Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le modèle social allemand en mutation

 | 
Isabelle Bourgeois

I - Emploi : entre traitement social du chômage et réformes structurelles

Chômage de masse et pénurie de main d’œuvre qualifiée

Brigitte Lestrade

Résumé

Comment expliquer ce paradoxe que, alors que l’Allemagne compte près de 5millions de chômeurs, tant d’entreprises se plaignent de graves difficultés de recrutement ? Le manque cruel de personnel qualifié dans les TIC avait conduit le gouvernement allemand à envisager le recours à l’importation de main-d’œuvre étrangère selon le modèle de la green-card américaine. Le débat généré alors par cette mesure avait failli occulter le fait que l’économie allemande manque non seulement d’informaticiens, mais aussi d’ingénieurs, d’électriciens et d’ouvriers qualifiés dans l’industrie métallurgique, ainsi que de personnel qualifié dans le secteur des services…1

Texte intégral

1La coexistence d’un très grand nombre de chercheurs d’emploi qui ne trouvent pas de travail et d’un grand nombre d’emplois impossibles à pourvoir semble un paradoxe. Mais en réalité, la réserve de main-d’œuvre que représentent les chômeurs est à la fois plus et moins importante que ne l’indiquent les chiffres. Le taux de chômage est un indice qui recouvre en fait une nébuleuse de situations. Dans leur majorité, les chômeurs recensés dans les statistiques n’y figurent que brièvement, ayant déjà leur futur emploi en poche ou n’ayant aucun mal à en trouver un. Selon les experts, les chômeurs se subdivisent en trois catégories : un bon tiers se place rapidement et sans difficultés, un petit tiers difficilement, et le tiers restant n’est pas vraiment à la recherche d’un emploi, même précédé d’un stage de formation.

2Par ailleurs, les experts estiment que quelque 2 millions de personnes sont à la recherche d’un emploi sans toutefois être inscrites au chômage. Ce groupe, qualifié de « réserve occulte » (Stille Reserve), comprend les personnes qui, mères de famille ou anciens indépendants, n’ont pas droit aux allocations chômage ou qui, à l’âge de la préretraite, ont abandonné tout espoir de réintégrer le marché du travail. Il comprend aussi les chômeurs inscrits dans des mesures de qualification, particulièrement nombreux dans les nouveaux Linder. Dès que la conjoncture s’améliore, ces chercheurs d’emploi occultes se remettent à disposition du marché du travail.

3Les entreprises multipliant leurs modes de recrutement, les statistiques officielles sur le nombre d’emplois vacants, publiées par les agences pour l’emploi, sont incomplètes. L’Office fédéral du Travail de Nuremberg, dont le nouveau nom est Agence fédérale pour l’emploi, recensait par exemple 484 000 offres d’emploi en 2000. Sachant que ce chiffre ne représente qu’environ un tiers des vacances d’emploi réellement à pourvoir, le patronat évalue pour sa part l’offre d’emploi globale à près de 1,5 million, estimation confirmée par les statistiques gouvernementales.

Evolution des offres d’emploi en Allemagne de 1992 à 2000 *) (en milliers)

Evolution des offres d’emploi en Allemagne de 1992 à 2000 *) (en milliers)

Source : IAB-Kurzbericht 13/2001. *) Ensemble des offres d’emploi proposées sur la période (4e trimestre) : postes à pourvoir immédiatement ou à une date ultérieure, vacances signalées aux agences pour l’emploi et celles ne figurant pas dans leurs fichiers. Les données hors fichiers provenant essentiellement d’enquêtes menées par l’Institut für Arbeit- und Berufsforschung (IAB) auprès des entreprises, il est prudent de les considérer comme des ordres de grandeur.

