Version classiqueVersion mobile

Allemagne : compétitivité et dynamiques territoriales

 | 
Isabelle Bourgeois

II – Portraits de Länder

Rhénanie du Nord-Westphalie : reconversion du charbon au high tech

Isabelle Bourgeois

Résumé

La Rhénanie du Nord-Westphalie – première économie régionale d’Allemagne – est toujours le premier site producteur d’acier outre-Rhin. Comment pourrait-il en être autrement de cette région qui fut le berceau de l’industrialisation allemande ? Mais c’est aussi un des sites les plus tertiarisés et qui, de surcroît, talonne la Bavière en matière d’innovation. Elle a connu comme cette dernière une longue et profonde transformation. Mais si la Bavière, en un petit demi-siècle, est passée de l’agriculture à l’industrie, puis au high-tech sans négliger son artisanat, la Rhénanie du Nord-Westphalie a suivi un cheminement quelque peu différent, misant sur ses infrastructures, mais aussi sur l’image porteuse que lui confère une concentration unique de médias1.

Texte intégral

1La Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen, NRW) est un poids lourd. Son PIB (501 milliards € en 2006) la place avant les Pays-Bas voisins (528 milliards €). Avec un bon cinquième du PIB allemand (22°%), la NRW est le premier Etat d’Allemagne, avant la Bavière (près de 18 %) et le Bade-Wurtemberg (14,6 %) – voilà, en termes de richesse, le trio de tête des sites allemands. La Hesse, en quatrième position, ne ‘pèse’ que 9 % dans le PIB de la RFA. Elle compte 18 millions d’habitants, soit un cinquième de la population allemande.

2D’une superficie moyenne (34 000 km2), soit un petit dixième du territoire allemand seulement, elle est très densément peuplée avec 530 habitants au km2, contre 230 pour la RFA. Mais cette moyenne masque de très fortes disparités territoriales : le nord-est du Land, par exemple, est très faiblement peuplé, alors que dans la seule conurbation de la Ruhr, le cœur industriel du Land, on recense 6 millions d’habitants, soit en moyenne 2 200 habitants au km2. Dans la ville de Herne, non loin de Dortmund, la densité atteint son maximum : 3 385. On dénombre 11 villes de plus de 200 000 habitants dans le Land, dont six de plus d’un demi million d’habitants : Bochum (579 000), Bottrop (589 000), Cologne (968 000), Duisburg (512 000), Düsseldorf (capitale de la NRW, 571 000) et Essen (592 000). Toutes sont situées dans la Ruhr, sauf Düsseldorf et Cologne.

3Frontalière des Pays-Bas au Nord et de la Belgique à l’Ouest, la NRW se caractérise par une grande diversité régionale qui trouve son reflet jusque dans le nom du Land, créé après la guerre par la juxtaposition du nom de deux des trois provinces réunies dans ses frontières. Celles-ci correspondent schématiquement à autant de grands ensembles à la fois géographiques, culturels et économiques :

  • la Rhénanie à l’ouest, dont la culture (catholique) et l’économie sont déterminées par l’axe sud-nord du Rhin et la proximité des ports d’Anvers et, surtout, de Rotterdam. Elle s’étend de Bonn à Duisburg jusqu’à la frontière hollandaise, en passant par Cologne et Düsseldorf. Son économie : commerce, finance, logistique, industrie ;

  • au nord-est, la Westphalie, faiblement peuplée, et où se mêlent protestantisme (Gütersloh) et catholicisme (Münster, Paderborn). Dans cette région à dominante agricole émerge la ville de Gütersloh, fief des groupes Miele et Bertelsmann ;

  • au centre, orientée est-ouest (de Dortmund à Duisburg, où se rejoignent Ruhr et Rhin), la vallée de la Ruhr, très densément peuplée, industrieuse et protestante. C’est là le vieux bassin industriel (charbon, acier, chimie, textile) de la NRW qui se prolonge au sud dans la vallée de la Wupper, berceau historique de la métallurgie (Solingen), du textile et de la chimie (Bayer). Cette région est aujourd’hui fortement tertiarisée et orientée high-tech.

NRW : concentration des activités sur le Rhin et la Ruhr

NRW : concentration des activités sur le Rhin et la Ruhr

4En termes de poids économique, d’infrastructures de production comme de recherche et de potentiel d’innovation, la Rhénanie du Nord-Westphalie présente de fortes similitudes avec la région Ile-de-France. Düsseldorf, située sur le Rhin en amont du confluant Rhin-Ruhr, est l’un des principaux centres allemands de la finance et de l’assurance, et une importante plateforme logistique.

5Cœur industriel de l’Allemagne d’avant la guerre, ce qu’il restait de son industrie lourde après 1945 fut d’abord démantelé avant d’être reconstruit et redynamisé, grâce notamment au Plan Marshall. Puis, après la crise du charbon et de l’acier qui s’amorce à la fin des années 1950, l’économie du Land s’est modernisée et diversifiée. A la suite du premier choc pétrolier, elle se tertiarise. Dans les années 1980, le Land mise sur une ‘révolution’ tertiaire un peu particulière à ses débuts : du charbon au show biz via les médias. La greffe a pris, et la tertiarisation trouve aujourd’hui ses prolongements dans les technologies de pointe. La structure par grands secteurs de l’économie du Land est désormais identique à celle de l’Allemagne : en 2005, les services y représentaient 70,1 % du PIB (69,7 % en moyenne allemande) et l’industrie au sens large 29,3 % (taux identiques). Si la NRW demeure un poids lourd industriel, elle n’est plus le site industriel allemand par excellence : ce rang revient désormais au Bade-Wurtemberg et à la Bavière.

