre sur le monde s’est considérablement agrandie ; mais face à toutes ces tempêtes qu’elle permet désormais de voir, on préfère la garder soigneusement fermée pour rester à l’abri. Un seul indicateur de tendance permet de comprendre l’ampleur du phénomène : depuis le milieu des années 1990, deux fois plus d’individus déclarent adhérer totalement à l’assertion « bonheur et prospérité pour moi et les miens, c’est tout ce que je désire ». Le taux de réponses est passé de 19 % en 1994 à 42 % en 2002 (Sinus Sociovision, 2002).

Le comportement des Allemands face aux réformes

18En 2004, pour la troisième année consécutive, le climat est réservé, et l’opinion morose. Pas moins de 40 % des Allemands estiment aujourd’hui que leur situation financière s’est détériorée au cours des cinq dernières années. Quant à l’impression de faire partie des perdants des mutations de l’économie et de la société, elle s’est étendue depuis à une large partie du « nouveau centre » de la population, autrement dit : du mainstream.

19Un observateur hâtif en identifie vite les raisons : la loi Hartz IV, la réforme de l’assurance maladie, la vague de licenciements chez Opel ou Karstadt, etc. Ces thèmes, qui font la une des médias, pèsent bien entendu sur le moral des Allemands. Mais dans le même temps, un nombre croissant d’entre eux ressent un profond dilemme. D’un côté, s’inquiétant de l’évolution macroéconomique, ils sont convaincus que la situation individuelle des ménages ne pourra s’améliorer qu’avec le retour de la croissance. Et de ce fait, le programme de réformes du gouvernement Schröder, qui consiste à réduire les prestations sociales et à alléger le poids des prélèvements pesant sur les entreprises, trouve parfaitement leur assentiment. D’un autre côté, les effets de ces réformes sur leur manière de vivre et leur niveau de vie individuel les préoccupent de plus en plus vivement.

20Pendant un temps, les Allemands ont, il est vrai, donné clairement priorité à un cap de politique économique dédiée au retour de la prospérité et au développement de la compétitivité de leur pays. Mais depuis que la réforme de l’Etat social occupe réellement l’agenda politique et que les réformes structurelles annoncées (cf. Hartz IV) sont effectivement mises en œuvre, un nombre croissant d’entre eux redoute désormais que cette politique n’aboutisse à une remise en question des principes fondateurs mêmes du « capitalisme rhénan ». C’est ainsi qu’on observe depuis, parallèlement à la préoccupation quant à l’évolution conjoncturelle, un regain d’inquiétude quant à l’avenir de l’Etat social – et partant, le désir renforcé d’en préserver le plus d’éléments possibles. Certes, la plupart des Allemands ont fait leurs adieux depuis longtemps à l’idée d’une croissance comme d’une hausse quasi-naturelles de leur niveau de vie, mais dans le même temps, ils partagent le profond désir de préserver au moins le niveau de prospérité auquel ils sont accoutumés. Or la crainte que cette aspiration ne se révèle utopique accroît leur sentiment de malaise.

21Ce malaise nourrit la morosité des ménages comme cette faiblesse persistante de la consommation outre-Rhin. Les seuls facteurs conjoncturels ne suffisent pas à expliquer l’actuelle « crise de la consommation ». Certes, la (légère) baisse des revenus (surtout dans la population des moins qualifiés) et l’angoisse face à l’avenir (qui se traduit par un taux d’épargne en progression) contribuent au recul de la demande. Mais un autre facteur tout aussi important entre en jeu ; ses effets, insensibles aux variations conjoncturelles, se manifestent sur le long terme, car il est d’ordre socioculturel. Après plus de quatre décennies de prospérité et d’abondance matérielle, la consommation a perdu une grande partie de son charme. La plus-value émotionnelle liée à la consommation, c’est-à-dire tout ce qui, naguère, faisait de l’acte d’achat comme de la propriété d’un bien une expérience fascinante et particulière, s’est largement diluée, ne subsistant plus que dans quelques rares domaines. Elle a cédé le pas à un réalisme prosaïque qui privilégie aujourd’hui les basics : ces choses souvent les plus simples qu’on considère comme les plus importantes, et par-delà, les ‘vraies’ valeurs. Voilà ce qui nourrit la tendance actuelle : constance et fidélité, par exemple dans les relations interpersonnelles, moins d’indifférence dans les décisions courantes, l’importance des rituels, anciens et nouveaux, pour structurer le quotidien. L’attachement aux petites joies simples de la vie a relayé l’hédonisme brut de naguère, avec sa quête incessante de plaisirs et distractions toujours nouveaux.

22La dynamique socioculturelle de la société allemande se caractérise actuellement par une sorte de processus de retour conscient aux sources et que nous appelons « Re-Grounding ». Comme il n’est pas possible d’échapper à la complexité croissante de la vie quotidienne ni aux effets ou contraintes de la globalisation, chacun tente d’opposer à ces tendances un nouvel équilibre en se recentrant sur ces domaines de la vie qu’il reste donné à chacun d’organiser librement selon ses propres choix. Pour rester performant et savoir s’adapter en permanence aux exigences d’une compétitivité qui requiert une grande flexibilité individuelle, il faut disposer de points d’ancrage, d’un système de repères sûrs permettant de s’orienter et apportant la sécurité. Après de nombreuses années au cap mouvementé, après le pic euphorique de la « nouvelle économie », puis le choc du 11 septembre, on cherche maintenant à toucher terre. Et chacun se concentre en conséquence sur son environnement immédiat. Personne n’attend plus de la sphère politique ou du monde économique qu’ils produisent des miracles. L’évidence s’est imposée : chacun doit prendre ses responsabilités et développer ses qualités d’initiative personnelle. La dernière instance sur laquelle on puisse encore se reposer reste dès lors le Moi. Mais ce Moi, il convient de l’entretenir tout en le préservant ; il convient de ménager ses forces. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les plus jeunes, surtout, redécouvrent la sphère privée et sa vocation : celle d’un havre de paix, d’un lieu réconfortant où on se ressource pour y puiser force et sérénité.