4La dynamique du marché du travail se limite aux Linder de l’ouest. De 1999 à 2000, l’offre d’emplois s’y est accrue de presque 300 000 postes, essentiellement à pourvoir immédiatement. Dans les nouveaux Linder, par contre, le nombre de postes vacants ne s’est accru que de 9 000 environ durant la même période, une variation faible à l’instar de toutes celles enregistrées depuis 1992. Seul un dixième environ des entreprises, réunissant 20 % du total des salariés, embauchait, et immédiatement dans la moitié des cas. Rapporté à la population, le taux de postes vacants dans l’ex-RDA est de moitié inférieur à l’offre existant à l’ouest. Ces ordres de grandeur n’ont guère varié depuis.

5Tout en étant d’accord sur ces données, les employeurs et les instances gouvernementales font une lecture différente des vacances d’emplois. L’IAB estime qu’un sous-emploi élevé peut s’accompagner de problèmes de recrutement ponctuels dans quelques secteurs. Mais il considère que la part des entreprises concernées n’augmente que faiblement ; la hausse serait due quasi exclusivement à la demande croissante de main-d’œuvre à l’ouest, alors qu’elle stagnerait à l’est. Le patronat, plus pessimiste, attire pour sa part l’attention sur la gravité du problème (le nombre de vacances d’emploi a presque triplé à l’ouest entre 1994 et 2000) : un tiers des entreprises seraient incapables de pourvoir leurs postes vacants. Outre les domaines scientifiques de pointe, particulièrement atteints, la pénurie touche aussi l’artisanat, le commerce et la restauration.

6Gouvernement et patronat se rejoignent sur la nature des postes vacants. L’offre d’emplois a en effet tendance à privilégier les qualifications élevées : à l’automne 2000, 78 % des postes à pourvoir exigeaient des candidats un niveau de qualification élevé. Les professions où l’IAB détecte les plus grandes pénuries concordent également avec le constat du patronat : ingénieurs, chimistes, physiciens, mathématiciens, sans oublier les ouvriers qualifiés dans l’industrie, ainsi que les activités de services primaires (restauration) et secondaires (services aux entreprises).

Les immobilismes qui conduisent au mismatch

7La difficulté d’accorder offre et demande sur le marché de l’emploi que désigne le terme de mismatch (de l’anglais mal assorti) s’est nettement aggravée dans les années 90, comme l’illustre la situation dans l’informatique : alors que les vacances d’emploi pour informaticiens se sont multipliées par dix entre 1995 et 2000, et que les agences pour l’emploi recensaient 10 800 postes à pourvoir en 2000, c’est-à-dire près de 40 000 dans la réalité, le nombre d’informaticiens sans travail atteignait 15 600 en 1999 (Steiner, 2001). Le hiatus entre qualifications demandées et proposées renvoie aux problèmes de formation, et aussi de mobilité des salariés ; comment expliquer sinon que Bremerhaven affiche un taux de chômage de 12,7 % et certaines villes de Bavière, un taux de 2,5% ? Aux écarts professionnels et géographiques s’ajoutent des problèmes structurels liés au passage des activités industrielles aux services, qui ne demandent pas les mêmes compétences, et sans doute une part de préjugés de la part des entreprises qui ne consentent souvent à regarder le CV d’un candidat que s’il a moins de 45 ans.

8La plupart des spécialistes s’accordent à dire que la formation au sens large joue un rôle prépondérant dans la genèse de la situation actuelle. Les problèmes commencent dès l’enseignement secondaire, où les matières scientifiques, la base même des métiers où la pénurie est la plus sensible, passionnent de moins en moins les élèves. Ce problème, qui existe dans toute l’Europe, est particulièrement aigu en Allemagne. Les acteurs économiques, gouvernementaux ou issus de la société civile, commencent à s’en émouvoir et à prendre des mesures, comme l’initiative « Tekno-Now » en Hesse, mais elles ne porteront leurs fruits que si les moyens mis à la disposition des écoles, tant matériels (équipements pour les sciences expérimentales) qu’humains (formation continue des enseignants) sont à la hauteur du défi.

9Les universités générales (Universität) et professionnelles (Fachhochschule), ne sont pas, elles non plus, en phase avec l’économie. A de rares exceptions près, elles forment en deçà de la demande : quantitativement, mais aussi du point de vue du contenu des formations, considérées comme trop théoriques. Les entreprises qui recrutent les jeunes diplômés estiment qu’il leur faut jusqu’à un an de formation complémentaire avant d’être opérationnels.

