Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médias à l’ère du numérique

 | 
Isabelle Bourgeois

Débat n°4

Segmentation de l’offre, individualisation de la réception, atomisation de la société

Quelles bases de légitimité pour une régulation des médias ?

Jean-Louis Missika

Résumé

Pour nos modèles de société, la numérisation représente une révolution d’une ampleur comparable à celle de l’invention de l’imprimerie. Elle mène notamment à une « fracture numérique » entre, d’un côté, une jeune génération familière de l’univers du Web 2.0, et de l’autre, une classe politique pour qui l’univers numérique reste mystérieux.
Ces évolutions, qui s’accompagnent de changements importants dans l’organisation du marché médiatique, soulèvent de nombreuses questions : comment contrôler des acteurs multi-positionnés à la fois géographiquement et sectoriellement ? Comment contrôler, au besoin, une offre pléthorique, extrêmement diversifiée et d’origine souvent individuelle ? Comment protéger la jeunesse, la vie privée ou la propriété intellectuelle ? Comment protéger le citoyen des rumeurs et de la désinformation ?
La révolution technologique déplace le pluralisme au niveau du consommateur, ce qui présente de nouveaux risques pour la société et la démocratie. Pour les endiguer, l’existence de grands opérateurs, capables d’assumer une mission fédératrice dans une société menacée d’atomisation, est plus indispensable que jamais. Mais cela ne suffit pas. Pour être capable de s’orienter dans la jungle de l’offre, le consommateur et citoyen doit disposer de compétences médiatiques – compétences-clefs dans l’ère du numérique et la société de l’information.
Les mutations en cours sont imprévisibles. Mais une nouvelle cohérence va finir par s’esquisser. De nouveaux systèmes de repères devront se développer pour permettre l’orientation dans la masse d’information disponible. Nos modèles classiques de régulation sont impuissants face à ces évolutions. C’est au système éducatif qu’il reviendra d’assumer en quelque sorte le rôle de régulateur : en délivrant cette capacité d’orientation dont aura besoin le citoyen et consommateur, en expliquant et commentant l’offre pour lui redonner du sens et recréer la confiance.

Texte intégral

Exposé introductif : Jean-Louis Missika (IEP)

Intervenants :
Jean-Louis Missika (IEP)
Jacques Rigaud
Norbert Schneider (LfM)

Débat animé par Andreas Stopp (Deutschlandfunk)

Heurs et malheurs de la révolution numérique

1Nous vivons une révolution d’une ampleur considérable. Pour moi, c’est une révolution qui a la même ampleur que la révolution de l’imprimerie ou la révolution industrielle. Comme toute révolution, elle a plusieurs dimensions : une dimension technologique, économique, socio-culturelle, politique, et comme toute révolution, elle crée des angoisses et des espoirs. Il faut savoir que la peur du nouveau média est une constante de la vie politique des pays démocratiques et même des pays non-démocratiques. La peur du nouveau média déstabilisateur, incontrôlable, a conduit des pays comme la France, qui est pourtant une démocratie, à instaurer un monopole d’Etat sur la radio et sur la télévision pendant 40 ans.

2Avec Internet, l’angoisse du législateur et du politique est aggravée par le fait que c’est un média insaisissable, protéiforme, global, qui se moque des logiques de territoires et donc des Etats-Nations. Le mot qui caractérise la période que nous vivons est l’incertitude.

3Incertitude technologique : nous passons notre temps, surtout les gens d’un certain âge comme moi, à naviguer face à des acronymes qui sont difficiles à comprendre : IP, ADSL, UMTS. A peine a-t-on compris ce que c’était que le WiFi qu’on nous explique qu’il y a le WiMax, naturellement différent du WiFi. Donc comme toute révolution technologique, c’est une succession de ruptures technologiques. Et chacune d’entre elles entraîne un bouleversement du marché.

4Incertitude socioculturelle, parce qu’une technologie, ce sont des outils que les gens doivent s’approprier et qui ont ceci de particulier qu’on doit inventer les usages. Ces usages s’inventent progressivement, et parfois il y a de grosses surprises. Par exemple : qui aurait pensé que le ‘social networking’ serait un must de la révolution Internet ?

5Incertitude politique, parce que si on est d’accord pour légiférer, réguler, réglementer, on ne sait ni quoi ni comment. Et on verra que les réponses à ces deux questions ne sont pas évidentes.

Un univers d’incertitudes technologiques…

6Commençons par les incertitudes technologiques. On a vu dans les débats précédents que le principe de base de la révolution que nous vivons est le numérique. Mais il y a aussi le haut débit, le wireless, le protocole Internet, c’est-à-dire une certaine manière de ‘packager’ les données pour les transporter sur les réseaux, et il y a la profusion des terminaux (consoles de jeux, PC, téléphone, PDA, téléviseur). Encore pour quelque temps, le téléviseur sera le moyen de recevoir la télévision, mais on ne sait pas pendant combien de temps. Microsoft vient d’annoncer une offre de téléchargement de films et de séries sur la console de jeux XBOX. Il y a aussi technologiquement les logiciels de partage, les moteurs de recherche.

7Nous sommes dans un moment schumpetérien de destruction créatrice. Pour les gens qui s’inquiètent de voir ces milliers d’entreprises qui sont crées et qui disparaissent du jour au lendemain, je rappellerai simplement qu’au moment de l’invention de l’automobile, il y avait plus de 10 000 fabricants d’automobiles rien qu’aux Etats-Unis, qu’en une cinquantaine d’années, le nombre s’est réduit à trois et qu’aujourd’hui, il y en a deux sur les trois qui sont en train de mourir.

8La caractéristique principale de cette révolution est l’effondrement des coûts de diffusion. Aujourd’hui, une chaîne de télévision comme TF1 paie environ 100 millions € pour sa diffusion sur le hertzien analogique ; or pour diffuser une offre audiovisuelle sur le Web, c’est quelques milliers d’euros seulement. Si vous créez une chaîne de télévision en France et que vous demandez à Free de la diffuser, celui-ci le fait gratuitement, Free étant un fournisseur d’accès à internet.

… qui génère de grandes incertitudes socioculturelles

9J’en viens aux incertitudes socioculturelles : quand une nouvelle technologie apparaît, en général, il y a une projection de l’ancien média sur le nouveau média. Quand la radio est née, on a fait le journal parlé – d’ailleurs les journalistes ne voulaient pas annoncer les nouvelles à la radio, et donc ce sont des speakers, qui n’étaient pas des journalistes, qui le faisaient : les journalistes écrivaient les papiers et les speakers les lisaient. Quand la télévision est apparue, on a fait de la radio filmée. Quand Internet est apparu, les radios, journaux et télévisions ont pris leur produit et l’ont plaqué sur le nouveau média, mais d’un certain point de vue, c’est déjà l’ère paléolithique. C’est terminé car très vite, Internet s’est émancipé.

10Cette émancipation a eu une double dimension. La première était prévisible : comme on peut combiner dans Internet des médias – du texte, de l’image et du son –, les services sont devenus très vite des services multimédias. Quand vous allez sur le site du New York Times ou du Monde, vous vous rendez compte qu’ils n’ont plus grand chose à voir avec le journal papier car vous avez de la vidéo, de l’audio, des chats, blogs, forums. Toutes les technologies potentielles sont utilisées sur ces services. Le journal papier ne peut pas lutter contre cela, il est dépassé par rapport à ce caractère multiple et varié de l’offre Internet.

11On est face à quelque chose qui était prévisible mais qui n’en a pas moins un effet déstabilisateur : l’éclatement du business modèle des médias. Les anciens médias (radio, presse écrite et télévision) vivaient sur une combinaison de trois sources de financement : les petites annonces, la publicité et le paiement par le lecteur ou l’abonné. Aujourd’hui, les petites annonces sont littéralement captées par des structures Internet spécialisées dans les petites annonces comme Monster. Il y a donc un ‘siphonage’, une disparition de la ressource financière des petites annonces pour la presse écrite. La publicité est captée par les moteurs de recherche et par les agrégateurs de contenu. La culture de la gratuité a été développée par Internet. Faire payer une information devient de plus en plus compliqué.

