Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République Fédérale d’Allemagne

 | 
Isabelle Bourgeois
, 
René Lasserre

Chapitre 3. De Willy Brandt à Helmut Schmidt : entre réforme et gestion de crises 1973 – 1980

Texte intégral

1973

Premier choc pétrolier

1La situation économique de surchauffe et les tensions inflationnistes entretenues par l’instabilité monétaire internationale conduisent le gouvernement à adopter deux plans de stabilisation successifs fondés sur des mesures fiscales restrictives en février et en mai.

211 mars : Réévaluation de 3 % puis flottement du DM par rapport au Dollar (suivis d’une seconde réévaluation de 5,5 % en juin) avec maintien des parités fixes au sein du « serpent monétaire européen » institué en mars 1972.

3Printemps : Grèves spontanées dans l’industrie pour l’obtention de primes de maintien du pouvoir d’achat. Les hausses salariales de 1973 atteignent les 12 %.

4Automne : Les pays de l’OPEC décident de quadrupler le prix du pétrole (1er choc pétrolier). Le gouvernement fédéral adopte un programme énergétique de substitution fondé sur la relance du charbon, le développement du nucléaire et les économies d’énergie. Mesures restrictives ponctuelles à la consommation de carburant et à la circulation. automobile ( quatre interdictions de trafic dominical en novembre-décembre).

Evolution du prix du pétrole (en $ par baril)

Evolution du prix du pétrole (en $ par baril)

Source des données : Bundeszentrale für politische Bildung.

1974

51er janvier : Amélioration du régime des prestations de l’assurance maladie pour différentes catégories de prestataires, intégration des handicapés et des étudiants parmi les bénéficiaires.

6Février : Grève de trois jours dans les services publics organisée par le syndicat ÖTV (Öffentliche Dienste und Verkehr). Les employés du secteur public obtiennent une augmentation salariale de 11% avec un forfait minimal de 170 DM qui est diversement appréciée par l’opinion.

Helmut Schmidt chancelier

716 mai : Démission du chancelier Brandt à la suite de l’affaire Guillaume, du nom de son conseiller personnel qui est arrêté comme agent des services secrets de la RDA. Helmut Schmidt, ministre fédéral de l’Economie, (SPD) lui succède.

© Bundesregierung / Reineke
H. Schmidt prête serment (16 mai).

Lancement de la politique de soutien au Mittelstand

88 octobre : La Bavière adopte une Loi sur le soutien aux PME (Mittelstandsförde­rungsgesetz) qui servira de modèle aux autres Länder, puis au Bund dans le cadre du développement d’une politique fédérale de soutien aux PME où se conjuguent aides publiques (subventions d’investissement, prêts bonifiés, soutien à l’innovation, etc.) et une action plus globale visant à créer un environnement favorable à l’activité.

Début de la politique de soutien à l’économie et de lutte contre le chômage

9Décembre : Pour contenir la hausse du chômage liée à la crise pétrolière et aux mutations structurelles de l’industrie, le gouvernement Schmidt opère un changement de cap et lance un programme de soutien à la conjoncture, fondé sur l’investissement public et privé, le soutien à la demande des ménages par des allègements fiscaux et la revalorisation des prestations sociales. Cette politique de relance keynésienne financée par l’endettement a pour but principal de lutter contre la montée du chômage.

Evolution du chômage en RFA de 1948 à 2008 (nombre de chômeurs)

Evolution du chômage en RFA de 1948 à 2008 (nombre de chômeurs)

Source : données établies par l’IAB, Nuremberg, à la demande du CIRAC.

1975

10Août : Nouveau programme de soutien spécifique à l’investissement, principalement en faveur du BTP.

11Le chômage franchit la barre du million de demandeurs d’emploi (4,6 % des actifs).

1215 juin : Initiative conjointe de Helmut Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing de création du G7 en vue de promouvoir une concertation économique mondiale.

© Bundesregierung / Wienke
Ici, V. Giscard d’Estaing et H. Schmidt le 18 juillet 1974.

1976

131er janvier : Entrée en vigueur des dispositions générales du Code social (Sozialgesetzbuch, SGB) codifiant l’ensemble des droits à prestations des assurés.

Loi cadre pour l’enseignement supérieur

1426 janvier : Adoption de la Loi cadre pour l’enseignement supérieur (Hochschulrahmengesetz, HRG) qui instaure, pour l’ensemble de la fédération, des principes communs pour l’organisation des études supérieures et des établissements d’enseignement supérieur. Conformément au principe de la souveraineté éducative et culturelle des Länder, il revient cependant à chacun de ces derniers de compléter ce cadre général en se donnant une loi propre.