Aperçu sectoriel de l’industrie et des services en Rhénanie du Nord-Westphalie

Aperçu sectoriel de l’industrie et des services en Rhénanie du Nord-Westphalie

Source des données : Jahreswirtschaftsbericht NRW 2007. a) chiffre arrondi ; b) les données sur les échanges ne distinguent pas entre ces deux catégories ; c) ce tableau ne contient que les catégories les plus importantes.

Entre Ruhr et Wupper : le berceau de la culture industrielle et sociale allemande
La région entre la Ruhr et la Wupper, de culture protestante, l’un des creusets historiques de la métallurgie et de la mécanique allemandes, fut le berceau de l’industrialisation de l’Allemagne. Un groupe comme Mannesmann en est l’une des entreprises emblématiques. En 1886, les frères Mannesmann, issus d’une famille de forgerons de Remscheid, et qui possèdent une manufacture réputée de limes, déposent un brevet fondamental pour l’avènement de l’ère industrielle : il porte sur un procédé permettant de produire des tubes d’acier sans soudure. Ce procédé a trouvé d’innombrables applications : dans l’ameublement (le fauteuil Bauhaus de Mies van der Rohe) ou l’urbanisme (des mâts des lampadaires aux conduites d’eau potable ou systèmes d’égouts), sans oublier les transports (vélocypèdes, pièces pour les moteurs automobiles, chaudières de locomotives ou de paquebots) ni la chimie (récipients) et l’industrie pétrolière (pipelines)...
Cette entreprise, comme tant d’autres dont l’essor remonte à l’époque bismarckienne, participe de cette culture d’engagement social qui a mené à la genèse du système allemand de protection sociale. Les Mannesmann, Krupp, Thyssen, Bayer, etc., créent dès la fin du XIXe siècle leurs propres caisses d’assurance maladie ou d’épargne retraite et vont jusqu’à construire des logements et des hôpitaux pour leurs salariés. Nombre de ces institutions existent toujours, comme les hôpitaux Krupp à Essen.
Indépendamment de ces entreprises se créent, dans le contexte de cette culture sociale, des caisses d’assurance maladie, comme la Barmer Ersatzkasse (BEK), née à Barmen, localité vouée au textile (passementerie), à la métallurgie et à la chimie comme sa jumelle d’aujourd’hui, Saint-Etienne, et qui fut intégrée dans la municipalité de Wuppertal lors de la constitution de celle-ci au tout début du XXe siècle. C’est à Barmen que Friedrich Bayer (1825-80) inventa notamment les colorants à l’aniline, avant de créer l’entreprise à laquelle il donna son nom, et dont le site est depuis à Leverkusen, au bord du Rhin, près de Cologne. C’est à Barmen également qu’était né Friedrich Engels.
Dans l’immédiat après-guerre, l’industrie lourde entre Ruhr et Wupper est le théâtre d’une coalition d’intérêts entre Alliés occidentaux et syndicats renaissants autour de la démocratisation de l’économie, et qui débouche, en 1951, sur la « Loi accordant aux salariés le droit de cogestion dans les conseils de surveillance et les comités directeurs des entreprises minières et sidérurgiques » (Montanmitbestimmungsgesetz). Cette région est ainsi également le berceau historique de la cogestion au cœur du « modèle rhénan » et fief des traditions syndicales qu’incarne toujours, mais dans une version modernisée, un syndicat comme IG Metall. Il va sans dire que ces mêmes traditions sont au fondement de la social-démocratie dont la Rhénanie du Nord-Westphalie est pareillement l’un des berceaux, et qui a vu évoluer la doctrine du SPD lors du congrès de Bad Godesberg en 1959.

6Contrairement à l’époque où le Land avait l’image d’un « pays noir », il présente aujourd’hui des atouts environnementaux, touristiques, indéniables et fortement valorisés. En qualité de vie, facteur d’importance stratégique pour une économie tertiaire, même le bassin de la Ruhr n’a plus rien à envier aux Länder du Sud. La NRW est même le leader allemand en termes d’offre culturelle, sportive et de loisirs, rassemblant un quart des entreprises (24 % en 2004) du secteur recensées en RFA et du chiffre d’affaires réalisé (25 %).

Une industrie aujourd’hui tertiarisée

7En quarante ans, la Rhénanie du Nord-Westphalie a connu une rapide tertiarisation. La reconversion d’une économie à monoculture industrielle (charbon, sidérurgie, chimie) au sortir de la guerre, accélérée à partir des années 1980, s’est traduite par un recul de 28 % de l’emploi industriel en vingt ans, sans toutefois aboutir à une désindustrialisation. Au contraire, le développement des services recouvre en réalité une rapide tertiarisation de l’industrie : l’emploi dans les services aux entreprises a crû de 85 % durant la même période. C’est là le fruit d’une longue politique de reconversion qui a su mettre à profit à la fois les richesses existantes et le mouvement général des mutations structurelles : la localisation des entreprises industrielles s’effectuant au plus près des gisements de services, et les prestataires de services s’implantant à proximité des concentrations industrielles et des nœux de communication.

8Car les services ne se sont pas constitués ex nihilo dans ce Land dont une ville (Bonn) fut la capitale de la RFA d’avant la réunification, accueillant entre autres le ministère fédéral des PTT dont sont issus au milieu des années 1990 la Deutsche Post AG et la Deutsche Telekom AG, et autour duquel s’était constitué au préalable un tissu d’activités liées soit à la logistique, soit aux télécommunications. Dans le seul segment du transport et des télécommunications, le Land réalise la moitié (49 % en 2004) du chiffre d’affaires de la République fédérale.