10La formation professionnelle ne souffre certes pas de désaffection, ni de la part des apprentis, ni de celle des entreprises formatrices. Après quelques années de tension, le système dual offre à nouveau un nombre de places suffisant pour répondre globalement aux besoins, à quelques disparités régionales près (est/ouest principalement). Pourtant, la plupart des experts estiment que la formation duale contribue à la pénurie de personnel qualifié. Longtemps réputée, à juste titre, pour sa capacité à combiner formation pratique dans l’entreprise et enseignement théorique dans les Berufsschulen, elle a en effet du mal à s’adapter. La rapidité du progrès technologique, la différenciation croissante de la production et la tertiarisation de tous les secteurs économiques imposent la révision des profils existants ou la création de nouveaux métiers (cf. Zettelmeier, pp. 23-30). Or ce processus prend beaucoup de temps : l’homologation d’un nouveau métier dure entre deux et quatre ans. Seuls 4 nouveaux métiers ont ainsi vu le jour dans les TIC, attirant 40 000 candidats, trois fois plus qu’il y a trois ans, mais les besoins sont loin d’être couverts. Cette inadaptation est aussi un problème des Berufsschulen, souvent mal équipées au plan technologique et dotées d’un corps professoral vieillissant.

11Face aux exigences croissantes des entreprises et à l’obsolescence rapide des qualifications, la formation continue est censée prendre le relais et accompagner les salariés tout au long de leur vie professionnelle. Or, si le principe du life long learning est dans toutes les bouches, la formation professionnelle, tant initiale que continue, reste encore trop largement l’apanage de la jeunesse.

Participants à la formation initiale ou continue en 1999

Participants à la formation initiale ou continue en 1999

Source des données : Wirtschaft und Berufserziehung 5/2000

12Certains instituts de recherche sur le travail déplorent que la formation continue fasse si peu recette, surtout auprès des salariés dont la formation initiale est déjà loin. Le problème serait précisément que la formation continue, que les syndicats considèrent comme la panacée contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, ne répond pas toujours aux attentes des salariés. Et le contenu des cours proposés par les agences pour l’emploi ne correspondrait pas forcément aux qualifications recherchées par le monde professionnel. L’essentiel semble résider dans l’acquisition d’un parchemin permettant au chômeur de continuer à percevoir les allocations. Tant que les agences pour l’emploi n’orienteront pas leur offre de formation continue vers les besoins des entreprises, le réservoir des chômeurs, surtout de ceux de longue durée, ne saura fournir à l’économie le personnel qualifié dont elle a besoin, estiment ces instituts, amers d’être tenus à l’écart de la politique de formation des agences pour l’emploi. Avec la modernisation de l’Agence de Nuremberg lancée dans le cadre des réformes Hartz (2003/05), le gouvernement fédéral a commencé depuis à remédier à ce problème.

13Les agences pour l’emploi ne sont pas seules responsables de ce mismatch d’une autre nature. L’Agence fédérale ne permet pas jusqu’ici aux instituts de recherche indépendants du gouvernement d’exploiter ses données sur le soutien à l’emploi. Or, l’ensemble des mesures prises par l’Agence – mesures de création d’emploi (Arbeitsbeschaffungsmaßnahmen, ABM), d’adaptation structurelle (Strukturanpassungsmaßnahmen, SAM), subventions salariales et mesures de qualification – coûtent quelque 20 milliards € aux contribuables, sans aucune évaluation externe de leur pertinence. L’Institut de recherche sur le marché du travail et les professions (IAB), seul habilité à prendre connaissance des données concernant le marché de la réinsertion, y compris celles portant sur la formation continue, est rattaché à l’Agence. Il ne peut donc que difficilement porter un jugement objectif sur l’adéquation entre les formations proposées et les qualifications demandées.