12Mais je pense que la plus grande transformation à laquelle nous assistons est le Web 2.0. Les nouvelles générations se sont emparées de cette technologie, de ces nouveaux outils pour inventer de nouveaux usages et c’est cela qui a provoqué la fracture numérique puisqu’il y a deux mondes maintenant : il y a les natifs du numérique et nous, les natifs de l’analogique et donc les émigrés du numérique parce que nous ne pratiquons pas les nouveaux usages inventés par cette nouvelle génération.

Le Web. 2 fait apparaître la fracture entre médias conversationnels et institutionnels

13Je vais vous donner un exemple d’un effet politique de ce phénomène en France : au moment de la crise du CPE, le premier ministre est venu expliquer le CPE sur TF1, mais les jeunes ne regardent plus TF1. Par contre les gens ont créé une trentaine de milliers de blogs sur Internet qui parlaient du CPE, les services de Matignon ne lisant naturellement pas les blogs. C’est un exemple de ce que peut créer comme malentendus l’apparition de ces nouvelles technologies.

14J’ai parlé d’acronymes tout à l’heure : de quoi parle-t-on quand on parle de Web 2.0 ? De peer-to-peer, de blogs, de social networking. Cela concerne aussi bien les services que l’information et le divertissement. On parle de sociétés qui n’existaient pas il y a quelques années : My Space et YouTube et dont la valorisation boursière se chiffre en plusieurs centaines de millions de dollars. Quelques chiffres : une société comme My Space a 80 millions de visiteurs uniques par mois et 276 milliards de pages vues par mois. Une société comme YouTube, qui n’existait pas il y a trois ans : 72 millions de visiteurs uniques par mois 16 600 000 000 de pages vues par mois. Si je prends un acteur uniquement français, SkyBlog : 11 559 000 visiteurs uniques par mois, 2 603 000 visiteurs par jour qui viennent tous les jours soit pour poster un texte, soit pour lire les textes des autres, et il y a plus de 3 253 000 000 de pages vues par mois.

15Ces chiffres donnent une idée de l’ampleur de la révolution que nous connaissons. Aux Etats-Unis, les 15-24 ans s’informent davantage sur Internet que sur tous les autres médias réunis, et c’est vrai de plus en plus pour les 25-34 ans. Aux Etats-Unis, un citoyen sur deux s’est informé sur Internet lors de la campagne présidentielle de 2004.

16Cela montre que le Web 2.0 représente une opposition majeure entre deux catégories de médias : les médias institutionnels d’un côté, et d’un autre côté les médias conversationnels. Hier, au cours de nos débats, nous n’avons parlé que des médias institutionnels. Un média institutionnel est un média créé par une institution politique, une chaîne publique de télévision par exemple. Ce média est lui-même une institution, il a tendance à parler des institutions et à structurer sa relation au téléspectateur ou à l’auditeur de façon inégalitaire : il y a celui qui parle et celui qui écoute. Ces places sont réservées à des gens qui ont un monopole de la parole légitime ; en face d’eux, des gens qui ont une obligation d’écoute.

17Le média conversationnel est tout le contraire : l’interaction, le passage indifférencié de la parole à l’écoute et de l’écoute à la parole. Nous sommes en train de passer d’un monde où le nombre, la position et le statut des émetteurs par rapport aux récepteurs était clairement limité, identifié, à un monde où la frontière entre émetteur et récepteur s’estompe, où le nombre d’émetteurs devient infini, où le monopole de la parole légitime disparaît. Tout cela a des effets spectaculaires.

18Quelques exemples politiques de ces effets spectaculaires : en Grande Bretagne, lors des attentats de juillet, le gouvernement anglais décide de ne pas autoriser les médias à filmer. Les gens dans le métro ont sorti leur téléphone mobile et ont filmé. Quand ils sont sortis, ils ont envoyé cela à des amis, qui avaient des blogs et qui ont mis cela sur leur blog. Les images ont fait le tour du monde et tout ce qui a été mis à l’antenne des télévisions et à la une des journaux étaient des images de cette nature, prises par des amateurs, alors même que le gouvernement anglais avait décidé que les professionnels ne devaient pas avoir accès à l’évènement.

19Un deuxième exemple, qui a fait couler beaucoup d’encre : pour s’amuser, des soldats américains prennent des photos dans la prison d’Abu Ghraib et se la font passer sur le Web entre eux. Vous savez les effets spectaculaires politiques qu’a eu l’apparition des ces images sur les médias traditionnels. Ce geste, qui était autrefois un geste professionnel (production-édition - diffusion) appartient tellement à la vie quotidienne qu’il se fait presque naturellement et qu’il est pratiqué par des millions de gens qui le font sans s’en rendre compte, parce que cela fait partie de leur vie quotidienne.

20Un autre exemple, et assez intéressant : en Liban Sud à l’été 2006, des blogueurs ont démontré que des photos de Reuters et d’Associated Press avaient été retouchées et truquées. Les agences de presse mondiales ont réagi d’abord de façon extrêmement arrogante, puis elles ont été obligées de s’excuser puisque le blogueur était un spécialiste de la retouche photographique et a fait une démonstration absolument impitoyable, que j’ai lue directement sur le Web, du fait que les photos avaient été truquées. Le photographe en question était un local, vraisemblablement proche du Hezbollah qui avait été recruté par Reuters pour éviter que des expatriés se fassent kidnapper.

21Tout cela illustre la percée des amateurs, et leur arrivée sur le territoire autrefois réservé aux professionnels. Cela illustre aussi la transformation de la construction des réputations. Je ne vais pas m’étendre sur ce point, j’ai eu l’occasion d’écrire là-dessus. La réputation des journalistes se détache de la réputation de leur journal. La construction des réputations se fait de plus en plus sur Internet, de façon informelle. Ce n’est plus une réputation de l’institution mais une réputation bottom-up. Puis il y a l’apparition de stars du blog, de la même façon qu’il y a eu des stars du journalisme ou de la télévision.

Incertitudes politiques, ou de l’impossibilité de réguler un processus mouvant et mondial

22J’en viens aux incertitudes politiques et aux problèmes que tout cela pose à la question de la régulation d’Internet et des nouveaux médias. Je vais me contenter de lister les problèmes parce que je n’ai pas de solution, nous sommes dans l’incertitude.

23Le premier problème que je vois, c’est que les acteurs principaux du Web, tous ceux que j’ai cités jusqu’à présent, ne sont pas des médias. Ce sont des moteurs de recherche, comme Google, ce sont des portails, comme MSN, Orange ou Yahoo, ce sont des plateformes d’agrégation de contenus ou de social networking comme YouTube, My Space, Sky Blog, ce sont éventuellement des outils de personnalisation de services. Il n’y a pas d’éditeur au sens juridique du terme, et la responsabilité éditoriale est partagée entre celui qui poste sa vidéo et celui qui lui donne les outils de la diffusion et de l’édition. S’il n’y a pas d’éditeur, quel est le rôle de l’instance de régulation ? C’est une vraie question.

24Deuxième problème, ces acteurs captent une part importante de la ressource publicitaire alors qu’ils ne produisent pas de contenu. Or, jusqu’à présent, le modèle de base d’un média était que les ressources publicitaires servaient à financer la production de contenus. Aujourd’hui, ce sont des entités indépendantes qui d’un côté produisent les contenus et de l’autre côté captent la ressource publicitaire. Hier, Google a proposé aux principaux journaux américains, c’est-à-dire le New York Times, le Washington Post, le Los Angeles Times, etc., de s’occuper de leur régie publicitaire.

