Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La République Fédérale d’Allemagne

 | 
Isabelle Bourgeois
, 
René Lasserre

Chapitre 7. De la paralysie réformatrice au réformisme social-écologique

1997 – 2002

Texto completo

1997

Paralysie réformatrice du gouvernement Kohl

126 avril : Alors que l’Allemagne s’enfonce dans ce que les observateurs étrangers nomment la « germanosclérose », le président Roman Herzog (CDU), élu en 1994, tient à Berlin (Hôtel Adlon) un discours où il tente d’impulser un « sursaut » réformateur dans la société.

Waigel pris au piège des 3 %

2Printemps : Theo Waigel, ministre fédéral des Finances, ferraille avec ses collègues européens sur la nécessité d’un strict respect du critère des 3 % de PIB de déficit public (« sans décimale après la virgule ») avant qu’il ne soit décidé du passage à la 3e phase de l’UEM en 1998. Il apparaît cependant que des prévisions de rentrées fiscales moins importantes que prévues risquent de mettre l’Allemagne en défaut, ce qui oblige Theo Waigel à solliciter quelques artifices comptables auprès de la Bundesbank pour obtenir que celle-ci accepte de revaloriser le montant de ses réserves. Le déficit 1997 sera ainsi ramené à 2,7 %.

2 octobre : Signature du Traité d’Amsterdam

© Communautés européennes
Adopté par le Conseil européen des 16 et 17 juin, le Traité apporte quelques compléments à celui de Maastricht (droits de l’Homme, acquis de Schengen, sécurité, justice, politique étrangère et de sécurité). Il instaure le principe des coopérations renforcées entre Etats sur une base volontaire et décide qu’il devra être procédé à une réforme institutionnelle avant tout nouvel élargissement.

326 juin : Les projets de réforme fiscale du gouvernement Kohl qui prévoient une baisse substantielle des taux d’imposition de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les bénéfices des entreprises sont adoptés par le Bundestag, mais échouent finalement en commission de conciliation devant l’opposition majoritaire du Bundesrat menée par les Länder dirigés par le SPD.

Les Sages relancent la Standortpolitik

4Novembre : Le Conseil des Sages consacre son rapport annuel 1997/98 à l’impératif d’une politique de réformes pour redynamiser la compétitivité de l’économie allemande dans un monde globalisé. Il y formule une série de recommandations reposant toutes sur une « politique de l’offre » consistant à créer un environnement favorable à l’activité, c’est-à-dire orientée sur le long terme et associant l’ensemble des acteurs économiques et politiques.

Fusion Krupp-Thyssen

54 novembre : Achèvement du regroupement au sein de Thyssen Krupp Stahl AG des deux grands groupes sidérurgiques allemands Krupp-Hoesch (Essen) et Thyssen (Düsseldorf) engagé au printemps à partir d’une OPA hostile du premier.

618 novembre : Prise de contrôle des AGF (Assurances Générales de France), 2e groupe français, par Allianz, le 1er assureur allemand.

Derniers feux pour Helmut Kohl

711 décembre : Le gouvernement fait adopter au parlement trois mesures importantes : l’ouverture à la concurrence du marché des télécommunications et l’institution d’une autorité de régulation sectorielle pour les télécommunications et les services postaux : la Regulierungsbehörde für Post und Telekommunikation (entrée en vigueur : 01-01-1998) ; la Loi de réforme de l’assurance retraite (Rentenreformgesetz) qui prévoit, à compter de 1999, la prise en compte du facteur démographique dans le calcul des retraites et induit la réduction progressive du taux de pension de 70 % à 64 % (cette disposition sera annulée par le gouvernement Schröder) ; et le relèvement de la TVA de 15 % à 16 % au 1er avril 1998 (NB : l’impôt solidarité avait été réduit le 1er octobre de 7,5 % à 5,5 % avec effet au 1er janvier 1998).

1998

812 mars : Au lendemain de sa victoire aux élections de Basse-Saxe (dont il devient le ministre-président), Gerhard Schröder est désigné candidat Chancelier par le SPD.

