Version classiqueVersion mobile

Allemagne : compétitivité et dynamiques territoriales

 | 
Isabelle Bourgeois

II – Portraits de Länder

Bavière : la patiente construction d’une économie performante

Isabelle Bourgeois

Résumé

La Bavière, poids lourd industriel allemand, est aussi l’un des principaux sites high tech européens. Il n’en a pas toujours été ainsi : au sortir de la guerre, le Land était une région deshéritée, coupée de ses anciennes zones d’échanges orientales par le Rideau de fer, et dont les ressources se limitaient à l'agriculture. Le ‘miracle économique’ bavarois est le fruit d’une politique de reconversion économique et de développement structurel régional menée avec conséquence pendant plusieurs décennies et favorisée par une rare continuité politique. A une phase d’industrialisation rapide a succédé la conversion du site industriel en un pôle d'excellence tertiaire, puis le développement des secteurs high tech et des services innovants. Aujourd’hui, la priorité va à la mise en réseau des pôles de compétitivité constitués au fil du temps afin de décupler le potentiel d’excellence présent et futur. Depuis toujours dotée d’une très forte identité, la Bavière marie résolument tradition et progrès technologique. A la fin des années 1990, alors que fleurissaient les formules médiatiques, le Land avait même forgé un slogan pour traduire cette politique : « l'alliance entre l'ordinateur portable et la culotte de peau ». S’il peut prêter à sourire aujourd’hui, il n’en exprime pas moins la recette de l’excellence bavaroise1.

Texte intégral

1Avec un PIB de plus de 400 milliards € en 2005, la Bavière est le second Land allemand et la 8e économie de l’UE 25. De loin le plus étendu d’Allemagne (70 552 km2), il est de taille comparable à la République tchèque limitrophe à l’est. En nombre d’habitants (12,5 millions), il vient en seconde position parmi les Länder et en 9e position dans l’UE 27, après les Pays Bas et juste avant la Grèce. La Bavière mène une politique européenne très active, notamment au sein du Comité des régions, né en 1994 comme expression de la subsidiarité des collectivités territoriales dans l’UE.

2Dans le paysage allemand, la Bavière se distingue par une particularité : elle est la seule région d'Allemagne à avoir préservé son intégrité territoriale à l'échelle d'un millénaire, et elle dispose d'une plus grande autonomie étatique que les autres. L'Etat libre de Bavière (Freistaat Bayern), doté d'une Constitution propre dès 1946, n’avait accepté d'opérer que certains des transferts de souveraineté nécessaires à son intégration dans la RFA (1949). Il a depuis sa propre Cour constitutionnelle (Bayerischer Verfassungsgerichtshof) qui coexiste avec le Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe, et ses propres mécanismes démocratiques (recours au plébiscite, parti politique régional : CSU). Quant aux communes, elles y ont un poids politique décisif.

La Bavière – chiffres-clefs 2005

La Bavière – chiffres-clefs 2005

Sources des données : ministère de l'Economie, de l’Infrastructure, des Transports et des Technologies de la Bavière (état : août 2006 ; www.stmwirt.bayern.de/pdf/wirtschaft/Bayerns_Wirtschaft_in_Zahlen_dt.pdf), sauf Part des secteurs dans la création de richesse en RFA (www.invest in hessen.de) et Exportations, importations, taux d’exportation de l’industrie (données 2004 : ministère de l'Economie, de l’Infrastructure, des Transports et des Technologies de la Bavière, Wirtschaftsstandort Bayern. Kraftzentrum in der Mitte Europas, septembre 2005. a) en 2001 ; b) données administratives.

3Le parti chrétien social CSU est au gouvernement pratiquement depuis la fin de la guerre, et dispose de la majorité absolue depuis 1962. L'action politique de l'actuel ministre-président Edmund Stoiber, régulièrement réélu depuis 1993, et qui fut candidat au poste de chancelier fédéral lors des élections du Bundestag de 2002 (où Gerhard Schröder, SPD, l’emporta à une très courte majorité), poursuit donc les orientations définies au fil du temps par ses prédécesseurs. Parmi ceux-ci figura Franz Josef Strauss, chef du gouvernement de la Bavière de 1978 à 1988 et qui fut aussi, entre autres, ministre fédéral des Finances durant la première grande coalition (1966-69). Leur action avait permis de générer un environnement favorable à l’activité et à l'emploi. Cette stabilité politique a été déterminante pour le dynamisme économique du Land dans la mesure où elle a favorisé la conjugaison des intérêts des pouvoirs publics comme ceux des acteurs de l'économie et de la société, produisant sur la dynamique de croissance des effets cumulatifs qui s’auto entretiennent. L’actuelle politique du gouvernement, et notamment son Allianz Bayern Innovativ lancée en 2006, se contentent donc d’entretenir un processus favorable à cet « écosystème de la croissance », pour reprendre une formule qui avait été forgée pour définir une possible politique d’innovation française (Blanc, 2004), mais qui caractérise à merveille les processus à l’œuvre dans cet Etat allemand.

Une économie où services et industrie sont étroitement liés

4Comme le Bade Wurtemberg limitrophe à l’ouest, la Bavière est un poids lourd industriel, largement ouvert à l’international. Comme dans le cas du Land voisin, la part prépondérante des services dans l’économie bavaroise (68 % des emplois) est trompeuse : plus de la moitié des activités du tertiaire est étroitement déterminée par la demande industrielle. Les biens industriels ‘typiquement bavarois’ ne se résument en effet pas à des véhicules industriels, fussent-ils produits par MAN AG à Munich, ou à des installations industrielles high tech comprenant les roulements de FAG Kugelfischer AG & Co. KG (Schweinfurt), comme l’explique un bilan de l’industrie bavaroise réalisé par l’institut ifo de Munich pour le compte du gouvernement bavarois (Industriebericht Bayern 2006). Ils sont bien plus que cela : « des solutions proposées pour des besoins spécifiques clairement définis », à l’instar de ces « total building solutions » que propose par exemple Siemens AG (Munich). L’industrie bavaroise est une industrie de services : non seulement les biens sont vendus accompagnés des prestations liées (financement, entretien, formation, etc.), mais leur production même requiert un nombre croissant de services, que ceux-ci aient été externalisés au fil de la restructuration des entreprises (comptabilité, CAO, GRH, etc.) ou que ceux-ci soient venus s’adjoindre par grappage au fur et à mesure de l’évolution des process de production (logistique, par exemple). C’est ainsi que les secteurs industrie et services sont interdépendants aujourd’hui, et que la demande industrielle entretient une offre croissante de services.

5La spécificité bavaroise dans cette tendance globale à la tertiarisation qui se traduit généralement par un recul de l’emploi industriel est que, à la différence du reste de l’Allemagne, ce recul a presque entièrement pu être compensé par la création d’emplois tertiaires. Alors qu’en moyenne allemande, un tiers seulement des emplois industriels détruits depuis 1992 ont pu ainsi être compensés (en équivalent temps plein), cette part atteint 90 % en Bavière selon l’institut ifo qui, dès lors, estime que la Bavière a mieux géré que les autres Länder la transition de l’ère industrielle à l’ère tertiaire. C’est ainsi que la Bavière présente, après le Bade Wurtemberg, l’un des taux de chômage les plus bas d’Allemagne.

Source des données : Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, en coopération avec l’institut ifo, Industriebericht Bayern 2006, 10/2006.

6Plus concrètement, les activités qui dominent dans le tertiaire sont donc le conseil (fiscal, juridique, ingénierie), l’audit et l’expertise, la R&D, la publicité ou le leasing. L’ingénierie informatique s’y taille une place de choix grâce à la présence du concepteur de logiciels SAP AG (Walldorf). Deux autres catégories de services ont une place particulière dans l’économie bavaroise : la finance assurance et les médias.

