Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne : compétitivité et dynamiques territoriales

 | 
Isabelle Bourgeois

II – Portraits de Länder

Brandebourg : la quête d’une nouvelle image

Marie-Hélène Pautrat

Résumé

Land de tradition agricole et industrielle, le Brandebourg, recréé dans ses frontières actuelles le 3 octobre 1990, présente, dix-huit ans après la chute du Mur, une situation contrastée. Chômage de masse, désindustrialisation, désenchantement et départ des jeunes les plus qualifiés, mais aussi très forte hétérogénéité entre les régions du Land rendent compte de la complexité d’une situation économique et sociale précaire qui perdure. Alors que le processus de rattrapage stagne, les autorités entendent afficher le visage d’une région résolument tournée vers l’avenir. Le Brandebourg espère tirer profit de sa situation géographique au centre d’une Union européenne à 27 et affirme haut et fort, contre toute fatalité, ses atouts en termes d’implantation économique. C’est dans ce contexte que les autorités tentent d’enclencher une dynamique de croissance s’appuyant à la fois sur des noyaux de croissance et des infrastructures scientifiques et d’innovation prometteuses, en particulier dans les sciences de la vie1.

Texte intégral

1Le Brandebourg, 5e Land en termes de superficie (29 479 km2), dispose d’une frontière commune de 252 km avec la Pologne. Sa particularité est qu’il entoure entièrement la capitale fédérale et se trouve de ce fait privé de centre géographique. Peu peuplé (2,6 millions d’habitants), il se caractérise aussi par une très faible densité de population : 87 hab/km² seulement (Berlin : 3 807 hab/ km²). La population se concentre dans les principales villes dont Potsdam (capitale, 148 691 hab.), Cottbus (105 309), Francfort sur Oder (63 748) ou Brandebourg sur la Havel (73 783), et à la périphérie de Berlin.

Brandebourg/Berlin : une région métropole à la recherche d’un équilibre territorial

2Le Brandebourg est le seul Land oriental à avoir vu sa population augmenter légèrement dans l’ensemble depuis 1991 : mais il s’agit pour l’essentiel des conséquences de l’étalement urbain autour de Berlin (suburbanisation) et de la pression migratoire sur les zones de banlieue. Depuis 2001, le mouvement s’inverse d’ailleurs, de sorte que le Brandebourg pourrait perdre 7 % de sa population d’ici 2020 du fait du vieillissement démographique.

3Dès lors, on ne peut aujourd’hui penser le Land de Brandebourg sans l’associer à Berlin, Land et capitale fédérale. Tous deux constituent ensemble une entité de près de 6 millions d’habitants à l’échelle européenne. Mais la région Berlin/Brandebourg n’en présente pas moins de très fortes disparités : 80 % de ses habitants, soit 4,5 millions, résident dans la zone de concentration urbaine de Berlin et sa zone d’influence élargie. L’essor du Brandebourg semble plus que jamais passer par des synergies avec Berlin qui, en exploitant les complémentarités des deux Länder, peuvent leur permettre d’accéder conjointement au rang de région majeure en Europe. C’est le sens de la coopération renforcée, concrétisée à partir d’avril 1995 par la signature d’un traité inter-étatique entre ces deux Länder et déclinée depuis par différents outils : elle leur permet de planifier et de réaliser en commun l’aménagement durable de leur territoire respectif.

Berlin au centre du Brandebourg

Berlin au centre du Brandebourg

4Dans les faits pourtant, la séparation politique a été entérinée avec l’échec de la fusion à l’issue du referendum de 1996. A défaut de perspectives tangibles de fusion dans les prochaines années (un nouveau referendum est néanmoins évoqué dans les milieux politiques à partir de 2009), les autorités des deux Länder s’efforcent depuis de multiplier les actions de coordination, notamment dans le domaine économique, et les exemples pratiques de coopération : représentation commune à Bruxelles, fusion envisagée en 2008 des agences de promotion économique des deux Länder, actions communes dans le domaine du commerce extérieur, coopération renforcée dans le cadre de la tâche commune Verbesserung der regionalen Wirtschaftsstruktur (« amélioration de la structure économique régionale ») afin d’appréhender les conséquences probables de la nouvelle programmation financière 2007-2013 pour les fonds structurels européens. Celle-ci prévoit en effet des niveaux d’aides différents entre Berlin et les régions brandebourgeoises limitrophes, susceptibles de fausser les politiques de développement économique. Enfin, les deux Länder se présentent désormais ensemble dans toutes leurs actions de promotion internationale comme un espace économique et de vie commun sous l’étiquette de Hauptstadtregion Berlin/Brandenburg : « région-capitale ».