Généralisation et constitutionnalisation de la cogestion

154 mai : Adoption de la Loi sur la cogestion paritaire (paritätische Mitbestimmung) instaurant une représentation des salariés à parité de droits et de sièges dans les conseils de surveillance des entreprises de plus de 2 000 salariés. La loi, qui entre en vigueur au 1er janvier 1978, préserve néanmoins la prééminence du capital dans la prise de décision, puisque le président du Conseil de surveillance, élu par les actionnaires, dispose d’une voix décisive en cas de partage égal des voix. Un recours patronal est néanmoins déposé auprès du Tribunal constitutionnel pour atteinte à l’autonomie contractuelle et au droit de propriété.

La cogestion dans les entreprises allemandes de plus de 2 000 salariés : le conseil de surveillance de 12 membres

La cogestion dans les entreprises allemandes de plus de 2 000 salariés : le conseil de surveillance de 12 membres

D’après : R. Lasserre, « Concertation sociale et cogestion », in Gérard Sandoz (dir.), Les Allemands sans miracle, Paris, 1983.

16Dans son « Jugement sur la cogestion » (Mitbestimmungsurteil) du 1er mars 1979, le Tribunal constitutionnel fédéral déclare la loi conforme à la Loi fondamentale, puisqu’en donnant une voix prépondérante au capital en dernière instance, elle respecte le principe de la libre disposition du droit de propriété. Elle consacre en cela le principe de l’équilibre des forces entre capital et travail en instituant entre elles un mode de gestion coopératif que le TCF érige ainsi implicitement en principe constitutionnel.

17Dans le même jugement, les juges clarifient également le rôle de la Cour suprême : elle n’a pas à connaître de political questions (contrairement à son homologue américaine). Elle n’intervient qu’en dernier recours pour le contrôle en conformité des lois avec la Constitution, s’interdisant d’interférer dans les choix politiques des législateurs en matière de politique économique, respectant ainsi la liberté d’agir (ou de se tromper) du législateur qui doit assumer ses responsabilités face à la société civile.

Helmut Schmidt reconduit chancelier

183 octobre : Elections fédérales pour le 8e Bundestag. La CDU progresse de près de 4 % et, avec 48,6 % des voix, redevient le premier parti. La coalition sociale-libérale garde néanmoins une majorité de 10 voix. Helmut Schmidt est reconduit dans les fonctions de chancelier le 15 décembre.

1977

19Mars : Nouveau « Programme de soutien à la croissance et à l’investissement d’avenir pour l’environnement » (Programm für wachstums-und umweltpolitische Zukunftsinvestition), principalement en faveur de la modernisation des transports et des économies d’énergie.

20Septembre : « Paquet fiscal » prévoyant des allègements d’impôts en faveur des ménages et des entreprises ; ces mesures sont financées par l’endettement.

Assassinat de Hanns-Martin Schleyer

21Septembre-octobre : L’enlèvement, puis l’assassinat de Hanns-Martin Schleyer, président de la Fédération du patronat (BDA) et de la Fédération de l’industrie (BDI), par l’organisation terroriste Rote Armee Fraktion (RAF), marque le point culminant des années du terrorisme en RFA.

© Bundesregierung / Wegmann
Son assassinat intervient à la suite de l’assaut des forces spéciales d’intervention du Bundesgrenzschutz sur l’aéroport de Mogadiscio le 18 octobre pour libérer les otages de l’avion « Landshut » de la Lufthansa détourné par un commando palestinien et du suicide d’Andreas Baader et de deux autres responsables de la RAF dans la prison de Stammheim.
Bonn, Bundestag, 20 octobre. Le gouvernement fédéral observe une minute de silence en l’honneur de Hanns-Martin Schleyer. De gauche à droite : Hans Appel (Finances), Hans-Jochen Vogel (Justice), Werner Maihofer (Intérieur), Hans-Dietrich Genscher (Affaires étrangères) et Helmut Schmidt (chancelier).

© Bundesregierung / Wegmann
La « triade décisionnelle » en voyage d’affaires.
Gouvernement, patronat, syndicats apparaissent généralement côte à côte lorsque se décide ou s’exprime l’intérêt économique national.
A cette époque, H.-M. Schleyer, ancien directeur des Affaires sociales de Daimler-Benz, cumulait les fonctions de président de la BDA et du BDI. Il était en cela l’un des hommes les plus puissants d’Allemagne.
Ici, le 14 juillet 1976, dans l’avion vers les Etats-Unis.
Klaus Bölling, porte-parole du gouvernement (à gauche), Marie Schlei (Secrétaire d’Etat parlementaire à la chancellerie et le chef d’entreprise Kurt A. Körber (au fond). Au milieu, Hanns-Martin Schleyer, président de la Fédération allemande du patronat (BDA) avec, à sa gauche, Heinz Oskar Vetter, président de la Confédération syndicale DGB. De dos : Helmut Schmidt.

