Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République Fédérale d’Allemagne

 | 
Isabelle Bourgeois
, 
René Lasserre

Remerciements

Texte intégral

1Sans le soutien actif et généreux d’un certain nombre de personnes et institutions, cet ouvrage n’aurait pas pu voir le jour.

2Nous tenons à remercier en premier lieu Alfred Grosser qui, après nous avoir tant appris de l’Allemagne, nous a une fois de plus éclairés de son amicale perspicacité dans notre cheminement tout au long de ces soixante ans de la République fédérale.

3Nos remerciements chaleureux vont, bien sûr, à toutes les personnes qui nous ont gracieusement cédé les droits de reproduction de leur œuvre : René Böll, André Bourgeois, Erich Guttenberger, Kay Herschelmann, Wolfgang Horsch et Jürgen Seidel.

4Nous remercions également les entreprises et institutions suivantes pour leur aimable autorisation de reproduction d’images représentatives : les quotidiens BILD, Frankfurter Allgemeine Zeitung et die tageszeitung, le magazine Der Spiegel, les sociétés Deutsche Telekom, Electrolux et Opel, les éditions Ullstein, l’établissement de radiodiffusion Norddeutscher Rundfunk, le ministère fédéral de la Formation et de la Recherche (BMBF), le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (BMAS), le Bundesrat, ainsi que la direction d’IG Metall de Coblence et le musée Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland.

5Nous remercions par ailleurs d’avoir aimablement mis à notre disposition des documents historiques les partis SPD, Die Linke et Bündnis 90/Die Grünen, ainsi que le syndicat ver.di.

6Pour nous avoir accompagnés dans notre recherche documentaire et nous avoir autorisés à reproduire les principales « icônes » marquant les étapes de la construction du modèle économique et social allemand, nous exprimons notre profonde reconnaissance aux archives centrales du mouvement syndical et de la social-démocratie (Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert Stiftung), ainsi qu’aux archives centrales du mouvement chrétien-démocrate et du parti CDU (Konrad-Adenauer Stiftung).

7Enfin, sans l’indéfectible et généreux soutien du Presse- und Informationsamt der Bundesregierung qui nous a ouvert en grand les portes des archives iconographiques du gouvernement fédéral et nous a laissé puiser à notre guise dans ses trésors, le lecteur n’aurait jamais pu trouver dans cet ouvrage ce qui donne leur véritable dimension aux heures tragiques ou heureuses qu’a connues la République fédérale : l’émotion. Et nous tenons tout particulièrement à saluer ici son directeur Arvid Brunneman et sa main droite, Margritta Gorlt, pour leur contribution amicale et dévouée à la réalisation de cette chronologie illustrée.

8Elle serait cependant restée ‘virtuelle’ sans le soutien précieux du Centre de Recherche Civilisations et Identités culturelles comparées (CICC) et de l’UFR Langues, nos partenaires de l’Université de Cergy-Pontoise auprès de laquelle le CIRAC est implanté, ainsi que de la représentation à Bruxelles de la Fédération allemande des Caisses d’épargne (Deutscher Sparkassen- und Giroverband), et tout particulièrement sans le soutien cordial et généreux de la Fondation du mouvement syndical allemand, la Hans-Böckler-Stiftung. Qu’ils soient ici sincèrement remerciés pour leur contribution au financement de l’impression de cet ouvrage en quadrichromie et pour nous avoir ainsi permis de peindre le portrait de l’Allemagne avec toutes les couleurs de la vie.

© IFAEE, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540