14Les entreprises portent leur part de responsabilité. Ne demandent-elles pas des qualifications toujours plus élevées, même pour des emplois exigeant peu de compétences et donc peu payés ? Ne rechignent-t-elles pas de plus en plus à faire acquérir à leurs salariés les compétences qui leur font défaut ? Du moins est-ce l’attitude d’une majorité de PME/PMI qui ne peuvent ou ne veulent pas investir dans la formation continue de leur personnel. C’est une des raisons qui les pousse, lors d’un recrutement, à écarter d’emblée les candidats dont le profil ne correspond pas exactement aux exigences du poste, mais aussi les chômeurs âgés dont les compétences ont vieilli. Plus que jamais, les employeurs cherchent des candidats jeunes, très qualifiés, et immédiatement opérationnels.

15Certains facteurs structurels contribuent à aggraver la pénurie. Alors que l’industrie se contracte et envoie de plus en plus d’ouvriers au chômage, le tertiaire manque de main-d’œuvre. La politique du premier gouvernement Schröder n’est pas étrangère à cette situation ; il avait restreint sévèrement le recours au travail à temps très partiel, ce qui avait accru les difficultés de recrutement dans la restauration ou le commerce de détail. Mais l’une des principales raisons avancées pour expliquer cette absence de fluidité de l’industrie vers les services est la disparité des niveaux de salaire respectifs. Les salaires de l’industrie, soutenus par les revendications d’un pouvoir syndical fort, sont très élevés, trop élevés pour certains secteurs industriels obligés de se restructurer. Il en va de même des allocations chômage des ouvriers qui, de ce fait, atteignent un niveau non conforme au marché et souvent supérieur aux salaires versés dans les services. Voilà pourquoi, dans le tertiaire, les emplois faiblement rémunérés ne sont pas pourvus.

16Le taux de chômage allemand moyen recouvre des disparités étonnantes. L’écart varie du simple au triple entre les Linder, voire du simple au décuple entre les communes. Le chômage n’est pas élevé seulement à l’est, certaines régions occidentales à la monoculture industrielle vieillissante comme Bremerhaven, Dortmund ou Duisburg affichent, elles aussi, des taux nettement supérieurs à la moyenne. Or les agences pour l’emploi constatent que la mobilité des salariés d’une région défavorisée vers une autre, plus attractive en termes d’emplois, se fait difficilement. Même au chômage, les Allemands préfèrent rester dans leur entourage familier au lieu de chercher fortune ailleurs. Pensant qu’il peut s’agir d’un problème d’information, les agences ont introduit un système informatique national d’offres d’emploi. Il n’a pas remédié à une absence de mobilité qui a des racines plus profondes, dont un fort attachement aux liens de proximité. Ce constat a amené le gouvernement fédéral à durcir en 2003 (cf. Bourgeois, pp. 43-52) le régime d’indemnisation des chômeurs en y introduisant l’obligation d’accepter un emploi, même éloigné du domicile.

17La forte attractivité des grands groupes aggrave les déséquilibres sur le marché de l’emploi de personnel qualifié. Forts de leur visibilité médiatique, offrant une rémunération élevée et des perspectives de carrière intéressantes, ils drainent une part croissante des jeunes diplômés des universités et des Fachhochschulen. Siemens recrute un bon tiers de tous les ingénieurs électroniciens formés annuellement. La même chose se produit dans les grandes entreprises de la chimie comme Bayer, BASF ou Aventis et les diplômés en sciences naturelles. Même si ce déséquilibre souligne l’insuffisance globale du nombre de spécialistes formés dans les établissements supérieurs, ce sont essentiellement les PME/ PMI qui en supportent les conséquences.

Quelles mesures prendre face à ces déséquilibres?