Relance de la tension Est-Ouest

2228 octobre : Dans le discours qu’il prononce devant l’Institut d’études stratégiques de Londres, Helmut Schmidt dénonce le déséquilibre militaire qui est en train de s’installer au plan des armes nucléaires tactiques, depuis que l’URSS de Brejnev a entrepris en 1976 d’installer sur le territoire de ses alliés du Pacte de Varsovie de stationner des fusées nucléaires SS-20 à moyenne portée, et demande de renforcer le potentiel de l’OTAN.

1978

23Juin : Mesures de soutien en faveur des mines et de la sidérurgie.

Zeche Zollverein (Essen)

Zeche Zollverein (Essen)

© André Bourgeois, 2009
Patrimoine de l’UNESCO en 2010
Le secteur de la houille est en déclin depuis la fin des années 1960, malgré un subventionnement massif : plus de 128 milliards € depuis 1957. Le nombre des mineurs est tombé de 600 000 à 30 000. L’expiration du traité de la CECA en juillet 2002 a déterminé le gouvernement fédéral et ceux des deux Länder où subsiste cette activité (Sarre et Rhénanie du Nord-Westphalie), ainsi que les partenaires sociaux, à conclure en 2006 un accord sur l’abandon de l’extraction de la houille en 2018.

© André Bourgeois, 2009
Du charbon au high-tech : tel est le cap de reconversion industrielle suivi par la Ruhr (région de Rhénanie du Nord-Westphalie).

© André Bourgeois, 2009
En fait partie la réhabilitation du patrimoine architectural industriel. Le puits de mine et sa cokerie : Zeche Zollverein est un haut lieu de l’histoire minière d’Essen, au cœur du bassin de la Ruhr. Désaffectées depuis la fin des années 1960, ses installations qui s’étendent sur plus de 100 ha ont été transformées en un parc d’activités dédié au design. Il accueille manifestations culturelles, salons professionnels (dont Metaform, forum mondial de design et d’architecture), plateformes de transfert et centres de formation. Ce site est aujourd’hui une étape sur la Route européenne de la culture industrielle. Et Essen (ex-fief de Krupp) est capitale culturelle européenne en 2010.

Relance concertée de l’économie

2416-17 juillet : 4e sommet du G7 à Bonn au cours duquel les chefs d’Etat s’engagent notamment à relancer l’économie mondiale par des mesures de soutien à la croissance à hauteur d’environ 1 % de leur PIB.

© Bundesregierung / Reineke

25Sommet européen de Brême le 7 juillet 1978. L’UE adopte un plan de mesures de lutte contre le chômage et décide les premières étapes du futur SME.

26Juillet : En RFA, mesures de soutien à la demande des ménages : augmentation des allocations familiales et allègement de l’impôt sur le revenu.

Création du Système monétaire européen

275 décembre : A l’initiative conjointe de H. Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing, le Conseil européen de Bruxelles décide la création du Système monétaire européen, lequel instaure dans l’espace de la CE une zone de changes fixes et entrera en vigueur le 13 mars 1979.

1979

2816-17 mars : Constitution d’une alliance des mouvements écologistes, nommée Die Grünen (« Les Verts »). Cette alliance sera constituée en parti fédéral les 12 et 13 janvier 1980.

29Lors des élections au Bundestag du 6 mars 1983, Die Grünen franchissent la barre des 5 % de voix (5,6 %) et sont représentés au Bundestag par 27 députés. Ils choisissent comme président de leur groupe parlementaire Joschka Fischer. Celui-ci sera le premier membre du nouveau parti à occuper des fonctions de ministre : d’abord à l’échelon du Land de Hesse, dont il devient ministre de l’Environnement le 12 décembre 1985, puis ministre fédéral des Affaires étrangères et vice-chancelier sous les gouvernements Schröder (de 1998 à 2005).

Double résolution de l’OTAN

3012 décembre : Adoption, sous l’influence active de Helmut Schmidt, de la double résolution de l’OTAN mettant en balance le renforcement futur du potentiel de fusées nucléaires américaines stationnées en Europe avec les progrès des négociations américano­soviétiques sur la réduction des euro-missiles. Cette résolution suscite une forte opposition au sein du SPD et de la gauche pacifiste.

1980

Helmut Schmidt entame son troisième mandat

315 octobre : Elections fédérales. Sous la direction de Franz-Josef Strauß comme candidat chancelier, la CDU/CSU perd 4,1 % et retombe à 44,5 % des voix, son plus mauvais score depuis 1949. Et tandis que le SPD progresse légèrement à 42,9 %, le FDP se hisse à 10,6 %, ce qui permet à la coalition SPD/FDP de consolider sa majorité. Helmut Schmidt est réélu chancelier le 5 novembre et annonce un retour progressif à l’équilibre financier.