7La Bavière accueille en effet la troisième place boursière allemande (Munich), spécialisée dans le Mittelstand ; et sa capitale est la seconde place bancaire allemande après Francfort : elle est le siège notamment de la HVB Group (membre de UniCredit Group), ex Hypo-Vereinsbank, née en 1998 de la fusion de la Bayerische Hypotheken- und Wechselbank et de la Bayerische Vereinsbank. La Bavière est également le premier site allemand de l’assurance, avec DAS (Munich), numéro un européen de l’assistance juridique, le groupe Allianz, la HUK-Coburg (second assureur automobile allemand, Coburg) ou le réassureur Münchner Rück (Munich Re Group), créé à Munich en 1880 et dont l’une des premières grandes opérations fut la gestion du tremblement de terre de San Francisco en 1906. La Bavière est en effet un des berceaux historiques de la finance : en 1486, les Fugger ouvraient la première banque à Augsburg, sur les routes de la soie, du sel et des épices. En 1540 se créaient les premières bourses, à Augsburg et Nuremberg, autre plate-forme d’échanges (ces villes hébergent aujourd’hui d’importantes foires-expositions).

8La Bavière est aussi le principal site médiatique allemand avec la Rhénanie du Nord-Westphalie, sa concurrente : si cette dernière est le fief du groupe Bertelsmann, l’Etat libre est celui de ProSiebenSat.1 Media AG, l’ex-groupe Kirch. Les activités audiovisuelles se concentrent dans la région de Munich (8 600 salariés), où se trouvent 20 radios (dont la radio privée Antenne Bayern) et 30 télévisions dont celles du groupe Kirch, l’établissement public Bayerischer Rundfunk. (radio et TV), l’offre du bouquet satellite numérique par abonnement Premiere, ou la chaîne de télé-achat HSE24. Les groupes Discovery Networks et Sony Pictures TV International ont récemment décidé d’implanter à Munich les studios de diverses chaînes. Dans la capitale se situe également le siège du câblo-opérateur Kabel Deutschland (premier d’Allemagne), et la filiale allemande de l’opérateur satellite SES, l’Astra Deutschland GmbH, qui a transféré en 2006 son siège d’Eschborn (près de Francfort) à Unterföhring (près de Munich) pour y travailler en étroite collaboration avec la société Digital Playout Center GmbH au développement de l’offre numérique. C’est dans la région de la capitale aussi que se concentre la production audiovisuelle et cinématographique (les studios de la Bavaria Film sont leader en Europe), en faisant l’autre grand centre allemand avec Cologne. On y dénombre près de 1 200 sociétés de production, avec un effectif de 9 000 salariés (soit 23 % du total allemand).

9Mais le secteur inclut aussi la presse et l’édition. Munich est, après New York, le second site mondial du livre : les 234 maisons d’édition, dont Langenscheidt (dictionnaires) ou C.H. Beck (ouvrages spécialisés, notamment en droit, avec une collection au format de poche) publient chaque année 15 000 titres. Dans le domaine de la presse, on trouve à Munich la rédaction de l’un des principaux quotidiens suprarégionaux allemands, la Süddeutsche Zeitung, ou encore le siège des éditions Burda (de la mode à l’information, avec l’hebdomadaire Focus, lancé en 1992 en concurrence frontale avec Der Spiegel, édité à Hambourg).

Une industrie très diversifiée et omniprésente

10La préservation d’une base industrielle compétitive reste la priorité des politiques structurelles du Land ; elle est la condition sine qua non pour un tertiaire florissant. Si cette base a dû être construite patiemment au sortir de la guerre, elle est aujourd’hui solidement ancrée ‘dans le terroir’ : contrairement à ce que peuvent laisser penser des atouts touristiques mondialement réputés et un environnement naturel savamment préservé, les activités industrielles sont omniprésentes.

11Elles le sont à plusieurs égards. D’abord, la Bavière est le seul Land allemand à offrir la quasi-totalité de l’éventail sectoriel de la production manufacturière. Ensuite, les activités sont réparties de manière relativement équilibrée sur l’ensemble du territoire (10 % de l’emploi dans chacun des sept districts administratifs), même si on peut distinguer quelques prédominances régionales (un tiers des actifs de l’industrie se concentrent par exemple dans le district de Haute Bavière autour de la capitale : Munich). Et, si les agglomérations de Munich ou de Nuremberg Fürth Erlangen dominent par définition, près de 70 % des 2 056 communes de Bavière peuvent être considérées comme des sites industriels.

12Enfin, si les grands groupes de réputation internationale (de BMW à Siemens en passant par Babcock Noell ou UPM Kymmene) sont les plus connus, le tissu des entreprises industrielles est composé aux deux tiers de PME (entreprises de moins de 500 salariés) : l’entreprise industrielle moyenne de Bavière occupe 150 salariés et réalise un CA d’un peu plus de 36 millions €. Le maillage des activités industrielles est donc très dense, qu’il s’agisse de la structure des entreprises ou de leur répartition régionale.

13Ce maillage reflète une autre particularité bavaroise : la part prépondérante de l’artisanat au sein du Mittelstand. Un cinquième des entreprises artisanales allemandes se concentre en Bavière. Les 176 000 entreprises artisanales recensées occupent en moyenne près de 5 salariés, ce qui contribue à la densité du tissu économique sur le territoire. Or plus des deux tiers d’entre elles (68 %) oeuvrent dans le secteur industriel ou celui des services aux entreprises. Du fait qu’elles sont des acteurs majeurs de la formation, elles apportent aussi une contribution fondamentale à la qualité des ressources humaines : alors que l’artisanat n’emploie que 13 % du total des actifs de la Bavière, il forme 35 % des apprentis (Handwerk in Bayern, 2007), au nombre de 88 000 en 2006. Or les formations dispensées dans l’artisanat industriel ou tertiaire incluent l’impératif d’innovation. Cela se comprend aisément : les entreprises, grosses ou moyennes, travaillant dans les secteurs exposés à la concurrence mondiale, répercutent leurs propres exigences de compétitivité sur leurs partenaires artisanales.

14Troisième caractéristique : la Bavière cumule les secteurs intensifs en savoir et se trouve spécialisée dans la production des biens d’investissement (36 % du CA de l’industrie en 2005) comme des biens intermédiaires (28 %), ce qui se reflète dans un taux d’exportation : 45,4 % en 2005 – en hausse continue depuis 1998, où il n’était encore que de 37,3 %. Les secteurs phares de l’économie bavaroise, identiques à ceux de l’Allemagne, enregistrent des taux nettement supérieurs : l’automobile (61,5 %), la construction mécanique (57,5 %) et l’électrotechnique (55,0 %). La répartition géographique de l’export du made in Bavaria reflète elle aussi dans l’ensemble la moyenne allemande : 60,2 % des exportations sont allées dans l’UE, 13,2 % dans la région USA/Canada et presque autant en Asie (2005).

15Ces trois secteurs phares font partie des trois ensembles clefs qui réunissent près des deux tiers du total du chiffre d’affaires de l’industrie bavaroise (plus de 290 milliards € en 2005). En tête figure la construction de véhicules, qui inclut l’automobile, l’aéronautique et le ferroviaire, avec 18,2 % des emplois et 26,8 % du CA (2005). On y trouve les constructeurs Audi (Ingolstadt), BMW ou MAN (tous deux dans la capitale), mais aussi nombre d’équipementiers comme Fichtel & Sachs, Innowep GmbH (asservissement, Würzburg) ou Lechleiter GmbH (filtres, Munich). Dans le secteur du ferroviaire, si un groupe comme Siemens est spécialisé dans le matériel roulant (dont l’ICE ou le Transrapid), d’autres le sont dans les voies pour trains à grande vitesse, par exemple les sociétés RAIL.ONE GmbH ou Max Bögl Bauservice GmbH & Co. KG, toutes deux implantées à Neumarkt dans le Haut Palatinat. Dans le domaine de l’aéronautique, la Bavière est le pôle leader en matière de R&D outre-Rhin, aussi bien en ce qui concerne l’aviation civile (productions d’équipements pour Airbus) et militaire (Dornier, EADS, MTU), que le spatial : composants pour les lanceurs Ariane (MT Aerospace AG, par exemple), technologies satellitaires (Dasa, MBB, Astrium, IfEN ou Ketek) et de navigation (programme Galileo). Le cœur de ce segment se situe dans la région de Munich, où se trouve notamment le Centre de contrôle spatial Deutsches Raumfahrtkontrollzentrum (Oberpfaffenhofen).

