Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les médias à l’ère du numérique

 | 
Isabelle Bourgeois

Postface

Construire la démocratie de la communication

Victor Henle

Testo integrale

1Si j’essaie de résumer le contenu de ces deux derniers jours, un exercice assurément subjectif, je commencerai par un constat. Nous sommes tous d’accord pour dire que nous vivons actuellement une troisième révolution copernicienne du monde des médias. Après celui de Gutenberg, puis celui d’Elektron avec l’apparition des médias de l’écrit puis des médias électroniques à partir des années 1920 avec d’abord la radio et ensuite Internet. Les révolutions coperniciennes sont très utiles, surtout dans le domaine de l’astronomie. Elles ont permis de démontrer que la Bible n’est pas un manuel de sciences naturelles et nous ont transmis une image réelle du monde qui nous entoure. Nous avons constaté durant ce Dialogue franco-allemand sur les médias d’importants changements structurels dans les médias à proprement parler, et aussi dans le financement des médias.

2Le deuxième point que je retiendrai a été développé de manière très claire par Jean-Louis Missika et peut se résumer par cet adage que nous connaissons bien : s’il existe une certitude dans la vie des Hommes, c’est bien celle de l’incertitude. Nous ne pourrons jamais tenter de modeler l’avenir que pour en réduire les incertitudes. Si cela est inconfortable, cela présente aussi des avantages. Les évolutions que nous avons abordées sous les angles les plus divers révèlent toute l’ambivalence de la vie humaine. C’est à la lumière de cette ambivalence que nous devrons considérer l’évolution future des médias.

3Le troisième point à retenir de ce Dialogue est que, malgré tous les points communs que partagent la France et l’Allemagne (pas seulement pour des raisons de proximité géographique, mais aussi pour des raisons culturelles), nos deux pays restent très différents. Les participants allemands auront beaucoup parlé d’approche du marché et de ce marché lui-même, y compris dans la perspective des sciences économiques théoriques (Dieter Schmidtchen). A l’opposé, Alain Lancelot a rappelé que le rôle du marché est considéré en France comme un « trou noir », si vous me permettez de filer la métaphore astronomique. Or un trou noir permet la création de nouveaux mondes. Tandis que plusieurs intervenants se sont prononcés en faveur de la dérégulation des compétences en matière de médias, Jacques Rigaud a évoqué la possibilité d’autoriser un plus fort degré de concentration dans les médias afin de favoriser la création de grands groupes au niveau européen. Les moyens que nous avons à notre disposition pour empêcher la concentration dans les médias sont limités.

4Un quatrième point a surgi au fil des débats, et il me semble primordial : celui de l’éducation. J’ai pu constater en Allemagne, comme l’a fait Jean-Louis Missika pour la France, que la classe politique a grand besoin d’apprendre ce que sont les médias et quelles lois régissent leurs activités. Et les représentants de la ‘classe universitaire’ présents à nos débats pourraient utilement rappeler aux responsables politiques français et allemands que si les médias diffusent leur message, que si le politique est en situation d’interdépendance avec le monde médiatique, la ‘classe politique’ manque cruellement de ce savoir indispensable pour comprendre réellement les effets des médias et leur évolution. En Allemagne, nous avons compris depuis longtemps que, pour contrer les effets de la concentration des médias, il faut développer les compétences médiatiques des citoyens et consommateurs, donc leur dispenser les savoirs nécessaires à la compréhension des lois inhérentes à la communication et au monde des médias. Ce sont là les nouvelles compétences requises non seulement pour que chacun puisse s’orienter dans l’immensité de l’offre, choisir un contenu en connaissance de cause, mais bien plus généralement aussi celles qu’il nous faut à tous pour entrer de plain pied dans l’ère de l’information.

Autore

Président de la Thüringer Landesmedienanstalt (TLM : autorité de régulation du secteur privé des médias du Land de Thuringe)
Né en 1942. Etudes de droit à Munich et Paris. Diverses fonctions dans l’administration du gouvernement de l’Etat libre de Bavière. 1985-89 : journaliste dans un quotidien bavarois, développement des activités de l’éditeur et direction (filiale radio, radio locale et câblo-opérateur régional). 1989-90 : au sein du ministère de l’Intérieur de Bavière, création et direction d’un mensuel pour la police bavaroise. 1990-92 : participation à l’institution du ministère de l’Intérieur de Thuringe, puis porte-parole. 1992-2007, Président de la TLM. Depuis 1999, vice-président de la Direktorenkonferenz der Landesmedienanstalten (DLM : conférence permanente des directeurs des autorités de régulation des médias des Länder) et président de la Konferenz der Direktoren der Landesmedienanstalten (KDLM : conférence permanente des directeurs en charge de la garantie du pluralisme). 1993-2007, membre de la Commission Protection de la jeunesse et de la Cellule commune des Landesmedienanstalten pour les questions relatives aux programmes, à la publicité et à la compétence médiatique

© IFAEE, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540