© AdsD d. FES
Affiche électorale du SPD (1998). Texte : « Je suis prêt ».

Vers la monnaie unique

923 avril : Sur proposition du gouvernement fédéral, le Bundestag puis le Bundesrat approuvent la participation de la RFA au passage à la 3e phase de l’UEM et à la création de l’Euro au 1er janvier 1999.

101er-3 mai : Le Conseil européen extraordinaire de Bruxelles décide de la création de l’Euro comme monnaie unique au 1er janvier 1999.

117 mai : Fusion Daimler-Chrysler qui devient le 3e constructeur mondial. Dix ans après, Daimler-Benz reprendra sa liberté sur un constat d’échec.

125 juin : VW l’emporte sur BMW dans le ‘match’ des deux groupes pour la reprise de Rolls-Royce.

1330 juin : La Banque centrale européenne débute ses activités à Francfort-sur-le-Main.

L’alternance rouge-verte

14Septembre-novembre : Elections au Bundestag. La coalition CDU-FDP perd les élections et Helmut Kohl quitte le pouvoir au terme d’une longévité gouvernementale sans précédent dans l’histoire allemande. Le chancelier Gerhard Schröder (SPD) forme un gouvernement de coalition SPD/Verts (Bündnis 90/Die Grünen).

15Les Verts entrent au gouvernement fédéral pour la première fois. Joschka Fischer devient vice-chancelier, ministre des Affaires extérieures. Les Verts prennent également en charge le ministère de l’Environnement (Jürgen Trittin). Dans ce gouvernement, Oskar Lafontaine (qui préside le parti SPD) joue un rôle déterminant à la fois comme président du SPD et comme ministre des Finances aux attributions économiques renforcées.

© Bundesregierung / Reineke
Les signataires du Traité de coalition SPD/Verts le 20 octobre à la Représentation du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie à Berlin.
De gauche à droite : Jürgen Trittin (ministre de l’Environnement), Gunda Röstel (porte-parole de Bündnis 90/Die Grünen, Christine Bergmann (ministre de la Famille), Heidemarie Wieczorek-Zeul (ministre de la Coopération), Kerstin Müller (porte-parole du groupe parlementaire des Verts), Gerhard Schröder (chancelier), Oskar Lafontaine (ministre des Finances et de l’Economie), Joschka Fischer (ministre des Affaires étrangères).

© Bundesregierung / Schambeck
Berlin, 27 septembre. G. Schröder et O. Lafontaine fêtent leur victoire électorale devant la Maison Willy Brandt, siège du SPD.

© Bundesregierung / Schambeck
Berlin, Bundestag, 10 novembre.
Wolfgang Schäuble, président du groupe parlementaire CDU/CSU, critique vertement le volet budgétaire du programme SPD/Verts que vient de présenter le chancelier Schröder dans son discours de politique générale.
Sur le banc gouvernemental, de gauche à droite : Oskar Lafontaine (« super-ministre » des Finances et de l’Economie), Joschka Fischer (ministre des Affaires étrangères) et le chancelier.

Pacte pour l’emploi

167 décembre : Mise en place, à l’initiative du Chancelier, du « Pacte pour l’emploi, la formation et la compétitivité » (« Bündnis für Arbeit »), instance de dialogue tripartite gouvernement-patronat-syndicats ayant pour objectif de promouvoir une stratégie concertée de lutte contre le chômage, placée au rang de priorité n° 1 du gouvernement. Le pacte se limitera à une série de rencontres au sommet suivies de déclarations communes mais ne débouchera pas sur des engagements concrets des différents acteurs et se soldera finalement par un échec.

1999

171er janvier : Entrée en vigueur de l’UEM après fixation irrévocable, le 31 décembre 1998, de la parité de l’Euro par rapport aux autres monnaies. L’Euro entre en usage comme monnaie scripturale au sein de la zone Euro.