Diversité de l’industrie bavaroise et son apport à l’industrie allemande – quelques exemples (2005)

Diversité de l’industrie bavaroise et son apport à l’industrie allemande – quelques exemples (2005)

Source des données : Bayerisches Staatsministerium fur Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, en cooperation avec l’institut Ifo, Industriebericht Bayern 2006, 10/2006. a) Production ; transformation : 20 %.

Profil économique des 7 districts administratifs
Haute Bavière (capitale : Munich) : cette région où se concentrent 29 % des salariés de l’industrie bavaroise, est non seulement la plus dynamique de Bavière (taux d’exportation de l’industrie : 51 %), mais aussi de loin la plus compétitive d’Allemagne, comme le révèlent les études de benchmarking régional, dont le Zukunftsatlas 2007 de l’institut Prognos. Si son économie est très diversifiée, les secteurs innovants prédominent : automobile (23 % de l’emploi), construction mécanique (12 %), chimie (11 %) et TIC (8 %). Les principaux centres sont Munich (également pôle d’aéronautique/spatial), suivi d’Ingolstadt et des régions de Traunstein, Altötting et Rosenheim. C’est à Munich que se concentrent la finance/assurance et les médias, ces activités bénéficiant elles aussi d’un cadre naturel (Alpes) et d’une offre culturelle (théâtres, opéras, musées) particulièrement attrayants. La région métropole de Munich est la première d’Europe.
La Basse Bavière (capitale : Landshut) qui jouxte l’Autriche et la République tchèque est le fief des activités liées à l’automobile : sous-traitance et métallurgie (40 % de l’emploi industriel bavarois), qui se concentrent dans la région de Dingolfing-Landau. La construction mécanique vient en second lieu (11 %), suivie de l’agro-alimentaire (9,5 %). L’ensemble des secteurs industriels est représenté dans ce district (taux d’exportation : 44,5 %) qui souffre toujours de l’absence d’interconnexion entre les parties navigables est et ouest du Danube, le raccordement se heurtant au refus obstiné des écologistes.
Le Haut Palatinat (capitale : Ratisbonne) est la région moins industrialisée de Bavière (moins de 10 % de l’emploi industriel du Land). Elle n’en est pas moins compétitive à l’international (taux d’exportation : 46,3 %) du fait de ses spécialités : équipement électrique (20 %), automobile (14 %) ou construction mécanique (13 %) et métallurgie (8 %), de même que l’agro-alimentaire (8 %). Si les activités sont réparties sur l’ensemble du territoire, l’agglomération de Ratisbonne prédomine légèrement. La région présente un grand attrait touristique avec les monts du Fichtelgebirge, la forêt de Bohême ou le Danube.
La Haute Franconie (capitale : Bayreuth), qui jouxte la Thuringe et la Saxe, a longtemps souffert d’être acculée au Rideau de Fer. Moyennement industrialisée (10 % de l’emploi industriel du Land), ses activités sont encore faiblement tournées vers l’export (le taux est le plus faible de Bavière : 37,3 %), malgré le dynamisme de certains secteurs, comme l’industrie du caoutchouc et du plastique (14% de l’emploi) ou la construction mécanique (11 %). L’équipement automobile en revanche (10 %) ou le textile (8 %) souffrent des restructurations générales de la branche. Ce district est par excellence le fief des PME, ce qui contribue à l’omniprésence de l’industrie sur son territoire. Les services n’en sont pas absents pour autant : assurance (la société HUK à Coburg), commerce (près de la moitié des emplois) ou tourisme naturel (Fichtelgebirge) et culturel (festival de Bayreuth, patrimoine : ville de Bamberg).
La Moyenne Franconie (capitale : Ansbach) est la seconde économie industrielle du Land (15 % des actifs ; taux d’exportation : 42,2 %), avec une nette concentration dans l’axe Nuremberg Fürth-Erlangen. Elle est vouée à l’électrotechnique (19 %), la construction mécanique (17 %) et aux technologies médicales (6 %), avec une prédominance de grosses PME et de grandes entreprises. La région, depuis toujours vouée aux échanges (foire de Nuremberg), accueille d’éminents prestataires de services comme Karstadt-Quelle, les sièges de l’assureur Nürnberger Versicherungsgruppe ou de l’institut GfK. La région de Nuremberg partage avec Dresde le statut de « Gateway Region » : pôle européen d’échanges est-ouest.
La Basse Franconie (capitale : Würzburg) sur l’axe Rhin Main est le fief de la construction mécanique (30 % de l’emploi ; taux d’exportation : 42,7 %), dominé par les PME. La région de Würzburg figure au 9e rang des dix sites high tech européens répertoriés par Eurostat et au 4e dans le palmarès de l’institut Prognos. Points forts : mécatronique, TIC, technologies laser…
La Souabe (capitale : Augsburg), important pôle industriel (11 % du Land), est spécialisée dans les technologies de production et l’automatisation (construction mécanique : 24 % de l’emploi) et l’agro-alimentaire (12 %, région de l’Allgäu principalement). Si Augsburg est le 3e pôle d’activité bavarois après Munich et Nuremberg, et compte 70 % d’emplois tertiaires, un grand nombre de régions reste voué à l’agriculture ou au tourisme (Lac de Constance, château de Neuschwanstein).

16En seconde position vient l’électrotechnique, qui comprend l’équipement électrique, les TIC, la bureautique et les mesures et asservissements ; ce secteur réalise 19,8 % du CA de l’industrie (17,7 % des emplois). Ce ‘pôle’ est à l’origine de l’industrialisation de la Bavière qui avait débuté par le transfert du siège de Siemens de Berlin à Munich au moment de la construction du Mur de Berlin (1961). Aujourd’hui, il comprend nombre de grands noms comme Osram AG ou Toshiba Europe. Le cœur de cet ensemble est constitué par l’équipement électrique, plus particulièrement les transformateurs et matériels de production/distribution d’électricité, un segment qui réunit à lui seul les trois quarts des salariés de l’électrotechnique. Si les TIC pèsent moins en comparaison dans l’économie bavaroise, la Bavière n’en est pas moins le site leader en Allemagne, avec 40,5 % du CA.

17En troisième position par chiffre d’affaires vient la construction mécanique, avec 13,8 % du CA ; mais elle est traditionnellement le plus gros employeur de Bavière, avec 16,7 % de l’emploi industriel. Ce segment est hautement spécialisé dans les technologies de production et l’automatisation, intensives en savoir. Son point fort est la livraison de solutions et installations aux autres branches de l’industrie, comme l’agro-alimentaire, le textile ou le BTP (près de 50 000 emplois), avec par exemple les sociétés Dörnhöfer Stahlbau Metallbau GmbH & Co. (Kulmbach), Lindner GmbH (Freyung) ou Niedernhuber GmbH (Pocking). Il est suivi de la production d’éléments moteurs et de transmissions (FAG Kugelfischer ou SKF GmbH, toutes deux à Schweinfurt), puis de machines-outils (par exemple Maschinen Stumpf OhG, Rotthalmünster) et, en dernier lieu, d’électroménager (AEG/Electrolux à Nuremberg). Cet ensemble est par excellence le fief des PME : elles emploient près de la moitié des salariés.

18Ces trois grands ensembles ‘portent’ littéralement l’industrie bavaroise, leurs activités étant liées étroitement à nombre d’autres secteurs : ils sont tributaires de la chimie (point fort : la chimie des spécialités, autre fief des PME), de la plasturgie ou encore de la production/transformation des métaux. Dans le même temps, ils tirent ces secteurs par leur demande, en attendant par ailleurs le même niveau de compétitivité et d’innovation que celui dont ils tirent eux-mêmes leur réputation mondiale. L’interdépendance sectorielle, les réseaux de partenariat entre grandes et petites entreprises ne se résument dès lors pas à des liens de sous-traitance, mais participent d’un effort individuel et collectif à la fois de performance globale, tel que peut le traduire par exemple un indicateur comme la part de la R&D dans le PIB qui s’établit à 3 % en Bavière, soit le taux projeté par les Etats membres de l’UE à l’horizon 2010 dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne.

19Cette culture de l’excellence, patiemment construite au fil des décennies en partenariat entre entreprises et pouvoirs publics, recueille aujourd’hui une reconnaissance mondiale, comme le rappelle fièrement le ministère Bavarois de l’Economie dans son Industriebericht 2006. La Bavière, qui figure aux côtés de 52 Etats parmi les 9 régions évaluées tous les ans par le Centre IMD de Lausanne qui édite le World Competitiveness Yearbook, s’est classée 16e en 2006, alors que l’Allemagne ne figurait qu’au 26e rang.