9La Deutsche Bahn AG, privatisée depuis une bonne décennie, a maintenu son siège à Bonn ; cela contribue à expliquer pourquoi les activités de fret ferroviaire du Land représentent le tiers du total allemand (29,1 % en 2005). Par ailleurs, les secteurs industriels dominants dans le Land sont non seulement largement tributaires du transport (ex. : automobile, chimie, métallurgie), mais sont également ceux qui ont développé les premiers une vision globale de la logistique (ex. l’automobile sous la pression des flux tendus). Petit à petit, les process de production se modernisant, les services liés à ces activités se sont constitués en grappe autour de ces pôles industriels, soit par essaimage, soit par création.

10L’essor des activités liées à la logistique a bénéficié aussi d’un réseau de voies de communications fluviales unique en Europe, développé au fur et à mesure de l’industrialisation du Land. Deux grands axes fluviaux, le Rhin et la Ruhr, relient les ensembles que sont la Rhénanie et le bassin de la Ruhr, et débouchent en aval sur la Mer du Nord (port de Rotterdam). S’y ajoute un étroit maillage de canaux reliant ces deux axes naturels aux ports d’Anvers, de Hambourg et, via le Schleswig-Holstein, au port de Kiel sur la Baltique. Près de la moitié du fret fluvial allemand (46,3 % en 2005) passe ainsi par le Land. Le port fluvial de Duisburg (www.duisport.de), au premier rang mondial (49,7 millions de tonnes de fret transbordées en 2006), se trouve ainsi à l’interconnexion des liaisons intermodales entre l’Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne, l’Irlande, les Pays-Bas et l’espace de la Mer Baltique. Il est actuellement en cours d’extension, sa situation au confluant Rhin/Ruhr le prédestinant à devenir une plateforme intégrée de logistique au cœur de l’Europe. Il offre ainsi par exemple, tous les jours ouvrables, une liaison ferroviaire automatisée (conteneurs et autres unités de transport intermodal) vers Vienne et Budapest.

11La Rhénanie du Nord-Westphalie dispose certes d’un avantage compétitif historique lié à sa position centrale dans le pentagone de compétitivité européen (la « banane bleue »). Mais son orientation d’axe ouest-est dans une Europe désormais élargie confère une valeur stratégique nouvelle aux liaisons autoroutières et ferroviaires reliant Paris à Varsovie via Aix-la-Chapelle, Cologne et Berlin. Cet axe, qui traverse notamment la conurbation de la Ruhr, et qui croise les grandes liaisons nord-sud, est intégré dans un réseau extrêmement dense d’infrastructures de communication. Avec 7 aéroports dont Bonn/Cologne (numéro un allemand et européen pour le trafic passager dans le segment low cost) et, surtout, Düsseldorf (3e d’Allemagne), le Land se situe en troisième position allemande en termes de trafic de passagers derrière la Bavière (aéroport de Munich, numéro 2) et la Hesse (Francfort, numéro 1), mais en seconde position après Francfort en ce qui concerne le fret aérien (693 millions de tonnes transbordées en 2005, soit 23,6 % du total allemand).

12Si le réseau routier est dense, avec 2 200 km d’autoroutes et 30 000 km de routes fédérales (l’équivalent de nos nationales), il n’en atteint pas moins aujourd’hui la limite de ses capacités, présentant des goulots d’étranglement chroniques aux principaux points d’interconnexion régionaux comme transeuropéens : périphérique de Cologne, échangeurs autoroutiers sur les axes Cologne/Francfort/Munich ou Aix-la Chapelle/Berlin... Quant au réseau de la Ruhr, emprunté par le transit transeuropéen, il est au moins aussi engorgé que celui de la région parisienne.

13La nécessaire extension du réseau routier du Land s’était longtemps heurtée à plusieurs obstacles. En premier lieu le manque de moyens à une époque où la priorité de la politique allemande des transports était la mise à niveau du réseau est-allemand et qui s’explique plus généralement depuis par l’endettement des budgets publics du Bund comme du Land. En second lieu, les contradictions flagrantes entre les objectifs environnementaux et les impératifs d’une politique des transports à l’appui de la compétitivité territoriale d’un gouvernement de coalition SPD/Verts au pouvoir dans le Land de 1990 à 2005. Les Verts ont ainsi longtemps bloqué divers projets stratégiques du SPD, notamment l’extension du réseau autoroutier et la construction d’itinéraires de délestage qu’implique la densité du trafic (quelque 100 000 véhicules par jour en moyenne sur les seules autoroutes). Il en fut de même de l’extension des aéroports internationaux de Düsseldorf et Bonn/Cologne, à la limite de leurs capacités, ou de celui de Münster/Osnabrück, plus au nord, à la frontière de la Basse-Saxe, voué aux liaisons interrégionales.

14Aujourd’hui, le contexte est devenu plus favorable à une modernisation des infrastructures : celle des Länder de l’est étant achevée, la priorité de la politique allemande des transports va désormais à leur aménagement à l’ouest ; dans une Europe à 27, la mise en œuvre accélérée du programme Réseaux transeuropéens de transports (TENT) de l’UE est une urgence ; et, sous la houlette du ministre-président Jürgen Rüttgers (CDU), le nouveau gouvernement CDU/FDP élu au printemps 2005 en NRW, les impératifs de développement économiques reprennent le dessus dans la politique du Land. Si le gouvernement fédéral CDU-CSU/SPD a décidé d’accroître la part des investissements consacrée aux infrastructures, suivi par les Länder, l’impératif de consolidation des finances publiques fédérales et régionales limite néanmoins l’effort budgétaire consenti. La NRW a ainsi programmé 1 milliard € pour l’extension de son réseau routier d’ici… 2015.