25Pour vous donner l’ampleur du phénomène, voici un chiffre : la plupart des instituts estiment qu’en 2010, Internet générera 50 milliards $ de ressources publicitaires et que la moitié de cette somme sera captée par les moteurs de recherche. Les prévisions sont faites pour être démenties, je le sais bien, mais cela préfigure ce qui va se passer du point de vue de la chaîne de valeur dans les cinq ans qui viennent.

26Troisième problème, qui pourrait paraître anecdotique mais qui est loin de l’être : ces acteurs ne sont pas nationaux. Or un législateur, un régulateur intervient sur un territoire national. Ce sont des méga-médias mondiaux : aujourd’hui Google est présent sur l’ensemble de la planète, MSN et Yahoo aussi. Si un législateur décide de créer une nouvelle forme de régulation d’Internet, comment sera-t-elle appliquée ?

27Quatrième problème : la réglementation suppose le contrôle. Comment contrôler des centaines de millions de sites, de blogs, et de social networking ? C’est quasi impossible. Aujourd’hui, un site comme SkyBlog a 5 millions de blogs, plusieurs dizaines de milliers de nouveaux textes qui sont postés chaque jour. Bien évidemment, on peut faire du contrôle automatisé, on peut imaginer des moteurs de contrôle comme il y a des moteurs de recherche. Il n’empêche que, pour un régulateur comme pour un législateur, il est extrêmement difficile de dire : nous créons une réglementation et nous allons contrôler le contenu de ces médias, d’autant plus, comme on l’a dit hier, qu’il y a toujours eu dans les démocraties une différence entre ce qui était le multipoint et le point-à-point, et que les blogs et autres relèvent d’une logique conversationnelle, de point-à-point, c’est-à-dire de quelque chose dans quoi l’Etat ne devrait pas avoir le droit de s’immiscer.

28La régulation passe également par l’octroi de licences, d’autorisations à émettre. Là aussi, si la télévision par Internet se déploie, il n’y aura plus de licences. Il ne sera plus nécessaire de demander une autorisation pour créer une télévision sur Internet.

29Ensuite, il y a le problème du rythme du changement. Les ruptures technologiques se succèdent tous les ans. Pour faire voter une loi sur l’audiovisuel en France, il faut compter cinq ans, et encore. Donc la réglementation est toujours en retard. On a un embryon de solution pour ce problème, qui a été évoqué par Alain Lancelot hier, c’est de donner plus de pouvoir juridictionnels aux instances de régulation indépendantes. Enfin, dans un pays comme la France, pour le coup, ce serait une révolution politique. On voit mal comment des institutions aussi respectables que le Conseil d’Etat ou le Parlement accepteraient que le CSA ait un pouvoir juridictionnel en fonction de l’apparition de nouvelles technologies.

Un risque majeur : l’incompréhension du monde politique

30Le septième problème, et c’est peut-être celui qui me préoccupe le plus, est la compréhension des enjeux par les acteurs politiques. L’ignorance de la classe politique à l’égard de tous ces phénomènes est proprement insondable. On a beau essayer de faire de la pédagogie, on n’y arrive pas. Non seulement ce sont des immigrés du nouveau pays, mais ce sont des immigrés qui refusent d’apprendre la langue du nouveau pays, sans doute parce qu’ils se rendent compte que ça atteint leur pouvoir et que ça change profondément la donne politique. Donc on assiste à des choses surréalistes : les députés français se sont ridiculisés il n’y a pas si longtemps, en voulant absolument imposer une législation sur l’interopérabilité parce qu’ils croyaient qu’un logiciel interopérable était la même chose qu’un logiciel libre. Quand ils ont découvert – encore que je ne sois pas sûr qu’ils l’aient découvert – que Microsoft avait passé un accord avec toute une série d’acteurs du libre, ils se sont peut-être rendus compte que parler d’interopérabilité, ce n’est pas nécessairement approprié. Et puis plus récemment, quand ils ont voulu imposer la licence forfaitaire pour l’échange de fichiers musicaux sur internet, un de mes amis m’a dit que c’était soit illégal, soit inapplicable et je lui ai répondu : c’est probablement les deux à la fois.

31Je pense qu’il y a un immense effort à faire de formation de la classe politique à ces nouveaux enjeux, parce qu’on se rend compte que les enjeux se déplacent. Aujourd’hui, quand on parle de diversité culturelle ou d’exception culturelle ou de pluralisme de l’information, on parle justement du monde fermé des anciens médias.

32Mais quels sont les problèmes liés au monde ouvert dans lequel nous entrons ? C’est un problème de désinformation. Il y a des risques réels – on l’a vu à plusieurs reprises – que des groupes fassent circuler des informations fausses délibérément (je ne parle pas de la désinformation par inadvertance qui est le lot de la presse traditionnelle). La rumeur construite délibérément est quelque chose d’extrêmement important. Il y a un énorme problème de protection de l’enfance. Il y a un problème de protection de la vie privée : dès que vous allez sur Google, il vous met un cookie dans votre ordinateur et il n’est pas simple, même pour un spécialiste de l’informatique, de se débarrasser de ce type de cookie. Il y a un problème de la protection de la propriété intellectuelle, etc.

33Et puis évidemment, le problème le plus sérieux est celui de la légitimité de l’intervention de l’Etat. Est-il légitime de vouloir réguler, réglementer ce qui s’apparente à des conversations, à des initiatives individuelles et qui ne peut pas être considéré de la même façon que de celle dont on doit considérer aujourd’hui un média traditionnel ? J’en arrêterai là car je vois que j’ai listé un très grand nombre de problèmes, et je ne pense pas que la table ronde suffira à les résoudre…

DISCUSSION

34Andreas Stopp : Je propose d’aborder le débat sur les défis du futur par le biais de l’expérience quotidienne. J’ai sur mon toit deux paraboles. L’une est classiquement orientée sur Astra pour capter les chaînes allemandes. L’autre est pointée dans une direction tout à fait différente. Les voisins se demandent si c’est pour capter Dubai TV ou Al Jazeera. Non, elle est orientée sur le satellite de France Télécoms, ce qui me permet de capter à Cologne M6, TF1, France 2, France 3. Et de temps en temps, je regarde la télévision française. Sur la une, il y a un présentateur qui hurle, sur la deux, il y a un public qui est debout et qui hurle… et je me dis, ça doit être ça, la fin de la télévision. Mais ce n’est pas cela, Jean-Louis Missika, que vous décriviez dans votre ouvrage ainsi intitulé…

35J.-L. Missika :… j’y évoque toutes les transformations que je viens d’exposer brièvement dans ma présentation et je dis que la télévision telle que nous la connaissions est en train de disparaître. Pour moi, ce n’était pas seulement des images qui arrivaient à domicile, mais c’était une programmation, faite par des programmateurs professionnels et une écoute collective avec des rendez-vous. C’était la fabrication du lien social par la télévision.

Le numérique signifie-t-il la fin de la télévision ?

36C’est cette fonction qui disparaît sous nos yeux puisque de plus en plus souvent. Il y a ce qu’on appelle dans le jargon la télévision délinéarisée, c’est-à-dire qu’il est possible de voir une émission, mais pas à l’heure où elle est diffusée. Il y a la video on demand, et puis il y a tout ce que j’ai expliqué : la désertion des jeunes à l’égard des médias traditionnels et l’apparition de ces plateformes d’agrégation de contenus et de cette possibilité de produire ou de coproduire des contenus audiovisuels. C’est cela que j’ai appelé « la fin de la télévision ». Mais cela ne signifie pas la fin de l’image, bien au contraire. Le transport et l’arrivée de vidéos à domicile, et même ailleurs qu’à domicile : sur les téléphones mobiles, sur les portables, dans les lieux de travail, cela va se multiplier, il y aura toujours plus de services audiovisuels mais ils s’apparenteront de moins en moins à ce que l’on appelle télévision.