© FAZ
La parité DM/€ est fixée à 1 DM = 1,95583 €. En fait, dans l’esprit des Allemands, à 1 DM = 2 €.
« Nouvelle ère dans l’œuvre d’intégration européenne », titre le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung le 2 janvier 1999.

184 mars : Adoption de la réforme fiscale (Steuerentlastungsgesetz) qui prévoit un allègement de l’impôt sur le revenu et les bénéfices en trois étapes, échelonnées sur 1999, 2000, 2003. Elle comporte à la fois des élargissements d’assiette (notamment vers les bas revenus) et des baisses de taux d’imposition aux tranches extrêmes. Ce premier réaménagement fiscal est jugé décevant par les acteurs économiques.

Exit Lafontaine

1911 mars : Démission d’Oskar Lafontaine à la suite de ses prises de position en faveur d’une politique économique « mixte » de soutien à la croissance et à l’emploi fondée sur le desserrement de la rigueur budgétaire et la baisse des taux d’intérêt. Cet affichage, qui est perçu comme une mise en cause à la fois de la politique de la BCE et de son indépendance, suscite de vives critiques dans les milieux économiques et conduit à un conflit ouvert avec le Chancelier. Lafontaine démissionne de la présidence du SPD et de ses fonctions ministérielles. Hans Eichel lui succède à la tête d’un ministère des finances « normalisé » et met en œuvre une politique systématique et difficile d’économies budgétaires.

Création de l’écotaxe

201er avril : Entrée en vigueur progressive jusqu’au 01-01-2003 de la Loi sur l’entrée dans la réforme écologique de la fiscalité (Gesetz zum Einstieg in die ökologische Steuerreform) du 24 mars. Elle instaure une écotaxe assise sur la consommation d’énergie et dont le double objectif est d’abaisser les cotisations retraite « pour rendre le facteur travail moins cher » et de financer le développement des énergies renouvelables.

© Bundesregierung / Fassbender
Jürgen Trittin, ministre fédéral de l’Environnement, lors d’un conseil des ministres (28-04-1999).

Inauguration du Reichstag

2119 avril : Le déménagement de l’ancienne capitale (Bonn) vers la nouvelle (Berlin) s’achève. Inauguration du Reichstag réaménagé où siège désormais le Bundestag.

© Bundesregierung / Kühler
Joschka Fischer et Gerhard Schröder admirent la coupole du Reichstag.

© Bundesregierung / Bienert

© Bundesregierung / Reineke
Bonn, 30 juin 2000.
Le parti CDU transfère son siège de Bonn à Berlin. Allocution de sa secrétaire générale (Angela Merkel) lors de la cérémonie d’adieu.

Les dérives du fédéralisme financier

2211 novembre : Jugement du Tribunal constitutionnel fédéral sur le fédéralisme financier. Il fait injonction aux législateurs de redéfinir les modalités du système de solidarité financière entre les collectivités territoriales en respectant le principe de « l’interdiction du nivellement » (Nivellierungsverbot) qui découle du principe constitutionnel de l’équité des chances. A la suite de cet arrêt, le mode de calcul de la péréquation financière au profit des nouveaux Länder devra être revu.

2324 novembre : Plan de sauvetage du groupe BTP Philipp Holzmann, mis en place à l’instigation du chancelier Schröder avec le concours des banques et d’aides publiques. L’opération suscite de vives critiques dans les milieux économiques.

© taz
« Holzmann sauve Schröder », résume le quotidien alternatif die tageszeitung (26-11-1999).

Hans Eichel entre en scène

24Novembre–décembre : Adoption par le parlement du premier programme d’économies (« Sparpaket ») présenté par Hans Eichel, qui instaure au 1er janvier 2000 une baisse de la contribution de l’Etat à l’assurance retraite et un plafonnement en pouvoir d’achat des pensions pour 2000/01, une réduction de la durée du service militaire de 13 à 11 mois et diverses mesures en faveur des familles avec enfants.

© Bundesregierung / Bienert
Hans Eichel s’assurant de la ‘dureté’ de l’euro (31-08-2001).