Un rattrapage économique inachevé

5Avec un PIB de 49,5 milliards € en 2006, l’économie brandebourgeoise pèse toujours peu (2,14 %) dans le PIB allemand (2 307 milliards €) : elle arrive en 12e position, juste derrière la Saxe-Anhalt. Alors que sa dynamique de croissance est restée supérieure entre 1995 et 2001 à la moyenne des Länder de l’ouest à faible croissance, la machine s’est grippée en 2002 dans le triple contexte d’une conjoncture déprimée, de transformations structurelles inachevées dans le bâtiment et l’artisanat, et des difficultés du commerce de détail. Sous-représentation des branches tirant la croissance allemande, tissu industriel composé à plus de 97% de très petites entreprises insuffisamment orientées à l’export : le Brandebourg, plus encore que les autres länder orientaux, peine à tirer profit de la dynamique économique allemande actuelle. Cette situation accentue la stagnation du phénomène de convergence observée depuis 1997. Doublée d’un ralentissement des recettes fiscales, elle pèse sur la situation financière du Land qui peine à maintenir ses dépenses d’infrastructures.

6En prix courants, le PIB par habitant atteignait 19 386 € en 2006, en deçà de la moyenne des nouveaux Länder (moyenne RFA en 2005 : près de 28 000 €). Mais dans le même temps, le PIB par actif s’élevait à 48 853 € en 2006, au deuxième rang des Länder orientaux ; le Brandebourg est désormais distancé par la Saxe-Anhalt. La productivité atteint en moyenne 74 % du niveau national. Le retard peine donc à se combler, même si les statistiques masquent une situation inégale selon les secteurs d’activité et les entreprises, et que la structure par taille des entreprises industrielles des nouveaux Länder joue pour beaucoup dans cet effet statistique.

7La productivité dépasse ainsi le niveau ouest-allemand dans certaines branches comme la chimie, l’industrie du bois, et s’avère largement supérieure, dans certaines filiales d’entreprises étrangères ou ouest-allemandes, à celle d’entreprises comparables à l’ouest (jusqu’à 140 % ; source : ZAB). Elle reste néanmoins de beaucoup supérieure à celle enregistrée chez ses voisins et compétiteurs (République tchèque, Hongrie, Pologne).

8Le marché du travail demeure certainement le principal défi pour la coalition SPD/CDU au pouvoir. En janvier 2007 en effet, 220 903 chômeurs ont été enregistrés. Le taux de chômage se maintient à un niveau très élevé malgré une amélioration statistique continue depuis 2005 (16,6 % en janvier 2007), due à une conjoncture plus favorable, alors qu’il demeurait supérieur à 18 % depuis 1997. Mais cette embellie statistique ignore certains districts périphériques, trop éloignés du pôle Berlin/Potsdam pour bénéficier d’un marché du travail plus dynamique attirant des travailleurs migrants, dont le taux de chômage continue de flirter avec la barre des 20 % (Eberswalde : 19,4 % ; Cottbus : 20 %). Dans le même temps, le nombre d’actifs décroît de manière quasi continue depuis 1995 pour atteindre 1,005 million en 2005 : il se situe aujourd’hui très au-dessous du 1,270 million enregistré après l’unification (1991).