37Norbert Schneider : Ces évolutions concernent pareillement l’Allemagne, même si les degrés de pénétration respectifs peuvent varient légèrement dans leur détail.

38A. Stopp : Français comme Allemands, nous avons donc à faire face au même problème, ou plutôt au même défi, ou encore à la même opportunité ?

39N. Schneider : Il s’agit d’une révolution, certes, mais une autre révolution nous a révélé dans le passé que la noblesse n’en était pas supprimée pour autant... A l’issue de la révolution du numérique, il restera toujours quelque chose de ce monde de l’analogique tel que nous l’avons connu jusqu’à aujourd’hui, mais ce quelque chose aura été transformé, rénové, épuré et anobli. Je ne crois donc pas à la thèse de la mort de la télévision.

40Sur ce point, les perceptions allemande et française diffèrent légèrement, si je puis me permettre de généraliser ma pensée à l’approche allemande. Je pense plutôt que la télévision va se repositionner sur le marché grâce à un changement de profil. Tout ce dont nous parlons a lieu dans un contexte globalisé, et la globalisation n’induira pas seulement l’individualisation de l’utilisation – c’est elle qui fait la nouveauté d’Internet – mais également la globalisation des contenus. Or curieusement, quand nous apprenons des choses aujourd’hui sur Internet ou sur ses évolutions, nous l’apprenons par la télévision. On peut donc s’attendre à un parallélisme dans les évolutions et une spécialisation des divers médias.

41Il sera intéressant de voir comment les contenus mondialisés de ce système par définition global qu’est Internet vont s’adapter à la dimension locale autour de l’utilisateur. Cela est fortement lié à l’utilisation des médias aujourd’hui qui n’est plus – et c’est un fait nouveau – dépendante d’un lieu particulier. Mais comme la communication du Web n’en est qu’à ses balbutiements, il m’est très difficile d’établir des prévisions.

42Notre société est aujourd’hui structurée en « milieux », et ceux-ci ne sont plus délimités par des frontières géographiques. Il est donc tout à fait concevable qu’en France et en Allemagne et au-delà se dégagent, au sein de milieux définis par leur type de demande, des similitudes dans la consommation des médias. De même, cette similitude pourrait être un critère de définition de certains types de milieux communs aux Etats-Unis, à l’Inde, à l’Allemagne ou à la France, en un mot, des milieux présents à l’échelle mondiale.

Pour la démocratie, il y a un risque plus grand que les monopoles : la perte d’une éthique…

43A. Stopp : Avant de nous projeter dans le futur, revenons au moment-charnière que nous sommes en train de vivre. Quelle est la situation en France ? La télévision y possède-t-elle encore sa force intégratrice ? En Allemagne, les grandes émissions capables de fédérer la nation entière n’existent plus depuis longtemps, à l’exception de ce Wetten, dass… qui a été souvent évoqué dans nos débats. Elles rassemblaient les téléspectateurs devant leur poste à 20h15 en Allemagne, à 21h en France, ces ‘carrefours’ des préoccupations de la société. Dans quelle mesure la nation télévisuelle française se rassemble-t-elle encore le soir devant un programme ? Ou est-elle déjà plus atomisée que la société allemande ?

44Jacques Rigaud : La situation en France de ce point de vue n’est pas très différente de la situation en Allemagne. Je suis frappé de voir qu’hier nous avons beaucoup insisté, avec une sorte de complaisance narcissique, sur les différences entre nos deux pays, pays fédéral, pays jacobin. Ces différences me paraissent infinitésimales par rapport aux problèmes que nous allons avoir à aborder. Et sur le fond des choses, je crois que nous allons avoir, Français et Allemands, une réflexion commune, puisque nous avons les mêmes problèmes.

45Laissons un peu de côté les différences d’organisation. Je savais déjà, avant de venir ici, que j’étais un dinosaure, mais l’exposé vertigineux de Jean-Louis Missika m’en a convaincu encore plus. J’ai vécu vingt ans comme responsable exécutif de la Compagnie Luxembourgeoise de Télédiffusion, ce groupe audiovisuel européen qu’était la CLT. J’ai donc connu une époque où nous vivions à l’ombre du monopole en France, et où notre présence en Allemagne et en Belgique était extrêmement limitée. J’ai vu la rupture du monopole, la création de télévisions privées, le développement de toutes ces nouvelles technologies et l’arrivée d’Internet.

46Je vais vous faire une confidence : les statuts de RTL, tels qu’ils avaient été modifiés par l’un de mes prédécesseurs, prévoyaient que la limite d’âge était de 90 ans pour le président, et que par conséquent, j’aurais pu être président de RTL et administrateur de la CLT jusqu’en 2022. En 1998, j’ai expliqué à mes actionnaires que, intellectuellement, j’arrivais encore à imaginer ce que pouvait être le paysage médiatique dans cinq ou dix ans, mais que je pensais qu’il était plus sage de renoncer à mes fonctions en 2000 pour donner à une génération plus jeune la possibilité de mieux affronter ces défis.

47En revanche, ayant un engagement dans le domaine culturel depuis trente ans, j’ai pensé que j’avais encore des choses à faire sur le plan culturel, c’est-à-dire sur le plan institutionnel. A écouter Jean-Louis Missika, le rapport entre les êtres humains va être désormais universel ; les gens auront tous quelque chose à dire et ils auront tellement de choses à dire qu’on ne pourra pas entendre seulement le Goethe, le Hegel, le Victor Hugo, le Bergson, le Molière ou le Claudel qui naîtront dans les dix ou vingt ans qui viennent.

48Si amateur que je sois de prospectives, de futurologie, et prêt à embrasser tout ce qui arrive, je considère que mon devoir de citoyen et d’homme de culture européen est de lutter contre tout ce qui, à travers ce spontanéisme protéiforme et généralisé, ferait perdre à notre civilisation son sens profond. C’est le même problème, que l’on soit Allemand ou Français. Peu importent les différences institutionnelles qui peuvent nous séparer.

49Nous avons parlé hier longuement, d’une manière très intéressante, de concentration et de pluralisme. Du temps du monopole, on ne considérait pas que la concentration extrême que représentait le monopole fût un danger, ou plus exactement on avait pris quelques mesures de protection pour assurer le pluralisme. Là où je rejoins complètement ce qu’a dit Jean-Louis Missika, c’est que la révolution technologique que nous avons vécue change totalement les données du problème. Il a lui-même cité un exemple : on peut maintenant, avec toutes ces nouvelles technologies, voir ce qu’on veut, quand on veut, avec qui on veut, dans m’importe quelles conditions.

50Nous sommes passés d’un monde de médias de l’offre à un monde de médias de la demande, et même plus, de l’initiative individuelle. Par conséquent, le pluralisme, que nous souhaitons tous sous l’angle de la démocratie, est du côté du consommateur. On peut assurer soi-même le pluralisme par le choix que nous faisons des différents médias auxquels nous participons.

51Quant à la concentration, elle est regardée par toutes les autorités de contrôle comme un danger. Il faut la limiter, l’équilibrer, la contrôler, mais en même temps, la mondialisation fait qu’un certain nombre de produits peuvent s’imposer à l’ensemble de ceux qui sont appelés à les pratiquer ou à les consommer. On nous a cité quelques exemples terrifiants de ces sociétés nouvelles qui, en quelques années, font lire des milliards de pages par des millions de gens. La question peut se poser de savoir si nous ne devrions pas, par volontarisme, constituer ou aider à naître des groupes puissants qui, en termes d’exigence et de qualité des contenus, équilibreront cette espèce de masse informe.

