Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les médias à l’ère du numérique

 | 
Isabelle Bourgeois

Préface

Victor Henle

Full text

1La concentration des médias s’est fortement intensifiée ces dernières années. Dans les seuls mois précédant ce Dialogue franco-allemand sur les médias, l’Office fédéral des cartels avait été amené à émettre publiquement de sérieuses réserves quant à un projet de fusion. Il aurait réuni l’opérateur de télévision ProSiebenSat. 1 et le groupe d’édition de presse Axel Springer. Ce projet de fusion, abandonné en février 2006, avait non seulement été au centre des préoccupations des Landesmedienanstalten, les autorités allemandes de régulation de l’audiovisuel, ou des diverses institutions en charge de l’évaluation du degré de concentration des médias, il avait aussi été amplement débattu dans l’espace public. Pendant près d’un an, une question a préoccupé l’opinion allemande : comment limiter les risques de voir un acteur occuper une position dominante sur les marchés des médias et développer un pouvoir d’influence démesuré sur l’opinion publique ?

  • 1 « Kontrolle von Meinungsmacht in Zeiten der Konvergenz – Demokratie und Wirtschaft brauchen klare (...)

2Pas plus tard que la veille de ce Dialogue, la Fondation Friedrich Ebert avait réuni à Berlin des experts pour discuter du « contrôle des opinions en position dominante à l’heure de la convergence »1 – une thématique proche de celle que nous abordons aujourd’hui. Il s’agissait de définir des règles pour la démocratie et l’économie dans l’ère du numérique, et d’explorer les causes et conséquences de la concentration des médias.

3En France, en décembre 2005, la commission présidée par Alain Lancelot avait soumis au Premier ministre une brillante analyse des questions juridiques et économiques soulevées par la concentration des médias. Elle était parvenue à la conclusion que, en France, la concentration des médias n’avait pas encore atteint un degré alarmant. Néanmoins elle précisait que de nombreuses modifications devaient être apportées à la réglementation en vigueur, notamment une réforme du droit commun, du droit de la procédure et une restructuration des compétences institutionnelles. Je vous recommande la lecture de son analyse et de ses propositions de réforme, qui sont lourdes d’enseignement également pour l’approche allemande.

4Nous entrons dans l’ère de la communication numérique. Elle défie l’organisation fédérale du système allemand des médias, en forçant un changement de paradigme dans le domaine de la régulation des médias. Les barrières que nous avons instaurées contre la concentration des médias dans le monde de l’analogique ne sont plus adaptées pour l’endiguer dans l’univers du numérique.

5Malgré les différences structurelles entre la France et l’Allemagne, les mutations en cours se traduisent par des effets présentant de grandes similitudes. Il y a peu encore, la concentration des médias revêtait un profil classique que Jean-Marie Messier, alors président du groupe Vivendi Universal qu’il avait constitué, avait décrit ainsi en 1997 dans une interview accordée au quotidien Le Monde : « Il y aura bientôt un seul point d'entrée dans la maison pour l'image, la voix, le multimédia et l'accès à l’Internet ». Puis il en tirait la conclusion suivante : « Cette perspective m'a amené à conclure qu'il faut être capable, pour conserver les marges, de maîtriser toute la chaîne contenuproduction-diffusion et lien avec l'abonné ». Leo Kirch ne s’était pas exprimé en ces termes mais il avait agi en conséquence.

6Les maîtres de ce monde analogique des médias étaient et sont partiellement encore les grands groupes : Bertelsmann, Berlusconi, Pearson, Murdoch, Prisa et Vivendi Universal. Dans leurs sociétés, ils produisent tout ce que demande le consommateur des médias : journaux, magazines, livres, cinéma, musique, jeux, programmes radio et télévisés, sans oublier l’offre d’Internet. Ils ambitionnent de devenir l’interlocuteur unique du consommateur des médias.

Les ‘seigneurs des réseaux’ seront-ils les maîtres de demain ?