2000

254 février : Signature de l’accord de fusion entre Vodafone Airtouch et Mannesmann AG. « Un certificat de maturité pour les Allemands », titrent le même jour les éditoriaux des grands quotidiens, saluant le succès de la première OPA étrangère menée outre-Rhin, de surcroît sur une entreprise emblématique de l’industrialisation (en 1886, les frères Mannesmann avait breveté un procédé de production de tubes d’acier sans soudure), et sans que le politique cherche à intervenir. Cette OPA qui inaugure l’entrée dans la « nouvelle économie » révèle la capacité d’adaptation d’un modèle industriel allemand soutenu par les banques et cogéré par les salariés.

Sortie du nucléaire

264 juin : Adoption d’un consensus sur la sortie progressive du nucléaire, négocié par la coalition fédérale (SPD/Verts) et les principaux électriciens. Il est suivi, le 14 décembre 2001, par le vote d’une loi réglementant les étapes progressives de l’abandon de la production d’électricité à partir du nucléaire. Entrée en vigueur le 26 avril 2002, elle limite notamment la durée de vie des centrales existantes à 32 ans.

Stratégie de Lisbonne

2723-24 mars : Lors du Conseil européen à Lisbonne, les Etats membres décident d’une stratégie de modernisation de leurs économies pour « faire de l’Europe l’économie la plus compétitive dans l’ère du savoir ». Cette « Stratégie de Lisbonne », connue aussi sous le nom de politique « pour la croissance et l’emploi », prévoit non seulement un effort conséquent d’innovation (3 % du PIB consacré à la R&D à l’horizon 2010), mais aussi d’importantes réformes structurelles, notamment en matière de protection sociale.

Débat franco-allemand sur l’Europe

2812 mai: Discours de Joschka Fischer à l’Université Humboldt sur l’Europe. S’exprimant à titre personnel, le vice-chancelier expose sa vision à long terme de l’avenir de l’Union. Renonçant à l’objectif irréaliste d’un Etat fédéral européen, il envisage la constitution d’une « Fédération d’Etats-nations » partageant leur souveraineté dans des domaines essentiels clairement définis par une Constitution mais conservant leur autonomie dans tous les autres. Cette fédération d’Etats-nations ne pourra cependant voir le jour que dans un processus d’intégration politique progressif à partir des Etats les plus directement intéressés qui constitueraient le « centre de gravité » de l’Union, embryon de la future Fédération. Le discours a reçu un accueil public sensiblement plus positif que le mémorandum-CDU de 1994, notamment en France, où néanmoins dans le contexte de la cohabitation Chirac-Jospin, droite et gauche continuèrent de se retrouver sur une ligne confédérale privilégiant la coopération intergouvernementale classique.

2927 juin : Discours du président Jacques Chirac devant le Bundestag, prononcé à la veille de la présidence française du Conseil européen. Il reprend l’idée d’un « groupe pionnier d’Etats » qui pourraient s’engager sur des coopérations renforcées, mais laisse à la Conférence intergouvernementale (CIG) le soin de préciser la marche à suivre.

Conseil européen et Traité de Nice

307-9 décembre : Le Conseil européen de Nice sous présidence française a un ordre du jour chargé au centre duquel se trouve la question de la représentation des Etats dans les institutions de la future Europe élargie des 27 (nombre respectif de sièges à la Commission, de sièges au Parlement, de voix au Conseil). Sur ces points, les affrontements sont vifs entre les « grands » et « petits Etats » qui veulent s’assurer une représentation suffisante. Mais ils ne le sont pas moins entre l’Allemagne et la France, l’une soucieuse de préserver son avantage démographique, la seconde de préserver l’équilibre politique entre les deux pays au sein du Conseil européen dans la prise de décision pour les votes à majorité qualifiée. Sur la base des compromis finalement adoptés le lundi 11 décembre au petit matin, le Traité de Nice ne sera signé dans sa version définitive que le 26 février 2001.

© Bundesregierung / Stutterheim
Nice, 7 décembre.
J. Chirac, G. Schröder et L. Jospin (de dos).