52Ce qui m’inquiète le plus à travers ces nouveaux médias dont je reconnais la vitalité (je trouve salubre et heureux que cela nous bouscule dans toute une série de nos habitudes) est qu’on finisse par perdre toute considération éthique et de respect de l’autre. Un exemple : il y a une grande tradition pour les journalistes, qui est le respect de ce qui est dit ‘off’. Ayant reçu, en tant que président de la radio RTL, tout le personnel politique pendant vingt ans, je peux vous dire qu’aucun des propos qui ont été tenus par un ministre, un premier ministre, un homme politique, n’a été diffusé à l’extérieur. Maintenant, il y a des journalistes qui ont un blog, et notamment celui qui fait le matin à RTL une interview d’une personnalité qui raconte sur son blog tout ce qui s’est dit en dehors de l’émission. Je connais d’autres journalistes qui font la même chose. A l’intérieur même du journalisme, cette nouvelle technologie du blog prétend affranchir le journaliste de cette obligation élémentaire du respect de ce qui a été dit en confidence.

53Les techniques et les institutions actuelles, qui sont censées garantir le pluralisme et l’équilibre des médias dans le domaine des concentrations et de la régulation, ce sont des institutions qu’il n’est pas question de supprimer. Mais les vrais problèmes qui se posent à nous en tant que société et à nos dirigeants politiques, c’est pour de donner aux jeunes générations, comme nous l’avons reçu nous-mêmes des générations antérieures, l’esprit de rigueur, de curiosité, de fréquentation des œuvres. Maintenant, on donne la parole aux auditeurs, c’est moi qui ai commencé il y a vingt ans à le faire. Maintenant, tous les jours, à tout moment, on a droit à l’opinion d’un auditeur. Je veux bien qu’il n’y ait plus de mentors, de gens qui disent d’en haut la vérité, mais il y a une médiocrité générale qui risque de résulter de ce spontanéisme qui nous pose un grave problème culturel.

54Les vraies responsabilités politiques sont au niveau de l’éducation et de la viabilité de la culture institutionnelle pour équilibrer cette évolution où tout le monde devient médiateur, éditeur, où tout le monde exprime son opinion. Je crains que le lien social et, au-delà, la civilisation risquent d’être compromis.

… et la perte de l’orientation

55J.-L. Missika : D’abord je voudrais respectueusement faire remarquer à Jacques Rigaud que si un Goethe ou un Molière naissait au XXIe siècle, la probabilité qu’il soit joué sur RTL TV ou sur TF1 est proche de zéro. Maintenant, je partage tout à fait son opinion ; j’ai écrit dans mon livre « La fin de la télévision » que si la question qui se posait dans le monde des anciens était de savoir qui parle, qui a le droit de parler, quelle est la légitimité qui permet la prise de parole, la question qui se pose dans le nouveau monde est plutôt de savoir qui écoute. Les gens sont tellement occupés à introduire leur propre petite œuvre audiovisuelle que la question de savoir s’ils ont également le temps de se consacrer à l’écoute des autres se pose. En gros, le problème du média puissant, prescripteur et fiable, ayant une capacité à conseiller, orienter l’auditoire vers un certain nombre d’œuvres, d’informations, d’analyses, cette question est aujourd’hui en devenir.

56Simplement, les médias eux-mêmes portent une lourde responsabilité dans cette destruction des réputations. S’il y a la crise que nous connaissons aujourd’hui, c’est parce qu’il y a une désaffection du public à l’égard des médias traditionnels qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la désaffection du public à l’égard de la politique et des institutions politiques.

57Cette désaffection a quelque chose à voir avec la crise de confiance et, malheureusement, avec la connivence que vous avez décrite tout à l’heure entre les journalistes et les politiques, où évidemment, ce qui s’échangeait là ne devait pas être communiqué au grand public parce qu’il y a avait les milieux autorisés et les autres.

58Alain Lancelot (dans la salle) : Je suis un septuagénaire pessimiste, mais je suis aussi un humaniste optimiste.

59Septuagénaire pessimiste. Je dois reconnaître que le tableau que nous a peint Jean-Louis Missika peut nous faire dresser les cheveux sur la tête parce que le « meilleur des mondes » qui se développe devant nous peut faire peur aux survivants de la planète classique. Nous sommes tentés de penser que ce à quoi nous avons cru, ce qui nous a donné une âme et une direction pour agir est peut-être en train de se dissoudre dans cette machine à décerveler qu’est le modèle Internet. Il y a tout de même bien des raisons de penser à mon âge qu’il y a un risque de ‘moyennisation’ voire de médiocrité, dans cette appropriation des moyens de communication par Monsieur Tout le Monde. Je dis ‘à mon âge’ parce que, si j’avais 20 ans, je n’aurais certainement pas la même attitude.

« Nous entrons de plain pied dans une démocratie de la communication »

60En tant qu’humaniste optimiste, je me souviens que quand la télévision a commencé à se développer, on redoutait de la voir accoucher la triste figure de « l’homme télévisionnaire » (titre d’un livre célèbre) incarnant l’anti-Goethe, l’anti-Molière, l’anti-Châteaubriand, l’anti-Dante, et ainsi de suite. Et bien non, Molière est encore lu, le nom de Châteaubriand représente encore quelque chose, comme celui de Goethe ou de Dante. Donc, je pense que ce que la télévision n’a pas détruit, Internet ne le détruira pas plus. Je crois très vraisemblable qu’une élite survivra à cette révolution technologique en lui donnant toute sa valeur, et tout son potentiel culturel.

61Norbert Schneider disait tout à l’heure qu’il y aura toujours des nobles. Cela me semble très probable pour la noblesse de l’âme, et il y aura toujours des églises et des académies. Quand on regarde de près les arguments que nous pouvons brandir contre Internet, nous risquons de parler comme Burke parlait de la Révolution de France, c’est-à-dire que nous pensons qu’il est impossible que le peuple soit gouverné par lui-même. L’idée que l’on donne le droit de vote aux analphabètes et aux imbéciles, sans donner un droit plus important à ceux qui savent et qui sont responsables, est non seulement une absurdité mais un danger dont la civilisation chrétienne et européenne ne se remettra jamais. C’est en effet ce que M. Burke disait avec beaucoup de talent à la Chambre des Communes et il trouvait que Rousseau était un Genevois bien sot pour pouvoir prétendre que les hommes naissent libres et égaux.

62On sait ce qu’il est advenu de Burke et de ses Considérations sur la révolution de France d’une part et de la démocratie d’autre part. Or nous sommes en train d’entrer de plain pied dans une démocratie de la communication, qui fait peur à ceux qui savent que le peuple a bien des défauts, qu’il peut soutenir des populismes effroyables et peut être trop facilement manœuvré. Mais l’Homme n’est jamais définitivement tombé dans des mouvements anti-démocratiques qui auraient privé la démocratie de sa valeur. Je crois que l’humanisme a encore un grand avenir devant lui, et même avec Internet plutôt que contre lui.

63A. Stopp : Le politique doit-il – et si oui, comment – réagir à ces risques qui pèsent sur la démocratie ? Mais peut-être est-il trop tôt pour agir, puisque nous ne sommes pas encore capables de mesurer les effets des mutations en cours ?

64N. Schneider : Il y a toujours plusieurs manières de considérer l’Histoire. Nous pouvons lire les mutations des médias comme l’histoire d’un déclin, une propension très répandue chez les spécialistes des médias, et qui aboutit à une vision apocalyptique de l’évolution des paradigmes sociaux. Walter Benjamin a écrit que l’Histoire ne connaît pas le déclin. Je dirais que cela s’applique également aux médias. Les choses évoluent, nous vivons une période de transformations dans les comportements de communication, dans les nouveaux dispositifs techniques. Internet est un système grâce auquel ce qui allait lentement, était cher et rare, est devenu rapide, bon marché et disponible en abondance : c’est là que réside le seul changement par rapport aux autres médias. A nous de voir comment en saisir les opportunités.

65J’ai mentionné la Révolution Française pour rappeler que toute tendance en appelle une autre en contrepoint. C’est cette dynamique qui fait évoluer les choses. Or actuellement, la seule chose que nous maîtrisons, c’est l’art de la prophétie. Pour une raison simple : nul ne sait si les prophètes ont raison. Il n’est pas possible de prédire les médias de demain. Ce constat me rassure en un sens, mais attise aussi ma curiosité.