7De nouveaux maîtres sont apparus dans le combat pour la suprématie dans le salon numérique du consommateur : les ‘seigneurs des réseaux’ que sont les groupes de télécommunications. Ils ne se contentent plus de leur rôle historique d’opérateurs de réseaux, c’est-à-dire de prestataires chargés de l’emballage technique des contenus ou de transporteurs acheminant les contenus vers le salon et, depuis peu, vers le téléphone portable du consommateur. Car eux aussi sont soumis maintenant aux rudes lois de l’économie qui les contraignent à épuiser l’ensemble de la chaîne de création de valeur, une tendance qui accélère le mouvement de concentration sur le marché des médias.

8Les opérateurs de réseau, qui en Allemagne desservent la moitié des 37,5 millions de foyers télévisés, s’emparent du métier d’opérateur de plateforme qu’assuraient auparavant les sociétés de programmes. Ainsi par exemple, Unity Media, qui est l’opérateur des réseaux câblés de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Hesse, vient de s’adjoindre deux rôles totalement nouveaux pour accroître l’attractivité de l’abonnement au réseau : rendre la réception câblée plus attrayante. Il a acheté à prix d’or les droits de retransmission des contenus TV les plus prisés en Allemagne : les matches de football de la Bundesliga. Et, fort de cette matière première inestimable, il assemble maintenant sa propre chaîne.

9Le changement réside dans le fait que les opérateurs de réseaux câblés tendent à se positionner en concurrents de leurs propres clients, alors qu’auparavant, ils se contentaient de se concurrencer entre eux. Si cette convergence des rôles d’éditeur de contenus et de gestionnaire de réseau est nouvelle en Allemagne, elle est déjà bien établie en France, où un groupe de BTP détient à la fois la première chaîne privée TF1 et Bouygues Télécom, sa filiale de téléphonie mobile. Cette même convergence caractérise Vivendi Universal qui, outre ses chaînes, détient l’opérateur de téléphonie mobile SFR.

10On assiste ainsi à une ‘renaissance’ de la tendance à l’intégration verticale. Après la chute de ‘l’empire Kirch’ au printemps 2002, nous avons cru en Allemagne que cette forme de concentration appartenait au passé. Mais maintenant que les opérateurs de réseau se mettent à créer leurs propres plateformes pour commercialiser des programmes qu’ils éditent eux-mêmes et à les distribuer de surcroît à l’aide de technologies propriétaires, les problématiques du contrôle des concentrations et de la garantie du pluralisme se sont déplacées vers un autre aspect : comment garantir les mêmes chances d’accès au marché aux acteurs tiers ? Mais dans le même temps, force est de constater aussi qu’avec ces nouveaux acteurs est apparu un nouveau type de concurrence sur les réseaux de distribution des contenus audiovisuels. Ceux-ci se sont élargis aux réseaux à haut débit du VDSL dans le domaine filaire, ou, dans le hertzien, aux réseaux de télévision numérique mobile (DVB-H).

11La question qui se pose dès lors est de savoir si cette nouvelle forme que prend la concurrence n’est pas de nature aussi à désamorcer dans une certaine mesure la problématique du contrôle des concentrations spécifique au domaine des médias. Elle nous amène en tout cas à nous demander si nous n’allons pas, à l’avenir, pouvoir renoncer au moins partiellement à prendre des mesures prophylactiques. Y renoncer totalement ne semble guère possible, la raison économique l’interdit. Rupert Murdoch, en maître de l’art, avait un jour décrit ainsi cette raison. « Je déteste les monopoles », avait-il dit, avant de poursuivre : « sauf si j’en avais un ».

12Sur la voie qui mène aux nouvelles configurations des réseaux audiovisuels, Deutsche Telekom est revenue récemment à un statu quo ante. Sous la contrainte de la Commission européenne, l’opérateur a dû vendre ses réseaux câblés. Mais il s’est mis à en construire de nouveaux, à très haut débit, en technologie VDSL, pour recréer ses propres vecteurs de distribution pour les contenus audiovisuels entre autres.

13Ces opérateurs de télécommunications disposent d’énormes ressources financières. Elles leur donnent une latitude d’action bien supérieure à celle des traditionnelles sociétés de programmes. A l’instar d’Unity Media, elles s’attachent leurs clients grâce à une offre exclusive et globale de services de communication, ce triple play qui ouvre accès à tous les services (e-mails, téléphonie, accès Internet, radio, télévision) mais qui, rendant plus difficile pour le consommateur toute tentative de changer de fournisseur, en fait un client captif. Cette stratégie qui crée de nouvelles positions de pouvoir sur le marché finira par aboutir à une éviction de la concurrence.