Création d’EADS

3110 juillet : Le groupe European Aeronautic Defence and Space Company est constitué à partir de la fusion du groupe allemand DASA, (issu en 1989 du regroupement de Daimler, Dornier, Messerschmitt-Bolkow-Blohm, MTU München et Telefunken Systemtechnik), du groupe français Aérospatiale-Matra (créé en 1999 du regroupement Aérospatiale-Lagardère) et de la société d’Etat espagnole CASA. Il répond à la volonté commune des gouvernements français et allemand de constituer, à partir de leurs potentiels respectifs, un opérateur industriel européen de taille mondiale dans le secteur aéronautiqque et spatial, notamment dans l’aviation civile, le lancement de satellites, l’aviation militaire et la défense. Société de droit néerlandais, EADS est cotée en bourse à Francfort, Paris et Madrid. A sa création, elle représente un CA total de 24 milliards € et regroupe près de 106 000 salariés.

Réforme fiscale version Eichel

3214 juillet : Adoption de la Loi de réduction fiscale (Steuersenkungsgesetz) et d’une série d’allégements fiscaux spécifiques aux PME. Les dispositions de cette réforme du code allemand des impôts visent ouvertement à soutenir la compétitivité de l’économie par une baisse par étapes du poids des prélèvements, à la fois de l’impôt sur le revenu (relèvement du seuil d’imposition, réduction du taux maximal à 48,5 %, puis 43 % en 2005) et de l’impôt sur les bénéfices (taux unique à 25 %). L’avoir fiscal est instauré sur les dividendes, et les plus-values sur cessions de valeurs mobilières sont entièrement exonérées d’impôt à compter de 2002, ceci en vue de dynamiser la place financière allemande. En dépit de la résistance initiale de l’opposition, Hans Eichel obtient l’approbation du Bundesrat sur sa réforme.

2001

Entrée en vigueur de l’Euro

331er janvier : Basculement à l’Euro dans les 15 Etats membres concernés. L’Allemagne abandonne le Deutsche Mark.

Le « Cœur de l’€uro »

Le « Cœur de l’€uro »

© René Lasserre
« Ce cœur de jaspe a été offert et taillé par Dieter Jerusalem, maître artisan lapidaire à Idar-Oberstein, avec le concours de la Fondation du Musée Allemand de la Pierre précieuse et de Progem, Société de promotion du gemme d’Idar-Oberstein, ainsi que du ministère de l’Economie de Rhénanie-Palatinat, Mayence, Allemagne. La stèle a été conçue par J.-F. Schmit et F. Millot et réalisée avec le concours de la Société Arcelor.
Placé au centre de la zone €uro, ce monument témoigne du rôle déterminant de l’entente franco-allemande dans la création de la monnaie commune européenne ». (Texte gravé sur la stèle de ce monument inauguré en 2002)
Montreuillon (Nièvre). Cœur de jaspe rouge matérialisant le centre historique de la zone euro. Coordonnées IGN : 3°48’2’’Est / 47°11’56’’Nord.

Constitution du syndicat Ver.di

3419-21 mars : Congrès constituant du nouveau syndicat unitaire des services : Vereinigte Dienstleistungsgewerkschaft (ver.di). Ce conglomérat de branche naît, après cinq ans de négociations, de la fusion de cinq syndicats : ÖTV (services publics et transports), DAG (employés), Deutsche Postgewerkschaft (services postaux), HBV (commerce, banque et assurance) et IG Medien.

Réforme Riester : retraite par capitalisation

35Mai : Réforme des retraites, qui entre progressivement en vigueur à partir du 1er janvier 2002. Elle apporte un changement important de doctrine : pour compenser la réduction à terme des prestations du régime légal d’assurance retraite induite par le vieillissement démographique, la Loi sur la formation d’un patrimoine vieillesse (Altersvermögens-Gesetz) encourage le recours accru à la capitalisation par la mise en place d’une épargne retraite subventionnée (« retraites Riester »). L’objectif de la réforme, initiée par le ministre du Travail, Walter Riester (ancien président d’IG Metall), est de rééquilibrer les charges entre les trois piliers du système allemand d’assurance vieillesse : assurance retraite légale (80 % des assurés), retraites d’entreprise et prévoyance complémentaire de la fonction publique (10 %), et prévoyance individuelle (10 %). La même réforme crée un ‘minimum vieillesse’ destiné aux personnes en difficulté (Gesetz über eine bedarfsorientierte Grundsicherung im Alter und bei Erwerbsminderung) qui entre en vigueur le 1er janvier 2003.