1945-2005 : cinq étapes pour convertir une région déshéritée en site high-tech

20La Bavière a pu conquérir sa compétitivité actuelle grâce à une patiente politique de développement structurel régional favorisée par la continuité politique et par l’approche d’une action concertée entre pouvoirs publics et milieux économiques qui repose sur le principe de l’aide à l’auto-assistance. Dans cette acception, l’Etat comprend son rôle comme celui d’animateur, se contentant de fixer des objectifs généraux et d’entretenir un cadre favorable à l’activité. Cela inclut, dans la Bavière plus centralisée que les autres Länder, une politique généreuse d’aides à l’économie, et plus particulièrement de ce soutien au Mittelstand où cet Etat a fait figure de précurseur.

21Concrètement, l’action engagée depuis la fin de la guerre se résume à trois grandes catégories : reconversion industrielle et technologique (de 1945 à aujourd’hui), création en parallèle d’un environnement favorable à la croissance (infrastructures, énergie, capital humain) et dorénavant, à l’aube de l’économie de la connaissance, développement durable de la compétitivité acquise par une politique active d’innovation.

22Chronologiquement, la transformation de la Bavière a suivi 5 grandes étapes. La première, d’abord subie, a été l'afflux massif de réfugiés allemands d'Europe centrale : entre 1946 et 1950, le Land accueille 2 millions de réfugiés et d'Allemands des Sudètes, soit un cinquième de sa population totale. Or ces réfugiés, souvent hautement qualifiés, ont reconstruit leur existence en créant leur entreprise, qui dans l'agriculture, qui dans l'artisanat, qui dans la construction mécanique, suscitant par leur motivation un climat bénéfique à l'ensemble des activités. Et contribuant aussi, soit dit en passant, à tisser cette toile dense des PME qui est l’un des ressorts de la dynamique actuelle du site.

23La seconde étape (années 1960) a été celle des localisations industrielles. Plusieurs facteurs ont été déterminants pour la genèse de l’industrie bavaroise. La partition de l'Allemagne incitait nombre de groupes industriels à transférer leur siège et leurs activités à l’ouest. Or la Bavière a attiré surtout des industries à orientation technologique prononcée : électrotechnique et électronique, automobile. Ainsi, le groupe Auto Union GmbH, précurseur d'Audi, est fondé à Ingolstadt en 1947 (Hertrich/Mayrhofer, 2007) ; plus précisément : il s'agit d'un transfert à l'Ouest des activités de la firme originaire de Chemnitz (zone soviétique), fermée un an plus tard. Le groupe Siemens, originaire de Berlin, délocalise lui aussi ses activités, établissant à Munich et Erlangen les sièges respectifs de Siemens & Halske et Siemens Schuckert dès le blocus de Berlin. La Bavière y gagne en attractivité, d'autres industries suivent, et d’autres sociétés comme le groupe VIAG AG.

De VIAG à E.ON
VIAG était l'acronyme de Vereinigte Industrie-Anlagen-Aktiengesellschaft, une holding créée à Berlin en 1923 pour développer les industries de pointe de l'époque (aluminium et énergie en particulier). Dès les années 1930, VIAG construisait notamment des centrales hydrauliques en Bavière. Après 1945, VIAG avait certes maintenu son siège à Berlin, mais installé l'administration du groupe à Bonn. Après sa privatisation en deux étapes (1986 et 1988), VIAG transfère siège et administration à Munich en 1994, l'année où il prend le contrôle de la principale compagnie d'électricité de la Bavière : Bayernwerk AG. En 2000, VIAG fusionne avec VEBA, donnant naissance à l’énergéticien E.ON AG qui prendra le contrôle de Ruhrgas en 2003. Si le siège de la holding E.ON AG est aujourd’hui à Düsseldorf (Rhénanie du Nord-Westphalie), la bavaroise de ses deux filiales allemandes, E.ON Energie AG, est resté à Munich (l’autre étant E.ON Ruhrgas AG, Essen).

24Ces implantations bénéficient d'une politique active d'incitation de la part du Land, renforcée en 1969 par l'adoption du programme de la Mission commune Bund/Länder « Amélioration de la structure économique régionale ». Celle-ci constitue toujours, parallèlement au fonds ERP héritier du plan Marshall, le dispositif par excellence de la politique régionale allemande. L'objectif des aides est double : veiller à l'équilibre territorial des zones d'activités, et donner aux entreprises les moyens de leur action.

25La troisième étape commence dans les années 1970, sur fond de choc pétrolier. Sous l'impulsion d'Anton Jaumann, ministre de l'Economie de Bavière de 1970 à 1988, le Land adopte le 8 octobre 1974 une Loi sur le soutien au Mittelstand (Mittelstandsförderungsgesetz), qui servira de modèle aux autres Länder, puis du Bund. L'optique du programme bavarois d'aide au développement des PME n'a pas varié depuis, il s'agit en priorité de susciter un comportement adapté à leurs besoins spécifiques chez tous les acteurs publics : administration de l'Etat bavarois, communes, fédérations, chambres de l'industrie, fondations et collectivités de droit public. Les moyens de cette politique incluent, certes, des aides publiques généreuses : subventions d'investissement versées par le gouvernement (il consacre quelque 10 % de son budget à l’aide à l’économie), prêts spécifiques, ou crédits bonifiés délivrés par la filiale bavaroise de la LfA, banque publique aujourd’hui dédiée au Mittelstand. Ces aides ne visent pas à préserver des structures obsolètes ou à maintenir des acquis, au contraire : leur objectif est de créer des conditions favorables à l'épanouissement des entreprises. Sur la période 2000/04, par exemple, des prêts d’un montant de 1,2 milliard € ont été accordés aux PME, se soldant par un volume d’investissement trois fois plus élevé et par la création de près de 23 000 emplois (Mittelstandsbericht 2005). L’Etat de Bavière accorde toujours la même importance à cette politique, mais avec deux priorités nouvelles : l’aide à la création d’entreprises (du ressort du Land) et l’aménagement d’une fiscalité favorable à la succession (du ressort du Bund où, via ses diverses représentations, la Bavière mène un lobbying actif).

26La quatrième étape s’enclenche dans les années 1980. Elle est dédiée à la recherche et aux technologies. La croissance économique du site étant bien engagée, il s'agit désormais de la stabiliser et, plus encore, de renforcer la compétitivité des entreprises à la fois dans les secteurs forts et dans les domaines clefs pour l'avenir. Ce sont donc essentiellement la construction mécanique et l'automobile, l'électronique et, dans une moindre mesure, l'industrie chimique qui bénéficient de ce nouvel axe de la politique bavaroise. En outre, la Bavière, soucieuse d’entretenir l'attractivité de son site naturel, soutient les technologies de l'environnement (dont le secteur mesures et asservissement), contribuant ainsi à hisser l'Allemagne en position de leader mondial. Plus globalement, la Bavière, déjà fortement internationalisée, cherche à valoriser ses atouts en les catalysant : une forte densité de PME innovantes car proches du marché et capables d'intégrer de nouvelles technologies dans des produits traditionnels ; un réseau tout aussi dense d'universités et de laboratoires de recherche, dont les Instituts Fraunhofer qui sont le relais recherche du Mittelstand, et qui favorisent les transferts de technologies vers les entreprises locales. La politique de recherche et technologie des années 1980 se concentre d'autant plus volontiers sur les PME que la Loi de 1974 sur le soutien au Mittelstand, modifiée en 1986 (et actuellement en cours de révision) poursuit expressément un objectif d'incitation à l'innovation.

27Cinquième étape : dans les années 1990, la Bavière poursuit cette politique d’excellence avec des prolongements nouveaux, plaçant le high-tech au cœur de « l’Offensive Avenir ». Cette sorte de Stratégie de Lisbonne avant l’heure part du constat que l'Allemagne et la Bavière doivent d’urgence combler leur retard sur le Japon et les Etats Unis. L’Etat bavarois déplace donc, mais sans rupture, les axes stratégiques de sa politique de développement des produits à technologie moyenne ou avancée vers les technologies de pointe, pour l'essentiel : TIC, technologies de l'environnement, biotechnologies, nouveaux matériaux et mécatronique. Mais ces secteurs particulièrement intensifs en R&D exigent de la part de l'ensemble des pouvoirs publics un effort budgétaire supplémentaire.