18Comment les entreprises réagissent-elles à cette pénurie de main-d’œuvre qualifiée, certes inégalement répartie, mais omniprésente ? Le sondage annuel réalisé en 2000 par l’IAB auprès d’un panel représentatif d’entreprises (Magvas/Spitznagel, 2001), par exemple, révèle qu’elles appliquent des mesures essentiellement palliatives, recourant de préférence aux heures supplémentaires. Mais les conventions collectives ne permettent pas de les étendre à l’infini, et les entreprises se trouvent souvent dans l’obligation de refuser des commandes, notamment dans les services. Le manque de personnel accroît aussi la masse salariale : les rares spécialistes obtiennent des salaires élevés, et les heures supplémentaires coûtent environ 30 % de plus que les heures normales. C’est pourquoi un nombre croissant d’entreprises tente aujourd’hui de s’engager dans une politique de recrutement de longue haleine, et les partenariats lycée/entreprise se développent. Les lycées y gagnent en équipement moderne, les entreprises en notoriété. Pour s’attacher de futurs spécialistes, les entreprises multiplient les offres de stages étudiants, la plupart du temps rémunérés, et proposent des sujets de mémoire aux futurs diplômés des cursus d’ingénieur ou de physicien, par exemple.

19La Confédération du patronat allemand BDA voit dans la pénurie de main-d’œuvre qualifiée le signe même des rigidités du marché du travail. Pour le rendre plus flexible et donc plus réactif à la demande, elle propose une série de réformes allant de l’amélioration de l’enseignement, notamment des matières scientifiques, à l’évaluation des mesures pour promouvoir la requalification et la réinsertion, en passant par la promotion du travail à temps partiel pour les salariés en fin de carrière. Les chevaux de bataille de la fédération du patronat BDA sont toutefois la remise à plat totale des systèmes de transferts et l’ouverture des frontières aux immigrés qualifiés, mesures jugées indispensables pour casser les structures encroûtées d’un système inadapté au monde actuel.

20Le patronat, appuyé par certains spécialistes de l’emploi, estime depuis de nombreuses années le système des revenus de substitution trop généreux et trop attractif. Il l’était jusqu’aux lois Hartz: calculée sur la base du salaire net de l’année écoulée, l’allocation d’un chômeur avec enfant(s) atteignait 67 %, celle des autres chômeurs 60 % ; elle pouvait être versée pendant un maximum de 32 mois. L’assistance chômage, qui prenait le relais de l’allocation après l’arrêt du versement de celle-ci, était respectivement de 57 % et de 53 % du dernier salaire net du chômeur, et elle lui était acquise sans limitation de durée. Le BDA suggérait donc de ramener la durée maximale de l’allocation chômage à 12 mois et son taux maximal à 60 % du dernier salaire perçu ou, éventuellement, de maintenir la durée à 24 mois, mais avec un versement dégressif de l’allocation. Dans le projet de réforme du BDA, l’assistance chômage, financée par le contribuable, devait tout simplement fusionner avec l’aide sociale (Sozialhilfe). Ce projet débouchera sur la loi Hartz IV, entrée en vigueur le 1er janvier 2005.

21La fédération justifiait ces propositions par le trop faible écart entre les bas salaires (notamment ceux pratiqués dans les services) et le niveau des revenus de substitution. C’est là une classique trappe à inactivité : dès qu’un chômeur reprend un emploi, ne serait-ce qu’à temps partiel et faiblement rémunéré, la totalité de ses revenus est imputée sur ses allocations. Tant que le salaire de son nouvel emploi ne dépasse pas le niveau de ses revenus de substitution, un chômeur n’a aucun intérêt à travailler : travail ou pas, sa rémunération est la même. Autant rester au chômage. Les propositions avancées par certains, et largement mises en œuvre à partir de 2003, visent dès lors un double objectif : l’introduction d’une subvention salariale par le biais d’une prise en charge partielle des charges annexes par le gouvernement dans le secteur des bas salaires, ainsi qu’un assouplissement de l’imputation des revenus partiels d’un chômeur sur ses allocations chômage. La première mesure est censée créer plus d’emplois à faible productivité susceptibles d’inciter à la reprise d’un emploi, la seconde (Kombi-lohn-Modell, voir Lestrade, p. 37) se veut une mesure d’accompagnement des chômeurs pour les aider à se sortir de leur situation. Et elle se veut une réponse à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le secteur de l’artisanat et des services ; dans la restauration, par exemple, il manquait en 2001 quelque 40 000 cuisiniers, alors que 20 000 d’entre eux étaient au chômage.