66Il suffit de garder à l’esprit que l’ordre a émergé du chaos pour aborder les bouleversements actuels en toute sérénité et nous poser quelques questions simples sur l’ordre à venir. Par exemple celle-ci : le Web se laisse-t-il réguler ? C’est une des questions les plus simples qui soient, mais y répondre est de la plus haute complexité. Nous nous la sommes posée. Et nous avons discuté avec Google. Avec quel résultat ? Google a retiré de son offre certaines pages susceptibles de mettre les enfants en danger. Ce ne sont que des petits pas, mais tout de même un progrès.

67Un autre exemple. Nous avons appris aujourd’hui dans la Berliner Zeitung que l’annonce de la mort d’une comédienne était un fake. L’actrice est bien vivante et attend un enfant. Mais la fausse nécrologie, diffusée sur le Net, tirait sa crédibilité du fait qu’elle semblait publiée par une agence de comédiens. La tendance à la multiplication de ce genre de fausses nouvelles est pour l’instant difficile à enrayer. Car nous ne savons pas encore évaluer la crédibilité des informations circulant sur Internet. Jusqu’à présent, une information était crédible si elle paraissait dans le New York Times ou dans Le Monde, des sources de référence comme il n’en existe pas encore sur Internet.

68Mais progressivement les choses s’agencent, et un nouvel ordre s’esquisse. Assurément, ces transformations s’effectuent dans une certaine opacité, mais c’est dû aussi à la numérisation qui relève du domaine de l’abstrait, de la promesse de mondes virtuels.

Considérer la société de l’information non pas sous l’angle d’une régulation, mais sous celui d’un rééquilibrage mondial entre Europe et Etats-Unis

69René Lasserre (dans la salle) : Nous avons beaucoup parlé de la Toile universelle mais j’aimerais que nous en venions à notre ‘Toile européenne’, nous Français et Allemands. Ne peut-on pas penser que ce décloisonnement de l’information et de l’échange culturel peut être aussi une chance pour l’Europe ? Une chance de surmonter cette fragmentation des identités nationales qui sont cimentées en quelque sorte par nos systèmes de radiotélévision institutionnels nationaux ? Je crois que s’il y a un obstacle à l’émergence d’une opinion publique européenne, c’est bien là qu’il faut le chercher.

70Est-ce que justement, il n’y a pas aujourd’hui une chance d’européaniser la société par le bas, de faire émerger une société européenne chez les nouvelles générations, par de nouvelles techniques, un nouveau rapport à l’information et la communication ? Cela pose aussi la nécessité d’une régulation, européenne cette fois-ci, de ces nouveaux médias, dans la mesure où cela peut être possible. Peut-être qu’à l’échelle européenne, cela a plus de sens qu’à l’échelle purement nationale ?

71J.-L. Missika : Je vais répondre indirectement à la question, pour revenir sur cet aspect culturel qui a fait débat. Il y a des choses très positives dans Internet au plan culturel. Je vais citer un exemple qui m’a beaucoup frappé. C’est ce que les Américains appellent la théorie de la « long tail », de la longue file d’attente, c’est le constat que lorsqu’il y a la possibilité d’avoir accès à un catalogue important d’ouvrages : livres, disques, films, les gens choisissent de façon beaucoup plus diversifiée que quand ils n’ont accès qu’à des catalogues plus limités. Aujourd’hui, dans les librairies, on ne vend que des livres sortis depuis moins de six mois ou qui sont des best-sellers. On se rend compte sur Amazon ou sur d’autres sites de vente de livres que 50 % des commandes passées par les internautes concernent des ouvrages qui ne sont pas disponibles en librairie. C’est aussi vrai pour la musique et le cinéma. Il y a un site américain, Netflix, qui propose 60 000 films à louer. Les commandes quotidiennes de catalogue sont de 40 000 films différents.

72On a beaucoup parlé hier de diversité culturelle et de pluralisme, on se rend compte qu’Internet est une immense machine à produire de la diversité culturelle et du pluralisme. Je me situe résolument du côté des optimistes humanistes, comme Alain Lancelot.

73Maintenant, sur l’Europe, je serais plus nuancé, car les jeunes générations sont mondiales, elles ont une approche globale. Les jeunes vont indifféremment sur YouTube, qui est américain, et sur Délimotion, qui est l’équivalent français de YouTube. Ils vont indifféremment sur My Space et sur Sky Blog. Ce qui fait sens est la langue : il est clair qu’il y a des communautés virtuelles francophones, comme il doit y avoir des communautés germanophones ou hispanophones qui se constituent sur le Web. La langue est un facteur de construction de la communauté virtuelle. Mais l’autre langue pratiquée est l’anglais. De ce point de vue, on est face au même obstacle qui était le nôtre dans l’ancien monde.

74Sur la régulation européenne, mon sentiment est le suivant : aujourd’hui, ce qui manque à l’Europe, c’est de parler d’une seule voix à l’OMC sur ces questions de propriété intellectuelle et d’abus potentiels de position dominante de sociétés comme Google, MSN ou Yahoo. Le problème majeur ne me semble pas un problème de régulation, mais de réussir à faire en sorte que la question de la société de l’information devienne une question centrale, soit à l’OMC, soit dans d’autres structures, éventuellement mondiales, où l’on puisse débattre notamment de la question du rééquilibrage entre les Etats-Unis et l’Europe. Maintenant, si vous me demandez pourquoi toutes les sociétés que j’ai citées sont américaines et qu’aucune n’est française ou allemande ou européenne, la réponse est très simple : le malthusianisme a des effets catastrophiques sur la capacité des grands groupes européens à devenir des acteurs mondiaux de la nouvelle donne de l’information.

75Jürgen Heinrich (dans la salle) : Je ne suis pas vraiment d’accord avec la description et le jugement de valeur implicite qui l’accompagne. Car si on considère les études sur la consommation des médias, on remarque un allongement de la durée passée à regarder la télévision, à écouter la radio, conjugué au fait qu’un auditeur n’écoute que 1,6 radio et qu’un téléspectateur passe près de 60 % de son temps à ne regarder que 2 chaînes. La fragmentation de la demande n’est donc visiblement pas si importante que cela.

76Mais je suis encore moins d’accord avec le jugement de valeur implicite. Les émissions à très grande écoute, donc fédératrices, sont présentées comme un idéal. Or du point de vue de l’économiste, c’est plutôt une vision d’horreur – tout à l’inverse de la situation actuelle avec son offre très diversifiée, qui est un paradis.

77J. Rigaud : Sur l’audience, j’ai entendu très souvent cet argument qu’on m’a opposé par rapport à ce que j’ai pu écrire. La réponse est extrêmement simple : la mesure d’audience de la télévision est un consensus de marché (ce n’est pas une objectivité scientifique) : les acteurs principaux de l’audiovisuel se réunissent et se mettent d’accord pour la définition de la monnaie unique qui est le point d’audience de la télévision.

78Aujourd’hui, la télévision sur ADSL en France comme en Allemagne n’est pas mesurée, il n’y a pas de mesure multimédia, c’est-à-dire qu’on ne tient pas compte de ce qu’on appelle la consommation cross-média. Aujourd’hui, vous entrez dans la chambre d’un adolescent : la télévision est allumée, mais il est devant son ordinateur. Il ‘chatte’, il envoie des SMS sur son téléphone, il fait ses devoirs en même temps et quand le téléphone sonne, il répond. Il consomme quatre médias en même temps qu’il fait ses devoirs. Vu du point de vue de la mesure d’audience de la télévision, il regarde la télévision, mais de quoi parle-t-on ? Voilà ma réponse.