28Or il ne peut être question de financer cette stratégie sur le budget du Land et des communes, leurs recettes fiscales ayant baissé de façon drastique au cours de la décennie. Le gouvernement bavarois refuse en outre tout accroissement de l'endettement car il enclenche dans le même temps sa consolidation budgétaire : lors de la présentation du 1999/2000 du Land à la fin janvier, le ministre des Finances Kurt Faltlhauser (il occupe toujours ce poste), annonçait que la Bavière se fixait pour objectif de renoncer progressivement à tout nouvel endettement d'ici 2009. Il s'agissait moins, pour la Bavière, de respecter les objectifs du Pacte de stabilité à la veille de l’adoption de la monnaie unique (bien que le bavarois Theo Waigel, ministre fédéral des Finances, démontre à la même époque son respect des critères de Maastricht), que de ne pas renier ses propres préceptes économiques. Le maître d'œuvre du « miracle économique », Ludwig Erhard, fut en effet le premier ministre de l'Economie de la Bavière avant d'être chancelier, se plait on à rappeler en Bavière. La rigueur porte ses fruits : depuis 2006, le budget bavarois est équilibré, et la Bavière est la première collectivité territoriale à renoncer au déficit depuis 30 ans, se plait à rappeler son ministère des Finances. Cette politique lui permet d’avoir aujourd’hui (2007) le taux d’investissement le plus élevé d’Allemagne : 12,7 % (à titre de comparaison : la moyenne des Länder ouest allemands, hors villes-Etat, s’élève à 10,1 %). Et le plus faible endettement par habitant, avec 1 849 € seulement à la fin 2006 (la moyenne des Länder se situe à 5 822€).

29Pour financer son « Offensive Avenir », la Bavière avait lancé dès 1994 un ambitieux programme de privatisations en deux tranches, dont le fruit sert en priorité à amorcer l'investissement grâce au développement de la recherche, de la formation/qualification et, bien sûr, grâce aux créations d'entreprises situées au cœur des transferts de technologie. Ont ainsi été vendues notamment les parts que l'Etat détenait dans Bayernwerk AG, DASA ou Rhein-Main-Donau AG. Au total, près de 3 milliards € ont ainsi été dégagés sur la période 1995-2000 et attribués selon le principe de l'aide à l'auto assistance. Le tiers de cette somme était destiné à la seule recherche scientifique (réacteur nucléaire scientifique de Garching, établissements supérieurs d'enseignement et de recherche, instituts Fraunhofer).

Les fondations de l’excellence

30L’effort continu de reconversion repose sur une gestion ‘de bon père de famille’ visant à construire l'avenir sur des fondations qui ont fait leurs preuves. Encore fallait-il construire ces fondations. Au fil du temps, plusieurs chantiers ont ainsi été ouverts, soit en accompagnement de la politique industrielle, soit pour en construire le cadre. Ils s’agit de politiques conséquentes de développement structurel régional, de diversification énergétique, de désenclavement en matière d’infrastructures de transport et de valorisation permanente du capital humain.

31Depuis la fin de la guerre, la Bavière bénéficie de plusieurs grands programmes de développement structurel régional. Jusqu’en 1993, elle était bénéficiaire des mécanismes horizontaux de solidarité du fédéralisme financier : au titre de ce Länderfinanzausgleich, elle a perçu au total 9 milliards € (en équivalent de pouvoir d’achat 2006), avant de devenir elle-même contributrice (elle a versé depuis plus de 24 milliards €). La Bavière a également bénéficié des fonds de la Mission Commune Bund/Länder (Gemeinschaftsaufgabe) destinés à lisser les disparités territoriales.

32Et elle bénéficie toujours des fonds structurels européens (développement des régions rurales, reconversion des sites industriels), quoique dans une moindre mesure aujourd’hui. Géographiquement, ceux-ci se concentrent principalement sur l'arrière-pays de l'ex-frontière interallemande (aujourd'hui limitrophe de la Thuringe et de la Saxe), ainsi que le long de la frontière tchèque ; le Rideau de Fer avait coupé ces régions de leurs zones d’échanges orientales sur 750 km. A l'origine, ces aides étaient surtout destinées à y freiner l'exode économique consécutif à la fermeture des frontières du bloc de l'Est ou à y redynamiser le tissu économique restant. Aujourd'hui, il s'agit de soutenir les entreprises dans un contexte de concurrence nouvelle dû à l'ouverture des frontières en 1990, puis à l’élargissement de l’Europe. Certes, les activités ont connu un boom économique après cette normalisation, mais elles se sont trouvées confrontées à des difficultés d'un nouvel ordre, liées au retrait des forces militaires alliées, à la concurrence accrue de pays à bas salaires comme la République tchèque, et à la problématique spécifique aux branches prépondérantes dans ces régions (textile/habillement, porcelaine et verrerie). Les programmes de soutien ont donc été maintenus.

33Au total, sur la période 1990-97, cette ex zone frontière a bénéficié de quelque 2,5 milliards € (fonds structurels européens, prêts et subventions versés par le Land, prêts au titre du programme de soutien au Mittelstand). Sur la période 2000-2006, les seuls fonds européens (essentiellement des fonds EFRE alloués au titre de l’Objectif 2) destinés à ces régions se sont élevés à 560 millions € ; sur la période 2007-2013, 576 millions € sont programmés, dont 84 millions € pour la zone à la frontière tchèque. A cela s’ajoutent les divers mécanismes de soutien bavarois ou fédéraux, dont le programme bavarois « de mise à niveau pour l’UE » (EU-Ertüchtigungsprogramm) doté de 100 millions € et qui se résume pour l’essentiel à des aides incitatives : jusqu’en avril 2004, 52 millions € de subventions avaient été versés, générant des investissements d’un total de 340 millions € (Bayern und die EU-Osterweiterung, 2004).

34Mais cette politique de soutien à l’émergence de nouvelles activités a aussi connu des dérives par le passé. L’exemple le plus patent en est le cas des aciéries Neue Maxhütte (Rosenberg) dans les années 1990. Pour la Bavière, il s'agissait de préserver des emplois dans le Haut Palatinat, où ces aciéries étaient alors l'employeur presque exclusif ; condamner l'entreprise à la fermeture eût signifié le chômage pour quelque 10 000 salariés. Face à cette urgence sociale, le gouvernement avait accepté de faire une entorse à sa doctrine, se laissant entraîner dans une spirale de subventionnement, finalement jugée contraire aux lois de la concurrence par la Cour européenne de Justice. Entre-temps, le Haut-Palatinat a opéré sa reconversion, et la Maxhütte a fermé en 2002.

35Parallèlement à sa reconversion économique, le Land lance une politique énergétique offensive de diversification, les gisements bavarois de lignite, charbon, gaz naturel et pétrole étant largement insuffisants pour couvrir les besoins énergétiques décuplés par son industrialisation au cours des années 1960. De 1970 à 1996, la consommation d'énergie primaire a pratiquement doublé, passant de 1 176 à 2 021 PJ. Elle n’a plus guère varié depuis (en 2001, elle était de 2 090 PJ seulement), du fait notamment de la rationalisation de la production industrielle (elle consommait 20 % de l’énergie bavaroise en 2003). En 2003, la consommation de l’industrie (8 688 tonnes équivalent charbon) était retombée en dessous de celle de l’année 1965 (9 021) après avoir atteint son point culminant en 1973 (11 613). En la matière, la Bavière ne déroge pas à la tendance globale de l’Allemagne. Pour assurer son approvisionnement énergétique, la Bavière a dû construire des infrastructures pétrolières (années 1960). Aujourd'hui, le Land, qui importe 100 % de son pétrole, est raccordé au pipeline d'Europe centrale (de Gênes à Ingolstadt), et à la liaison transalpine (des pays de l'OPEC à Ingolstadt et au-delà via Trieste), qui acheminent le pétrole vers les quatre raffineries bavaroises, dont trois sont situées à Ingolstadt et alentours, et l'une à Neustadt sur le Danube. Ensuite, dans les années 1970/80, la Bavière développe son réseau de gazoducs, se raccordant notamment au réseau européen de distribution.

Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises 1955-2003 a)
(principales sources en  % du total brut)

Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises 1955-2003 a)(principales sources en  % du total brut)

Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Energiebilanz Bayern, 2006 (www.bayern.de). a) et des centrales de la DB Energie AG à partir de 2000 ; les compagnies publiques bavaroises produisaient 92,7 % de l'électricité bavaroise en 2003 (14 508 MW) ; b) houille, lignite et autres.

36Après le choc pétrolier, la Bavière mise sur le nucléaire. Aujourd'hui, avec une part de près de 70 % d'énergie d'origine nucléaire, la Bavière est le premier site producteur d’Allemagne (où la part du nucléaire dans l’Energiemix n’est que de 27 % au total). Elle présente de grandes similitudes avec la France, avec laquelle elle entretient des relations de coopération étroites (projet EPR). Alors que, sous le premier gouvernement Schröder, l’Allemagne signait l’abandon du nucléaire, la Bavière y est toujours restée opposée. Et alors que, depuis l’arrivée au pouvoir de la Grande coalition et, surtout, la montée des risques pesant sur la sécurité de l’approvisionnement en gaz et pétrole importés comme la négociation sur la réduction des gaz à effet de serre, la question du nucléaire est remise à l’ordre du jour, la Bavière plaide activement pour le retour au nucléaire. Il en va de l’avenir de son approvisionnement en électricité, bien sûr, mais aussi et avant tout de la préservation de sa compétence technologique comme de celle de l’Allemagne en général.

37Dès 1978, soit 20 ans avant l’arrivée au pouvoir à Berlin de la coalition SPD/Verts du chancelier Schröder, la Bavière lance un vaste programme de développement des énergies renouvelables. A la fin du siècle, la Bavière fournissait la moitié de l'approvisionnement allemand (total : 26 milliards de kWh) en énergies renouvelables. Les centrales hydrauliques s’y taillent la part du lion avec deux tiers de la production totale ; il est vrai que la Bavière est, à cet égard, privilégiée par sa topographie montagneuse. L'exploitation des autres ressources, pourtant largement subventionnée, n'est guère rentable encore. Si la Bavière reste tributaire de ses importations de matières énergétiques fossiles, elle est désormais largement autonome, voire exportatrice, en ce qui concerne l’hydraulique et, surtout, le nucléaire.

38Le troisième axe est une politique des transports au long cours, qui atteint aujourd'hui son double objectif : le désenclavement et l'internationalisation du Land d'une part ; d'autre part, l'aménagement régional du territoire par rééquilibrage des zones d'activité entre agglomérations et zones à faible activité (principe de l'équité des conditions de vie).

39Coupée de ses voies de communication orientales par le Rideau de fer, la Bavière a dû développer ses infrastructures vers l'Ouest. Le canal Rhin Main Danube a ouvert un accès vital à l'axe industriel rhénan et à la Mer du Nord, tout en revitalisant les vallées du Main, du Danube et de ses affluents. Depuis l'ouverture des pays de l'Est, puis leur intégration dans l’UE, la Bavière retrouve sa place historique de zone d'échanges entre l'est et l'ouest de l'Europe. Mais il lui reste à convaincre les écologistes de la nécessité de rendre navigable une portion du Danube dans la région de Passau pour parachever la liaison mer du Nord-mer Noire. De même, le gouvernement Schröder ayant décidé de réduire considérablement sa participation budgétaire au développement des réseaux autoroutier et ferroviaire nationaux (Mission commune Bund/Länder), l’extension des réseaux bavarois par-delà les frontières du Land, notamment vers les nouveaux Länder et les Etats riverains de l’est a été retardée. Or la Bavière ne saurait rester « plaque tournante du commerce et des transports » sans une « infrastructure performante » des transports, s'insurgeait alors le ministre bavarois de l'économie. Aujourd’hui, sous le gouvernement Merkel, les investissements dans les infrastructures sont redevenues une priorité politique, d’autant que par ailleurs l’extension des réseaux ouest- et est-européens, de même que leur interconnexion ne souffre plus aucun retard (Bourgeois, 2004).

40Le second grand chantier de désenclavement a été le réaménagement/extension de l'aéroport de Munich, dont la première tranche s'est achevée en 1992. Il s'est traduit principalement par deux effets : d'abord un nouvel essor de l'internationalisation de l'économie bavaroise, grâce notamment à des liaisons directes avec les principaux pays partenaires de la Bavière, nécessaires également à l'expansion des principaux sites de foires-expositions bavarois (Munich, Nuremberg et Augsburg). Parallèlement en effet, les sites de Munich et Nuremberg se voyaient modernisés et considérablement agrandis. Ensuite, l'extension de l'aéroport Franz-Josef Strauss de Munich a eu un effet de dynamisation sur l'économie des agglomérations alentour, de Munich à Ratisbonne. Un deuxième terminal a été inauguré en 2003, et la construction d’une troisième piste d’atterrissage/décollage est à l’étude. Troisième chantier : après le réaménagement de la gare de marchandises de Munich-Riem et de la gare de triage de Munich-Nord pour rationaliser le ferroutage, la gare centrale de voyageurs de Munich a été replanifiée dans un concept intégré des transports ferroviaires, routiers et aériens (voyageurs et fret). Ces chantiers, financés par le Land, le Bund et les communes, ont permis à la Bavière de s'internationaliser et d'améliorer l'équilibre territorial des activités comme de l'emploi.

41Plus décisive encore pour la dynamique du site est la valorisation du capital humain. Pour faire face au défi de la mondialisation, la première des conditions requises est de « disposer d'une main d'œuvre hautement qualifiée, tant en volume qu'en excellence, et qui soit à même en permanence de développer par elle-même ses compétences, de les mettre en réseau, d'avoir une vision à la fois globale et intégrée de son activité et d'agir en conséquence », écrivait ainsi en 1992 August R. Lang, alors ministre bavarois de l'économie (Programm Standort Bayern 2000).

42Cet objectif nécessite une action à deux niveaux : d'une part, pour l'ensemble de la main-d'œuvre, le maintien d'un haut niveau de qualification grâce à un système performant d'enseignement général comme de formation professionnelle initiale et continue. Si la formation générale bavaroise, qui continue de valoriser les disciplines fondamentales et les humanités, est unanimement considérée comme la meilleure d'Allemagne, le bât blesse en matière de formation professionnelle. Trop de jeunes bavarois en effet entament des études universitaires. Or cette 'sur-universitarisation' mène à une inadéquation avec le marché du travail et se révèle génératrice de chômage. Pour y remédier, la Bavière a mis en place, entre autres mesures, un ambitieux programme d'extension du dispositif des Fachhochschulen qui créent des passerelles entre formation professionnelle et enseignement supérieur et permettent d'acquérir une qualification professionnelle supérieure. Parallèlement, le gouvernement sensibilise les acteurs de la formation professionnelle (artisanat, chambres de commerce et d'industrie, entreprises) au développement de la formation continue, selon deux axes principalement : les nouvelles technologies et l'international.

43D'autre part, la stratégie d’excellence exige un effort de formation d'élites dirigeantes. Or si, depuis le début du siècle, cette question est à l’ordre du jour des réformes allemandes de l’enseignement supérieur, la notion même de formation d'élites a longtemps constitué un profond tabou, que la Bavière s’est fait fort de briser. Ainsi, en avril 1999, une école internationale de management ouvrait ses portes à Munich : la Bayerische Elite-Akademie, accueillant une trentaine d’étudiants triés sur le volet, suivis chacun par un tuteur parallèlement à leurs études à l'université (sciences, économie, et sciences de l'ingénieur). L'originalité de cet établissement consiste dans sa complémentarité (les enseignements sont dispensés durant les vacances semestrielles) et dans son financement par les entreprises (dont BMW et Siemens). Cette création avait pour but de donner un signal fort pour résoudre un urgent problème qui affecte l'ensemble de l'économie allemande et plus encore celle de la Bavière : la relève des générations dans le Mittelstand. Nombre de ces PME familiales, créées après la guerre, sont aujourd'hui confrontées au problème des successions et cela, alors même que la concurrence internationale se renforce. Si de nombreuses petites entreprises sont ainsi menacées de fermeture faute de successeur, dans le même temps, une vague d'essaimage se dessine dans les grands groupes qui, en externalisant des pans entiers de leurs activités, créent de nouvelles entités, plus petites. Et entretiennent la demande d’excellence.