22L’examen des mesures prises par le gouvernement fédéral dans ce domaine montre que sa prise de conscience du problème de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée est récente. Jusqu’ici, il s’est contenté de prendre des mesures pour réduire le chômage globalement. Les mesures de création d’emplois (ABM) y ont joué un rôle prépondérant, sans que leur efficacité ne soit avérée ou ait seulement pu être mesurée. Même le programme lancé en janvier 1998 qui confie le placement de chômeurs à des institutions autres que les agences pour l’emploi, ou l’amélioration des fichiers informatiques de ces dernières, ne sont que des mesures de lutte contre le chômage.

23Sous la pression des événements toutefois, un certain nombre d’initiatives ont vu le jour, dont la plus médiatisée fut l’initiative green card, la venue de 20 000 informaticiens étrangers en trois ans pour une durée de cinq ans, mesure que le patronat avait obtenue le 1er août 2 000 dans le cadre du Pacte pour l’emploi. Or une certaine déception s’est fait jour : 5 000 experts seulement sont effectivement venus, et ils ne possédaient que rarement les qualifications linguistiques nécessaires aux activités de conseil qu’on souhaitait leur confier.

24Parallèlement, le gouvernement a cherché à réformer la législation sociale dans le domaine du travail (Sozialgesetzbuch III - Fortentwicklungsgesetz), tenant compte, d’une part, des critiques portant sur l’inefficacité supposée des mesures de création d’emplois et explorant, d’autre part, les suggestions des spécialistes en matière de revenus de substitution et de subvention salariale. Les mesures de création d’emploi s’inspirent de l’expérience de job rotation qui a permis au Danemark d’afficher un des taux de chômage les plus bas d’Europe : il s’agit de combler par un chômeur un emploi libéré par un salarié en congé sabbatique de six mois ou un an ; cette formule donne au chômeur des qualifications correspondant aux besoins des entreprises. Les réflexions portaient également sur la révision des revenus de substitution ainsi que sur la subvention des bas salaires. Dans le cadre du Pacte pour l’emploi, les projets-pilotes menés en Saxe, Brandebourg, Sarre et en Rhénanie-Palatinat ont été lancés pour tester l’efficacité du Kombilohn.

25Les chiffres montrent qu’en dépit de près de 4 millions de chômeurs fin 2001, les agences pour l’emploi signalaient plus de 500 000 postes non pourvus, ce qui indique qu’il y avait en réalité 1,5 million d’emplois vacants en Allemagne. Cette incapacité à pourvoir des emplois, souvent qualifiés, a été illustrée jusqu’à l’absurde par les 20 000 informaticiens étrangers que le gouvernement a accepté de recruter, alors que plus de 20 000 informaticiens étaient recensés dans les statistiques de chômage officielles. Ce cas extrême de mismatch soulevait et soulève encore la question des facteurs qui conduisent à une situation préjudiciable à l’économie dans son ensemble. Il s’avère que tous les acteurs du marché du travail y contribuent : le système de formation initiale et continue, par une adaptation trop lente aux nouvelles compétences que demandent les entreprises et par le refus de faire évaluer son action ; le gouvernement, par une politique de blocage du marché de l’emploi ainsi que par une politique sociale qui décourage la sortie du chômage ; les entreprises, par leur réticence à s’engager davantage dans la formation de leur personnel et par leur obstination à vouloir recruter à tout prix des salariés de 25 ans ayant dix ans d’expérience professionnelle. Enfin, les salariés eux-mêmes, tant par l’absence de mobilité régionale que par une certaine réticence à mettre leurs compétences au goût du jour.