23Verrions-nous là s’esquisser un nouveau conservatisme, nourri de la nostalgie d’un passé idéalisé ? Quelles perspectives d’avenir attendre d’une société qui redécouvre les rituels anciens, qui aspire à une organisation lui offrant des structures et un cadre d’orientation rassurants, et où on peut observer la renaissance, à première vue du moins, des vertus « prussiennes » ancestrales ? Nos études et enquêtes psychologiques ont révélé que ce « recours » à des valeurs éprouvées repose au contraire sur des motivations fort pragmatiques. Les règles prévisibles, les structures établies, les valeurs simples, sont tout banalement le moyen de rendre la vie plus simple. Dans ce contexte, les « vieilles » valeurs sont remises à l’ordre du jour, mais chargées de connotations nouvelles : les notions « d’ordre et de probité » ne signifient plus discipline et obéissance aveugles ; elles traduisent dorénavant le désir intense d’un monde aux structures un peu plus prévisibles et transparentes. Si on ‘réanime’ aujourd’hui ces valeurs après les avoir ainsi ‘revisitées’, c’est pour leur fonction strictement utilitaire et parce qu’elles apportent des réponses dans une situation donnée. Elles ont été entretemps vidées de toute connotation morale et moralisante. Moins que jamais dans leur histoire, les Allemands ne se laisseraient déposséder des acquis fondamentaux de l’époque moderne : la liberté individuelle comme l’aspiration à un mode de vie encourageant le développement personnel et permettant de profiter pleinement des joies de l’existence.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Becker U., « Von den wilden 80ern in die unübersichtlichen 90er Jahre », in form. Zeitschrift für Gestaltung, n° 132, N-1990

Becker U., Becker H., Ruhland W., Zwischen Angst und Aufbruch. Das Lebensgefühl der Deutschen in Ost und West nach der Wiedervereinigung. Ein Forschungsbericht der Institute Sinus und polis im Auftrag der Friedrich-Ebert-Stiftung, Düsseldorf, 1992

Die Älteren. Zur Lebenssituation der 55-bis 70jährigen. Ein Forschungsbericht des Sinus Instituts, zusammen mit der Infratest Sozialforschung und Horst Becker, im Auftrag der Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, 1991

Die verunsicherte Generation. Jugend und Wertewandel. Ein Bericht des Sinus Instituts im Auftrag des Bundesministers für Jugend, Familie und Gesundheit, Opladen, 1983

Duve F. (ed), 5 Millionen Deutsche : „Wir sollyten wieder einen Führer haben...‟. Die Sinus-Studie über rechtsextremistische Einstellungen bei den Deutschen ; Reinbek, 1981

Flaig B. B., « Soziale Milieus », in Lexikon der Presse- und Öffentlichkeitsarbeit, Munich, 2000

Flaig B. B. et al., « Frauen-Lebenswelten. Rollenwandel und Soziale Milieus in Deutschland », in Reigber D. (ed), Frauen-Welten, Düsseldorf, 1993

Flaig B. B., Ueltzhöffer J., « Spuren der Gemeinsamkeit ? Soziale Milieus in Ost- und Westdeutschland », in Weidenfeld W. (ed), Deutschland. Eine Nation – doppelte Geschichte, Cologne, 1993

Homma N., « The Continued Relevance of Cultural Diversity », in Marketing and Research Today, ESOMAR, Amsterdam, 1991

Homma N., Ueltzhöffer J., « The Internationalisation of Everyday Life Research : Markets and Milieus », in Marketing and Research Today, ESOMAR, Amsterdam 1990

Ingelhard R., The Silent Revolution, Princeton, 1977

Nowak H., Becker U., « The Everyday Life Approach as a New Perspective in Opinion and Marketing Research », in Marketing and Research Today, ESOMAR, Amsterdam, 1981

Nowak H., Flaig B. B., Der Wertewandel und seine Folgen. Hedonismus und Individualisierung in Westdeutschland, Heidelberg, 1991

Schipperges M., « Sinus Sociovision erfasst europäische Milieus », in Horizont 37/1999

Schipperges M., « Lebensweltforschung », in Lexikon der Presse- und Öffentlichkeitsarbeit, Munich, 2000

Wippermann C., « Die kulturellen Quellen und Motive rechtsradikaler Gewalt », in Jugend & Gesellschaft, (ed : Katholische Sozialethische Arbeitsstelle e.V., Hamm), n° 1/2001.

Le présent article est basé sur les trois principales orientations de recherche de l’institut Sinus Sociovision :
• une approche ethnologique des réalités sociales dans les sociétés modernes et le modèle des Sinus-Milieus® qui en est issu ;
• le programme 3SC® de veille des mutations socioculturelles ;
• les études sur la culture politique, sur les extrémismes de gauche et de droite, et sur les consciences historiques et nationales.
Les données chiffrées de cet article sont extraites des enquêtes annuelles 3SC Trendforschung Deutschland [Base : N=2 000 individus représentatifs de la population germanophone de 14 ans et plus en Allemagne] et Sinus-Milieuforschung [Base : N=59 000 individus représentatifs de la population germanophone de 14 ans et plus en Allemagne].

Notes

1 Version actualisée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 59, décembre 2002 (traduction : I. Bourgeois)

Auteurs

Research Manager,
Sinus Sociovision GmbH (Heidelberg)

Director Research & Consulting,
Sinus Sociovision GmbH (Heidelberg)

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540