15La présence de Deutsche Telekom ou de l’ex-sidérurgiste Mannesmann auquel a succédé l’opérateur de télécommunications Vodafone (après son absorption en 2000, les activités sidérurgiques, dont les tubes d’acier sans soudure, ont été revendues, ces dernières à Vallourec), ont été un atout pour le développement des activités liées aux TIC dans le Land. D’autant qu’elles se sont cumulées avec une forte concentration de médias : le premier groupe de presse régionale allemand : Westdeutsche Allgemeine Zeitung (Essen), le groupe Bertelsmann (Gütersloh), la principale chaîne publique régionale allemande (Westdeutscher Rundfunk, dont le budget est équivalent à celui de France Télévisions), la radio nationale Deutschlandfunk et la radio internationale Deutsche Welle (toutes trois à Cologne). C’est d’ailleurs la municipalité de Cologne qui, la première, avait entrevu l’enjeu stratégique de dynamisation régionale que représentait l’audiovisuel lors de sa libéralisation au début des années 1980, et qui a attiré sur son site l’investisseur luxembourgeois CLT, partenaire historique du groupe Bertelsmann (fusionnés aujourd’hui dans RTL Group) dans la chaîne privée RTL. De proche en proche, la production s’est installée autour des diffuseurs, en attirant d’autres, transformant la NRW en l’un des deux principaux sites médiatiques avec la Bavière. Et, tous les ans, les professionnels de cette branche très polycentrique se rassemblent à Munich (Medientage München) en automne, à Cologne (Medienforum NRW) au printemps.

16Dès la fin des années 1980, sous la houlette de Wolfgang Clement (SPD), alors ministre de l’économie, puis ministre-président, le Land avait officiellement placé sa politique de reconversion industrielle sous le signe du show-business. Cela a longtemps prêté à sourire, mais l’image porteuse des médias a fini par se répercuter sur l’ensemble des activités du Land. Aujourd’hui, alors que l’Allemagne est le premier marché médiatique européen, un petit tiers (28,8 % en 2004) de sa production audiovisuelle est réalisée en NRW. C’est à Hürth, près de Cologne, qu’ont été produites les versions allemandes de Big Brother. La ville de Duisburg a servi de décor, à partir de 1981, aux aventures télévisées du commissaire Schimansky. Quant au massif de l’Eifel, il a été célébré par les films Heimat d’Edgar Reitz. La NRW est également leader en matière de production musicale, ce qui explique par exemple que les chaînes musicales comme Viva s’y soient installées lors de leur création. Il abrite nombre de grandes manifestations comme le festival Rock am Ring (sur le circuit du Nürburgring), le plus important d’Allemagne. Cette évolution, qui a tiré profit en outre d’une offre culturelle très riche, a renforcé l’attractivité du Land et contribué à entretenir une logique d’innovation, étayée depuis le milieu des années 1980 par une politique délibérée de développement des TIC et de tous les services liés à l’économie du savoir.

17Au cours de la dernière décennie du XXe siècle, la politique de reconversion du Land a changé d’orientation : il ne s’agissait plus tant de compenser les déficits de compétitivité par un soutien aux activités en déclin ou le lancement de grands programmes pour développer des secteurs nouveaux (comme ce fut le cas à l’origine de la politique volontariste d’un « saut technologique » : du charbon aux TIC). Mais il s’agissait au contraire de soutenir de manière ciblée le potentiel d’innovation et de compétitivité existant. Le soutien n’est donc plus ni territorial ni sectoriel, mais différencié et centré sur les activités ou pôles régionaux à fort potentiel. Cela se traduit par une politique d’offre visant la constitution et le grappage de ces clusters et passant par la mise en réseau des mécanismes d’information, des soutiens financiers, des programmes de formation, des acteurs économiques et des milieux de recherche. La politique de recherche à proprement parler s’inscrit dans cette politique structurelle globale dont elle est partie intégrante

18La NRW, quoique longtemps gouvernée par une coalition SPD/Verts, a donc poursuivi la même approche politique que la Bavière chrétienne-démocrate, sa principale concurrente parmi les Länder. Le changement de gouvernement ne modifie pas fondamentalement cette approche. La nouvelle coalition prolonge les orientations des gouvernements Wolfgang Clement ou Peer Steinbrück, l’actuel ministre fédéral des Finances qui, avant d’être ministre-président de NRW (2002/05) en fut le ministre de l’Economie, des PME, de la Technologie et des Transports (1998/2000) puis le ministre des Finances (2000/02). Les inflexions nouvelles qu’elle y apporte sont déterminées par un double impératif : l’effort accru d’innovation (technologies-clefs, développement des pôles de compétitivité, soutien aux PME…) et la consolidation des finances publiques (la dette du Land s’élevait à 115 milliards € en 2006, soit un peu plus de 7 600 € par habitant, ce qui place la NRW dans le haut de la fourchette des Länder moyennement endettés). C’est dans ce nouveau contexte, et à la faveur de la fin du Traité CECA, que le Land, le gouvernement fédéral et les partenaires sociaux ont conclu au début 2006 l’abandon définitif des activités d’extraction de houille en 2018.

19Cette politique visant à créer des synergies cumulatives, menée en application de la Stratégie de Lisbonne et ouvertement dédiée aux services dans la mesure où, dans ce Land plus qu’ailleurs, ils s’interpénètrent largement avec une industrie hautement moderne, se décline de plusieurs manières.

20Elle s’est manifestée d’abord, sous le gouvernement SPD/Verts, par la concentration des compétences administratives en la matière grâce à la création d’un ‘super-ministère’ de l’Economie et du Travail, en charge également des technologies et des qualifications. Le nouveau gouvernement CDU/FDP, tout en conservant une approche de synergies pour ses dix ministères, a reconfiguré leurs attributions pour mieux les adapter aux nouveaux objectifs. Questions économiques et sociales ont été séparées. Le ministère de l’Economie s’est vu adjoindre les PME et l’Energie, deux dossiers clefs actuels.