9En dépit de salaires toujours inférieurs au niveau ouest-allemand, d’une faible adhésion des entreprises brandebourgeoises aux accords de branche (moins de 30 %) et d’un marché du travail flexible dans les faits, le problème est donc toujours la capacité de créer de l’emploi nouveau et de réduire le déficit structurel d’emplois réguliers. Le Brandebourg ne parvient pas à résorber le socle de chômeurs de longue durée. Cette situation sociale difficile constitue d’ailleurs le terreau de l’implantation du parti PDS/Die Linke, qui détient 29 des 88 sièges au parlement régional depuis les élections de 2004, après avoir capitalisé les suffrages des chômeurs et d’un électorat socialement fragilisé.

10Dix-sept ans après l’unification, le Brandebourg, terre des anciens grands domaines fonciers, a perdu son caractère agricole, conséquence de profondes restructurations. Aujourd’hui, avec 3,7 % des actifs occupés, le secteur agricole (1,9 % du PIB) ne pèse proportionnellement guère plus que dans les autres Länder, à l’exception notable du Mecklembourg (2,9%). La structure économique du Land est dominée par les services (73,2 % en 2005), la part de l’industrie n’étant que de 24,9 %.

11Le Brandebourg peut se prévaloir d’une tradition industrielle qui s’est maintenue du temps de la RDA. Or avec les régions rurales, ce sont précisément les anciens fiefs et secteurs industriels traditionnels (construction automobile, chimie, construction ferroviaire et aéronautique) qui ont été le plus frappés au cours des années 1990 par les restructurations. Aujourd’hui, la base industrielle du Brandebourg (hormis le bâtiment, secteur encore en surcapacités), certes assainie et stabilisée, demeure inférieure en termes d’emplois et de valeur ajoutée brute à celle des Länder occidentaux, alors que le secteur des services est comparable.

12Le profil industriel du Brandebourg est désormais marqué par quelques secteurs prépondérants comme la construction automobile (DaimlerChrysler à Ludwigsfelde, mais aussi ZF Getriebe GmbH Werk Brandenburg, Goodyear Dunlop Tires Germany à Fürstenwalde), l’industrie alimentaire (10 400 salariés, 147 entreprises ; CA : 2,5 milliards € en 2005), l’industrie des métaux (13 900 salariés, 178 entreprises ; CA : 2,6 milliards € à Brandebourg/Havel, Hennigsdorf ou encore Eisenhüttenstadt, créée de toutes pièces dans les années 1960 autour du complexe sidérurgique alimentant l’industrie de la RDA), ou l’industrie chimique. Avec 5 229 salariés et un chiffre d’affaires de 1,2 milliard € en 2005, la chimie est concentrée autour de quelques pôles principaux (Schwarzheide, également Premnitz, Oranienburg, Fürstenwalde ou Guben) et portée par des entreprises phares comme BASF qui a installé son troisième plus important site de production mondial à Schwarzheide. Autour de ces secteurs se développent des réseaux de sous-traitance et de services.

13L’industrie manufacturière, malgré une croissance ralentie, restait ainsi en 2005 un pilier du développement économique. En 2005, ce sont les industries du papier, de la chimie, du bois, de la production et de la transformation des métaux, du caoutchouc et de la plasturgie qui ont ainsi enregistré le plus fort chiffre d’affaires, tandis que le secteur de l’automobile, de la construction mécanique, du verre ou de l’extraction reculaient.

Structure industrielle du Land de Brandebourg (industrie manufacturière - 2005)

Principales branches

Chiffre d’affaires (en mio €)

Salariés

Industrie alimentaire

2 492,6

10 400

Textile/habillement

74,8

743

Bois

1 123,5

3 227

Papier/Imprimerie

1 262,5

5 640

Chimie/Caoutchouc/Plasturgie

2 450,7

9 179

Verre/Céramique

926,5

5 011

Production/transformation des métaux

1 642,8

13 939

Construction mécanique

829,1

6 348

Construction automobile

2 222,3

11 869

Technologies IC

(234)*

1 459

Techniques médicales/Mesures et asservissement/optique

305,3

2 959

Source : Jahreswitschaftsbericht 2006. * Données 2004.