L’axe stratégique du second millénaire : dynamiser l’excellence dans la société du savoir

44Le programme Allianz Bayern Innovativ, lancé en 2006, prolonge l’Offensive Avenir engagée en 1994 et son dernier volet (Offensive High-Tech) qui, sur la base des acquis en termes de compétitivité industrielle, mêlait trois axes : le développement des infrastructures et centres de compétences régionaux dans le domaine des technologies de pointe, leur mise en réseau et la poursuite de l'internationalisation du site. Elle était financée par le produit des privatisations (plus de 4 milliards € au total). Déjà, la logique de cette politique était de rassembler les initiatives pour les optimiser et en faire naître des synergies nouvelles. L’approche de l’actuel programme est inscrite dans la continuité, mais avec une inflexion nouvelle : « aujourd’hui plus que jamais, la politique économique doit se nourrir d’une réflexion en termes de ‘chaînes de création de valeur’ » (Allianz Bayern Innovativ, 2006).

45Cette politique repose dès lors sur deux piliers : une Cluster-Offensive qui vise à l’optimisation des 19 pôles de compétitivité sectoriels et high-tech existants grâce à leur mise en réseau virtuelle à l’échelle du Land et, parallèlement, le soutien au développement de pôles de compétences régionaux trans-sectoriels – version modernisée de la politique de cohésion régionale européenne habillée des couleurs du Land. La clef de cette approche : le programme Allianz Bayern Innovativ cherche à « impulser un processus ouvert d’auto-organisation… reposant sur la mobilisation des forces propres des acteurs économiques ». Le Land se contente de mettre à leur disposition des outils plus que des moyens budgétaires : les clusters disposeront d’un financement initial de 50 millions € au total sur cinq ans ; les pôles régionaux trans-sectoriels bénéficient des mécanismes classiques : aides à l’économie du Land et/ou fonds EFRE.

46L’Allianz Bayern Innovativ qui porte sur la période 2006-2011 a pour objectif d’accroître encore la compétitivité du site Bavière grâce à l’amélioration de la dynamique d’innovation, ²la hausse de la productivité et ce que le gouvernement bavarois appelle « le renforcement des attaches » liant les entreprises à leur territoire. Voilà, sous un habillage innovant, ni plus ni moins qu’une politique industrielle adaptée à une économie où la mobilité des facteurs joue un rôle déterminant. Le pivot en est le concept de réseau qui « garantit qu’une large partie de la chaîne de création de valeur restera en Bavière ». Il doit permettre de fidéliser les entreprises et secteurs les plus performants, ce qui permet en retour, une « communication offensive » sur les atouts du site aidant (voir www.invest-in-bavaria.de), d’attirer et de retenir les investisseurs étrangers.

Le dispositif de l’ex-Offensive High-Tech au cœur de l’actuelle Cluster-Offensive
L'Offensive High Tech (1995-2005) était dédiée aux technologies-clefs : TIC, biotechnologies, génie génétique, nouveaux matériaux et mécatronique. Le programme se composait de deux volets, étroitement imbriqués : valorisation de la recherche et transfert de technologies, promotion d'une approche entrepreneuriale. Ce n'est au fond que le prolongement de la traditionnelle chaîne de l'innovation bavaroise : la Bavière tient en Allemagne le record des Prix Nobel scientifiques, et elle tient le record des dépôts de brevets. Universités, Instituts Max Planck, Instituts Fraunhofer, Offices allemand et européen des brevets, industrie, PME/PMI, y ont toujours fait bon ménage.
Les instruments de cette politique vouée à la promotion de l'esprit d'entreprise en général, étaient de trois ordres. Avant tout, il s'agissait de sensibiliser l'opinion et de dispenser informations et conseils aux créateurs potentiels (foires-expositions spécialisées, sites Internet). Parallèlement se créaient les infrastructures d'accompagnement : centres communaux de création d'entreprises, plateformes technologiques, interfaces de transfert de technologies et, bien sûr, infrastructures de communication à haut débit ont été ainsi implantés dans les régions au plus près à la fois des centres de production et des pôles de recherche. Enfin, s’ajoutaient à cela trois programmes transversaux d’innovation et de transfert de technologies, de capital-risque et de coaching, respectivement : BayIP (Bayerisches Innovationsförderungs-Programm, promotion de l’innovation process ou produit), BayTEP (Bayerisches Technologie-Einführungs-Programm ; prêts aux PME désireuses de mettre en œuvre de nouvelles technologies dans leur production) et BayTOU (Bayerisches Programm zur Förderung technologieorientierter Unternehmensgründungen ; accompagnement des sociétés à haut risque dans le domaine des technologies grâce à des subventions et du coaching). Si ce dernier programme se poursuit, les deux premiers sont aujourd’hui fusionnés au sein d’un programme de soutien aux technologies : Bayerisches Technologieförderungsprogramm (BayTP).
C’est ainsi que sont nés la plupart des clusters que vise à soutenir la nouvelle politique du Land. Par exemple le pôle de Munich-Martinsried, leader allemand incontesté dans le domaine des biotechnologies (génie génétique et thérapie génique). Les infrastructures de recherche de cette ancienne BioRegio constituent le premier élément de la mise en réseau des compétences, avec les instituts Max-Planck (biochimie, neurobiologie et psychiatrie), le CHU de Großhadern, le laboratoire de génie génétique de l'université de Munich et l'Institut d'hématologie du Centre de recherche GSF sur la santé et l'environnement (centre Helmholtz). Se greffe sur ce pôle de recherche la plateforme d'innovation et de création d'entreprise de Martinsried (IZB), qui a également pour rôle d'attirer des entreprises du secteur. Le pivot de ce réseau est la BioMAG, une société créée ad hoc à Munich en 1997 (financée majoritairement par les entreprises) pour gérer les subventions et assister toutes les parties prenantes, du montage du projet à la création de l'entreprise. Enfin, élément indispensable au fonctionnement de ce réseau : la communication professionnelle et grand public. Munich s'est donc dotée en 1998 d'un International Life Science Forum. Cette BioMAG, qui œuvre sous le nom de BioM Biotech Cluster Development GmbH depuis le 01-09-2006, est aujourd’hui la tête de pont du cluster virtuel de biotechnologies qui relie le dispositif de Martinsried aux pôles biotech de Ratisbonne et de Franconie (Bayreuth, Erlangen Nuremberg, Würzburg). Il associe les deux universités de Munich (LMU et TUM), à celles de Würzburg, de Ratisbonne, d’Erlangen et de Bayreuth et au tissu des quelque 130 entreprises du secteur.

47Au cœur de cette nouvelle politique de compétitivité globale se trouvent les 19 clusters retenus à l’issue d’une série d’études. Ils sont classés en trois catégories. La première est celle des clusters high-tech (biotechnologies, aéronautique/spatial, TIC, technologies environnementales et médicales) ; il s’agit de ces pôles d’innovation dynamisés par l’Offensive High-Tech. La seconde catégorie rassemble des clusters centrés sur la production industrielle et les services liés : automobile, chimie, techniques sensorielles, énergie, agro-alimentaire, services financiers, logistique ou technologies ferroviaires – autrement dit, les points forts de l’économie bavaroise. La troisième catégorie, enfin, est celle des technologies transversales, le plus souvent encore en phase de recherche fondamentale : nanotechnologies, mécatronique, robotique et nouveaux matériaux.