21La politique structurelle du gouvernement Rüttgers prolonge l’orientation que lui avait donnée son prédécesseur en matière de soutien aux PME. La banque publique régionale West-LB, rebaptisée NRWBank en 2004, et transformée en l’équivalent régional allemand de la Caisse des Dépôts française, s’est vu à cette occasion confier pour mission particulière l’accompagnement des PME, principalement des ‘gazelles’ (crédits, capital-risque, etc.) S’il s’agit de dynamiser l’innovation, il importe aussi d’assurer la relève puisque ce sont les PME qui créent de l’emploi, alors que les grandes entreprises réduisent leurs effectifs. Certes, 21 des 50 plus grands groupes industriels allemands ont leur siège dans ce Land, dont Bayer, E.ON, Ford, Hochtief AG, Miele, RWE ou ThyssenKrupp. Dans le segment commerce/distribution, le Land en compte 22, d’Aldi à Rewe en passant par Karstadt Quelle. Mais le tissu des entreprises est constitué à plus de 99 % de PME. En 2006, elles emploient 67,8 % des salariés, forment 82 % des apprentis du Land, et contribuent pour 42 % à la création de richesse – ce qui coïncide avec la moyenne nationale allemande.

22La NRW a également une lecture européenne de la reconversion régionale et du rôle des PME. Toujours dans le contexte de la Stratégie de Lisbonne, elle s’est associée à un réseau de coopération : Industrial Change Network (ICN), qui, depuis mai 2003, rassemble une vingtaine d’institutions régionales de soutien aux PME des Etats membres de l’UE. Ce réseau était né à l’initiative de l’association European Industrial Regions Association (EIRA), créée en 2002 par diverses régions de l’UE pour promouvoir « l’apprentissage tout au long de la vie » dans le domaine de la politique structurelle régionale. L’ICN, dont la réunion constitutive s’était tenue début juin 2003 à Ostrava en République tchèque, a pour objectif de mieux faire connaître à ses membres les best practices en matière de reconversion industrielle, d’innovation et de soutiens européens. En NRW, les programmes de ce réseau soutenu par l’UE et le Land sont coordonnés par le Bureau de Soutien aux activités industrielles et commerciales de l’artisanat : le Landes-Gewerbeförderungsstelle des NRW-Handwerks (www.lgh.de).

Mise en réseau des pôles d’innovation et de high tech

23Le cœur de la politique de reconversion consiste à mettre en réseau les pôles de dynamisme et d’innovation (clusters) de la Ruhr pour les relier en grappe. Elle associe tous les acteurs impliqués – des pouvoirs publics aux fédérations professionnelles en passant par les universités et centres de recherche et, bien sûr, les entreprises. Si cette approche est antérieure aux nouveaux objectifs de Lisbonne définis par la Commission et qui lient politiques d’innovation et de cohésion, elle n’en est pas moins largement inspirée dès l’amont, la NRW jouant un rôle très actif au sein du Comité des Régions qui doit fournir un rapport dressant l’état des lieux de sa mise en œuvre d’ici le Sommet de printemps 2008.

24Il s’agit pour le Land de créer une dynamique cumulative favorable à la croissance et l’emploi alors qu’il n’a pas encore totalement achevé sa restructuration (certaines zones urbaines ont des taux de chômage frisant les 20 %), mais qui dispose d’un énorme potentiel dans les domaines suivants : logistique, sciences du vivant, technologies des microstructures et nanotechnologies, énergie, services liées aux TIC, ou encore design, textile-habillement et éco-industries.

Un exemple de mise en réseau des compétences dans le design : Zeche Zollverein
Cette politique crée un maillage de proche en proche : Düsseldorf abrite le premier salon professionnel allemand de la mode, l’igedo et ses multiples avatars (www.igedo.de). Le Land de NRW a donc lancé une Initiative Avenir Textile (Zukunftsinitiative Textil NRW) qui s’inscrit dans le cadre d’une modernisation de la branche à l’échelle de l’Allemagne et se décline, dans le Land, sous la forme d’une offensive à destination des textiles techniques (www.zitex.nrw.de). Or parallèlement, Essen est un haut lieu du design, avec l’Ecole Volkwang et l’Université.
Le lien entre ces trois éléments et leurs divers prolongements est constitué par une opération qui, à première vue, leur semble plutôt étrangère : la réhabilitation du patrimoine architectural industriel. En l’occurrence, il s’agit de la réhabilitation d’un haut lieu de l’histoire minière d’Essen : du puits avec sa cokerie, Zeche Zollverein, désaffecté depuis la fin des années 1960. L’opération, qui bénéficie de fonds structurels européens au titre de l’objectif 2 (reconversion structurelle des régions en difficulté) depuis février 2002 et est subventionnée à hauteur de 61 millions €, consiste en la transformation de ces installations de plus de 100 ha en un parc d’activités entièrement dédié au design : avec manifestations culturelles, foires-expositions (il accueille depuis 2005 un forum mondial de design et d’architecture, Metaform), plateformes de transfert et centres de formation au design au sens large (www.zollverein.de).
Cet effort collectif du réseau d’acteurs s’est soldé par des retombées en termes d’image. Au printemps 2006, le Zeche Zollverein a été de surcroît classé par l’UNESCO parmi les sites du patrimoine culturel mondial et figure sur la Route européenne de la culture industrielle. La ville d’Essen, pour sa part, sera capitale culturelle européenne en 2010.