14Outre la restructuration des noyaux industriels, les années 1990 ont permis la mise à niveau des infrastructures et des réseaux de communication. L’effort a également porté sur l’essor d’un secteur des services (commerce, transports, information, services financiers, tourisme), qui occupe dorénavant plus des deux tiers des actifs du Land. Mais les résultats en termes de croissance et de créations d’emplois restent insuffisants, et les fondations d’une économie tirée par des branches à forte intensité en R&D et des services modernes restent fragiles, notamment face aux exigences liées à la globalisation des activités économiques. La structure économique du Brandebourg, caractérisée par la prédominance de petites et moyennes entreprises aux capacités financières trop précaires pour réaliser les investissements nécessaires, en particulier dans le domaine de la R&D, reste un handicap. Surtout, les disparités régionales demeurent fortes au sein du Land.

15Au regard d’un bilan économique très contrasté dix-sept ans après la chute du Mur, le Brandebourg tente à son tour d’impulser une nouvelle dynamique à son économie. Dès lors, la discussion a porté ces dernières années sur l’utilisation optimale des aides, entre tenants d’une concentration des efforts sur les régions périphériques et rurales les plus nécessiteuses, ou d’une réorientation sur la ceinture porteuse de croissance autour de Berlin.

Le choix d’un renforcement des noyaux de croissance

16A la mi-2004, les grandes lignes de la politique économique du Land ont été redéfinies (dans l’esprit du 2e Pacte de solidarité 2005-2019) et se focalisent dorénavant sur trois piliers principaux : un soutien spécifique aux entreprises du Mittelstand (aides à la création et à l’implantation d’entreprises, soutien direct aux investissements) ; un recentrage des aides économiques sur les secteurs économiques porteurs ; une redéfinition de la politique d’aides à l’innovation (Landesinnovationskonzept 2006).

17Au plan sectoriel, cette stratégie se traduit par la constitution de pôles autour de quelques branches à fort potentiel de croissance et d’innovation et par la concentration des aides sur quelques secteurs technologiques spécifiques (Branchenkompetenzfelder) : sciences de la vie/biotechnologies, aéronautique, équipement automobile, technologies ferroviaires, médias/information et communication, services/logistique, chimie/plasturgie/secteur pétrolier, énergie/ technologies énergétiques, agroalimentaire, production et transformation des métaux/mécatronique, optique, géoinformation, industrie du bois, industrie du papier et tourisme. Entreprises innovantes et organismes de recherche sont appelés à coopérer dans le cadre de réseaux, comme par exemple dans le secteur des microtechnologies et de la microélectronique à Francfort/Oder ou, au Sud de Berlin, de l’aéronautique : le pôle Berlin-Brandenburg Aerospace Allianz entend faire de la région le troisième site allemand de ce secteur.

18Globalement, ces mesures de concentration des aides sur quelques « noyaux de croissance » bénéficient aux zones urbaines à fort potentiel de croissance économique ou scientifique, conformément à la stratégie du gouvernement du Land : « renforcer les points forts » (Stärken stärken). Géographiquement, quelques districts (Teltow-Fläming, Oberhavel, Dahme-Spreewald) et agglomérations (Brandebourg/Havel, Cottbus) parviennent à tirer les bénéfices d’une dynamique industrielle ou de services.

19La capitale du Land, Potsdam, est ainsi devenue un centre réputé pour les activités de la high-tech allemande, qui se structure autour de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (Potsdam est le site historique des studios de Babelsberg) : école supérieure du cinéma et de la télévision, High-Tech Center, studios d’enregistrement, entreprises performantes (production de DVD, films en 3D). A quelques exceptions près (Oberspreewald-Lausitz, par exemple), les régions jouxtant la capitale Berlin enregistrent le meilleur développement économique.

20Par ailleurs, les mesures décidées dans le cadre de la politique de coopération Bund/Länder (tâche commune « amélioration de la structure économique régionale ») tout comme les nouvelles orientations pour l’utilisation des fonds structurels européens définies dans l’objectif de renforcer la Stratégie de Lisbonne viennent conforter cette politique de concentration sur les points forts du Land.