Conseils d’entreprise

3622 juin : Réforme du Betriebsverfassungsgesetz. De nouvelles dispositions facilitent la constitution des Conseils d’entreprise (notamment dans les PME) et renforcent leurs droits de codécision en matière de formation, de protection de l’environnement et de promotion des femmes.

Nouveau Pacte de solidarité en faveur de l’est

375-13 juillet : Accord entre Fédération et Länder sur le plafonnement de la base de péréquation financière entre Länder (ramenée de 80 % à 72,5 % de leur produit de TVA) et prolongement dégressif du Pacte de solidarité financière au profit des nouveaux Länder (Solidarpakt II) de 2005 jusqu’en 2019, à hauteur d’un volume global de transferts de 156 milliards € (pour la période 1990-2000, l’effort global de solidarité en faveur de l’est – Aufbau Ost – a été de 500 milliards €).

Vers un Traité constitutionnel européen

3815 décembre 2001 : Le Conseil européen de Laeken décide de convoquer une « Convention sur l’avenir de l’Europe » qui va décider d'établir un « projet de traité constitutionnel ».

2002

Récession et montée du chômage

39A la suite de la crise boursière liée à l’éclatement de la bulle spéculative sur les valeurs technologiques, l’économie des pays industriels connaît un net ralentissement dont l’économie allemande, largement dépendante de l’exportation, accuse le contrecoup. Sous l’effet d’un niveau de charges trop élevé qui pèse sur sa compétitivité externe et étouffe sa demande intérieure, et des rigidités de son système social qui retardent son adaptation, l’Allemagne s’enfonce dans le marasme.

40Avec une croissance zéro en 2003 et un recul de -0,2 % de son PIB en 2003, elle fait alors figure de « lanterne rouge » de l’Europe et ne parvient à endiguer ni la montée du chômage, ni celle des déficits.

© Ulltein
A l’été 2003, Hans-Werner Sinn, président de l’institut ifo (Munich), lancera un pavé dans la mare : « L’Allemagne peut-elle encore être sauvée ? ». Son diagnostic du mal qui frappe l’économie allemande : « La maladie de l’Etat providence ». La thérapie qu’il propose : rétablir l’équilibre entre marché et solidarité en réformant le modèle social.

Réforme de la Bundesanstalt für Arbeit

4127 mars : A la suite de la révélation du maquillage pratiqué sur les statistiques relatives au placement des chômeurs, le ministre fédéral du Travail, Walter Riester, engage une restructuration de l’Office fédéral du travail.

Premier pas vers un Pacte national de stabilité

426 juin : En vue de réduire la montée de l’endettement et d’empêcher que le déficit public global ne franchisse la norme européenne des 3 % du PIB, la Fédération et les Länder s’engagent sur l’objectif conjoint d’une limitation des dépenses pour 2003 et 2004.

Commission Hartz

43Eté : Remise du rapport de la Commission présidée par Peter Hartz, Directeur des affaires sociales de VW, chargée par Gerhard Schröder d’établir un ensemble de propositions pour moderniser les services et le dispositif d’aide à l’emploi aux fins d’améliorer la fluidité du marché du travail. Ce rapport servira de base à la préparation d’une série de lois dites « Lois Hartz ».

© Bundesregierung / Bienert
Berlin, 23 juillet.
Conférence de presse conjointe du chancelier Schröder et de Peter Hartz, président de la commission du même nom. Ils présentent les projets de réforme adoptés.