25L’approche en réseau se double de politiques sectorielles de R&D comme de transfert technologique, l’accent étant désormais mis sur ce dernier point avec le développement de partenariats public-privé. En matière d’innovation et de hautes technologies, la NRW talonne la Bavière, un des leaders européens. On y recense 58 universités (dont les très réputées Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn et Rheinisch-Westfälisch Technische Hochschule : RWTH) d’Aix-la-Chapelle, mais aussi le siège de la Conférence permanente des Présidents d’Université), 35 centres non universitaires de recherche (dont le Max Planck-Institut für Mathematik, des instituts Fraunhofer, Helmholtz et Leibniz, le centre de recherche spatiales DLRG ou le centre de recherches interdisciplinaire FZJ de Jülich), quelque 60 plateformes technologiques et une trentaine de centres de transfert technologique.

26Et pourtant, ce Land est en retard sur la Bavière et le Bade-Wurtemberg, où la R&D dépasse l’objectif des 3 % du PIB que s’étaient fixé les Etats membres à Lisbonne. Le nouveau gouvernement s’est donc fixé pour objectif de porter à au moins 3 % du PIB d’ici 2015 l’effort de R&D. Pour ce faire, il mène sa politique d’innovation sur deux fronts. D’une part, dans la continuité de la politique précédente, les programmes de transfert technologiques et de recherche incrémentale directement liés à la modernisation des activités industrielles seront poursuivis. Mais un effort particulier sera consenti aux activités les plus porteuses sur lesquelles se concentrent désormais les aides ou incitations financières dont l’attribution se veut aussi plus sélective que par le passé. En outre, la politique d’innovation suit désormais une approche globale, intégrant recherche, marché et, surtout, la formation en amont. C’est dans ces réorientations que consiste principalement la différence avec l’action du gouvernement précédent qui avait mené une politique d’incitation généreuse mais somme toute peu ciblée ; maintenant que le terrain est labouré et qu’une solide culture de l’innovation a germé dans le Land, il s’agit de permettre à ces pôles d’excellence de se développer.

27C’est ainsi que le Land a adopté une Loi sur la Liberté des Universités (Hochschulfreiheitsgesetz), entrée en vigueur le 1er janvier 2007, qui accorde une large autonomie aux établissements d’enseignement supérieur (universités et Fachhochschulen) : ils ont désormais le statut de collectivités de droit public (le rôle du ministère se limite donc au contrôle juridique), et sont de ce fait seuls compétents en matière de choix budgétaires, d’organisation et de GRH. Les établissements se contentent maintenant de signer des contrats d’objectifs quadriennaux avec les pouvoirs publics afin de s’insérer dans la politique globale d’innovation menée par le Land. Leur nouveau statut leur donne toute latitude pour conclure des partenariats avec les entreprises ou pour créer des plateformes de transfert. Enfin, la réforme leur permet de prélever dorénavant des frais de scolarité (dans la limite d’une enveloppe régionale plafonnée à 320 millions €) ; en contrepartie, ils s’engagent à accroître l’efficience de leurs enseignements.

28Dans le cadre de sa politique d’innovation, le nouveau gouvernement conjugue d’une manière plus systématique que son prédécesseur l’utilisation des fonds structurels européens (Objectif 2) dont bénéficie la Ruhr au titre de sa reconversion avec les objectifs de la Stratégie de Lisbonne, accordant une large place au partenariat public-privé. C’est ainsi, par exemple que la Ruhr-Universität de Bochum et le groupe ThyssenKrupp AG ont décidé conjointement à la fin 2006 la création d’un institut de recherche dans le domaine des matériaux (ICAMS), implanté auprès de l’université, et doté d’un budget de 24 millions € (moitié public, moitié privé) sur 2008/12, auxquels s’ajouteront des financements sur projet d’un même montant. Interdisciplinaire, l’institut associera recherche fondamentale et appliquée. Du côté public, il rassemble l’université de Bochum, l’Institut Max-Planck de recherche sur les matériaux ferreux (Düsseldorf), les centres FZJ de Jülich et RWTH d’Aix-la-Chapelle. Du côté privé, aux côtés de ThyssenKrupp, il réunit au sein d’un consortium : Bayer MaterialScience AG, Salzgitter AG et la Robert Bosch GmbH.

29Le second front est celui du développement de grands programmes de R&D dans les technologies clefs ou transversales, notamment celles définies dans le 7e PCRD de l’UE. Conformément aux objectifs européens, mais aussi conformément au mode de fonctionnement du système d’innovation allemand, ils mêlent eux aussi étroitement recherche fondamentale et appliquée, accordant de même une large place au partenariat public-privé afin de rendre le transfert technologique plus performant et la recherche fondamentale plus compétitive. Parmi les technologies-clefs prioritaires en NRW figurent ainsi les nanotechnologies/nouveaux matériaux, comme le montre la création de l’ICAMS, de même que les technologies de production. Mais l’effort principal se concentre aujourd’hui sur deux champs où le Land a un fort potentiel. D’un côté, dans les biotechnologies et technologies médicales : il dispose de plusieurs CHU réputés, dont l’Universitätsklinikum d’Essen, lié à la Medizinische Fakultät Duisburg-Essen (cancérologie, transplantation d’organes) ou l’Universitätsklinikum Aachen (neurologie, micro et nanosystèmes). De l’autre, les technologies liées à l’énergie, et notamment au nucléaire.