Le défi de l’élargissement

21Mais l’avenir de l’économie brandebourgeoise dépend aujourd’hui fortement de sa position centrale dans une Europe élargie, avec ses atouts et ses contraintes. Situé avant 2004 aux confins de l’UE 15 et des zones économiques les plus actives, le Brandebourg bénéficie aujourd’hui du déplacement du centre de gravité européen. Il s’agit de tirer profit de la position géographique du Land, centre de trafic et pont vers l’Europe orientale, grâce à des infrastructures de transport – ferroviaires, routières, fluviales – et des liaisons internationales (notamment l’axe autoroutier est­ouest A2) rénovées. Par ailleurs, le chantier du futur aéroport Berlin Brandenburg International, longtemps contesté, vient de débuter à l’automne 2006 pour pouvoir concentrer le trafic aérien et donner à la région les moyens de ses ambitions économiques. Dès 2011, il devrait pouvoir accueillir entre 22 et 25 millions de passagers par an.

22Pourtant, une partie des effets de l’intégration s’est progressivement fait sentir dès avant l’entrée dans l’UE des pays d’Europe centrale et orientale. Le Brandebourg s’est préparé 10 années durant à cette échéance par une intensification de la coopération transfrontalière avec les voïvodies polonaises de Lubusz et de Poméranie occidentale : actions dans le cadre des programmes communautaires Interreg (soutien aux régions frontalières, membres de 3 Euro-régions), développement concerté de la région de l’Oder, programmes bilatéraux dans les domaines de la formation, de la lutte contre la criminalité, de l’environnement, instauration d’un dialogue entre partenaires sociaux, contacts entre partenaires économiques, coopération institutionnelle, programme du ministère de l’économie pour favoriser les investissements, etc.

23L’élargissement a par ailleurs apporté des perspectives nouvelles en matière d’échanges extérieurs, clefs de la dynamique économique de la RFA et possible moteur de croissance pour le Land. Alors qu’en 2005, les exportations des entreprises brandebourgeoises s’élevaient à 6,55 milliards € (contre 5,46 milliards € en 2004), les seuls échanges vers les pays de l’UE se montaient à 4,57 milliards € (contre 3,58 milliards € en 2004). La Pologne représentait en 2005 le premier client des exportateurs brandebourgeois (858 millions €), suivie des Pays-Bas, des Etats­Unis, de l’Italie puis de la France. Quant à la Russie, si une part significative des exportations du Land s’y dirige (298 millions €), elle est surtout le premier importateur (pétrole et gaz naturel) avec un cumul de 3,81 milliards € (sur un total d’importations de 8,46 milliards € en 2005).

24Les Länder est-allemands peuvent en effet faire valoir leur connaissance particulière des pays d’Europe centrale et orientale. Dans le même temps, les nouveaux membres bénéficient de la politique de cohésion européenne via la nouvelle programmation des fonds structurels qui soutiendront leur économie (voisine du Brandebourg, la Pologne a reçu 12,8 milliards € entre 2004 et 2006 et peut espérer jusqu’à 63 milliards € pour la période 2007-2013). Mais la faible densité industrielle, la prépondérance d’entreprises de petite taille en proie à des difficultés de financement, le manque de personnel qualifié dans certains secteurs, notamment en raison du différentiel des salaires, et des investissements notoirement insuffisants en R&D sont autant de facteurs qui pénalisent sur les marchés extérieurs les entreprises est-allemandes par rapport à leurs homologues d’Allemagne occidentale. Et l’atout de la proximité géographique avec les nouveaux marchés d’Europe centrale, particulièrement pertinent pour le Brandebourg, risque de pâtir du ralentissement du développement des liaisons routières et ferroviaires, du ressort de communes et Länder sous contrainte budgétaire.

25Pourtant, et en dépit des mesures transitoires (notamment la limitation de la libre circulation des travailleurs), l’élargissement inquiète : le taux de participation aux dernières élections européennes de 2004 s’est ainsi révélé extrêmement bas dans le Brandebourg (moins de 27 %). L’ouverture à l’Est renforce les craintes sur l’attractivité du Land, mise à mal ces dernières années par une série d’enquêtes comparatives sur la compétitivité des Länder (voir, par exemple, l’étude Cap Gemini). Dans un contexte de sous-emploi, c’est la question des coûts salariaux, avantage compétitif des nouveaux Etats membres, qui prédomine. Elle trouve par ailleurs son prolongement dans le débat sur une zone à bas niveau de salaires à l’Est, que récusent les autorités du Land qui refusent de s’engager dans une concurrence avec les pays d’Europe centrale et orientale sur l’emploi et les coûts salariaux.