« Nous savons gérer la pénurie, mais nous n’avons pas appris à gérer l’abondance »

79N. Schneider : Jürgen Heinrich a souligné le fait qu’on puisse se demander pourquoi la consommation n’a pas changé de manière significative alors que l’offre a augmenté sans commune mesure. Les chiffres évoqués reflètent au fond le réflexe qu’a le consommateur de ne consulter que ce qu’il connaît ; il n’a pas vraiment idée de ce qu’il pourrait avoir s’il le voulait.

80Face à cette abondance, il conviendrait plutôt de se demander s’il ne pourrait pas y avoir une meilleure source d’orientation ou d’information que celles que préconisent les défenseurs des émissions grand public. Qu’avons-nous à notre disposition ? Comment pouvons-nous y accéder ? Qu’est ce que cela nous apporte ?

81Or pour des raisons liées à l’histoire de nos cultures, nous ne nous posons jamais ces questions. Nous avons appris au fil des siècles à gérer la pénurie. Mais nous n’avons pas appris à gérer l’abondance, du moins en ce qui concerne les médias. Voilà la problématique que nous devrions aborder, dans une perspective générale comme sous l’angle de l’organisation adéquate de cette abondance.

82Qui va régner sur l’offre ? Pour le dire de manière populiste : un hedge fund, guidé par la seule logique du profit ? Son approche ou celle d’un autre acteur sera-t-elle purement économique, à quoi il n’y aurait rien à redire en soi, ou alors suivra-t-il une approche culturelle qui voudrait par exemple que tout ce qui est européen mérite d’être particulièrement mis en valeur ? Qui nous guidera alors à travers ces musées de la mémoire informatique pour nous montrer aussi bien les Goethe ancienne que nouvelle manière ? Qui nous permettra de nous orienter dans la jungle des blogs ? Qui nous pilotera dans ce nouveau monde à l’instar d’un GPS ?

83A. Stopp : Pourra-t-on encore à l’avenir contrôler ceux qui contrôlent les médias ?

84N. Schneider : Il est impossible de contrôler avec les mêmes instruments quelque chose qui aura changé. Nous pensons jusqu’ici qu’on ne peut réguler que si on peut également contrôler et qu’on ne peut contrôler que si on peut sanctionner. C’est une façon de voir les choses que nous devrons abandonner à l’avenir. Cela ne signifie pas remettre en question la régulation en tant que telle, mais elle devra trouver de nouveaux instrument. Il est simpliste de ne raisonner qu’en termes d’interdiction et d’autorisation, car il y a un vaste monde des possibles entre ces deux extrêmes.

85Le développement d’Internet montre que nous devrions accorder une plus grande importance aux accords internationaux et les développer. C’est un processus long et difficile mais qui ouvre des perspectives, à l’instar de l’évolution de l’ONU qui, aussi problématique qu’elle soit par ailleurs, n’en porte pas moins ses fruits. Pourquoi n’en irait-il pas de même pour d’autres problématiques du monde globalisé ?

86Une chose est certaine : conserver le mode de régulation établi, à l’échelle nationale, n’est pas la solution. Si la semaine prochaine, ce n’était pas Berlusconi qui souhaitait racheter ProSiebenSat.1 mais un fonds canadien, ce dernier aurait le droit de le faire, car il n’est pas encore présent sur le marché allemand. Aucune régulation particulière n’est nécessaire. Mais si ce même fonds possède une participation en Suède, et que cette société suédoise voulait en racheter une autre en Allemagne, alors ce cas ne dépend plus du droit national, bien qu’il pose un problème du point de vue du droit de la concurrence. Il faut régler ce problème à un autre niveau au lieu de nier le problème, comme nous avons encore trop tendance à le faire. Cette attitude est totalement improductive.

« Considérer plutôt comment l’ensemble des médias peut nous conduire à la culture réelle »

87J. Rigaud : Je voudrais revenir sur la question des jugements de valeur implicites qu’a posée Jürgen Heinrich et à laquelle je n’ai pas répondu. C’est vrai que l’époque où les rues étaient vides parce que toute une ville, tout un pays était devant une émission de télévision est révolue. Tant mieux d’ailleurs, parce que ça montre la diversité du choix et l’autonomie des choix individuels. Néanmoins, il existe un certain nombre d’événements qui sont de nature à fédérer toute une nation et même l’Europe. On l’a vu dans le domaine du sport, avec le Mondial de football. Les mesures d’audience ne m’intéressent plus : je ne suis plus dans une chaîne de télévision ou de radio, donc c’est un problème de gestion, de rentabilité, il est économiquement important de savoir quel est le potentiel d’une émission ou d’une autre.

88Ce qui m’intéresse sur le plan social et culturel, c’est l’impact d’un événement, d’une œuvre, d’une question à travers ce que l’ensemble des médias en disent. La guerre d’Irak, ce qui s’est passé au Liban, à travers l’ensemble des médias, des chaînes de télévision, même les moins portées sur l’information, a donné à chacun conscience de ce qui se passait. Ce qui s’est passé aux Etats-Unis en septembre 2001, ces images d’avions percutant les tours, des milliards d’êtres humains ont ces images gravées dans leur esprit à travers l’ensemble des médias auxquels ils ont pu faire référence. Je suis très frappé sur un plan proprement culturel de voir combien actuellement, du fait de l’information même très limitée, très superficielle que peuvent donner les chaînes de télévision, même les moins portées sur la culture ; de l’ouverture par exemple d’un musée comme le musée du Quai Branly et la fréquentation que cela induit.

89Ce qui m’intéresse, c’est l’impact de l’ensemble des médias, Internet compris, et la manière dont l’ensemble des médias peut nous conduire à la culture réelle. Je ne suis pas du tout un ennemi d’Internet, je suis plutôt excité par l’ensemble des potentialités.

90La seule chose que je redoute, c’est que les jeunes générations finissent par vivre uniquement dans le virtuel et que disparaisse ce que nous avons tous appris depuis les origines de l’Homme sur le caractère sensuel du rapport à la culture, à l’événement, à l’œuvre. Expliquez-moi pourquoi l’émotion que vous éprouverez quand vous serez devant cette œuvre, là où elle a été peinte, cette émotion et la mémorisation n’est en rien comparable à ce que l’image télévisée la plus perfectionnée vous donnera.

91Ce qui me réconforte dans l’attitude des jeunes, actuelle, qui sont submergés d’informations et de données par Internet, c’est qu’ils ont encore le goût de la ferveur en commun et que si tel chanteur se produit, il y aura 50 000 jeunes qui iront, parce qu’ils seront ensemble avec leur briquet allumé et qu’ils vivront ensemble autre chose que ce que chacun peut vivre dans sa chambre à travers la culture média. Je crois que notre responsabilité est de maintenir l’offre d’une culture vécue par rapport à l’immensité de la culture virtuelle.

92Tout ce qu’on pourra faire en matière de régulation est sans aucune espèce d’intérêt, ni de portée, parce que le problème est mondial, parce que la régulation sera toujours en retard. En revanche, il importe que nous parvenions, nous autres Européens, à donner par l’école, par l’éducation, le sens d’un certain nombre de valeurs, d’une exigence qui nous fera refuser le mensonge, la contre-vérité, la désinformation. C’est la même idée que la démocratie d’après Burke ; c’est vrai, c’était extrêmement dangereux de donner le droit de votre aux imbéciles ou aux demeurés… Et en même temps, tout l’effort de l’instruction et de l’éducation a fait que la plupart de ceux qui contribuent au vote le font d’une manière humainement digne.

« Entre le moment où une technologie se déploie et le moment où des pratiques sociales apparaissent, il s’écoule plusieurs dizaines d’années »

93J.-L. Missika : Je partage beaucoup de ce qu’a dit Jacques Rigaud mais comme par définition un débat est un jeu de rôles, je vais prendre la défense de la génération numérique.