30Dans le domaine des biotechnologies, la NRW figure déjà parmi les régions allemandes les plus compétitives (biotechnologies médicales et « vertes »). Pour hisser le Land au rang des leaders européens, le gouvernement a prévu le lancement d’une Offensive dénommée BIO.NRW. Le montant des investissements s’élèvera à 100 millions €. Dans ce cadre s’inscrit par exemple la création à Dortmund d’une plateforme Max Planck de biotechnologie des systèmes (génomique, protéomique), financée à hauteur de 37 millions €, ou l’ouverture à Cologne d’un institut Max Planck de biologie moléculaire. A relever l’inauguration, en mars 2007, du Science-to-Business Center für Biotechnologie (S2B-Center Bio) à Marl : dédié aux biotechnologies « blanches » (produits et procédés industriels dans la chimie), il est financé principalement par le chimiste Degussa à hauteur de 50 millions €, le Land apportant un complément de 11,3 millions € (période 2007/11).

31Cette coopération s’inscrit dans le cadre plus large du développement de ce segment des biotechnologies, piloté par le NRW-Konsortium Weisse Biotechnologie qui associe, aux côtés de Degussa, d’autres groupes comme Bayer, Henkel, Lanxess et Cognis, ainsi que plusieurs PME et centres de recherche. Le consortium a posé sa candidature au concours des pôles de compétitivité BioIndustry 2021 que vient de lancer le Land. Le développement de ce sous-secteur des biotechnologies est stratégique, la NRW totalisant un dixième des emplois européens dans la chimie, et cette industrie jouant un rôle sociétal indéniable dans le Land, comme le révèle par exemple l’implication d’un groupe comme Bayer (inventeur de l’« Aspirine ») dans la vie sociale et sportive (football) de Leverkusen.

32Dans le domaine de l’énergie (comme dans celui de la recherche sur le génome ou les OGM), le nouveau gouvernement de NRW mise résolument sur « une politique libérée des contraintes idéologiques ». Non seulement il s’agit de préserver la compétence du Land (et de l’Allemagne) en matière de recherche sur le nucléaire, dont la sécurité des réacteurs, mais aussi de la dynamiser en l’inscrivant dans une politique plus globale de recherche en matière d’énergies renouvelables et de protection de l’environnement. La recherche se concentre donc sur les deux pôles d’excellence préexistants : le centre de Jülich et la RTWH d’Aix-la-Chapelle. Le partenariat public-privé est plus que jamais de règle : l’électricien E.ON a décidé de localiser à Aix-la-Chapelle le cœur de ses activités de R&D ; à cet effet, il co-finance la création d’un institut de recherche sur l’énergie auprès de la RTWH à hauteur de 40 millions €, l’université apportant 30 millions € de son côté.

33Ces politiques suivent toutes la même logique de réseau que celle du précédent gouvernement : l’ensemble de la chaîne de création de valeur est concerné, de la recherche à la production en passant par les services, les champs de R&D prioritaires correspondant à des secteurs d’activité présentant le plus fort potentiel dans l’économie régionale. Les outils en sont les prolongements des diverses politiques visant à développer l’ensemble des activités : soutien aux PME, à la création d’entreprise, concours d’innovation, etc. Mais le nouveau gouvernement apporte à cette stratégie une inflexion de taille pour tenir son objectif d’excellence dans la compétition territoriale allemande.

34Le programme présenté le 1er février 2006 par le ministre de l’Innovation, de la Science, de la Recherche et de la Technologie, Andreas Pinkwart (FDP), professeur d’économie à l’Université de Siegen et spécialiste notamment des PME, également vice-ministre-président du Land est parlant. La globalisation des activités a foncièrement modifié la donne : « ce n’est plus comme naguère, où la présence d’une université ou d’un centre de recherche était perçue automatiquement comme un avantage compétitif pour le site, amenant tout naturellement l’industrie intensive en R&D à s’implanter au plus près … C’est seulement si nos universités et centres de recherche parviennent à tenir leur rang dans la compétition mondiale que la proximité avec leurs usagers se transformera en avantage compétitif ».

Quand le football entretient lien social et culture de la compétitivité
Le groupe Bayer, né en 1863 et installé depuis 1912 à Leverkusen dont il a littéralement ‘fait’ le développement, est indissociable de l’histoire industrielle et culturelle de la région : il appartient à ces entreprises qui ont depuis toujours largement contribué à la cohésion sociale. L’engagement culturel et sportif (mécénat et sponsoring) de Bayer trouve là ses origines. Si le groupe finance 29 associations sportives (de la pêche à la ligne au tir sportif en passant par l’équitation), il sponsorise aussi le club de football Bayer 04 Leverkusen, né en 1904 sous la forme d’une association ouvrière de Bayer.
Entre Rhin et Ruhr, le football est roi depuis plus d’un siècle. On n’y compte pas moins de 6 clubs de la Bundesliga : Bayer 04, Borussia Dortmund, Borussia Möchengladbach, FC Schalke 04 (Gelsenkirchen), VfL Bochum ; il faut y ajouter DSC Arminia, bien qu’il soit situé à Bielefeld, c’est-à-dire en Westphalie. Car la vraie patrie du football allemand reste la Ruhr, avec sa culture minière, fondée sur la performance collective, telle qu’on peut la trouver, en France aussi, à Saint-Etienne ou dans le Nord. Signe de la modernité de cette culture : pour valoriser sa nouvelle identité, le groupe E.ON, né de la fusion Veba/Viag, a pris sous contrat en 2000 le club Borussia Dortmund.
Le club qui incarne le plus la fonction de lien social, de compétitivité et de culture de l’identité régionale qui accompagne le football est FC Schalke 04, créé lui aussi en 1904. Son sponsor principal fut longtemps l’assureur Victoria (né en 1853), aujourd’hui relayé par Gazprom. En 2001, le club a inauguré son nouveau stade (Veltins Arena), conçu pour recevoir plus de 60 000 spectateurs et accueillir, outre des manifestations sportives, de grands concerts de variétés, de rock, et même des opéras (un Carmen en 2003). Il héberge aujourd’hui également le musée du club.
Ce stade est sponsorisé par le brasseur Veltins, dont le siège est à Grevestein dans le massif du Sauerland (au sud de la Ruhr) depuis sa création en 1824. Car la région est également le pays de la bière, avec d’innombrables appellations locales, mais aussi la marque la plus vendue en Allemagne : Krombacher Pils, produite par une entreprise familiale du même nom, sise dans le sud de la Westphalie. L’entreprise est l’un des principaux sponsors du sport professionnel en Allemagne (retransmissions TV de football, biathlon, Formule 1) et en Europe (athlétisme).