26L’agence de développement économique ZukunftsAgentur Brandenburg (ZAB), créée en 2001, s’emploie plutôt à établir un inventaire des atouts du Brandebourg comme site de production compétitif (308 entreprises étrangères s’y sont implantées) et alternative possible aux délocalisations d’entreprises allemandes : qualité d’infrastructures modernes et rénovées, surfaces d’activités disponibles et à des prix/m2 limités, programmes multiples d’aide aux investisseurs (aides à l’innovation, à la formation, mesures fiscales, crédits à taux privilégié), proximité d’un grand marché (Berlin, marchés tchèque et polonais).

Formation, recherche et innovation : un potentiel à valoriser

27Avant tout, le Brandebourg entend miser sur le niveau de qualification et de formation élevé de sa main d’œuvre et d’un environnement scientifique de qualité, résultat d’un processus mené durant les quinze années suivant l’unification. Le Land compte aujourd’hui 40 000 étudiants dans ses 4 universités (Université de Postdam, niversité européenne Viadrina de Francfort sur Oder, Université technique de Cottbus, Université sur les médias de Postdam-Babelsberg) et 5 Fachhochschulen (Potsdam, Brandenburg, Wildau, Eberswalde, Lausitz). Avec plus de 20 000 étudiants et 3 700 emplois scientifiques, Potsdam figure en tête des villes allemandes pour la part de l’emploi scientifique dans la population. A une plus large échelle, ces établissements viennent gonfler le vivier des 130 000 étudiants berlinois : ils constituent ensemble un dispositif de formation d’une main d’œuvre hautement qualifiée, même si, il est vrai, les établissements ont subi entre 1999 et 2004 des restrictions de financement drastiques de la part de leur tutelle respective, et notamment du Land de Berlin.

28A cette offre de formation s’ajoute le potentiel scientifique : instituts Max-Planck, instituts Fraunhofer, instituts WGL et centres Helmholtz, établissements de recherche du Bund, des centres de recherche réputés comme l’institut de recherche sur le climat (Potsdam) ou le centre de recherche sur les géosciences (Potsdam). La recherche publique joue un rôle essentiel dans le cas du Brandebourg, comme dans les autres Länder orientaux, où il s’agit de pallier l’insuffisance de l’activité de R&D d’entreprises souvent trop petites. Par ailleurs, 20 centres de technologies facilitent la création d’entreprises technologiques en entretenant le contact avec les organismes de recherche et en proposant des services adaptés.

29La réorientation de la politique économique du Land tend dès lors à focaliser ses efforts sur l’investissement dans la R&D et les politiques d’innovation. Une palette d’instruments a été proposée dans le cadre de la stratégie Landesinnovationskonzept Brandenburg 2006 (LIK) adoptée en 2006 : aides à la création d’entreprises innovantes et à l’implantation d’entreprises high-tech, transfert de technologie, définition d’objectifs communs Berlin-Brandebourg, focalisation sur quelques secteurs-clés, réorientation des fonds FEDER. L’exemple du secteur des sciences de la vie, qui est le secteur au plus fort potentiel, fait de l’espace Berlin-Brandebourg un noyau de la recherche allemande à visibilité internationale (particulièrement représentés : le génie génétique, la bioinformatique, les biotechnologies vertes, l’immunologie, la cardiologie).

30L’atout primordial de la « région-capitale » est qu’elle bénéficie d’un tissu scientifique très dense, d’hôpitaux universitaires renommés (la Charité à Berlin est le plus grand CHU d’Europe) et de 6 parcs biotechnologiques. Trois d’entre eux se situent dans le Brandebourg qui peut faire valoir, par rapport à Berlin, l’atout de surfaces disponibles répondant aux normes d’implantation des laboratoires de pointe, à des coûts comparativement moins élevés. Cette densité unique renforce la capacité de la région à constituer des réseaux entre organismes de recherche, partenaires économiques, universités et entreprises.