Courte victoire et second mandat pour Gerhard Schröder

442 septembre : Elections fédérales.

© Spiegel-Verlag
Couverture du magazine Der Spiegel (n° 3/2002) du 14 janvier 2002 : Edmund Stoiber (CSU), ministre-président de Bavière.

© AdsD d. DES
Affiche électorale du SPD. Slogan : « Le chancelier du centre ».

45Gerhard Schröder l’emporte de 7 000 voix sur Edmund Stoiber (CSU). La coalition SPD-Verts se maintient, grâce à une progression des Verts de +1,9 % (à 8,6 %), avec une courte majorité de 7 sièges.

4616 novembre : Après de longues discussions, la coalition SPD-Verts adopte un programme gouvernemental qui conjugue la priorité de la lutte contre le chômage avec la promotion d’un cadre général des activités économiques « prenant en compte la dimension écologique et sociale ». Gerhard Schröder avait été réélu chancelier le 22 octobre à la tête d’un gouvernement dans lequel un grand ministère de l’Economie et du Travail, confié à Wolfgang Clement, ministre-président de Rhénanie du Nord-Westphalie, occupe une place centrale.

Hans Eichel colmate les brèches

4715 novembre : Devant l’aggravation inattendue de la situation budgétaire, et invoquant des raisons conjoncturelles exceptionnelles, Hans Eichel fait voter pour 2002 un collectif budgétaire dont l’endettement final de 35 milliards € dépasse la norme constitutionnelle. Dans la foulée, le Bundestag adopte un plan d’assainissement d’urgence comportant des mesures d’économies et une hausse des cotisations sociales pour 2003.

© Bundesregierung / Gebhardt
Berlin, 25 février 2003. Le ministre des Finances Hans Eichel invité par la Bundespressekonferenz pour y exposer sa politique. La « Conférence fédérale de la presse » est une institution particulière à la République fédérale. Cette association des journalistes politiques allemands et des correspondants étrangers dans la capitale avait été créée en 1949 pour garantir à tous ses membres (900 actuellement) le libre accès à l’information gouvernementale. C’est elle qui invite donc tous les lundi, mercredi et vendredi les membres du gouvernement fédéral à venir s’exprimer devant la presse.