35Dans ce contexte, une région au sein du Land a fonction de modèle pour le développement désormais plus ciblé des clusters : l’Euregio Meuse/Rhin qui s’étend de Liège à Hasselt, Maastricht, Heerlen et Aix-la-Chapelle. Dans ce triangle belgo-germano-hollandais dont le PIB dépasse de loin les 70 milliards €, les universités et établissements d’enseignement supérieur des trois régions limitrophes se sont constitués en réseau, associant, du côté allemand, notamment le centre de recherche interdisciplinaire de Jülich et la RTWH. Dans le cadre de la nouvelle politique d’excellence universitaire menée par le gouvernement fédéral, cette université est pour l’instant la seule du Land à s’être vu décerner le label national d’université d’élite. Autour de ces centres et établissements se sont greffées des plateformes de transfert de technologies, des pépinières d’entreprises et un dense réseau de PME innovantes nées par essaimage.

36Ce cluster est considéré comme un « joyau » par l’institut de recherche économique RWI d’Essen (l’un des six grands instituts de conjoncture) qui avait réalisé en 2006 une étude sur la compétitivité de la NRW (Innovationsbericht 2006) pour le compte du ministère de l’Innovation. Aujourd’hui, le Land mise résolument sur la dynamique propre des pôles d’excellence de ce type pour combler son déficit en matière de technologies de pointe face à la Bavière ou le Bade-Wurtemberg et se hisser au premier rang des économies régionales les plus innovantes et compétitives. La fin programmée des subventions au charbon (quelque 750 millions € par an pour le budget du Land) donnera aussi une plus large latitude au gouvernement pour parallèlement achever la restructuration des activités tout en menant l’indispensable consolidation budgétaire.

37L’image de la Rhénanie du Nord-Westphalie s’est transformée. La représentation d’un « pays noir » sur le déclin, qui remonte aux premières crises du charbon et de l’acier dans les années 1950 et 1960, a cédé le pas à la réalité actuelle d’une économie régionale largement vouée aux services, industriels ou non, et plus encore à l’innovation, principalement dans les technologies transversales : celles dont on attend un effet levier sur l’ensemble des activités. La dynamisation du site NRW passe aussi par une politique d’échanges active, qu’elle soit européenne ou internationale, et dont les outils sont mis à la disposition des acteurs intéressés via le portail régional destiné aux investisseurs (www.gfw-nrw.de), mais aussi via notamment le portail fédéral www.ixpos.de, dédié au commerce extérieur. Car si la tertiarisation de l’économie s’est faite avec succès, elle s’est accompagnée d’un recul des parts de marché à l’export : la part du Land dans les exportations allemandes ne représente que 17 % en 2006. C’est là, paradoxalement, la contrepartie d’une industrie hautement compétitive dans des branches fortement internationalisées, et donc plus fragiles aux chocs extérieurs. L’entrée en vigueur, ces prochaines années, de la Directive européenne relative aux services, en permettant la libre circulation des services au sein de l’UE, devrait bénéficier largement à une économie régionale construite aujourd’hui sur la logistique et les TIC.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bosch G., « Struktur- und Beschäftigungspolitik für das Ruhrgebiet », conférence tenue le 23-02-2006 dans le cadre du Congrès‚ Quo vadis, Arbeitsmarkt im Ruhrgebiet ?’ (www.iatg.de)

Bourgeois I., « Mannesmann AG : de la sidérurgie à la ‘nouvelle économie’ », in Bourgeois I. (dir.), Allemagne 2001. Regards sur une économie en mutation, Cirac, Levallois, 2001

Bourgeois I., « Site Allemagne : une industrie de services », Regards sur l’économie allemande, n° 58, octobre 2002

« Innovationsstandort Nordrhein-Westfalen », supplément au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, 01-10-2002

Jahreswirtschaftsbericht NRW. Bilanzen, Fakten, Perspektiven 2003, Ministerium für Wirtschaft und Arbeit des Landes Nordrhein-Westfalen (www.mwa.nrw.de)

Wirtschaft in NRW 2007. Konjunktur, Prognosen, Perspektiven, Ministerium für Wirtschaft, Mittelstand und Energie des Landes Nordrhein-Westfalen (www.wirtschaft.nrw.de)

RWI, Innovationsbericht 2006. Zur Leistungsfähigkeit des Landes Nordrhein-Westfalen in Wissenschaft, Forschung und Technologie. Forschungsprojekt für das Ministerium für Innovation, Wissenschaft, Forschung und Technologie des Landes NRW, Essen, 2006 (www.rwi-essen.de) www.nrw.de et www.gfw-nrw.de.

Notes de fin

1 Version revue et augmentée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 62, juillet 2003.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre NRW : concentration des activités sur le Rhin et la Ruhr
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Aperçu sectoriel de l’industrie et des services en Rhénanie du Nord-Westphalie
Légende Source des données : Jahreswirtschaftsbericht NRW 2007. a) chiffre arrondi ; b) les données sur les échanges ne distinguent pas entre ces deux catégories ; c) ce tableau ne contient que les catégories les plus importantes.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande.

© IFAEE, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search