Nos sociétés subissent de profondes transformations

14Des deux côtés du Rhin, de profondes mutations sont en cours. Les frontières sectorielles s’estompent, les concepts établis perdent de leur consistance, communication individuelle et communication de masse tendent à s’interpénétrer… Ces évolutions mettent à mal les seuils érigés pour contenir le pouvoir des médias, qu’il s’agisse du modèle allemand des parts d’audience ou du modèle français des parts de capital. Centrer le contrôle des concentrations sur l’éditeur, comme c’était le cas jusqu’à présent, ne suffira bientôt plus pour contenir l’émergence d’opinions prédominantes. Ce sont aujourd’hui les opérateurs de réseau qui exercent le pouvoir de décision, ce sont eux qui décident si les contenus offerts par celui qui ‘contrôle’ l’opinion par sa position prédominante peut les diffuser aux consommateurs via leurs réseaux de distribution.

15La numérisation a déjà profondément modifié la donne, même si nul ne sait encore quel univers naîtra de la formidable dynamique de changement actuellement à l’oeuvre. Pour l’heure, c’est aux opérateurs de réseau et aux investisseurs financiers à qui ils appartiennent que revient le rôle central. Quand la presse relate par exemple qu’un investisseur comme KKR, qui n’est pas seulement un « prédateur » comme on l’affirme trop hâtivement, s’apprêterait à proposer quelque 40 milliards d’euros pour racheter Vivendi Universal, alors on comprend mieux où se situent les véritables enjeux de pouvoir. Inéluctablement, ces mutations vont décider du destin de l’audiovisuel qui joue encore – mais pour combien de temps ? – un rôle privilégié dans nos sociétés, protégé en France comme en Allemagne par les garanties institutionnelles que lui confère sa mission spécifique.

16Je souhaite que ces deux journées de Dialogue franco-allemand sur les médias nous permettent de confronter nos expériences respectives des profonds changements que connaissent nos sociétés en entrant dans l’ère de l’information et l’économie de la connaissance. Puissions-nous en sortir mieux armés encore pour relever ensemble les défis que représentent ces mutations pour nos systèmes médiatiques, bien sûr, mais bien plus encore pour nos modèles économiques et démocratiques. Et puissions-nous approfondir nos échanges pour ainsi mieux répondre aux enjeux de la communication dans une Union européenne à l’aube de la société du savoir.

Notes

1 « Kontrolle von Meinungsmacht in Zeiten der Konvergenz – Demokratie und Wirtschaft brauchen klare Regeln », Medien-Fachkonferenz der Friedrich-Ebert-Stiftung, Berlin, 6 novembre 2006.

Author

Président de la Landesmedienanstalt Thuringen (TLM : autorité de régulation du secteur privé des médias du Land de Thuringe)
Né en 1942. Etudes de droit à Munich et Paris. Diverses fonctions dans l’administration du gouvernement de l’Etat libre de Bavière. 1985-89 : journaliste dans un quotidien bavarois, développement des activités de l’éditeur et direction (filiale radio, radio locale et câblo-opérateur régional). 1989-90 : au sein du ministère de l’Intérieur de Bavière, création et direction d’un mensuel pour la police bavaroise. 1990-92 : participation à l’institution du ministère de l’Intérieur de Thuringe, puis porte-parole. 1992-2007, Président de la TLM. Depuis 1999, vice-président de la Direktorenkonferenz der Landesmedienanstalten (DLM : conférence permanente des directeurs des autorités de régulation des médias des Länder) et président de la Konferenz der Direktoren der Landesmedienanstalten (KDLM : conférence permanente des directeurs en charge de la garantie du pluralisme). 1993-2007, membre de la Commission Protection de la jeunesse et de la Cellule commune des Landesmedienanstalten pour les questions relatives aux programmes, à la publicité et à la compétence médiatique

© IFAEE, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540