Índice de ilustraciones

Leyenda © Communautés européennesAdopté par le Conseil européen des 16 et 17 juin, le Traité apporte quelques compléments à celui de Maastricht (droits de l’Homme, acquis de Schengen, sécurité, justice, politique étrangère et de sécurité). Il instaure le principe des coopérations renforcées entre Etats sur une base volontaire et décide qu’il devra être procédé à une réforme institutionnelle avant tout nouvel élargissement.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 52k
Leyenda © AdsD d. FESAffiche électorale du SPD (1998). Texte : « Je suis prêt ».
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 44k
Leyenda © Bundesregierung / ReinekeLes signataires du Traité de coalition SPD/Verts le 20 octobre à la Représentation du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie à Berlin.De gauche à droite : Jürgen Trittin (ministre de l’Environnement), Gunda Röstel (porte-parole de Bündnis 90/Die Grünen, Christine Bergmann (ministre de la Famille), Heidemarie Wieczorek-Zeul (ministre de la Coopération), Kerstin Müller (porte-parole du groupe parlementaire des Verts), Gerhard Schröder (chancelier), Oskar Lafontaine (ministre des Finances et de l’Economie), Joschka Fischer (ministre des Affaires étrangères).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Leyenda © Bundesregierung / SchambeckBerlin, 27 septembre. G. Schröder et O. Lafontaine fêtent leur victoire électorale devant la Maison Willy Brandt, siège du SPD.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
Leyenda © Bundesregierung / SchambeckBerlin, Bundestag, 10 novembre. Wolfgang Schäuble, président du groupe parlementaire CDU/CSU, critique vertement le volet budgétaire du programme SPD/Verts que vient de présenter le chancelier Schröder dans son discours de politique générale.Sur le banc gouvernemental, de gauche à droite : Oskar Lafontaine (« super-ministre » des Finances et de l’Economie), Joschka Fischer (ministre des Affaires étrangères) et le chancelier.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 108k
Leyenda © FAZLa parité DM/€ est fixée à 1 DM = 1,95583 €. En fait, dans l’esprit des Allemands, à 1 DM = 2 €.« Nouvelle ère dans l’œuvre d’intégration européenne », titre le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung le 2 janvier 1999.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Leyenda © Bundesregierung / FassbenderJürgen Trittin, ministre fédéral de l’Environnement, lors d’un conseil des ministres (28-04-1999).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 5,4M
Leyenda © Bundesregierung / KühlerJoschka Fischer et Gerhard Schröder admirent la coupole du Reichstag.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 6,0M
Leyenda © Bundesregierung / Bienert
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 6,1M
Leyenda © Bundesregierung / ReinekeBonn, 30 juin 2000.Le parti CDU transfère son siège de Bonn à Berlin. Allocution de sa secrétaire générale (Angela Merkel) lors de la cérémonie d’adieu.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 5,7M
Leyenda © taz« Holzmann sauve Schröder », résume le quotidien alternatif die tageszeitung (26-11-1999).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Leyenda © Bundesregierung / BienertHans Eichel s’assurant de la ‘dureté’ de l’euro (31-08-2001).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Leyenda © Bundesregierung / StutterheimNice, 7 décembre.J. Chirac, G. Schröder et L. Jospin (de dos).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 80k
Título Le « Cœur de l’€uro »
Leyenda © René Lasserre« Ce cœur de jaspe a été offert et taillé par Dieter Jerusalem, maître artisan lapidaire à Idar-Oberstein, avec le concours de la Fondation du Musée Allemand de la Pierre précieuse et de Progem, Société de promotion du gemme d’Idar-Oberstein, ainsi que du ministère de l’Economie de Rhénanie-Palatinat, Mayence, Allemagne. La stèle a été conçue par J.-F. Schmit et F. Millot et réalisée avec le concours de la Société Arcelor.Placé au centre de la zone €uro, ce monument témoigne du rôle déterminant de l’entente franco-allemande dans la création de la monnaie commune européenne ». (Texte gravé sur la stèle de ce monument inauguré en 2002)Montreuillon (Nièvre). Cœur de jaspe rouge matérialisant le centre historique de la zone euro. Coordonnées IGN : 3°48’2’’Est / 47°11’56’’Nord.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 88k
Leyenda © UllteinA l’été 2003, Hans-Werner Sinn, président de l’institut ifo (Munich), lancera un pavé dans la mare : « L’Allemagne peut-elle encore être sauvée ? ». Son diagnostic du mal qui frappe l’économie allemande : « La maladie de l’Etat providence ». La thérapie qu’il propose : rétablir l’équilibre entre marché et solidarité en réformant le modèle social.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 40k
Leyenda © Bundesregierung / BienertBerlin, 23 juillet.Conférence de presse conjointe du chancelier Schröder et de Peter Hartz, président de la commission du même nom. Ils présentent les projets de réforme adoptés.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 84k
Leyenda © Spiegel-VerlagCouverture du magazine Der Spiegel (n° 3/2002) du 14 janvier 2002 : Edmund Stoiber (CSU), ministre-président de Bavière.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
Leyenda © AdsD d. DESAffiche électorale du SPD. Slogan : « Le chancelier du centre ».
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
Leyenda © Bundesregierung / GebhardtBerlin, 25 février 2003. Le ministre des Finances Hans Eichel invité par la Bundespressekonferenz pour y exposer sa politique. La « Conférence fédérale de la presse » est une institution particulière à la République fédérale. Cette association des journalistes politiques allemands et des correspondants étrangers dans la capitale avait été créée en 1949 pour garantir à tous ses membres (900 actuellement) le libre accès à l’information gouvernementale. C’est elle qui invite donc tous les lundi, mercredi et vendredi les membres du gouvernement fédéral à venir s’exprimer devant la presse.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/613/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 167k

© IFAEE, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540