94D’abord je voudrais faire remarquer qu’on en est encore au début du déploiement d’Internet en tant que pratique sociale. Par définition, cela va prendre peut-être 40 ou 50 ans pour que l’ensemble des usages sociaux et culturels soient inventés et stabilisés. On parle de choses embryonnaires.

95Il faut être très prudent dans les analyses et les prédictions, parce que si on se reporte 40 ans en arrière et qu’on regarde ce qu’était la télévision, on apprend à relativiser : il n’y avait alors qu’une seule chaîne, et beaucoup de sociologues ont écrit beaucoup de sottises sur la télévision comme média totalitaire, ayant une influence politique excessive et faisant l’élection par exemple, et ainsi de suite. Entre le moment où la télévision a commencé et le moment où, à moins avis, elle arrive un peu à sa fin, le média n’a plus rien à voir avec ce qu’il était. Or aujourd’hui, Internet en tant que média est en devenir.

96Si je continue cette analogie encore plus loin dans le temps, jusqu’en 1830, je dirais qu’au moment où est née la presse généraliste populaire : la penny press, aux Etats-Unis et en Europe, on n’avait pas encore inventé le modèle économique qui permettait de financer la production d’information, sa diffusion et de payer des journalistes professionnels. La presse d’avant 1830 était faite par des amateurs : des avocats, des bourgeois, des notables, et la professionnalisation de l’information s’est faite progressivement entre 1830 et 1850, alors même que la rotative avait été inventée bien avant.

97Entre le moment où une technologie se déploie, le moment où des pratiques sociales apparaissent, le moment où elles sont ‘monétisables’, c’est-à-dire où on peut gagner de l’argent avec parce que des entrepreneurs schumpétériens se disent : je vais prendre des petites annonces, de la publicité, du paiement à l’acte, etc., il se passe plusieurs dizaines d’années. C’est exactement ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui. La percée conceptuelle permettant, sur Internet, de concevoir des produits d’information, fabriqués par des professionnels et viables économiquement sur le long terme, cette percée conceptuelle n’a pas encore eu lieu, mais je considère qu’elle devrait avoir lieu dans les dix ans qui viennent.

98Isabelle Bourgeois (dans la salle) : Dans le prolongement de ce que vient de dire Jean-Louis Missika, on ne peut pas assez souligner le fait que l’émergence du modèle économique de la presse dans la première moitié du XIXe siècle s’est accompagnée de la standardisation de l’information. Les nouvelles technologies – en l’occurrence, le télégraphe – avaient permis de concevoir de nouveaux produits : la dépêche. Elles ont déterminé les règles applicables aux contenus, ou plus exactement à leur présentation, autrement dit : à la standardisation de l’information. Or ce sont ces règles qui font que l’information a un sens. Au même moment, dans un contexte d’effervescence comparable à celui que nous vivons actuellement, se constituait un système de référence propre à cette ère, avec ses offreurs et ses agrégateurs de contenus.

99L’histoire des médias nous apprend autre chose encore. Plusieurs intervenants ont évoqué ce droit de vote accordé aux ‘idiots’. Le système éducatif a fait en sorte que l’individu, cet ‘idiot’ à l’origine, est devenu un citoyen conscient et responsable. Les médias de masse y ont contribué eux aussi. Et je vais prendre ici comme exemple le livre, dont on oublie trop souvent qu’il n’est devenu un média de masse que depuis une petite cinquantaine d’années. Auparavant, il était un objet de luxe pour une élite restreinte. Certes, au XXe siècle, plus de personnes savaient lire que du temps de Gutenberg.

100Si l’alphabétisation a été la première étape vers la massification de la lecture, l’étape décisive n’a été franchie qu’avec l’apparition du livre de poche, produit en masse, vendu à bas prix, et distribué partout. Cette massification a mené à une réelle démocratisation – une révolution qui n’a pas détruit notre société, bien au contraire. Car dans le même temps, les compétences de base, dont la maîtrise de la lecture, se massifiaient aussi. Norbert Schneider a souligné tout à l’heure le fait que nous n’avons pas encore appris à vivre avec l’abondance que nous connaissons actuellement. La même problématique n’a cessé de se poser depuis le milieu du XIXe siècle. Voilà le premier enseignement que nous permet de tirer l’exemple, récent, de la massification du livre.

« On ne peut pas contrôler ce qui est en mutation »…

101Le second est une interrogation. Au lieu de chercher désespérément à figer les choses en l’état, c’est-à-dire à mettre en place une régulation, tâche impossible au demeurant dans l’univers d’Internet, ne devrions-nous pas nous demander plutôt ceci : et si la clef résidait dans une alphabétisation nouvelle manière ? Lors de la structuration du lien entre médias et société depuis le XIXe, elle a joué un rôle déterminant, apportant et développant chez le consommateur des médias, donc au niveau de la demande, les compétences nécessaires à la formation de l’opinion, permettant à chaque individu de se repérer au sein d’une offre abondante et diverse, et de procéder à des choix.

102Nous avons appris à lire, à écrire, à compter. Et nos compétences ont évolué au fil du temps, s’adaptant à un environnement lui-même évolutif. N’est-ce pas là le mécanisme clé du lien social ? Notre approche du nouvel univers d’abondance dont le pivot est désormais la demande et non plus l’offre ne devrait-elle donc pas plutôt être dynamique ?

103Autrement dit, élargir les compétences du citoyen, lui donner un système de lecture et de valeurs lui permettant de se repérer dans cette offre pléthorique – n’est-ce pas là un moyen plus adéquat pour répondre aux défis ? Le contrôle se déplacerait ainsi de l’offre vers la demande, son outil de la régulation vers la diffusion de compétences. Reste la question de savoir quelles institutions ou quels réseaux dispenseraient ce nouveau savoir actif du citoyen…

104N. Schneider : Cette discussion sur les nouveaux et les anciens médias ne date en effet pas d’hier. L’apparition de l’écriture a été fortement critiquée par Platon. Pourquoi ? Une des raisons était qu’on ne peut pas contrôler ce qui est en mutation. Cela signifie, si on cherche une analogie métaphorique avec la situation que nous vivons aujourd’hui, que l’autorité et la portée des paroles des papes de la prédiction qui nous ont expliqué la vie dans le monde de l’analogique est aujourd’hui remise en question. C’est une situation typique, et il s’agit maintenant de savoir où se situent les nouvelles instances de prédictions et de définition des doctrines.

La seule régulation possible est « une éducation à la compréhension du monde »

105Et si on va jusqu’à dire que l’éducation en tant que sous partie de la formation est aussi une forme de régulation (et je ne pense pas qu’il existe de plus forte régulation que l’éducation), alors la carte de la formation est l’une des plus importantes qu’on doive jouer. Il ne s’agit pas seulement de la question de la compétence face aux médias, mais de bien plus encore : d’une éducation à la compréhension du monde, qui passe par l’apprentissage de la distinction entre le réel et le message sur le réel, entre ce qu’il vit et ce qu’il voit, qui confère au citoyen le recul nécessaire pour faire ses choix. C’est là l’élément culturel qui doit être intégré dans nos réflexions sur notre nouvelle approche du contrôle des médias. Et il commence à l’être, du moins en Allemagne.

Auteur

Consultant (stratégie médias et conseil en communication) et professeur à Sciences Po, Paris.
Diplômé en philosophie, sciences politiques, gestion et sciences économiques. 1979-1984 : conseiller du Président Directeur Général d’Antenne 2. 1988-1991 : chef du service information et diffusion du Premier ministre Michel Rocard. 1991-1995 : collaborateur de la Sofres. 1995-1998 : Directeur général de l’institut de sondages BVA. Puis, création et direction de la société JLM Conseil (conseil en stratégie médias et en communication). Depuis 1984 : professeur de sociologie des médias à l’Institut d’études politiques de Paris. Auteur de nombreuses publications, notamment de La fin de la télévision (2006).

© IFAEE, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540