Deuxième choc pétrolier et nouvelle récession

32Mais alors que l’économie allemande avait commencé à se redresser et le chômage à diminuer en 1979, le 2e choc pétrolier enclenché par la crise iranienne fait progressivement replonger le pays dans une récession sévère. La politique économique oscillera désormais entre un cap de stabilisation financière réclamé par les libéraux et un soutien à l’économie qu’exigent le recul de l’activité (0 % et -1,1 % en 1981/82) et la brusque remontée du chômage à 1,2 puis 1,8 million de demandeurs d’emploi.

Table des illustrations

Titre Evolution du prix du pétrole (en $ par baril)
Légende Source des données : Bundeszentrale für politische Bildung.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende © Bundesregierung / ReinekeH. Schmidt prête serment (16 mai).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Evolution du chômage en RFA de 1948 à 2008 (nombre de chômeurs)
Légende Source : données établies par l’IAB, Nuremberg, à la demande du CIRAC.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende © Bundesregierung / WienkeIci, V. Giscard d’Estaing et H. Schmidt le 18 juillet 1974.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre La cogestion dans les entreprises allemandes de plus de 2 000 salariés : le conseil de surveillance de 12 membres
Légende D’après : R. Lasserre, « Concertation sociale et cogestion », in Gérard Sandoz (dir.), Les Allemands sans miracle, Paris, 1983.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende © Bundesregierung / WegmannSon assassinat intervient à la suite de l’assaut des forces spéciales d’intervention du Bundesgrenzschutz sur l’aéroport de Mogadiscio le 18 octobre pour libérer les otages de l’avion « Landshut » de la Lufthansa détourné par un commando palestinien et du suicide d’Andreas Baader et de deux autres responsables de la RAF dans la prison de Stammheim.Bonn, Bundestag, 20 octobre. Le gouvernement fédéral observe une minute de silence en l’honneur de Hanns-Martin Schleyer. De gauche à droite : Hans Appel (Finances), Hans-Jochen Vogel (Justice), Werner Maihofer (Intérieur), Hans-Dietrich Genscher (Affaires étrangères) et Helmut Schmidt (chancelier).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende © Bundesregierung / WegmannLa « triade décisionnelle » en voyage d’affaires.Gouvernement, patronat, syndicats apparaissent généralement côte à côte lorsque se décide ou s’exprime l’intérêt économique national.A cette époque, H.-M. Schleyer, ancien directeur des Affaires sociales de Daimler-Benz, cumulait les fonctions de président de la BDA et du BDI. Il était en cela l’un des hommes les plus puissants d’Allemagne.Ici, le 14 juillet 1976, dans l’avion vers les Etats-Unis.Klaus Bölling, porte-parole du gouvernement (à gauche), Marie Schlei (Secrétaire d’Etat parlementaire à la chancellerie et le chef d’entreprise Kurt A. Körber (au fond). Au milieu, Hanns-Martin Schleyer, président de la Fédération allemande du patronat (BDA) avec, à sa gauche, Heinz Oskar Vetter, président de la Confédération syndicale DGB. De dos : Helmut Schmidt.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Zeche Zollverein (Essen)
Légende © André Bourgeois, 2009Patrimoine de l’UNESCO en 2010Le secteur de la houille est en déclin depuis la fin des années 1960, malgré un subventionnement massif : plus de 128 milliards € depuis 1957. Le nombre des mineurs est tombé de 600 000 à 30 000. L’expiration du traité de la CECA en juillet 2002 a déterminé le gouvernement fédéral et ceux des deux Länder où subsiste cette activité (Sarre et Rhénanie du Nord-Westphalie), ainsi que les partenaires sociaux, à conclure en 2006 un accord sur l’abandon de l’extraction de la houille en 2018.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende © André Bourgeois, 2009Du charbon au high-tech : tel est le cap de reconversion industrielle suivi par la Ruhr (région de Rhénanie du Nord-Westphalie).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende © André Bourgeois, 2009En fait partie la réhabilitation du patrimoine architectural industriel. Le puits de mine et sa cokerie : Zeche Zollverein est un haut lieu de l’histoire minière d’Essen, au cœur du bassin de la Ruhr. Désaffectées depuis la fin des années 1960, ses installations qui s’étendent sur plus de 100 ha ont été transformées en un parc d’activités dédié au design. Il accueille manifestations culturelles, salons professionnels (dont Metaform, forum mondial de design et d’architecture), plateformes de transfert et centres de formation. Ce site est aujourd’hui une étape sur la Route européenne de la culture industrielle. Et Essen (ex-fief de Krupp) est capitale culturelle européenne en 2010.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende © Bundesregierung / Reineke
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/609/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© IFAEE, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540