48Cette nouvelle politique, toute fidèle qu’elle soit à la Stratégie de Lisbonne révisée de la Commission qui cherche à marier aujourd’hui politiques d’innovation et de cohésion au niveau des régions, n’en a pas moins été longuement mûrie. Elle repose sur le bilan des politiques précédentes, sur un benchmarking permanent, mais aussi sur des études prospectives consacrées à l’évolution de l’économie mondiale et à ses grandes tendances. Si l’institut ifo de Munich évalue à intervalles réguliers divers axes de la politique économique du Land, l’institut Prognos (Bâle) s’était vu confier la réalisation d’un audit (Bayern 2020 – Industrie-report) qui a largement inspiré les nouveaux choix du gouvernement bavarois. Il y rappelle que « la mission d’assurer la compétitivité relève en premier lieu des entreprises ». Le gouvernement ne peut agir qu’à deux niveaux : en veillant à ce que l’environnement des activités et, surtout, de l’investissement, soit porteur (mais les Länder partagent cette tâche avec le Bund) et en proposant des programmes de soutien ciblés à l’investissement. Cette approche est, depuis toujours, celle des gouvernements de la Bavière. Sur cette base, l’institut Prognos avait formulé cette préconisation : « Plus importantes que les programmes de soutien ciblés destinés à certaines branches ou entreprises nous semblent des mesures contribuant à l’intensification de la mise en réseau des entreprises bavaroises, des centres de recherche scientifiques et des partenaires allemands et étrangers ».

49Les précédentes politiques d’innovation ont, semble-t-il, porté leurs fruits. La répartition géographique des divers pôles high-tech a rempli son objectif : valoriser les infrastructures existantes, garantir une répartition équitable des activités porteuses sur l'ensemble du territoire et promouvoir en les modernisant les bassins d'emploi. En même temps, comme les branches concernées constituent le cœur des activités du Mittelstand bavarois, principal créateur d'emplois, le marché du travail a été redynamisé par l'accroissement de la compétence et de la qualification de la main d'œuvre parallèlement à la création d'entreprises et d'emplois nouveaux grâce aux pépinières d'entreprises ou plateformes technologiques qui se trouvent au cœur du dispositif de transfert de technologies comme de R&D.

50Mais aussi performante soit elle, la Bavière ne peut pas se reposer sur ses lauriers alors que s’effectue la transition de l’ère industrielle à l’économie du savoir et que la globalisation et, encore plus l’élargissement de l’UE, influent sur le partage mondial et européen du travail. « Même si la Bavière reste bien positionnée en comparaison allemande, cela ne suffit plus pour assurer le développement durable de son économie », explique ainsi le ministère de l’Economie dans sa présentation de l’Allianz Bayern Innovativ.

51Voilà la nouvelle politique de cohésion de l’Etat libre de Bavière : mettre en valeur les acquis pour mieux les optimiser en les adaptant aux grandes mutations. L’Alliance Bayern Innovativ peut se contenter aujourd’hui de donner une impulsion au changement en cours, tout en respectant la nature ouverte et dynamique de ce processus. Depuis toujours établie sur le principe de subsidiarité, la politique structurelle bavaroise avait permis la genèse d’une culture de l’innovation permanente. Si cette politique s’est caractérisée et se caractérise toujours par un volontarisme unique en Allemagne, elle n’en respecte pas moins l’initiative des acteurs économiques sans laquelle elle resterait lettre morte. La Bavière, bastion de l’orthodoxie du libéralisme organisé allemand, s’est mise à moderniser sa tradition de l’action concertée et du pilotage global. Si le rôle de l’Etat a toujours consisté à créer un climat favorable à l’effort collectif d’innovation, à la course à l’excellence de chacun des acteurs, la Bavière cherche aujourd’hui à mieux entretenir encore que par le passé ce cercle vertueux propice à la croissance et à l’emploi comme à l’innovation permanente : la mise en réseau des compétences, qu’elles soient humaines, sectorielles ou régionales, est l’approche unanimement considérée comme la mieux adaptée à l’économie de la connaissance.

52Le ‘miracle économique’ bavarois n’a jamais correspondu à une quelconque ‘vision’. Il est la résultante d’une dynamique cumulative que l’ensemble des acteurs a établie de concert, dans le contexte d’une étonnante continuité qui a permis au ‘modèle’ bavarois de s’adapter en permanence aux mutations. Or cette dynamique repose sur la conviction profonde qu’on ne peut construire l’avenir que sur des fondations durables. C’est cela que traduisait, sur un mode plutôt folklorique, le slogan de « l’alliance entre l’ordinateur portable et la culotte de peau » des années 1990. Sur un mode plus politique, la commission d’experts indépendants présidée par le Prof. Herbert Henzler (un ancien de McKinsey Europe) et instituée par le gouvernement bavarois pour préparer son futur programme d’investissements (Zukunft Bayern 2020), le formulait ainsi dans son rapport remis le 20 avril 2007 : « Le principe directeur des recommandations pour un programme d’avenir établi sur le long terme est celui du développement durable ». Ce principe va bien au-delà de la protection de l’environnement. Il implique avant tout une politique budgétaire saine, des investissements conséquents dans la formation et la recherche, condition sine qua non pour la croissance, un environnement favorable à la natalité et, plus que tout, une approche positive et constructive des mutations induites par la globalisation.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bayerische Staatskanzlei, High-Tech-Offensive Bayern: Bilanz und Perspektiven, janvier 2006

Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft und Verkehr, « Programm Standort Bayern 2000 », Dokumentationen, n° 3/92

Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Verkehr und Technologie, Zwei Jahrzehnte Bayerisches Mittelstandsförderungsgesetz (actes de colloques, volume 20, 1995)

Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, Mittelstandsbericht 2005

Bayerisches Staatsministerium der Finanzen, Bayerns Finanzen – ausgezeichnet!, avril 2007

Bayern 2020 – Industriereport. Analysen Trends, Prognosen, rapport réalisé par Prognos AG pour le compte du ministère bavarois de l’Economie, 2006

Blanc C., Pour un écosystème de la croissance. Rapport au Premier ministre, Assemblée Nationale, Paris, 2004

Bourgeois I. et Guiot C., « SIEMENS AG : de l’innovation à la performance globale », Regards sur l’économie allemande, n° 70, mars 2005

Bourgeois I., « Quelles infrastructures pour la Bohème au cœur de l’Europe ? », Regards sur l’économie allemande, n° 66, mai 2004

Hertrich S. et Mayrhofer U., « Audi AG: un succès signé made in Germany », Regards sur l’économie allemande, n° 80, mars 2007

Hypo Vereinsbank, Fit für die Zukunft ? Die Bundesländer im Vergleich, avril 2007

Institut der Deutschen Wirtschaft, Viertes Bundesländerranking, septembre 2006

« L'économie de la Bavière », La Documentation française, Notes et études documentaires, 26-07-1971 www.invest-in-bavaria.de

Zukunft Bayern 2020, rapport du groupe d’experts présidé par le Prof. Herbert Henzler, avril 2007.

Notes de fin

1 Version revue et augmentée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 40, mars 2000.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre La Bavière – chiffres-clefs 2005
Légende Sources des données : ministère de l'Economie, de l’Infrastructure, des Transports et des Technologies de la Bavière (état : août 2006 ; www.stmwirt.bayern.de/pdf/wirtschaft/Bayerns_Wirtschaft_in_Zahlen_dt.pdf), sauf Part des secteurs dans la création de richesse en RFA (www.invest in hessen.de) et Exportations, importations, taux d’exportation de l’industrie (données 2004 : ministère de l'Economie, de l’Infrastructure, des Transports et des Technologies de la Bavière, Wirtschaftsstandort Bayern. Kraftzentrum in der Mitte Europas, septembre 2005. a) en 2001 ; b) données administratives.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Source des données : Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, en coopération avec l’institut ifo, Industriebericht Bayern 2006, 10/2006.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Diversité de l’industrie bavaroise et son apport à l’industrie allemande – quelques exemples (2005)
Légende Source des données : Bayerisches Staatsministerium fur Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, en cooperation avec l’institut Ifo, Industriebericht Bayern 2006, 10/2006. a) Production ; transformation : 20 %.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Production d'électricité par les compagnies publiques bavaroises 1955-2003 a)(principales sources en  % du total brut)
Légende Source des données : ministère bavarois de l'Economie, des Transports et des Technologies, Energiebilanz Bayern, 2006 (www.bayern.de). a) et des centrales de la DB Energie AG à partir de 2000 ; les compagnies publiques bavaroises produisaient 92,7 % de l'électricité bavaroise en 2003 (14 508 MW) ; b) houille, lignite et autres.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande.

© IFAEE, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search