26A défaut de réformer tous les secteurs incriminés, ce qui mettrait un certain temps avant de donner des résultats concrets, la tentation a longtemps été grande de regarder par delà les frontières pour s’inspirer des systèmes qui ont fait leurs preuves. Or les pays qui ont réussi à assécher leur réservoir de chômeurs ont utilisé des mesures très différentes pour y parvenir. Les Etats-Unis conjuguent une faible protection contre le licenciement à un faible niveau d’allocations chômage. Le Danemark, plus près du modèle européen, associe une faible protection contre le licenciement à un niveau d’allocations chômage généreux. Les autres pays européens, dont surtout la France et l’Allemagne, aspirent à offrir aux salariés une protection maximale, tant contre les aléas de la perte d’emploi que contre le dénuement en cas de chômage. Les exemples étrangers montrent que ce n’est pas la voie pour baisser le chômage. Diviser le nombre de chômeurs par deux outre-Rhin signifie un apport aux entreprises de 1,5 million de salariés, dont la grande majorité est qualifiée ; c’est précisément le nombre de recrues dont l’économie a besoin. Encore faut-il veiller à accorder les compétences recherchées à celles qui sont offertes, ce qui demande un effort réel de la part de toutes les parties concernées.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Baethge-Kinsky V., Kupka P., «Ist die Facharbeiterausbildung noch zu retten ?», in : Bolder H., Kutscha G. (ed.), Deregulierung der Arbeit – Pluralisierung der Bildung ?, Jahrbuch Bildung und Arbeit 1999

Bender St., Rudolph H., Walwei U., « Staatliche Zuschüsse zur Sozialversicherung hinter der 630 DM-Grenze ? », in IAB-Kurzbericht 8/1999

Dostal W., Reinberg A., « Arbeitslandschaft 2010 – Teil 2. Ungebrochener Trend in die Wissensgesellschaft », in IAB-Kurzbericht 10/1999

Houben I., « Fachkräftemangel trotz hoher Arbeitslosigkeit », in Der Arbeitgeber, 1/2001

Kroger M., « Arbeitsmarkt braucht noch mehr Flexibilität », in Der Arbeitgeber 8/2000

Losse B., Wettach S., « Übel des Jahrzehnts: Der eskalierende Fachkräftemangel wird zur Wachstumsbremse für die Wirtschaft », in Wirtschaftswoche 9/2001

Magvas E., Spitznagel E., « Arbeitskriftemangel – Bremse für Wachstum und Beschäftigung ? », in IAB-Kurzbericht 10/2000 ; et « Arbeitskräftemangel – Bereits Hemmnis für Wachstum und Beschäftigungsentwicklung ? », in IAB-Kurzbericht 13/2001

Schoser F., « Drohender Fachkräftemangel in den neuen Bundeslindern », in Wirtschaft und Berufserziehung 5/2000

Steiner V., Wolff H. (ed.), Mismatch am Arbeitsmarkt – Was leistet die Arbeitsmarktpolitik ?, Munster/NewYork/Munich/Berlin, 2001

Walwei U., « Arbeitsmarktbedingte Zuwanderung und bedenkenswerte Alternativen, Strategien zu Erschliessung von Personalreserven », in IAB-Werkstattbericht 4/2001.

Notes de fin

1 Version remaniée et actualisée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 55, mars 2002

Table des illustrations

Titre Evolution des offres d’emploi en Allemagne de 1992 à 2000 *) (en milliers)
Légende Source : IAB-Kurzbericht 13/2001. *) Ensemble des offres d’emploi proposées sur la période (4e trimestre) : postes à pourvoir immédiatement ou à une date ultérieure, vacances signalées aux agences pour l’emploi et celles ne figurant pas dans leurs fichiers. Les données hors fichiers provenant essentiellement d’enquêtes menées par l’Institut für Arbeit- und Berufsforschung (IAB) auprès des entreprises, il est prudent de les considérer comme des ordres de grandeur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Participants à la formation initiale ou continue en 1999
Légende Source des données : Wirtschaft und Berufserziehung 5/2000
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Professeur des Universités, Université de Cergy-Pontoise
Chercheur associé au CIRAC

© IFAEE, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540