31Dans le secteur des biotechnologies par exemple, la Biotechnologie-Region Berlin-Brandenburg (170 entreprises, les deux tiers dans la capitale allemande, 3 200 emplois), issue de la participation commune des deux Länder au concours fédéral Bio-Regio (1996), s’impose aujourd’hui comme le principal pôle allemand de R&D dans les biotechnologies, notamment pour la biomédecine, les techniques médicales, la bioinformatique et les biotechnologies des plantes. La mise en réseau de la recherche pour accélérer les transferts de technologie (plus d’une douzaine de réseaux recensés dans la région pour ce seul secteur), l’aide à la création d’entreprise et au financement y sont coordonnées par l’agence BioTOP, commune aux Länder de Berlin et du Brandebourg et cofinancée par des entreprises privées des secteurs de la chimie et de la banque. Reste maintenant au Land à conforter le potentiel de croissance de la branche pour répondre à l’objectif fixé de devenir un des principaux clusters européens et mondiaux dans les sciences de la vie.

32Après la phase douloureuse des restructurations et des ajustements, partiellement inachevée, les autorités brandebourgeoises s’appliquent à transmettre l’image d’une région tournée vers l’avenir. Si le Brandebourg n’avait jusqu’à présent pas été aidé par sa localisation géographique à la périphérie de l’Europe, la situation peut évoluer dans une Europe à 27, et les autorités s’emploient à vanter ses atouts : atouts d’une économie qui poursuit sa transition avec des niveaux de salaires, de prix et de loyers modérés, et présente dans le même temps des infrastructures modernes et un haut niveau de qualification. Et le Land continue de promouvoir les synergies avec la capitale Berlin, même si la fusion politique est dorénavant jugée improbable à moyen terme. Malgré cela, le tissu industriel reste insuffisamment dense pour garantir une croissance durable. Partant de ce constat, les pouvoirs publics s’emploient à concentrer leurs efforts sur quelques pôles d’activité à fort potentiel. La dynamisation du Brandebourg passe également par la valorisation du potentiel scientifique et le passage à une économie basée sur la connaissance et l’innovation. C’est ainsi que le Brandebourg espère rompre la spirale vicieuse qui plane sur les Länder orientaux et créer sur place les conditions d’emploi d’une main d’œuvre qualifiée.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Cap Gemini, Ernst & Young, Studie : Standortattraktivität. Die Unternehmerfreundlichkeit der Bundesländer im Vergleich. Kurzfassung, septembre 2002

Land Brandenburg / Ministerium für Wirtschaft, Jahreswirtschaftsbericht 2006, Potsdam (www. wirtschaft.brandenburg.de)

Landesbetrieb für Datenverarbeitung und Statistik Land Brandenburg, Statistisches Jahrbuch 2006, Potsdam, 2006

Life Sciences in der Hauptstadtregion Berlin-Brandenburg, Berlin, Berlin Partner GmbH, décembre 2006 (www.zwb-brandenburg.de)

Pautrat M.-H., « Pologne-RFA : les relations s’intensifient », Regards sur l’économie allemande, n° 62, juillet 2003

Statistik Berlin-Brandenburg, Statistischer Bericht A VI – m 03/07. Arbeitsmarkt im Land Brandenburg, mars 2007

ZukunftsAgentur Brandenburg, Der Standort Brandenburg : Eine Alternative zur Auslandsverlagerung – insbesondere für höherwertige Investitionen, 4e éd., janvier 2006 (www.zab-brandenburg.de)

Staatskanzlei Berlin / Staatskanzlei Brandenburg, Fortschrittsbericht über die Zusammenarbeit zwischen den Ländern Brandenburg und Berlin sowie die weitere Zusammenlegung von Behörden und Sonderbehörden, (http://www.stk.brandenburg.de/media/lbm1.a.4856.de/bb_fortschrittsbericht2006.pdf), Berlin, Potsdam, 21 novembre 2006.

Notes de fin

1 Version actualisée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 68, octobre 2004.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Berlin au centre du Brandebourg
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 302k

© IFAEE, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540